• Accueil
  • > Archives pour janvier 2019

Archives

Archive pour janvier 2019

LA DIXIÈME VICTIME (1965)

LA DIXIÈME VICTIME (1965) dans Cinéma 19010904322515263616069697

LA DIXIÈME VICTIME (1965)

LA DIXIÈME VICTIME est un petit classique du cinéma de science-fiction italien, sorti la même année que le FAHRENHEIT 451 de François Truffaut, et là où le Français préférait adapter Ray Bradbury, Elio Petri s’est attaqué à l’œuvre de Robert Sheckley.

À savoir que Sheckley a écrit deux nouvelles futuristes de chasse à l’homme face aux médias : « La Septième Victime » en 1953, qu’Elio Petri a adapté en 1965. Puis « Le Prix du danger » en 1958 dont la télévision allemande a produit « Le jeu des millions » en 1970, réalisé par Tom Toelle. Puis Yves Boisset en a réalisé le célèbre film éponyme, sorti en 1983. La même année, Joe D’Amato reprend le thème de la nouvelle pour le film futuriste, « Le Gladiateur du futur » (1983) et Luco Fulci fait de même avec « 2072, Les Mercenaires du futur » en 1984. Puis Stephen King a écrit une déclinaison de la nouvelle de Sheckley avec « Running Man » en 1982, dont est tiré le film de Paul Michael Glaser, avec Arnold Schwarzenegger sorti en 1987.

19010904350415263616069700 dans Film des 60's

La grande différence entre le FAHRENHEIT 451 de Truffaut et le film futuriste d’Elio Petri vient du style nerveux et « Arty » de la réalisation du cinéaste italien. D’ailleurs, ce même style nerveux ajouté à une politisation extrême remplaceront peu à peu l’univers graphique des films de Petri des Sixties, avec UN COIN TRANQUILLE À LA CAMPAGNE (1969), ENQUÊTE SUR UN CITOYEN AU-DESSUS DE TOUT SOUPÇON (1970) et LA CLASSE OUVRIÈRE VA AU PARADIS (1971). Mais la déshumanisation que peuvent engendrer le besoin de reconnaissance par les médias est déjà très présente dans LA DIXIÈME VICTIME. Les années 60 sont aussi les grands débuts de la télévision telle que la vouait déjà Silvio Berlusconi.

19010904350415263616069701 dans Science-fiction

L’intrigue : Dans un futur proche, les gouvernements ont décidé de canaliser les pulsions meurtrières de leurs concitoyens afin d’éviter de nouveaux conflits. Pour cela, une « grande chasse », à laquelle chacun peut participer, a été organisée. Les règles sont simples : chaque participant doit survivre à 10 chasses, en étant alternativement le chasseur et la proie, les rares personnes qui y parviennent devenant riches et célèbres. Caroline, une Américaine, en est à sa 10e et dernière participation. Pour triompher de cette ultime épreuve, elle doit tuer sa proie, un Italien nommé Marcello qui a 6 victoires à son actif. Désireuse de maximiser ses gains, Caroline passe un contrat avec une compagnie de thé pour que la mise à mort se fasse dans un lieu romain prestigieux, au beau milieu du tournage d’un spot publicitaire…

Les deux stars du film sont Marcello Mastroianni teint en blond, et Ursula Andress toujours aussi belle et d’apparence froide et dominatrice. Au début du film, elle n’hésite pas à tuer un homme avec deux revolvers cachés dans les balconnets de son soutien-gorge, comme le feront aussi la même année, les  BIKINI MACHINE du Docteur Goldfoot.

19010904393715263616069702 dans Trapard

Comme dans ses meilleurs films, ou en tout cas dans les plus connus en France (LA DOLCE VITA, LA GRANDE BOUFFE, FELLINI ROMA…), Marcello Mastroianni s’appelle… Marcello. Sûrement pour renforcer les conflits culturels italo-américains du couple.

On les suit une grosse partie du film, tel un duo « chasseur-chassé », flirtant ensemble pour apprendre à mieux se connaître, et comme pour chercher à déceler les failles de l’un et de l’autre. Jusqu’à en désacraliser même complètement l’image de l’affectif, du couple et de la famille à l’italienne.

