Catégorie

Archive pour la catégorie « Fantastique »

TEST : TOMB RAIDER DEFINITIVE EDITION

TEST : TOMB RAIDER DEFINITIVE EDITION dans Axel 15050108480815263613222885

Tomb Raider… La génération à laquelle j’appartiens a réellement commencé à plonger dans les jeux vidéos avec la Playstation, et son inévitable icône Lara Croft (bien plus emblématique que le génialissime Crash Bandicoot !). Initialement, cette série conçue par Eidos devait être destinée à la Nintendo 64. Mais la politique maison priorisant les vedettes maison a poussé la société japonaise à refuser le jeu, accueilli à bras ouverts par la console de Sony. La suite on la connait ! Véritable icône du jeu vidéo, donnant lieu à 2 films hollywoodiens pas fabuleux, des pubs très sympas de seat, confirmant donc sa forte présence dans l’esprit des gens !

15102307595615263613684885 dans Fantastique

Inspiré des films INDIANA JONES, Tomb Raider met en scène une archéologue charismatique sans peur, n’hésitant pas à braver le danger, dans un environnement immersif très réussi pour l’époque, avec des énigmes à s’arracher les cheveux ! Les clés du succès ont été posées, puis Eidos s’est enlisé, peinant à renouveler sa série. La licence fut rachetée par Crystal Dynamics. Le manque de liquidités poussa Square Enix à mettre le paquet pour s’octroyer la licence, mais en conservant le studio de développement. Arrive alors le renouveau de Tomb Raider, sorti en mars 2013 sur PC, PS3 et Xbox 360. Puis, en janvier 2014, il arrive remasterisé pour accueillir les next gen Ps4 et Xbox one avec un nom à rallonge : Tomb Raider : Definitive Edition. Ce nom à rallonge inclut également tous les DLC. Il met en scène une jeune Lara Croft de 21 ans, qui part pour sa première expédition. C’est donc un nouveau reboot de la licence, ou plutôt LE nouveau reboot. Car au risque d’écrire le reste de ce test pour rien, autant y aller franco : le jeu est très réussi.

15102308012815263613684886 dans Jeu vidéo

Après cette intro bien longue (mais pas suffisamment par rapport au monument qu’est cette licence), nous allons nous concentrer sur ce jeu, sur la Xbox One plus précisément. Et pour ne pas changer, on va attaquer par les graphismes. Clairement, l’ensemble est plutôt bon, la différence se voit par rapport à la 360, ce qui est normal bien entendu. On sent quand même en permanence que c’est un portage, et non un jeu développé pour les nouvelles générations. Mais ça ne gâche pas le plaisir du jeu, car il reste réussi, avec de très beaux effets de lumières, et des textures très réalistes. Mais dans ce renouveau, il y a aussi le character design, et en particulier celui de la belle Lara. Et bien là, on sent la patte Square Enix, notre héroïne ayant bien changé ! Finie la tresse, c’est une queue de cheval ! Mais au-delà de cette nouvelle coiffure, Lara fait clairement plus asiatique et rappelle le style des persos de Final Fantasy, avec des cheveux très aériens, et des yeux étirés. Bon qu’on se rassure, elle reste dans le style caucasien et non asiatique pur et dur ! On parle d’un personnage anglais de base, mais lors des cinématiques, le changement est marquant, sans pour autant être dérangeant. Si la belle conserve son débardeur bleu, elle perd son short et récupère un pantalon. Voilà pour les principaux changements !

15102308024215263613684890

Passons au scénario. Là non plus pour poser de nouvelles bases pour la licence, l’erreur était prohibée ! Notre aventurière fait partie d’une expédition qui cherche à découvrir les vestiges du peuple des Yamatai, sur une des îles du Japon. Seulement, une grosse tempête va éclater le bateau et pousser l’épave sur une mysterieuse île non déserte qui recèle de dangers… Très vite Lara (qui est donc inexpérimentée en survie, il faut le rappeler) se retrouve isolée… Il va falloir se nourrir, et donc chasser, éviter les prédateurs et affronter les ennemis du jour. Les persos secondaires restent très secondaires, peu développés, faisant en fait partie du fil conducteur de l’histoire de Lara. Ce récit très centré reste toutefois très prenant, et l’évolution de Lara se fait de manière progressive, le joueur a donc le temps de voir l’héroïne s’endurcir au fur et à mesure que l’aventure progresse. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Lara prend cher, très cher ! Tous les malheurs s’abattent sur elle, et on peut parfois trouver de la surenchère à certains passages, mais qui enchaîne sur une phase de jeu très immersive !

15102308040815263613684891

Un scénario tel que celui-ci mérite un gameplay digne de ce nom. Et pour la troisième fois en trois points, c’est un nouveau reboot dans le reboot ! Il est clairement plus orienté action qu’auparavant, plus dans la tendance actuelle. Je ne dirais pas qu’il est plus simple, mais plus intuitif. Plusieurs passages en slow motion viennent dynamiser les scènes d’actions, les guns fights sont magistraux et offre parfois des difficultés quand l’absence de stratégie bien visible se fait sentir (comme quand on a fait péter les bidons inflammables trop tôt, ou trop tard). La partie aventure (course, saut, escalade…) est bien gérée également. Le gameplay souffre en fait d’une seule critique : les QTE (quick time event) ils sont plutôt simples car il n’y a qu’une touche à appuyer (le Y ou triangle chez PS), mais au moment où le symbole apparaît il est déjà trop tard, il faut donc anticiper, sans savoir au début sur quelle touche il faut appuyer… Et parfois appuyer trop tôt vous fera perdre ! La seule ombre au tableau, pourtant encore une fois, ces QTE dynamisent l’ensemble !

15102308051015263613684892

Autre point essentiel, indispensable à un bon Tomb Raider, les énigmes ! Bon, autant être clair : si certaines vous demanderont de vous creuser les méninges, elles sont globalement plus simples que ce que l’on a pu connaître, notamment grâce à la touche « instinct de survie », très agréable pour les impatients comme moi, car elle identifiera les éléments du décor avec lesquels on peut interagir. Il nous restera à identifier ceux qui nous seront utiles, et dans quel ordre. Le challenge n’est pas à la hauteur des anciens opus, la majorité des gamers ne cherchant plus le hard level autant qu’avant. Honnêtement, je fais partie de ce type de joueurs, mais j’attendais de Tomb Raider un challenge un peu plus important de ce côté, où on a le temps de se poser, de faire plusieurs essais avant de comprendre enfin l’énigme, puis la résoudre. Bon, l’avantage c’est que j’ai moins pété de câble du coup.

15102308062515263613684893

Ces rares ombres au tableau ne doivent pas entacher le jeu car le plaisir est là, et l’ambiance de jeu retranscrit très bien celles des anciens opus, celle où on avance à petits pas, guettant le moindre danger ! L’ambiance sonore participe également à l’immersion totale dans le jeu, mais représente aussi le défaut majeur du soft : les fx sont très fortes et les voix très basses, si bien qu’il faut vraiment tendre l’oreille pour suivre l’histoire ! Donc un réglage par la case audio s’impose, et on se rend compte que les fx sont indissociables des voix… Dommage, vraiment dommage !

Ce jeu était sorti à 30€ neuf en 2014, puisqu’il s’agissait d’une réédition d’un autre jeu. Il était gratuit le mois dernier sur le Xbox Live, préparant ainsi l’arrivée du second opus, Rise of the Tomb Raider, le 10 novembre 2015. Rappelons qu’il s’agira d’une exclusivité TEMPORAIRE Xbox One, et qu’il sera dispo sur PC au début 2016, puis sur PS4 à la fin de l’année 2016.

Quant à la note de ce reboot ? 18/20 ! Un jeu à se procurer si vous en avez l’occasion, à n’en pas douter ! Écoulé à plus de 8 millions d’exemplaires, le jeu devrait être assez facile à trouver.

- Axel -

Autres jeux vidéo présentés dans la catégorie Jeu Vidéo :

Wing Commander : la saga / Final Fantasy XIII-2 / Alien Isolation / Sword Art Online : Hollow Fragment / Tearaway / Gravity Rush / Dragon Age Inquisition / Teenage Mutant Ninja Turtles : Fall of the Foot Clan / Dragon Ball Z : Shin Budokai / Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins / Star Wars Republic Commando / One Piece Unlimited World Red / The Witcher 3 : Wild Hunt / Ryse Son of Rome / Star Wars Battlefront

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



HELLRAISER

HELLRAISER dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

15092812522615263613615571 dans FlynnClive Barker est un incontournable de l’horreur et du fantastique. Aujourd’hui, qui ne connait pas Hellraiser et ces fameux Cénobites ? Une pièce maitresse de l’œuvre de Barker. Hellraiser raconte l’histoire de Rory et Julia, qui emménagent dans la maison d’enfance de Rory. Cependant, les choses ne vont pas très bien entre Rory et sa femme, Julia. Il y a aussi Frank, le frère de Rory, qui a disparu depuis un long moment. Mais il ne faudra pas longtemps à Julia pour découvrir où se cache Frank…

Barker est un auteur qui possède un énorme talent pour l’écriture, mais aussi pour la réalisation. Il le montre d’ailleurs en adaptant lui-même son récit. Récit qui se montre assez dérangeant, un peu pervers, mais, sans être le meilleur, vraiment bon. Il nous transporte dans une histoire un peu malsaine, mais qui pourtant nous tient en haleine. Et son style est vraiment excellent. Les mots sont simples, mais parfaitement bien choisis pour faire passer les idées qu’il faut et mettre le lecteur dans une situation quelque peu désagréable, mais suffisamment plaisante pour ne pas le perdre.

Malheureusement, c’est beaucoup trop court. C’est le style de récit qui mérite au minimum 300 pages, de manière à développer au maximum le background. Toutefois, et au vu de l’adaptation cinématographique, et des nombreuses séquelles, je pense que Clive Barker avait tout prévu, et que cette nouvelle est là juste pour poser les bases de son scénario avant de passer au cinéma. Je vous conseille de lire Hellraiser, mais de vous tourner aussi vers ses autres romans qui valent réellement le coup d’être lus.

- Flynn -

(Hellraiser est publié aux éditions Folio SF)

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Écosystématique de Fin de Monde / Agent des Ordres / Le Dieu était dans la Lune / Arthaé / Le Code du Chasseur de Primes / L’Aigle de Sang / Les Montagnes Hallucinogènes / La Dernière Terre (T1) : L’Enfant Merehdian /Destination Mars / Chroniques de Karn (T1) : Nereliath / Naturalis /Les Parias d’Engelar / Chroniques de Karn (T2) : Seuls les Dieux /La Saga de Xavi El Valent (T1) : Le Glaive de Justice / Le Roi en Jaune /Le Livre de la Création / Femmes Obscures / Le Cabinet du Docteur Black / Le Lycan Blanc / Zugzwang / Pretty Deadly – tome 1 : L’Écorcheuse / Crueler than Dead / L’Histoire des Jeux Vidéo Polémiques – Volume 2 / Ajin – tome 1 / Skin Trade / Multiple était la Lune

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DOCTEUR JEKYLL ET MISTER HYDE (1912 et 1913)

DOCTEUR JEKYLL ET MISTER HYDE (1912 et 1913) dans Cinéma 13052108214015263611211209

Deux adaptations de Robert Louis Stevenson ce soir et pas des moindres puisqu’il s’agit des deux premières versions cinématographiques de L’ÉTRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE MONSIEUR HYDE paru en janvier 1886.

15090207514215263613550779 dans Fantastique

DOCTOR JEKYLL & MISTER HYDE (1912)

Adapté de la pièce de théâtre de Thomas Russell Sullivan jouée en 1887, cette première adaptation fut mise en œuvre par la Thanhouser Corporation, une firme qui fut active entre 1909 et 1918 et qui produisit ces années-là beaucoup d’adaptations littéraires (ce que l’on appelle vulgairement aujourd’hui du « théâtre filmé »). Son réalisateur Lucius J. Henderson, ancien musicien et acteur, tourna pas moins de 70 courts films durant cette période dont cette version courte des aventures de Jekyll et Hyde.

L’intrigue : Le vieux Dr Jekyll secrètement enfermé dans son laboratoire s’administre une formule chimique de sa création. Il s’effondre sur sa chaise et lorsque la drogue prend effet, il se transforme en bête griffue. Après une utilisation répétée de la formule, un alter-égo de Jekyll émerge à volonté, poussant Jekyll à assassiner le père de sa petite amie…

LE FILM COMPLET AVEC DES CARTONS EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

DOCTOR JEKYLL & MISTER HYDE (1913)

Ce DOCTOR JEKYLL & MISTER HYDE est un court-métrage produit par Carl Laemmle pour son Independent Moving Pictures Co. of America (sorte de firme préliminaire aux Universal Studios) et réalisé par Herbert Brenon qui tournera plus tard certains classiques avec Lon Chaney. Autrement dit, deux grandes figures du cinéma fantastique réunies. Enfin, Henry Jekyll/Mr. Hyde est incarné par King Baggot, une star américaine du début du cinéma muet.

L’intrigue : Les expériences scientifiques du Dr Henry Jekyll révèlent sa face sombre et cachée et libère ses latentes pulsions d’assassin…

LE FILM COMPLET AVEC DES CARTONS EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur / Le Fantôme Invisible /The Monster Walks / Le Mystère du Château Maudit / Ma Femme est une Sorcière / Night Monster / The Undying Monster / Dead Men Walk / Le Soleil Volé / Le Vaisseau Fantôme / La Tour des Sept Bossus / The Return of the Vampire / Carcasse l’Immortel / The Vampire’s Ghost & The Catman of Paris / La Fleur de Pierre / Valley of the Zombies / Le Conte de Cendrillon / Le Petit Cheval Bossu /Macbeth / Le Tour du Monde de Sadko / Le Fils de Dracula / She-Wolf of London

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



ADIEU WES CRAVEN

ADIEU WES CRAVEN dans Cinéma 15083108151715263613545682

C’est un Maître de l’Horreur qui nous a quitté : Wes Craven. Il vient de mourir d’un cancer du cerveau à l’âge de 76 ans… Est-il besoin de rappeler ici qu’on lui doit quelques-uns des plus grands films du genre avec LA DERNIÈRE MAISON SUR LA GAUCHE (1972), LA COLLINE A DES YEUX (1977), LA FERME DE LA TERREUR (1981), LA CRÉATURE DU MARAIS (1982), LES GRIFFES DE LA NUIT (1984), L’AMIE MORTELLE (1986), L’EMPRISE DES TÉNÈBRES (1988), SHOCKER (1989), LE SOUS-SOL DE LA PEUR (1991), SCREAM (1996)…

Encore une fois, après les disparitions de Leonard Nimoy et de Christopher Lee, le cinéma Fantastique est en deuil. C’est une immense perte.

Un grand merci à lui pour son inestimable contribution au genre, et pour nous avoir offert quelques-unes des plus délicieuses sensations de frayeur. Freddy Krueger est orphelin désormais…

- Morbius -



TEST : RYSE SON OF ROME

TEST : RYSE SON OF ROME dans Axel 15050108480815263613222885

C’est en y rejouant hier que je me suis rendu compte qu’il pourrait bien rejoindre la rubrique ! Développé par Crytek (qui en profite pour montrer les capacités de nouveau moteur graphique Cryengine 3), ce beat them all est sorti en exclusivité sur Xbox One, montrant que la console en avait dans le ventre, il sortira quelques trimestres plus tard sur pc.

15082606263215263613533330 dans Fantastique

Comme d’hab, commençons par les graphismes. Éblouissants. Sublimes. Époustouflants. Ahurissants. Exceptionnels. La liste est encore longue ! Crytek montre avec réussite la performance de son moteur graphique qui reproduit à merveille la nature ! Quels qu’ils soient, les environnements sont riches, variés, avec un souci du détail jusqu’ici rarement vu. Cette performance est réalisable pour plusieurs raisons, nous y reviendrons. La transition entre cinématiques et phases de jeu est invisible. Tout y est jusqu’au petit décor sur le fourreau qu’on ne voit quasiment jamais. Des reproches ? Oui il y en a. Les ennemis : il y a 6 visages différents, et donc la sensation de combattre des clones en permanence. Ça fait tache dans le reste, c’est dommage ! Il faut s’y faire pour pleinement en profiter, mais finalement en regardant le reste, on a tendance à oublier parce qu’on remarque le reflet du détail d’un détail. Pour résumer, ce jeu était le plus beau jeu jamais sorti sur console (The Order 1886 sur PS4 cette année fait mieux, notamment au niveau des visages qui semblent plus vivants).

15082606263515263613533331 dans Jeu vidéo

Passons à l’histoire. C’est incroyablement original, puisqu’on incarne Marius Titus, fraîchement promu légionnaire romain, qui voit sa famille massacrée par des barbares. Il n’aura aucun autre désir que la vengeance, et oh surprise il tombe sur un complot de grande ampleur qu’il va devoir déjouer. Ah ! C’est profond et recherché hein ! Vous « visiterez » Rome, la Bretagne luxuriante (oui monsieur, même si difficile à croire, les décors sont tellement beaux qu’on s’en fout et qu’on admire), la Bretagne profonde, la Bretagne gadoue (bien plus crédible et toute aussi bien faite). Chaque décor est en gros un chapitre du jeu.

En constatant qu’il est inutile d’insister sur l’histoire passons au gameplay qui dispose de bonnes choses, d’autres moins bonnes. Le premier hic est dû au type beat them all. La richesse des décors nous donne envie d’explorer, hors il est impossible de quitter le chemin prédéfini par le jeu. Cette sensation de couloir est omniprésente et rien n’est fait pour qu’on l’oublie, jusqu’à créer des incohérences : vous pouvez escalader un mur de plusieurs mètres de haut puisque c’est le chemin, mais impossible d’enjamber une pauvre barricade en bois de 50 cm de haut. C’est assez frustrant mais c’est aussi cette méthode qui permet de faire un décor aussi riche et varié (le fameux The Order 1886 utilise la même méthode) !

15082606263915263613533332

Le gameplay ne suit ni la tendance Dynasty Warriors (des zones avec un nombre d’ennemis à buter pour pouvoir continuer d’avancer) ni God of War et ses combos bien bourrins. Il est beaucoup moins nerveux que ce dernier, et base sa technicité dans le rythme. Il ne faut pas bourriner la touche de frappe, mais appuyer au bon moment pour avoir droit à la mention coup parfait, et placer des coups de boucliers pour éviter de voir l’adversaire esquiver. C’est plutôt original et bien foutu, qui rentre dans la doctrine « facile à apprendre, mais difficile à maîtriser ». Vous aurez une touche pour un coup d’épée (x), une pour un coup de bouclier , qui donneront des coups plus puissants en appuyant longtemps, une touche protection (a) et une esquive (b) pour eviter les coups puissants. En appuyant sur a au bon moment il est possible de parer ces derniers et de ce fait de punir méchant son adversaire. La partie bourrin du gameplay vient de la rage : en appuyant sur rb, vous immobilisez vos ennemis, pour les massacrer sans pitié ! Pour achever vos adversaires vous pouvez déclencher des exécutions.

15082606264115263613533333

Après un certain nombre de coups, un symbole s’affiche au dessus de la victime, il faudra alors appuyer sur la gachette de droite qui declenchera un QTE (quick time event) et un zoom sur vous et votre adversaire qui s’entourera d’un halo de la couleur de la touche à appuyer. Votre temps de réaction définira le grade de l’exécution, mais si vous n’appuyez pas, l’exécution se fera quand même ! Ça peut paraître étrange si on compare à God of War et ses QTE sur les boss, que vous devez recommencer si vous échouez, sur Ryse vous pouvez exécuter tous les ennemis, autant que vous avez d’autres chats à fouetter que celui ci ! L’intérêt de ces exécutions est purement visuelle : c’est le côté « 300″ du jeu ! Ça se passe au ralenti, vous appuyez sur la touche, le coup a vitesse « réelle » puis re-ralenti avant le coup suivant, le tout dans des cinématiques de toute beauté à débloquer au fur et à mesure. Encore une fois tous les détails y sont : l’os si vous découpez un membre, le regard effrayé du barbare, la grimace de l’effort, tout comme celle de la douleur ! Jouissif ! Et répétitif bien sûr, mais trop jouissif pour en tenir rigueur !

15082606305415263613533365

Comme tout beat them all qui se respecte, comptez 6 heures pour boucler la campagne. Ensuite direction le multi où vous êtes un gladiateur qui améliore son équipement au fur et à mesure, tout se joue dans le Colisée de Rome : mode arène : coopératif, une mini histoire comme brûler tel truc, tenir telle zone…

Mode solo : comme l’arène mais vous êtes seuls face à l’IA.

Mode survie : coopératif où le but du jeu est de tenir le plus longtemps possible face à des hordes de barbares en sachant que votre santé se consomme au fur et à mesure, que votre santé se régénère en tuant.

Vous l’aurez compris pas de players vs players, le gameplay ne s’y prêtant pas du tout ! J’ai beaucoup aimé le mode survie avec des heures de jeu à mon actif !

15082606340015263613533367

Ce jeu possède des atouts énormes proportionnels à ses défauts. Le gameplay peut paraître par exemple simpliste avec son absence de combos ! Mais au final, l’expérience de jeu s’avère plutôt bonne, car il montre qu’un pas a été franchi entre les deux générations de consoles, quand on trouvait les derniers jeux de PS3/360 très aboutis ! Aujourd’hui encore, ce jeu reste dans l’élite graphique des jeux consoles, et se vend pour rien du tout justifiant ainsi totalement l’achat (de mon point de vue !).

Si je m’écoutais il prendrait un 18/20, mais le 15/20 serait bien plus objectif !

- Axel -

Autres jeux vidéo présentés dans la catégorie Jeu Vidéo :

Wing Commander : la saga / Final Fantasy XIII-2 / Alien Isolation / Sword Art Online : Hollow Fragment / Tearaway / Gravity Rush / Dragon Age Inquisition / Teenage Mutant Ninja Turtles : Fall of the Foot Clan / Dragon Ball Z : Shin Budokai / Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins / Star Wars Republic Commando / One Piece Unlimited World Red / The Witcher 3 : Wild Hunt

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : THE BEACH GIRLS AND THE MONSTER (1965)

DRIVE-IN : THE BEACH GIRLS AND THE MONSTER (1965) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

15081506033415263613509890 dans Drive-in

THE BEACH GIRLS AND THE MONSTER
Année : 1965
Réalisateur : John Hall
Scénario : Joan Gardner
Production : Edward Janis (U.S. Films)
Musique : Frank Sinatra Jr. & Chuck Sagle
Pays : États-Unis
Durée : 70 min
Interprètes : John Hall, Sue Casey, Arenold Lessing, Elaine DuPont, Walker Edmiston…

15081506034715263613509892 dans Fantastique

Sorti aux États-Unis en septembre 1965, THE BEACH GIRLS AND THE MONSTER de Jon Hall est un « Beach party film », c’est-à-dire, un teen-movie musical dont l’action se déroule sur des plages californiennes et incluant souvent des scènes de danses et de surf (quoique le “surf-film” est aussi un sous-genre à part entière). Vous trouverez généralement les mots “Beach”, “Bikini”, “Surf” ou “Muscle” dans les titres de ces séries B. Et parfois du Fantastique comme THE GHOST IN THE INVISIBLE BIKINI (1966) et quelques autres. La musique des Beach Boys et certains films d’Elvis Presley situés à Hawaï en sont aussi des dérivés. Les “Beach party films” sont à ne pas confondre avec les “Nudies” ou films de naturistes, et c’est par conséquent le mot “Bikini” et l’âge des comédiennes qui fait la différence…

L’intrigue : Des surfers sont brutalement assassinés. Le coupable est un monstre marin ou un parent jaloux des adolescents ?

15081506034215263613509891 dans Trapard

Autrement dit : AMSTERDAMNED (1988) vingt-trois ans plus tôt et en moins bon. Quoique, pour qui aime les ambiances familiales, teens & jazzy des Sixties, THE BEACH GIRLS AND THE MONSTER est un vrai régal. Et quoi qu’aussi, le film est nettement trop bavard si on s’attend à de régulières attaques de cette ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR en caoutchouc mou et qui fait des plis. Mais ça reste une bonne curiosité pour les cinéphiles explorateurs. Et autant profiter que YouTube le propose en version complète pour se faire son idée.

