Catégorie

Archive pour la catégorie « Cinéma bis italien »

MONSTRES SACRÉS : LE DOCTEUR FREUDSTEIN

MONSTRES SACRÉS : LE DOCTEUR FREUDSTEIN  dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

62smIb-freudstein4 dans Cinéma bis italien

LE DOCTEUR FREUDSTEIN

Un nom bien énigmatique pour un tueur fantôme. Un mélange entre Freud et Frankenstein qui laisse rêveur, à moins qu’il s’agisse plutôt de cauchemar.

Le Docteur Freudstein est l’anti-héros de LA MAISON PRÈS DU CIMETIÈRE (1982, Quella villa accanto al cimitero), réalisé par Lucio Fulci et co-écrit par Dardano Sacchetti, un habitué du mélange des genres. Et LA MAISON PRÈS DU CIMETIÈRE reprend certains thèmes du cinéma d’Épouvante et du film de maison hantée, tout en l’agrémentant d’ingrédients de Slashers.

L’intrigue : En 1981, Norman, un professeur d’Histoire, son épouse Lucy et leur petit garçon Bob s’installent pour 6 mois dans une maison de la Nouvelle-Angleterre près de Boston. La maison a appartenu au Dr. Freudstein. Or, le prédécesseur de Norman travaillait justement à une étude sur cet inquiétant docteur avant de tuer sa maîtresse et de se suicider. En parallèle, une petite fille visible sur une ancienne photo de la maison entre en contact télépathique avec Bob pour le mettre en garde et l’inciter à fuir la maison…

72smIb-freudstein3 dans Fantastique

Le Docteur Freudstein est entrevu comme une créature décharnée aux allures zombiesques, et assassinant sauvagement à l’arme blanche les habitants et autres visiteurs de la maison. Entre malédiction gothique avec son lot d’esprits fantomatiques et de portraits mystérieux (la photographie de la fillette remplace le fameux portrait ovale), LA MAISON PRÈS DU CIMETIÈRE retourne aux origines du film de « Old Dark House » des années 20-30-40, dans lequel le surnaturel sert généralement d’alibi pour camoufler des crimes mystérieux. Dans les années 60 et 70, le « giallo » italien et espagnol est revenu aux origines surnaturelles de la « Old Dark House » en y mêlant la violence sadique du « film noir » américain et du « krimi » allemand. Ce qui nous amène finalement aux premiers Slashers américains si situant dans de grandes demeures familiales (SILENT NIGHT, BLOODY NIGHT, BLACK CHRISTMAS)… et à SUSPIRIA (1976) et INFERNO (1979) de Dario Argento, à LA MAISON AUX FENÊTRES QUI RIENT (1976) de Pupi Avati, à BARON VAMPIRE (1977) et aux DÉMONS DE LA NUIT (1977) de Mario Bava. Et à cette étrange MAISON PRÈS DU CIMETIÈRE, sorte de Maison-Vampire. Sauf que contrairement aux films pré-cités, la présence du démon est localisée dans ce film, non plus dans un grenier ou dans une mansarde… mais dans la cave.

J’en profite pour ouvrir une parenthèse sur la géolocalisation du Malin :

En effet, si au cinéma le Mal rôde souvent près des cimetières, il a surtout tendance à se choisir un lieu clos pour diffuser ses ondes fétides. Et le grenier cristallise évidemment l’espace maudit dans les films se situant dans des manoirs, des châteaux ou dans de très grandes demeures anciennes, comme si le Malin cherchait à s’interposer entre la chapelle triangulaire intérieure de la toiture… et le « Ciel ». On peut aussi croiser sa présence maléfique dans les greniers ou dans des chambres closes abandonnées situées aux étages supérieurs d’anciens immeubles aristocratiques new-yorkais (L’EXORCISTE, LA SENTINELLE DES MAUDITS, INFERNO, L’ENFANT DU DIABLE. La ville de New-York n’ayant pas le monopole de ce type de demeures très anciennes, on peut aussi croiser ce type d’intrigues surnaturelles en Allemagne (SUSPIRIA), en Autriche (BARON VAMPIRE), en Angleterre (L’AVENTURE DE MADAME MUIR, LES INNOCENTS, THE GHOUL, LES AUTRES…), dans le nord de l’Amérique (LA MAISON DES DAMNÉS) ou dans le Sud (LA MAISON DU DIABLE, LE COULOIR DE LA MORT).

R4smIb-freudstein4 dans Monstres sacrés

Je vous passe les histoires de malédictions ou de fantômes se situant dans des phares ou des moulins, et même dans de grands immeubles ultra-modernes, pour ramener le Mal au niveau du sol. Donc à hauteur d’homme, créant ainsi une dissociation plus complexe et psychologique entre le Bien et le Mal. Par exemple, dans des films comme DANSE MACABRE (1964), LA MAISON QUI TUE (1971) et MONTCLARE, RENDEZ-VOUS DE L’HORREUR (1982) l’ambiguïté se situe un peu partout dans la maison, comme dans un espace spatio-temporel en suspend. Ainsi, la dissociation entre le Bien et le Mal et entre le Passé et le Présent, s’avère plus sinueuse. Et dans le cinéma d’horreur aux relents nécrophiles, le Mal se trouve évidemment au niveau du sol, ou des cryptes ou des caveaux en sous-sol, laissant remonter les vapeurs purulentes vers les lieux habités (LE CORPS ET LE FOUET, L’EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOCK, LA TOMBE DE LIGEIA). Les émanations des cimetières ramènent aussi au sujet de POLTERGEIST (1982), tout comme aux émanations des sous-sols des Grands Anciens lovecraftiens (LA MALÉDICTION D’ARKHAM, NECRONOMICON).

Mais depuis les années 70, les malédictions enfouies dans les caves de maisons plus modestes se sont développées et même imposées, mélangeant un peu toutes les superstitions (LES DÉMONS DE LA NUIT, FRAYEURS, AMITYVILLE, EVIL DEAD, LA MAISON DE LA TERREUR, ZEDER). Et c’est dans cette localisation un peu fourre-tout du cinéma de série B, qu’opère la malédiction du Docteur Freudstein.

P4smIb-freudstein5 dans Trapard

En 2015, le réalisateur Ted Geoghegan a proposé avec WE ARE STILL HERE, une relecture passionnante du film de Lucio Fulci, avec dans les rôles principaux, Barbara Crampton (RE-ANIMATOR) et Lisa Marie (la Vampira d’ED WOOD).

L’intrigue : En 1979, à la suite du décès de leur fils Bobby dans un accident de voiture, Anne et Paul Sacchetti ont décidé de s’installer dans une nouvelle maison rurale en Nouvelle-Angleterre . Paul espère que ce sera thérapeutique pour Anne, car le décès l’a amenée à sombrer dans une profonde dépression. Cependant, dès qu’ils arrivent, Anne commence à affirmer que Bobby est présent dans la maison et la voisine Cat McCabe les avertit de quitter la maison. La maison a été construite dans les années 1800 par la famille Dagmar en tant que salon funéraire. Les Dagmars auraient été chassés du village après que les habitants de la ville eurent découvert qu’ils escroquaient leurs clients en vendant les cadavres et en enterrant des cercueils vides…

- Trapard -

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper / Ginger et Brigitte, les sœurs lycanthropes / Tarantula / Intelligence Martienne / She-Creature / Gorgo / La princesse Asa Vajda / Ed Gein, le boucher de Plainfield / Quetzalcoatl / Le fétiche du guerrier Zuni / Octaman / Lady Frankenstein / Les rongeurs de l’apocalypse / Le baron Vitelius d’Estera / Les Tropis / Sssnake le cobra / Pazuzu / Sil / Pluton

18031309271915263615610534 dans Trapard

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (1973)

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (1973) dans Cinéma bis 19011706552315263616079596

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (1973)

Le film de Luigi Batzella est une variation gothique tardive du roman de Bram Stoker et de l’histoire de la comtesse Bathory. Je m’amuse à parler du « gothique tardif » des années 70, mais si l’on comptabilisait le nombre de films gothiques sortis dans les années 70, je pense qu’on obtiendrait un chiffre beaucoup plus conséquent que celui des années glorieuses du genre (fin des années 50 jusqu’au 19011706571015263616079598 dans Cinéma bis italienmilieu des années 60). Mais ce gothique des Seventies a toujours son petit cachet bis en plus, et LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (Il plenilunio delle vergini) n’échappe pas aux règles de la Sexploitation si vendeuse ces années-là.

L’intrigue : Lors de ses recherches sur l’anneau des Nibelungen, Karl Schiller est amené à se rendre dans les Carpates, car il est persuadé que l’artefact se trouve dans le château du comte Dracula. Mais il est devancé par son frère Franz qui, arrivé au château, rencontre une domestique, Lara, qui se propose de l’accueillir en attendant le retour de sa maîtresse, la comtesse De Vries, veuve du comte Dracula…

La superbe Rosalba Neri (LADY FRANKENSTEIN) n’échappe pas non plus aux joies de l’érotisme, évoluant souvent nue et recouverte d’un flot de sang se répandant sur ses formes généreuses, là où Kim Basinger préférait plutôt le petit lait dans 9 SEMAINES ET DEMI (1986). D’ailleurs, bien que les dialogues et l’ambiance des VIERGES DE LA PLEINE LUNE soient légèrement indigestes, les scènes de nudités sont finalement comme un courant d’air rafraîchissant. Et je m’amuse souvent à penser à cette légèreté décomplexée des comédiennes dans les années 70 qui n’hésitaient pas à jouer nues, en comparaison, par exemple à Julia Roberts qui avait une doublure pour une simple scène vaguement dénudée pour L’EXPÉRIENCE INTERDITE (1990). Ou à l’extrême opposée, à Pamela Anderson et Paris Hilton qui se la jouent effarouchées en commercialisant leurs sex-tapes soit-disant piratées. D’où l’intérêt posthume, aujourd’hui, de cette Sexploitation naïve, sans tabou et rarement hypocrite.

19011706590915263616079601 dans Fantastique

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE, qui porte bien son titre, reprend tous les artifices du cinéma gothique de vampires : comtesse sanglante, goules suceuses de sang, vampire chauve et brutal jaillissant d’un cercueil caché dans une sombre crypte, château maudit effrayant les villageois du coin, chauve-souris criardes et sectes encagoulées…

En plus de Rosalba Neri, Mark Damon (et non pas, Matt Damon), Enza Sbordone (qui a surtout joué dans des adaptations érotiques de Boccace), et la Brésilienne Esmeralda Barros se partagent les autres rôles principaux.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 



LA DIXIÈME VICTIME (1965)

LA DIXIÈME VICTIME (1965) dans Cinéma bis 19010904322515263616069697

LA DIXIÈME VICTIME (1965)

LA DIXIÈME VICTIME est un petit classique du cinéma de science-fiction italien, sorti la même année que le FAHRENHEIT 451 de François Truffaut, et là où le Français préférait adapter Ray Bradbury, Elio Petri s’est attaqué à l’œuvre de Robert Sheckley.

À savoir que Sheckley a écrit deux nouvelles futuristes de chasse à l’homme face aux médias : « La Septième Victime » en 1953, qu’Elio Petri a adapté en 1965. Puis « Le Prix du danger » en 1958 dont la télévision allemande a produit « Le jeu des millions » en 1970, réalisé par Tom Toelle. Puis Yves Boisset en a réalisé le célèbre film éponyme, sorti en 1983. La même année, Joe D’Amato reprend le thème de la nouvelle pour le film futuriste, « Le Gladiateur du futur » (1983) et Luco Fulci fait de même avec « 2072, Les Mercenaires du futur » en 1984. Puis Stephen King a écrit une déclinaison de la nouvelle de Sheckley avec « Running Man » en 1982, dont est tiré le film de Paul Michael Glaser, avec Arnold Schwarzenegger sorti en 1987.

19010904350415263616069700 dans Cinéma bis italien

La grande différence entre le FAHRENHEIT 451 de Truffaut et le film futuriste d’Elio Petri vient du style nerveux et « Arty » de la réalisation du cinéaste italien. D’ailleurs, ce même style nerveux ajouté à une politisation extrême remplaceront peu à peu l’univers graphique des films de Petri des Sixties, avec UN COIN TRANQUILLE À LA CAMPAGNE (1969), ENQUÊTE SUR UN CITOYEN AU-DESSUS DE TOUT SOUPÇON (1970) et LA CLASSE OUVRIÈRE VA AU PARADIS (1971). Mais la déshumanisation que peuvent engendrer le besoin de reconnaissance par les médias est déjà très présente dans LA DIXIÈME VICTIME. Les années 60 sont aussi les grands débuts de la télévision telle que la vouait déjà Silvio Berlusconi.

19010904350415263616069701 dans Film des 60's

L’intrigue : Dans un futur proche, les gouvernements ont décidé de canaliser les pulsions meurtrières de leurs concitoyens afin d’éviter de nouveaux conflits. Pour cela, une « grande chasse », à laquelle chacun peut participer, a été organisée. Les règles sont simples : chaque participant doit survivre à 10 chasses, en étant alternativement le chasseur et la proie, les rares personnes qui y parviennent devenant riches et célèbres. Caroline, une Américaine, en est à sa 10e et dernière participation. Pour triompher de cette ultime épreuve, elle doit tuer sa proie, un Italien nommé Marcello qui a 6 victoires à son actif. Désireuse de maximiser ses gains, Caroline passe un contrat avec une compagnie de thé pour que la mise à mort se fasse dans un lieu romain prestigieux, au beau milieu du tournage d’un spot publicitaire…

Les deux stars du film sont Marcello Mastroianni teint en blond, et Ursula Andress toujours aussi belle et d’apparence froide et dominatrice. Au début du film, elle n’hésite pas à tuer un homme avec deux revolvers cachés dans les balconnets de son soutien-gorge, comme le feront aussi la même année, les  BIKINI MACHINE du Docteur Goldfoot.

19010904393715263616069702 dans Science-fiction

Comme dans ses meilleurs films, ou en tout cas dans les plus connus en France (LA DOLCE VITA, LA GRANDE BOUFFE, FELLINI ROMA…), Marcello Mastroianni s’appelle… Marcello. Sûrement pour renforcer les conflits culturels italo-américains du couple.

On les suit une grosse partie du film, tel un duo « chasseur-chassé », flirtant ensemble pour apprendre à mieux se connaître, et comme pour chercher à déceler les failles de l’un et de l’autre. Jusqu’à en désacraliser même complètement l’image de l’affectif, du couple et de la famille à l’italienne.

19010904411615263616069703 dans TrapardPlus définitif que les adaptations du « Prix du danger », LA DIXIÈME VICTIME montre le thème de la mort avec un recul blasé et amusant, l’élimination d’une « victime » se planifiant et s’orchestrant avec maestria, longtemps à l’avance. Ici, il n’est jamais question d’improvisation, ni de liberté de mouvements (un thème qui ressemble aux actuelles polémiques autours des caméras de surveillance). Et finalement, seuls les sentiments semblent vouloir se frayer un espace vital propre dans ce grand cirque politico-médiatique. Mais est-ce que cela ne fait pas partie des règles de ce grand jeu ?

Et d’une certaine manière, la « mort », le nombre de chasses, les chasseurs et les victimes, la tromperie et le regard d’autrui, tout cet ensemble ressemble très fort aux limites dans l’émancipation de la jeunesse au cours des années 1960.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



DRIVE-IN : L’EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOCK

DRIVE-IN : L'EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOCK dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

18121506532915263616037280 dans Cinéma bis italien

L’EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOK (L’orribile segreto del Dr. Hichcock)
Année : 1962
Réalisateur : Riccardo Freda
Scénario : Ernesto Gastaldi
Production : Luigi Carpentieri, Ermanno Donati (Panda Cinematografica)
Musique : Roman Vlad
Pays : Italie
Durée : 88 min
Interprètes : Robert Flemyng, Barbara Steele, Montgomery Glenn…

18121506552515263616037281 dans Drive-inOn se demande souvent le rapport entre ce Docteur Hichcock à l’italienne et le réalisateur Alfred Hitchcock. Le squelette scénaristique du film de Riccardo Freda est finalement identique à celui de deux des classiques du maître, REBECCA (1940) et SOUPÇONS (1941) : une jeune femme épouse un riche veuf mais sa nouvelle vie s’avère plus douloureuse et cauchemardesque que vouée aux félicités du mariage promises. L’ambiance gothique de L’EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOCK faisant le reste, puisant aussi ses racines dans des classiques des années 50 aux ambiances tourmentées comme LES AMANTS DU CAPRICORNE (1949) d’Alfred Hitchcock, encore lui, ou encore LES CONTREBANDIERS DE MOONFLEET (1955) de Fritz Lang. C’est même étonnant de se dire que le film d’Hitchcock qui reçu le moins de succès public, mais qui fut pourtant le préféré de son réalisateur, a réussi à faire naître un vrai sous-genre au sein du cinéma gothique des Sixties avec LA VIERGE DE NUREMBERG (1963), LA VENGEANCE DE LADY MORGAN (1965), mais aussi une partie de la saga de Roger Corman adaptée d’Edgar Poe.

18121506573115263616037282 dans Fantastique

L’intrigue : En 1873, le professeur et docteur Bernard Hichcock drogue son épouse Margherita, avec un puissant anesthésique, pour lui imposer des jeux sexuels nécrophiles. Un jour, une surdose accidentelle entraîne la mort de sa femme. Hichcock quitte alors sa résidence londonienne. Quelques années plus tard, en 1885, il revient dans son manoir avec sa nouvelle épouse, Cynthia. Rapidement, elle se sent oppressée par l’atmosphère étrange qui règne dans la demeure. Lors d’une nuit d’orage, la jeune femme découvre le cercueil vide de la première femme du docteur. Dès la première nuit, elle subit également une apparition fantomatique et menaçante, drapée dans son suaire blanc. Le docteur Hichcock n’a qu’une seule obsession : utiliser le sang de sa nouvelle compagne pour ressusciter Margherita…

18121507000115263616037283 dans Film des 60'sPopularisée par son rôle de Princesse Asa Vajda  dans LE MASQUE DU DÉMON (1960) de Mario Bava, puis par celui de LA CHAMBRE DES TORTURES (1961) de Roger Corman, Barbara Steele était déjà une icône du cinéma gothique lorsqu’elle jouait Cynthia dans L’EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOCK. L’année suivante, Barbara Steele joue le rôle de Margaret Hichcock sous la direction de Riccardo Freda de nouveau dans LE SPECTRE DU PROFESSEUR HICHCOCK (1963, Lo Spettro), mais il s’agit plus d’une relecture du scénario du précédent qu’une suite assumée. De même que le giallo de Fernando Di Leo avec Klaus Kinski, LA CLINIQUE SANGLANTE (1971, La Bestia uccide a sangue freddo) fut quelques fois vendu, en salles comme en VHS, sous le titre racoleur LES INSATISFAITES POUPÉES ÉROTIQUES DU DOCTEUR HICHCOCK. Mais encore une fois, aucun rapport ici avec le chef-d’œuvre gothique de Riccardo Freda.

18121507020715263616037284 dans Trapard

Bien qu’excellente dans L’EFFROYABLE SECRET DU DOCTOR HICHCOCK, j’avoue préférer Barbara Steele dans des personnages plus sadiques et dominants, comme celui qui l’a fait connaître avec LE MASQUE DU DÉMON.

Le grand intérêt du film réside dans cette obsession pour la nécrophilie que l’on retrouve dans LE CORPS ET LE FOUET (1963) et d’autres films de Mario Bava comme LISA ET LE DIABLE (1974).

- Trapard -

BANDE-ANNONCE DU FILM :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie / Le Baron de la Terreur & Le Miroir de la Sorcière / Ataragon / The Incredibly Strange Creatures who Stopped Living and Became Mixed-Up Zombies / The Beach Girls and the Monster / From Hell it Came & The Woman Eater / Voodoo Woman & Zombies of Mora Tau / Le Tueur au Cerveau Atomique / Ikarie XB-1 / Cinq Survivants / The Snow Creature & Snowman / Indestructible Man / Monstres invisibles / Caltiki, le Monstre Immortel / Le Dernier Rivage / Le Monstre des Abîmes / L’Invasion Martienne

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



MONSTRES SACRÉS : LADY FRANKENSTEIN

MONSTRES SACRÉS : LADY FRANKENSTEIN dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

18120408051715263616023537 dans Cinéma bis italien

LADY FRANKENSTEIN 

Lady Frankenstein est la fille du comte Frankenstein dans un film autant obscur que très connu et très bien distribué : LADY FRANKENSTEIN, CETTE OBSÉDÉE SEXUELLE (1971) de Mel Welles. Je le considère comme étant obscur, d’abord parce qu’on ne sait pas vraiment qui a réalisé le film, Mel Welles étant un prête-nom. Ensuite, parce que bien que facile à trouver, les copies visibles du film sont généralement très abîmées. Et si l’on ajoute à cela que LADY FRANKENSTEIN est un film gothique tardif et sans budget, surfant sur la mode de la « Sexploitation » sans être explicitement érotique, mais pour explorer un thème généralement beaucoup plus suggéré dans les années 60 : la nécrophilie. Au final, cela donne une pépite du Cinéma Bis, autant bâclée que culte.

L’intrigue : Le Comte Frankenstein est tué par sa créature. Sa fille reprend à son compte les expériences de son père et tombe amoureuse d’une créature réussie mais particulièrement sanguinaire…

18120408064115263616023538 dans Fantastique

Lady Frankenstein c’est surtout la superbe Rosalba Neri, comédienne d’un nombre incroyable de péplums, de western spaghetti, de gialli et de comédies érotiques à l’italienne, et qui devint presque une sous-Barbara Steele dans un cinéma gothique déjà passé de mode. Elle avait un jeu d’actrice nettement moins prononcé que celui de Barbara Steele, mais sa beauté pulpeuse et sa forte présence la rendent captivante dans certains films dont je citerai surtout LA CLINIQUE SANGLANTE (1971), À LA RECHERCHE DU PLAISIR (1972) et LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (1973).

Dans LADY FRANKENSTEIN, CETTE OBSÉDÉE SEXUELLE, un film qui porte bien son titre, notre Lady est autant obsessionnelle que manipulatrice, allant jusqu’à choisir de leurs vivants, l’intelligence et le physique de ceux qui deviendront « sa » créature. Le dernier plan du film ne laissant aucune ambiguïté quant à la déviance assumée de notre héroïne.

18120408090215263616023539 dans Monstres sacrés

On retrouvera par la suite assez régulièrement cet érotisme mâtiné de nécrophilie ou d’inceste dans le cinéma gothique fauché du début des années 70 : LES ORGIES DE FRANKENSTEIN, LES EXPÉRIENCES ÉROTIQUES DE FRANKENSTEIN, CHAIR POUR FRANKENSTEIN, LE CHÂTEAU DE FRANKENSTEIN, LA MORT A SOURI À L’ASSASSIN, LE AMANTI DEL MOSTRO et LA MANO CHE NUTRE LA MORTE (et même EMBRYO en 1976)… jusqu’à FRANKENSTEIN JUNIOR (1974) dont l’idée de nécrophilie s’estompe carrément derrière des gags hilarants, et jusqu’au cinéma gore. Et aussi jusqu’à la BD érotique italienne des années 80 comme NÉCRON de Magnus, dont la scientifique Freida Boher est comme l’alter-égo moderne de Lady Frankenstein : La doctoresse Freida Boher est une célèbre biologiste dotée d’un visage peu avenant mais d’un corps parfait. Authentique génie du mal, elle met ses connaissances au service de sa sexualité de nécrophile en fabriquant une créature à l’aide de morceaux de cadavres. Cette créature, baptisée Nécron, est dotée d’un corps musculeux, d’une tête de cadavre et d’un sexe énorme. Animée par un instinct primitif qui la pousse vers le cannibalisme, elle est aussi pourvue d’un solide appétit sexuel au grand plaisir de sa maîtresse…

- Trapard -

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper / Ginger et Brigitte, les sœurs lycanthropes / Tarantula / Intelligence Martienne / She-Creature / Gorgo / La princesse Asa Vajda / Ed Gein, le boucher de Plainfield / Quetzalcoatl / Le fétiche du guerrier Zuni / Octaman

18031309271915263615610534 dans Trapard

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



DRIVE-IN : CALTIKI, LE MONSTRE IMMORTEL (1959)

DRIVE-IN : CALTIKI, LE MONSTRE IMMORTEL (1959) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

18111705250715263615998740 dans Cinéma bis italien

CALTIKI, LE MONSTRE IMMORTEL (Caltiki, il mostro immortale)
Année : 1959
Réalisateur : Riccardo Freda
Scénario : Filippo Sanjust & Riccardo Freda
Production : Nello Santi (Galatea Film & Climax Pictures)
Musique : Roberto Nicolosi
Pays : Italie, France
Durée : 76 min
Interprètes : John Merivale, Didi Perego, Gérard Herter, Giacomo Rossi…

Ce film de Riccardo Freda est sûrement l’un des meilleurs films de SF italiens des années 50 : des scientifiques, une prophétie maya et une créature millénaire très inspirée du BLOB sorti l’année précédente aux États-Unis.

18111705272615263615998741 dans Drive-in

L’intrigue : Un groupe de scientifiques découvre dans une grotte d’un temple maya dédié à la déesse Caltiki, une créature informe et cannibale, vieille de 20 millions d’années qui est finalement détruite. Un des morceaux a dissout et momifié le bras d’un des archéologues et modifié agressivement son comportement. Le morceau qui est resté accroché est enlevé et étudié par le biologiste du groupe. L’être unicellulaire réagi à la radioactivité et la comète Arsinoé qui passe tous les milliers d’années, justement présente, augmente la radioactivité ambiante, déclenchant la division et la croissance accélérée du monstre…

Les effets spéciaux sont ce qu’ils sont, puisque la créature ressemble à une grosse boule de velours peinte, mais l’atmosphère du film de Freda est particulièrement réussie, entre gothique et exotisme sauvage. Vu l’état de santé de Riccardo Freda à la fin du tournage, c’est Mario Bava alors responsable de la photographie qui termina le film.

18111705301915263615998742 dans Fifties SF

La cosmogonie maya développée dans le film, sur fond d’astrologie, nous renvoie évidemment à la dernière fin du monde… et à la prochaine, prévue pour 2067 et censée réactiver la créature de Caltiki. Mais nous n’y sommes pas encore. En attendant, CALTIKI, LE MONSTRE IMMORTEL préfigure le « futur » cinéma d’aventures italien des années 80, et les débuts du cinéma bis italien d’exportation. Riccardo Freda signa d’ailleurs le film de son pseudonyme Robert Hamton, et bien qu’IMDB indique que le film fut tourné en langue italienne, toutes les copies que j’ai pu voir jusqu’ici sont des versions anglaises sous-titrées.

Résultat de recherche d'images pour "caltiki the immortal monster gif"

La version anglaise ci-dessous indique que le film fut distribué aux États-Unis par la firme Allied Artists.

- Trapard -

LE FILM COMPLET EN VERSION ANGLAISE :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie / Le Baron de la Terreur & Le Miroir de la Sorcière / Ataragon / The Incredibly Strange Creatures who Stopped Living and Became Mixed-Up Zombies / The Beach Girls and the Monster / From Hell it Came & The Woman Eater / Voodoo Woman & Zombies of Mora Tau / Le Tueur au Cerveau Atomique / Ikarie XB-1 / Cinq Survivants / The Snow Creature & Snowman / Indestructible Man / Monstres invisibles

18031309271915263615610534 dans Science-fiction

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



UTOPIC FASHION : LA FLEUR DE L’ESPACE

UTOPIC FASHION : LA FLEUR DE L'ESPACE dans Cinéma bis 13061310015515263611288448

Et si on s’attardait parfois sur les vêtements à travers les films et les séries de science-fiction ? Et si on explorait les tendances ou les fantasmes exprimés à travers les designs les plus fous, les plus kitchs ou les plus provocants de la SF, mais aussi à travers les plus austères, les plus sérieux ou les plus envisageables dans un avenir plus ou moins éloigné ? Place à Utopic Fashion !

17062708463915263615115456 dans Cinéma bis italien

Ne vous y trompez pas : cette orchidée spatiale n’est autre que le terrible Ureklon du film STAR CRASH 2 : LES ÉVADÉS DE LA GALAXIE III (de Bitto Albertini, 1981)… Et dès lors on comprend mieux, beaucoup mieux pourquoi s’évader de la galaxie III lorsque, en effet, on peut se réfugier dans la galaxie IV pour ne pas subir cette vision cruelle sans commune mesure. D’ailleurs, à propos, la galaxie IV, le Docteur l’a bien connue ! Ah oui, ce n’est pas tout à fait la même histoire, c’est vrai…

Revenons à nos moutons : à peine le maléfique Zarth Arn (oui, les bouclettes, vous vous souvenez ?) décédé qu’Ureklon s’empare de la galaxie III et, bien décidé à faire fuir ses ennemis, arbore la plus outrancière, la plus provocante, la plus exubérante des tenues qu’aucun méchant n’avait osé porter avant lui à travers tout le cosmos. Le choix des couleurs et surtout l’extraordinaire composition florale à laquelle appartient ce costume font d’Ureklon un homme qui inspire forcément la crainte et le respect.

17062708461615263615115455 dans Utopic fashion

À noter : la large ceinture métallique et les éclairs sur les cuisses, inspirés de la célèbre tenue de Flash Gordon. Ah, et précisons que la barbe d’Ureklon scintille avec subtilité sous les lumières car recouverte de paillettes dorées. Il fallait y penser.

- Morbius -

Autres articles publiés dans la catégorie Utopic Fashion :

Les femmes de la Lune / Stella et son bikini spatial / Glamour Altaïra / Le futur sera à poils / Tenue des sables / Le X sera soft ! / Cuir moulant et satin kitsch /Paillettes cosmiques / Walkyrie spatiale / Les bouclettes de Zarth Arn / Ah la la, l’alu ! / Conquérantes de l’Univers / Logiquement vulcain / Les couleurs de l’espace / Blouson spatial anti-vampire / L’avenir des pyjamas du futur / Tenue décontractée pour la Lune / Uniformes galactiques / Les coquets de la haute technologie spatiale / Des tenues sobres pour l’Orion / Un XXIIIe siècle plutôt sexy / Clodettes intergalactiques / Bleu de travail spatial / À la mode de Terra / La classe en toutes circonstances

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



PLANKTON (1994)

PLANKTON (1994) dans Cinéma bis 17051208375315263615035416

PLANKTON (1994)

Titre original : La Creatura Degli Abissi

Réalisation : Massimiliano Cerchi

Scénario : Richard Baumann

Musique : Elikonia Group

Pays : Italie.

Interprètes : Clay Rogers (Mike), Michael Bon (Bobby), Sharon Twomey (Margareth), Laura di Palma (Dorothy) et Ann Wolf (Julie).

17051208393715263615035418 dans Cinéma bis italienApparemment, le film ne serait sorti que le 8 janvier 2000 dans le reste du monde sous le titre CREATURES OF THE ABYSS. C’est sûrement suite aux succès du remake télévisé de PIRANHAS diffusé en 1995 ou du remake des MONSTRES DE LA MER aka HUMANOÏDS FROM THE DEEP sorti en DTV en 1996. Bien qu’on pense rapidement à la vue de ce sympathique nanar italien, à M.A.L., MUTANT AQUATIQUE EN LIBERTÉ (1989) ou encore à LEVIATHAN (1989).

En tout cas, le film présente un vrai mélange d’hybridations inconnues entre le piranha préhistorique et le cœlacanthe mutant des deux films cités précédemment. Ces poissons mutants, dont l’un d’eux est gigantesque (et même un peu bavard !) se voudraient issus d’une variété de poissons éteinte : les crostéliges. Bon, j’ai cherché sur Internet les différents noms scientifiques énoncés dans le film et tous semblent complètement bidons. Avec ce PLANKTON, nous sommes dans du pur JURASSIC BIS de haute voltige.

17051208413815263615035419 dans Fantastique

L’intrigue : Cinq jeunes adolescents décident de faire une virée sur l’océan à l’aide d’un bateau pneumatique à rames. Ils arrivent finalement près d’un yacht abandonné avec à son bord un mystérieux laboratoire biologique… Bob et Julie décident de faire l’amour sur le bateau mais ils vont être infectés par du plancton radioactif échappé du laboratoire. Bob va alors dévorer Julie et des monstres vont commencer à ramper sur le pont…

17051208440915263615035420 dans TrapardBon déjà, on se demande pourquoi cinq jeunes partent en virée au milieu de l’océan sans nourriture, ni eau, à bord d’un zodiaque légèrement trop petit pour eux. Mais sans ce début d’histoire, il n’y aurait pas de suite… Donc, dans PLANKTON, le jeu des comédiens et la crédibilité de l’histoire n’ont pas grand intérêt. Et en dehors des interminables scènes où les trois comédiennes vont et viennent en bikini ou en top-less, seule l’ambiance très kitsch et les éclairages bleutés sur des décors assez fascinants d’un immense yacht, arrivent à captiver le regard. Surtout que le réalisateur insiste sur énormément de plans rythmés, filmés au grand angle et en caméra subjective qui annoncent pendant plus d’une demi-heure de métrage qu’il va se passer quelque chose. Le reste du film peut donc enfin se permettre une orgie d’attaques de poissons mutants carnivores hors de l’eau, qu’on pense immédiatement à PIRANHA 2, LES TUEURS VOLANTS (1981). Et il faut bien reconnaître que malgré son aspect ridicule, parfois filmé en animatronique, parfois en stop-motion en accéléré, le crostélige géant reste le clou du spectacle.

Vous pouvez regarder PLANKTON en version complète mais en anglais ici.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

17051208355615263615035415



CONTAMINATION.7 (1993)

CONTAMINATION.7 (1993) dans Cinéma bis 17041208134315263614977638

CONTAMINATION.7 (1993)

Titre original : The Crawlers

Réalisation : Joe D’Amato et Fabrizio Laurenti

Scénario : Fabrizio Laurenti, Albert Lawrence et Daniele Stroppa

Production : Filmirage

Musique : Carlo Maria Cordio

Interprètes : Mary Sellers, Jason Saucier, Bubba Reeves, Chelsi Stahr

L’intrigue : Les habitants d’une petite communauté sont attaqués par des racines radioactives poussant dans la forêt…

Voici le scénario de ce CONTAMINATION.7, cette série B inédite chez nous et co-réalisée par Joe D’Amato et Fabrizio Laurenti qui, en dehors de ce film et du mollasson DÉMONIAQUE PRÉSENCE (1988, La Casa 4) n’a tourné que pour la télévision italienne.

17041208133915263614977637 dans Cinéma bis italienApparemment co-produit par Filmirage avec des fonds italiens, canadiens et américains, le film fut en partie tourné en 1989 et ne sortit en VHS qu’en 1993 sous divers titres comme THE CRAWLERS, CREEPERS, CONTAMINATION.7 ou encore TROLL 3 ou TROLL 3 : CONTAMINATION POINT.7. Ce qui ne me semble pas être une idée intelligente, vu le niveau des deux premiers TROLLS. À savoir aussi que Joe D’Amato avait déjà utilisé en 1990 dans les circuits d’exploitations américains, le titre de TROLL 3 qui faire circuler le dernier épisode de la saga d’Ator : ATOR 4, QUEST OF THE MIGHTY SWORD. De plus, le film n’a jamais été officiellement édité en DVD et il est considéré comme étant tombé dans le domaine public.

Un sacré imbroglio commercial qui n’a pas du tout aidé CONTAMINATION.7 à se faire distribuer avec intelligence, ni à se faire apprécier à sa juste valeur, car derrière ce mélange de titres bidons et un budget plutôt limité se cache une série B plutôt agréable. L’histoire du film est évidemment éculée et les effets spéciaux sont minimalistes, mais la plupart des scènes du film se laissent suivre agréablement. Et cette histoire de forêt contaminée et aux branches et lianes rebelles reste une idée plaisante pour qui aime ce genre de films anti-atomique dérivé des années 50 aux faux airs d’EVIL DEAD.

17041208173715263614977639 dans Science-fiction

À noter enfin que la sulfureuse Laura Gemser des BLACK EMMANUELLE cessa sa carrière de comédienne en 1992, et que de 1988 à 1993 elle fut la costumière d’une poignée de films de D’Amato sous divers pseudonymes dont Laurette Gemser ou Laurette Marcia Gemser. CONTAMINATION.7 (1993) a été sa toute dernière contribution pour ce métier.

- Trapard -

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



LA QUATRIÈME RENCONTRE (1978)

LA QUATRIÈME RENCONTRE (1978) dans Cinéma bis 17020508563915263614825402

LA QUATRIÈME RENCONTRE (1978) de Mario Gariazzo

L’intrigue : Un vaisseau spatial a atterri non loin d’une petite ville de Californie, laissant derrière lui d’étranges capsules dans un champ. En pleine séance de pose, un photographe et son modèle sont perturbés par une indéfinissable présence. Lorsqu’il développe ses épreuves, le photographe aperçoit la présence du vaisseau sur plusieurs clichés. Il s’empresse de faire part de sa découverte à son ami reporter Tony Harris qui essaie, tant bien que mal, de convaincre la direction de son journal de l’importance de l’événement. En compagnie de l’expert Perry Coleman, il va tenter de faire éclater la vérité au grand jour. Mais une organisation secrète, spécialisée dans les phénomènes extraterrestres, a tout intérêt à étouffer ces informations…

17020508564315263614825404 dans Cinéma bis italien

La sortie de cette série B italienne, OCCHI DALLE STELLE aka EYES BEHIND THE STARS, fait évidemment suite au succès mondial de RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE (1977), on y retrouve d’ailleurs certains ingrédients du scénario du film de Steven Spielberg. Mais le budget étant nettement moindre, le réalisateur Mario Gariazzo s’est plutôt contenté de confronter politique et ufologie. Avec aussi une petite ambiance paranoïaque de série B qui donne un peu de saveur à un thème abordé de manière trop éculée.

Ne cherchez pas de communication musicale extraterrestre du type Simon dans LA QUATRIÈME RENCONTRE, l’ambiance y est plutôt sombre et gothique.

- Trapard -

17020508564115263614825403 dans Film des 70's



1234