• Accueil
  • > Le grenier du ciné fantastique

Catégorie

Archive pour la catégorie « Le grenier du ciné fantastique »

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942)

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942) dans Cinéma 13052108214015263611211209

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942) de René Clair

14080509032415263612432902 dans Fantastique

Souvenez-vous que nous parlions déjà de René Clair au sujet de LA BEAUTÉ DU DIABLE (1949), une adaptation libre du mythe de Faust, interprété par Michel Simon et Gérard Philipe. Réalisateur, très proche des Surréalistes, René Clair a beaucoup flirté avec le Fantastique, que ce soit en séjour en Grande-Bretagne, en tournant un film de maison hantée sur le mode de la comédie à l’anglaise avec FANTÔMES À VENDRE (1935, The Ghost Goes West), puis, bien plus tard, de retour en France, pour finalement fuir le régime de Vichy (qui le déchoit de la nationalité française). Clair s’embarque alors pour New-York, en 1940, puis Hollywood, où il y tournera quatre films, dont deux fantastiques : MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (1942) et C’EST ARRIVÉ DEMAIN (1943).

14080509052015263612432904 dans Le grenier du ciné fantastique

MA FEMME EST UNE SORCIÈRE (I Married a Witch) est une comédie fantastique très amusante, produite par la Paramount Pictures, et co-écrite par l’excellent scénariste Dalton Trumbo, non-crédité car interdit de travail par le récent maccarthysme. Elle détourne un thème classique du film de sorcellerie en mettant en vedette les comédiens Fredric March (DOCTEUR JEKYLL & MISTER HYDE, 1931) et les superbes Veronica Lake (une superbe pin-up blonde, habituée à des rôles dans des « Films Noirs »), et Susan Hayward.

14080509064915263612432905 dans TrapardL’intrigue : En Nouvelle-Angleterre, en 1690, les sorciers Daniel et sa fille Jennifer jettent une malédiction sur Jonathan Wooley, le juge qui les a condamnés, sur lui et sa descendance, juste avant d’être brûlés au bûcher. Les mâles de la famille Wooley seront voués à ne vivre que des mariages malheureux sur plusieurs générations. Plusieurs siècles plus tard, la foudre frappe l’arbre où ont été enterrées les cendres de Daniel et Jennifer afin d’emprisonner leur esprit. Maintenant libérés, sous la forme de fumée, ils parcourent les environs et retrouvent le dernier descendant des Wooley, Wallace, politicien en période électorale et fiancé à Estelle Masterson. Jennifer décide de tout faire pour compromettre le mariage de Wallace et demande à son père de lui redonner forme humaine…

Jennifer n’est autre que la superbe et irrésistible Veronica Lake, séductrice et tentatrice, qui donne une touche légère et hilarante à ce film de sorcières. Quand à sa victime, c’est Fredric March, un habitué des costumes et maquillages, ayant déjà interprété le double rôle de Jekyll et Hyde en 1931, et qui incarne, dans MA FEMME EST UNE SORCIÈRE, les différents membres masculins de la famille Wooley, avec un jeu de comédien non dénué d’humour. Un bon classique humoristique pour le Grenier du Ciné Fantastique de ce soir.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur / Le Fantôme Invisible /The Monster Walks / Le Mystère du Château Maudit

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE MYSTÈRE DU CHÂTEAU MAUDIT (1940)

LE MYSTÈRE DU CHÂTEAU MAUDIT (1940) dans Cinéma 13052108214015263611211209

LE MYSTÈRE DU CHÂTEAU MAUDIT (1940) de George Marshall

14071508295715263612388163 dans Fantastique

Pour changer, voici un film de Maison Hantée pour le Grenier du Ciné Fantastique avec THE GHOST BREAKERS de la Paramount. Le réalisateur George Marshall étant généralement appelé pour tourner des comédies avec Laurel et Hardy ou W.C. Fields, LE MYSTÈRE DU CHÂTEAU MAUDIT est à cheval sur les deux genres de la « Old Dark House » et de la Comédie hollywoodienne un peu coquine. La jolie Paulette Goddard partage d’ailleurs la tête d’affiche du film avec l’humoriste à succès, Bob Hope (dans des rôles plus secondaires, on retrouve Richard Carlson, Anthony Quinn et Robert Ryan tout jeunes).

14071508322815263612388167 dans Le grenier du ciné fantastique

L’intrigue : Une jeune Américaine hérite d’un château réputé hanté situé à Cuba. Elle s’y rend accompagnée par un journaliste risque-tout et y découvre des spectres et des mystères…

Une comédie endiablée avec des fantômes et des zombies pour un style très en vogue à Hollywood et en Angleterre au tout début des années 40.

- Trapard -

LE MYSTÈRE DU CHÂTEAU MAUDIT EN VERSION COMPLÈTE ET EN V.O.

http://www.dailymotion.com/video/xmt9w5

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur / Le Fantôme Invisible / The Monster Walks

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



THE MONSTER WALKS (1932)

THE MONSTER WALKS (1932) dans Cinéma 13052108214015263611211209

THE MONSTER WALKS (1932) de Frank R. Strayer

14062408364615263612340926 dans FantastiqueTHE MONSTER WALKS est un petit classique indépendant de l’Astor Pictures qui mélange deux sous-genres du « Film Noir » très en vogue dans les années 30 : le « Old Dark House » (qui est plus ou moins un genre proche du cinéma gothique « british » et du film de Maison Hantée) et le « Killer Ape » (qui comme son nom l’indique, est un sujet avec un singe tueur, généralement échappé d’un zoo des environs).

L’intrigue : Un médecin garde en captivité dans son manoir un singe dans le but de pratiquer des études médicales. À sa mort, sa fille hérite de la succession mais l’oncle de celle-ci, un paralytique, tente de détourner l’héritage en faveur de son propre fils en manigançant l’assassinat de sa nièce à l’aide du dangereux singe captif…

On retrouve beaucoup de caractéristiques intéressantes pour qui apprécie le Old Dark House mais THE MONSTER WALKS reste un film mineur malgré quelques scènes réussies (pour l’époque) comme, bien qu’archi-éculée dans les films de « Killer Ape » des 30′s, la longue main poilue approchant du visage de la jolie nièce endormie.

THE MONSTER WALKS n’a malheureusement jamais été restauré et le film est très vite tombé dans le domaine public, d’où le fait qu’on en trouve un grand nombre d’exemplaires sur YouTube.

14062408375815263612340927 dans Le grenier du ciné fantastique

Outre l’étrangeté des personnages comme il se doit dans ce type de film, l’ex-cowboy Rex Lease incarne le premier rôle à 31 ans, et le réalisateur Frank R. Strayer n’est pas un inconnu du genre Fantastique & Horreur des années 30. Nous abordions déjà son film de vampires, THE VAMPIRE BAT (1933) dans un autre article du Grenier du ciné Fantastique.

- Trapard -

THE MONSTER WALKS EN ENTIER ET EN V.O.

Image de prévisualisation YouTube

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur / Le Fantôme Invisible

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

 



LE FANTÔME INVISIBLE (1941)

LE FANTÔME INVISIBLE (1941) dans Cinéma 13052108214015263611211209

LE FANTÔME INVISIBLE (1941) de Joseph H. Lewis

14061008104115263612304683 dans Fantastique

Pas un très grand film, ce soir, dans le Grenier du Ciné Fantastique, avec ce FANTÔME INVISIBLE (The Invisible Ghost) produit par Sam Katzman, pour la Monogram Pictures, et destiné à mettre Bela Lugosi en vedette. Réalisé sur le mode du « Film Noir » de série B par Joseph H. Lewis, connu pour avoir tourné une poignée de westerns, de films noirs, à petits budgets, dans les années 30, et ce jusqu’à la fin des années 50, LE FANTÔME INVISIBLE est un film d’horreur, à tendance policière, tirant légèrement sur le thriller avec son personnage aux relents psychotiques.

14061008125415263612304684 dans Le grenier du ciné fantastique

L’intrigue : Kessler est un homme envahi de pulsions meurtrières indépendantes de sa volonté. Après avoir tenté d’assassiner sa femme qui le trompait, en causant un accident de voiture qui lui a laissé le cerveau endommagé, il l’a conserve secrètement dans un sous-sol, surveillée par son jardinier. Quand un innocent est exécuté pour un meurtre commis par Kessler, son frère arrive à l’improviste pour tenter de percer ce mystère de meurtres qu’il considère comme non-élucidés…

14061008140515263612304691 dans TrapardRien de vraiment exceptionnel dans ce petit film d’horreur qui reprend, très légèrement, le principe de la petite blaxploitation du début des années 40 grâce à la présence du très bon comédien, Clarence Muse. Bien qu’oublié aujourd’hui, Muse a néanmoins été le premier acteur afro-américain à devenir une « star » de cinéma, et il a joué pendant plus de soixante ans, et est apparu dans plus de 150 films. Il incarne, dans LE FANTÔME INVISIBLE, Evans, le majordome indirectement complice de son employeur, Kessler.

Autre point fort du film, puisqu’il est question de Kessler, c’est le jeu de Bela Lugosi, qui est à mille lieues de l’interprétation stéréotypée qu’il entretient depuis le DRACULA (1931) de Tod Browning. Le film de Joseph H. Lewis, bien que dénué d’ambiance, permet surtout à Lugosi de nous proposer une vraie mesure de son talent de comédien, ce qui manque à un certain nombre de ses apparitions. Rien que pour ces quelques éléments, LE FANTÔME INVISIBLE est une curiosité à découvir pour les fans de Lugosi qui ne l’auraient jamais vu, ce qui tombe plutôt bien, puisque Bach Films en a proposé une édition française, il y a quelques années déjà.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or / Le Cœur Révélateur

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE CŒUR RÉVÉLATEUR (1941)

LE CŒUR RÉVÉLATEUR (1941) dans Cinéma 13052108214015263611211209

LE CŒUR RÉVÉLATEUR (1941) de Jules Dassin

LE CŒUR RÉVÉLATEUR (The Tell-Tale Heart) n’est pas tout à fait un film fantastique, mais une sympathique et angoissante adaptation de l’un des meilleurs textes d’Edgar Allan Poe. C’est aussi un court-métrage qui est la toute première réalisation de Jules Dassin, après avoir été l’assistant-réalisateur d’Alfred Hitchcock.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, car bien qu’étant le père du célèbre chanteur Joe Dassin, Jules Dassin n’était pas du tout français, mais un réalisateur américain, fils d’un immigré ukrainien. Pour la légende, à son arrivée en Amérique, le père de Jules ne parlant pas anglais dit simplement aux services d’immigration des États-Unis qu’il venait d’Odessa. Ces derniers qui ne comprenaient ni l’Ukrainien, ni le nom « Odessa », l’enregistrèrent sous le nom de « Dassin ». La naturalisation française du chanteur Joe Dassin vient surtout des nombreux exils politiques de son père en Europe, qui fut l’une des victimes du maccarthysme pour son bref séjour au sein du parti communiste américain.

14060308333415263612287009 dans Fantastique

Tourné pour la Metro-Goldwyn-Mayer, LE CŒUR RÉVÉLATEUR se voulait un film d’Avant-Garde, et bien que son réalisateur le trouvait mauvais, le court-métrage remporta un certain succès public lors de sa diffusion en salles.

Le film reprend, plus ou moins, les grands traits du conte horrifique d’Edgar Poe en narrant le conflit obsessionnel entre un jeune homme et un vieillard aigri qui pousse son compagnon jusqu’au crime. La police menant son enquête, la culpabilité hante, petit à petit, le jeune homme, jusqu’à la schizophrénie…

14060308360115263612287012 dans Le grenier du ciné fantastique

On retrouve, d’ailleurs, dans ce film, comme dans la plupart des contes d’Edgar Poe, l’un des codes du roman policier, très exploité dans les séries TV, comme celle de COLUMBO particulièrement : le film ou le texte ne raconte pas une enquête policière, mais on se retrouve entre le coupable et les agents de police, et il ne reste plus au coupable qu’à se débattre seul face à son secret difficilement camouflable, et Edgar Poe d’insister généralement très fortement sur l’obsession de la culpabilité. Et comme dans la série COLUMBO, le coupable se retrouve, très généralement, coincé entre le regard des enquêteurs et le nôtre, en tant que spectateurs, ce qui renforce et accentue une forme d’enfermement progressif du coupable vers sa faute. Mais je dépasse un peu le cadre du Grenier du Ciné Fantastique en empiétant sur le terrain de Ratinox et de sa fameuse saga de « Geek en série » du blog, Le Cri du Cagou.

14060308373415263612287018 dans Trapard

Pour rester sur LE CŒUR RÉVÉLATEUR de Jules Dassin, cet enfermement se caractérise par une sonorité intérieure (le battement de cœur du vieillard) se dégageant de l’obsession de culpabilité du jeune homme (nous parlions déjà de la manière d’aborder la psychose obsessionnelle chez Edgar Poe, dans cette même rubrique, mais dans le cinéma muet, cette fois-ci, avec LA CHUTE DE LA MAISON USHER). Au même titre que le jeune homme du CŒUR RÉVÉLATEUR, tout le monde se souvient du protagoniste principal du « Chat noir » qui vient d’emmurer le corps de sa femme, et dont un chat symboliquement noir vient obstruer ce refoulement de culpabilité par des miaulements obsédants, qui semblent dépasser le cadre de son esprit torturé, jusqu’à suinter complètement des murs, lors du passage des policiers. C’est d’ailleurs très souvent cette psychose obsessionnelle décrite par Poe qui lui permet de donner un coup de clé dans les serrures de deux portes bien distinctes : le Fantastique et/ou la Folie.

Pour les curieux, le court-métrage d’environ 20 minutes, LE CŒUR RÉVÉLATEUR de Jules Dassin, est trouvable sur YouTube, mais en V.O., sous son titre original, THE TELL-TALE HEART.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles / Pinocchio & La Clé d’Or

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



PINOCCHIO ET LA CLÉ D’OR

PINOCCHIO ET LA CLÉ D'OR dans Cinéma 13052108214015263611211209

LA CLÉ D’OR (1939) d’Alexandre Ptouchko

14051308524115263612233043 dans FantastiqueLA CLÉ D’OR (Золотой ключик / Zolotoï klioutchik), autrement dit PINOCCHIO ET LA CLÉ D’OR ou encore LES AVENTURES DE BOURATINO, est un film russe de la cultissime MosFilms qui mélange animation et prises de vue réelles. Souvenez-vous que la même année, les frères Fleischer tournait aussi une adaptation des VOYAGES DE GULLIVER (1939, Gulliver’s Travel).

Trois ans avant la réalisation du film d’Alexandre Ptouchko, en 1936, Alexis Tolstoï a réécrit le « Pinocchio » de Collodi car il voulait en faire une version plus adaptée aux enfants russes. L’histoire est assez semblable sur la première moitié, mais la seconde moitié est totalement différente. Cette version de Tolsoï est la trame de LA CLÉ D’OR :
Dans une Italie du 19ème siècle, le pauvre « Papa Carlo » vivote en jouant de l’orgue de Barbarie et en interprétant la chanson du  » pays merveilleux » (où tous les enfants sont scolarisés, et où tous les seniors bénéficient de la retraite par répartition), et dont la porte peut être ouverte par une clé d’or. Hélas, son orgue se casse, et Papa Carlo se retrouve seul et démuni. Au même moment, arrive en ville le cirque de marionnettes de Karabas-Barabas, dont les petites figurines animées sont douées d’une volonté propre, et que l’horrible Karabas-Barabas mène à coups de martinet. À peine installé, Karabas-Barabas appelle son ami Duramar, vendeur de sangsues de son état, et lui dit qu’il est entré en possession de la fameuse clé d’or, mais qu’il ignore où se trouve la porte vers ce qu’il suppose être un magnifique trésor. Il donne à Duramar la description qu’on lui a faite et le charge de la trouver. Peu après, un charpentier offre une bûche parlante à « Papa Carlo » qu’il taille en une marionnette, elle aussi douée de parole, représentant un petit garçon. Ce fils de substitution, il l’appelle Buratino (Burattino, avec deux t, signifiant marionnette en italien). Et pour lui acheter des vêtements et du matériel scolaire, afin qu’il se rende en classe, « Papa Carlo » vend sa dernière veste. Sur le chemin de l’école, le fantasque Buratino tombe sur le cirque de Karabas-Barabas…

14051308535915263612233044 dans Le grenier du ciné fantastiqueDans les années 30, l’U.R.S.S. ne s’embarrassant pas trop de questions de droits d’auteurs, ni l’œuvre de Tolstoï, ni le film de Ptouchko ne se revendiquent du roman de Carlo Collodi, le film étant pourtant plus proche du roman italien que de la version russe. À l’inverse, Walt Disney achètera les droits à la famille de Collodi pour réaliser la jolie version colorisée de PINOCCHIO de 1940 que nous connaissons tous. Ce qui n’enlève rien à la qualité des effets spéciaux de LA CLÉ D’OR que je trouve très réussis. Et ça reste une opinion personnelle, mais là où le film de Ptouchko est un conte plutôt destiné aux petits, le film d’animation de Disney peut se voir par un public bien plus large.

Sorti en 1939, LA CLÉ D’OR remporta un franc succès public en U.R.S.S., tandis que l’arrivée de la Seconde Guerre Mondiale fut en la défaveur de la firme Disney et de son PINOCCHIO en 1940 qui avait pourtant misé sur le récent succés de son BLANCHE-NEIGE ET LES SEPT NAINS (1939).

LA CLÉ D’OR mélange donc comédiens et effets de miniaturisations incrustées, avec un mode d’animation très soviétique, voire même assez proche de celle de l’École de l’Animation Tchèque sous le régime. Ce même effet de miniaturisation qui aura la vie longue au cinéma et particulièrement dans les années 30 à 50. D’ailleurs, l’année suivante Ernest B. Schoedsack tournera le fameux DOCTEUR CYCLOPE (1940) sur ce principe, un film que nous avons déjà abordé sur Les Échos d’Altaïr.

Et comme cela arrive quelques fois dans cette rubrique du Grenier du Ciné Fantastique, voici du 2 en , avec un second article étroitement lié au premier, puisqu’il s’agit du remake de LA CLÉ D’OR.

PINOCCHIO ET LA CLÉ D’OR (1959) de Dimitri Babichenko et Ivan Ivanov-Vano

14051308554815263612233045

Cette seconde version russe (Приключения Буратино) que l’on trouve (difficilement) sous divers titres français comme PINOCCHIO ET LA CLÉ D’OR, LES AVENTURES DE PINOCCHIO ou encore BOURATINO. Produite par les studios Soyuzmultfilm PINOCCHIO ET LA CLÉ D’OR est extrêmement fidèle au conte de Tolstoï :

Il était une fois un magicien qui utilisa le bois d’un arbre magique pour sculpter des personnages qui prirent vie. Hélas, un méchant individu du nom de Karabas-Barabas déroba les petits personnages de bois et en fit ses esclaves. Le pauvre magicien, trop âgé pour secourir ses amis de bois, en mourut de désespoir. Karabas vola par ailleurs une clé d’or appartenant au magicien qui est censée ouvrir une porte donnant accès à un trésor, une porte dont Karabas ne connait pas l’emplacement exact (tout juste sait-il qu’elle se trouve derrière une cheminée). Quelque temps plus tard, Karabas vient trouver un vieux menuisier du nom de Giuseppe afin que ce dernier lui rende l’argent qu’il lui a prêté. Ne pouvant pas le payer, Giuseppe lui propose de lui donner une bûche qu’il a trouvée par terre. Karabas refuse et Giuseppe décide d’utiliser la bûche pour en faire un pied de table. C’est alors que la bûche émet des protestations ! Effrayé, Giuseppe décide de se débarrasser de la bûche en la donnant à son vieil ami papa Carlo, un homme très généreux qui vit dans une grande pauvreté. Giuseppe explique à Carlo que s’il sculpte la bûche pour en faire un pantin, ce dernier pourra danser et chanter et lui rapporter de l’argent. Papa Carlo suit ces conseils et baptise le pantin Pinocchio mais renonce finalement à le faire travailler et l’envoie à l’école pour qu’il y reçoive une bonne éducation. Malheureusement, Pinocchio n’a aucune envie d’aller à l’école, si bien que M. Grillon, un insecte qui vit sous le toit de papa Carlo depuis une cinquantaine d’années (et qui veille sur lui), se montre pour exhorter à Pinocchio d’écouter son père…

14051308571415263612233051

L’adaptation animée tout en couleurs et la réalisation de PINOCCHIO ET LA CLÉ D’OR sont de très bonne facture. On se rapproche ici des très bons films d’animations russes pour enfants des années 70.

Il existe deux doublages français de ce film : le premier édité en VHS dans les années 80 est très fidèle à la version originale mais effectué par des comédiens russes à l’accent très prononcé. Le second a été fait d’après une version américaine de la société Films by Jove qui a changé les musiques et adouci certains dialogues. C’est malheureusement cet unique doublage très enfantin et théâtral qu’il m’ait été donné de voir.

Néanmoins, les amateurs d’animation devraient apprécier cette seconde version cinématographique du conte de Tolstoï, qui conclut cet article du Grenier du Ciné Fantastique.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies / L’Homme qui faisait des Miracles

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



L’HOMME QUI FAISAIT DES MIRACLES (1936)

L'HOMME QUI FAISAIT DES MIRACLES (1936) dans Cinéma 13052108214015263611211209

L’HOMME QUI FAISAIT DES MIRACLES (1936) de Lothar Mendes

14050608264615263612210055 dans Fantastique

Produit par la London Films d’Alexander Korda, et sorti la même année que THINGS TO COME, la firme anglaise faisait une pierre-deux-coups, en cette année 1936, avec L’HOMME QUI FAISAIT DES MIRACLES (The Man who could work Miracles), en produisant deux films fantastiques, et tous les deux adaptés d’H.G. Wells. Beaucoup plus « british » que le précédent, L’HOMME QUI FAISAIT DES MIRACLES est plus dans la lignée de la comédie fantastique à l’anglaise, drôle et subtile à la fois.

L’intrigue : Tout en affirmant vigoureusement l’impossibilité de réaliser des miracles, George McWhirter Fotheringay découvre qu’il peut en accomplir. Il commence à tester ses pouvoirs mais il provoque quelques incidents. Inquiet, il cherche conseil auprès de l’ecclésiastique local, mais celui-ci voit en ce pouvoir, un moyen ingénieux de réformer le monde, tout en remplissant sa paroisse…

14050608280015263612210058 dans Le grenier du ciné fantastique

L’HOMME QUI FAISAIT DES MIRACLES est un film drôle et léger, bourré de petits effets visuels comme on peut s’y attendre avec ce genre de film. Le comédien, Roland Young, aussi insignifiant soit-il avec ses airs de Monsieur-Tout-le-Monde, est parfait dans son rôle d’apprenti-sorcier moderne bavard et survolté. On retrouve aussi, à ses côtés, l’excellent Ernest Thesiger, le fameux docteur Pretorius de LA FIANCÉE DE FRANKENSTEIN (1935, Bride of Frankenstein), en prêtre calculateur, ainsi que George Zucco et George Sanders, déjà en 1936, dans de tout petits rôles.

Si vous aimez l’humour british, ce film est pour vous, et il est très facilement visible, en version complète sur YouTube, mais uniquement en V.O. (désolé pour ceux qui maîtrisent mal la langue de Shakespeare). Sans trop vous en dire, puisque vous pouvez le découvrir aisément, L’HOMME QUI FAISAIT DES MIRACLES sera tout simplement le film du Grenier du Ciné Fantastique de ce soir.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong / La Révolte des Zombies

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LA RÉVOLTE DES ZOMBIES (1936)

LA RÉVOLTE DES ZOMBIES (1936) dans Cinéma 13052108214015263611211209

LA RÉVOLTE DES ZOMBIES (1936) de Victor Halperin

14042908345915263612187779 dans Fantastique

Souvenez-vous que nous vous présentions WHITE ZOMBIE (1932), le premier film de zombie de l’Histoire du Cinéma, que les frères Halperin avaient produit avec un petit budget, et réalisé avec Bela Lugosi dans le rôle d’un sorcier vaudou. Cinq ans plus tard, les Halperin Brothers récidiveront avec LA RÉVOLTE DES ZOMBIES (Revolt of the Zombies), au nom de la petite Favorite Films Corp, mais sans Lugosi cette fois-ci, et avec un scénario plus élaboré encore.

L’intrigue : Un prêtre cambodgien détient une mystérieuse formule secrète qui permet à quiconque de créer une armée de zombies invulnérables. Alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage, il est assassiné et la formule lui est dérobée …

Après THINGS TO COME, réalisé en 1936 par William Cameron Menzies, LA RÉVOLTE DES ZOMBIES est encore un film fantastique (ou d’horreur, pour être plus précis) qui annonce la guerre mondiale à venir… Et elle sera violente puisque les scénaristes, Howard Higgin, Rollo Lloyd et Victor Halperin lui-même l’imaginaient avec une horde de zombies increvables en têtes de ligne ! Une belle métaphore pour de la chair à canon, qui rappelle plus ou moins le film anti-militariste, J’ACCUSE de 1919, et son remake éponyme de 1938, tous les deux réalisés par Abel Gance, et où les morts, tués à la guerre, se relevaient en guise de menace envers les vivants.

14042908363815263612187786 dans Le grenier du ciné fantastique

Situé au Cambodge, LA RÉVOLTE DES ZOMBIES est la suite logique d’une nouvelle tendance hollywoodienne, à situer l’action de ses films sur le continent asiatique, après celui de l’Afrique. Et quoi de plus mystérieux que les différentes cultures de l’Asie pour exploiter des sujets fantastiques de toutes sortes, des aventures de l’assassin Fu Manchu et ses différents dérivés comme DAUGHTER OF THE TONG (1939) de Bernard Ray, jusqu’aux documentaires exotiques comme ELEPHANT BOY (1937) de Robert Flaherty et avec le jeune acteur indien, Sabù. En passant, par les documentaires qui frisent la tendance de ce que deviendra, dans les années 50 et 60, le « Mondo », avec FORBIDDENT ADVENTURES IN ANGKOR (1937), jusqu’au LIVRE DE LA JUNGLE (1942, Book of Jungle) avec Sabù devenu une vedette, et adapté d’un roman de Rudyard Kipling. LA RÉVOLTE DES ZOMBIES exploite donc ce filon de l’Inconnu ancestral asiatique, faisant de la cité d’Angkor le lieu d’où naissent les croyances les plus folles, comme la zombification (!).

14042908380115263612187789 dans TrapardBonne série B qui lorgne du côté de cette tendance hollywoodienne à ressusciter des créatures de toutes sortes, du zombie haïtien de WHITE ZOMBIE (1932), en passant par LA MOMIE (1932, The Mummy) de l’Égypte antique, ou autre créature de FRANKENSTEIN (1931). Mais les frères Halperin reprennent surtout le zombie là où ils l’avaient laissé, entre les Caraïbes et l’Afrique, ce qu’un certain nombre de serials du milieu des 30′s récidivera. LA RÉVOLTE DES ZOMBIES modifiera surtout la donne en décentralisant les origines du mort-vivant vers le continent asiatique, ce qui ne se refera plus trop, par la suite, excepté par les nombreuses productions hong-kongaises des années 80-90, avec les films de kung-fu, comme aussi, dans la longue série d’œuvres pro-taoïstes de chasseurs de fantômes-vampires-zombies de la Nouvelle Vague de Hong-Kong, de L’EXORCISTE CHINOIS (1980, Gui da gui) à MISTER VAMPIRE (1985, Jiāngshī Xiānshēng), une variante imagée du folklore chinois, de notre fameux mort-vivant.

Quand à LA RÉVOLTE DES ZOMBIES, nous sommes beaucoup plus proches ici des Monstres hollywoodiens de la Universal Pictures, et le film s’insèrera de lui-même dans la rubrique du Grenier du Ciné Fantastique.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray / Le Fils de Kong

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE FILS DE KONG (1934)

LE FILS DE KONG (1934) dans Cinéma 13052108214015263611211209

LE FILS DE KONG (1934) d’Ernest B. Schoedsack

14041508135515263612150450 dans Fantastique

LE FILS DE KONG (The Son of Kong) est la suite directe de KING KONG (1933) dont la production et le tournage se firent la même année que son prédécesseur en 1932 (nous parlions de ce tournage au sujet de celui des CHASSES DU COMTE ZAROFF). Produit par la RKO, avec une situation financière difficile et proche de la banqueroute, le tournage et la préparation de ce film se firent, malgré tout, rapidement, mais avec un budget plus serré encore que celui de KING KONG. Cela se ressent à l’image puisqu’on n’y voit très peu l’île, les explorateurs ne s’éloignant que très peu du canot avec lequel ils sont arrivés ni du temple de l’intrigue. De même, les créatures préhistoriques de l’île sont beaucoup moins nombreuses, moins terrifiantes et disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues. D’ailleurs, devant le manque de budget alloué aux effets spéciaux, Willis O’Brien demanda à ce que son nom soit retiré du générique, sans succès. Malgré cela, certaines scénes sont encore surprenantes comme le combat entre Kong Junior et un ours géant, où celle où il se noie en sauvant Denham et la jeune Hilda.

14041508151615263612150451 dans Le grenier du ciné fantastique

La baisse du budget explique aussi le peu de comédiens visibles dans le film, et les indigènes sont même réduits à une petite dizaine d’hommes, alors que le scénario leur donnait une place plus importante. Seuls les acteurs Robert Armstrong retrouve son rôle de Carl Denham, ainsi que Frank Reicher qui reprend son rôle du capitaine Englehorn. Pour le reste, LE FILS DE KONG est beaucoup plus destiné à un jeune public, Kong Junior n’ayant pas la bestialité de son père, et le nombre de morts comme de situations hostiles sont très réduits dans le film.

L’intrigue : Après la mort de Kong, Carl Denham est ruiné dans les procès à cause des destructions des victimes qu’a entraîné la présence de Kong à New-York. Traqué par les journalistes, il décide de partir voir le capitaine Englehorn, et ensemble ils quittent New York avec un équipage pour rejoindre l’Extrême-Orient, et le port de Dakang. Ils y retrouvent le capitaine Helstrom, qui avait vendu la carte de l’ile de Kong à Denham et celui-ci leur annonce qu’un trésor fut caché dans l’ile par les indigènes qui ont construit la muraille.Une fois sur l’île, nos explorateurs rencontrent vite celui qui semble être la descendance de Kong…

14041508163515263612150454 dans Trapard

LE FILS DE KONG est sorti à la fin de l’année 1933, 8 mois après KING KONG, mais trop rapidement finalement, KING KONG étant encore dans le succès du Box-Office, cette suite passa inaperçue et ne connut qu’un succès très modeste.

Malgré son manque de moyens et ses déboires d’exploitation, LE FILS DE KONG reste un classique que les fans du genre aiment redécouvrir, lors de ses trop peu nombreuses diffusions télévisées, ce qui a été le cas il y a quelques mois de ça.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue /Les Chasses du Comte Zaroff / Vampyr ou l’Étrange Aventure de David Gray

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



VAMPYR OU L’ÉTRANGE AVENTURE DE DAVID GRAY (1932)

VAMPYR OU L’ÉTRANGE AVENTURE DE DAVID GRAY (1932) dans Cinéma 13052108214015263611211209

VAMPYR OU L’ÉTRANGE AVENTURE DE DAVID GRAY (1932) de Carl Theodor Dreyer

14040808455315263612132040 dans Fantastique

Mettant beaucoup de temps à se remettre à la réalisation entre deux films, c’est presque quatre ans après la sortie du très beau LA PASSION DE JEANNE D’ARC (1928), qu’il a tourné en France, que le cinéaste danois, C.T. Dreyer tournera VAMPYR OU L’ÉTRANGE AVENTURE DE DAVID GREY (Vampyr – Der Traum des Allan Grey). C’est le Baron Nicolas Louis Alexandre de Gunzburg, chef de rédaction de magazines de mode, qui a produit et commandé à Dreyer un film de vampires où il tiendrait le rôle principal sous le pseudonyme de Julian West. Financièrement franco-allemand, VAMPYR a été réalisé, selon le mode d’exploitation entre 1931 et 1933, en trois versions : allemande, française et anglaise. Sorti en France en 1932, le film ne sortira au Danemark que l’année suivante. L’histoire veut que les comédiens du film n’étant pas des professionnels du métier, et ne pratiquant pas les trois langues d’exploitation à la fois, le réalisateur a réduit les dialogues au strict minimum, deux éléments qui accentuent l’étrangeté de VAMPYR, dont l’orthographe du mot n’existe d’ailleurs en aucune langue.

14040808474615263612132041 dans Le grenier du ciné fantastique

Tourné à l’arrivée du cinéma parlant, VAMPYR est un exercice de style pour Dreyer qui considérait les premiers films sonores comme du « théâtre filmé ». Le réalisateur a donc énormément épuré la bande-son de son film, les dialogues étant très dispersés et souvent surprenants lorsqu’ils interviennent en rompant les courtes partitions musicales de Wolfgang Zeller. De plus, le Baron Nicolas de Gunzburg a annoncé plus tard que VAMPYR fut entièrement tourné sans enregistrement sonore, et que les comédiens prononçaient distinctement chaque mot dans les trois langues, le son ayant été post-synchronisé aux studios U.F.A. de Berlin, après le montage du film.

L’intrigue : David Gray arrive à Courtempierre et s’installe à l’auberge du village. Pendant la nuit, un vieillard lui rend visite et lui confie un vieux grimoire sur les vampires, et sur les moyens de s’en protéger. Dès cet instant, Allan doit affronter et déjouer les pièges d’une femme vampire…

14040808493815263612132042 dans Trapard

Très librement adapté des deux nouvelles de Sheridan Le Fanu, « Carmilla » et « La Chambre de l’auberge », VAMPYR est sorti en salles, bien après le film de Tod Browning, DRACULA (1931) mais n’en obtint pas le même succès. Avec son atmosphère d’étrangeté, sa réalisation très moderne, voire expérimentale, le film de Dreyer semble avoir désarçonné les spectateurs. VAMPYR n’aura une exploitation que de courte durée, et son réalisateur mit plus de dix ans à tourner son film suivant.

14040808511615263612132043Nettement plus poétique que destiné à effrayer, VAMPYR se rapproche beaucoup plus de NOSFERATU LE VAMPIRE (1922, Nosferatu, eine Symphonie des Grauens) et de l’expressionnisme poétique du réalisateur Friedrich Wilhelm Murnau, que du DRACULA de Browning. Ce qui ajoute encore à l’étrangeté de VAMPYR, c’est sa pâleur presque hypnotique, particulièrement dans la scène finale de la grange. Cet effet a été expliqué par Dreyer qui, en visionnant les premières rushes du film, avec son opérateur, Rudolph Maté, s’aperçut qu’une lumière grise s’était réfléchie par erreur dans l’objectif. Ils choisirent finalement de conserver l’aspect glauque et blanchâtre de l’image, pour accentuer l’atmosphère mystérieuse de l’intrigue. L’autre curiosité de VAMPYR est son incroyable alternance de points de vue entre tous les personnages, la lisibilité du film devenant un exercice d’élasticité intellectuelle pour le spectateur. Dreyer est même allé jusqu’à filmer le point de vue de Julian West, présumé mort, lors de son enterrement, chose inconnue en 1932. La présence de la vieille femme vampire, personnage central de VAMPYR, est très secondaire à l’image alors que malgré tout sa présence est palpable tout le long du film.

En plus du NOSFERATU de Murnau, VAMPYR OU L’ÉTRANGE AVENTURE DE DAVID GRAY est donc à rapprocher d’un mode narratif issu de l’expressionnisme allemand, tel que celui du CABINET DU DOCTEUR CALIGARI (1919, Das Cabinet des Dr. Caligari) de Robert Wiene, bien qu’extrêmement différent visuellement. D’ailleurs, en 1933, le parti national-socialiste allemand, alors au pouvoir, lui commanda un film, dont Dreyer déclina la proposition.

- Trapard -

Autres films présentés dans la catégorie Le Grenier du Ciné Fantastique :

La Charrette Fantôme / La Chute de la Maison Usher / Les Contes de la Lune vague après la Pluie / Frankenstein (1910) / Le Cabinet du Docteur Caligari / La Monstrueuse Parade / Le Fantôme de l’Opéra / Double Assassinat dans la Rue Morgue / Docteur X / White Zombie / The Devil Bat / La Féline (1942) / Les Visiteurs du Soir / La Main du Diable / Le Récupérateur de Cadavres / La Beauté du Diable / Un Hurlement dans la Nuit / The Mad Monster / La Tour de Nesle /L’Étudiant de Prague / Les Aventures Fantastiques du Baron de Münchhausen /Torticola contre Frankensberg / Ulysse / Man with Two Lives / The Mad Ghoul / La Tentation de Barbizon / The Flying Serpent / Peter Ibbetson / Le Fantôme Vivant /La Marque du Vampire / Les Poupées du Diable / Le Gorille / Le Voleur de Bagdad / The Savage Girl / Murders in the Zoo / The Vampire Bat /Figures de Cire / L’Oiseau Bleu / L’Aïeule / Genuine / La Charrette Fantôme (1921) / Häxan, la Sorcellerie à travers les Âges / Les Nibelungen / Le Monde Perdu (1925) / Wolfblood / Faust, une Légende Allemande / La Lumière Bleue / Les Chasses du Comte Zaroff

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



12345...8