Catégorie

Archive pour la catégorie « Cinéma bis »

DRIVE-IN : L’OASIS DES TEMPÊTES

DRIVE-IN : L'OASIS DES TEMPÊTES dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

14122107412415263612811161 dans Cinéma bis américain

L’OASIS DES TEMPÊTES (THE LAND UNKNOWN)
Année : 1957
Réalisateur : Virgil W. Vogel
Scénario : Charles Palmer, William N. Robson, Laszlo Gorog
Production : William Alland
Effets spéciaux : Jennings et Barndollar, Chesley Bonestell
Pays : USA
Durée : 78 min
Interprètes : Jock Mahoney, Shirley Patterson, William Reynolds, Henry Brandon, Douglas Kennedy…

L’HISTOIRE :
Une source d’eau chaude vient d’apparaître dans l’Antarctique. Une expédition est envoyée sur les lieux afin d’enquêter, mais l’hélicoptère transportant l’équipe scientifique tombe plusieurs centaines de mètres en-dessous du niveau de la mer dans un gouffre profond. C’est ainsi qu’elle découvre une oasis où la chaleur et l’humidité ont permis de sauvegarder un monde préhistorique. Les scientifiques vont devoir survivre au milieu de dinosaures et de plantes carnivores hostiles…

Image de prévisualisation YouTube

Voilà tout à fait le genre de série B que j’affectionne par-dessus tout, et cependant je ne l’ai pas encore vue ! En effet, L’OASIS DES TEMPÊTES est à ce jour totalement inédit en France en vidéo. J’espérais le trouver parmi les titres proposés dans le coffret DVD Les Dinosaures Attaquent ! d’Artus Films, malheureusement ce n’est pas le cas… La bande-annonce est à elle seule une invitation au voyage, à l’aventure exotique dans un JURASSIC PARK de l’époque merveilleuse des fifties !

D’abord prévu pour être confié au grand Jack Arnold (TARANTULA, LE METEORE DE LA NUIT, L’HOMME QUI RETRECIT…), L’OASIS DES TEMPÊTES sera finalement offert à Virgil W. Vogel (THE MOLE PEOPLE, TERROR IN THE MIDNIGHT SUN, ATTACK OF THE ANIMAL PEOPLE…) afin de réduire les coûts de production exorbitants dûs aux nombreux effets spéciaux du film, notamment en ce qui concerne la réalisation et l’animation complexe des divers dinosaures. Exit également le casting prestigieux prévu au départ… Cela n’empêche pas la conception d’un gigantesque et splendide décor de monde perdu afin de conférer à l’ensemble l’aspect d’un grand spectacle.

oasis4 dans Drive-in

Jean-Pierre Putters déclare dans son ouvrage Ze Craignos Monsters (éd. Vents d’Ouest) : « C’est en effet sur l’aspect pictural de l’oeuvre qu’on peut s’extasier, car le scénario emprunte la trame classique des accidents dans un milieu hostile, avec une timide exploration des lieux et la lutte contre les impressionnants locataires. Car ce qui intéresse avant tout Vogel, on le sent bien en observant sa timide direction d’acteurs, qui font un peu n’importe quoi, c’est la découverte de l’oasis. Avec ses geysers d’eau chaude, ses gaz surgissant d’une tourbe visqueuse, ses brouillards opaques derrière lesquels apparaissent les dinosauriens, ses arbres rectilignes semblant vouloir rejoindre la surface, et cette végétation tropicale dont la luxuriance même accuse encore davantage l’aspect claustrophobique de l’endroit. »

Les effets spéciaux du film emploient maquettes miniatures, peintures sur verre pour les paysages et parfois un homme dans la peau du T-Rex (façon Godzilla !).

- Morbius -

14122107464015263612811163 dans Fifties SF

Pour en savoir plus sur L’OASIS DES TEMPÊTES :

horreur.com

tortillapolis.org

Sources : Ze Craignos Monsters, Wikipédia, Keep Watching the Skies ! (Bill Warren / éd. McFarland)



Des dinos et des Martiens !

Les éditions Artus Films ont eu la très bonne idée de sortir deux petits coffrets DVD regroupant chacun quatre films, des perles rares de la glorieuse époque des fifties dépoussiérées et offertes aux amateurs de vieux films fantastiques et de SF. Classées par thème, on y trouve « Destination Mars » consacré comme il se doit à la planète rouge et ses habitants, et « Les Dinosaures Attaquent » où la famille T-Rex va croquer de l’humain. Un vrai bonheur pour les collectionneurs !

Des dinos et des Martiens ! dans Cinéma bis artus11

DESTINATION MARS !

artus14 dans Fantastique

Le coffret « Destination Mars » propose les quatre titres suivants (cliquez sur les titres pour découvrir les bandes-annonces) : ROCKETSHIP XM (1950 / Kurt Neumann), FLIGHT TO MARS (1951 / Lesley Selander), RED PLANET MARS (1952 / Harry Horner) et le célèbre classique INVADERS FROM MARS (1953 / William Cameron Menzies), des séries B (parfois Z…) avec leurs qualités et leurs défauts… Cependant on ne boudera pas notre plaisir à découvrir enfin certains de ces titres totalement inédits en France. En outre, cette collection « Prestige » qui porte bien son nom offre un livret de douze pages consacré à l’histoire des films de SF américains des années 1950 et, comme si cela n’était pas suffisant, quatre « lobby cards » des films présentés sont disponibles en cadeau ! On y trouve également des bandes-annonces, des courts métrages et des diaporamas d’affiches et de photos des films. Merci Artus !

artus3 dans Science-fiction

artus12

artus15

LES DINOSAURES ATTAQUENT !

Le coffret  »Les Dinosaures Attaquent » propose quant à lui les quatre titres suivants (cliquez sur les titres pour découvrir les bandes-annonces) : THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN (1956 / Edward Nassour & Ismael Rodriguez), KING DINOSAUR (1955 / Bert I. Gordon), LOST CONTINENT (1951 / Sam Newfield) et TWO LOST WORLDS (1951 / Norman Dawn). Diaporamas d’affiches et de photos, bandes-annonces, court-métrage de Willis O’Brien, livret de douze pages et « lobby cards » accompagnent ce coffret. Que demande le peuple !

artus8

Ne comptez pas trouver ces coffrets en Nouvelle-Calédonie, vous vous en doutez. Ils sont uniquement disponibles sur les différents sites de vente par correspondance.



Robot-craignos (25)

Robot-craignos (25) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

14081102241315263612445242 dans Cinéma bis italien

Elias, le robot flic de STAR CRASH (1978 / Luigi Cozzi), figure ici aux côtés de la charmante Stella Star (Caroline Munro) sur une plage de sable blanc. Stella semble déjà prête à aller se baigner avec son merveilleux accoutrement si propice à la trempette… Ah oui, c’est vrai, je m’égare… Revenons à Elias, notre spécimen craignos du jour. Pas si craignos me direz-vous ? C’est possible. Il y a eu pire encore une fois, et notre Elias aurait très bien pu figurer dans la scène de la cantina de Mos Eisley dans STAR WARS IV, oui, parfaitement, au milieu des aliens et divers pilotes de vaisseaux de la galaxie.

14081102272215263612445244 dans Robot-craignos

Elias possède tous les clichés du robot d’une série Z : gestes saccadés, voix caverneuse (le comédien qui le double doit parler dans une boîte à chaussures) et courts circuits plein de jolis étincelles. Peu efficace sur le terrain, sans cesse en train de faire ses réflexions et remontrances insupportables, Elias finira démembré grâce à une tribu d’hommes des cavernes. Bien fait pour lui !

14081102460015263612445259 dans Science-fiction



Robot-craignos (24)

Robot-craignos (24) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

14081102313015263612445250 dans Cinéma bis japonais

Voici un robot en pyjama. Il nous en fallait bien un après celui à poils (!) et l’autre en version transparente. Ah, on me signale qu’il ne s’agit pas d’un pyjama mais du véritable accoutrement de Jet Jaguar (ce n’est pas le nom d’un nouveau bolide) dans GODZILLA Vs MEGALON (1973 / Jun Fukuda)… Créé dans le film par un certain Goro Ibuki, il aidera le célèbre Godzilla à combattre Gigan et Megalon. En outre, notre Jet Jaguar peut communiquer avec les monstres, mais il peut aussi voler, changer de taille, et ses yeux sont de véritables projecteurs. On n’arrête pas le progrès ! Mieux : il possède même une chanson en son honneur… Bon courage si vous souhaitez l’écouter en entier…

Image de prévisualisation YouTube



Robot-craignos (23)

Robot-craignos (23) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

14081102564015263612445270 dans Cinéma bis américain

Ce robot paraît avoir un sérieux problème… Court-circuit ? Tir de laser ? Irritation ? Décoration ?… En tout cas notre spécimen du jour s’est échappé du gros nanar L’INVASION DES SOUCOUPES VOLANTES (STARSHIP INVASIONS / 1978 / Ed Hunt) pour venir hanter notre grande galerie des Robots-craignos de l’histoire du cinéma de science-fiction. Comme vous pouvez le constater, on ne peut pas faire plus simple dans le « look » : masque de fer à souder à peine revu et corrigé (notez les deux « antennes » en bas sur les côtés) et costume et gants métallisés. Issu d’une technologie extraterrestre dont les représentants ont décidé de livrer bataille afin de s’approprier notre monde, notre robot ne risque pas de faire concurrence à un modèle type androïde de protocole ou unité R2. Ces aliens ont encore du pain sur la planche pour parfaire leur technologie robotique, c’est moi qui vous le dis.

14081102593615263612445271 dans Robot-craignos



Monstres sacrés : la créature de It ! The Terror From Beyond Space

Monstres sacrés : la créature de It ! The Terror From Beyond Space dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

14081402303015263612451690 dans Fifties SF

Un vaisseau spatial récupère sur Mars le dernier survivant d’une mission terrienne. A son retour, celui-ci raconte que tous les membres de son expédition ont été massacrés par une créature. Mais bientôt il découvrira horrifié que le monstre en question s’est caché à bord du vaisseau qui le ramène vers la Terre. Débute aussitôt une traque féroce où l’équipage va progressivement se faire décimer…

14081402315715263612451691 dans Monstres sacrés

Avec IT ! THE TERROR FROM BEYOND SPACE (d’Edward L. Cahn / 1958), nous sommes en face DU film qui a inspiré le chef-d’oeuvre de Ridley Scott : ALIEN (1979). Tout comme dans ALIEN, l’action se déroule entièrement à bord d’un vaisseau, le monstre résiste à toutes les armes, y compris au feu, il se cache dans les conduits d’aération et, bien sûr, il décime chaque membre de l’équipage avant de finir, devinez où, expédié dans l’espace, oui, toujours comme dans… ALIEN, son remake si l’on peut dire d’une certaine façon (ou son « reboot » dirait-on plutôt aujourd’hui !). Seule différence : la créature se nourrit de sang humain, un peu comme un vampire.

Le monstre de IT ! THE TERROR FROM BEYOND SPACE est l’oeuvre de Paul Blaisdell, maquilleur, concepteur de masques et de costumes, également à l’origine de l’un des plus « craignos monsters » de toute l’histoire du cinéma, celui du film IT CONQUERED THE WORLD (de Roger Corman / 1956) ! C’est Ray Corrigan qui enfilera le costume de la créature conçue en latex. Si elle pouvait faire frémir à l’époque, elle fait plutôt sourire aujourd’hui avec tout le respect que je lui dois…

14081402330715263612451692 dans Science-fiction

L’avis des spécialistes :

« Evidemment, le costume fait quelques plis, alors on tente de ne pas trop éclairer le monstre, ce qui donne peut-être un des films les plus maîtrisés du prolifique E.L. Cahn. » (Jean-Pierre Putters / Ze Craignos Monsters / éd. Vents d’Ouest)

« Le maquilleur Paul Blaisdell s’est ici surpassé : sa Créature, incarnée par le comédien Ray « Crash » Corrigan, un géant spécialisé dans des serials et des westerns, est impressionnante à souhait, laissée le plus souvent possible dans la pénombre par une très belle photographie en noir et blanc de Kenneth Peach Sr. » (L’Ecran Fantastique / année 1977)

« Pour étroite qu’elle soit, et pour restreint que fut le budget de cette « série Z » conçue par un spécialiste des films de terreur des fiveties, avouons que celui-ci n’est pas mal du tout, et que son costume caoutchouteux vaut bien celui de la créature du lac noir. » (Jean-Pierre Andrevon & Alain Schlockoff / Cent monstres du cinéma fantastique / éd. Jacques Glénat)

Image de prévisualisation YouTube

Sources : Ze Craignos Monsters (Jean Pierre Putters / éd. Vents d’Ouest), L’Ecran Fantastique, Cent Monstres du Cinéma Fantastique (Jean-Pierre Andrevon et Alain Schlockoff / éd. Jacques Glénat), marsmovies.free.fr.

Rejoignez Les Echos d’Altaïr IV sur Facebook !



Robot-craignos (18)

Robot-craignos (18) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

kronos.jpg

Je vous présente Kronos, du film éponyme réalisé par Kurt Neumann en 1956. Vous vous trompez : il ne s’agit pas d’un jouet cubique posé sur la moquette de la chambre d’un chérubin sur fond de tapisserie représentant un paysage, mais bel et bien d’un robot, et même d’un gigantesque robot extraterrestre de plus de trente mètres… « Constitué de deux énormes blocs de métal, soutenus par quatre pylônes et surmontés d’un dôme pourvu de deux antennes servant de pôles électriques, il s’apparente à un gigantesque accumulateur d’énergie » (Ze Craignos Monsters, le Retour / Jean-Pierre Putters / éd. Vents d’Ouest). Et pourquoi, me direz-vous ? Tout simplement pour remplir sa mission qui consiste à absorber toute l’énergie terrienne afin de la ramener sur sa planète. Vaste projet… Nos vaillants soldats américains auront beau utiliser tout leur armement sur ce monstre de métal, cela ne fera que renforcer sa puissance et augmenter sa taille ! Mais… car il y a bien un « mais », comme toujours, Kronos n’aura pas le dernier mot. Et le « The End » apportera sa note d’espoir. Ouf !

La morale de cette histoire : méfiez-vous des robots électroménagers de forme cubique à la maison… Il se pourrait bien qu’en chacun d’entre eux se cache de la graine de Kronos…

Image de prévisualisation YouTube



Robot-craignos (17)

Robot-craignos (17) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

gog.jpg

Oh mon Dieu ! Mais que va faire cet homme déchaîné sur ce pauvre robot sans défense ? Enfin… presque sans défense… car il s’agit de l’un des deux robots répondant aux doux noms de Gog et Magog (!) dans le film GOG d’Herbert L. Strock (1954). Manipulés par des puissances désireuses de saboter un projet d’envol spatial, nos machines s’avèrent une menace qu’il faut vite réduire à néant. En tout cas, notre Gog, ici en photo colorisée, représente le rêve de toute ménagère avec ses multiples bras : le premier pour laver la vaisselle, le second pour faire la cuisine, le troisième pour essuyer les meubles, le quatrième pour moucher le p’tit rejeton, etc. A moins qu’il ne serve à un pauvre instituteur fatigué et désireux de lui confier toutes les corrections de ses talentueux scribouillards… Mieux : il pourrait tenir entre ses mains les diverses propositions de drapeaux pour un pays compliqué… Choisissez…

Sources : Wikipédia, Ze Craignos Monsters : le Retour (Jean-Pierre Putters / éd. Vents d’Ouest)



Monstres sacrés : les Triffides

Monstres sacrés : les Triffides dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

triffide.jpg

Dans LA REVOLTE DES TRIFFIDES (THE DAY OF THE TRIFFIDS / 1962 / Steve Sekely), film inspiré du roman de John Wyndham, les monstres sont des végétaux dévoreurs de chair humaine. L’histoire est la suivante :  « Une nuit, une pluie de météorites crée un spectacle magnifique dans le ciel, mais rend aveugle toute personne qui la regarde, soit 99 % de la population terrestre. Des plantes (les Triffides) venant de l’espace et tombées sur la terre précédemment profitent de cette infirmité humaine pour se mettre à se déplacer et à attaquer les hommes désemparés. » (Wikipédia)

triffide2.jpg

Les Triffides, horribles plantes mutantes, peuvent se déplacer pour saisir leurs proies à l’aide de leurs branchages. Peu convaincantes et souvent plongées dans l’obscurité, les Triffides font sourire plus qu’elles n’effraient… et les renseignements sur leur conception demeurent une denrée inconnue.

L’avis des spécialistes :

« Les triffides témoignent d’un parti-pris de renversement assez significatif : nous mangeons les végétaux – mais si un jour c’étaient les végétaux qui nous bouffaient ? » (Jean-Pierre Andrevon & Alain Schlockoff / Cent monstres du cinéma fantastique / éd. Jacques Glénat)



Robot-craignos (14)

Robot-craignos (14) dans Cinéma bis 13061310000015263611288446

robot24.jpg

Ces braves robots qui déambulent fièrement possèdent un attribut unique dans toute l’histoire de la robotique… En effet, si vous observez attentivement de la tête aux pieds ces extraordinaires spécimens rares (ne vous rapprochez pas si près de l’écran), vous pourrez remarquer un… une… enfin « quelque chose » qui en fait de redoutables adversaires de Flesh Gordon dans le film éponyme réalisé en 1974 par Howard Ziehm et Michael Benveniste. Surnommés également « robots violeurs », ils sont à éviter à tout prix car qui s’y frotte… s’y pique. Mais que l’on se rassure : leur mécanique bien huilée s’emballera avant d’avoir provoquée de nombreux trous noirs dans la galaxie.



1...3132333435