PAROLES D’ALTAÏRIEN – 21

Posté le 21 janvier 2019

PAROLES D'ALTAÏRIEN - 21 dans Paroles d'Altaïrien 16101809283715263614563469

Il est de coutume de vouloir toujours interviewer les « spécialistes » ou ceux que l’on considère, à tort ou à raison, comme les « Gardiens du Temple de l’Imaginaire ». Pour une fois, laissons-les de côté, oublions-les en leur passant la muselière de circonstance et donnons enfin la parole aux fans, aux geeks, aux fantasticophiles de tous âges et de toutes espèces qui font vivre l’Imaginaire chaque jour ! Pour cela, Le Groupe Facebook d’Altaïr IV, à l’occasion des 10 ans du blog, a réveillé la rubrique « Paroles d’Altaïrien » et laissera désormais la parole à un(e) Altaïrien(ne), le temps de quelques questions sur sa passion pour l’Imaginaire, ses souvenirs, ses goûts, ses manies…

16101809365515263614563484 dans Paroles d'Altaïrien

Jean-Yves Bourcheix

16101809365515263614563484

S’il y a un trekkie dans la salle, qu’il se lève… Ah ! J’aperçois Jean-Yves. Et ne lui dites surtout pas qu’il est geek avec tous ses dvd, cd, posters, vaisseaux, il ne l’admettrait pas. Par contre vous pouvez le penser, ça lui plaît. Bon, on lui laisse la parole, surtout qu’il a plein de choses intéressantes à nous raconter…

« Dites que je suis un geek, cela me fait plaisir, mais ne comptez pas sur moi pour vous l’avouer. »

L’Imaginaire, tu es tombé dedans vers quel âge ?

19012106181215263616085342La difficulté de cet exercice est de ne pas tomber dans le souvenir imaginaire, celui qui, construit a posteriori, par nos propres désirs et refus de notre histoire personnelle, flatte le petit ego du fan qui sommeille en nous ; ce souvenir qui fait de vous l’exception dans votre entourage, l’iconique solitaire dans un monde ignorant, l’illuminé qui a saisi en son enfance, déjà toutes les implications des fabulaires du passé, de l’avenir ou du présent réinventés. Vous savez, ce souvenir si clair et précis qu’il est forcément faux, reconstruit, parfois le fruit même de notre mégalomanie ordinaire… Et quand bien même en serait-il ainsi, ne reflèterait-il pas tout autant ce que nous sommes, en tant que réceptacle de l’imaginaire qu’un véritable souvenir, peut-être même immortalisé par une photographie ou une vidéo familiale ? Ne pouvons-nous pas aller encore plus loin et nous demander s’il ne serait pas en fait un reflet bien plus fidèle qu’une preuve flagrante de ce que nous percevons et de ce nous en partageons ? Du fait, je me lance sans plus poser de question : mon premier souvenir de l’imaginaire, dont je garde une trace vraiment claire, remonte à mon enfance, vers l’âge de 7 ou 8 ans. Mon grand-père, qui ne l’était pas d’ailleurs, avait une propension curieuse, pour un homme de son âge, à lire des comics Strange, Rintintin et autres Mandrake le magicien. L’été, quand ma grand-mère me bordait, elle m’amenait une pêche pour nourrir mon petit ventre et un ou deux tomes de ces curieuses BD pour nourrir mes rêves. Et les deux fonctionnaient à merveille.

19012106404715263616085365

Dans le monde grouillant de l’Imaginaire, quel est ton genre préféré et pourquoi ?

