LA NUIT DES MALÉFICES (1971)

Posté le 30 novembre 2018

LA NUIT DES MALÉFICES (1971) dans Cinéma bis 18113007252415263616018297

LA NUIT DES MALÉFICES (1971)

LA NUIT DES MALÉFICES (The Blood on Satan’s Claw, un titre original qui est nettement plus imagé) est un petit classique de la sorcellerie produit par la Tigon (alors concurrente de la Hammer Films). Le contexte de l’Inquisition moyenâgeuse situe le film de dans la lignée des films de torture comme LE GRAND INQUISITEUR (1968), LA MARQUE DU DIABLE (1970), LE TRÔNE DE FEU (1970, The Bloody Judge) ou encore LES CROCS DE SATAN (1971, Cry of the Banshee). Mais l’intrigue est beaucoup plus centrée sur cette petite communauté villageoise peu à peu infestée par la marque du démon

18113007265115263616018298 dans Cinéma bis anglaisL’intrigue : Angleterre, XVIIIème siècle. Dans un petit village, un jeune homme affirme avoir vu le Diable. Le juge du comté n’y prête pas attention. Soudain, des événements anormaux se déroulent : les villageois sombrent dans la folie, et des jeunes femmes se voient affligées de marques sur le corps. C’est alors qu’un groupe mené par la jolie Angel Blake pratique d’étranges cérémonies funèbres…

Anticipant de deux ans le chef-d’œuvre THE WICKER MAN (LE DIEU D’OSIER en Français), LA NUIT DES MALÉFICES développe surtout la montée du satanisme de la manière d’une épidémie qui s’en prend d’abord aux enfants et aux adolescents du village. Le film prend d’ailleurs vite des faux airs des RÉVOLTÉS DE L’AN 2000 (1976, ¿Quién puede matar a un niño?) ou de CHILDREN OF THE CORN lorsqu’une ségrégation se créé entre les enfants et les adultes du village. Et cette innocence bafouée donne alors lieue à quelques scènes surprenantes de manipulation ou de sadisme comme lorsque la virginale Angel Blake séduit physiquement le prêtre de la paroisse. Le village se retrouve alors petit à petit décentralisé vers un lieu-dit où se réunissent les enfants pour des messes de sabbat noir autant bucoliques que meurtrières.

Malgré son côté daté et son intrigue lente et sinueuse, LA NUIT DES MALÉFICES (disponible ICI en V.O.) est, à mon goût, l’un des meilleurs films du genre, et souvent imité.

- Trapard -

Un commentaire pour « LA NUIT DES MALÉFICES (1971) »

  1.  
    trapard
    27 mai, 2019 | 0:22
     

    Moins surnaturel, mais sur un thème similaire, la même année Joël Séria a réalisé MAIS NE NOUS DÉLIVREZ PAS DU MAL.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mais_ne_nous_d%C3%A9livrez_pas_du_mal

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez