Catégorie

Archive pour la catégorie « Di Vinz »

CRITIQUE EXPRESS : PASSENGERS

Et c’est aujourd’hui que Di Vinz termine sa séance de rattrapage critiques ciné avec :

CRITIQUE EXPRESS : PASSENGERS dans Cinéma 17061006405715263615087260

PASSENGERS

Réalisateur : Morten Tyldum

Un de mes coups de cœur de fin 2016 ! PASSENGERS raconte l’histoire de Jim, un colon mécano en partance pour une nouvelle planète, tiré 90 ans trop tôt de son hibernation. Jim va passer un temps fou à essayer de remédier au problème sur l’Avalon, gigantesque vaisseau rempli de colons, les mois vont passer et il se sentira de plus en plus seul et désemparé. Il finira par désespérer complètement de cette situation jusqu’à commettre l’irréparable: réveiller quelqu’un d’autre.

17061006451415263615087261 dans Di Vinz

Le pitch tout à fait unique en son genre nous propose une romance en huit clos à bord de l’Avalon. Le film repose alors sur la structure même du vaisseau qui propose un microcosme aux deux passagers. Ceux-ci vont d’abord tout tenter pour sortir de ce piège. Au fur et à mesure ils se rapprocheront inexorablement jusqu’à oublier momentanément leur sort, tandis que Jim cache le lourd secret d’avoir réveillé Aurora. Leur seule compagnie ? Un androïde barman assez cool et 5000 colons endormis.

17061006451515263615087262 dans Science-fiction

Le film propose un rythme assez soutenu du début à la fin malgré le fait que la romance entre les deux personnages prenne une grande place. On ne s’ennuie à aucun moment, même si l’on peut regretter un petit manque de poigne, c’est agréable à suivre. Chris Pratt, Jennifer Lawrence et Laurence Fishburn font le travail et servent bien le film, qui pour couronner le tout est visuellement très beau, tant dans le design du vaisseau que les intérieurs, les scènes dans l’espace ou celles avec les changement intempestifs de gravité. C’est impeccable ! Tenter une romance dans ce décors de SF pur et dur était un pari audacieux, mais c’est un pari réussi !

Note : 16/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad / Doctor Strange / Premier Contact / Assassin’s Creed / Rogue One : A Star Wars Story

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : ROGUE ONE : A STAR WARS STORY

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : ROGUE ONE : A STAR WARS STORY dans Cinéma 17060807184315263615084043

ROGUE ONE : A STAR WARS STORY

L’histoire : Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire. (allocine.fr)

Réalisateur : Gareth Edwards

17060807184515263615084044 dans Di Vinz

ROGUE ONE est-il meilleur que le RÉVEIL DE LA FORCE ? On s’accordera presque tous à dire oui. Pour autant, soulignons que ce n’est pas le même genre de film. Malgré les présences appréciables de Chirrut et surtout de Dark Vador, il manque un certain mysticisme au spin off, ce côté un peu Fantasy de STAR WARS. Ici on oublie un peu les sabres laser et on se concentre sur la guerre ! On apprend 17060807184515263615084045 dans Star Warsdès le début que la Rébellion est prête à tout pour combattre l’Empire, même à faire du sale. Une volonté de plonger le spectateur dans une ambiance bien plus sombre que dans un STAR WARS traditionnel. Et cela se confirmera par la suite.

Cette histoire inédite, réel prologue à l’Épisode IV, est palpitante ! Les héros sont traités de façon inégale, certains manquent de background, mais ce dosage sert le scénario et tous restent des personnages assez forts, on se souvient facilement de chacun d’eux, les acteurs sont vraiment très bons dans l’ensemble.

17060807234315263615084052

L’atmosphère de guerre à la STAR WARS est retransmis à la perfection, les scènes de combat sont géniales, le réalisateur Gareth Edwards a du se dépasser pour rester fidèle à ce qu’il aime dans STAR WARS et être à la hauteur, et ça se sent. On visite les planètes avec fluidité, le troisième acte est incroyable, la bataille de Scarif entre directement première dans mon top 3 des plus belles batailles de STAR WARS, devant Yavin et Hoth !

Il n’y a vraiment qu’un bref et inattendu cabotinage de la part de Forest Whitaker pour peut-être nuire à l’une des scènes du film. Le reste est vraiment parfait en tous points. En tant que fan, je suis plutôt difficile, mais là, je prends un pied phénoménal à chaque visionnage (je dois en être au dixième à l’heure où j’écris ces lignes).

17060807261415263615084053

Dommage pour JJ Abrams et son reboot masqué, il semble que le public soit plus sensible à ce qui fait STAR WARS, c’est à dire l’essence même de son titre, qu’aux tribulations de Rey et de Kylo Ren. Mais attendons de voir ce que va donner LES DERNIERS JEDI, on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise. Pour l’instant ROGUE ONE est effectivement largement devant LE RÉVEIL DE LA FORCE bien qu’il ne soit qu’un spin off, ne serait-ce que pour sa scène finale tout simplement magistrale.

Note : 18/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad / Doctor Strange / Premier Contact / Assassin’s Creed

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : ASSASSIN’S CREED

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : ASSASSIN'S CREED dans Cinéma 17060605342415263615078948

ASSASSIN’S CREED

L’histoire : Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle.  Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers. (allocine.fr)

Réalisateur : Justin Kurzel

17060605405915263615078949 dans Di Vinz

L’adaptation cinématographique du jeux vidéo éponyme ! Réellement fidèle au matériel de base, cet épisode d’ASSASSIN’S CREED nous entraîne dans une nouvelle histoire passionnante à base de mémoire génétique.

Cette fois c’est Callum Lynch, le descendant d’une importante lignée d’Assassins qui, après avoir été sauvé de la peine capitale par la fondation Abstergo, est contraint d’entrer dans l’Animus afin de dévoiler aux Templiers les souvenirs de son ancêtre, Aguilar, assassin en Andalousie en 1492. Compliqué vous dites ? Non, pas de problème, le film est totalement lisible et compréhensible même pour un néophyte qui n’a jamais entendu parler du concept du jeu.

L’Animus permet à Callum de se propulser en 1492 à la place de son ancêtre, ce afin de trouver l’emplacement d’un artefact. On bondit donc entre le présent et l’époque d’Aguilar, ce qui crée une réelle rupture à la fois dans le rythme et dans le visuel. Les passages en Andalousie sont graphiquement de toute beauté ! Les courses-poursuite rappellent un peu les vieux films d’aventure, mais elles rappellent surtout des séquences du jeu vidéo, dans lequel la fuite est prépondérante.

17060605410115263615078950 dans Fantastique

Nos assassins courent sur les murs, grimpent partout, se planquent, balancent des fumigènes, combattent avec des chorégraphies de fou, etc… Au niveau de la fidélité, il n’y a rien à dire. Si, peut-être l’aspect de l’Animus qui devient un gros bras mécanique, cela tranche avec tout ce qu’on a pu voir, mais cette originalité de gâche en rien le plaisir et la compréhension du film.

Michael Fassbender est à la fois producteur et acteur, il s’est fait plaisir et le résultat est tout à fait honorable. À ses côtés, Marion Cotillard est très présente, plutôt pas mal dans le rôle de la scientifique stoïque. Jeremy Irons et Charlotte Rampling complètent le casting côté Templiers, et les quelques autres assassins, dont la partenaire d’Aguilar, ne sont pas en reste.

Un film vraiment cool de mon point de vue, j’espère vraiment qu’il y aura une suite !

Note : 15/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad / Doctor Strange / Premier Contact

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : PREMIER CONTACT

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : PREMIER CONTACT dans Cinéma 17060407343015263615075077

PREMIER CONTACT

L’histoire : Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain. (allocine.fr)

Réalisateur : Denis Villeneuve

17060407373815263615075078 dans Di Vinz

Attention à l’ovni cinématographique ! Réalisé par Denis Villeneuve, PREMIER CONTACT rassemble un casting efficace pour un film totalement prenant, de A à Z. Depuis l’arrivée des ovnis jusqu’à la fin du film, on est captivé. Tout cela est trop intriguant et on veut connaitre la suite, comprendre, savoir où cela mènera. Villeneuve casse le rythme et crée l’impatience, on est en permanence en quête de réponses, de la prochaine scène, puis d’un imprévisible dénouement.

En lui-même le film est propre, visuellement dépouillé de tout artifice, il n’a rien de cosmique, il est même plutôt proche du plancher des vaches. C’est là une force. Nous sommes en terrain connu mais l’angoisse reste présente, un peu comme le premier INDEPENDENCE DAY, RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE ou LA GUERRE DES MONDES, à différents degrés.

17060407374015263615075079 dans Science-fiction

PREMIER CONTACT, c’est à la fois le summum de ce sentiment d’insécurité, et dans le même temps, l’espoir. Le film joue sur ces dualités. C’est à la fois technique et poétique, factuel et lyrique, observable, palpable, mais tellement irréel. Novateur par la vision qu’il propose, je n’hésiterai pas à qualifier Villeneuve de nouveau Ridley Scott, et ce n’est pas pour rien que ces deux-là se sont trouvés pour le prochain BLADE RUNNER qui à mon avis sera époustouflant. Mais revenons à nos pieuvres. En soi, PREMIER CONTACT raconte l’histoire d’une linguiste qui essaie de percer le mystère d’un langage extraterrestre. Elle effectue plusieurs allées et retours entre le camp au sol et les ovnis où elle rend visite à ces énigmatiques entités tentaculaires pour tenter de les comprendre. Le scénario pourrait paraître basique mais l’intérêt est là, la répétition des visites crée l’attente précédemment évoquée. La réalisation et le talent des acteurs y sont pour beaucoup, un très bon film !

Note : 17/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad / Doctor Strange

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : DOCTOR STRANGE

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : DOCTOR STRANGE dans Cinéma iwih

Réalisateur : Scott Derrickson

DOCTOR STRANGE

De son côté, Marvel enchaîne et continue de nourrir son Cinematic Universe. Après un excellent CIVIL WAR, nous découvrons un nouveau venu dans l’aventure ! Le riche et célèbre Docteur Stephen Strange (Benedict Cumberbatch, acteur bancable et pour cause, il est toujours excellent) est un as dans le domaine de la chirurgie. Suite à un accident, il perd l’usage de ses mains et plonge dans la déchéance. Il découvrira auprès du « Maître » les secrets d’une magie très spéciale lui procurant certains pouvoirs comme se déplacer dans différentes dimensions.

Encore une fois, c’est une grosse claque visuelle de la part de Marvel Studio qui nous offre un défilé d’effets spéciaux tous plus impressionnants les uns que les autres.

bl8v dans Di Vinz

On retrouve le ton quelque peu humoristique des films Marvel, l’ensemble demeure légèrement redondant de part le côté initiatique d’une bonne partie de l’histoire, bien que l’entrainement de Strange reste plaisant à suivre. Le final est quant à lui assez déroutant et original dans sa forme, une très bonne idée qui change des sempiternels coups de tatanes.

Plutôt un bon film dans la lignée des meilleurs productions Marvel. Il sera intéressant de voir maintenant si ce Doctor Strange va rejoindre l’équipe des Avengers, comme teasé dans le générique de fin. En tout cas, cela risque d’être épique.

Note : 14/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites / Suicide Squad

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : SUICIDE SQUAD

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : SUICIDE SQUAD dans Cinéma 17053106335915263615069464

SUICIDE SQUAD

L’histoire : C’est tellement jouissif d’être un salopard ! Face à une menace aussi énigmatique qu’invincible, l’agent secret Amanda Waller réunit une armada de crapules de la pire espèce. Armés jusqu’aux dents par le gouvernement, ces Super-Méchants s’embarquent alors pour une mission-suicide. Jusqu’au moment où ils comprennent qu’ils ont été sacrifiés. Vont-ils accepter leur sort ou se rebeller ? (allocine.fr)

Réalisateur : David Ayer

17053106391315263615069465 dans Di Vinz

Ha… Attendez… On me souffle dans l’oreillette que tout a été dit sur SUICIDE SQUAD. Certes, mais je ne peux pas m’empêcher d’ajouter ma pierre à l’édifice.

17053106444515263615069466 dans Science-fictionRéalisé par David Ayer, à l’œuvre sur le scénario de TRAINING DAY – thriller que je qualifierais de chef-d’œuvre – et également réalisateur de FURY – un bon film de guerre avec Brad Pitt – on était en droit de s’attendre à quelque chose d’intéressant pour ce SUICIDE SQUAD. Après l’échec critique de BATMAN V SUPERMAN quelques mois plus tôt, l’univers DC était en quête de crédibilité et nous proposait alors le messie : un film sur des vilains ! Inutile de rappeler que la « hype » pour ce SUICIDE SQUAD a été très importante pour tous les fans de comics et pas que, dès son annonce et ce jusqu’à sa sortie.

Et puis… Patatras ! La boulette ! Déferlement de critiques négatives ! Échec total ! Une honte ! Alors je suis allé le voir avec bienveillance comme souvent lorsqu’un film est bâché. Et ben… je n’ai pas aimé non plus. Son montage au hachoir rend cet espèce de clip sans âme, l’action est complètement mal dosée, mal amenée, mal tournée, certains protagonistes ont trop d’importance par rapport à d’autres ce qui crée un déséquilibre frustrant, de plus ce n’est pas spécialement beau.

17053106484915263615069467

En somme ce n’est pas ce à quoi l’on s’attendait, pas du tout même. Vulgaire serait un terme approprié. Avec du recul je l’ai revu en version longue et malheureusement ça ne le fait toujours pas. Le film se tient bien mieux si l’on rajoute toutes ces scènes coupées au montage pour la version ciné, notamment au niveau de la relation entre Harley Quinn et le Joker… Si l’on peut appeler ce blanc-bec bling-bling le Joker. J’ai effectivement beaucoup de mal avec le nouveau Joker interprêté par Jared Leto. Le personnage n’est pas crédible un seul instant à mes yeux, l’acteur souffre durement de la comparaison avec Jack Nicholson et Heath Ledger.

Le reste du cast est en roue libre, même Will Smith qui joue Will Smith en tenue de DeadShot. Il y a pourtant quelques rares qualités. Une ou deux scènes visuellement sympas, peut-être le personnage de Diablo… Mais même la bande-son n’est qu’un amoncellement de hits balancés à tout bout de champ. Quand au scénario, il est juste affligeant. J’ai énormément de mal à lui trouver des points positifs pour lui sauver la mise, c’est clairement un mauvais film à l’instar de BATMAN V SUPERMAN qui a pris la même note et avec lequel le lien paraît difficilement établissable malgré la présence furtive de Ben Affleck en Batman, tant les deux œuvres semblent éloignées. Il y avait pourtant un bon potentiel. Extrêmement déçu. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour WONDER WOMAN et JUSTICE LEAGUE !

Note : 08/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence / Star Trek : Sans Limites

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : STAR TREK : SANS LIMITES

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : STAR TREK : SANS LIMITES dans Cinéma 17052908403015263615065004

STAR TREK : SANS LIMITES

L’histoire : Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace. (allocine.fr)

Réalisateur : Justin Lin

17052908431915263615065012 dans Di Vinz

Troisième épisode de la nouvelle trilogie STAR TREK, SANS LIMITES (Beyond en V.O.) se veut plus anecdotique que ses prédécesseurs. En effet, avec Justin Lin (FAST AND FURIOUS 6) et Simon Pegg (SHAUN OF THE DEAD) aux commandes, il s’opère une légère transformation dans le format du film. Nous avons ici affaire à un buddy-movie de l’espace plus léger et plus fourni en terme d’action au sol, jouant plutôt bien des relations tissées entre les membres de l’équipage de l’USS Enterprise. Le vilain du film joué par Idris Elba, métamorphosé pour l’occasion en extra-terrestre pas beau, est 17052908453015263615065018 dans Science-fictionrelativement insignifiant voire agaçant jusqu’à la fin du film où il se révèle être plus complexe.

Niveau implication émotionnelle, à part la scène d’attaque par l’essaim au début du film, il manque un petit quelque chose, ce malgré la bonne interprétation de Sofia Boutella qui vient ajouter un personnage intéressant au crew du brave Capitaine Kirk.Dans l’ensemble, chaque acteur sait ce qu’il fait, et ils peuvent même surjouer sans que cela ne pose le moindre problème, au bout de trois films on sent que ces personnages ont pris de l’épaisseur, tout le monde semble donc à l’aise dans son rôle.

J’ai apprécié le spectacle, toutefois l’intrigue principale reste trop légère et ce troisième épisode n’est pas du tout à la hauteur de ses prédécesseurs malgré un côté épisodique assez rafraîchissant et semble t-il assumé, plutôt bien vu pour ce qui est de faire perdurer la licence.

Note : 14/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant / Independence Day : Resurgence

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



CRITIQUE EXPRESS : INDEPENDENCE DAY : RESURGENCE

Di Vinz se lance pour une séance de rattrapage critiques ciné. Rendez-vous est donné tous les deux jours sur le blog, qu’on se le dise ! Aujourd’hui :

CRITIQUE EXPRESS : INDEPENDENCE DAY : RESURGENCE dans Cinéma 17052707040415263615062449

INDEPENDENCE DAY : RESURGENCE 

L’histoire : Nous avons toujours su qu’ils reviendraient. La Terre est menacée par une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Pour la protéger, toutes les nations ont collaboré autour d’un programme de défense colossal exploitant la technologie extraterrestre récupérée. Mais rien ne peut nous préparer à la force de frappe sans précédent des aliens. Seule l’ingéniosité et le courage de quelques hommes et femmes peuvent sauver l’humanité de l’extinction. (allocine.fr)

Réalisateur : Roland Emmerich

Suite du cultissime film de Roland Emmerich, réalisé par ce même réalisateur, RESURGENCE reprend plusieurs acteurs du casting d’origine que l’on retrouve avec grand plaisir en y ajoutant quelques nouvelles têtes dont notre française Charlotte Gainsbourg.

La carte de la démesure est jouée : les vaisseaux sont encore plus grands, l’action encore plus dantesque, le scénario encore plus tiré par les cheveux. Mais… les extraterrestres sont aussi encore plus débiles… Ce qui donne lieu à un film carrément WTF, presque – je dis bien presque – divertissant.

17052707071815263615062450 dans Di Vinz

Que garder de ce film si ce n’est sa scène finale aux airs de STARSHIP TROOPERS, avec cette sorte de reine alien de trente mètre de haut ? Une scène plutôt granguignolesque par ailleurs. Pas grand chose hélas. Tout est trop cliché, les acteurs sont aux pâquerettes, on est dans une série B quoi. Malgré les retours de Jeff Goldblum et de Bill Pullman (pas de Will Smith à l’horizon ? c’est ballot) on nous propose du déjà vu, clairement, mais en encore plus grand et en « mieux fait » (le syndrome du RÉVEIL DE LA FORCE, encore). Ce dernier point reste néanmoins largement discutable car pour la première fois je n’ai pas été particulièrement saisi par la proposition visuelle de Roland Emmerich alors qu’il s’agit habituellement d’un point fort dans ses films. Là, on a vraiment du blockbuster lambda de chez lambda. Le réalisateur semble en bout de course, difficile de sauver cette suite fade et laissant un goût amer. Le premier opus m’ayant marqué, j’en attendais bien plus.

Note : 07/20

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan / Alien Covenant

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



ALIEN COVENANT : LA CRITIQUE

ALIEN COVENANT : LA CRITIQUE dans Cinéma 17051306114115263615038539

Réalisateur : Ridley Scott

Acteurs : Michael Fassbender, Katherine Waterston, Danny McBride…

17051306354715263615038550 dans Di VinzL’une de mes sagas favorites revient et continue avec ce 6ème film, 2ème opus du prequel initié par PROMETHEUS en 2012. Malgré ses défauts, on retrouve dans PROMETHEUS l’inspiration de Ridley Scott, qui eut l’audace de proposer autre chose que du ALIEN traditionnel. Il promettait une autre histoire, posait d’autres enjeux en imaginant une possible explication sur les origines de l’humain ; il innovait en instaurant une nouvelle direction, tant artistique qu’en terme de « genre », il laissait entrevoir tout autre chose que ce à quoi on s’attendait… Mais je vous le dis, nous avons tous été floués par le réalisateur visionnaire. Ne vous y trompez surtout pas, la trame des Ingénieurs ne représente qu’une toile de fond et la nouvelle direction prise par Ridley Scott n’était qu’un prétexte pour nous ramener doucement à ses premières amours… Oui, nous sommes bel et bien dans ALIEN !

17051306170215263615038540 dans Science-fiction

Visuellement magnifique, ALIEN COVENANT est servi par une direction artistique sans faille. Le film est beau à regarder, parfois très beau. Il y a cette propreté de l’image, cette netteté, un effet amplifié par des cadrages fixes, des balayages qui ne vous brusquent pas, un montage assez alangui sans en devenir flemmard pour autant. La plupart des plans sont en effet très soignés et l’ensemble du film est graphiquement doux et agréable. Même lors des – trop – rares scènes mouvementées, dont une particulièrement épique, les enchaînements sont très fluides et servent la beauté de l’action de façon magistrale. On sentira juste une petite faiblesse lors du final, comme si Ridley avait traité cette scène sans prendre le moindre risque de réalisation.

17051306225815263615038543

Vient ensuite le scénario. On se retrouve dix ans après les événements de PROMETHEUS : le vaisseau Covenant et ses quelques 2000 passagers en stase est en partance pour une planète habitable afin d’y établir une colonie (ce qui n’est pas sans rappeler le pitch du dernier Mass Effect). Ils ont quelques soucis en chemin et l’équipage reçoit une transmission venant d’une autre planète potentiellement 17051306334215263615038549habitable elle aussi. Intrigué par la transmission, l’équipage dévie de sa direction initiale et met le cap sur ce nouveau monde où ils trouveront bien des surprises.

Alors oui, la première partie du film a un air de déjà vu : on nous présente l’équipage, ils mettent pied à terre sur une planète hostile et il leur arrive des petits problèmes de rien du tout, comme par exemple une infection par un agent mutagène potentiellement très mortel. Assez classique dans sa construction, cette première partie n’est pas sans rappeler l’atmosphère du début du HUITIÈME PASSAGER à son époque, ce qui est bien entendu un beau compliment, mais ce qui peut aussi être un reproche si l’on considère l’absence d’innovation, de nouveauté, qui avait fait le sel de l’épisode précédent. Peut demeurer un sentiment de redondance, j’ai pour ma part retrouvé cette atmosphère avec grand plaisir.

17051306231515263615038544

La seconde partie rejoint clairement les intentions du premier opus en articulant son propos autour de David, seul rescapé du Prometheus, qui devra composer avec l’équipage du Covenant dont Walter, un androïde de modèle dernière génération aux capacités techniquement supérieures à celles David mais plus bridé au niveau des émotions. Dans aucun film ALIEN les androïdes de Weyland n’avaient été aussi bien traités, ce qui est un double point positif car jamais un androïde n’a eu un rôle aussi important. Walter et David nous offrent un duo inédit : le premier est attachant, le second devient 17051306472315263615038552accessoirement l’un des plus vils antagonistes de toute la saga. Quoi qu’il en soit, la continuité avec PROMETHEUS est assurée et l’enchaînement des deux films est cohérent. Ridley Scott nous fait prendre conscience que le premier n’était pas si mystérieux, que nous sommes passés à côté du sujet. Oubliez vos questions sur l’origine de l’humanité, on est dans ALIEN ! Je ne saurais affirmer avec certitude que Ridley Scott ne mijote pas autre chose mais il me semble que le rapport entre les Ingénieurs et les humains n’est pas et n’a même jamais été un enjeu. C’est une toile de fond, certes très intrigante, mais qui reste au service des aliens.

17051306231615263615038545

Niveau Xénomorphes justement, on est plutôt servi. Ils sont carrément violents et l’hémoglobine n’est pas rare ! On retiendra une scène de décollage absolument dantesque et de belles morts dans la tradition de la saga. Le casting n’est pas exceptionnel mais fait le boulot : Fassbender fait face à lui-même de façon malfaisante en jouant deux androïdes différents, plutôt une bonne performance dans la lignée de ce qu’il sait faire. Danny McBride se démarque en nous livrant une interprétation à l’opposé de son jeu habituel ce qui est assez surprenant.

17051306504715263615038553Dans l’ensemble ALIEN COVENANT est donc une réussite de mon point de vue, de part son classicisme maîtrisé, cependant le film n’est pas exempt de défauts. En premier lieu vient l’absence du côté horrifique originel, qu’on retrouvera plus dans le jeu Alien Isolation que dans ce ALIEN COVENANT. Si du HUITIÈME PASSAGER COVENANT emprunte beaucoup à la première partie, la seconde n’a que peu à voir. Le final me semble complètement bâclé. Quand l’hommage aux prédécesseurs se transforme en une scène trop prévisible (cf. : LE RÉVEIL DE LA FORCE), c’est que le réalisateur reste dans une zone de confort par manque d’inspiration ou par facilité. Mais si c’est pour faire moins bien, autant s’abstenir. J’ai en effet trouvé cette scène à des années lumière des scènes finales des premiers films. Ce petit manque d’intensité à la fin, c’est sûrement là où pêche Ridley Scott dans PROMETHEUS et dans COVENANT. Le premier rôle féminin n’y est pas étranger : Katherine Waterston n’est pas à la hauteur de Noomi Rapace dans PROMETHEUS, elle-même loin d’égaler Sigourney Weaver en son temps. C’est tout de même assez regrettable quand on connait le personnage qu’est Ripley et à quel point il a marqué cette saga de ne pas avoir un personnage et une interprétation féminine de même acabit. Un personnage féminin fort renverrait à Ripley et représenterait indubitablement un plus. Les autres personnages quand à eux manquent de profondeur puisque tout ou presque concerne David, ils ne sont donc là que pour mourir un par un sans même qu’on se rappelle leur nom.

17051306231615263615038546

En résulte un film qui peut paraître trop classique (dans le sens péjoratif du terme cette fois), alternant entre action et dialogue sans jamais vraiment emballer son propos, ceci afin de, je pense, continuer à assurer une continuité avec le prochain volet qui s’annonce quand même pas mal. Bien que j’ai été tenu en haleine tout du long, on peut reconnaître que le dosage est assez irrégulier et que ça manque de substance. On rejoint ici ce sentiment de déception, d’inachevé qu’avait laissé PROMETHEUS. De même, il y a de légères incohérences et facilités qui m’ont titillées, comme ce fut le cas dans 17051306545315263615038554PROMETHEUS bien que cette fois-ci elles relèvent plus du détail (les capsules de stase qui se trimbalent dans tous les sens, elles sont accrochées à des cintres ou quoi ? Il y a des gens là-dedans ! Un vaisseau ça tremble ! Surtout si on le précipite dans une tempête atmosphérique ! Fixez-moi ces capsules de stase bon sang ! Puis il y a celle qui enferme sa pote et qui fait tout péter en tirant partout, ou l’autre là, ouiiii c’est ça, regarde dans l’œuf, c’est une très bonne idée ! Il y a un gros truc visqueux qui bouge mais ne t’inquiète pas ça te fera rien c’est très gentil ! C’est pas comme si vous veniez de vous faire attaquer par deux Aliens y a même pas une heure, ou que tu me connaissais pas du tout, ou que j’avais pas l’air d’un gros psychopathe sorti tout droit d’un film de Shyamalan ! Hé pour un Commandant tu m’as l’air bien con toi dis-donc ! Le Commandant: « Bon les gars, on est sur une lointaine planète inconnue, donc regardez où vous mettez les pieds et surtout, surtout ne sniffez pas les plantes ! Parce-que la dernière fois, le sergent a sniffé une plante, on a eu des problèmes! »). Non vraiment ce sont de menus détails…

17051306231815263615038547

Malgré les premiers retours négatifs que j’ai pu lire, rien ne saurait gâcher mon plaisir ! ALIEN COVENANT fait mieux que PROMETHEUS à tous les niveaux, il propose un retour aux origines à travers la continuité de cette nouvelle trilogie ! Le traitement de David en tant qu’androïde de Weyland Industries est plus profond que tout ce qu’on a pu voir dans ALIEN, les Xénomorphes sont bien foutus, le visuel est tueur et on suit les mésaventures de ce nouvel équipage avec intérêt. Je conçois ses défauts mais il n’effacent pas le travail de Ridley Scott qui du haut de ses 80 ans sait encore faire de bons films. Faites-vous votre propre avis et laissez un commentaire !

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



LOGAN : LA CRITIQUE

LOGAN : LA CRITIQUE dans Cinéma 17030405365015263614889714

L’histoire : Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui. (allocine.fr)

Réalisateur : James Mangold

Acteurs : Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen…

17030405401815263614889717 dans Di VinzAprès un X-MEN ORIGIN : WOLVERINE très critiqué et un WOLVERINE : LE COMBAT DE L’IMMORTEL honnête mais pas franchement transcendant, voici LOGAN réalisé par James Mangold, déjà à l’œuvre sur le second opus centré autour de notre X-Men préféré. Hugh Jackman l’avait annoncé : sa neuvième apparition en tant que James Howlett / Logan / Wolverine sera sa dernière et il tenait à donner le meilleur de lui-même pour ce film. Après toutes ces années, l’acteur n’a jamais été aussi proche de son personnage et LOGAN est certainement la production X-MEN la plus sérieuse jamais réalisée.

Tout d’abord notons que James Mangold a réalisé 3h10 pour YUMA, un western salué par la critique, et qu’il revient à une photographie qu’il connait bien. Les paysages naturels et les couleurs du désert forment un décors maîtrisé pour une histoire qui va s’avérer sale et poussiéreuse.

Logan évolue dans ce décor en tant que chauffeur de Limousine, essayant d’amasser de l’argent pour acheter un bateau et ainsi partir avec Charles Xavier / Le professeur X et leur ami Caliban, le mutant détecteur vu dans X-MEN : APOCALYPSE. Le cerveau de Charles a en effet été classé comme arme de destruction massive après un certain accident et le vieux professeur devient sénile et dangereux pour les autres. Logan s’occupe de lui avec Caliban jusqu’à ce qu’une femme lui demande de conduire une fillette jusqu’à la frontière.

17030405420115263614889718 dans Science-fiction

La fillette, Laura, va s’avérer être une mutante du même type que Wolverine et je ne spoilerai pas plus l’histoire qui peut se résumer par une fuite à travers le désert, sur fond d’histoire personnelle, celle de Logan bien sûr, mais aussi celles de Charles et de Laura. Ce scénario intimiste n’a rien à voir avec ceux des films de super héros conventionnels. Ici, pas de super méchant peinturluré, pas de ville qui explose, de vaisseaux ou d’extra-terrestres envahisseurs, de combats bourré de CGI qui pique les yeux. Non, ici nous avons affaire à une histoire qui s’articule autour de ses personnages, qui s’intéresse à eux et les développe autant que possible. On a bien quelques méchants cyborgs ou un ennemi surprenant qui viendront se mêler à tout ça, mais Logan se rapproche plus d’un road movie que d’un film X-MEN comme on les connait, ce qui de prime abord est un très bon point.

17030405440515263614889719

Mais à trop s’attarder sur ses personnages, le film souffre parfois de quelques longueurs et d’un petit côté répétitif, tantôt soporifique, tantôt trop bruyant. James Mangold ne fait hélas pas preuve d’une grande maestria pour faire ressortir le côté dramatique de certaines scènes qui ne m’ont pas bousculé plus que ça. J’aurais voulu être touché, ému, attristé, mais au final j’ai plus apprécié les scènes de 17030405454915263614889720combat et certains dialogues – bien que minimalistes pour la plupart – que ces longs passages vides mettant un peu trop l’accent sur la sensiblerie. Évidemment ce type de film ne laisse que peu de place à l’humour et le côté sérieux de Logan va prendre le pas sur ses habituelles punchlines grinçantes qui finalement me manqueront.

Reste l’interprétation de Hugh Jackman qui est exceptionnelle. L’acteur change de registre pour honorer son personnage avec un grand respect pour celui-ci. Il est différent de ce qu’on a pu voir dans les précédents films, plus fragile, plus humain. C’est cette forme de fragilité qui crée de l’empathie pour lui, qui nous désole et nous fait espérer le meilleur. Mais ce old Logan là ne sortira que très peu de sa constante faiblesse et cela nous fera plutôt éprouver de la pitié. Pourtant, en constatant une pirouette présente dans le scénario, on en arrive à se dire que Jackman aurait pu incarner Wolverine encore bien longtemps et cela n’aurait pas été pour nous déplaire. L’espoir est toutefois ravivé avec le personnage de Laura, véritable furie à l’écran lorsqu’elle sort les griffes, la très jeune actrice s’en sort très bien grâce notamment à un jeu de regard très expressif. Patrick Stewart n’est pas en reste et joue les vieux en pleine dégénérescence avec brio, Charles devient paradoxalement le personnage le plus touchant du film.

17030405474615263614889721

Loin de toute complaisance présente habituellement dans les productions Marvel, LOGAN n’est pas un blockbuster, c’est un vrai film situé dans l’univers des mutants, qui apporte un soin très particulier à ses personnages. Si Hugh Jackman en Wolverine doit disparaître ainsi, rendons-lui hommage pour ces 17 années de service à l’écran. Il a su rendre ce personnage mythique et il ne pouvait pas y avoir un meilleur film pour terminer. Même chose pour Stewart et le Professeur X. Avec LOGAN, c’est la fin d’une génération d’acteurs de X-MEN (les Hugh Jackman, Patrick Stewart, Ian McKellen, Halle Berry, Famke Janssen, etc.) qui a vu le jour en 2000, la fin de ces personnages qui ont bercé mon adolescence. Merci à eux et bonne chance à ceux qui pensent pouvoir les remplacer. Avec ce que j’ai vu dans X-MMEN : APOCALYPSE, c’est vraiment mal barré…

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



12345