Catégorie

Archive pour la catégorie « Cinéma bis italien »

UTOPIC FASHION : LA FLEUR DE L’ESPACE

UTOPIC FASHION : LA FLEUR DE L'ESPACE dans Cinéma bis 13061310015515263611288448

Et si on s’attardait parfois sur les vêtements à travers les films et les séries de science-fiction ? Et si on explorait les tendances ou les fantasmes exprimés à travers les designs les plus fous, les plus kitchs ou les plus provocants de la SF, mais aussi à travers les plus austères, les plus sérieux ou les plus envisageables dans un avenir plus ou moins éloigné ? Place à Utopic Fashion !

17062708463915263615115456 dans Cinéma bis italien

Ne vous y trompez pas : cette orchidée spatiale n’est autre que le terrible Ureklon du film STAR CRASH 2 : LES ÉVADÉS DE LA GALAXIE III (de Bitto Albertini, 1981)… Et dès lors on comprend mieux, beaucoup mieux pourquoi s’évader de la galaxie III lorsque, en effet, on peut se réfugier dans la galaxie IV pour ne pas subir cette vision cruelle sans commune mesure. D’ailleurs, à propos, la galaxie IV, le Docteur l’a bien connue ! Ah oui, ce n’est pas tout à fait la même histoire, c’est vrai…

Revenons à nos moutons : à peine le maléfique Zarth Arn (oui, les bouclettes, vous vous souvenez ?) décédé qu’Ureklon s’empare de la galaxie III et, bien décidé à faire fuir ses ennemis, arbore la plus outrancière, la plus provocante, la plus exubérante des tenues qu’aucun méchant n’avait osé porter avant lui à travers tout le cosmos. Le choix des couleurs et surtout l’extraordinaire composition florale à laquelle appartient ce costume font d’Ureklon un homme qui inspire forcément la crainte et le respect.

17062708461615263615115455 dans Utopic fashion

À noter : la large ceinture métallique et les éclairs sur les cuisses, inspirés de la célèbre tenue de Flash Gordon. Ah, et précisons que la barbe d’Ureklon scintille avec subtilité sous les lumières car recouverte de paillettes dorées. Il fallait y penser.

- Morbius -

Autres articles publiés dans la catégorie Utopic Fashion :

Les femmes de la Lune / Stella et son bikini spatial / Glamour Altaïra / Le futur sera à poils / Tenue des sables / Le X sera soft ! / Cuir moulant et satin kitsch /Paillettes cosmiques / Walkyrie spatiale / Les bouclettes de Zarth Arn / Ah la la, l’alu ! / Conquérantes de l’Univers / Logiquement vulcain / Les couleurs de l’espace / Blouson spatial anti-vampire / L’avenir des pyjamas du futur / Tenue décontractée pour la Lune / Uniformes galactiques / Les coquets de la haute technologie spatiale / Des tenues sobres pour l’Orion / Un XXIIIe siècle plutôt sexy / Clodettes intergalactiques / Bleu de travail spatial / À la mode de Terra / La classe en toutes circonstances

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



PLANKTON (1994)

PLANKTON (1994) dans Cinéma bis 17051208375315263615035416

PLANKTON (1994)

Titre original : La Creatura Degli Abissi

Réalisation : Massimiliano Cerchi

Scénario : Richard Baumann

Musique : Elikonia Group

Pays : Italie.

Interprètes : Clay Rogers (Mike), Michael Bon (Bobby), Sharon Twomey (Margareth), Laura di Palma (Dorothy) et Ann Wolf (Julie).

17051208393715263615035418 dans Cinéma bis italienApparemment, le film ne serait sorti que le 8 janvier 2000 dans le reste du monde sous le titre CREATURES OF THE ABYSS. C’est sûrement suite aux succès du remake télévisé de PIRANHAS diffusé en 1995 ou du remake des MONSTRES DE LA MER aka HUMANOÏDS FROM THE DEEP sorti en DTV en 1996. Bien qu’on pense rapidement à la vue de ce sympathique nanar italien, à M.A.L., MUTANT AQUATIQUE EN LIBERTÉ (1989) ou encore à LEVIATHAN (1989).

En tout cas, le film présente un vrai mélange d’hybridations inconnues entre le piranha préhistorique et le cœlacanthe mutant des deux films cités précédemment. Ces poissons mutants, dont l’un d’eux est gigantesque (et même un peu bavard !) se voudraient issus d’une variété de poissons éteinte : les crostéliges. Bon, j’ai cherché sur Internet les différents noms scientifiques énoncés dans le film et tous semblent complètement bidons. Avec ce PLANKTON, nous sommes dans du pur JURASSIC BIS de haute voltige.

17051208413815263615035419 dans Fantastique

L’intrigue : Cinq jeunes adolescents décident de faire une virée sur l’océan à l’aide d’un bateau pneumatique à rames. Ils arrivent finalement près d’un yacht abandonné avec à son bord un mystérieux laboratoire biologique… Bob et Julie décident de faire l’amour sur le bateau mais ils vont être infectés par du plancton radioactif échappé du laboratoire. Bob va alors dévorer Julie et des monstres vont commencer à ramper sur le pont…

17051208440915263615035420 dans TrapardBon déjà, on se demande pourquoi cinq jeunes partent en virée au milieu de l’océan sans nourriture, ni eau, à bord d’un zodiaque légèrement trop petit pour eux. Mais sans ce début d’histoire, il n’y aurait pas de suite… Donc, dans PLANKTON, le jeu des comédiens et la crédibilité de l’histoire n’ont pas grand intérêt. Et en dehors des interminables scènes où les trois comédiennes vont et viennent en bikini ou en top-less, seule l’ambiance très kitsch et les éclairages bleutés sur des décors assez fascinants d’un immense yacht, arrivent à captiver le regard. Surtout que le réalisateur insiste sur énormément de plans rythmés, filmés au grand angle et en caméra subjective qui annoncent pendant plus d’une demi-heure de métrage qu’il va se passer quelque chose. Le reste du film peut donc enfin se permettre une orgie d’attaques de poissons mutants carnivores hors de l’eau, qu’on pense immédiatement à PIRANHA 2, LES TUEURS VOLANTS (1981). Et il faut bien reconnaître que malgré son aspect ridicule, parfois filmé en animatronique, parfois en stop-motion en accéléré, le crostélige géant reste le clou du spectacle.

Vous pouvez regarder PLANKTON en version complète mais en anglais ici.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

17051208355615263615035415



CONTAMINATION.7 (1993)

CONTAMINATION.7 (1993) dans Cinéma bis 17041208134315263614977638

CONTAMINATION.7 (1993)

Titre original : The Crawlers

Réalisation : Joe D’Amato et Fabrizio Laurenti

Scénario : Fabrizio Laurenti, Albert Lawrence et Daniele Stroppa

Production : Filmirage

Musique : Carlo Maria Cordio

Interprètes : Mary Sellers, Jason Saucier, Bubba Reeves, Chelsi Stahr

L’intrigue : Les habitants d’une petite communauté sont attaqués par des racines radioactives poussant dans la forêt…

Voici le scénario de ce CONTAMINATION.7, cette série B inédite chez nous et co-réalisée par Joe D’Amato et Fabrizio Laurenti qui, en dehors de ce film et du mollasson DÉMONIAQUE PRÉSENCE (1988, La Casa 4) n’a tourné que pour la télévision italienne.

17041208133915263614977637 dans Cinéma bis italienApparemment co-produit par Filmirage avec des fonds italiens, canadiens et américains, le film fut en partie tourné en 1989 et ne sortit en VHS qu’en 1993 sous divers titres comme THE CRAWLERS, CREEPERS, CONTAMINATION.7 ou encore TROLL 3 ou TROLL 3 : CONTAMINATION POINT.7. Ce qui ne me semble pas être une idée intelligente, vu le niveau des deux premiers TROLLS. À savoir aussi que Joe D’Amato avait déjà utilisé en 1990 dans les circuits d’exploitations américains, le titre de TROLL 3 qui faire circuler le dernier épisode de la saga d’Ator : ATOR 4, QUEST OF THE MIGHTY SWORD. De plus, le film n’a jamais été officiellement édité en DVD et il est considéré comme étant tombé dans le domaine public.

Un sacré imbroglio commercial qui n’a pas du tout aidé CONTAMINATION.7 à se faire distribuer avec intelligence, ni à se faire apprécier à sa juste valeur, car derrière ce mélange de titres bidons et un budget plutôt limité se cache une série B plutôt agréable. L’histoire du film est évidemment éculée et les effets spéciaux sont minimalistes, mais la plupart des scènes du film se laissent suivre agréablement. Et cette histoire de forêt contaminée et aux branches et lianes rebelles reste une idée plaisante pour qui aime ce genre de films anti-atomique dérivé des années 50 aux faux airs d’EVIL DEAD.

17041208173715263614977639 dans Science-fiction

À noter enfin que la sulfureuse Laura Gemser des BLACK EMMANUELLE cessa sa carrière de comédienne en 1992, et que de 1988 à 1993 elle fut la costumière d’une poignée de films de D’Amato sous divers pseudonymes dont Laurette Gemser ou Laurette Marcia Gemser. CONTAMINATION.7 (1993) a été sa toute dernière contribution pour ce métier.

- Trapard -

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



LA QUATRIÈME RENCONTRE (1978)

LA QUATRIÈME RENCONTRE (1978) dans Cinéma bis 17020508563915263614825402

LA QUATRIÈME RENCONTRE (1978) de Mario Gariazzo

L’intrigue : Un vaisseau spatial a atterri non loin d’une petite ville de Californie, laissant derrière lui d’étranges capsules dans un champ. En pleine séance de pose, un photographe et son modèle sont perturbés par une indéfinissable présence. Lorsqu’il développe ses épreuves, le photographe aperçoit la présence du vaisseau sur plusieurs clichés. Il s’empresse de faire part de sa découverte à son ami reporter Tony Harris qui essaie, tant bien que mal, de convaincre la direction de son journal de l’importance de l’événement. En compagnie de l’expert Perry Coleman, il va tenter de faire éclater la vérité au grand jour. Mais une organisation secrète, spécialisée dans les phénomènes extraterrestres, a tout intérêt à étouffer ces informations…

17020508564315263614825404 dans Cinéma bis italien

La sortie de cette série B italienne, OCCHI DALLE STELLE aka EYES BEHIND THE STARS, fait évidemment suite au succès mondial de RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE (1977), on y retrouve d’ailleurs certains ingrédients du scénario du film de Steven Spielberg. Mais le budget étant nettement moindre, le réalisateur Mario Gariazzo s’est plutôt contenté de confronter politique et ufologie. Avec aussi une petite ambiance paranoïaque de série B qui donne un peu de saveur à un thème abordé de manière trop éculée.

Ne cherchez pas de communication musicale extraterrestre du type Simon dans LA QUATRIÈME RENCONTRE, l’ambiance y est plutôt sombre et gothique.

- Trapard -

17020508564115263614825403 dans Film des 70's



MONSTRES SACRÉS : LA PRINCESSE ASA VAJDA

MONSTRES SACRÉS : LA PRINCESSE ASA VAJDA dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

16102611034915263614583383 dans Cinéma bis italien

La Princesse Asa Vajda est autant repoussante lorsqu’elle est allongée dans son cercueil et qu’une nuée d’araignées lui dévorent l’intérieur des orbites, que belle et énigmatique sous les traits de l’actrice anglaise, Barbara Steele.

Asa Vajda était une terrible sorcière vivant au XVIIe siècle dans la très ancienne Moldavie, mais accompagnée de son diabolique amant, Igor Iavoutich, ils sont suppliciés et lui est cloué sur le visage, le fameux masque de fer ou masque du démon du titre (l’équivalent de « la vierge de fer » mais uniquement pour le visage). Avant la pose du masque, Asa Vajda lance une terrible malédiction sur les descendants de la famille de ses bourreaux. Cette introduction du MASQUE DU DÉMON (1960, La Maschera del demonio) de Mario Bava, inspirera un nombre incroyable d’imitations, et notamment mexicaines et britanniques. Mais la violence visuel du début du film de Bava reste encore intact de nos jours, au moment où l’énorme maillet s’abat sur le masque aux clous énormes qui vont s’enfoncer dans le visage de la sorcière.

16102611035015263614583384 dans Fantastique

Mario Bava s’est plus ou moins inspiré de la nouvelle « Vij » de Nicolas Gogol, inspirée de légendes ukrainiennes (et non pas moldaves comme dans le film de Bava) et qui traite de la résurrection d’une entité démoniaque se transformant en une belle jeune femme. Évidemment, l’adaptation qu’en a faite Mario Bava est très romancée, voire même très occidentalisée, sûrement dans le but d’être mieux exportable. Les deux cinéastes russes, Constantin Erchov et Gueorgui Kropatchev, en tourneront une version plus fidèle en 1967 pour la Mosfilm avec VIJ, quoiqu’elle soit très « chantée » à la manière du cinéma de propagande soviétique. Il existe une autre version datant de 2014, réalisée par un autre cinéaste russe, Oleg Stepchenko, mais je ne l’ai jamais vue.

Et pour le coup, la Princesse Asa Vajda appartient corps et âme au film de Mario Bava. Et bien que la notion vampirique présente chez Gogol soit latente durant tout le film, la belle Asa reste avant tout une sorcière séductrice mais cruelle et meurtrière cherchant à aller jusqu’au bout de la malédiction qu’elle a lancée.

16102611040515263614583386 dans Monstres sacrés

Pour ce qui est de Barbara Steele, rares sont les autres films de sa filmographie dans lesquels elle atteint un tel jeu haineux, autant dans le regard que dans le ton de la voix. Bien qu’elle soit toujours aussi excellente en damnée en tant qu’Helen Karnstein dans LA SORCIÈRE SANGLANTE (1964, I Lunghi capelli della morte), en Veronica, sorcière ambiguë dans LA SŒUR DE SATAN (1966, The She-Beast) ou encore, en tant que Lavinia l’incroyable prêtresse du Malin dans LA MAISON ENSORCELÉE (1968, Curse of the Crimson Altar). Que des rôles qui, à eux seuls, pourraient remplir plusieurs articles de la rubrique des “Monstres Sacrés”, tout comme le personnage Igor Iavoutich, amant livide et sanguinaire de la sorcière Asa qui imprègne tout le film de sa présence fétide.

Mais la Princesse Vajda laissera au moins flotter une empreinte indélébile sur une bonne partie de la carrière de Barbara Steele et de nombreux autres films d’épouvante européens : son double rôle. Asa est autant maléfique que la Princesse Katia, sa descendante se voudrait un double angélique malgré la présence inquiétante des deux énormes molosses qui l’accompagnent en tout lieu. Et Mario Bava ne s’est pas encombré du cliché de la douce blonde et de la rugueuse brune, il a carrément choisi Barbara Steele pour incarner ce double-rôle, rendant ainsi le film plus étrange et ambivalent encore. Et oui, on n’attrape pas la Princesse Vajda comme ça !

- Trapard -

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper / Ginger et Brigitte, les sœurs lycanthropes / Tarantula / Intelligence Martienne / She-Creature / Gorgo

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



ROBOT-CRAIGNOS (90)

ROBOT-CRAIGNOS (90) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

16051409452415263614225562 dans Cinéma bis italien

Contrairement aux apparences, ce ne sont pas des anges, loin de là. En fait il s’agit de… robots ! Comment ? Vous le saviez déjà ? Ah oui, c’est vrai, l’intitulé… « Robot-craignos (90) »…

Nos androïdes blondinets à la coupe Mireille Mathieu sont en effet les affolants représentants du « machin » italien d’Alfonso Brescia : LA GUERRE DES ROBOTS (La Guerra dei Robot, 1978) dont l’incroyable histoire est la suivante :

« Menacée d’extinction, une civilisation extraterrestre kidnappe deux célèbres généticiens terriens. Une armée de soldats des étoiles est alors envoyé dans l’espace pour les délivrer, mais avant cela ils devront mettre hors de combat une armée de robots… » (horreur.net)

Désolé, mais je n’ai pas encore cherché à voir ce film, je ne pourrai donc vous en dire plus sur nos androïdes à la coupe du VILLAGE DES DAMNÉS. Mais je pense que c’est déjà bien suffisant…

- Morbius -

16051409452715263614225563 dans Robot-craignos

Autres vedettes de la catégorie Robot-Craignos :

Robot de Target Earth / Robot de Devil Girl from Mars / Robot de The Phantom Empire / Robot de The Robot vs. the Aztec Mummy / Robot de Vanishing Shadow /Robot de The Phantom Creeps / Robot de Undersea Kingdom / Robot de Superman (serial) / K1 / Ro-Man / Muffet / Robox / Robot géant des amazones de Star Crash / Robot de Flesh Gordon / 2T2 / Robot de Giant Robot / Gog / Kronos /Robot de The Space Giants / Robert / Wiki / Robots de The Lost Saucer / Robot de L’Invasion des Soucoupes Volantes / Jet Jaguar / Elias / QT-1 / Andy / Dot Matrix / Robot de The Goodies / Torg / Kryten / Robot de Dünyayi Kurtaran Adam /Robot de L’Homme Mécanique / Robot de Supersonic Man / Robot de Cosmo 2000 / Mechani Kong / Sparks / Robots de Ice Pirates / Maria (de Roboforce) / K-9Robot de The Bowery Boys Meet The Monsters / Robot de First Spaceship On Venus / « Friend » / RUR / Crow T. Robot, Gypsy & Tom Servo / Q / Tic Tac /Robowar / Robot de Frigia / Mark 1 / Kip / Doraemon / Robot de Métal Hurlant Chronicles /  Moguera / Robot de Galaxis / IG-88 / Stella / Metalogen Man / Tor /Robot de Superman Contre les Robots / Robot de Lost City / Robot de Supercar /Robot des Thunderbirds / Robot de Alien Armaggedon / Robot de Ikarie XB-1 /Robot de la série TV Superman (1951) / RuR (2) / Roscoe / Robots de Star Odyssey / Robot de La Edad de Piedra / Robot de l’épisode de La Quatrième Dimension : Oncle Simon / Stelekami / Auto / Eyeborgs / Astrul / Robot de Booby Trap / Vindicator / Robot de Bad Channels / Robots d’Alpha Cassiopée / Peebo / Robots de Super Inframan / TARS / Endhiran / Tor / Robot de Blake’s Seven / Vector & Hector / Robot des Arkonides / Robot de Yilmayan Seytan

Robot « cool » ou « craignos » ?

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



ROBOT-CRAIGNOS (88)

ROBOT-CRAIGNOS (88) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

16010905100915263613882587 dans Cinéma bis italien

Voilà de quoi casser complètement le mythe de la robotique dans la science-fiction, même si ce « visage » tout souriant n’apparaît que quelques secondes dans 4… 3… 2… 1… OBJECTIF LUNE (1967) de Primo Zeglio, ou 4… 3… 2… 1… MORTE en Italie. Ou encore MISSION STARDUST et PERRY RHODAN, SOS AUS DEM WELTALL en Allemagne. Car il s’agit bien d’une adaptation pour le cinéma des aventures de Perry Rhodan, héros d’une BD allemande écrite par K.H. Scheer et Clark Darlton 16010905120315263613882588 dans Robot-craignoset qui paraît sous forme de fascicules hebdomadaires depuis 1961 (la BD sera adaptée en France et éditée chez « Fleuve Noir » dès 1966 sous le titre de « Perry le Fantastique »). Une série de pure SF culte dans les années 60 et 70 et que George Lucas considère comme l’une de ses sources d’inspiration pour créer les designs des vaisseaux de LA GUERRE DES ÉTOILES (1977).

Le résumé : La mission lunaire Stardust est sur le point de se poser aux environs de la mer des nuages. L’équipage est sélectionné parmi les meilleurs astronautes. Sous couvert d’une mission de routine, le véritable objectif doit permettre de confirmer la présence de métaux purs d’un poids atomique bien supérieur à celui de l’uranium, une découverte d’une valeur inestimable qui ne doit être ébruitée à aucun prix. Pourtant, un gang mafieux mené par Homer Arkin a réussi à percer le secret. Parallèlement, l’équipage du Stardust découvre sur la Lune un vaisseau extraterrestre habité par un couple d’Arkonides qui ont besoin d’une aide médicale. Rhodan emmène Krest, l’Arkonide malade, sur Terre. En contrepartie, les Arkonides donnent à Rhodan, ainsi qu’à son ami Reginald Bull, la connaissance et la technologie acquise par ce peuple…

4… 3… 2… 1… OBJECTIF LUNE (1967) anticipe déjà légèrement l’érotisme soft d’une BARBARELLA (1968) mêlé à une ambiance d’espionnage de science-fiction qu’on retrouve par exemple dans SUPERARGO CONTRE DIABOLIKUS (1966) ou ALERTE SATELLITE 02 (1969).

Le robot en question est un des éléments robotisés de l’armée Arkonide, dont les uniformes entièrement bleus les distinguent de l’équipage du Stardust aux uniformes gris-blancs, plus rudimentaires. Sous leurs casques, un vague masque fripé permet de camoufler l’aspect rustique de leur assemblage électronique relié à un dentier mobile. Mais me vient une question existentielle : un dentier est-il bien nécessaire pour faire articuler un robot ?

- Trapard -

Autres vedettes de la catégorie Robot-Craignos :

Robot de Target Earth / Robot de Devil Girl from Mars / Robot de The Phantom Empire / Robot de The Robot vs. the Aztec Mummy / Robot de Vanishing Shadow /Robot de The Phantom Creeps / Robot de Undersea Kingdom / Robot de Superman (serial) / K1 / Ro-Man / Muffet / Robox / Robot géant des amazones de Star Crash / Robot de Flesh Gordon / 2T2 / Robot de Giant Robot / Gog / Kronos /Robot de The Space Giants / Robert / Wiki / Robots de The Lost Saucer / Robot de L’Invasion des Soucoupes Volantes / Jet Jaguar / Elias / QT-1 / Andy / Dot Matrix / Robot de The Goodies / Torg / Kryten / Robot de Dünyayi Kurtaran Adam /Robot de L’Homme Mécanique / Robot de Supersonic Man / Robot de Cosmo 2000 / Mechani Kong / Sparks / Robots de Ice Pirates / Maria (de Roboforce) / K-9Robot de The Bowery Boys Meet The Monsters / Robot de First Spaceship On Venus / « Friend » / RUR / Crow T. Robot, Gypsy & Tom Servo / Q / Tic Tac /Robowar / Robot de Frigia / Mark 1 / Kip / Doraemon / Robot de Métal Hurlant Chronicles /  Moguera / Robot de Galaxis / IG-88 / Stella / Metalogen Man / Tor /Robot de Superman Contre les Robots / Robot de Lost City / Robot de Supercar /Robot des Thunderbirds / Robot de Alien Armaggedon / Robot de Ikarie XB-1 /Robot de la série TV Superman (1951) / RuR (2) / Roscoe / Robots de Star Odyssey / Robot de La Edad de Piedra / Robot de l’épisode de La Quatrième Dimension : Oncle Simon / Stelekami / Auto / Eyeborgs / Astrul / Robot de Booby Trap / Vindicator / Robot de Bad Channels / Robots d’Alpha Cassiopée / Peebo / Robots de Super Inframan / TARS / Endhiran / Tor / Robot de Blake’s Seven / Vector & Hector

Robot « cool » ou « craignos » ?

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



LA SF À YOM – La Planète des Vampires (1965)

Yom a une passion : la science-fiction, SA science-fiction ! Films, séries télévisées, dessins animés, comics, serials… sur sa page Facebook, tout y passe, « juste pour le plaisir » nous dit-il. Et pour notre plaisir, Yom nous permet de publier ici certaines de ses critiques, de ses réflexions, de ses opinions, de ses pensées ou de ses interrogations. Aujourd’hui :

LA SF À YOM - La Planète des Vampires (1965) dans Cinéma bis 15091809012415263613590996

LA PLANÈTE DES VAMPIRES

Alors je vous rassure tout de suite, pas de vampires dans ce film italien. Le titre original, « Terrore nello spazio », évoque plutôt une terreur dans l’espace, ce qui se rapproche bien plus du synopsis.

15091809011615263613590995 dans Cinéma bis italienCe film est à voir car on y retrouve des idées qui seront réutilisées 14 ans plus tard dans ALIEN (bien qu’on reste assez loin de la qualité de ce dernier). Les décors, bien que trop spacieux à mon goût pour des intérieurs de vaisseaux, sont assez bien fait et ne font pas carton pâte, les costumes sont originaux (et je dirais même qu’ils ont du inspirer Bryan Singer pour le premier X-MEN) et l’ambiance est assez anxiogène. Le seul petit hic, mis à part le petit côté kitch des années 60 (mais j’ai déjà vu bien pire), c’est pour moi le doublage français qui manque un poil d’émotion. Mais bon, au moins il a le mérite d’exister. Certains films de SF des années 50 sont restés dans la langue de Shakespeare sans jamais atteindre nos côtes…

Bref, pour en revenir au film, il se regarde assez bien, mais je pense qu’en soirée le visionnage sera meilleur qu’en pleine journée ensoleillée, histoire d’être plus facilement emporté dans cette histoire d’astronautes perdus sur une planète hostile. Je pense également qu’une version haute définition serait vraiment un plus car l’image mériterait d’être un peu plus belle. Malheureusement, je ne crois pas que ce film existe en Blu-ray ou ait été remasterisé.

En tout cas, si vous n’avez pas encore vu ce petit film italien qui a inspiré de grands films américains, il est temps de remédier à cela !

- Yom -

Autres articles publiés dans la catégorie La SF à Yom :

Planète Interdite / Dragon Ball / Bataille Au-delà des Étoiles / Les Quatre Fantastiques

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : DESTINATION PLANÈTE HYDRA (1966)

DRIVE-IN : DESTINATION PLANÈTE HYDRA (1966) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

14102508451515263612641130 dans Cinéma bis italien

DESTINATION PLANÈTE HYDRA (2+5 Missione Hydra)
Année : 1966
Réalisateur : Pietro Francisci
Scénario : Pietro Francisci
Production : ?
Musique : ?
Pays : Italie
Durée : ?
Interprètes : Leonora Ruffo, Mario Novelli, Roland Lesaffre, Kirk Morris, Leontine May, Alfio Caltabiano, Nando Angelini…

14102508453315263612641132 dans Drive-in

Ce n’est pas souvent que nous traitons de SF italienne des années 60 dans cette rubrique du Drive-in, outre la fameuse saga des GAMMA UNO d’Antonio Margheriti ou encore LE MONSTRE AUX YEUX VERTS (1962) de Romano Ferrara.

Avec DESTINATION PLANÈTE HYDRA (1966, 2+5 Missione Hydra) nous nous immergeons dans de la SF italienne de la seconde moitié des années 60, souvent drôle, légère, et où super-héros masqués en tous genres se côtoient sur fond d’intrigue urbaine.

14102508452615263612641131 dans Film des 60's

C’est d’ailleurs dans ce contexte urbain que démarre DESTINATION PLANÈTE HYDRA, Leonora Ruffo incarnant Louise, un jeune mannequin branchée et insouciante, impliquée dans une sombre histoire d’OVNI, ou une manière d’attirer un public jeune vers de la SF.

L’intrigue : Le Professeur Solmi, éminent spécialiste du nucléaire, est chargé d’enquêter sur un étrange phénomène qui se produit dans la région de Molino où un OVNI a été observé peu de temps auparavant. Une tâche radioactive qui s’étend sur le sol laisse deviner la présence d’une excavation souterraine soudainement révélée à la suite d’un tremblement de terre. Accompagné de sa fille Louise, de son assistant Martin Baldi et de deux ingénieurs, le Professeur Solmi descend explorer le gouffre. Ensemble ils y découvrent un engin spatial…

14102508454015263612641133 dans Science-fiction

DESTINATION PLANÈTE HYDRA est une des rares excursions dans le cinéma de science-fiction pour son réalisateur Pietro Francisci, plutôt habitué aux tournages de peplums comme LE PRINCE ESCLAVE (1952,   Le Meravigliose avventure di Guerrin Meschino), LA REINE DE SABA (1952, La regina di Saba), ATTILA, FLÉAU DE DIEU (1954, Attila), LES TRAVAUX D’HERCULE (1958, Le fatiche di Ercole), HERCULE ET LA REINE DE LYDIE (1959, Ercole e la regina di Lidia), LA CHARGE DE SYRACUSE (1960, L’Assedio di Siracusa), ou HERCULE, SAMSON ET ULYSSE (1963, Ercole sfida Sansone). Un joli palmarès auquel s’ajoutent des films d’aventures et de capes et d’épées comme ROLAND, PRINCE VAILLANT (1956, Orlando e i Paladini di Francia) et SIMBAD ET LE CALIFE DE BAGDAD (1973, Simbad e il califfo di Bagdad).

Bien qu’un peu long à démarrer pour celui qui veut se plonger d’emblée dans de la SF et avec un humour croquignolesque bien typique des années 60, la fin du film se situant sur la Planète Hydra est un régal pour qui apprécie les décors et les monstres kitschs.

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



MONSTRES SACRÉS : LES DEMONI

MONSTRES SACRÉS : LES DEMONI dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

14100309004915263612576712 dans Cinéma bis italien

Les « Demoni » (en italien, pour bien identifier les démons de ces deux films gores et cultes des années 80) sont particuliers dans le sens où leur naissance provient à chaque fois d’une mise en abîme. Dans DÉMONS (1985, Demoni), des humains se transforment en démons dans la salle de cinéma d’une grande ville où le film d’horreur Métropol est projeté. Un film dans lequel des humains se transforment eux-mêmes, au même moment, en démons après avoir découvert un vieux grimoire dans des catacombes. Le récent succès d’EVIL DEAD (1982) de Sam Raimi n’étant évidemment pas anodin à l’intrigue de ce film scénarisé par Dardano Sacchetti, Dario Argento, Lamberto Bava et Franco Ferrini. Dans DÉMONS 2 (1985, Demoni 2), les scénaristes ont modernisé le concept en l’élargissant à l’échelle d’un immeuble ultra-moderne. Les démons s’extrayant de l’équipement télévisé présent dans chaque appartement et au moment où est retransmis une sorte de Métropol 2.

14100309022615263612576714 dans Fantastique

Producteur des deux opus, Dario Argento y a fait jouer ses deux jeunes filles, Fiore apparaissant dans le premier volet et Asia dans le second.

Tout comme dans le film de Sam Raimi, l’une des principales astuces des deux films de Lamberto Bava est que les démons du titre sont totalement suggérés par le scénario et le spectateur qui se laisse prendre au jeu pour accepter d’affronter les siens, de démons. Les introductions et les conclusions de DÉMONS 1 & 2 sont comme des bouffées d’air très urbaines à la réalisation, « très froide ». Leurs développement étant comme des huis-clos étouffants et gores qui se resserrent sur une action angoissante et ultra-violente et durant lesquels des hordes de possédés contaminent leurs prochains.

- Trapard -

Autres Monstres Sacrés présentés dans Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«  / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! »

Rejoignez Les Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



123