Clairement la Science-Fiction, mais sur le tard. Mon adolescence fut plutôt teintée de jeux de rôle, abreuvée à Donjons et Dragons, Middle Earth ou Cthulhu (rien que l’écrire est un cauchemar). Donc, de 19012106424115263616085366l’heroic fantasy, qui me fit découvrir J.R.R Tolkien et de l’effroi, sorti tout droit de l’esprit corrompu de H.P Lovecraft. Un bel équilibre en somme, reflet de celui que connait bien souvent l’adolescent, tiraillé entre des idéaux moraux auxquels il aimerait aspirer et la folie d’un monde d’adultes auquel il ne saurait échapper. La Science-Fiction n’entra véritablement dans ma vie que plus tard, même si COSMOS 1999 avait sûrement déjà ouvert la voie du futur à mon imagination, précédée par ULYSSE 31 ou JAYCE ET LES CONQUÉRANTS DE LA LUMIÈRE, ou encore GOLDORAK, sans oublier la première pierre, angulaire de toute une éducation télévisuelle perdue : IL ÉTAIT UNE FOIS L’HOMME et son pendant futuriste, IL ÉTAIT UNE FOIS L’ESPACE. Merci Monsieur Berlusconi. Oui, merci à la Télé Spaghetti, comme on l’appelait alors, de nous avoir enfin délivré de l’ORTF, et de nous avoir fait plonger, non avec un certain retard, mais néanmoins un regard émerveillé, dans le mode sériel américain. Un monde dont je ne quitterai plus jamais le maelstrom à la fois délicieux et gargantuesque, minutieux et bazardesque, lumineux ou dantesque. Et lorsque je dis Science-Fiction, j’emploie là un terme généraliste à dessein, car le genre dans son ensemble est un reflet et un questionnement permanent sur nos actions présentes et nos choix de Société, mais j’affectionne plus encore que tout, celui qui, non sans en tenir compte, essaie de nous affranchir de la part sombre de l’Humanité, celui qui nous tire vers le meilleur là où d’autres nous présentent leur pire, celui qui parle de nous, et pas des autres, celui qui interroge notre Histoire pour éclairer notre possible évolution. Je peux en écrire des années lumière comme cela. Mon préféré est l’anticipation positive, le fabulaire de notre futur possible souhaitable : STAR TREK.

19012106462315263616085367

Te considères-tu comme « geek » ?

Absolument pas ! Mais j’adore croire que les autres puissent penser que j’en suis un, cela m’amuse car je suis certain que, pour la plupart, ils ont chacun une définition différente et que je ne corresponds certainement à aucun des ensembles de critères qu’ils appliquent aux geeks, tout en étant sûrement fidèle à beaucoup d’entres eux. Si le geek c’est le mec un peu différent, un peu hagard, un peu illuminé, qui s’invente des histoires et croit aux Martiens devant son pc ou sa télé : j’approuve ! Dites que je suis un geek, cela me fait plaisir, mais ne comptez pas sur moi pour vous l’avouer. JAMAIS !

« Le temps de la lecture est pour moi un temps trop réflexif, le long duquel je perds le fil de l’imaginaire. »

Quels sont tes films et séries TV préférés ? 

19012106484415263616085368Je vais forcément en oublier, alors, pour ne pas être tout de suite redondant et ne pas oublier le film qui parle toujours à mon âme d’enfant et mon cœur d’homme, je commencerai par EXCALIBUR de John Boorman, j’espère qu’il n’y aura jamais de remake de ce chef-d’œuvre absolu. Dans le domaine cinématographique, je peux citer bien entendu 2001, L’ÉCHELLE DE JACOB, DUNE, LA PLANÈTE DES SINGES (le premier, et seulement celui-ci), PLANÈTE  INTERDITE, mais je vais aussi vous avouer un truc, je ne me lasse jamais de PIRATES de Polanski, de LA VIE DE BRIAN des Monthy Python… Je le savais, j’en ai oublié des tonnes… Je ne vous ferai pas la liste des STAR TREK (si ?…) ou des STAR WARS, que je continue à classer dans une catégorie à part, tous les deux, Anticipation Positive pour les premiers, Spatial Fantasy pour le second. Les séries ? Je vais essayer chronologiquement de les énumérer, sans distinction de genre : AMICALEMENT VÔTRE, COLUMBO, LE PRISONNIER, COSMOS 1999, L’ÂGE DE CRISTAL, REMINGTON STEELE, CAPITAINE FURILLO, STAR TREK et tous ses dérivés, X-FILES, WESTWORLD, tous les spin off et résurgences de LAW AND ORDER, mais on en découvre tous les jours, merci encore une fois à un truc pas de chez nous, Netflix. Et je le dis sans aucun cynisme : j’aurais tellement aimé que Netflix fût français.

19012106512915263616085370

Quels sont tes romans, BD et auteurs favoris ?

Je ne vais pas me la jouer, je suis nul en romans ! Je ne les finis jamais ! Du coup, je ne pourrai pas vous dire que j’aime tel ou tel auteur, si ce n’est dans leurs deux ou trois premiers chapitres… et encore. Le temps de la lecture est pour moi un temps trop réflexif, le long duquel je perds le fil de l’imaginaire. Mon imaginaire doit être stimulé en permanence sinon il s’égare. Un épisode, un film, oui , un roman que l’on saccade, saucissonne, reprend, relit, pour moi, c’est juste inimaginable, puisque tel est le sujet. Quant aux BD, je ne suis pas non plus un fervent lecteur. Une par-ci, une par-là, pas de quoi avoir le toupet de s’arroger le droit de donner un avis.

