Catégorie

Archive pour la catégorie « Imaginart »

L’Imaginaire perd un grand artiste

L'Imaginaire perd un grand artiste dans Imaginart 13092910513615263611593982

conan.jpg

Comme vous le savez peut-être déjà, Frank Frazetta, célèbre artiste parmi les artistes de l’Imaginaire, spécialisé en fantasy et science-fiction, est décédé il y a quelques jours, précisément le 10 mai 2010, d’un arrêt cardiaque à l’âge de 87 ans. Son oeuvre et son apport pour les genres de l’Imaginaire sont considérables, mais Frazetta est surtout connu pour avoir réalisé de splendides peintures de Conan. On lui doit également les dessins du film d’animation TYGRA, LA GLACE ET LE FEU (FIRE AND ICE / 1982 / Ralph Bakshi). Un géant de l’illustration nous a quitté…

Quelques liens et un film hommage pour en savoir plus sur Frank Frazetta :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Frazetta

http://frankfrazetta.org/

Image de prévisualisation YouTube



L’art de la SF et de l’heroic fantasy : Michael Whelan

L'art de la SF et de l'heroic fantasy : Michael Whelan dans Imaginart 13092910513615263611593982

whelan.jpg

Michael Whelan est un peintre et un illustrateur américain de SF et d’heroic fantasy que j’apprécie beaucoup. Il a été de nombreuses fois récompensé pour ses oeuvres. Michael Whelan est à l’origine de nombreuses couvertures de romans (dont celle de 2010 d’Arthur C. Clarke). Pour découvrir tout son talent, l’adresse de son site officiel : http://www.glassonion.com/

Pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Whelan



Jules Verne en 3D

Jules Verne en 3D dans Imaginart 13092910513615263611593982

jv2.jpg

Si vous êtes fan comme moi de Jules Verne et de steampunk, je ne peux que vous recommander d’aller visiter les oeuvres en 3D (ou 2D) réalisées par de talentueux artistes amateurs à l’occasion d’un concours qui a eu lieu en 2008 : Les Univers de Jules Verne. Un régal pour les yeux. Le lien : http://www.3dvf.com/forum/3dvf/Concours-3DVF-Les-Univers-de-Jules-Verne/liste_sujet-1.htm

jv.jpg



Andrew Probert, le papa des Cylons

Andrew Probert, le papa des Cylons dans Cinéma 13092910513615263611593982

andrewprobert.jpg 

Andrew Probert est le formidable concepteur, on dira aussi « designer », de l’Enterprise revu et corrigé pour Star Trek : the Motion Picture (1979), de l’Enterprise-D de Star Trek : The Next Generation, des Cylons de la série TV Galactica (1978) et de la DeLorean de Retour vers le Futur

Andrew Probert est né en 1946, aux Etats-Unis, dans le Missouri. Après quelques années passées dans l’US Navy, il fait ses études au Art Center College of Design à Pasadena en Californie. C’est Ralph McQuarrie lui-même qui le recommandera à l’époque au créateur de la série Battlestar Galactica, Glen A. Larson. Embauché sur le projet, Probert s’occupera de concevoir les célèbres Cylons de même que quelques vaisseaux. Puis, en 1978, il poursuivra avec Star Trek : The Motion Picture. Il est ainsi à l’origine de la station spatiale orbitale, de la navette vulcaine de Spock et du poste de commande des croiseurs Klingons pour ne citer qu’eux.

andrew.jpg

En 1984, Andrew Probert achèvera le concept, débuté par Ron Cobb, de l’extraordinaire voiture à voyager dans le temps : la DeLorean de Retour vers le Futur. Ensuite, en 1986, il se retrouvera parmi l’équipe de Star Trek : The Next Generation et travaillera essentiellement sur la première saison. C’est lui qui a dessiné le pont de l’Enterprise-D et l’Enterprise-D tels que nous les connaissons à travers la série, il est aussi à l’origine des vaisseaux de guerre romuliens et de nombreux autres vaisseaux de Starfleet ou extraterrestres.

andrew2.jpg

On pourrait également citer de lui les films Batteries Not Included, SpaceCamp, Mask, Tron et Philadelphia Experiment, auxquels il a également participé de près ou de loin. En 2006, Andrew Probert a été engagé en tant que consultant « designer » sur le jeu Star Trek Online.

Pour découvrir davantage le talent et l’oeuvre d’Andrew Probert, son site officiel :

http://probertdesigns.com/Folder_TECH/Probert_HOME.html

(Source : Wikipédia)



Peter Andrew Jones, fils de pulps

Peter Andrew Jones, fils de pulps dans Fantastique 13092910513615263611593982

pdvd033.bmp 

Peter Andrew Jones est un illustrateur britannique né en 1951. Spécialisé dans la SF, le Fantastique et le Merveilleux, il est aussi à l’origine de costumes, de décors et d’affiches de films de science-fiction. Son oeuvre est profondément marquée par l’influence des couvertures des pulps, ces anciens magazines de SF des années 1930 à 1950 (et dont j’ai déjà parlé dans Les Echos d’Altaïr), avec des mises en scène pleines de dynamisme, de couleurs et de mouvement. Peter Andrew Jones n’hésite pas à utiliser l’acrylique, l’aquarelle, l’huile et même la paraffine pour obtenir les résultats qu’il souhaite dans ses peintures. Célèbre pour son travail dans les années 1980, il a aujourd’hui complètement changé de registre. Les extraits suivants sont issus d’une interview de Peter Andrew Jones réalisée dans un documentaire de TF1 diffusé dans les années 1980, Les Couleurs de l’Irréel.

 

« Au cours des dix dernières années, j’ai été très influencé par ce que je voyais dans les magazines, par les voitures dans la rue, les films, etc. C’était les ingrédients de base de ma thématique, les choses qui vous influencent, quelques lithographies d’Yves Tanguy, des gens comme ça.  Ainsi, à mes débuts, je m’intéressais beaucoup aux magazines « pulps » des années 30 et 50. Bien que la technique et la finesse de ces illustrations soient en-dessous de ce que nous faisons Tim White et moi, il s’en dégage une énergie fantastique. Elles sont toujours les meilleures. Sont-elles vieux jeu ou pas ? Rien de ce qui se fait de nos jours ne les dépasse. »

peter6.jpg

En ce qui concerne l’inspiration de Peter Andrew Jones, celui-ci déclare la trouver « parfois dans la mythologie nordique, ce genre de choses. Mais j’ai tendance à rechercher des histoires courtes, avec un plan de base très simple qui auraient leur origine dans n’importe quelle époque de l’histoire, même l’ancienne Egypte. » A propos des couleurs utilisées en science-fiction, Peter Andrew Jones avoue : « On ne trouve pas de ciels roses. Enfin, peut-être que si, mais je ne pense pas qu’on trouve des ciels orange vif ni des ciels rouge vif. »

Lorsqu’on lui demande s’il est satisfait de notre monde, l’artiste répond : « Je le trouve ennuyeux. Il est très limité. L’herbe est verte, le ciel est bleu, c’est ravissant. Mais tout ce qui nous y mettons, l’architecture, les voitures, les machines, les armes, etc., sont très restreintes dans leur inspiration pour les formes et leur possibilité d’action. »

peter9.jpg

Pour en savoir plus sur Peter Andrew Jones :

- un superbe ouvrage : « Peter Jones Solar Wind » (éd. Paper Tiger / 1980)

- sa vie, sa carrière : http://www.legrog.org/bio.jsp?id=941

- de nombreuses peintures de l’artiste à découvrir : http://www.scanraptor.com/0/pajones1.htm

- le site officiel de Peter Andrew Jones : http://www.peterandrewjones.net/iacg.htm



L’Imaginaire en fond d’écran !

L'Imaginaire en fond d'écran ! dans Fantastique 13092910513615263611593982

griffon.jpg 

Vu l’ampleur du succès obtenu sur ce blog par l’article « Fonds d’écran plein d’imagination » (tableau de bord : statistiques du blog !), voici une nouvelle sélection de sites proposant des fonds d’écran et/ou des illustrations fantastiques, de science-fiction et de merveilleux (ou de fantasy, si vous préférez !).

- Créatures Imaginaires offre surtout un bel échantillon d’illustrations de créatures fantastiques comme les dragons, les elfes, les fées, les vampires, les phénix, les griffons, les lutins, les fantômes, etc. Mais attention : on nous parle de copyrights… à vous de voir… C’est ici : http://www.creatures-imaginaires.com/01_pages_principales/accueil/accueil_francais.htm

- Rabittooth Ultimate Star Wars Jedi and Sith Wallpapers offre quant à lui une grande quantité de fonds d’écran sympathiques (fabrication maison) de Jedi et de Sith, avec même quelques personnages de l’univers étendu incarnés par de parfaits inconnus (et des résultats pas toujours très convaincants !). Suivez-moi, c’est par là : http://www.rabittooth.com/StarWarsWallpaper.htm

- The Sci-Fi World propose de magnifiques fonds d’écran issus de Star Wars et des séries TV Battlestar Galactica, Firefly, Babylon 5, Star Trek, Stargate, Andromeda, Seaquest, V, Farscape, Lexx, et aussi un peu d’anime : http://www.thescifiworld.net/wallpapers.htm

galactica021024x768.jpg



Ralph McQuarrie, créateur d’univers (2)

Ralph McQuarrie, créateur d'univers (2) dans Cinéma 13092910513615263611593982

ralph20.jpg 

Ce sera finalement la Twentieth Century Fox qui décidera de donner à Lucas sa chance lorsqu’en 1975 débute la mise en chantier de Star Wars…

« George Lucas m’a déclaré pour Star Wars : « Faites ce qui vous intéresse. » Ce fut comme entendre de la musique et visualiser ce que vous entendiez », avoue McQuarrie. Il réalisera donc des centaines de peintures et de dessins s’inspirant des vagues indications fournies par Lucas. Il dessinera les chasseurs X, Y, Tie, donnera une apparence physique à des personnages jusque là uniquement à l’état d’ébauche dans l’esprit imaginatif de George Lucas. Nombre de ses créations seront retenues, d’autres seront rejetées par le père de Star Wars ou par les maquettistes en raison d’une réalisation trop coûteuse !

 ralph17.jpg

On peut affirmer sans peine que si Lucas n’avait pas eu Ralph McQuarrie à ses côtés, il n’est pas sûr que Star Wars, d’une part, ait un jour existé et que, d’autre part, le soin extrême apporté au « look » de l’univers high-tech qui caractérise la saga n’en ait pas pris un coup sévère ! La puissance épique qui se dégage des peintures de McQuarrie pour Star Wars (et ses suites que furent L’Empire Contre-Attaque et Le Retour du Jedi), le souci du détail et de la crédibilité, de l’aspect fonctionnel des costumes, des vaisseaux, des engins de toutes sortes, la connaissance absolue du mouvement, de la lumière et des couleurs font que, bien souvent, les sublimes peintures de McQuarrie ressemblent plus à des photos qu’à des dessins.

 ralph21.jpg

ralph23.jpg

Après Star Wars, Spielberg s’empare de McQuarrie pour la conception du Mother Ship de l’un de ses chefs-d’oeuvre : Rencontres du Troisième Type. Ralph McQuarrie donnera à l’énorme vaisseau une structure de raffinerie pétrolière toute illuminée, selon la volonté expresse de Steven Spielberg.

Ralph McQuarrie travaillera ensuite sur une première version de Star Trek, The Motion Picture qui ne sera jamais portée à l’écran. Il collaborera aux travaux de Ken Adam (des films James Bond) et à ceux de Phil Kaufman (le réalisateur du remake de Invasion of the Body Snatchers). Galactica, la Bataille de l’Espace (Battlestar Galactica) suivra. McQuarrie réalisera pour le film de nombreuses peintures assez dans le style de celles exécutées pour Star Wars (normal, il s’agit encore d’un space-opera !), cependant moins appliquées et plus proches de l’ébauche. Cela n’empêchera pas à Galactica de passer devant les tribunaux américains car trop ressemblant à Star Wars (c’est la Fox qui le dit, non Lucas).

ralph19.bmp

McQuarrie est depuis longtemps à la retraite. Une nouvelle génération de talentueux artistes lui a succédé pour la nouvelle trilogie Star Wars, Doug Chiang étant aujourd’hui sont digne successeur. Néanmoins, Lucas n’a pas hésité à demander à sa nouvelle équipe de reprendre le style McQuarrie, et il est allé jusqu’à s’inspirer de nombre de ses peintures réalisées à l’époque de l’Episode IV, et jamais encore utilisées, pour concevoir Coruscant (la planète ville), mais aussi pour représenter Kashyyyk (la planète des Wookies) et bien d’autres choses encore. L’empreinte visuelle de Ralph McQuarrie aura à jamais marqué la saga Star Wars toute entière !

ralph22.jpg

Sources : Starlog, Mad Movies.

Le site de Ralph McQuarrie : http://www.ralphmcquarrie.com/#

Cliquez ici pour la première partie de cet article.



Ralph McQuarrie, créateur d’univers (1)

Ralph McQuarrie, créateur d'univers (1) dans Cinéma 13092910513615263611593982

ralph7.jpg

En choisissant Ralph Mc Quarrie pour mettre sur papier ses visions de space-opera, George Lucas ne pouvait pas trouver homme plus doué et plus à-même de bâtir le vaste univers de la saga Star Wars. Spielberg, Glen A. Larson et Gene Roddenberry se l’arracheront ensuite pour Rencontres du Troisième Type, Galactica la Bataille de l’Espace et Star Trek, The Motion Picture, de grands films à l’échelle des grandioses peintures de Ralph McQuarrie.

Peinture pour Galactica la Bataille de l’Espace

 ralph6.bmp

 L’Enterprise selon Ralph McQuarrie…

 ralph8.bmp

Ralph McQuarrie est né en 1929 aux Etats-Unis, à Gary, dans l’Indiana. La crise force ses parents à quitter la région pour aller s’installer dans la ferme de ses grands-parents située près de Billings, dans le Montana. Ils y restent jusqu’à ce que le jeune McQuarrie ait atteint ses dix ans.

Durant sa jeunesse, McQuarrie manifeste un vif intérêt pour les avions et fréquente souvent, avec des copains, l’aéroport de sa région. Plus tard, il travaille pour l’Air Force et finit par trouver sa vocation dans l’industrie aéronautique. Il y conçoit des illustrations d’hélicoptères, d’équipements électroniques, de soldats, etc. Un nouveau poste lui sera proposé par Litton Industries. Ralph McQuarrie travaille alors pour Boeing en 1968 où il réalise un grand nombre d’illustrations. En 1969, il dessine pour le projet Apollo.

Presque dans la même période, Barwood et Robbins – qui travaillèrent avec Lucas sur THX 1138 – demandent à McQuarrie de leur exécuter quelques peintures d’engins et d’aliens pour leur projet de film de science-fiction : Star Dancing, ces derniers cherchant à vendre le scénario. George Lucas, travaillant alors sur American Graffiti, verra les peintures. Et lorsque le grand projet de Star Wars arrive, Lucas fait appel aux services de Ralph McQuarrie.

« George portait son scénario en main lorsqu’il vint me rencontrer », déclare McQuarrie. « Il avait déjà parlé du film à la Universal, mais ils n’étaient pas convaincus par le projet qui leur paraissait banal et trop cher. La Paramount a acquis une option afin de voir ce que George voulait faire. Il décida qu’il aurait besoin d’un support graphique avant de les rencontrer. Aussi, nous fîmes quatre peintures. La première représentait les robots avançant dans le désert ; la deuxième, Luke combattant dans la tranchée de la Death Star ; la troisième, les robots s’échappant du Sandcrawler des Jawas ; la quatrième, un duel aux sabres laser entre Luke Skywalker et Darth Vader. » Ces quatre peintures sont ici réunies. Cliquez sur chacune d’entre elles pour les voir en plus grand.

 ralph1.jpg  ralph10.jpg

ralph11.jpg  ralph2.jpg

Les peintures eurent pour effet d’accentuer l’intérêt des studios pour la mise en chantier de Star Wars. Mais en retour, elles surprirent par la grandeur du projet de George Lucas. Le budget qu’il faudrait consacrer au film devrait suivre en conséquence, d’où une certaine inquiétude de la part des studios. Cependant, davantage d’argent fut donné à Lucas pour parfaire son scénario et réaliser d’autres peintures.

Ralph McQuarrie continua à mettre sur papier les idées de Lucas, des idées pas toujours très claires : « Le costume blanc du Stormtrooper est ma création ; George voulait un costume blanc, mais c’est tout ce que je savais. De même, R2-D2 et Darth Vader sont mes conceptions. » McQuarrie ne parle pas ici de C3-PO comme étant une pure création personnelle car le robot est en fait inspiré par celui du film Metropolis de Fritz Lang : Maria.

Cliquez ici pour la deuxième partie.

ralph12.jpg

Sources : Starlog, Mad Movies.



Fonds d’écran plein d’imagination !

Fonds d'écran plein d'imagination ! dans Fantastique 13092910513615263611593982

68landscapes04m241.jpg

Quelques liens intéressants vers des sites proposants de jolis fonds d’écran de science-fiction, d’heroic fantasy et de merveilleux…emoticone

Pour la SF, l’heroic fantasy et le merveilleux, c’est par ici : http://fantasyartdesign.com/free-wallpapers/best-fantasy-art.php?srt=3&best=1

Pour le fantastique, le merveilleux et d’autres domaines qui n’ont rien à voir avec ces genres mais qui sont très sympas, c’est par là : http://www.vladstudio.com/fr/wallpapers/?kw=brown

  wallpaper35.jpg



Tim White, artiste de l’Imaginaire

Tim White, artiste de l'Imaginaire dans Fantastique 13092910513615263611593982

 pdvd032.bmp

Tim White est un brillant illustrateur britannique passé maître dans l’art de l’aérographe. Il s’est surtout fait connaître dans les années 1970-80, ses dessins sont d’ailleurs tout à fait dans le style de cette époque. Ils fourmillent souvent de très nombreux détails, et l’on a plaisir à chercher ce qui se cache dans les moindres recoins de ses peintures. Les paysages sont d’ailleurs ce que j’apprécie le plus chez lui. Voilà ce que l’on dit de cet artiste dans l’ouvrage désormais introuvable : La Science-Fiction et le Fantastique de Tim White (éd. AMP / 1981) :

14081809264115263612459618 dans Imaginart

« Tim White est né en Angleterre, dans le Kent, au mois d’avril 1952. Très tôt, il veut devenir illustrateur et, en 1968, il entre au Medway College of Art pour suivre un cours d’illustration générale. L’année suivante, il publie sa première affiche. Libre encore des contraintes imposées par le milieu commercial, il trouve un style personnel où l’on retrouve déjà l’empreinte du fantastique.
En 1972, Tim quitte le collège et passe les deux premières années de sa vie professionnelles comme illustrateur dans des studios de publicité. Malgré les contraintes, il juge son expérience profitable, mais trouve plus de satisfaction dans les commandes privées de plus en plus nombreuses qu’il reçoit dans le domaine de la science-fiction et du fantastique. En 1974, il a sa première commande de jaquette pour le livre d’Arthur C. Clarke « The Other Side of the Sky » (Corgi Books) et, peu après, devient illustrateur indépendant. Depuis, il a produit plus de cent illustrations pour des jaquettes, le reste de ses oeuvres se partageant entre des pochettes de disques, des illustrations de revues, des commandes privées, des films et autres projets s’y rattachant. Ses oeuvres ont été présentées plusieurs fois dans des expositions consacrées à la science-fiction et au fantastique.

14081809244315263612459616 dans Merveilleux

L’aspect le plus frappant de l’oeuvre de Tim White est son souci presque obsessionnelle du détail qui lui vient de son enfance. Il se sentait toujours récompensé quand il découvrait, après une inspection minutieuse d’une illustration, des détails qui lui avaient échappé au premier coup d’oeil. Associant à une grande richesse du détail, une approche essentiellement figurative, White cherche à créer une image réaliste et convaincante du paysage de l’imaginaire. La source de son inspiration varie. Elle peut naître d’un chapitre, d’un passage ou simplement de quelques mots d’un livre. Un récit entier peut parfaitement coïncider avec une image particulièrement forte que Tim portait en lui et qu’il devient alors capable de développer. Il peut, à l’occasion, trouver une approche plus symbolique illustrant le caractère général de l’oeuvre en question. Tim a expérimenté également différents effets photographiques, méthode qu’il n’avait jamais vu appliquer à l’illustration dans le domaine du fantastique. L’utilisation du flou dans une peinture donne une perspective à plusieurs dimensions et peut attirer l’attention sur un point particulier.

14081809253915263612459617 dans Science-fiction

Pour chaque peinture, Tim fait une série d’ébauches des formes et des couleurs. Cette méthode l’aide à préciser son idée même si la peinture achevée peut s’éloigner nettement des premières versions. En général, Tim préfère la gouache, qu’il trouve efficace et pratique, alors que l’huile met souvent des semaines pour sécher proprement.

Tim passe beaucoup de temps à rendre plausibles les récits qu’il illustre, qu’il s’agisse de machines complexes ou d’organismes étrangers en plastique. A son avis, les créations organiques doivent s’harmoniser avec leur environnement. Il pense néanmoins qu’il y a des limites au vraisemblable. Ces limites correspondent à notre vision partielle de l’univers. En même temps, beaucoup d’inventions qui, à une époque, semblaient le fruit d’imaginations folles sont devenues réalité. Quoiqu’il en soit, il est nécessaire que les conceptions nouvelles aient un point de départ identifiable, car ce qui nous est totalement étranger ne pourrait pas nous toucher. »

Le site officiel de Tim White : http://www.tim-white.co.uk/index.html

14081809274115263612459621



1...34567