19010904411615263616069703Plus définitif que les adaptations du « Prix du danger », LA DIXIÈME VICTIME montre le thème de la mort avec un recul blasé et amusant, l’élimination d’une « victime » se planifiant et s’orchestrant avec maestria, longtemps à l’avance. Ici, il n’est jamais question d’improvisation, ni de liberté de mouvements (un thème qui ressemble aux actuelles polémiques autours des caméras de surveillance). Et finalement, seuls les sentiments semblent vouloir se frayer un espace vital propre dans ce grand cirque politico-médiatique. Mais est-ce que cela ne fait pas partie des règles de ce grand jeu ?

Et d’une certaine manière, la « mort », le nombre de chasses, les chasseurs et les victimes, la tromperie et le regard d’autrui, tout cet ensemble ressemble très fort aux limites dans l’émancipation de la jeunesse au cours des années 1960.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



IMAGINART – JAROSLAW JASNIKOWSKI

IMAGINART - JAROSLAW JASNIKOWSKI dans Fantastique 13092910513615263611593982

Jarosław Jaśnikowski est un peintre polonais né en 1976, adepte du surréalisme et du steampunk. Il débute dans la peinture en 1991 et se spécialise dans la science-fiction. Mais c’est au 19010807451715263616068669 dans Imaginartmilieu des années 1990 qu’il découvre le surréalisme à travers les œuvres de Salvador Dali et d’autres peintres.

Jarosław Jaśnikowski décide de se consacrer au surréalisme et au réalisme fantastique après avoir visité, en 1998, l’exposition Wojtek Siudmak, autre peintre polonais qu’il rencontrera.

« Dans ses peintures, l’auteur présente des mondes alternatifs, les soumet à des lois de la physique complètement différentes, se moquant de la gravité ou des propriétés de la matière. La peinture de Jaśnikowski se caractérise également par la passion de l’auteur pour toutes sortes de véhicules et de machines fantastiques, ainsi que par l’amour du gothique. » (Wikipédia)

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

19010807381715263616068662

19010807382715263616068667

19010807382715263616068666

19010807382215263616068665

19010807382015263616068664

19010807381715263616068661

19010807381915263616068663

19010807383015263616068668

Autres articles de la catégorie Imaginart :

Tim White, artiste de l’Imaginaire / Fonds d’écran plein d’imagination ! / Ralph McQuarrie, créateur d’univers (1) / Ralph McQuarrie, créateur d’univers (2) / L’Imaginaire en fond d’écran ! / Peter Andrew Jones, fils de pulps / Andrew Probert, le papa des Cylons / Jules Verne en 3D / L’art de la SF et de l’heroic fantasy : Michael Whelan / Vador psychédélique et générique mythique / L’Empire vous parle ! / Un stardestroyer chez soi… / Affiches à part / Pour quelques fonds d’écran de plus / Star Wars en version steampunk ! / C’est fou ce qu’on peut faire avec un ticket de métro ! / Dangereux portes clés ! / Le FouRobot ! / Des peintures très « muppets » / La 3D anaglyphe selon Joel Fletcher / Frank R. Paul, l’artiste des pulps / Ma collection personnelle de pulps / Des images de rêve / Nemotechnik / Mondes et voyages de Didier Graffet / Un blog pour Scifimages / Jolis fonds d’écran galactiques / C’est merveilleux ! / Base extraterrestre appelle la Terre ! / L’art de Chris Foss / Du Separth ! / Du Separth (suite !) / Jules Verne et le CM2B / Le minimum pour une affiche / CoolVibe pour vous faire rêver / Documentaire sur Reynold Brown / Des vaisseaux et des robots / Envahisseurs sur cartes postales / Réalisez votre propre couverture de pulp ! / Le space-art de Chesley Bonestell / Un démon altaïrien signé Johannes Wahono / Un Cthulhu kanak / Le SILO et Altaïr IV / En provenance de la planète Vélas / Alex Schomburg : entre le comics et pulp / Un dessin de Ferrod pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin de Bellamy pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin des Tarquin pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin de Law pour Les Échos d’Altaïr / Krahang et Krasue par Arissara I. Le Moing / Vincent Di Fate / Bruce Pennington / Bob Eggleton / Arthur Haas / Naoto Hattori / Roger Dean / Un dessin de Niko pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin de Jules pour Les Échos d’Altaïr / Un dessin de Bianco pour Les Échos d’Altaïr / Une dédicace de David Yardin pour le blog / Un dessin de Ferrod pour Les Échos d’Altaïr / Frank Kelly Freas / Un dessin de Nicolas Keramidas pour le blog

