Catégorie

Archive pour la catégorie « Imaginart »

Fantastic’Art et belles images

Fantastic'Art et belles images dans Cinéma 13092910513615263611593982

Le mercredi 20 juillet, à Nouméa, aura lieu le lancement de deux événements au Centre d’Art et à la Maison du Livre, de 17h à 21h30, lors de la soirée Itinérance 02 : Fantastic’Art et Scifimages 1.1

Fantastic’Art proposera un petit festival gratuit de films fantastiques, d’épouvante et de cinéma bis, jusqu’au 24 juillet au Centre d’Art (6 bd Extérieur, Faubourg-Blanchot). Seront ainsi présentés et projetés : DONNIE DARKO, L’ECHELLE DE JACOB, HURLEMENTS, SUSPIRIA, EVIL DEAD, PLANETE TERREUR, SHAWN OF THE DEAD et beaucoup d’autres. Tous ces films sont bien sûr pour un public averti. Le festival Fantastic’Art est organisé en partenariat avec le Sci-Fi Club et Le Cri du Cagou. Attention : les places sont à retirer directement au Centre d’Art (il n’y en aura pas pour tout le monde !).

Scifimages 1.1, organisé par le Sci-Fi Club, présentera à la Maison du Livre (Faubourg-Blanchot) sa nouvelle exposition d’illustrations (entrée gratuite) revisitant les classiques de la littérature fantastique et de science-fiction, la précédente ayant eu lieu l’année dernière.

Pour tout savoir : Fantastic’Art / Itinérance 02



Un blog pour Scifimages

Un blog pour Scifimages dans Imaginart 13092910513615263611593982

L’expo Scifimages, qui s’est déroulée en fin d’année dernière à la Maison du Livre de Nouméa, possède désormais son blog récemment créé par Mati. L’exposition, organisée à l’initiative du Sci-Fi Club, présentait l’interprétation de livres de science-fiction ou de fantastique par des illustrateurs ou graphistes calédoniens ou en lien avec le Territoire.

On trouve donc sur le blog Scifimages quelques oeuvres parmi celles qui furent exposées au public, ainsi, par exemple : Frankenstein selon JAR, La Trilogie de l’Elfe Noir selon Niko, la nouvelle Le Golem de Garniérite (paru dans En d’Autres Temps en d’Autres Lieux) selon Arnaud Pheu. A signaler qu’une nouvelle expo est prévue pour le 20 juillet avec un nouveau thème que vous pourrez découvrir en allant sur Scifimages.



Mondes et voyages de Didier Graffet

Mondes et voyages de Didier Graffet dans Fantastique 13092910513615263611593982

nautilus.png

Je croyais vous en avoir déjà parlé, à moins que ce ne soit dans une vie antérieure… ou Alzheimer qui me guette… enfin bref, si vous ne connaissez pas encore Didier Graffet, talentueux artiste français ayant conçu les couvertures de certains livres fantastiques, dont les magnifiques exemplaires de Vingt Mille Lieues sous les Mers et de L’Ile Mystérieuse chez Gründ, courez visiter son site où vous découvrirez quelques-unes de ses oeuvres splendides : Nautilus, dragons, chevaliers, crayonnés… En dehors du Merveilleux, on sent la vapeur du Steampunk !

Le site officiel de Didier Graffet : Mondes et Voyages



Nemotechnik

Nemotechnik dans Imaginart 13092910513615263611593982

Pour tous les nostalgiques de Dixième Planète, la revue des collectionneurs amateurs ou avertis et des maquettistes talentueux, le site Nemotechnik offre une belle vitrine des incroyables réalisations de Jean-Marc Deschamps (alias professeur Kelp !), ancien maquettiste professionnel ayant travaillé sur TF1 et Canal Plus. On y trouve une catégorie Jules Verne apte à faire rêver tous les amateurs de steampunk dont je fais partie avec le Nautilus, la ville flottante, l’Albatros, l’Epouvante… Les maquettes, photographiées sous différents angles, sont sublimes et riches en détails. Une autre catégorie est consacrée au 2001 : L’ODYSSEE DE L’ESPACE de Stanley Kubrick. On s’y croirait avec la navette Orion, le Discovery One et tant d’autres encore. Le voyage dans cette autre dimension s’impose. L’adresse ?

http://www.nemotechnik.com/index.html



Des images de rêve

Des images de rêve dans Fantastique 13092910513615263611593982

herve.jpg

C’est la couverture du recueil de nouvelles de Catherine L. Moore, Les Aventures de Northwest Smith, qui a attiré mon attention en librairie : on y voit, posée dans un paysage rougeâtre, une fusée dans le pure style rétro avec, au premier plan, un astronaute bardé de sa combinaison et affublé d’un pistolet digne de Flash Gordon ! Un véritable hommage aux pulps ! Rien que pour cela, j’ai carrément acheté le bouquin. Il faut bien avouer que les éditeurs français possèdent un talent fou pour nous servir les pires couvertures de romans SF contrairement aux éditeurs américains ! Mais heureusement : depuis déjà quelques années le vent tourne, et des collections comme Folio SF, Bragelonne, J’ai Lu SF, Le Livre de Poche SF… font des efforts en ayant recours à de talentueux artistes comme Manchu, pour ne citer que lui, et dorénavant : Hervé Leblan.

« Formé aux Beaux-Arts de Reims et attiré par les mondes imaginaires, Hervé Leblan s’oriente vers le dessin animé. A Londres en 1991, il travaille pour le studio d’animation de Steven Spielberg (Amblimation) mais également pour Universal, Warner Bros, Afilm, il contribue à la réalisation de plusieurs films tels que le Château des Singes, Astérix et les Viking, plus recemment Despereaux. » (source : Ricochet-Jeunes.org)

Hervé Leblan possède son site au nom très original, Zedrimkomtru, où, en effet, les rêves deviennent réalité tant on s’émerveille devant ses peintures ! Paysages sublimes où l’on pourrait demeurer des heures dans la contemplation, mystérieuses forteresses de pierre, personnages étranges et autres créations jaillissent de l’univers de l’Imaginaire où s’entrecroisent Science-Fiction, Fantastique et Merveilleux. Un petit tour s’impose dans ces galeries du rêve. Allez-y !



Ma collection personnelle de pulps

Ma collection personnelle de pulps dans Imaginart 13092910513615263611593982

Et pour rester encore dans le domaine fascinant des pulps, je vous présente ma petite collection personnelle entièrement dénichée en 1990, en Nouvelle-Zélande, chez un antiquaire d’Auckland. Ce jour-là, je ne vous dis pas ma joie ! Il y a là dix petites merveilles de l’âge d’or de la SF. Certes, les numéros ont parfois subi les outrages du temps, mais dans l’ensemble ils sont encore bien conservés pour leur grand âge ! J’ai scanné les couvertures, cliquez sur le titre du pulp pour pouvoir les admirer en grand.

pulpaout1938.jpg

On commence fort, avec un numéro d’Amazing Stories d’avril 1932 à la couverture célèbre. Non, non, elle n’est (malheureusement) pas de Frank R. Paul mais de Morey. A noter que le sommaire parle de « scientific fiction » et non de « science-fiction », le terme n’existant pas encore.

Numéro de décembre 1937 de Thrilling Wonder Stories. Même si cette couverture (parmi les plus abîmées) n’est pas la plus belle, j’aime beaucoup l’amusante bataille que semblent se livrer des insectes E.T. (l’artiste n’est pas mentionné).

Numéro de juin 1938 de Thrilling Wonder Stories. Deux hommes (qui semblent sortir d’une bouteille volante géante !) tirent sur des aliens menaçants. L’artiste n’est pas mentionné. A noter la présence dans ce numéro de l’auteur Edmond Hamilton.

Numéro d’août 1938 de Thrilling Wonder Stories. Voilà une couverture superbe qui compte parmi mes préférées : pleine de couleurs, de dynamisme et de fusées rétros ! (artiste non mentionné).

Numéro de mars 1940 de Thrilling Wonder Stories. Mais de quoi s’agit-il donc ? D’un projecteur holographique ou d’une arme étrange ?… En tout cas les E.T. enfermés dans leurs bulles de cristal ont l’air bien patauds ! (artiste Howard V. Brown).

Numéro spécial été 1940 de Planet Stories. Belle couverture de pur space opera, avec une scène de combat contre des aliens verts aux yeux crachants des faisceaux ! (artiste non mentionné).

Numéro de décembre 1950 de Thrilling Wonder Stories. C’est ma couverture préférée, avec un titre qui fait rêver : The Citadel of Lost Ages, nouvelle de Leigh Brackett (artiste Cale Bergey).

Numéro de juin 1952 de Fantastic Adventures. Une magnifique couverture où notre héros semble vouloir retenir une dangereuse beauté à la peau verte ! (artiste Walter Popp).

Numéro de juillet 1952 de Startling Stories. Voilà une fusée largement inspirée du film DESTINATION LUNE (DESTINATION MOON) ! (artiste non mentionné).

Numéro d’octobre 1952 de Startling Stories. On croirait la même fusée, mais cette fois dans l’espace. La scène paraît crédible pour l’époque. A noter au sommaire : une nouvelle de L. Sprague de Camp. (artiste Jack Coggins).

- Morbius -



Frank R. Paul, l’artiste des pulps

Frank R. Paul, l'artiste des pulps dans Imaginart 13092910513615263611593982

paul.jpg

Frank R. Paul (1884-1963) est reconnu comme étant le premier dessinateur des extravagantes couvertures des pulps (magazines bon marché de science-fiction américains) des années 1920-1950, il est même considéré comme le père de l’illustration de SF moderne. Son inimitable talent pour inventer des mondes extraterrestres aux architectures impressionnantes et aux couleurs criardes a bâti sa réputation.

Je tenais à vous faire découvrir Frank R. Paul, ce formidable artiste de l’Imaginaire que je ne connaissais pas encore. En fait, si, je devais sans doute l’avoir déjà croisé à travers les merveilleuses couvertures des pulps de l’âge d’or de la SF (pulps dont j’ai déjà parlé ici dans Les Echos d’Altaïr) et dont je suis fan, mais je ne m’étais jamais attardé sur les noms de leurs auteurs, davantage attiré par les incroyables spectacles de vaisseaux, de machines, de cités et d’aliens colorés que par le génie qui en était à l’origine. L’erreur est aujourd’hui réparée grâce au Dictionnaire Visuel des Mondes Extraterrestres d’Yves Bosson et de Farid Abdelouahab (éd. Flammarion), une mine de renseignements et d’images ! C’est justement le côté complètement décalé et fantasmagorique de ces couvertures qui me plaît, avec leurs représentations naïves de l’espace et du futur introduites dans des mises en scène spectaculaires. Bien sûr que tout cela a forcément vieilli, et même bien vieilli aujourd’hui ! Et alors ? C’est ce qui renforce encore plus ce charme désuet que j’apprécie tant. Partons sans tarder à la découverte de l’oeuvre de Frank R. Paul, un maître du genre, avant de visiter une galerie à sa gloire !

Frank Rudolph Paul est d’origine autrichienne. Il travaille dès 1914 pour Hugo Gernsback qui publie alors nombre de revues sans rapport avec la science-fiction, Electrical Experimenter ou Science and Invention pour ne citer qu’elles. Mais c’est à partir de la création du célèbre pulp de SF Amazing Stories par Hugo Gernsback, en 1926, que toute l’imagination de Paul va pouvoir réellement s’étaler sur les couvertures, les pages intérieures et les quatrièmes de couverture.

paul2.jpg

La formation d’architecte que Frank R. Paul a suivi au début de sa carrière (études à Vienne, Paris et New York) va s’avérer un formidable atout pour ses étonnantes conceptions de villes futuristes ou extraterrestres. Il réalisera 38 couvertures pour Amazing Stories et 200 autres pour les revues Air Wonder Stories, Science Wonder Stories, Wonder Stories, Planet Stories, Superworld Comics, Science-Fiction, Science-Fiction Plus, sans compter la première couverture de Marvel Comics. Sa couverture de La Guerre des Mondes pour Amazing Stories demeure la plus célèbre. Certains lui ont cependant reproché de ne pas être à l’aise pour représenter des personnages humains ou extraterrestres.

Dans L’Art de la Science-Fiction (éd. Chêne), Lester Del Rey déclare à propos de Frank R. Paul : « Interprète extrêmement doué des conséquences possibles de telle ou telle découverte, il était capable de prendre une idée à l’état brut et de la transformer en une vision imagée qui était en tous points fidèle à l’intention de départ. Avec ce bagage, Paul n’éprouve aucune difficulté à reprendre les descriptions maladroites de gadgets trouvées dans les histoires et à les transformer en quelque chose de beaucoup plus impressionnant que tout ce que les auteurs avaient pu imaginer. Comme il n’avait jamais fait d’illustration pour des revues de fiction courantes, il ne fit aucun effort pour adapter ses couvertures aux différents types de fiction. Paul cependant comprit parfaitement la nécessité de réaliser des couvertures suggestives et bien adaptées aux lecteurs à qui la revue était destinée. Il lisait le texte avec le plus grand soin, attentif surtout au détail technique et très vite il sentait où était la scène à faire, non pas tellement celle qui illustrait le conflit humain, que la situation la plus évocatrice des miracles futurs. »

paul3.jpg

Il faut savoir que, plutôt que de choisir un auteur populaire, le premier congrès mondial de la science-fiction à New York en 1939 a rendu hommage à Frank R. Paul en l’accueillant comme hôte d’honneur. L’enthousiasme des lecteurs de l’époque pour son oeuvre n’y est pas pour rien.

« Les images de Paul, d’un genre parfois naïf ou poétique, se caractérisent par de vives couleurs, souvent criardes, tributaires des contraintes d’impression. Reste que la tradition iconographique propre au genre « pulp SF », qui s’est développé à cette époque, doit beaucoup à son talent. » (Dictionnaire Visuel des Mondes Extraterrestres / Yves Bosson & Farid Abdelouahab / éd. Flammarion)

Nous laisserons le dernier mot à Pierre Versins, lequel déclare dans son Encyclopédie de l’Utopie et de la Science-Fiction (éd. L’Âge d’Homme) : « En ce qui concerne son talent, très caractériqtique et reconnaissable entre cent, il est indéniable dès qu’il s’agit de machines, inventées et « montées » avec une imagination prodigieuse et quasiment prêtes à fonctionner. On peut dire même que bien rarement ses illustrations ont besoin des nouvelles qu’elles illustrent, elles tiennent droites toutes seules. Et sa seule faiblesse – il n’a jamais su rendre réel un personnage, qu’il soit humain ou non – n’a pas grande importance en l’occurence. »

Visite de la galerie Frank R. Paul.

Pour en savoir plus sur Frank R. Paul.

Sources : Wikipédia, L’Art de la Science-Fiction, Dictionnaire Visuel des Mondes Extraterrestres, Encyclopédie de l’Utopie et de la Science-Fiction.



La 3D anaglyphe selon Joel Fletcher

La 3D anaglyphe selon Joel Fletcher dans 3D anaglyphe 13092910513615263611593982

Joel Fletcher est un spécialiste en effets spéciaux visuels d’animation qui a travaillé sur divers films fantastiques (tel que L’ÉTRANGE NOËL DE Mr JACK) et de science-fiction. Son site propose des extraits de makings, des photos de tournages, des peintures, mais aussi des photos 3D anaglyphe du plus bel effet. Pour se rendre compte de son talent :

http://www.joelfletcher.com/3d-moviemagic.html

http://www.joelfletcher.com/



David Hardy a dit…

David Hardy a dit... dans Imaginart 13092910513615263611593982

David Hardy, illustrateur de science-fiction britannique, a déclaré : « Les illustrations de science-fiction, illustrations macabres, inquiétantes, brillantes, futuristes et colorées ont constitué depuis la naissance de la SF un large domaine de l’art pictural. Les illustrateurs ont fait preuve d’imagination et de créativité, depuis les couvertures criardes des pulps, jusqu’aux extraordinaires machines de toutes sortes. »

http://en.wikipedia.org/wiki/David_A._Hardy

http://www.hardyart.demon.co.uk/html/main.html



Des peintures très « muppets »

Des peintures très

Voilà une série de peintures très originales. Ça ne se raconte pas, c’est à voir ici : http://jameshance.com/index.html. Merci à BoZ’.



1...34567