Catégorie

Archive pour la catégorie « Axel »

TEST « STAR WARS REPUBLIC COMMANDO »

TEST

15052908195015263613310662 dans Jeu vidéo

« Bal kote, darasuum kote, Jorso’ran kando a tome. Sa kyr’am Nau tracyn kad, Vode an.*

* Et la gloire, l’éternelle gloire, Nous devrons supporter son poids tous ensemble. Forgée comme le sabre dans les feux de la mort, tous frères. »

Déjà, rien que ça, ça nous mettait bien dans l’ambiance ! Il s’agit du chant Vode an, en Mandalorien, qui était la musique du menu d’accueil. Sorti en 2004 sur pc et Xbox première du nom, Star Wars : Republic Commando est l’un des rares jeux SW à posséder une bande son qui lui est propre, en plus de certains thèmes de John Williams. Les paroles venant de l’auteur des bouquins, Karen Traviss, et mis en musique par Jess Harlin. Et pour un jeu, la bande son, ça donne des points !

Pour le jeu en lui-même, il vous permettait d’incarner un chef d’escouade de commandos de la République, avec à vos ordres 3 autres soldats, chacun ayant une compétence particulière. Vous incarnez Delta-38, alias Boss, sergent et leader et sous vos ordres, vous avez :

  • Delta-62 alias Scorch (appelé Nitro dans la version française) : expert en démolition, et blagueur ;
  • Delta-40, alias Fixer (Hacker dans la VF) : numéro 2 du groupe, expert en piratage, et aussi celui qui vous donnera le plus d’idées de stratégie ;
  • Delta-07, alias Sev : le guerrier de l’équipe, et sniper.

15052908200215263613310664 dans Star Wars

Certaines de ces compétences se vérifient bien sur le terrain : par exemple, Sev se montre plus résistant que les autres face aux coups ou tirs ennemi, d’autres moins : ce même Sev mettra autant de temps que Scorch à poser une bombe par exemple.

Pour ce qui est du gameplay, on est dans le correct, bien qu’on ait plus à faire à un FPS « arcadisé » stratégique que le gameplay révolutionnaire dont ils parlaient lors de sa conception. Les symboles pour placer vos hommes à diverses tâches comme grenadier, ou encore position de sniper, sont visible de loin, si bien que vous ne pourrez pas y échapper. De plus, vos coéquipiers s’y placeront instinctivement pour se mettre à couvert au cas où vous oublieriez. Le niveau de difficulté n’est pas énorme, bien qu’en difficile, ça corse pas mal les choses (enfin pour ma part, mais je suis pas doué en jeux vidéo en temps normal).

Le véritable plus de ce jeu reste son ambiance unique dans les jeux SW : une ambiance bien aidée par la musique comme je l’ai dit plus haut, mais aussi par des décors assez bien fournis, hormis peut être la campagne sur le Prosécutor, qui se résume à un couloir et quelques salles. Pas mal de petits détails inutiles toutefois pour combler ce manque d’éléments comme une unité R2 passant par là ou encore des droïdes souris. Bien évidement, si vous tirez dessus, le machin pète comme les mynocks à l’entrée du vaisseau L’ambiance est aussi bien aidée par Scorch, qui envoie souvent des vannes plutôt sympas, ma préférée est quand vous shootez un de vos hommes, parmi ses répliques, il y a celle-là : « A mon avis, 38 est le clone du clone d’un clone. »

15052908195615263613310663

Ce jeu a aussi ses missions de type bourrin, où la réflexion n’est pas recommandée : vous avez un tas d’ennemis devant vous, le mieux est de les shooter, de préférence à la tête si vous voulez conserver un minimum de munitions. Mais ne vous faites pas de souci : des munitions, il y en a partout ! À chaque fin de combat quasiment…

Pour ce qui est de vos cibles, elles sont plutôt variées, et la façon de les éliminer efficacement n’est pas la même pour toutes. Les plus rudes seront certainement les Droïdes Araignées Nains, qui n’ont qu’un point faible à viser si vous ne voulez pas voir toutes vos munitions d’armes lourdes y passer… Viennent ensuite les super droïdes de combats qui n’ont rien à voir avec ceux de Battlefront : ceux-là sont vraiment sévères à détruire ! Ensuite vous avez 3 sortes de Trandoshans dont un bien méchant, surtout son arme, (gardez vos grenades flash pour ces types !), des Géonosiens, des droïdes tout simples…

15052908200615263613310665

Ce jeu est loin d’être ennuyant, j’y rejoue d’ailleurs régulièrement, et avec toujours autant de plaisir ! Sans dire que c’est le meilleur jeu SW, il est toutefois unique en son genre, ne serait-ce que pour son ambiance, qui, au risque de me répéter, est vraiment sans équivalent ! Mais malgré toutes ses qualités, le soft a du mal à dissimuler ses lacunes parfois imputées au fait que ce soit un fps (répétitions des missions, solo trop court : 6 heures de campagne), mais aussi liées à sa conception : graphismes sans plus (pour l’époque, j’entends), un gameplay pas si novateur alors que la promesse était faite d’un fps stratégique innovant.

Mais encore une fois, l’immersion est totale, et ce point est extrêmement important pour un fps, justement pour ne pas tomber dans l’ennui !

14/20

- Axel -

Autres jeux vidéo présentés par Axel :

Sword Art Online : Hollow Fragment / Tearaway / Gravity Rush / Dragon Age Inquisition / Teenage Mutant Ninja Turtles : Fall of the Foot Clan / Dragon Ball Z : Shin Budokai / Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins

Autres jeux vidéo présentés dans la catégorie Jeu Vidéo :

Wing Commander : la saga / Final Fantasy XIII-2 / Alien Isolation

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



TEST « SUPER MARIO LAND 2 : 6 GOLDEN COINS »

TEST

« Bonchour chest le plombier ! » Déjà 30 ans d’activité pour le plus célèbre d’entre eux, et il n’a pas l’air pressé de prendre sa retraite! Sorti en 1992 sur Gameboy, ce jeu n’a aucun rapport avec Super Mario Land.

15052010323915263613283269 dans Jeu vidéoDans l’ordre, la première nouveauté qui apparaît à l’écran est la sauvegarde ! Et ça, ça vous change bien des choses ! La seconde c’est la map qui permet de choisir un monde où se trouvent trois niveaux en moyenne, plus un niveau caché. Enfin la 3e, la refonte graphique totale ! Que le jeu est beau ! Mario a enfin une tête rondouillarde, les méchants ont tous une bonne bouille avec leurs grands yeux. En gros ce jeu a posé les bases des Mario actuels, ou du moins jusqu’à Super Mario Bros sur Wii. La simplicité des graphismes des Mario étant souvent simple, ce jeu a très bien vieilli visuellement !

Niveau histoire, il y a six mondes à explorer qui se terminent par un boss. Il faut le buter et récupérer une pièce en or (on n’avait pas les couleurs mais le titre du jeu est assez évocateur) qui trouvera son emplacement sur une grosse porte. La sauvegarde est automatique. Une fois les 6 pièces récupérées, la porte s’ouvre et vous atteignez donc le château final, appartenant à un ennemi qui change du traditionnel Bowser !

15052010340215263613283272La popularité de Mario n’est pas due au hasard, il y a sa bouille sympathique, mais aussi son gameplay. Toujours aussi simple, ne réclamant que deux touches et une croix directionnelle, Mario est vif, rapide, saute en fonction du temps d’appui sur la touche, tout y est ! Gare à sa glisse en fin de course qui peut vous mettre out rapidement ! La nouveauté est l’apparition d’une transformation avec la carotte qui vient s’ajouter à la fleur. Si cette dernière vous permet de lancer des boules de feu, la carotte vous donne des oreilles de lapin, et permet d’effectuer de longs sauts, pratique pour aller chercher la cloche de fin de niveau.

D’un point de vue personnel, s’il fallait conserver un Mario sur Gameboy, ce serait celui-ci ! Difficile de noter un jeu où tant de souvenirs d’enfance ressurgissent alors que je n’ai jamais eu ce jeu, seulement mes cousins, je devais donc y jouer une fois par an, c’est ça qui est bon dans le retrogaming ! Ce jeu serait sûrement dans mon top 3 des jeux Gameboy !

- Axel -



TEST « DRAGON BALL Z : SHIN BUDOKAI »

TEST

15051508382315263613267796 dans Jeu vidéo

Shada, head shada ! Les Kaioken, Kikohas, Kamekameha sont bel et bien là, et de la bonne manière ! Sorti en 2006 sur « peusseupeuh » selon Eric Cartman, sur PSP pour ceux qui n’habitent pas South Park, on va pas se mentir : le jeu est l’adaptation du gameplay des Budokai sur la console portable de Sony. Le combat de profil, la nervosité de ce gameplay, dans la poche !

Graphiquement, il faut revenir 9 ans en arriére, sur une console qui attaque aujourd’hui sa 11e année.
On reconnait les persos, les maps sont fidèles au manga mais un peu vides, et les couleurs manquent de chaleur. Les ombres sont fixes, ou prédéfinies, l’écran de la PSP accuse son âge niveau résolution (j’ai la 3004, la première génération), mais globalement on n’est pas si mal même si bien sûr la modélisation n’atteint pas les niveaux d’aujourd’hui.

15051508382715263613267797

Le « scénario » n’est jamais le fort d’un jeu de combat, et on a tendance à connaitre les DBZ par cœur (depuis 30 ans en même temps…). Celui ci se base sur l’OAV FUSIONS qui, est un navet, la fusion entre Goku et Vegeta donne Vegeto, qui a une classe intouchable. Gogeta nous fait juste demander pourquoi ne pas avoir remis Vegeto. Enfin, dans tous les cas, le but sera de fighter les adversaires qu’on vous met en face et puis c’est tout !

Étant particulièrement mauvais en jeu de combat, je suis coincé au chapitre 4, donc je me suis rabattu vers le mode arcade joueur et en entrainement où on peut combattre afin de progresser. Ça n’a rien changé. Mais qu’importe ! J’ai beau être toujours aussi mauvais joueur quand je me fais enchaîner, le plaisir d’un gameplay aussi nerveux et complet est bien là ! La vitesse, la diversité des combos proposés, la transformation pendant le combat, les attaques ultimes, le déplacement instantané, tout, absolument tout y est. Cerise sur le gâteau, si vous appuyez sur votre garde en même temps qu’un coup de l’adversaire, vous esquivez au lieu de parer. En plus d’être esthétique car plus dynamique à l’écran, ça permet aussi de placer une contre-attaque derrière.

15051508383115263613267798

Si le jeu est bien 3d car les déplacements sur le côté sont présents et utiles, Budokai propose une caméra classique avec des combattants de profil, ce qui est un avantage par rapport aux Tenkaichi (Shin Budokai 2 pour la PSP) qui propose une vue de dos, très bien faite certes, mais qui reste toutefois moins lisible que le profil qu’on a l’habitude de voir dans les jeux de combats.

Ce jeu ne coûte plus rien, et me permet de refaire tourner avec toujours autant de plaisir la grand mère PSP (j’attache une grande importance à faire tourner toutes mes consoles), j’ai retrouvé le plaisir des « grands » jeux DBZ, qui montrent que Namco n’a qu’à piocher dans son catalogue et s’adapter aux exigences d’aujourd’hui (Shin Budokai disposait déjà d’un mode en ligne d’ailleurs).

15051508383515263613267799

Si vous avez encore votre PSP, foncez, le jeu vaut environ 5€ chez un easy cash, et c’est un must have pour les fans du manga que je suis. L’avantage d’une console portable de ce temps, c’est que vous pouvez y jouer dans votre jardin pour accompagner votre femme qui lit son bouquin. L’autre point + c’est que ce type de console est plus enclin à lancer des parties rapides qu’une console de salon qu’on aurait pas tendance à allumer pour quinze minutes, les jeux de combats se prêtent très bien à ce type de situations !

Bref, le jeux prend un 18/20 !

- Axel -



TEENAGE MUTANT NINJA TURTLES : FALL OF THE FOOT CLAN

TEENAGE MUTANT NINJA TURTLES : FALL OF THE FOOT CLAN dans Axel 15050108480815263613222885

15042707595915263613210292 dans Jeu vidéo

Petit test rétro ! Ma chérie en rentrant m’a offert ce jeu des tortues ninja, et je replonge en enfance !

Édité par Konami, ce jeu est sorti en 1991. Graphiquement, on reconnait bien la tortue et les armes, même si le bâton est trop court ou encore le saï mal proportionné. Les formes sont elles bien arrondies, on pouvait dire que c’était propre pour l’époque. Par exemple, les premiers Pokémon sortis en 95 sont plus grossiers.

Niveau gameplay, ben c’est sur Game Boy, donc faut pas s’attendre à une révolution : A pour frapper, B pour sauter, mais un saut adapté en fonction de votre appui sur la touche. Plus vous appuyez longtemps, plus il sautera haut. Il faut aussi préciser que votre perso se déplace lentement. Non ce n’est pas un jeu de plateforme, mais un beat them all ! Ainsi vous aurez des ennemis venant de face, du dessus, de derrière, et par surprise ! Un niveau est constitué de 3 tableaux, puis un boss de fin, il y a au total 5 niveaux, et vous avez 4 tortues, enfin 4 vies pour y parvenir. Vous pouvez choisir votre perso entre chaque niveau, sauf si vous l’avez perdu bien sûr.

15042708000415263613210293

Vous pouvez commencer direct par le niveau 5, ou le 3, c’est comme vous le souhaitez, mais le but est bien sûr de commencer par le 1 et d’arriver au cinquième sans game over. Bon, autant être honnête, la durée de vie n’est pas son fort ! Comptez un quart d’heure pour vous mettre dans le bain, et un autre petit quart d’heure pour enchaîner les 5 niveaux.

Mais qu’importe ! Réentendre le bruit quand on bute les soldats de Schreder m’a fait trop plais, et le célèbre générique en version 8 bits !

Gros retour en enfance, gros kiff et pas de note pour ce jeu, on ne demande pas l’âge d’une vieille dame, non mais !  Dites vous que ce jeu vaudra bien mieux que l’adaptation de Michael Bay !

- Axel -



TEST « DRAGON AGE : INQUISITION »

TEST

15042008374615263613188852 dans Jeu vidéo

Sorti fin 2014, il s’agit du 3e volet de cette série RPG, sur PC, Xbox 360, Xbox one, PS3, et PS4, les Wii et Wii U étant comme d’habitude écartées du lot.

C’est la première fois que je joue à cette série, n’étant pas un grand fan de RPG. L’univers est traditionnellement fantastique-médiéval, avec des noms de ville et d’espèces sonnant comme dans LE SEIGNEUR DES ANNEAUX. Vous passerez par une création de personnage plutôt simplifiée (tant mieux pour moi, mais les joueurs de Skyrim risquent de rester sur leur fin).

Vous avez 4 races : humains, elfes, nains et qunnaris (une montagne de muscles avec des cornes) puis 3 classes : mage, guerrier, voleur.

Afin de changer un peu le rôle du bourrin, je me suis lancé dans un mage cinquantenaire que je spécialise dans le feu (peut-être pas le plus efficace, mais le plus classe !) par exemple.

15042008384015263613188854

Graphiquement, on ne peut pas dire qu’il est loupé. Les textures, les reflets, les décors sont très riches, on pêche juste dans certains détails (haut de tête avec un peu d’aliasing, et détails grossiers lors des cinématiques). Rien de vraiment gênant pour jouer, on commence quand même à sentir le pas franchi entre les deux générations de consoles (je joue sur One).

Niveau gameplay, on peut dire qu’il a été simplifié pour rendre le RPG accessible aux réticents comme moi ! Ma miss confirme qu’elle a mis 96 heures pour venir à bout de l’histoire mais en faisant énormément de quêtes secondaires !

Il y a donc énormément de choses à faire comme l’exploration, ramasser toutes sortes de plantes, pierres, objets, restes de bêtes tuées nécessaires à l’amélioration d’équipements qui dépendront du matériau choisi. Si le mage met du temps avant d’être réellement performant en combat, une fois un certain palier atteint, c’est l’éclate! C’est vraiment un type de jeu différent, plus stratégique que le tank que j’avais fait dans Skyrim (un Nordique, baraqué à mort, et avec la plus grosse épée à deux mains possible).Comparé à Skyrim, les combats sont aussi plus dynamiques ! Vous avez aussi avec vous 3 compagnons que vous choisissez avant de partir, à vous de construire l’équipe idéale en fonction de votre style !

15042008382015263613188853

Les dialogues avec les persos ne vous offrent pas vraiment de réponses différentes, ce qui est dommage ! Seuls certains choix feront réellement la différence lorsque vous recrutez un agent, si oui vous le prenez ou non vous ne le prenez pas… donc oui, vous les prendrez en général.

Dans les points négatifs, citons aussi la faible montée en niveau : ma miss a fini l’histoire au niveau 21, après ses 96 heures de jeu ! C’est trop peu, surtout que les dragons sont réellement des gros morceaux ! Un dragon niveau 17 a toutes les chances de poutrer toute votre équipe niveau 21.

L’histoire est plutôt intéressante, on s’y prend assez vite car on est tout de suite dans l’épique, je vous laisserai découvrir par vous même la suite !

Autre point à aborder, il ne s’agit pas d’un monde ouvert à 100%, mais plus de zones : elles sont suffisamment grandes pour jouer sans avoir l’impression d’être enfermé, mais le voyage entre 2 zones ne se fait pas à cheval mais par un chargement. Ce point n’est en rien gênant, car les zones sont complètement différentes les unes des autres et ne peuvent géographiquement être proches !

15042008390015263613188855

Pour conclure, les joueurs hardcore purs et durs de Skyrim reprocheront à Dragon Age d’être moins complet et simplifié, mais devront apprécier les phases de combat plus dynamiques, plus rythmées, l’élaboration d’une stratégie avec un mode pause pour placer vos compagnons où vous voulez ou leur sélectionner des cibles. Afin de ne pas être comparé à Skyrim (pourtant impossible de ne pas le faire) Dragon Age propose un système différent et avance des arguments de poids, pour se faire une place dans votre étagère !

Un jeu que je ne peux que conseiller apres 25 heures de jeu (et bien plus à venir) tant l’univers de Thédas est immersif ! Encore une fois les RPG ne sont pas mon truc, mais celui-ci est tellement accessible (tout en ayant ses côtés pointus !) qu’on se prend vite au jeu, et permet d’avoir de bonnes bases (agrémentés de conseils de sa chérie qui affectionne ce genre de jeux) pour pourquoi pas, a l’avenir, attaquer du plus complet ? The Elderscrolls Online sort le 9 juin sur consoles, je pourrai être prêt ? Ah, on me dit que non, Project Cars sortant le 7 mai, je risque de passer mon temps dessus.

Ce jeu vaut un 17/20, et une recommandation de ma part !

- Axel -



TEST « GRAVITY RUSH »

TEST

15032408002215263613099001 dans FantastiqueEnvie de s’évader ? Marre des jeux en ligne, envie de jouer tranquillement, avec pour seul facteur la batterie de votre PS Vita ? Envie d’originalité ? Alors aucun doute, Gravity Rush est fait pour vous !

Ce jeu est une exclu PS Vita, pensé pour la console, et il s’est présenté comme l’un des indispensables, des hits à avoir lors de la sortie de la console ! Pourquoi ? Pour plusieurs raisons que nous allons voir dans ce test.

Graphiquement, c’est réussi ! On notera toutefois de l’aliasing et du assez gras par rapport à ce que peut faire la console, mais il faut redire que le jeu est sorti en même temps que la console, les devs étaient plus ou moins dans l’inconnu. Et malgré tout, ça reste très agréable à regarder ! Parce que, dans ce jeu, la direction artistique s’est lâchée et s’est directement appropriée l’univers de la BD pour le retranscrire dans un jeu vidéo, c’est aussi simple que ça. Qui n’a jamais eu envie de plonger dans l’une des cases de sa BD, juste pour voir ce que ça donnerait au cœur d’une rue ? C’est l’expérience que vous propose Gravity Rush. Tous les codes de la BD sont retranscris, comme les détails de plus en plus rares en fonction de la profondeur. Les personnages sont dans le même thème, et vos ennemis, les Nevis, le sont aussi. Bref, côté immersion, on est bon, et même très bon.

Bon, on a une belle ville, qu’est ce qu’on en fait ? On y place une héroïne, une belle blonde perdue qui ne se souvient de rien, pas même de son prénom. Elle est accompagnée d’un chat, noir au premier abord, mais qui donne à notre héroïne (qui va rapidement obtenir le prénom de Kat) ses pouvoirs particuliers, car notre perso peut contrôler la gravité, rien que ça. Pourquoi marcher sur le trottoir quand on peut se balader sur les murs ? Pour savoir où nous sommes, les cheveux ainsi que l’écharpe seront toujours dépendants de la gravité. Si ces phases sont amusantes et très bien pensées, on servira surtout de ces pouvoirs pour faire de longs sauts, voire voler quand les compétences seront bien améliorées.

15032408031815263613099009 dans Jeu vidéo

Pour les améliorer, il faudra partir à la chasse au gemmes violettes, disséminées un peu partout dans la ville, et ce n’est pas du tout un calvaire ! On prend plaisir à visiter cette ville vertigineuse (et qui s’agrandit au fur et a mesure de l’avancée dans le jeu) des égouts aux grandes places, jusqu’à parfois oublier qu’il y a un scénario à faire, plutôt bien construit malgré certaines longueurs ! Je retiens surtout un épisode (le 19) particulièrement pénible et inutile. Ne boudons pas notre plaisir, la fin est très bien et surtout épique ! On a de très beaux passages et de très bons moments, et une belle durée de vie ! Je dirais environ une quinzaine d’heures avec quelques balades.

Niveau gameplay, on a à l’instar de Tearaway un jeu qui exploite bien la Vita, même s’il n’exploite pas toute la console, le pavé tactile arrière n’est pas utilisé, et honnêtement il n’aurait servi a rien. Le tactile avant est peu utilisé (tourner les pages du scénario, et achever un ennemi). Le gyroscope s’utilise en complément du joystick droit, et lors de la glissade gravitationnelle qui est une compétence très sympa à utiliser.

15032408044115263613099010

Si ce gameplay est innovant et bien foutu, il demande beaucoup de place surtout pour combattre, et face à une horde d’ennemis, c’est pas toujours simple car il arrive aussi de se perdre dans l’espace et ne plus trop savoir où on en est. Il ne faut pas hésiter après un combat à reprendre de la distance, surtout que certains Nevis sont des acharnés et n’hésiteront pas à vous poursuivre sur certains mètres !

Au final, on a énormément de qualités avec, allez, deux inconvénients qui peuvent (légèrement) gâcher la fête. Mais l’immersion est bien là et se balader dans une BD, c’est juste énorme !

Et hop un 18/20 ! Un 2e opus a été présenté à l’E3 2014, puis en début de mois il serait dispo que sur PS4, on ne sait pas trop où on en est du coup, mais on croise les doigts !

- Axel -



TEARAWAY

( Axel )

TEARAWAY dans Axel 15050108480815263613222885

15030608173315263613039577 dans AxelSony ayant misé sur les éditeurs indépendants, peu d’exclus sur cette console sont sorties. Mais il y en a : l’équipe de Little Big Planet s’est penchée sur la console pour y pondre, autant le dire directement, une pépite ! C’est l’un des incontournables de la console, celui qu’on pourrait mettre en numéro 1 (on pourrait seulement, car devant il y a un indétrônable que je présenterai très prochainement ).

Difficile de savoir par où commencer tant ce jeu a de qualités, alors pourquoi pas débuter comme d’habitude : les graphismes.

Ne cherchez pas, aucun jeu ne lui ressemble. Tearaway a SA signature visuelle tant la direction artistique s’est lâchée. Techniquement très abouti, notre environnement est fait de papier, de carton et de papier : les personnages, les décors, les particules flottantes, tout est en papier plié enroulé, les fleurs sont des origamis, les persos ont droit à leurs patron téléchargeables et imprimables au fur et à mesure de l’aventure ! Peu d’aliasing, des traits très fins, c’est un parti pris qui s’avère payant, pour les petits comme pour les grands!

Une fois cette claque assimilée, il faut se préparer à la suivante : l’histoire. À première vue ce jeu est prévu pour les enfants (pegi 3). Pourtant, du haut de mes 28 ans j’ai été pris dedans. Vous incarnez Iota, une enveloppe en guise de tête et équipée de 5 bandes de papier pour le corps (torse, 2 bras, 2 jambes). Vous devez délivrer un message à une sorte de dieu du monde de Tearaway, le Vou (et ce dieu, c’est… vous !). Plusieurs fois proche de la réussite, vous êtes bloqué par les Scraps, ces vilaines petites boîtes de carton saccageant tout sur leur passage. Vos aventures vous feront découvrir de très beaux endroits, rencontrer plein de créatures, et pas mal d’entre elles vous demanderont leur aide, pas toujours obligatoire pour avancer, mais très sympa à faire. Voilà les grandes lignes sans spoilers, on se prend très vite à cette histoire toute mignonne!

15030608192515263613039579

La 3e claque c’est le gameplay, qui utilise toutes, absolument toute les capacités de la Vita, vous rappelant, si besoin est, quelle vitrine technologique Sony nous a pondu avec cette console : le micro, les 2 caméras, le gyroscope, le pavé tactile arrière, l’écran tactile et bien sûr les traditionnels boutons. J’espère ne rien avoir oublié.

En plus de tout utiliser, c’est fait avec intelligence, et non abusive. Ainsi, par exemple, le pavé tactile arrière servira à dégager des obstacles/ennemis en faisant apparaître vos doigts sur l’écran en déchirant une membrane. Et dans l’espace qu’il reste, au lieu de mettre un facile fond noir, la caméra filme ce qui vous entoure, dans le but de lier le monde de Tearaway au vôtre. Et c’est réussi. La caméra frontale vous filme à de nombreuses reprises car après tout, vous êtes le Vou, et vous aurez besoin de photographier ce qui vous entoure à plusieurs reprises. En dehors de ça nous avons droit à un gameplay plus classique et évolutif au fur et a mesure de l’aventure.

Il sera demandé à plusieurs reprises de dessiner des objets qui seront directement implantés dans le jeu, bien que ça soit très approximatif. Si vous faites un carré à la place d’une couronne, ça passe.

15030608205715263613039580

Pour ce qui est de la durée de vie, comptez une dizaine d’heures pour faire l’histoire. Pour finir les niveaux à 100%, c’est une autre histoire ! Il faudra pour chaque niveau ramasser un certain nombre de confettis, éliminer un certain nombre de Scraps, trouver un certain nombre de cadeaux, et enfin aider un certain nombre de personnes. Et c’est pas simple tout le temps !

Bien qu’une version PS4 soit en préparation, je vois mal ce jeu ailleurs que sur la Vita. Je regrette toutefois une histoire un peu courte, bien qu’elle soit très bien écrite et très bien scénarisée, avec ni trop, ni pas assez de rebondissements.

Pour conclure, si vous possédez une Vita, vous devez jouer à ce jeu, et le prochain que je présenterai (Gravity Rush)

17/20 !

- Axel -



SWORD ART ONLINE : HOLLOW FRAGMENT

SWORD ART ONLINE : HOLLOW FRAGMENT dans Axel 15050108480815263613222885

15010408140115263612844975 dans Jeu vidéoSword Art Online : Hollow Fragment est tiré du très bon manga éponyme, un manga que je ne pourrais que conseiller ! Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un jeu en ligne qui se situe dans l’année 2022, une époque où la réalité augmentée est déjà obsolète. Les joueurs ne peuvent plus se déconnecter, le créateur du jeu leur annonçant que pour quitter celui-ci il leur faudra finir les 100 paliers sans mourir car toute mort virtuelle équivaudra à une mort physique ! Voilà pour le synopsis. Dans une ambiance de rpg fantastique, franchement c’est à voir !

Revenons au jeu : sorti le 20 août 2014, SAO : Hollow Fragment représente en fait 2 jeux réunis en un seul : le premier était une sortie PSP au Japon et le second sur PS Vita, toujours dans le même pays. Disponible en Europe qu’en version dématérialisée, et uniquement sur la PS Vita, la première partie propose une fin alternative au manga, dans le monde de l’Aincrad. On y incarne Kirito, le héros du manga, même si on peut le personnaliser un peu.

Il n’y a pas de monde réellement ouvert, mais plus des zones où, même si on découvre tous les recoins, il n’y a pas vraiment de choix de directions. J’ai fait jusque là 4 paliers et la sauce est toujours la même : trouver la salle du boss, effectuer une quête secondaire pour obtenir des infos sur lui et buter un « sous boss ».

Si les parcours et les ennemis ne représentent pas de difficultés majeures, les boss sont réellement de plus en plus durs ! La tactique et le bouton rond seront vos armes, en plus de quelques coups spéciaux qui, s’ils sont mis au bon moment (quand votre partenaire vous les demande) seront très efficaces.

15010408140415263612844976

Disponible uniquement en japonais sous-titré anglais, il va falloir s’intéresser à cette langue pour certains (comme moi, mais désormais je sais ce que signifie « stun the enemy » ou encore le mot « dodge »).

Dans la plus pure tradition de rpg nippons, on a des phases de dialogue « passives » : elles ne sont pas en cinématique dans les décors du jeu mais en style manga, avec un décor 2 dimensions en arrière plan. Phases de jeu inutiles, car il faut savoir que le héros, Kirito, est un lover dans la série. Donc si son harem est bien représenté et ses dialogues plutôt sympas dans ce sens, très sincèrement ils ne s’avèrent pas utiles et sont assez lassants à force ! Le bouton rond sera votre meilleur allié.

Le côté rpg est bien mis en avant avec de nombreuses armes, armures et autres, mais le choix de la personnalisation est court car les stats sont trop éloignées entre différents objets, à moins de consentir à sacrifier quelques points de stats, il faudra les meilleures pièces, et pas forcement les plus belles ! La progression du style de combat est plutôt lente une fois un certain niveau atteint, comme beaucoup de rpg. Dans la ville, en présence de beaucoup de pnj, des problèmes de frame rate sont à noter.

15010408140615263612844977

Un jeu où je m’éclate beaucoup, ayant bien apprécié le manga qui est la condition numéro 1 pour prendre SAO : Hollow Fragment ! Les morts d’adversaires sont superbement refaites par exemple, on y retrouve bien l’ambiance !

Loin d’être le meilleur jeu de ce style, il n’en est pas non plus mauvais même s’il n’apporte rien de nouveau, si ce n’est l’univers du manga. Et sans cet univers, je ne me serais jamais lancé dedans. Je n’ai pas encore testé l’autre partie du jeu qui est, parait-il, beaucoup plus ouverte et plus intéressante. Mais j’ai lu dans les critiques de joueurs qu’il était conseillé de faire la partie Aincrad avant d’attaquer les choses sérieuses.

Enfin en 4 paliers, j’ai déjà 12 heures de jeu à mon actif, ce qui en dit long sur sa durée de vie !

Note : 14/20

- Axel -



12