- Trapard -

THE BEACH GIRLS AND THE MONSTER en entier et en V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie / Le Baron de la Terreur & Le Miroir de la Sorcière / Ataragon / The Incredibly Strange Creatures who Stopped Living and Became Mixed-Up Zombies

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES… (1964)

DRIVE-IN : THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES... (1964) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

15080808123215263613493542 dans Drive-in

THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES WHO STOPPED LIVING AND BECAME MIXED-UP ZOMBIES
Année : 1964
Réalisateur : Ray Dennis Steckler
Scénario : Gene Pollock & Robert Silliphant
Production : Ray Dennis Steckler
Musique : André Brummer & Libby Quinn
Pays : États-Unis
Durée : 92 min
Interprètes : Cash Flagg, Carolyn Brandt, Brett O’Hara, Atlas King…

15080808123515263613493546 dans Fantastique

Avec un tel titre, je me frotte d’ores et déjà les mains avec un large sourire en imaginant Morbius tentant de lui trouver une place dans l’encadrement de son blog. En parcourant Wikipédia, j’ai d’ailleurs trouvé quelques indications au sujet du titre improbable de ce petit film indépendant et culte de Ray Dennis Steckler :

« Son titre en fait, à sa sortie, le second titre de film d’horreur le plus long après THE SAGA OF THE VIKING WOMEN AND THEIR VOYAGE TO THE WATERS OF THE GREAT SEA SERPENT (1957) de Roger Corman. Le film ne devait, à l’origine, pas porter ce titre. Selon les dires du réalisateur, il devait être nommé THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES, ou WHY I STOPPED LIVING AND BECAME A MIXED-UP ZOMBIE ; le titre a été changé suite à la réalisation du film de Stanley Kubrick, DOCTEUR FOLAMOUR, dont le titre original est DR. STRANGELOVE : OR HOW I LEARNED TO STOP WORRYING AND LOVE THE BOMB, afin d’éviter tout risque de bataille judiciaire. »

L’intrigue : « Madame Estrella, diseuse de bonne aventure gitane pratiquant son art au sein d’une fête foraine, a la bizarre manie de défigurer des hommes à l’acide (souvent ses anciens amants), avant de les enfermer dans une espèce de réduit où ils deviennent rapidement cinglés. Par ailleurs, dans un cabaret local, la danseuse vedette, Marge, a de gros problèmes d’alcoolisme qui risquent de lui faire perdre son travail. Lorsqu’elle va consulter la voyante, cette dernière lui tire les cartes et lui annonce qu’il va lui arriver quelque chose de terrible… » (Horreur.net)

15080808123915263613493549 dans Trapard

Vendu comme étant le premier film musical de monstres, THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES est avant tout un film complètement déjanté et mi-baroque, mi-bad-trip sous hallucinogènes. Un style que le brésilien José Mojica Marins utilisera à outrance en ces débuts de 60′s, mais en noir et blanc. Parallèlement, Herschell Gordon Lewis, lui, préférera faire jaillir le rouge cramoisi dans les scènes cannibalo-culinaires de BLOOD FEAST (1963) et de 2000 MANIACS (1964). Ray Dennis Steckler utilise plutôt des cadrages surprenants et tordus, et des grands angles pour simuler des impressions étranges et la folie dans THE INCREDIBLY STRANGE CREATURES. Un petit classique qui donne le mal de l’air et à découvrir si ce n’est pas déjà le cas.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie / Le Baron de la Terreur & Le Miroir de la Sorcière / Ataragon

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



SKIN TRADE

SKIN TRADE dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

15080410543515263613486614 dans FlynnNous connaissons tous George RR Martin pour sa fabuleuse saga du Trône de Fer arrivée chez nous en 1998 et qui est actuellement en cours de parution. Mais avant ça, George RR Martin c’était aussi des nouvelles et des recueils, des romans divers, etc. Parmi tous ces écrits composant l’œuvre de l’auteur on trouve une petite nouvelle d’environ 170 pages du nom de Skin Trade. Paru en 1988 dans un recueil de l’éditeur Dark Harvest, celle-ci avait remporté le prix World Fantasy du meilleur roman court 1989. Et à la lecture, cela se comprend parfaitement !

Skin Trade c’est l’histoire de Randi Wade, détective privé et de son ami, Willie, agent de recouvrement qui, alors qu’une série de meurtres s’abat sur la ville dans laquelle ils habitent, se retrouvent plus ou moins forcés d’enquêter sur ces affaires. Affaires qui rappellent à Randi le meurtre de son père policier, causé par un « animal sauvage ». Mais ici, le tueur, en plus de tuer ses victimes, leur vole leur peau. Une affaire qui va mener les deux amis à des découvertes plutôt surprenantes…

Le texte est captivant dès la première ligne, notamment grâce à l’aspect particulièrement mystérieux qu’impose Martin directement, plongeant quelque peu le lecteur dans l’incompréhension. Avec ça, c’est une ambiance sombre et une atmosphère assez glauque qui viennent s’ajouter au récit et qui seront développées tout au long du texte. Si on connaissait Martin pour son talent à mener une énorme saga dans un registre orienté médiéval et fantasy, on s’aperçoit ici qu’il est aussi très talentueux pour pondre un court polar noir saupoudré de fantastique. Skin Trade est d’une grande qualité, même s’il n’est pas exempt de défauts, avec quelques longueurs, descriptions inutiles et passages confus, il parvient à mener, de bout en bout, son récit pour tenir le lecteur en haleine tout en réussissant à le surprendre malgré une part de prévisibilité.

On se laisse vraiment surprendre par le dénouement et les révélations même si on s’y attendait depuis le début. D’ailleurs les personnages forts et attachants, l’humour et le langage décapant, ainsi que la touche d’originalité qu’apporte George RR Martin aux récits fantastiques y sont certainement pour beaucoup dans la réussite de cette histoire. En dire plus serait vous gâcher le plaisir de la découvrir, mais franchement, le polar fantastique version Martin est un pur délice.

Il va à l’essentiel, même si parfois c’est un peu trop à l’essentiel, certaines pistes auraient mérité d’être un peu plus développées, mais que dire, c’est bien écrit, rythmé, intrigant, donc forcément passionnant. Et bien évidemment, ce ne serait pas du Martin s’il n’y avait pas un peu de gore, de sang et quelques allusions sexuelles !

- Flynn -

(Skin Trade est publié aux éditions J’ai Lu)

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Écosystématique de Fin de Monde / Agent des Ordres / Le Dieu était dans la Lune / Arthaé / Le Code du Chasseur de Primes / L’Aigle de Sang / Les Montagnes Hallucinogènes / La Dernière Terre (T1) : L’Enfant Merehdian /Destination Mars / Chroniques de Karn (T1) : Nereliath / Naturalis /Les Parias d’Engelar / Chroniques de Karn (T2) : Seuls les Dieux /La Saga de Xavi El Valent (T1) : Le Glaive de Justice / Le Roi en Jaune /Le Livre de la Création / Femmes Obscures / Le Cabinet du Docteur Black / Le Lycan Blanc / Zugzwang / Pretty Deadly – tome 1 : L’Écorcheuse / Crueler than Dead / L’Histoire des Jeux Vidéo Polémiques – Volume 2 / Ajin – tome 1

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



DRIVE-IN : LE BARON DE LA TERREUR (1962) et LE MIROIR DE LA SORCIÈRE (1962)

DRIVE-IN : LE BARON DE LA TERREUR (1962) et LE MIROIR DE LA SORCIÈRE (1962) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

15072508214315263613467658 dans Drive-in

LE BARON DE LA TERREUR (El Barón del Terror)
Année : 1962
Réalisateur : Chano Urueta
Scénario : Federico Curiel & Adolfo López Portillo
Production : Abel Salazar
Musique : Gustavo César Carrión
Pays : Mexique
Durée : 77 min
Interprètes : Abel Salazar, Ariadna Welter, David Silva, Germán Robles…

LE BARON DE LA TERREUR (1962, El barón del terror) est un petit classique de l’épouvante gothique mexicain réalisé par Chano Urueta. Moins connu que son comparse René Cardonna plutôt spécialisé dans le cinéma de « Lucha Libre » (films de lutteurs) à tendances fantastiques, Urueta n’en reste pas moins le tâcheron méticuleux d’un grand nombre de classiques mexicains comme LA SORCIÈRE (1954, La Bruja), LE MIROIR DE LA SORCIÈRE (1962, El Espejo de la Bruja), LA TÊTE VIVANTE (1963, La Cabeza Viviente), ainsi que certaines des premières aventures du lutteur masqué Blue Demon.

15072508214815263613467659 dans Fantastique

Tout comme les réalisateurs René Cardonna et Federico Curiel qui interprètent certains rôles dans LE BARON DE LA TERREUR, Chano Urueta est lui-même un touche à tout et comédien, notamment dans les grands films de Sam Peckinpah tournés au Mexique. LE BARON DE LA TERREUR (aka BRAINIAC en anglais) est un film gothique qui se laisse d’abord influencer par la vague lancée par LE MASQUE DU DÉMON (1960, La Maschera del Demonio) de Mario Bava et quelques productions anglaises de la Hammer Films. Mais son déroulement s’inscrit plutôt vers le « film de monstre » dont la créature au masque de démon ébouriffé est assez culte en soi et aura peut-être un jour le mérite d’être classé parmi les « Monstres Sacrés » de ce blog.

L’intrigue : En 1661 au Mexique, le baron Vitelius d’Estera, accusé de sorcellerie et de nécromancie, est condamné à être enterré vivant par le tribunal de l’Inquisition. Alors que son tombeau se referme, le baron jure d’exercer sa vengeance sur les descendants des inquisiteurs. Plus de 300 ans plus tard, une comète, qui était passée lors de l’exécution du baron, éclaire à nouveau le ciel mexicain. C’est alors que le baron revient d’entre les morts sous la forme d’une horrible créature, qui s’attaque aux descendants des inquisiteurs…

À noter l’incontournable présence d’Abel Salazar, belle gueule du cinéma d’épouvante mexicain de la fin des 50′s et du début des 60′s comme LE VAMPIRE (1957, El Vampiro), LE CERCUEIL DU VAMPIRE (1958, El Ataúd del Vampiro), L’HOMME ET LE MONSTRE (1959, El Hombre y el Monstruo), LA TÊTE VIVANTE (1963) ou encore LA MALDICIóN DE LA LLORONA (1963).

Image de prévisualisation YouTube

13051809153815263611200263 dans Trapard

15072508270415263613467665

LE MIROIR DE LA SORCIÈRE  (El Espejo de la Bruja)
Année : 1962
Réalisateur : Chano Urueta
Scénario : Alfredo Ruanova
Production : Abel Salazar
Musique : Gustavo César Carrión
Pays : Mexique
Durée : 75 min
Interprètes : Dina de Marco, Rosa Arenas, Armando Calvo…

Autre petit classique du cinéma gothique de Chano Urueta inspiré du MASQUE DU DÉMON (1960) : LE MIROIR DE LA SORCIÈRE (1962, El espejo de la bruja). Sorcellerie, satanisme, cimetières et ambiances brumeuses sont au rendez-vous pour les fans du genre.

15072508270815263613467666

L’intrigue : XIXème siècle, dans une sombre demeure, face à un miroir magique, la sorcière Sara met en garde Elena, sa nièce, contre son époux le docteur Eduardo. Mais il est trop tard : Elena meurt empoisonnée, laissant la place à Deborah la nouvelle femme d’Eduardo. Malheureusement, le bonheur de cette dernière est de courte durée. Voulant faire disparaître le fantôme d’Elena, Eduardo lance une lampe à pétrole et les flammes brûlent Deborah. Pour redonner un visage humain à sa femme, il vole des cadavres pour effectuer des greffes… Mais Sara, la vindicative sorcière, en profite et remplace une des mains de Déborah par celle d’Elena…

Une série B particulièrement envoutante qui n’a rien à envier à bon nombre de grands films gothiques italiens, voire même anglais des Sixties comme LA CITÉ DES MORTS (1960, The City of the Dead), malgré son image en noir et blanc peu contrastée.

Image de prévisualisation YouTube

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror /This is not a Test / Le Monstre vient de la Mer / La Cité  sous la Mer / The Beast of Hollow Mountain / Le Labyrinthe / L’Île Inconnue / Bride of the Gorilla /Lost Continent / La Légion du Désert / The Astro-Zombies / El Extraño Caso del Hombre y la Bestia / Le Renne Blanc & La Résurrection de la Sorcière /The Vampire & The Return of Dracula / Le Lac de la Mort / Teenage Caveman / Drive-in spécial Mars /Dans les Griffes du Vampire /The Monster of Piedras Blancas / La Tête Vivante / Destination Planète Hydra / Incubus / Les Monstres de l’Apocalypse / The Golden Bat / The Flying Saucer / Unknown World / Four Sided Triangle / X The Unknown / Les Enfants de l’Espace / The Crawling Eye & The Strange World of Planet X /  The Wasp Woman, The Hideous Sun Demon & The Alligator People / L’Île du Sadique / Les Yeux de l’Enfer / Le Monde, la Chair et le Diable / Le Jour où la Terre prit Feu / Frankenstein meets the Space Monster / Billy the Kid vs Dracula /Red Planet Mars / La trilogie de l’OSI / The Werewolf / Les Créatures de Kolos /Target Earth / Space Master X-7 / La Femme Nue et Satan / Le Cri de la Mort /L’Homme et le Monstre / Teenage Zombies / La trilogie des mutants / Blood of the Zombie

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN



CITATION CÉLÈBRE : LE CABINET DU DOCTEUR BLACK

CITATION CÉLÈBRE : LE CABINET DU DOCTEUR BLACK dans Citation célèbre 15072301015815263613464058« Lorsque la mort arrive, la vie qui est au plus profond de vous sait que c’est votre destin. Elle griffe et se contorsionne avec une férocité sans égale. Puis, un court instant, la douleur disparaît et le son de la mort se fait entendre. Elle vous parcourt doucement, comme si de l’eau avait été suspendue dans l’air. Le son de sa voix vous salue d’une révérence, avec la neutralité d’un diplomate, afin que vous soyez apaisé par son sens et calmé par sa présence. »

(Le Cabinet du Docteur Black / E. B. Hudspeth)



1...34567...51