Quel est ton meilleur et/ou ton pire souvenir ? 

19012106532315263616085373Terrible question. Je vais essayer de me limiter aux thèmes abordés plus haut. Mon pire souvenir cinématographique est d’avoir entraîne quatre de mes amis à la première de STAR TREK : PREMIER CONTACT à Paris et d’avoir jubilé tout le long du film en me disant qu’ils ne pourraient plus jamais dire que STAR TREK était un truc ringard et d’avoir constaté à la fin de la séance que j’étais décidément bien seul au monde, dans mon monde… Pour la petite histoire, aucun d’eux n’est encore dans mes amis. Mon meilleur souvenir concerne l’ÉCHELLE DE JACOB. Personne ne voulait aller voir ce film ! On l’a vu avec un ami et le frère de ma future épouse, qui avait une fâcheuse tendance a toujours s’endormir et ronfler comme un loir pendant les films au cinéma. Nous n’étions donc que trois à cette projection et il ne dérogea pas à la tradition. Au bout de deux ou trois minutes, il dormait bruyamment au premier rang. Il ronfla tout du long, nous forçant à nous exiler au fond de la petite salle. Lorsque le film fut fini, pendant que le générique de fin défilait, le projectionniste descendit pour prendre les avis des trois seuls ostrogoths à avoir regardé ce film. Allumant la lumière de la salle, il réveilla mon futur beau-frère qui sursauta en s’écriant « IL EST NUL CE FILM !!! » Je vois encore la tête incrédule du type…

« La science-fiction, c’est l’ensemble des maux du présent et du passé, guéris ou amplifiés par le prisme du futur. »

As-tu une manie en tant que fan de l’Imaginaire ?

Oui, mais ça doit rester entre nous. Dans mon travail, j’ai une sorte d’uniforme, dont certains éléments hivernaux, en polaire, ont tendance à toujours remonter le long du corps. J’ai donc adopté de façon ostentatoire, car elle ne parle qu’à moi, la fameuse « Manœuvre de Picard », que Patrick Stewart utilisait avec les premiers uniformes en spandex de TNG, consistant, en se relevant, à attraper le haut du vêtement sur le bas à droite et a gauche sur l’arrière pour le tirer vers le bas pour ensuite répéter la manœuvre sur le devant et ainsi ajuster l’ensemble.

Résultat de recherche d'images pour "picard maneuver gif"

Comment définirais-tu la science-fiction ? 

J’ai une définition simple, donc sûrement fausse : La science-fiction, c’est l’ensemble des maux du présent et du passé, guéris ou amplifiés par le prisme du futur. (Étonnant non ?, comme aurait dit Desproges)

Ta passion, comment la vis-tu au quotidien ?

C’est simple, y’en a partout ! Des vaisseaux, des cd, des dvd, des bouquins, des posters, bref, je ne vous le dirai pas, puisque je n’en suis pas un.

Quel est ton vœu le plus cher ? 

19012107014915263616085379J’ai suivi un cursus scolaire religieux. Autant vous l’avouer, j’ai suivi les enseignements catholiques chez les sœurs, comme chez les frères, les pères et tout le bataclan. Si aujourd’hui je regarde d’assez loin la Religion comme Institution, j’en ai toutefois retenu une chose. L’homme est capable du pire comme du meilleur. Et pour le meilleur, il est capable du pire. Curieusement, ces constatations s’appliquent à la religion comme à la Science qui, pourtant, furent longtemps ennemies jurées. Mon souhait est que, puisque l’Homme a la chance de savoir différencier le Bien du Mal, puisqu’il a la chance de savoir subordonner l’individuel au collectif, puisqu’il a le devoir de se montrer à la hauteur des espérances qu’ont posé en lui tous ceux, qui, au cours de nôtre Histoire, ont posé les jalons de ce qui peut nous conduire encore très longtemps à réussir, à connaitre, comprendre et aimer, que ce qui forgera le futur de l’Humanité puisse rendre fiers ceux qui l’accompliront comme ceux qui ne l’auront pas connu mais l’auront espéré.

Merci Jean-Yves ! Que la Force soit avec toi et Longue vie et prospérité !

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.co

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez