LES DERNIERS JEDI : ANALYSE ET CRITIQUE – 2

Posté le 23 janvier 2018

LES DERNIERS JEDI : ANALYSE ET CRITIQUE - 2 dans Di Vinz 17121507083715263615414841

Seconde partie de l’analyse et critique de STAR WARS ÉPISODE VIII : LES DERNIERS JEDI par Di Vinz. Si vous avez raté la première, elle est ICI. Aujourd’hui, deux nouveaux chapitres à l’étude : « Luke Skywalker : la déchéance d’un héros » et « La formation de Rey. » 

18012304210115263615492447 dans Star Wars

Luke Skywalker : la déchéance d’un héros

Retour sur l’île d’Ahch-To où notre cher Luke s’est exilé. Après avoir passé tout un film à protéger la carte la menant au mythique héros, la jeune Rey lui fait enfin face. On a tous en tête ce plan de fin interminable de l’Épisode VII avec l’héroïne tendant son sabre laser au vieux Jedi. Et qu’en fait-il lorsqu’il le prend enfin ? Il le jette… Immédiatement les réactions sont violentes. « Quel scandale ! Quelle ignominie ! Trahison ! Jamais Luke ne ferait ça ! » Excusez-moi mais… pourquoi pas ?

18012304251815263615492449Prenons les choses telles qu’elles sont : nous retrouvons un Luke Skywalker après une ellipse de trente ans. Nous ne savons rien à part qu’il est parti sur les traces du premier Temple Jedi après avoir échoué à former Ben Solo. Je pose donc les questions suivantes : est-il impensable que Luke Skywalker soit différent de celui qu’on a connu ? Est-il inconcevable qu’il n’ait plus rien à voir ? Est-ce incohérent ? Est-ce complètement idiot ? Eh bien, je ne crois pas… Je trouve cela même très intelligent ! Une personne reste t-elle la même entre ses 20 et ses 60 ans ? Peut-être, peut-être pas. Il peut s’en passer des choses sur une telle période ! Tout est possible, surtout lorsqu’on est un Jedi et une légende à travers une galaxie lointaine, très lointaine. De plus, ce n’est pas comme si ce n’était pas expliqué, nous aurons au fil du film tous les éléments requis pour comprendre pourquoi il a changé à ce point.

Ce traitement est également une manière de le placer en retrait pendant tout le premier film et d’en faire un personnage encore plus iconique, mythique, dont peuvent s’inspirer les nouveaux héros. Nous avons donc un Luke devenu un vieil ermite grincheux, désagréable, aigri (presque autant que certains spectateurs), et au début il refuse même catégoriquement de parler à Rey. Il passe son temps à chercher de quoi survivre ce qui donnera deux scénettes que je trouve vraiment extra : la traite de la sirène thala sur les récifs de l’île et le saut à la « perche-harpon ».

« Tout est possible, surtout lorsqu’on est un Jedi et une légende à travers une galaxie lointaine, très lointaine. « 

La première nous présente une première créature volontairement hideuse, très, très réussie techniquement. L’équipe du film est allée jusqu’à poser ces animatroniques directement sur le décor de l’île (et non en studio) et Johnson a fait jouer Mark Hamil et Daisy Ridley avec elles pour créer une réelle interaction entre eux, ce qui donne beaucoup de crédibilité à cette scène. Luke tire du lait de la sirène, ce qui a apparemment mis une partie du public mal à l’aise. J’ai envie de leur 18012304294215263615492450conseiller de sortir un peu de chez eux et de ne pas oublier qu’avant d’être un héros, Luke Skywalker était un fermier. On nous l’a jamais montré dans sa vie quotidienne mais le futur Jedi travaillait sur des récoltes avant de partir à l’aventure. J’aime ce passage pour son côté naturel, ancré dans la vie de tous les jours. Et ce regard lancé par Luke lorsqu’il boit le lait, d’un air de dire « C’est dégueulasse, mais ça nourrit son homme, t’en veux ? » est à la fois intriguant et amusant, tandis que le regard gêné de Rey renvoie au sentiment du spectateur. Chacun peut l’interpréter à sa sauce, mais c’est d’une simplicité et d’une authenticité rarement vue dans Star Wars et je trouve cela très bien vu, il y a même quelque chose de touchant là dedans. Voir Luke, cette légende, en être réduit à une vie si spartiate ne peut pas laisser indifférent, c’est voulu, et l’effet recherché est réussi.

Le passage de la pêche est très court et tout aussi anecdotique que le précédent mais c’est l’un de mes préférés du film. Luke saute d’une falaise à une autre avec sa perche, Rey prend peur et lui lance un « Attention! » mais Luke réussit sa manœuvre avec maestria et lance à nouveau un regard malin à l’ex-pilleuse d’épave. Ce regard, à nouveau m’a provoqué un bon sentiment et peut être traduit de différentes manières. « Tu crois que je suis qui? J’ai réussi à survivre ici pendant des années alors t’inquiète donc pas ma petite ! » voilà comment je l’interprète, à mon sens c’est cohérent avec ce qu’on a vu jusque là.

« Pour voir un Luke conventionnel, proche de ce qu’il fut jadis, il fallait demander à George de réaliser la postlogie en lieu et place de la prélogie. »

Enfin, les explications viennent. Luke raconte : il a formé une nouvelle génération de Jedi mais a échoué à préserver Ben Solo du côté obscur. Ce dernier a ravagé son académie et est devenu Kylo Ren. Luke a alors perdu la foi, il a vécu cela comme un échec total, faisant écho à l’échec des Jedi lors 18012304355915263615492456de l’avènement de l’Empire. Suite à cela il a pris sur lui de s’exiler, comme l’a fait Yoda en son temps. Voilà qui explique son attitude et le jeter de sabre, il a voulu rompre avec le passé et ne plus se mêler de rien, de peur de faire plus de mal que de bien, ce qui semble compréhensible et de mon point de vue ce traitement de Luke est diablement intéressant. Pour voir un Luke conventionnel, proche de ce qu’il fut jadis, il fallait demander à George de réaliser la postlogie en lieu et place de la prélogie, quand les acteurs pouvaient reprendre leur rôle dans la fleur de l’âge. Là, on a vingt ans de retard, on a sauté une étape, loupé un épisode, il n’y a donc à mon sens aucune trahison à changer Luke, c’est même tout à fait logique compte tenu de ce qui est raconté. Et puis, ce visage, cette démarche… Pas de doute possible, c’est bien lui, c’est bien Luke Skywalker !

J’ai personnellement retrouvé le personnage avec un immense plaisir bien qu’il soit si marqué. Son retour aux affaires à la fin du film est un véritable morceau de bravoure rendant honneur au héros qu’il était, on y reviendra plus tard. Un mot sur l’interprétation de Mark Hamill : il est juste excellent ! L’acteur a pris de l’assurance en vieillissant et cela se voit. S’il n’était pas en accord avec le script et les changements apportés à son rôle, ce qu’il n’a pas manqué de marteler avant la sortie du film, il a changé d’avis une fois celui-ci vu et il a finalement admis que le traitement de son personnage était cohérent et intéressant. Pour ma part, je suis bien de son avis !

La formation de Rey

On entre dans le vif du sujet lorsque Luke accepte de mettre un peu d’eau dans son vin et de dispenser quelques leçons à Rey qui cherche à comprendre la Force et quelle est sa place dans ce bordel galactique. Notons que Luke va mettre le temps avant de se décider. Même Chewbacca ne réussira pas à le convaincre de s’impliquer après avoir défoncé la porte de sa case avec la puissance qu’on connait aux Wookies. C’est R2-D2 qui parviendra à lui faire changer d’avis lors d’une scène vraiment marquante et une fois de plus très bien vue. Une idée du réalisateur, qui avait demandé à JJ Abrams de remplacer BB-8, prévu à l’origine pour accompagner Rey et Chewie sur Ahch-To à la fin du RÉVEIL DE LA FORCE, par R2-D2, avec cette scène en tête.

Le droïde, après avoir un peu juré sur son vieux maître, lance le vieil enregistrement de Leia (celui d’origine vu dans l’Épisode IV remasterisé) qui appelle au secours Obi-Wan. Cela aura l’effet escompté puisque Luke va changer d’avis et décidera de former Rey. Un revirement assez soudain tout de même, mais toujours moins que celui d’Anakin dans l’Épisode III.

18012305081315263615492457

La première leçon porte sur la Force elle-même. Lorsque Rey s’assoit sur le rocher qui surplombe l’île, on a d’abord une scène humoristique sur ce qu’est la Force qui cette fois ne me plaira pas et que je qualifierais même de dispensable. Le jeu d’acteur de Mark Hamill a beau être très bon, et le gag pas si foireux que ça, c’est l’interprétation par Daisy Ridley qui me pose problème ici. On sent son sourire en coin, elle a envie de se marrer, comme si les deux acteurs s’amusaient réellement sur le plateau au lieu de prendre la scène au sérieux. Hélas, cela ne marche pas. Et puis, on s’apprête à évoquer quelque chose de trop important pour le prendre autant à la légère. Cela ne me pose aucun problème jusque-là, dommage qu’ils en fassent un poil trop à ce moment-là. Surtout que, la suite est fantastique !

« Le jeu d’acteur de Mark Hamill a beau être très bon, et le gag pas si foireux que ça, c’est l’interprétation par Daisy Ridley qui me pose problème ici. »

La Force n’avait jamais été si compréhensible, si visible, si palpable ! Obi-Wan et Yoda en parlent très bien dans la trilogie originale, mais finalement assez peu. Dans la prélogie, on n’en parle carrément pas, à aucun moment, si ce n’est l’histoire des midichloriens qui en a fait bondir plus d’un et avec laquelle beaucoup sont encore aujourd’hui en profond désaccord. Là, on nous montre ce qu’est ressentir la Force, par des images très belles et très explicites. Une séquence magique où Rey ressent tour à tour la vie, la mort, le froid, la chaleur, la paix, la violence et comprend enfin qu’une énergie, la 18012305180915263615492463Force, relie le tout par une sorte de tension qu’elle possède en elle également. La leçon de Luke est la suivante : la Force n’est pas l’apanage des Jedi, ils en sont juste des « utilisateurs » et si d’autres ne peuvent contrôler son pouvoir, cela ne veut pas dire que la Force est absente en eux. La Force est partout, tout le temps, elle est présente en chaque être vivant. Une explication parfaite qui m’a beaucoup satisfait en plus de donner une scène très jolie.

Mais pas de lumière sans obscurité, Rey va aussi ressentir le côté obscur de la Force qui l’appelle à travers un lieu semblable à la grotte de l’Épisode V. Ce « nid obscur » la tente en lui proposant de répondre à ses questions, de combler le vide qu’il y a en elle (ici la recherche de ses origines) et celle-ci va s’y précipiter sans résister, ce qui va effrayer Luke au point d’interrompre la leçon. Rey devra lui prouver qu’elle n’est pas Ben Solo et qu’elle réussira à se détourner du côté obscur comme lui l’a fait lorsqu’il a affronté l’Empereur. La seconde leçon porte d’ailleurs sur l’orgueil des Jedi qui ont créé Vador et permis à Sidious de les exterminer et de répandre la terreur, ce qui renvoie à l’exil et au changement profond qui s’est opéré en Luke lorsqu’il a échoué avec son Nouvel Ordre Jedi.

« La leçon de Luke est la suivante : la Force n’est pas l’apanage des Jedi. »

Tout se recoupe, tout est très bien raconté, j’ai adoré ce passage explicatif qui fait directement référence aux précédents films et notamment à l’Ordre 66. Le seul bémol, ce serait le jeu de Daisy Ridley, que je trouve un peu commun. Elle est moins inspirée que dans LE RÉVEIL DE LA FORCE, et ce tout au long du film, ce qui est quand même dommage quand on incarne l’héroïne principale.

On notera aussi la présence des Gardiennes, ces sortes de nonnes aliens qui sont plus un ressort humoristique que des personnages importants (comme énormément de personnages de la saga), sachant quand même qu’elles étaient là avant Luke et qu’il n’a donc pas été tout à fait seul lors de son exil, et qu’elles seront présentes bien après lui.

- Di Vinz -

The Last Jedi Training GIF by Star Wars

Au programme de la troisième partie prévue pour demain :

Kylo Ren et le Suprême Leader Snoke

&

L’envol de Leia

15011505515715263612876237

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad / Doctor Strange / Premier Contact / Assassin’s Creed / Rogue One : A Star Wars Story / Passengers / Les Derniers Jedi : analyse & critique – 1

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez