Catégorie

Archive pour la catégorie « Cinéma bis anglais »

PROTEUS (1995)

PROTEUS (1995) dans Cinéma bis 17052308291815263615055654

PROTEUS (1995)

Réalisateur : Bob Keen

Scénario : John Brosnan

Musique : David A. Hughes, John Murphy

Montage : Liz Webber

Directeur de la photographie : Adam Rodgers

Interprètes : Craig Fairbrass, Toni Barry, William Marsh, Jennifer Calvert…

Pays : Angleterre

17052308312115263615055655 dans Cinéma bis anglais

J’ai été très étonné en regardant PROTEUS, un DTV anglais du réalisateur Bob Keen, que je viens d’acheter à un destockage de l’un des deux irréductibles derniers vidéoclubs du Grand-Nouméa (Koutio et Normandie). La jaquette du DVD ne m’inspirait d’ailleurs pas grand chose, alors que l’affiche originale est nettement plus belle, bien que très inspirée de celle de PROPHECY, LE MONSTRE (1979) de John Frankenheimer. Avec un petit côté satanique en plus, inhérent au sujet de PROTEUS. Et comme je venais de voir, il y a à peine deux semaines de cela, le nanar italien PLANKTON (1994) de Massimiliano Cerchi tourné un an auparavant, j’y ai découvert un prétexte scénaristique totalement identique. Mais je ne connaissais pas du tout, il y a peu, cette petite vague tardive de séries B post-LEVIATHAN, dont voici un nouvel opus pour le « rayon bisseries » des Échos d’Altaïr.

L’histoire : Après que leur bateau ait explosé, six trafiquants de drogue trouvent refuge sur une plate-forme pétrolière. Déserté, l’endroit abrite en réalité un laboratoire de recherches génétiques ultra-secrètes. Convaincu de l’imminence du danger, le groupe décide de s’en aller, mais trop tard…

17052308344715263615055656 dans Science-fiction

Évidemment, la créature et son origine ne sont pas identiques dans PLANKTON ni dans PROTEUS, bien qu’on retrouve le même rapport aux troubles psychotiques engendrées par ses attaques. Et le film de Bob Keen est d’un tout autre niveau : acteurs convaincants (les actrices n’ont pas besoin d’être en bikini), bon suspense, meilleurs effets spéciaux avec une créature gigantesque et intéressante avec sa face de requin montée sur un corps humanoïde. Même les rebondissements sont au programme tout le long du métrage, puisque la créature a tendance à passer de corps en corps pour posséder tel ou tel individu, un peu à la manière de HIDDEN (1987) de Jack Sholder.

Bien que PROTEUS se regarde sans trop d’ennui, le film reste néanmoins une série B bas de gamme. On est encore loin d’un blockbuster comme PEUR BLEUE (1999, Deep Blue Sea) de Renny Harlin, qui quatre ans après lancera la mode du Shark Movie et fera disparaître par la même occasion toutes les hybridations bisseuses post-LEVIATHAN. Mais il y a pire…

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube



MONSTRES SACRÉS : GORGO

MONSTRES SACRÉS : GORGO dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

16102009320615263614567990 dans Cinéma bis anglais

Oh mon Dieu : Godzilla !!

Eh bien, non. Observez mieux les petites oreilles amphibiennes de la créature… Il s’agit de GORGO, une créature de l’au-delà des mers (A creature from beyond the seas !).

L’intrigue : Alors qu’ils prospectent une épave au large de l’île irlandaise de Nara, des chercheurs de trésor découvrent l’existence d’un monstre marin gigantesque libéré des profondeurs par une irruption volcanique. Ils le capturent et contre l’avis des scientifiques, l’acheminent à Londres pour l’exhiber dans un cirque sous le nom de Gorgo. Mais Gorgo est en fait le petit d’une créature beaucoup plus grande qui ne tarde pas à se mettre à la recherche de sa progéniture…

16102009333915263614567997 dans Fantastique

Voilà, tout est dit. GORGO est un film britannique tourné par Eugène Lourié, un peintre et décorateur français dont le nom apparaît aux génériques de bon nombre de films hexagonaux comme ceux de Jean Renoir, de Marcel L’Herbier ou de Max Ophüls.

16102009351115263614568004 dans Monstres sacrésEugène Lourié est aussi à l’origine d’une poignée de films de monstres géants comme LE MONSTRE DES TEMPS PERDUS (1953, The Beast from 20,000 Fathoms) et LA BÊTE GÉANTE QUI S’ABAT SUR LONDRES (1959, Behemoth the Sea Monster). Sorti en salles en France en 1961, GORGO est le plus connu et le plus célébré de ces films alors qu’il s’agit, à mon goût, du moins intéressant des trois.

En 1961, on s’éloigne déjà de l’aire atomique et du géant BEHEMOTH, et on est déjà très loin de la créature contagieuse du MONSTRE DES TEMPS PERDUS. Et sûrement à cause du succès de certains films de dinosaures « tout public » comme LES MONSTRES DE L’ÎLE DE FEU (1960, Dinosaurus!) d’Irvin S. Yeaworth Jr, GORGO a ce petit côté épuré et gentillet, proche d’un kaiju-eiga tout public des années 60, l’humour en moins. Et on connait les démêlés qu’a connu Eugène Lourié avec les producteurs américains de son film. Néanmoins, GORGO possède une sacré prestance lorsqu’il sort des mers pour s’abattre sur les bâtiments londoniens, faisant fuir les foules, tel un Godzilla ou un King Kong british. Et le film est d’une beauté visuelle sans pareil avec son procédé de Technicolor très contrasté.

À savoir que GORGO a eu droit à son comics vendu entre 1960 et 1965 et dont vous pouvez consulter les pochettes à partir de ce lien.

- Trapard -

Résultats de recherche d'images pour « gorgo animated gif »

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper / Ginger et Brigitte, les sœurs lycanthropes / Tarantula / Intelligence Martienne / She-Creature

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : FROM HELL IT CAME (1957) et THE WOMAN EATER (1958)

DRIVE-IN : FROM HELL IT CAME (1957) et THE WOMAN EATER (1958) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

Histoire d’appréhender doucement le prochain été calédonien qui s’annonce bien chaud et fatigant, voici deux films d’arbres tueurs en milieux tropicaux pour ce nouveau « Drive-in ».

15090509560815263613557041 dans Cinéma bis américain

FROM HELL IT CAME
Année : 1957
Réalisateur : Dan Milner
Scénario : Jack Milner & Richard Bernstein
Production : Jack Milner (Allied Artists)
Musique : Darrell Calker
Pays : États-Unis
Durée : 71 min
Interprètes : Tod Andrews, Tina Carver, Linda Watkins, Gregg Palmer…

Série Z de l’Allied Artists, produite par les frères Milner qui deux ans auparavant avaient déjà sortis THE PHANTOM FROM 10 000 LEAGUES (1955) et sa grosse bébête subaquatique inspirée de L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR.

15090509561315263613557042 dans Cinéma bis anglais

L’intrigue : Le prince héritier d’une île des Mers du Sud est victime d’un mystérieux assassinat et il est retrouvé mort, un couteau enfoncé dans le cœur. Il a été victime d’un complot ourdi par un sorcier du clan qui dénonçait les relations amicales du prince avec des scientifiques américains qui ont installés leur laboratoire sur l’île. Le prince est enterré dans un tronc d’arbre creux et abandonné jusqu’à ce qu’une radiation nucléaire le ranime sous la forme de  » Tabanga « , une créature ancestrale mi-arbre mi-démon. Le monstre décime alors un par un les habitants de l’île…

Ce FROM HELL IT CAME est une de ces perles du Z des 50′s avec des créatures improbables créées par Paul Blaisdell et une légère touche de science-fiction à découvrir sans modération.

LE FILM COMPLET EN V.O. :

http://www.dailymotion.com/video/xyt4ma

13051809153815263611200263 dans Drive-in

15090509591515263613557049 dans Fifties fantastique

THE WOMAN EATER
Année : 1958
Réalisateur : Charles Saunders
Scénario : Brandon Fleming
Production : Guido Coen (Eros Films)
Musique : Edwin Astley
Pays : Angleterre
Durée : 70 min
Interprètes : George Coulouris, Vera Day, Peter Wayn, Joyce Gregg, Joy Webster…

THE WOMAN EATER ou WOMANEATER est une petite production fantastique anglaise des 50′s de Fortress Film Productions, du type de certaines séries B de la Hammer Films de la décennie suivante. Bien mieux scénarisée et réalisée que FROM HELL IT CAME, cette série B réalisée par Charles Saunders (THE MAN WITHOUT A BODY) n’en reste pas éloigné des frontières du Z de par son sujet et sa créature aux branches articulées.

15090509592015263613557050 dans Fifties SF

L’intrigue : Dans les profondeurs de la jungle amazonienne, un arbre carnivore se nourrit du sang de jeunes femmes et génère un fluide qui peut tout détruire alentours. Un autel en son honneur est vénéré par des indigènes qui effectuent des rites sacrificiels afin d’apaiser sa colère. Mais un scientifique anglais, le Docteur Moran, en exploration dans la jungle, fait saisir la plante carnivore afin de l’emporter chez lui dans son laboratoire où il la soumet à de nombreux tests. Mais pour cela, il se retrouve dans l’obligation de trouver des jeunes femmes pour nourrir l’arbre…

Mention spéciale à George Coulouris (il jouait le tuteur du jeune Charles Foster Kane dans CITIZEN KANE) qui incarne dans THE WOMAN EATER le Docteur Moran, un Mad Doctor assez méconnu mais particulièrement savoureux.

LE FILM COMPLET EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie / Le Baron de la Terreur & Le Miroir de la Sorcière / Ataragon / The Incredibly Strange Creatures who Stopped Living and Became Mixed-Up Zombies / The Beach Girls and the Monster

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



QUELQUES BELLES CRÉATURES DES ANNÉES 2000 – partie 2

QUELQUES BELLES CRÉATURES DES ANNÉES 2000

(Et y’a du beau monstre au balcon !)

QUELQUES BELLES CRÉATURES DES ANNÉES 2000 - partie 2 dans Cinéma bis 15041405592315263613169782

Vous avez loupé la première partie ? Vite, rendez-vous ici avant de vous faire bouffer tout cru par le Trapardmonster !

—- PARTIE 2 —-

IL A LE SANG CHAUD MAIS IL TUE DE SANG FROID, L’ALIEN POLYMORPHE D’HORRIBILIS

15041406025815263613169783 dans Cinéma bis américainL’intrigue : Grant est l’un des citoyens les plus fortunés de la paisible bourgade de Wheelsy, mais l’argent ne parvient pas à compenser l’indifférence totale de sa jeune et belle épouse, Starla, qu’il aime d’un amour sans retour. Au cours d’une virée dans les bois, Grant et sa consolatrice d’un soir Brenda, découvrent une masse gélatineuse, à proximité d’un cratère d’origine extraterrestre. Soudain, un puissant tentacule jaillit, inoculant à Grant un germe mortel. Starla constate bientôt chez son mari les symptômes d’une insidieuse et troublante métamorphose, dont la petite ville fera très vite les frais…

Franchement lui, il n’est pas beau du tout. Tout le long d’HORRIBILIS (2006, de James Gunn), il se transforme lentement en une créature hideuse au visage déformé et aux tentacules fatales, jusqu’à en devenir gigantesque.

HORRIBILIS et sa créature extraterrestre sont aussi des hommages à la série B de SF horrifique. Wikipédia indique par exemple ces références aux classiques du cinéma d’horreur :

« - La limace entrant dans la bouche de ses victimes rappelle le film NIGHT OF THE CREEPS (1986)

- Dans une scène, il est fait mention des voisins Castevet, qui était également le nom des voisins de Rosemary dans ROSEMARY’S BABY (1968).

- Le maire se nomme R.J. MacReady, qui était le nom du personnage interprété par Kurt Russell dans THE THING (1982).

- Le bar « Henenlotter’s » est un hommage au FRÈRE DE SANG (Basket Case, 1982) du réalisateur Frank Hennenlotter.

15041406043115263613169784 dans Cinéma bis anglais- Le nom de l’armurerie locale provient du personnage Max Renn dans VIDEODROME (1983).

- Quant à l’école Earl Bassett, son nom est tiré du personnage interprété par Fred Ward dans TREMORS (1990).

- Lorsque les shérifs s’arment pour essayer de neutraliser Grant, on entend le thème du film PREDATOR (1987).

- On note aussi une similitude évidente avec THE BLOB, version de 1958, lors de la découverte de l’œuf (arrivé par météorite) qui s’ouvre en dévoilant une entité informe extra terrestre. »

Personnellement, je noterai aussi une référence évidente à LA MOUCHE (1987) de David Cronenberg, vers la fin du film, lorsque Starla s’adresse à ce qu’il reste de Grant devant la créature blessée.

AUSSI INDESTRUCTIBLE QU’UNE LÉGENDE, LE MINOTAURE

15041406084115263613169785 dans Cinéma bis françaisOn ne vous présente pas le Minotaure. Il s’agit ici de la créature du film MINOTAUR (2006) de Jonathan English, une série B inédite en France et pourtant tournée au Luxembourg avec des capitaux français. Un petit film de très bonne qualité d’ailleurs.

L’intrigue : Il y a bien longtemps, à l’âge de fer, une ombre sinistre plane sur un village isolé. Depuis des générations, les jeunes du village sont volés à leur famille et livrés en sacrifie à une bête mythique, le Minotaure, qui habite sous un grand palais. Theo, hanté par la perte de son amour prise lors d’un précédent sacrifice, est convaincu que la bête n’est pas réelle et que son amour vit toujours, réduite à l’état d’esclave dans le palais. Son père Cyrnan, le chef du village, essaie de le raisonner en vain. Theo conçoit un plan…

Bien que presque toujours suggéré, le Minotaure du film reste impressionnant tout le long. Ni en latex, ni vraiment en images de synthèse, mais une parfaite maîtrise de la réalisation qui offre une dimension spectaculaire à ce monstre mythologique. Les rares scènes où le Minotaure est filmé dans son entier, c’est une sorte de taureau géant au corps difforme et à la gueule de dragon que l’on découvre.

IL A LES DENTS LONGUES ET UNE FAIM SANS FIN, LE GROS GUSTAVE

Gustave est le crocodile géant de PRIMEVAL (2007) de Michael Katleman. Il pourrait très bien être passé inaperçu ces quinze dernières années entre les sorties de LAKE PLACID (1999), CROCODILE (2000), KROCODYLUS (2000, aka BLOOD SURF), CROCODILE 2 (2002), les excellents BLACK WATER (2007) et SOLITAIRE (2007, aka ROGUE), le rigolo CROC (2007), LAKE PLACID 2 (2007), et l’interminable série avec SUPERCROC (2007), SUPERGATOR (2007), LAKE PLACID 3 (2010), LAKE PLACID 4 (2011) etc… Gustave aurait donc autant de mouron à se faire pour être reconnu que n’importe quel squale récent de Shark Movie si ce n’est que son histoire est inspirée d’un fait réel, celle d’un crocodile géant du Nil réellement nommé Gustave et qui aurait fait plusieurs centaines de victimes au Burundi. Il aurait pris goût à la chair humaine en se nourrissant des cadavres jetés dans l’eau par un seigneur de guerre de la région.

15041406105415263613169786 dans Dossier

IL N’ONT QU’UN SEUL DÉSIR : LA VENGEANCE. LES MOORWENS 

L’intrigue : un vaisseau spatial déchire l’atmosphère terrestre et strie le ciel avant de s’écraser dans un lac norvégien, en 709 après Jésus Christ. De l’épave émerge Kainan, un soldat venu d’une planète lointaine, et un passager clandestin, une créature extraterrestre appelée Moorwen…

Difficile de parler du Moorwen (OUTLANDER, 2008) sans parler de Kainan. Le peuple extraterrestre de Kainan a autrefois colonisé la planète des Moorwens en y tuant toute forme de vie. Cependant un Moorwen a survécut et il massacra tous les colons installés sur la planète, dont la femme de Kainan et son fils, après que les forces armées furent parties. Alors qu’il cherche une planète pour y enterrer les siens, Kainan ne se rend pas compte que le Moorwen s’est introduit clandestinement dans son vaisseau et il s’écrase sur la Terre, plus d’un millier d’années avant la naissance des Échos d’Altaïr.

Le Moorwen est une belle créature prédatrice réalisée en images de synthèse. Il est vif, sans scrupule, et attire ses proies à l’aide d’une sorte de luminosité rougeâtre qu’il émet à volonté.

QUI S’Y FROTTE, SE FAIT TRANSPERCER PAR LE PARASITE MUTANT AUX ÉCHARDES

15041406154715263613169788 dans Dossier : Quelques Belles Créatures des Années 2000L’intrigue : Un jeune couple sur la route des vacances se fait prendre en otage par un taulard en cavale et sa petite amie junkie. Arrivés dans une station service pour ravitailler le véhicule, ils sont agressés par un homme infecté par un étrange virus. Reclus dans la boutique de la station, otages comme malfrats devront se serrer les coudes pour survivre… (DevilDead.com)

Dans ce premier long-métrage de Toby Wilkins, on ne connait pas la provenance du parasite en question mais on pourrait lui trouver quelques points communs avec l’alien de THE THING FROM ANOTHER WORLD (1951) puisqu’il assimile et ingurgite les molécules humaines pour les faire siennes. Par contre, il n’imite aucune apparence précise. Il se déplace un peu à la manière du fantôme des RING japonais, de manière saccadée et avec des mouvements décousus, ce qui fait de lui un prédateur imprévisible. Il est reconnaissable à ses nombreuses échardes noirâtres (d’où le titre du film SPLINTER), des dards mortels qui lui donne des allures de porc-épic décharné.

ELLE REVIENT POUR UNE NOUVELLE SÉLECTION NATURELLE, LA DERNIÈRE TRIBU

L’intrigue : Après avoir conclu une affaire en Asie, un groupe d’amis part en bateau faire une croisière mais il repêche un naufragé choqué et blessé. Dans la nuit, celui-ci modifie le pilote automatique du bateau pensant s’éloigner de l’île maudite d’où il venait. Le bateau s’échoue sur des rochers et tout le groupe se retrouve sur la plage d’une île inconnue. Ils tentent d’appeler les gardes côtes et, en attendant un éventuel secours, partent explorer l’intérieur de l’île après avoir enterré le naufragé mort de ses blessures. Lorsqu’ils reviennent, le corps a été déterré et ils ont alors la preuve qu’ils ne sont pas  seuls sur cette île…

15041406182815263613169789 dans Fantastique

PRIMEVIL (2010) ou THE LOST TRIBE ressemblerait presque à un mockbuster de PREDATORS (2011) si ses créatures préhistoriques hybrides, sorte de chaînon manquant entre le singe et l’homme, débarquant sur une île vierge des Antilles via une fissure temporelle, ne seraient pas l’alibi d’une très bonne série B méconnue.

Et puisque vous avez étés très sages, pour conclure cet article, laissez-moi vous présenter :

LE 24 DÉCEMBRE, NE TE LAISSE PAS ENGUIRLANDER PAR LES SAPINS DE NOËL ASSASSINS

L’intrigue de BLOODY CHRISTMAS (2002) : Le soir de Noël, ce qui s’annonçait comme le plus agréable des réveillons tourne au cauchemar quand le sapin prend subitement vie et s’attaque à Gérard à coups de boules et de guirlandes…

Le film est ici.

L’intrigue de BLOODY CHRISTMAS 2, LA RÉVOLTE DES SAPINS (2009) : En se rendant à un réveillon entre amis, Isabelle Morin se fait agresser par un sapin de Noël. Parvenant à s’échapper, elle est admise à l’hôpital. On la prend pour une folle, jusqu’à ce que le sapin la retrouve, bien décidé à se venger…

Deux court-métrages de Michel Leray, avec Kad Mérad, Frédérique Bel, Eric Savin, Rurik Sallé…

15041406204015263613169790 dans Science-fiction

LES CRAWLERS

C’est ainsi qu’ont été nommées par l’équipe du tournage de THE DESCENT (2005) de Neil Marschall, les créatures humanoïdes souterraines et cannibales vivant dans les profondeurs de grottes très anciennes.

15041406241615263613169791 dans TrapardL’intrigue : Six femmes qui, en faisant de la spéléologie se retrouvent piégées à cause d’un éboulement dans un système de grottes non cartographié dans les Appalaches. En essayant de trouver une sortie, elles se rendent compte qu’elles ne sont pas seules dans les grottes et, très vite, sont pourchassées par des créatures humanoïdes carnivores qui se sont adaptées à leur environnement souterrain…

« Neil Marschall décrit les Crawlers comme des hommes des cavernes qui ne sont jamais montés à la surface, expliquant à ce sujet qu’« ils ont évolué dans cet environnement souterrain depuis des milliers d’années et s’y sont parfaitement adaptés. Ils ont perdu le sens de la vue mais ont en contrepartie un odorat et une ouïe très développés et fonctionnent très bien dans l’obscurité totale. Ce sont également des experts en escalade, et ils peuvent grimper n’importe quelle paroi rocheuse ». Le réalisateur a caché aux actrices le design des créatures jusqu’au moment de tourner la première scène avec elles afin que leur réaction soit plus naturelle. Natalie Mendoza explique à ce sujet : « Quand le moment est venu, j’ai bien failli mouiller ma culotte. J’ai ensuite couru partout en riant de façon hystérique et en essayant de cacher le fait que j’étais assez effrayée. Même après la première scène, nous ne nous sommes jamais vraiment senties à l’aise avec [les créatures] ».

Marshall a également tenu à inclure des femelles et des enfants parmi les créatures, expliquant que « c’est une communauté et j’ai pensé que c’était bien plus crédible que d’en faire des monstres classiques. Cela n’aurait aucun sens s’ils avaient tous été des mâles, et j’ai voulu créer un contexte réaliste. Je voulais que ce soit des spécimens très sauvages et très primaires mais qu’ils soient proches des humains. Je ne voulais pas qu’ils aient l’air totalement étrangers à l’espèce humaine car les humains sont ce qu’il y a de plus effrayant ».

15041406260115263613169792

Paul Hyett, maquilleur et créateur de prothèses, s’est chargé du design des Crawlers. Ils avaient à l’origine un aspect plus animal et une peau d’un blanc laiteux mais leur apparence est devenue plus humaine et un aspect plus sale a été donné à leur peau. Il était aussi prévu que leur peau soit phosphorescente mais cela donnait un effet trop lumineux dans cet environnement sombre et cet aspect a été supprimé afin qu’ils puissent se fondre dans les ombres.

Ces créatures rappellent aussi les goules qui vivent souvent dans les grottes et se nourrissent de chair, ainsi que les Morlocks créés par H.G.Wells dans son roman La Machine à explorer le temps. » (Wikipédia)

On retrouve les Crawlers dans THE DESCENT 2 (2009) de Jon Harris.

- Trapard -

FIN !

Autres sujets de la catégorie Dossier :

Les mondes perdus de Kevin Connor : 1 – Le Sixième Continent2 – Centre Terre 7e Continent3 – Le Continent Oublié4 – Les 7 Cités d’Atlantis / Fascinante planète Mars : 1 – L’invasion vient de Mars2 – L’invasion vient de la Terre3 – Ménagerie martienne4 – Délires martiens / Ralph McQuarrie : créateur d’univers (1)Ralph Mc Quarrie : créateur d’univers (2) / À la gloire de la SF : les pulps / Le cinéma fantastique français existe-t-il ? / Les séries d’Irwin Allen / Les Envahisseurs / Howard ou l’Ange Noir / Le Pays de l’Esprit : essai sur le rêve / Philip José Farmer, ou le seigneur de la ré-création (1) / Philip José Farmer, ou le seigneur de la ré-création (2) / Les dinosaures dans la littérature de science-fiction et de fantastique / Gérard Klein, ou l’homme d’Ailleurs et Demain / L’homme et son double / Jean-Pierre Andrevon, ou l’homme qui déclara la guerre à la guerre (1) / Jean-Pierre Andrevon, ou l’homme qui déclara la guerre à la guerre (2) / Homo Mecanicus (1) / Homo Mecanicus (2) / Jules Verne, ou le scaphandrier de l’Imaginaire (1) / Jules Verne, ou le scaphandrier de l’Imaginaire (2) / Jack Arnold (1) / Jack Arnold (2) / Jack Arnold (3) / Démons et merveilles (1) /Démons et merveilles (2) / Fungi de Yuggoth, ou l’oeuvre poétique / Un tour dans les boîtes de la galaxie / Fin du monde : J-1 / La maison hantée au cinéma / Bernard Quatermass et la famille Delambre / Le Fantastique et les prémices du cinématographe / Excursion galactique : première partie / Excursion galactique : deuxième partie / Radio Horror Shows : première partie / Sur les mers d’Altaïr IV / Radio Horror Shows : seconde partie / La flore extraterrestre au cinéma et à la télévision / Science-Fiction et Fantastique télévisés spécial 14 juillet / Vaisseaux (p1) : Le règne des vaisseaux fusées / Quelques belles créatures des années 2000 – partie 1

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



QUELQUES BELLES CRÉATURES DES ANNÉES 2000 – partie 1

QUELQUES BELLES CRÉATURES DES ANNÉES 2000

(Et y’a du beau monstre au balcon !)

QUELQUES BELLES CRÉATURES DES ANNÉES 2000 - partie 1 dans Cinéma bis 15040704583715263613147736

Voici quelques monstres issus de films sortis ces quinze dernières années qui, s’ils avaient été plus célèbres et qui, comme le bon vin, avaient pris de la maturité avec l’âge, auraient trouvé une place de choix dans la rubrique des Monstres Sacrés, aux côtés de The Creeper par exemple.

Et puis il n’y a pas que des vieillards qui lisent Les Échos d’Altaïr, il en faut aussi pour les jeunes !

—-  PARTIE 1  —-

IL T’ASPIRE AU FOND DE SON ANTRE, LE MYTHIQUE DAGON

15040705013615263613147738 dans Cinéma bis américainL’intrigue : Paul et sa charmante petite amie Barbara fêtent le succès de leur nouvelle société on-line avec Howard, leur riche investisseur, et son épouse Vicki. Les deux couples passent quelques jours agréables sur le voilier d’Howard, navigant le long de la côte espagnole. Leur croisière idyllique s’achève brutalement lorsque leur bateau s’échoue sur un récif, emprisonnant Vicki et Howard sous le pont inférieur. Paul et Barbara cherchent du secours à Imboca, le village le plus proche. Au premier abord, cette bourgade de pêcheurs semble déserte. Pourtant, ses habitants vont vite se révéler être des fanatiques de Dagon, un dieu de la mer qui se délecte de sacrifices humains…

Le retour de Brian Yuzna et de Stuart Gordon sur les traces d’Howard Philip Lovecraft après RE-ANIMATOR (1985), FROM BEYOND (1986), NECRONOMICON (1994). LA MALÉDICTION DES PROFONDEURS (Beneath Still Waters) suivra en 2005.

Dagon était un dieu des semences et de l’agriculture des populations sémitiques et fut révéré par les anciens Amorrites, les habitants d’Ebla, d’Ougarit et fut un des dieux principaux des Philistins. Très tardivement dans son histoire, à partir du IVe siècle après J.-C., on le trouve représenté sous la forme d’un poisson (« dag » en hébreu signifie « poisson »).

15040705012715263613147737 dans Cinéma bis anglaisC’est ainsi qu’à partir de 1917, l’auteur de pulps de science-fiction, H.P. Lovecraft, a créé le mythe des « Grands Anciens » dont DAGON est le dieu poisson. Il est le dieu vénéré par « Ceux des profondeurs », ainsi que par certains habitants d’Innsmouth, qui font partie de l’Ordre ésotérique de Dagon.

Dans le film de Stuart Gordon produit en Espagne, DAGON (2001), le Dieu Poisson y est difficilement définissable en tant que créature, il reste une entité vénérée. Et franchement, c’est vraiment de cette manière que je préfère voir les mythologies lovecraftiennes portées à l’écran. DAGON est à mon goût l’une des meilleures séries B adaptées de l’auteur du Mythe de Cthulhu.

ELLE VA TE DÉCHIQUETER, LA BÊTE DU GÉVAUDAN

L’intrigue : 1765. Le chevalier Grégoire de Fronsac, naturaliste au jardin du Roi, est envoyé en Gévaudan pour dresser le portrait de la Bête du Gévaudan. Il est accompagné de Mani, son frère de sang Indien rencontré en Nouvelle-France. Au cours de sa traque, Fronsac se heurte au conformisme d’une noblesse locale qui semble avoir de troublantes affinités avec le monstre qui massacre les paysans…

15040705071815263613147739 dans Cinéma bis espagnol

Difficile de décrire la créature du PACTE DES LOUPS (2001) de Christophe Gans sans trop en dire. Tirée d’une légende du Gévaudan, l’histoire de son énorme chien carnassier ressemble à ces mêmes légendes de chiens fantômes du folklore britannique ou germanique que Conan Doyle adaptera avec LE CHIEN DES BASKERVILLE, un roman dans lequel Sherlock Holmes affronte dans la lande brumeuse un énorme chien démoniaque.

UNE MOMIE QUI SURGIT HORS DE LA NUIT, BUBBA HO-TEP

15040705090615263613147740 dans Cinéma bis françaisBUBBA HO-TEP (2002) est un film drôle et paranoïaque de Don Coscarelli qui fait une parfaite transition entre la quadrilogie devenue lassante des PHANTASM (1979-1998) et l’inénarrable JOHN DIES AT THE END (2012).

L’intrigue : Une petite ville de l’Amérique profonde est menacée par une terrible momie, Bubba Ho-tep, qui veut absorber l’énergie vitale des habitants. Afin de la combattre, deux pensionnaires de l’asile local unissent leurs forces. Parmi eux, l’authentique Elvis Presley et un homme qui se prend pour Jack Kennedy…

VENU DU PASSÉ ET DE L’ESPACE, L’ALIEN TENTACULAIRE

15040705104315263613147741 dans DossierL’intrigue : Au Moyen-Âge, une météorite s’écrase sur terre et une paysanne présente est tuée par une mystérieuse bête…

De nos jours, trois amis en route pour un barbecue tombent en panne d’essence dans une zone réputée pour sa Dame Blanche, leurs trois amies continuant la route dans la seconde voiture. Alors que la radio signale une évasion d’un hôpital psychiatrique, ils font le plein dans une station apparemment abandonnée par le pompiste et y prennent en stop un inconnu en panne. Ils repartent, mais le chauffeur est surpris par l’apparition de la Dame Blanche et leur voiture est précipitée dans un ravin. Personne n’est blessé.

Mais la bête rôde encore…

Un Alien rôdant sous la terre et extirpant ses victimes à l’aide de longues et mortelles tentacules, le tout réalisé avec des images de synthèse sans fausses notes. Une créature d’outre-espace dont la venue est annoncée par une Dame Blanche et qui nous vient de RESONNANCES (2002), un film tourné dans le Jura et totalement auto-produit par son réalisateur, Philippe Robert.

Vous aurez un aperçu du tournage du film sur le blog qui lui a été dédié.

IL NE SONT LÀ QUE DANS UN SEUL BUT, LES ALIENS VIOLEURS DU PAYS DE GALLES

L’intrigue : Une équipe de télévision responsable d’une émission sur les phénomènes étranges se rend sur une île galloise où une jeune femme aurait été enlevée et mise enceinte par des extraterrestres. Un « spécialiste » en ufologie et, pour les reconstitutions, une actrice de X et un acteur gay de série Z se joignent à cette équipe déjà peu professionnelle…

15040705133615263613147742 dans Dossier : Quelques Belles Créatures des Années 2000

Nos Aliens violeurs sont issus de la comédie horrifique anglaise, EVIL ALIENS (2005) de Jake West (à qui l’on doit aussi les excellents RAZOR BLADE SMILE et DOGHOUSE). Le film de Jake West est volontairement Z et proche d’une pseudo-télé réalité : tout, y compris le gore, prend le ton de la dérision. Ainsi les Aliens du film ressemblent plus ou moins à un croisement entre ceux du cinéma de science-fiction des années 50 et l’image qu’on se fait de l’extraterrestre depuis l’affaire de Roswell. EVIL ALIENS est hilarant derrière cet hommage masqué aux films de monstres et de SF. Dans la lignée de BRAINDEAD (1994), BLACK SHEEP (2006) mais avec des Aliens au milieu d’Anglais et de Gallois qui se haïssent.

ILS SONT PRESQUE INCREVABLES, LES MUTANTS CANNIBALES DES ‘FEAST’

15040705184115263613147743 dans FantastiqueL’intrigue : Dans un bar perdu au fin fond du Texas la soirée se déroule paisiblement, quand brutalement la nuit tourne au cauchemar. À quelques pas de là, des créatures mutantes, affamées, se sont échappées d’une base de recherche militaire… Et elles ont faim de chair humaine…

Encore une trilogie mais américaine celle-ci, entièrement réalisée par John Gulager, FEAST (2005), FEAST 2 (2008) & FEAST 3 (2009) sur un concept, celui de détourner les clichés du cinéma d’horreur. Et sur-produite par une flopée de producteurs en vogue dont les comédiens Ben Affleck et Matt Damon, mais aussi par Wes Craven (ce qui est une de ses meilleurs idées depuis qu’il a commencé à enterrer le cinéma d’horreur avec ses SCREAM).

Chose particulièrement curieuse, dans le premier volet, FEAST (2005), les mutants s’y déguisent avec des peaux de bêtes et des cornes de cerfs pour camoufler leur allure hideuse.

IL NE PEUT RESTER QU’EUX, LES SKIN WALKERS

15040705200115263613147744 dans Science-fictionL’intrigue : Deux gangs de loups-garous sont informés par la lune qu’une ancienne prophétie va bientôt se réaliser. Un jeune garçon nommé Timothy, qui va bientôt fêter ses 13 ans, n’est pas au courant que cet anniversaire marquera sa transformation. Timothy a été élevé par sa mère, Rachel, sa grand-mère, son oncle Jonas, sa cousine Katherine et le petit ami de celle-ci, Adam. Rachel et son fils ne savent pas que le reste des membres de la famille sont de bons loups-garous qui veillent sur Timothy depuis sa naissance. Timothy, né d’une union entre des membres des deux gangs de loups-garous, déterminera le destin de la famille: Varek, Zo et Sonya, leaders du gang opposé qui célèbrent leur condition et leur soif de sang, sont prêts à tuer pour préserver leur vie, et déterminés à trouver Timothy, qu’ils considèrent comme un des leurs…

Encore des lycanthropes sur une intrigue prophétique en pleine vogue des UNDERWORLD (2003), des SENTINELLES DE LA NUIT (2004) etc… Mais SKIN WALKERS (2005) de James Isaac (JASON X, PIG HUNT) reste dans les limites de la série B efficace et de qualité, basé sur une légende amérindienne.

- Trapard -

À SUIVRE !

Autres sujets de la catégorie Dossier :

Les mondes perdus de Kevin Connor : 1 – Le Sixième Continent2 – Centre Terre 7e Continent3 – Le Continent Oublié4 – Les 7 Cités d’Atlantis / Fascinante planète Mars : 1 – L’invasion vient de Mars2 – L’invasion vient de la Terre3 – Ménagerie martienne4 – Délires martiens / Ralph McQuarrie : créateur d’univers (1)Ralph Mc Quarrie : créateur d’univers (2) / À la gloire de la SF : les pulps / Le cinéma fantastique français existe-t-il ? / Les séries d’Irwin Allen / Les Envahisseurs / Howard ou l’Ange Noir / Le Pays de l’Esprit : essai sur le rêve / Philip José Farmer, ou le seigneur de la ré-création (1) / Philip José Farmer, ou le seigneur de la ré-création (2) / Les dinosaures dans la littérature de science-fiction et de fantastique / Gérard Klein, ou l’homme d’Ailleurs et Demain / L’homme et son double / Jean-Pierre Andrevon, ou l’homme qui déclara la guerre à la guerre (1) / Jean-Pierre Andrevon, ou l’homme qui déclara la guerre à la guerre (2) / Homo Mecanicus (1) / Homo Mecanicus (2) / Jules Verne, ou le scaphandrier de l’Imaginaire (1) / Jules Verne, ou le scaphandrier de l’Imaginaire (2) / Jack Arnold (1) / Jack Arnold (2) / Jack Arnold (3) / Démons et merveilles (1) /Démons et merveilles (2) / Fungi de Yuggoth, ou l’oeuvre poétique / Un tour dans les boîtes de la galaxie / Fin du monde : J-1 / La maison hantée au cinéma / Bernard Quatermass et la famille Delambre / Le Fantastique et les prémices du cinématographe / Excursion galactique : première partie / Excursion galactique : deuxième partie / Radio Horror Shows : première partie / Sur les mers d’Altaïr IV / Radio Horror Shows : seconde partie / La flore extraterrestre au cinéma et à la télévision / Science-Fiction et Fantastique télévisés spécial 14 juillet / Vaisseaux (p1) : Le règne des vaisseaux fusées

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : LE JOUR OÙ LA TERRE PRIT FEU (1961)

DRIVE-IN : LE JOUR OÙ LA TERRE PRIT FEU (1961) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

15022807362315263613018731 dans Cinéma bis anglais

LE JOUR OÙ LA TERRE PRIT FEU (The Day the Earth Caught Fire)
Année : 1961
Réalisateur : Val Guest
Scénario : Wolf Mankowitz & Val Guest
Production : Val Guest & Frank Sherwin Green
Musique : Stanley Black
Pays : Royaume Uni
Durée : 96 min
Interprètes : Janet Munro, Leo McKern, Edward JuddMichael Goodliffe, Bernard Braden…

LE JOUR OÙ LA TERRE PRIT FEU (1961, The Day the Earth Caught Fire) est une petite production indépendante de Val Guest (THE QUATERMASS XPERIMENT) qu’il a lui-même réalisée. Nous sommes ici à mi-chemin entre le post-nuke et le film catastrophe de pure science-fiction.

15022807363415263613018732 dans Drive-in

L’intrigue : Lorsque les États-Unis et l’Union Soviétique procèdent simultanément à une série d’explosions nucléaires, le London Daily Express rapporte de curieux changements climatiques partout dans le monde. Mais lorsque les journalistes creusent un peu plus profondément, ils découvrent que les explosions qui ont frappé la Terre l’ont déplacée de son axe, la propulsant tout droit vers le soleil. Alors que la chaleur empire et que les inondations dévastent la planète, que les villes explosent dans le chaos, l’humanité forme un dernier espoir : créer une nouvelle et massive détonation qui pourra ré-équilibrer l’orbite de la Terre…

« Le plus étonnant ici est toutefois que le nucléaire est présenté comme étant aussi bien la source des maux que le remède. Nous suivons les événements dramatiques par les yeux d’un journaliste et le film a un petit aspect documentaire en nous montrant la façon de travailler d’un grand journal londonien. En voyant le film soixante ans plus tard, on ne peut que faire le parallèle avec le réchauffement climatique : les catastrophes naturelles montrées ici sont celles que l’on craint aujourd’hui. Ce film anglais n’a bénéficié que d’un petit budget mais Val Guest a su utiliser intelligemment des images d’archives de catastrophes réelles et user d’astuces assez habiles, le plus étonnant étant une vision de la Tamise asséchée. Ces effets spéciaux sont l’œuvre de Les Bowie. » (L’Œil sur L’Écran)

- Trapard -

LE JOUR OÙ LA TERRE PRIT FEU en entier et en V.O.

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : THE CRAWLING EYE (1958) et THE STRANGE WORLD OF PLANET X (1958)

DRIVE-IN : THE CRAWLING EYE (1958) et THE STRANGE WORLD OF PLANET X (1958) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

Aujourd’hui, dans notre Drive-in des Échos d’Altaïr, voici deux séries B de SF britanniques avec des monstres pour le prix d’une. Et comme les QUATERMASS EXPERIMENT, THE CRAWLING EYE et THE STRANGE WORLD OF PLANET X sont deux adaptations pour le cinéma de deux séries TV anglaises du milieu des années 50.

15011007384915263612862363 dans Cinéma bis anglais

THE CRAWLING EYE
Année : 1958
Réalisateur : Quentin Lawrence
Scénario : Jimmy Sangster
Production : Robert S. Baker & Monty Berman
Musique : Stanley Black
Pays : Royaume-Uni
Durée : 84 min
Interprètes : Forrest Tucker, Laurence Payne, Jennifer Jayne, Janet Munro, Warren Mitchell…

15011007394715263612862365 dans Drive-in

THE CRAWLING EYE est une production de la Tempean Films mais aussi des Southall Studios (qui est l’un des pionniers des studios en Grande-Bretagne) et connue sous divers titres comme CREATURE FROM ANOTHER WORLD, THE CREEPING EYE, THE FLYING EYE, mais surtout sous celui de THE TROLLENBERG TERROR.

Scénarisé par Jimmy Sangster surtout habitué à travailler sous la houlette de la Hammer Films (X THE UNKNOWN, LE CAUCHEMAR DE DRACULA…), THE CRAWLING EYE raconte une histoire d’invasion planétaire d’extraterrestres belliqueux.

15011007390215263612862364 dans Fifties SF

L’intrigue : En Suisse, au sein du brouillard au pied de la montagne de Trollenberg, des extraterrestres difformes et hideux, et aux pouvoirs télépathiques, tuent un par un les habitants de la région…

Mais je crois que le groupe punk THE MISFITS résumerait mieux le film que moi avec le morceau « Crawling Eye » issu de l’album « Famous Monsters » (1999) dont voici un fanclip très explicite où vous découvrirez les aliens cyclopéens et tentaculaires du film.

THE CRAWLING EYE est un grand classique de la série B de SF.

THE CRAWLING EYE EN ENTIER ET EN V.O. :

http://www.dailymotion.com/video/x1980q5

15011007440315263612862366 dans Science-fiction

THE STRANGE WORLD OF PLANET X
Année : 1958
Réalisateur : Gilbert Gunn
Scénario : Paul Ryder
Production : George Maynard & John Bash
Musique : Robert Sharples
Pays : Royaume Uni
Durée : 75 min
Interprètes : Forrest Tucker, Gaby André, Martin Benson, Alec Mango, Wyndham Goldie…

15011007504315263612862370 dans Trapard

Adaptation d’un roman de René Ray, THE STRANGE WORLD OF PLANET X a lui aussi plusieurs titres d’exploitation comme THE CRAWLING TERROR, THE CRAWLING HORROR, ou encore COSMIC MONSTERS, des titres qui font finalement rêver d’une science-fiction très vintage.

L’intrigue : Le Docteur Laid a inventé une nouvelle machine scientifique créant un champ magnétique d’une puissance phénoménale et capable d’attirer les objets venus de distances très lointaines. Mais la machinerie aimante un vaisseau spatial qui s’écrase et répand sur Terre une horde d’insectes géants…

15011007512815263612862371

THE STRANGE WORLD OF PLANET X est une bonne série B de la fin des 50′s tournée en pleine période d’exploitation de films d’insectes géants (DES MONSTRES ATTAQUENT LA VILLE, TARANTULA, THE DEADLY MANTIS). Culpabilisant peut-être moins que les Américains au sujet d’hypothétiques effets pervers d’hybridation par la bombe, les producteurs anglais du film préfèrent associer les insectes géants aux attaques d’extraterrestres. Ainsi toute la fin de THE STRANGE WORLD OF PLANET X est d’une merveille graphique avec des insectes démesurés évoluant dans le brouillard près de toiles d’araignées gigantesques. Un décor qui inspira sûrement l’American International Pictures qui produisit immédiatement EARTH VS THE SPIDER en septembre 1958.

- Trapard -

THE STRANGE WORLD OF PLANET X EN ENTIER ET EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DRIVE IN : X THE UNKNOWN (1956)

DRIVE IN : X THE UNKNOWN (1956) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

14122705014915263612826008 dans Cinéma bis anglais

X THE UNKNOWN
Année : 1956
Réalisateur : Leslie Norman ( & Joseph Losey)
Scénario : Jimmy Sangster
Production : Hammer Film Productions
Musique : James Bernard
Pays : Royaume-Uni
Durée : 81 min
Interprètes : Dean Jagger, Edward Chapman, Leo McKern, Anthony Newley, Jameson Clark…

14122705015915263612826009 dans Drive-in

Après FOUR SIDED TRIANGLE (1953, vous pouvez aussi regarder SPACEWAYS que Terence Fisher a tourné la même année, ici), voici une autre production de la Hammer Films avec X THE UNKNOWN (1956) qui fut initialement conçu par la firme anglaise pour être une suite au succès du MONSTRE (1955, The Quatermass Xperiment) réalisé par Val Guest. Vous pouvez relire nos articles sur les aventures du Professeur Quatermass ici ou ici. Mais l’écrivain Nigel Kneale ayant refusé à la Hammer qu’elle réutilise son personnage de Quatermass pour le film, X THE UNKNOWN raconte une autre histoire :

En Écosse, le professeur Adam Royston expérimente un signal radio capable d’atténuer les effets nucléaires. Une fissure se produit et une créature atomique et visqueuse s’extrait du sol…

14122705020915263612826010 dans Fifties SF

Exilé au Royaume-Uni et travaillant sous le nom de Joseph Walton après avoir été dénoncé et ajouté à la célèbre liste noire hollywoodienne, le réalisateur Joseph Losey a commencé le tournage du film avant d’être rapidement remplacé par Leslie Norman pour cause de maladie.

X THE UNKNOWN est avant tout une aventure militaire de science-fiction en noir et blanc, au sein de laquelle l’armée doit affronter une créature visqueuse qui inspirera sûrement la production de DANGER PLANÉTAIRE (1958, The Blob) d’Irwin S. Yeaworth Jr, qui pourrait en être un vague reboot colorisé et mettant en scène des teenagers (dont Steve McQueen).

- Trapard -

X THE UNKNOWN EN ENTIER ET EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DRIVE-IN : FOUR SIDED TRIANGLE (1953)

DRIVE-IN : FOUR SIDED TRIANGLE (1953) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

14122006294515263612808482 dans Cinéma bis anglais

FOUR SIDED TRIANGLE
Année : 1953
Réalisateur : Terence Fisher
Scénario : Paul Tabori & William F. Temple (d’après son roman)
Production : Hammer Film Productions
Musique : Malcom Arnold
Pays : Royaume-Uni
Durée : 81 min
Interprètes : Barbara Payton, James Hayter, Stephen Murray, John Van Eyssen, Percy Marmont…

Ce sont les récentes polémiques autours du teaser de STAR WARS VII, LE RÉVEIL DE LA FORCE (2015) qui m’ont donné envie d’inclure ce beau film anglais de SF, explorant la complexité du clonage humain, dans la rubrique du « Drive-in ».

14122006291015263612808481 dans Drive-in

Avec FOUR SIDED TRIANGLE, la Hammer Films se lança dans la vague de SF cinématographique des années 50. Réalisé par Terence Fisher à Bray Studios à Londres, le film est une fable morale sur fond de science-fiction adaptée du roman éponyme de William F. Temple.

L’intrigue : Bill et Robin sont deux amis d’enfance qui aiment Lena. À l’âge adulte, les deux hommes collaborent à l’invention d’une machine qui peut reproduire des doubles d’objets. Mais Lena réapparait et fait revivre aux deux hommes leurs anciens sentiments. Ils abandonnent leur travail et tandis que Robin et Lena s’aiment et ont l’intention de s’épouser, désespéré, Bill entreprend de créer un double de Lena. L’expérience réussit, et Bill créer une femme semblable à l’originale qu’il nomme Helen. Ainsi vient de se créer le fameux triangle à quatre côtés du titre, mais malheureusement l’expérience a engendré une copie trop conforme de Lena puisque Helen tombe elle aussi éperdument amoureuse de Robin…

14122006320315263612808483 dans Fifties SF

FOUR SIDED TRIANGLE est un excellent film de SF dont la superbe imagerie de laboratoire scientifique, ainsi que le sujet, anticipent beaucoup sur LA MOUCHE NOIRE (1958, The Fly) de Kurt Neumann, bien que le film de Terence Fisher ait été tourné en noir et blanc. Mais je vous laisse en juger par vous même.

FOUR SIDED TRIANGLE EN ENTIER ET EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



UTOPIC FASHION : LES COULEURS DE L’ESPACE

UTOPIC FASHION : LES COULEURS DE L'ESPACE dans Cinéma bis 13061310015515263611288448

Et si on s’attardait régulièrement sur les vêtements à travers les films et les séries de science-fiction ? Et si on explorait les tendances ou les fantasmes exprimés à travers les designs les plus fous, les plus kitchs ou les plus provocants de la SF, mais aussi à travers les plus austères, les plus sérieux ou les plus envisageables dans un avenir plus ou moins éloigné ? Place à Utopic Fashion !

14040905350715263612134486 dans Cinéma bis anglais

Rien qu’en observant cette photo, je suis persuadé que vous arrivez déjà à situer l’époque. Les Sixties ?… Les Seventies ?… Eh bien nous voilà entre les deux, plus précisément en 1969, année où l’homme a marché sur la Lune, et où la Hammer, plus habituée aux films d’épouvante qu’à la science-fiction, nous sort son épopée spatiale délirante et sublimement kitsch intitulée ALERTE SATELLITE 02 (MOON ZERO TWO), réalisée par Roy Ward Baker (THE VAMPIRE LOVERS, LES CICATRICES DE DRACULA, Dr JEKYLL ET SISTER HYDE…).

L’histoire est la suivante : « En l’an 2021, à bord de leur vaisseau spatial, le capitaine Bill Kemp et son ami Korminski sillonnent l’espace, à la recherche de vieux satellites. Un jour, ces pilotes sont contactés par Hubbard, un important millionnaire, qui leur demande de retrouver un astéroïde de couleur bleu. Mais ils sont loin de se douter qu’il s’agit en réalité d’un saphir d’une grande valeur, convoité par de redoutables truands. » (allocine.fr)

Ah ! Avouez, en regardant cette photo, que le futur s’annonçait plutôt bien à cette époque ! Et il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que tous les jeunes garçons voulaient devenir astronautes, cosmonautes, spationautes (choisissez votre pays) !

On nous promettait les sempiternelles jupes ultra-courtes pour ces dames, des vêtements légers et très aérés aux couleurs flashy, des bottes et de jolies coupes de cheveux souvent fort colorées elles aussi (observez la seconde photo, plus bas). La série télévisée UFO : ALERTE DANS LE COSMOS, nous avait elle aussi promis un futur bariolé et véritablement sexy, très inspiré d’ALERTE SATELLITE 02. Mais, malheureusement, il n’en est rien du tout ! La sinistrose est de rigueur dans ces sombres années 2000 où la crise mondiale a transformé l’arc-en-ciel qui s’annonçait en un éternel temps pluvieux ! Impossible de s’en défaire. Le noir et le gris ont métamorphosé nos belles dames en parfaites veuves de cortège funèbre… Il faut bien s’y résigner : l’espace demeurera définitivement en noir et blanc…

- Morbius -

14040905430115263612134487 dans Science-fiction

Autres articles publiés dans la catégorie Utopic Fashion :

Les femmes de la Lune / Stella et son bikini spatial / Glamour Altaïra / Le futur sera à poils / Tenue des sables / Le X sera soft ! / Cuir moulant et satin kitsch /Paillettes cosmiques / Walkyrie spatiale / Les bouclettes de Zarth Arn / Ah la la, l’alu ! / Conquérantes de l’Univers / Logiquement vulcain

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



12