• Accueil
  • > Archives pour juillet 2018

Archives

Archive pour juillet 2018

ANNO DRACULA : DRACULA CHA CHA CHA

ANNO DRACULA : DRACULA CHA CHA CHA dans Fantastique 14072703494415263612413227

18072806290715263615825078 dans Littérature

Après l’Angleterre victorienne, la Grande Guerre, nous voici plongés en 1959, à Rome, en plein cœur de la Dolce vita.

Mais que se passe-t-il ? Eh bien le comte Dracula exilé dans le château de Fregene va épouser la princesse moldave Asa Vajda, des noces en grande pompe pour celui qui, depuis sa défaite contre les alliés en 1918, se fait tout petit. Et pour cause : il a signé un traité de paix avec l’Angleterre lors de la Seconde Guerre mondiale (eh oui, l’horrible et vindicatif Vlad Tepes a rejoint nos camps contre 18072806302315263615825079 dans Marie-LaureHitler, comprenez bien que ce n’est pas par altruisme). Seulement si lui ne peut être maître du monde, hors de question qu’un gars avec une moustache plus petite que la sienne le devienne. Bref, depuis il vit reclus avec ses majordomes, gouvernantes, femmes, courtisanes, etc., dans un beau palais en haut d’une colline, une prison dorée donc, mais pourquoi ce mariage ? Quand on sait que le vampire a toujours une idée derrière la tête, nous ne pouvons que nous inquiéter… 

Notre chère vampire journaliste Kate Reed arrive à Rome, non pas pour couvrir l’événement mais pour y retrouver son vieil ami Charles BeauRegard, qui a atteint le bel âge de 110 ans environ (pour un humain c’est énorme) et qui passe sa retraite dans la ville éternelle en compagnie de Geneviève (qui a arrêté de presser ses oranges en Floride). Les deux vampires n’ont qu’un espoir, c’est de pouvoir persuader BeauRegard de passer de l’autre côté (comprenez : devenir un non mort) avant sa mort définitive.

Tout devrait bien se passer, donc, oui mais non, car un tueur bodybuildé chaussé de collant rouge tue un à un les aînés, et ce de manière assez horrible. Voilà de quoi inquiéter tous les vampires conviés aux noces. Et Kate, dès son premier soir, est témoin de celui qu’on appelle Il Boia Scarlatto (le Bourreau Écarlate). Mais qui le dirige, et pourquoi ? Elle se sent donc dans l’obligation d’enquêter là-dessus, de garder un œil aussi sur les agissements de Dracula et de soutenir son ami BeauRegard. La dolce vita devient vite una vita pazza pour elle (désolée : vie folle). 

18072806324115263615825080

Sous l’air de Dracula Cha Cha Cha (que je vais faire une joie de vous partager), nous voilà propulsés au travers d’une Italie folle et insouciante où pourtant règnent les ténèbres. Nous faisons connaissance avec Bond, Hamish Bond, espion vampire au service de sa majesté, qui boit du martini au sang avec une olive (frappé mais pas secoué). Nous rencontrons Orson Welles, la famille Addams, une communauté de vampires pauvres et malades qui deviennent visiblement des zombies à la WALKING DEAD, contrôlés par la mystérieuse mère de Rome, la « Madona delle Lacrime », qui a un rôle important dans cet opus, et bien d’autres encore…

Entre gelati au sang, balade en vespa cheveux au vent, fontaine de trévise ensanglantée, fantômes et jeux de gladiateurs dans le Coliseum, nous avons un sacré condensé de l’Italie moderne et de l’Antica Roma, et c est tout le charme de ce dernier tome d’Anno Dracula

Je laisse sciemment le doute sur le potentiel projet du comte, sur le devenir de BeauRegard et sur la dernière intrigue, « le Bourreau Écarlate. » Je vous conseille ce dernier tome qui me laisse un goût beaucoup moins amer que Le Baron Rouge Sang, il est plein de surprises et d’émotions. Et puis l’Italie c’est chez moi ! En cadeau, le cha cha cha de Dracula !

- Marie-Laure -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Marie-Laure :

Orgueil & Préjugés & Zombies / Laisse-moi entrer / Prince Lestat et l’Atlantide / Anno Dracula

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



UNE FLOPÉE DE BANDES-ANNONCES !

Voici une flopée de bandes-annonces en provenance de la Comic-Con de San Diego ! Qu’il s’agisse du cinéma comme de la télévision, les prochains mois s’annoncent formidables avec le retour de STAR TREK : DISCOVERY, THE CLONE WARS, THE ORVILLE, et avec, entre autres, des films comme GODZILLA, KING OF THE MONSTERS ! Régalez-vous !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube



RETOUR VERS LES 80′s : WAXWORK

RETOUR VERS LES 80's : WAXWORK dans Cinéma 17081301103915263615215517

Et pendant que Morbius délaisse allègrement ses blogs pour d’autres aventures, c’est dans un musée pas comme les autres que vous convie Tom pour ce « Retour vers les 80′s ». Là, caché entre une créature de Frankenstein et un Comte Dracula (en triste cire, bien évidemment), poignard caché dans le dos, il vous prévient que la visite risque de ne pas être de tout repos… Suivons-le ! 

18072009391815263615814387 dans Fantastique

WAXWORK

États-Unis – 1988 – de Anthony Hickox

Avec : Zach Galligan, Joe Baker, Deborah Foreman, Michelle Johnson, David Warner, Miles O’Keeffe, Patrick Macnee…

Le Comte Dracula, la créature de Frankenstein, le loup-garou, la momie, et bien d’autres… En voilà des icônes sacrées unanimement adulées par de nombreux amateurs de cinéma d’épouvante. Lancés au début des années 30 par les Studios Universal par le biais, notamment, du DRACULA de Tod Browning et de FRANKENSTEIN version James Whales, ces personnages cultes connaîtront au fil des ans un 18072009122515263615814378 dans Retour vers les 80'stel succès que les scénaristes vont finir, certes pas toujours avec une finesse extrême, par les faire se rencontrer dans parfois d’improbables récits. Pour la plus grande joie des fans de ces monstres intemporels, penchons-nous un instant sur un hommage aussi respectueux, qu’il n’est maîtrisé, via une visite pas tout à fait comme les autres dans un musée de cire un peu plus dangereux que le Grévin parisien (quoique, la statue de Kev Adams c’est flippant quand même…), avec le génial WAXWORK…

Mis en scène par Anthony Hickox, dont le paternel n’est autre que Douglas Hickox, réalisateur pour ne citer que celui-ci de THÉÂTRE DE SANG avec Vincent Price, WAXWORK est le premier passage derrière la caméra pour le jeune anglais alors âgé de 24 ans. Issu d’une famille baignant dans le 7ème art, en plus de la profession de son père, sa mère Anne V. Coates est monteuse, Anthony fait rapidement figure de petit prodige au futur très prometteur. Ces promesses vont être en partie tenues dans les quelques années qui suivront la sortie de la péloche dont nous allons nous intéresser de plus près. En effet, avant de tomber en désuétude au crépuscule de la décennie 90, Anthony Hickox nous aura tout de même gratifié d’un sympathique SUNDOWN : LA GUERRE DES VAMPIRES, d’un amusant WAXWORK 2 et d’un excellent HELLRAISER 3. Pas mal quand même…

18072009002115263615814359 dans Tom

Présenté pour la première fois en France au mythique festival d’Avoriaz en janvier 1989, où il remporta le prix de la section peur là où concourait aussi le PHANTASM 2 de Don Coscarelli,WAXWORK nous narre les aventures d’un groupe de jeunes étudiants issus de la fine bourgeoisie américaine et qui, suite à l’invitation d’un homme à l’attitude mystérieuse, décident d’aller visiter un étrange musée où sont présentées différentes effigies de cire à l’image des êtres les plus abominables ayant sévi sur notre planète. Mais, il semblerait que le propriétaire des lieux médite d’obscurs projets de fin du monde en redonnant vie à son armée infernale. Et pour arriver à ses fins, il va devoir prendre l’âme de quelques malheureux visiteurs…

Partant sur cette idée scénaristique très ouverte et assez jubilatoire, Anthony Hickox va donner un rythme dynamique à un récit qu’il n’hésitera pas à imprégner d’une dose d’humour parfois très noir. Aidé il est vrai par un casting intéressant, le réalisateur va intelligemment travailler la psyché de ses protagonistes afin de leur donner l’épaisseur nécessaire pour l’histoire qu’il va développer. On reconnaîtra en tête d’affiche Zach ‘j’ai mouillé Gizmo’ Galligan, dont la carrière ne décollera guère par la suite (des épisodes de série télé comme DOCTEUR QUINN ou LA CROISIERE S’AMUSE, après avoir tater du GREMLINS sous la direction de Joe Dante c’est un peu dommage quand même…), la carrément canon Michelle Johnson (LA MORT VOUS VA SI BIEN, DR RICTUS) en vampiresse envoûtante et diablement sexy, l’expérimenté David Warner, à la filmographie très conséquente, et quelques  »gueules » incontournables du cinéma bis tels l’impayable Miles O’Keeffe (ATOR L’INVINCIBLE, IRON WARRIOR, DOUBLE TARGET… ça calme quand même !). Ce dernier, découvert en train de se frotter la liane contre Bo Derek dans le TARZAN de John Derek au début des années 80 trouve, en incarnant un prince des ténèbres à la beauté glaciale mais pas très bavard, un rôle correspondant plutôt bien à son jeu d’acteur assez monocorde.

18072009033415263615814362

Pour mettre en images tout cela, Anthony Hickox va soigner sa mise en scène en lui donnant parfois une ambiance quasi-atmosphérique. Les incursions dans les univers respectifs des célèbres entités sont fidèlement reconstituées et bénéficient d’incroyables effets spéciaux signés par le magicien Bob Keen. Son loup-garou, probablement l’un des plus beaux jamais vus sur grand écran, est redoutable et va être particulièrement mis en lumière dans une séquence absolument cultissime. Alors qu’un chasseur venu l’éliminer lui casse une chaise sur le dos, le lycanthrope se retourne vers son agresseur, le fixe, s’essuie l’épaule des quelques poussières émanant des débris du siège, et attaque son adversaire en le mordant au visage puis en le déchirant en deux dans le sens de la longueur. Simplement imparable ! Sa momie, qui une fois n’est pas coutume, n’est pas du genre molle de la bandelette, se livre à quelques exécutions très graphiques et méchamment gores telle la tête écrasée d’un serviteur en train de se prosterner devant son apparition. Génial !

18072009062615263615814369

Œuvre bénéficiant de deux montages aux différences très légères, WAXWORK ne dispose pas vraiment de version cut ou uncut. C’est lors du passage avec les vampires que tout se joue. Dans le format dit coupé, il manque en fait un effet sanglant concernant une tête de suceur de sang qui explose. La séquence de l’empalement sur des bouteilles de l’une des femmes de Dracula est aussi un peu plus courte. Par contre, une toute petite partie avec les comtesses est manquante sur la copie dite intégrale. Donc, hormis le maquillage spécial sanguinolent avec l’une des goules, pas de grandes différences notables entre les deux.

Véritable déclaration d’amour à un cinéma de genre qu’il semble particulièrement aimer, le fiston Hickox réalise là un métrage parfaitement réussi. Subtil mélange d’horreur et d’humour, WAXWORK est un coup d’essai qui se transformera en véritable coup de maître. Encore aujourd’hui, le film fait figure de petit classique estampillé so 80′ dans le cœur des cinéphiles branchés tendance horrifique et, n’ayant pas pris une ride, se laisse (re)découvrir avec toujours le même plaisir. Allez, cela (re)vaut bien une petite visite…

- Tom Phénix -

Résultat de recherche d'images pour "waxwork gif"

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 

18031309271915263615610534

POUR VIVRE PASSIONNÉMENT LA SF & LE FANTASTIQUE DES ANNÉES 80, UNE SEULE ADRESSE :

14051412572015263612236353



WHOVIAN’S WHO ! – Azal

WHOVIAN'S WHO ! - Azal dans Whovian's Who 17040608411815263614966947

Le Whovian’s Who, pour tout savoir sur l’univers étonnant de la série DOCTOR WHO grâce à Carine, infatigable fan experte qui voyage à travers l’espace et le temps pour extraire la moindre information sur les personnages, les créatures, les créateurs et les aliens de la série culte ! Pour tous les fans du Docteur, retrouvez le Whovian’s Who sur les Échos d’Altaïr ! Aujourd’hui :

18071106145115263615802350 dans Whovian's Who

AZAL

Arrivé sur Terre il y a des milliers d’années, Azal, dernier représentant de la race des Daemons, s’est placé en animation suspendue dans son vaisseau jusqu’à ce que l’heure soit venue de juger si l’expérience des Daemons avec l’humanité était ou non un succès. Ressemblant à un Satyre, Azal à le corps et la tête d’un homme barbu à la peau rougeâtre, aux crocs pointus, aux longues cornes, aux jambes de bouc et aux sabots fendus. 

18071106160715263615802351La technologie des Daemons, ressemblant beaucoup à de la sorcellerie, permet de changer de taille à volonté et de mettre en place une barrière thermique isolant un lieu défini. Les Daemons pouvaient aussi animer des statues de pierre, comme Azal le fait avec Bok dans « The Daemons ». 

Race très ancienne, les Daemons utilisaient les espèces d’autres planètes à des fins expérimentales, influençant leur évolution selon leurs désirs. Ainsi, c’est il y a environ 100 000 ans que les Daemons sont arrivés sur Terre et ont aidé l’Homo Sapiens à se débarasser de l’homme de Neandertal. Ils ont ensuite guidé son développement et lui ont permis d’acquérir certains savoirs. Lorsqu’ils jugeaient qu’une expérience était ratée, ils la détruisaient sans état d’âme, et c’est ainsi qu’ils ont détruit l’Atlantide. Selon le troisième Docteur, ils auraient été à l’origine de nombreux mythes de dieux et de démons cornus, entre autres le dieu égyptien Khnoum. Ce type d’expérimentation a eu lieu sur de nombreuses autres planètes. 

À la fin du vingtième siècle, le Maître éveille Azal en se livrant à des rituels dans le village de Devil’s End, près de la Bosse du Diable où le vaisseau d’Azal était dissimulé. Les cérémonies permettaient de canaliser les émotions négatives telles que la peur, la haine ou la cupidité, nécessaires lors de l’appel du Daemon. 

C’est le sacrifice de Jo Grant, qui offre sa vie en échange du Docteur, qui anéantira Azal, incapable de supporter un acte aussi irrationnel. (« The Daemons »)

18071106181715263615802353

Dans l’audio « Time in Office », une tentative d’éveiller Azal a lieu au Japon au 18e siècle, contrecarrée par le Quatrième Docteur et Leela.

Dans le roman « Who Killed Kennedy », un soldat de UNIT, Francis Cleary, devient fou après avoir vu le Diable à Devil’s End. 

On peut également croiser d’autres Daemons dans les romans : 
– « T.memetics: A Morphology » 
– « Interference – Book Two »
– « T.memeticus: A Morphology »
– « The Quantum Archangel »
et les comics :
– « Voyage to the Edge of the Universe »
– « Party Animals » (avec un Daemon amical du nom de Bonjaxx)
Ainsi que dans la vidéo « Daemon’s Rising » avec Kate Lethbridge Stewart.

- Carine - (Les Enfants du Temps)

Extrait vidéo ci-dessous.

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles du Whovian’s Who :

Les Voords / Le Studio D de Lime Grove / Les Tritovores / L’Académie des Time Lords / Aridius et les Aridiens / Les Mechanoïds / William Emms / Les Drahvins / Les Rills / Le phénomène de la régénération / Brian Hayles / Ian Stuart Black / Les Monoïdes / Le Minotaure, créature du Complexe Divin / Patrick Troughton / Elwyn Jones / Les Caméléons / Les Cybermats / Mondas / Jack Watling / Abigail Pettigrew / Les Dulciens / Le Maître de la Fiction / Tobias Vaughn / Les Krotons / Anne Travers / Le Maître Cerveau / Jon Pertwee / Les Ambassadeurs / Malcolm Hulke / L’Axos

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 

 



EXPLORATHÈME – Philippe Druillet

Explorathème, c’est aussi la présentation d’auteurs, de cinéastes ou d’artistes à travers des vidéos, avec des points de vue de fans ou d’experts. Aujourd’hui :

PHILIPPE DRUILLET

Image de prévisualisation YouTube

Autres sujets présentés dans Explorathème :

Le Space Opera / L’Heroic Fantasy / Le Cyberpunk / Le rétrofutur / Le Steampunk / Portrait de H.P. Lovecraft / Lovecraft, explorer l’indicible / Jules Verne, l’invitation au voyage / L’Histoire Sans Fin, le livre / Nicolas Stanzick : Les Monstres d’Universal / Philip K. Dick : visionnaire du temps / Le Gore : un genre contestataire ? / Le voyage dans le temps / Les robots : de Frankenstein à Terminator / Le cinéma de Sam Raimi / Hugo Gernsback, le père de la Science-Fiction



IKIGAMI, PRÉAVIS DE MORT

IKIGAMI, PRÉAVIS DE MORT dans Antipathes 15050108480515263613222884
Aujourd’hui, je vais vous parler d’un manga qui me tient particulièrement à cœur. D’un manga d’un genre bien particulier. Si vous êtes fan des œuvres d’anticipation dystopiques (tels que 1984, Le Meilleur des Mondes, Nous Autres, etc…), il est possible que cela vous plaise.
 
Ikigami, préavis de mort (イキガミ)
18070308440715263615789797 dans B.D.
Cela met tout de suite dans l’ambiance, n’est-ce pas ?
 
C’est un manga écrit par Motorô Mase, né en 1969 dans le département d’Aichi. Il reçut le prix de meilleur jeune auteur en 1998 pour sa première œuvre Area, mais c’est Ikigami qui lui vaudra les meilleures distinctions. En 2009, il reçut le prix spécial BD pour le festival international de la Science-Fiction « Les Utopiales », en 2010 il reçut le prix de Sélection Officielle du festival international de BD d’Angoulême, et d’autres comme le Grand Prix Polymanga du divertissement en 2010 et, toujours la même année, le Grand Prix de l’Imaginaire du festival Étonnants Voyageurs catégorie manga…
 
18070308503915263615789800C’est une œuvre, en dix volumes, publiée en version originale aux éditions Shogakukan(entre 2005 et 2012) et pour la version française aux éditions KAZÉ (entre 2009 et 2012).
 
Le manga aura aussi droit à une adaptation cinématographique (film live) en 2008 : IKIGAMI, PRÉAVIS DE MORT, réalisé par Tomoyuki Takimoto et scénarisé par Hiroyuki Yatsu, qui reprend trois des histoires des trois premiers tomes de la saga. Un excellent film là aussi. Bien que la fin diffère de celui du manga, il lui est très fidèle.

Avec dans les différents rôles : 
Shôta Matsuda : Kengo Fujimoto
Kôji Tsukamoto : Hidekazu Morio
Riko Narumi : Sakura Iizuka
Takayuki Yamada : Satoshi Iizuka
Akira Emoto : Counselor
Jun Fubuki : Kazuko Takazawa
Hitori Gekidan : Shimada
Haruka Igawa : Dr. Kondo
Yuta Kanai : Tsubasa Tanabe
Kazuma Sano (VF : Arnaud Laurent) : Naoki Takazawa
Takashi Sasano : Director Ishii
Sansei Shiomi : Nobutoshi Takazawa
 
L’histoire se situe dans un pays d’Asie imaginaire qui possède une loi somme toute particulière. La « loi pour la sauvegarde de la Prospérité Nationale » qui entend assurer la prospérité de la Nation en inculquant la valeur de la vie. « Comment ? » me demanderez-vous. « Pas si vite petits freluquets ! » vous répondrai-je !
 
18070308462415263615789798Lors de l’entrée à l’école, les nouveaux élèves doivent subir « la vaccination de prospérité nationale ». Et 0,1% des vaccins contient une nano-capsule. Icelle, se fixant dans une artère pulmonaire, doit, à une date et heure fixée entre 18 et 24 ans, éclater et causer la mort du citoyen. Comment instiller la valeur de la vie m’avez-vous demandé ? Eh bien tout simplement en sacrifiant au hasard un citoyen sur mille. Bien sûr, le citoyen à qui revient l’honneur de mourir pour le bien de la prospérité de la nation n’est au courant que 24 heures avant l’heure de son décès. Cela se fait via la délivrance par un livreur au service de la Mairie d’un Ikigami (soit d’un préavis de décès) sur lequel l’heure et la date du décès sont inscrites. Officiellement cette loi a pour objectif de diminuer les actes de délinquance, de suicide et d’améliorer la productivité chez sa population. Et c’est ce livreur qui sera le héros principal de notre histoire. Kengo Fujimoto, livreur pour le service d’État Civil de la Mairie. Il sera en charge de délivrer l’Ikigami à de jeunes gens désignés par le sort pour mourir dans les prochaines 24 heures. Il est un peu le messager de la mort en quelque sorte. Nous suivront donc, en plus de notre héros, la vie de chacun de ces jeunes gens confrontés à une fin inéluctable. Bien sûr, des avantages sont accordés aux désignés mais aussi à leur famille (les restaurants inscrits et les transports sont gratuits…). Mais cela leur est retiré en cas de contestation ou d’actes répréhensibles, souvent poussés par le désespoir. Voire même, en cas de préjudice commis, c’est à la famille de les réparer. Pour le reste de la population, en cas de contestation contre cette loi, le contrevenant est désigné, soit par une police spéciale en civile, soit dénoncé par des citoyens modèles, comme étant un élément dégénéré et se voit être rééduqué. Vous avez compris, je crois, que le système s’approche davantage d’une dictature que d’un État de droit.
18070308483115263615789799
 
C’est un manga passionnant et surtout bouleversant où la tragédie est omniprésente. Ça a été pour moi, autant vous le dire, une véritable claque. Le héros, notre livreur (que j’apprécie beaucoup au passage), est un de ces héros atypiques mais fascinant par le peu d’influence qu’il a sur son monde. Il est d’ailleurs dans un premier temps peu enclin à la subversion. Il se cache derrière un professionnalisme irréprochable et des manières qui lui permettent de traverser les épreuves que lui imposent son travail et la confrontation envers ces jeunes gens qu’il envoie à la mort.
Tout d’abord affecté par son rôle de livreur, il va vite prendre le pli sans jamais vraiment s’investir dans la vie de ses administrés. Il va cependant tout le long de l’histoire se poser des questions sur la légitimité de son rôle et de cette loi aberrante sans vraiment vouloir changer les choses. Quant aux jeunes gens, ils vivent tous leur dernières 24 heures différemment, certains se résignent, certains se vengent et d’autres luttent mais au bout du compte, le résultat est le même…
 
18070308555315263615789814Personnages principaux :
 
Kengo Fujimoto : 25 ans. Il est employé en tant que livreur au service d’État Civil de la Mairie détaché à la livraison des ikigamis. Bien qu’étant le héros il est assez effacé et sera plutôt le fil rouge qui relie et met en branle toutes ces vie simplement en frappant à leur porte.
 
Nanako Kubo : Psychologue clinicienne, elle est en charge des thérapies visant à suivre les personnes désignées par l’ikigami en situation de dépression.
 
M. Ishii : Chef du service d’État Civil, il est le supérieur de Kengo Fujimoto. C’est aussi lui qui remet les dossiers relatifs à l’Ikigami à Kengo Fujimoto. Dossiers qui lui viennent directement du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale (MSPS). Il a été livreur avant ça et, selon lui, a fait partie de la jeunesse qui s’est soulevée à l’époque de la mise en place de la loi.
 
Petite découverte que je vous conseille si vous avez le courage de vous y lancer.
 
D’ailleurs avant que j’oublie, je viens vous remettre l’ikigami. La date et l’heure fixées sont inscrites ici et je vais vous demander de signer là en-bas s’il vous plaît. Merci.
Je prie sincèrement pour le repos de votre âme.
 

- Antipathes -

18070308535415263615789804

Autres articles d’Antipathes :

Robot-cool (40) : Marvin / Nous Autres / Martiens, go Home ! / La Planète des Singes / Dirk Gently, le détective holistique / Bender / Spécial Frank Herbert / Le Cycle du Programme Conscience : Destination Vide / Le Cycle du Programme Conscience : L’Incident Jésus / Le Cycle du Programme Conscience : L’Effet Lazare / Le Cycle du Programme Conscience : Le Facteur Ascension / Le Cycle du Programme Conscience : Le Bestiaire de pandore

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com