• Accueil
  • > Archives pour janvier 2018

Archives

Archive pour janvier 2018

LA SF À YOM – Interstellar

Yom a une passion : la science-fiction, SA science-fiction ! Films, séries télévisées, dessins animés, comics, serials… sur sa page Facebook, tout y passe, « juste pour le plaisir » nous dit-il. Et pour notre plaisir, Yom nous permet de publier ici certaines de ses critiques, de ses réflexions, de ses opinions, de ses pensées ou de ses interrogations. Aujourd’hui :

LA SF À YOM - Interstellar dans Cinéma 18010407554915263615435899

INTERSTELLAR

(de Christopher Nolan, 2014)

INTERSTELLAR, ou ce qu’on pourrait appeler « L’odyssée de l’espace pour les nuls ». Rien de péjoratif là dedans. C’est un bon film. Ce que je veux dire par là, c’est que c’est un film dans le style de 2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE, mais beaucoup plus accessible pour le spectateur moyen.

18010408130015263615435901 dans Science-fiction

Pour ma part, j’ai trouvé que 2001 avait fait pas mal de mal à la Science-Fiction grand public, car trop intellectualisé, bourré de non-dits, et se terminant un peu en eau de boudin en laissant le spectateur sur sa faim. Eh bien avec INTERSTELLAR, ce n’est pas le cas (même si, il faut l’avouer, ce n’est pas passé loin par moments).

INTERSTELLAR est un film de science-fiction qui commence comme un film d’anticipation et se termine en space opera, en passant par ce que les pointilleux appellent la Hard Science (ou plus simplement la science fiction réaliste). C’est un peu comme si SOLEIL VERT (1973) croisait LA CONQUÊTE DE L’ESPACE (1955) en passant par 2001 (1968), ou plus modestement par DESTINATION LUNE (1950). On passe donc par tout un tas d’ambiances, d’émotions, de suspens, d’action et même des scènes qui ont fait sursauter tout le monde dans la salle. Un plutôt bon mélange.

18010408143715263615435902 dans YomSi vous ne l’avez pas vu, je vous conseille donc de régler cela car finalement les presque trois heures de film passent plutôt vite, malgré quelques longueurs au début qui trouvent leurs explications vers la fin. Si vous l’avez vu, vous pouvez continuer à lire, car la suite contient plein de SPOILERS!

Bon, maintenant je vais éplucher un tout petit peu plus le film (mais malgré ce qui suit, cela reste un bon film) : tout est bien fait, aussi crédible que possible, et malgré tout il y a quelques failles (mais je ne doute pas que ce soit pour ne pas perdre le spectateur en route). Déjà, mais c’est également 18010408173215263615435905le cas dans beaucoup de films de science fiction, les héros ont des questions auxquelles ils devraient être capables de répondre eux-mêmes (sur le trou de ver par exemple, et c’est le co-équipier qui explique le pourquoi du comment). Je comprends que c’est pour l’expliquer au spectateur, mais c’est toujours un peu hors sujet à mes yeux (il y en a aussi de belles dans le film LA CONQUÊTE DE L’ESPACE dont je parlais plus haut, à se demander s’ils envoient vraiment des astronautes dans l’espace dans certains films, et pas des passants lambda qui passaient par là…).

Ceci mis à part, le vrai gros hic à mes yeux (et j’espère que vous avez vu le film parce que là je vais dévoiler la chute…), c’est que, d’après le héros en tout cas, c’est l’humanité du futur qui le sauve dans le trou noir… Ça ne vous pose pas un problème de paradoxe ? J’explique : Cooper va dans l’espace, il finit dans un pseudo trou noir ou l’humanité du futur lui permet de prévenir sa fille de comment fuir la planète 18010408191815263615435907pour sauver l’humanité, cette même humanité qui va évoluer et sauver son père, pour se sauver elle même donc… Mais comment peut elle exister tant qu’elle n’est pas sauvée de l’extinction sur Terre ? C’est bon, vous avez les neurones qui chauffent ?

Bon, ce n’est pas si grave. Peut être que finalement ce n’est pas l’humanité du futur mais une autre espèce… Bien que la famille Cooper ait le don de deviner qui est qui (comment sa fille devine que c’est Cooper qui est son fantôme ? Mystère et boule de gomme).

Ah oui, dernier point un peu gnan-gnan, le discours sur l’Amour qui permet de trouver le bon chemin… Très américain dans le style, mais dispensable dans le film.

Comme je le disais avant tous ces spoilers, le film reste bon, et j’ai vraiment beaucoup aimé les robots qui sortent vraiment de l’ordinaire et amènent une vraie touche de SF-Humour-Action. Un vrai plus sans lequel le film n’aurait peut être été aussi sympathique. En tout cas, j’en veux bien un à la maison.

- Yom -

Résultat de recherche d'images pour "interstellar gif"

Autres articles publiés dans la catégorie La SF à Yom :

Planète Interdite / Dragon Ball / Bataille Au-delà des Étoiles / Les Quatre Fantastiques / La Planète des Vampires / Les serials / Le rétrofuturisme / Godzilla / La science-fiction de notre enfance

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



MAGAZINES : PARUTIONS RÉCENTES ET PROCHAINES

MAGAZINES : PARUTIONS RÉCENTES ET PROCHAINES dans Magazine 18010308023315263615434845

18010308023615263615434846 dans Magazine

18010308023815263615434847

18010308024015263615434848



123