Catégorie

Archive pour la catégorie « La SF selon… »

La SF selon Marshall McLuhan

marshall20mcluhan.gif 

Herbert Marshall McLuhan fut « un éducateur, un philosophe, un sociologue, un professeur de littérature anglaise et un théoricien de la communication canadien. Il fut l’un des fondateurs des études contemporaines sur les médias. » (Wikipédia)

Marshall McLuhan :

« La science-fiction actuelle expose des situations qui nous permettent de percevoir le potentiel des technologies nouvelles. Précédemment, le problème était d’inventer de nouveaux moyens d’économiser la main-d’oeuvre. Aujourd’hui, il s’est inversé. Il nous faut trouver dans quels environnements il sera possible de vivre avec nos nouvelles inventions. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marshall_McLuhan



La SF selon Barry Malzberg

barrymalzbergs.jpg

Barry Malzberg :

« C’est la branche de la fiction qui s’intéresse aux effets éventuels d’une technologie ou d’un système social différents sur le genre humain, dans un futur imaginaire, un présent modifié ou un passé alternatif. »

Barry Nathaniel Malzberg (1939) est un écrivain et éditeur américain surtout connu pour ses écrits en science-fiction et fantasy.



La SF selon Hugo Gernsback

hugogernsback.jpg 

Hugo Gernsback :

« La scientifiction, c’est une histoire romanesque attrayante à laquelle se mêlent des éléments scientifiques et une vision prophétique. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugo_Gernsback



La SF selon Samuel Delany

samuelrdelany.gif 

Samuel Delany :

« J’ai toujours trouvé curieux qu’on continue de me demander sans cesse : « Quelle est votre définition de la science-fiction ? » alors que plus personne ne demande jamais sérieusement à quiconque de définir le roman ou la poésie. L’une des raisons en est que son nom sous-entend qu’elle doit être plus ou moins scientifique et mener en conséquence à une définition. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Delany



La SF selon Jean-François Revel

revel.jpg 

Jean-François Revel (1924-2006) fut un philosophe, journaliste et écrivain français.

Jean-François Revel :

« La haine profonde que les hommes de notre époque vouent à la connaissance scientifique, dans la mesure où elle affaiblit la peur des dieux dont Epicure avait déjà dit le lien avec le refus du plaisir, a sécrété entre autres choses ce germe culturel intensément inepte et grossier : la science-fiction. Rien n’est fait pour dégoûter de la connaissance objective et de ses prolongements pratiques comme ces tueries intergalaxiques, où d’ahurissants primates élèvent à la hauteur d’un principe cosmique les habitudes présidant aux règlements de comptes entre gens du milieu. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Revel



La SF selon Damon Knight

damonknight.jpg 

Damon Knight :

« La science-fiction est mal nommée et la seule chose que puissent gagner deux fans essayant de s’accorder sur une définition de ce terme, c’est des jointures sanglantes. De meilleures dénominations ont été proposées (et celle suggérée par Heinlein, « spéculative fiction », me semble la plus judicieuse), mais il nous faut nous contenter de celle-là ; et cela ne nous fera pas grand mal si nous nous souvenons que, comme quand nous disons The Saturday Evening Post, elle signifie ce que nous désignons au moment où nous en parlons. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Damon_Knight



La SF selon Kingsley Amis

kingsley.jpg 

Kingsley Amis :

« La science-fiction est un récit en prose, traitant d’une situation qui ne pourrait se présenter dans le monde que nous connaissons, dont l’existence se fonde sur l’hypothèse d’une innovation, d’origine humaine ou extraterrestre, dans le domaine de la science ou de la technologie. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Kingsley_Amis



La SF selon L. Sprague de Camp

sprague.jpg 

L. Sprague de Camp :

 » Tel que je l’emploie, le terme de fiction imaginative comprend le groupe de récits qui, dans la littérature occidentale contemporaine, sont non réalistes, imaginatifs, fondés sur des suppositions contraires à l’expérience quotidienne, souvent franchement fantastiques, et fréquemment situés dans un cadre éloigné – dans le temps et dans l’espace – de celui de la vie courante. La fiction imaginative peut, à son tour, être divisée en fantastique, lequel comprend les récits fondés sur des hypothèses surnaturelles (esprits, magie, vie après la mort, etc.) et science-fiction, cette dernière groupant les récits qui se basent sur des suppositions scientifiques ou pseudo-scientifiques (voyages à travers l’espace ou le temps, vies extraterrestres, robots, etc.). Il existe des récits qui se classeraient entre ces deux groupes, ou qui combinent des attributs de l’un avec ceux de l’autre ; considéré dans sa totalité, le genre n’a pas de séparation très nette avec certaines oeuvres historiques (satires, utopies, etc.). »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyon_Sprague_de_Camp



La SF selon Philippe Curval

curval.gif 

Philippe Curval :

 » Ce qui importe avant tout, c’est de considérer l’acte d’écrire de la science-fiction comme le réflexe spontané d’un certain nombre d’individus face à la sclérose de la culture contemporaine inapte à assimiler ses propres mutations, sans s’attarder au refus quasi généralisé d’un public peu préparé par les médias à saisir son pouvoir germinatif. Maintenant qu’une histoire du mouvement se dessine, il est facile de voir que la science-fiction évolue et se renouvelle car il est inscrit dans son destin de constituer le commentaire permanent de nos civilisations en pleine évolution. A la limite, je prétendrai même qu’il est absurde de considérer la science-fiction comme une littérature de rupture puisqu’elle ne fait qu’intégrer les données du monde actuel à son discours, à la manière de toutes les grandes littératures qui l’ont précédée. Le phénomène ostentatoire de répulsion qui accompagne son apparition, les réactions agressives à l’égard de ses alibis scientifiques tiennent plus à l’attitude conservatrice d’une élite imprégnée d’un savoir inerte qu’ à un complot antirévolutionnaire. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Curval



La SF selon Norman Spinrad

norman.jpg 

Norman Spinrad :

 » Il n’existe qu’une seule définition de la science-fiction qui me paraisse utilisable et sensée :  » La science-fiction, c’est tout ce qui est publié sous le nom de science-fiction. » « 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Norman_Spinrad



12345