Catégorie

Archive pour la catégorie « Fantastique »

Dictionnaire altaïrien : C comme… Carpenter John !

lettrec.gifConan ?… Cylon ?… Clarke C. Arthur ?… Cosmos 1999 ?… Coruscant ?… C3-PO ?… Plutôt Carpenter John ! Je ne suis pas un adepte du cinéma d’horreur, même si je l’apprécie malgré tout, mais s’il y avait un seul nom que je devais retenir de ce genre cinématographique je pense que ce serait sans hésitation celui de John Carpenter (avec Dario Argento, oui, quand même !). Réalisateur, acteur, scénariste, monteur, compositeur et producteur, John Carpenter est l’auteur de Halloween, La Nuit des Masques (et de son thème musical si célèbre), Fog (un film qui m’a cloué sur mon fauteuil !), New York 1997 (de la SF qui percute !), The Thing (quel film !), Prince des Ténèbres, Christine, Starman, Les Aventures de Jack Burton, Vampires, Ghosts of Mars, Invasion Los Angeles, et j’arrête là ! Génie du genre, Maître incontesté de l’Horreur, il n’y a pas beaucoup de cinéastes aujourd’hui qui peuvent prétendre posséder son talent et son intelligence. Chaque nouveau film de l’homme est accueilli comme un événement et devient généralement un classique. Carpenter a néanmoins connu une période un peu moins inspirée, celle où les grosses pointures d’Hollywood lui ont proposé des budgets conséquents pour des films d’ampleur (Les Aventures d’un Homme Invisible, Le Village des Damnés…). Il est évident que notre cinéaste s’avère bien plus efficace et bien plus à l’aise dans son domaine privilégié, la série B, que dans celle des superproductions.

johncarpenter.jpg

Pour en savoir plus :

http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Carpenter



Transformers et tronçonneuses en papier !

 paper.jpg  paper2.jpg

Que tous les fans de la série de dessins animés Transformers (non les films) se réjouissent : voilà Paper Robots, un petit site bien sympathique, qui leur propose les réalisations papier de leurs personnages favoris ! emoticone A voir les photos et les plans, le montage paraît relativement simple avec à l’arrivée un résultat très original. emoticone On y trouve également Ash, oui, le héros des Evil Dead de Sam Raimi, mais aussi Spiderman et d’autres créations purement fantastiques ! Alors pourquoi se priver ? emoticone L’adresse : http://www.paperrobots1999.com/models.html

paper3.jpg  paper4.jpg



Nouvelles versions de V et du Prisonnier

Nouvelles versions de V et du Prisonnier dans Fantastique 14012708415615263611933240

Deux des plus célèbres séries TV de tous les temps, V et Le Prisonnier, viennent d’avoir droit à leur remake version années 2000. Pour le meilleur ou pour le pire ? Visiblement pour le pire d’après les premiers échos du net recueillis sur les divers forums de SF et de fantastique. Les fans crient déjà au scandale !

On ne présente plus V, série culte des années 1980, où des extraterrestres reptiliens ayant revêtu une apparence humaine venaient sur terre en « amis ». En fait, ces « amis » révèleront bientôt leur véritable plan… Divisée en deux parties, la première minisérie de V présentait des épisodes de 100 minutes chacun. La seconde minisérie s’intitulera V : La Bataille Finale. Sorte de transcription moderne de la résistance contre le nazisme, V obtiendra à l’époque un franc succès, amplement mérité. Les acteurs principaux étaient Marc Singer, Faye Grant, Jane Badler, Robert Englund et Michael Ironside. Que nous réserve le nouveau V, mis à part des effets spéciaux numériques et un nouveau look pour nos si sympathiques E.T. reptiliens ? Nous devrions le voir bientôt… En attendant, pour les nostalgiques, le générique de l’ancien V et, pour les nouvelles générations, la bande-annonce (tout de même bien alléchante !) du nouveau V !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Autre série culte qui a droit à son « lifting » : Le Prisonnier. Née dans les années 1960, la série tournée en 17 épisode de 45 minutes, avec Patrick McGoohan dans le rôle titre, racontait l’histoire d’un agent secret britannique qui, ayant démissionné, se retrouvait du jour au lendemain dans un étrange village. Affublé d’un numéro, le 6, il découvrait un monde où chaque personne était numéroté. Tentant à plusieurs reprises de s’en échapper, il était sans cesse poursuivi par une énorme boule blanche et ramené à la case départ… La nouvelle série, avec Ian McKellen (Gandalf) dans le rôle du Numéro 2 et Jim Caviezel dans celui du Numéro 6, atteindra-t-elle le niveau de qualité exemplaire de la prestigieuse série TV des années 1960 ?… J’en doute fort… Mais nous le verrons très bientôt sur Canal Plus ! En attendant, et une fois de plus pour les nostalgiques, voici le célèbre générique du Prisonnier, puis la bande-annonce de sa nouvelle version (la musique est moche, le village ne ressemble plus à rien et l’acteur principal semble être le parfait mauvais choix…).

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube



Le cinéma Fantastique français existe-t-il ?…

cin.jpg 

J’avais écrit cet article il y a fort longtemps, en 1997, pour « Futur Immédiat », un journal gratuit qui n’a jamais dépassé le stade de projet. Comme je vois, effaré, qu’en 2010 les temps ont à peine changé, je me permets de le modifier légèrement et de le publier… Et s’il peut en faire bondir ou réagir certains, alors tant mieux !

A l’heure des sempiternels blockbusters américains de science-fiction et de fantastique, on est en droit de se demander : mais que font les Français ? Vont-ils enfin se décider à réaliser des films appartenant à l’imaginaire ?…

cin7.jpg

Nous sommes en 1997… pardon, en 2010, est-ce pour autant que notre doux pays s’investit dans le film de SF ou de fantastique ? Non. A l’ère de l’ordinateur-roi, du numérique bon marché, la France demeure complètement réfractaire au space-opera, à l’heroic-fantasy, au merveilleux, à tous ces genres qui lui paraissent sans doute encore trop « sous-genres » et donc loin de ses préoccupation d’un cinéma figé, lequel se borne à évoluer uniquement dans les domaines du policier, de la comédie, du drame psychologique et autres registres à des années lumière du rêve. Certains vont déjà brandir leur Planète Sauvage, Bunker Palace Hotel, Delicatessen, La Cité des Enfants Perdus, La Machine, etc. Mais peut-on franchement parler de « cinémaginaire » ici tant ces oeuvres, non dénuées parfois d’une certaine poésie, il est vrai, font preuve d’un pessimisme et d’une noirceur typiquement de chez nous ! Souvent ancrés dans des dialogues interminables qui compriment l’action  à sa plus simple expression, ces films fantastiques « nouvelle génération » engendrent vite l’ennui et le désintéressement.

cin8.jpg

Le défaut inhérent à l’ensemble de la production française, s’il y a « production » (ce n’est pas à un rythme de deux à trois films fantastiques français par an, et encore lorsque c’est le cas, que l’on peut réellement parler de production !) se caractérise par une intellectualisation permanente des sujets traités. On ne peut pas s’empêcher de faire réfléchir le spectateur, ou de donner l’impression qu’on le fait réfléchir, sinon rien ne va plus, c’est forcément mauvais comme toutes ces grosses pointures hollywoodiennes qu’on montre du doigt avec un air de dégoût, Independence Day étant bien sûr devenu le symbole de ce qui se fait de pire dans le genre ! Le cinéma fantastique français, s’il en existe un, à besoin de se montrer au-dessus de tout ça, plus intelligent, plus beau, plus raffiné, en un mot : plus « racé ». C’est vrai, nous sommes « l’exception culturelle »… Et dire que nous avons été les premiers dans l’histoire du septième art à réaliser un film de science-fiction avec Le Voyage dans la Lune, de Méliès, ou que nous sommes les parents de chefs-d’oeuvre tels que La Belle et la Bête, de Jean Cocteau, et Les Yeux Sans Visage, de Georges Franju !

cin2.bmp

Malheureusement pour nous, dès les années 1940 nos réalisateurs l’ont compris : la France n’est pas un pays ouvert au cinéma fantastique. C’est ainsi que Jacques Tourneur a préféré mettre en scène ses oeuvres en terre étrangère… les Etats-Unis, of course. Avec La Féline (Cat People / 1942), Vaudou (I Walked with a Zombie / 1942), Rendez-vous avec la Peur (Curse of the Demon / 1957) et tant d’autres merveilles, il a su prouver, plus que quiconque, ce qu’un Français était capable de faire si on lui laissait sa chance. Et Besson dans tout ça ? me direz-vous. Besson n’a finalement réalisé en tout et pour tout que son Cinquième Elément et ses deux Minimoys, en anglais, avec des acteurs américains, films tournés en Amérique, et avec plus ou moins de capitaux français et/ou européens. C’est mieux que rien, certes, mais on aimerait peut-être le voir plus productif car il prend de la bedaine, le bougre, à force de ne rien faire ! Et on aimerait surtout le voir tourner des films fantastiques en France avec des acteurs français et en français !

cin5.jpg

Oui, les Français pourraient se montrer certainement aussi bons que les Américains si on leur en offrait enfin la chance ! Nul n’affirme qu’il faille obligatoirement prendre modèle sur les productions hollywoodiennes actuelles pour devenir efficace. Le cinéma fantastique et de SF français peut, et doit, s’épanouir de lui-même. Mais pour cela il a besoin de se lancer vraiment, ce qu’il n’a jamais osé faire. L’étiquette même « Film Fantastique » lui déplaît : combien de réalisateurs français ont en effet refusé cette appellation, comme s’il s’agissait d’une tare ! Ils préfèrent la contourner hypocritementen parlant de « comédie », de « thriller » ou autre. Il est vrai que tant que notre cinéma fantastique lui même ne se prendra pas au sérieux, personne ne pourra lui accorder une part de crédibilité… et quand on voit des niaiseries du style La Soupe aux Choux ou Les Anges Gardiens, on comprend… il vaut mieux dans ce cas parler, il est vrai, de « comédie »… En fait, on pourrait dire que les soi-disant films fantastiques nouvelle génération, made in France, se rangent obligatoirement dans deux catégories : soit le « film-à-message-profond-et-impénétrable » ou soit le « filmkiférir ».

cin9.jpg

Tant que nous nous obstinerons à poursuivre sans prendre de risques, sans jamais endosser complètement la panoplie du film fantastique ou de science-fiction, autrement dit tant que nous refuserons de fabriquer de purs produits du genre avec leurs qualités et leurs défauts, nous tournerons en rond. Peut-être qu’un jour enfin les choses changeront. Stargate n’a-t-il pas été produit par des capitaux français ? Alors pourquoi ne réalisons-nous pas de films fantastiques ou de SF en France ? Parce qu’ils n’auront pas de succès à l’étranger ? Où est le problème ? Est-ce que le but est de les faire pour les étrangers ou pour les Français ? Luc Besson a beau réaliser des films aux Etats-Unis, tournés avec des acteurs américains et en anglais : ils ne marchent absolument pas au box-office US (le premier qui me dit que le Cinquième Elément ou les Minimoys ont été des succès aux USA est un gros menteur !).  Par contre, ils font des millions d’entrées en France ! Alors ? Cherchez l’erreur…

- Morbius -



Supernatural, une série à suivre !

Supernatural, une série à suivre ! dans Fantastique 14012708415615263611933240

supernaturallj.jpg

SUPERNATURAL est une série américaine qui a débuté en 2005 et qui compte aujourd’hui cinq saisons (la cinquième vient d’être diffusée aux USA). Elle raconte l’histoire des deux frères Winchester, Dean et Sam, qui parcourent les Etats-Unis à bord de leur vieille Chevrolet pour éliminer les démons, créatures et autres entités maléfiques. Ce sont des « chasseurs », tout comme leur mère l’était avant d’avoir été tuée par un démon.

Alors que je ne m’attendais pas du tout à être un accroc de cette série, pensant tout simplement qu’elle n’en serait qu’une de plus à jeter à la poubelle des monstres démoniaques, j’avoue y prendre mon pied régulièrement avec sa diffusion sur TF6 (également sur M6) ! Si au départ on pouvait craindre que SUPERNATURAL se mette à tourner en rond au bout d’une saison, après avoir épuisé tout son stock de vampires, loups-garous, spectres et compagnie, pas du tout ! L’histoire des frères Winchester va bien au-delà, faisant intervenir toutes sortes de personnages clé, bons ou mauvais, sans compter les origines et le destin de nos héros peu à peu dévoilés.

Sam et Dean sont respectivement incarnés par Jared Padalecki et Jensen Ackles, deux acteurs à qui le rôle va comme un gant et qui semblent réellement de vrais frangins dans la vie ! Leur chasse continuelle, parfois stressante et franchement gore, est souvent dédramatisée par un humour bienvenu. Quelques épisodes sont d’ailleurs soit des parodies de la série elle-même ou des hommages à des réalisateurs ou à des classiques tels que DRACULA, LE LOUP-GAROU, LA MOMIE… En outre, on a droit à énormément de références et de clins d’oeil à STAR WARS, X-FILES et d’autres séries ou films connus. C’est vraiment l’une des très rares séries que j’apprécie énormément actuellement avec LOST, BATTLESTAR GALACTICA et DOCTOR WHO. On y passe de très bons moments à se faire quelques frayeurs !

Visiblement, même le créateur de la série, Eric Kripke, ne s’attendait pas à un tel succès, ayant prévu d’arrêter SUPERNATURAL à sa cinquième saison. Finalement l’aventure devrait continuer avec une sixième saison mais sans lui cette fois (est-ce rassurant ?…).

Des liens pour en savoir plus sur SUPERNATURAL (mais attention aux spoilers !) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Supernatural

http://supernatural.hypnoweb.net/

http://www.unificationfrance.com/spip.php?rubrique50

Les coffrets DVD des saisons 1 à 4 sont disponibles en zone 2.

supernatural2.jpg



Musiques de films

bo2.jpg  bo.jpg

Pour tous les collectionneurs, comme moi, de musiques de films fantastiques et de science-fiction, il s’avère souvent très difficile de trouver des titres anciens car ils ont soit carrément disparu de la distribution ou soit ils sont disponibles en très petite quantité, mais où ? Pour vous faciliter la tâche, voilà une excellente adresse américaine de vente en ligne, Buysoundtrax, où l’on trouve de véritables pièces de collection très rares, rééditées spécialement (en tirages limités), tels que, par exemple, Star Crash (1978), King Kong (1976), Le Choc des Titans (1980), Le Jour où la Terre s’arrêta (1951), Cosmos 1999 (1975)… Un vrai bonheur pour tous les fous de B.O. ! Le service est sérieux, les délais sont corrects et les CD sont protégés dans des enveloppes spéciales. Que demander de plus ?

L’adresse : http://www.buysoundtrax.com/index.html

bo3.jpg  bo4.jpg



L’Imaginaire au ciné pour 2010

choc8.jpg 

Que nous réserve l’année 2010 en matière de cinéma fantastique et de science-fiction ?…

Pas mal de petits événements nous attendent parmi les blockbusters, à commencer par la suite de Tron (et non le reboot très à la mode actuellement !) dont j’ai déjà parlé ; Wolfman, nouvelle version du classique Le Loup-Garou et qui semble d’après les premières images s’annoncer comme une véritable réussite ; Iron Man 2, il fallait s’y attendre vu l’ampleur du succès du premier ; Prince of Persia, encore un jeu adapté au cinoche… (là encore les images paraissent alléchantes, reste à voir le film !) ; Twilight 3, ça c’est pour les ados, je passe ; Le Monde de Narnia Chapitre 3, largué par Disney mais sauvé par la Fox si je ne m’abuse, tant mieux ; Harry Potter et les Reliques de la Mort, qui devrait bien sûr être encore plus sombre que le précédent, à tel point que je ne sais même pas si on pourra y voir quelque chose ; et bien sûr Le Choc des Titans, l’un de ceux que j’attendais avec le plus d’impatience, cependant… après les déclarations imbéciles du décérébré Sam Worthington dans une récente interview de Mad Movies (genre Américain type moyen bouffeur de pop-corn et de burgers) et l’inquiétante bande-annonce, je doute que ce remake du grand classique de 1980 (n’en déplaise à notre Simplet Worthington) soit de qualité… On veut plus d’action-bourrin, plus d’effets spéciaux numériques, plus de muscles, bref, on veut le mettre au goût du jour. Dommage…

 tron3.jpg



La Maison du Diable

maisondudiable.jpg

LA MAISON DU DIABLE (THE HAUNTING)
Réalisateur : Robert Wise
Année : 1963
Interprètes : Julie Harris, Claire Bloom, Richard Johnson…
Durée : 1H52
Pays : USA / GB

  maisondiable.jpg

L’HISTOIRE :

Le Dr Markway qui effectue des recherches dans le domaine de la parapsychologie tente une expérience de perception extrasensorielle avec un groupe de personnes réunies dans un vieux manoir réputé hanté. Dès le départ, des bruits insolites terrorisent les habitants de la demeure… (AlloCiné)

LA MAISON DU DIABLE est incontestablement un chef d’oeuvre du genre. C’est l’épouvante à l’état pur. Sans le moindre effet gore, sans la moindre goutte de sang versée, le film de Robert Wise nous plonge dans une ambiance glaciale à l’intérieur d’un vieux manoir hanté, monstrueuse demeure « vivante » où chaque ombre, chaque reflet dans un miroir, chaque rideau se soulevant au vent, chaque statue ou peinture entretiennent la peur de l’inconnu, sèment l’effroi, et nous glacent le sang dans des séquences magnifiquement réalisées. Par des images, des effets suggérés et autres cadrages, Robert Wise parvient à nous donner la chair de poule, le tout accompagné d’une bande son tout aussi « maléfique » ! Et le noir et blanc n’est pas sans offrir à LA MAISON DU DIABLE son côté délicieusement sinistre.

  maisondiable2.jpg

Ce film que j’ai découvert pour la première fois à la télévision il y a des années, un soir tard, m’a littéralement cloué sur mon fauteuil. Il compte parmi ceux qui m’ont le plus effrayés ! L’épouvante de ce style est très rare au cinéma. Un seul film pourrait éventuellement lui ressembler, LA MAISON DES DAMNES (THE LEGEND OF HELL HOUSE / 1973 / du roman de Richard Matheson), qui lui aussi réussit l’exploit de terrifier sans jouer sur les effets d’horreur.

  maisondiable3.jpg

LA MAISON DU DIABLE est à découvrir au plus tôt pour tous ceux qui ne connaîtraient pas ce monument du genre. Le DVD est facilement disponible de même que ce film bénéficie régulièrement de rediffusions sur la chaîne TCM.
Un remake a été réalisé par Jan de Bont en 1999. Intitulé HANTISE, avec Catherine Zeta-Jones et Liam Neeson, le film cède dans la facilité des effets spéciaux numériques même si quelques séquences s’avèrent assez bien réussies. Les décors sont également très impressionnants par leur aspect gigantesque, à tel point que les protagonistes semblent être des nains tout au long du film. Néanmoins, on ne frémit pas autant que dans l’original de 1963, et la couleur apporte trop de chaleur…

Bande-annonce américaine du film :

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius -



Fonds d’écran plein d’imagination !

Fonds d'écran plein d'imagination ! dans Fantastique 13092910513615263611593982

68landscapes04m241.jpg

Quelques liens intéressants vers des sites proposants de jolis fonds d’écran de science-fiction, d’heroic fantasy et de merveilleux…emoticone

Pour la SF, l’heroic fantasy et le merveilleux, c’est par ici : http://fantasyartdesign.com/free-wallpapers/best-fantasy-art.php?srt=3&best=1

Pour le fantastique, le merveilleux et d’autres domaines qui n’ont rien à voir avec ces genres mais qui sont très sympas, c’est par là : http://www.vladstudio.com/fr/wallpapers/?kw=brown

  wallpaper35.jpg



La science-fiction et le fantastique sur le Caillou

Comment vivre ses passions lorsque l’on vit sur île comme la Nouvelle-Calédonie ? Les genres de l’Imaginaire ont-ils un public ? Trouve-t-on des boutiques spécialisées ?…

Quand on est fan de SF, de fantastique ou de fantasy en Nouvelle-Calédonie, autant le dire tout de suite : dur-dur de vivre ses passions ! Ce qui ne veut pas dire non plus que l’on ne trouve rien à se mettre sous la dent. La librairie Montaigne, l’une des plus grandes de Nouméa, demeure encore aujourd’hui celle qui propose le plus d’ouvrages dans ces domaines, mais il n’existe aucune boutique spécialisée sur tout le Territoire… Il y en a eu pourtant une, et elle a connu son heure de gloire, cependant, mal gérée, elle a dû rapidement fermer ses portes…

Les nouveautés littéraires, qu’il s’agisse des romans comme des BD, paraissent difficilement en librairie. Même si les genres de l’Imaginaire ont un vrai public sur le Caillou, ce public s’avère restreint. En outre, et c’est bien connu, les Calédoniens n’aiment pas lire… Les bouquins se vendent très mal, alors la SF… Pour les cinéphiles par contre le cinéma fait la part belle aux dernières productions du genre, de même que les dernières nouveautés en DVD sont, pour la plupart, disponibles dans les rayons.

Si vous êtes collectionneur de produits dérivés de séries ou de films, c’est encore plus dur de trouver son bonheur, si toutefois on parvient à le trouver ! Les figurines Star Wars sont très rares et très chères, et aucun produit collector de Gentle Giant, Kotobukiya… ne sont disponibles. La japanimation connaissant un engouement certain sur le Territoire, le fan peut dénicher des articles, mais encore une fois à quel prix ! Les collectionneurs de musiques de films de SF ou de fantastique, comme moi, en trouvent parfois quelques-unes, mais il ne s’agit toujours que des B.O. de films récents.

Bref, on l’aura compris, la Nouvelle-Calédonie est un paradis pour ses plages et ses paysages mais certainement pas pour le fan de SF, de fantastique ou de fantasy, encore moins pour le geek ! Voilà pourquoi internet représente notre seul chance de pouvoir trouver notre bonheur ! Oui, vraiment, quelle belle invention !emoticone



1...4849505152