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

 


MAGAZINES : PARUTIONS ANCIENNES, RÉCENTES ET PROCHAINES

MAGAZINES : PARUTIONS ANCIENNES, RÉCENTES ET PROCHAINES dans Magazine 19010707061415263616067476

19010707061615263616067478 dans Magazine

19010707061415263616067477

19010707061815263616067479

19010707062015263616067480

19010707062215263616067481



LAURENT GENEFORT A DIT…

LAURENT GENEFORT A DIT... dans Cinéma 19010607221715263616066067Laurent Genefort, écrivain français de science-fiction et de fantasy, a déclaré :

« Le cinéma de SF reste foncièrement adolescent, alors que la littérature a continué de mûrir. Un fossé s’est peu à peu creusé, le cinéma a démocratisé une certaine SF et en a diffusé une image régressive auprès du grand public. »



DRIVE-IN : LE CAVALIER DES CRÂNES (1965)

DRIVE-IN : LE CAVALIER DES CRÂNES (1965) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

19010507001715263616064710 dans Drive-in

LE CAVALIER DES CRÂNES (El Charro de las Calaveras)
Année : 1965
Réalisateur : Alfredo Salazar
Scénario : Alfredo Salazar
Production : Films de México S.A. de C.V
Musique : Gustavo César Carrión
Pays : Mexique
Durée : 79 min
Interprètes : Dagoberto Rodriguez, David Silva, Alicia Caro…

LE CAVALIER DES CRÂNES est un weird western mexicain (donc un western développant des univers fantastiques ou de science-fiction). Le cavalier du titre est une sorte de Zorro masqué affublé d’un gros patch de tête de mort cousu sur le revers du veston. Son but est de sauver la veuve et l’orphelin des loups-garou, zombies, sorciers, vampires et autres cavaliers sans tête malfaisants.

19010507040215263616064715 dans Fantastique

L’intrigue : Justicier masqué itinérant, marqué par l’assassinat de ses parents, le Cavalier des Crânes défend le bien, même contre les monstres les plus terrifiants. Il affronte d’abord un loup-garou pour protéger une mère et son jeune fils. Puis il tente d’empêcher un vampire de faire d’une belle jeune fille sa compagne pour l’éternité. Enfin, il croise la route d’un cavalier sans tête à la recherche, justement, de son extrémité supérieure perdue, et qui compte bien se venger sur la descendante de l’outrecuidant qui l’a décapité…

LE CAVALIER DES CRÂNES est un film d’épouvante qui ne nous épargne pas de nombreux passages humoristiques chers au cinéma de genre mexicain, sous les traits d’un quadragénaire couard et alcoolique, affublé de tous les défauts représentatifs du mauvais exemple familial. Et particulièrement pour un jeune public visé par ce type de film. Son reflet inversé apparaît bien entendu sous l’apparence du justicier solitaire, toujours juste et téméraire.

Résultat de recherche d'images pour "rider of the skulls gif"

Les effets spéciaux et les looks des monstres sont plutôt amusants : le loup-garou ressemble à un grand homme-caniche complètement décoiffé, et le vampire est affublé d’une cape, d’un ceinturon avec le logo de Batman et d’une tête de roussette. On ne nous épargne pas non plus son éternelle transformation en chauve-souris en plastique suspendue au bout d’un fil de nylon. Mais au-delà de tous ces éléments de tournage bâclé, LE CAVALIER DES CRÂNES développe tout un bestiaire du Fantastique, un peu comme un bilan de trente années du cinéma de monstres. La sorcière typique du cinéma mexicain est aussi de la partie, faisant resurgir un mort de sa tombe. Et le vampire tient en son joug une jeune et jolie goule mexicaine se transformant elle-aussi en chauve-souris en plastique suspendue au bout d’un fil de nylon pour s’envoler vers de néfastes missions…

19010507104315263616064716 dans Film des 60's

Enfin, un  cavalier sans tête, généralement plutôt inhérent à la culture nord américaine, recherche sa tête bavarde et affronte notre cavalier des crânes, à cheval et droit comme un i (on imagine assez bien le cou tranché fixé au-dessus de la tête de l’acteur déguisé). Et pour couronner le tout, le cavalier sans tête est à la tê… non, disons plutôt qu’il dirige une secte dévouée de cadavres encapuchonnés. Ça fait déjà beaucoup pour un seul film de moins d’une heure vingt.

Au final, le long-métrage ressemble à un essai de serial dont seuls trois segments ont subsisté et ont été mis bout-à-bout : les transitions sont brutales, le cavalier change un peu de look à chaque fois et même d’interprète, et les époques des trois histoires semblent très différentes à cause des changements de décors.

- Trapard -

Résultat de recherche d'images pour "rider of the skulls gif"

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie / Le Baron de la Terreur & Le Miroir de la Sorcière / Ataragon / The Incredibly Strange Creatures who Stopped Living and Became Mixed-Up Zombies / The Beach Girls and the Monster / From Hell it Came & The Woman Eater / Voodoo Woman & Zombies of Mora Tau / Le Tueur au Cerveau Atomique / Ikarie XB-1 / Cinq Survivants / The Snow Creature & Snowman / Indestructible Man / Monstres invisibles / Caltiki, le Monstre Immortel / Le Dernier Rivage / Le Monstre des Abîmes / L’Invasion Martienne / L’Effroyable Secret du Docteur Hichcock / Les Mangeurs de Chair / Frankenstein contre Baragon

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



EXPLORATHÈME – Lumière sur « La Nuit des Temps »

Explorathème, c’est aussi la présentation d’auteurs, de cinéastes ou d’artistes à travers des vidéos, avec des points de vue de fans ou d’experts. Aujourd’hui :

LUMIÈRE SUR « LA NUIT DES TEMPS »

Image de prévisualisation YouTube

Autres sujets présentés dans Explorathème :

Le Space Opera / L’Heroic Fantasy / Le Cyberpunk / Le rétrofutur / Le Steampunk / Portrait de H.P. Lovecraft / Lovecraft, explorer l’indicible / Jules Verne, l’invitation au voyage / L’Histoire Sans Fin, le livre / Nicolas Stanzick : Les Monstres d’Universal / Philip K. Dick : visionnaire du temps / Le Gore : un genre contestataire ? / Le voyage dans le temps / Les robots : de Frankenstein à Terminator / Le cinéma de Sam Raimi / Hugo Gernsback, le père de la Science-Fiction / Philippe Druillet / Le jeu de rôle est-il le renouveau de la narration ? / Isaac Asimov, les incroyables prédictions du futur



DAUGHTERS OF SATAN (1972)

DAUGHTERS OF SATAN (1972) dans Cinéma bis 19010407134115263616060977

DAUGHTERS OF SATAN (1972)

Ou quand l’histoire d’un portrait sur un tableau prend une dimension fantastique, un thème très exploité au cinéma depuis  GENUINE (1920) en passant par les adaptations d’Edgar Poe et d’Oscar Wilde. Le tableau est aussi un élément clé des décors victoriens et du cinéma gothique. Et bien que le genre soit déjà passé de mode en cette année 1972, on retrouve le portrait peint, et dans un cadre ovale cette fois, comme thème central d’une adaptation mexicaine mineure d’un conte d’Edar Poe, avec LE PORTRAIT OVALE (1972) du réalisateur Rogelio A. González. Un film gothique très peu connu sur lequel nous reviendrons peut-être sur Les Échos d’Altaïr.

19010407181115263616060979 dans Cinéma bis philippin

Mais avec DAUGHTERS OF SATAN, le thème est transposé dans l’imagerie des sectes satanistes de cette vague post-ROMARY’S BABY de la fin des années 60 et du début des années 70. Une imagerie faite généralement de sectes cagoulées et de femmes vêtues de tenues légères, colorées et flashy, avec de masques de démons antiques de toutes sortes et de couteaux sacrificiels aux formes toujours plus 19010407193315263616060980 dans Fantastiqueimpressionnantes les unes que les autres. Et ce type de films tournés en pleine période de « Sexploitation » implique très généralement un poil de nudité féminine et de saphisme. Voici juste quelques titres du genre pour me faire plaisir, et parce que je les ai découverts ou revus récemment : LES COMPAGNONS DE BAAL (1969), SATAN, MON AMOUR (1971), MORGANE ET SES NYMPHES (1971), LA SORCIÈRE VIERGE (1972), LA TOUR DU DIABLE (1972), AU SERVICE DE SATAN (1972), SISTERS OF DEATH (1972), NECROMANCY (1972), LA FILLE DE SATAN (1973), LA PLUIE DU DIABLE (1975) etc… Jusqu’à LA SECTE DES MORTS-VIVANTS (1976), ce dernier flm étant le moins bon de cette liste. Et sans oublier la saga des zombies templiers d’Amando de Ossorio. Donc que des films avec des capuches, comme quoi les délinquants contemporains n’ont rien inventé !

Et si L’EXORCISTE (1974) n’avait pas engendré une voie de sortie plus surnaturelle sur cette autoroute de films de sectes sataniques, nous roulerions peut-être encore dessus aujourd’hui…

Le portrait peint est aussi une variante des miroirs vaudou et autres reflets de sorcières. Puis il faut placer ce portrait dans le cadre (oui, oui…) de la démocratisation de la peinture, élément de décor devenu très accessible dans tous les foyers des années 70.

L’intrigue : Un marchant d’art trouve une peinture représentant 3 sorcières sur le bûcher dont l’une ressemble étrangement à sa femme. Celle-ci commence alors à se comporter d’une manière très étrange…

19010407164615263616060978 dans Film des 70's

Une intrigue qu’on a l’impression de connaître par cœur, non ? Mais DAUGHTERS OF SATAN est une série B agréable produite et tournée aux Philippines par Hollingsworth Morse, et mettant en vedette Tom Selleck, quelques années avant le gros succès de la série MAGNUM. D’où les diverses rééditions du film… sauf en France.

19010407223115263616060981 dans TrapardL’imagerie sataniste n’a rien d’innovant pour le spectateur. Mais le tournage du film aux Philippines a permis de transposer les vieilles croyances européennes en Asie, avec des scènes de tortures plus proches de celles des  FU-MANCHU que des sacrifices sur des anciens autels qui nous sont plus coutumiers des anciens rites indo-européens et de l’Amérique précolombienne. Évidemment, cette innovation n’empêche pas DAUGHTERS OF SATAN d’avoir ce petit côté « bricolé » cher aux séries B philippines.

Mais ici, les rites sont abordés avec leur lot de personnages étranges, et de grands chiens noirs (les chats noirs étant plutôt dans une certaine généralité, des éléments du cinéma d’horreur européen à budgets limités). On retrouvera d’ailleurs ce type de grands dogues et dobermans chers à notre  Asa Vajda préférée, dans  LA MALÉDICTION (1976), ZOLTAN, LE CHIEN SANGLANT DE DRACULA (1978) ainsi que dans certaines bisseries mexicaines du début des années 80. Et dans MAGNUM, tiens ! Zeus ! Apollon !

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



CITATION CÉLÈBRE : LA NUIT DES TEMPS

CITATION CÉLÈBRE : LA NUIT DES TEMPS  dans Citation célèbre 19010205503815263616056385« Dehors, c’était une tempête blanche, un blizzard à 200 à l’heure. Folle de détresse, aveugle, nue, elle s’enfonça dans les rasoirs du vent. Le vent s’enfonça dans sa chair en hurlant de joie, la souleva, et l’emporta dans ses bras vers la mort. Elle se débattit, reprit pied, frappa le vent de ses poings et de sa tête, le défonça de sa poitrine en hurlant plus fort que lui. La tempête lui entra dans la bouche et lui tordit son cri dans la gorge. »

(La Nuit des Temps – René Barjavel)



123