Catégorie

Archive pour la catégorie « Littérature »

CITATION CÉLÈBRE : DRACULA

CITATION CÉLÈBRE : DRACULA dans Fantastique 17121111182915263615410491« Soudain, d’un bond inattendu, il jaillit dans la pièce, se frayant un chemin entre nous avant qu’un seul eût eu le temps de lever la main pour l’intercepter. Il y avait, dans ce mouvement, quelque chose de félin, quelque chose de si peu humain que nous sortîmes, en une seconde, du choc causé par une irruption aussi inattendue. »

(Dracula / Bram Stoker)



1984 de George Orwell

1984 de George Orwell dans Littérature 14072703494415263612413227

1984 de George Orwell. Ce livre est-il pertinent aujourd’hui ?

Cet avis est le fruit de mon vécu, de mon expérience et de mes croyances, je suis ouvert à toute contre argumentation et je déclare ne pas posséder la vérité vraie, c’est dit !

J’ai regardé récemment une vidéo de La Luciole Du Trantor* traitant de 1984 et si je suis d’accord avec l’analyse littéraire du livre, je le suis moins avec la fin et le parallèle fait avec Trump.

17120507400215263615402059 dans Publifan1984 est un excellent livre à tout point de vue et je ne vais pas répéter encore une fois ce qui l’a déjà été mille fois. George Orwell y décrit tout simplement le régime totalitaire ultime. Prendre en compte le contexte historique qui a accompagné son écriture est très important pour bien le comprendre et donc se le remettre en tête est indispensable. Alors, publié en 1949, que peut-on dire de l’époque ?

La guerre est finie (sans dec), l’Europe et le Monde se reconstruisent. Mais y ‘a un hic, alliés pendant le conflit, Les États Unis et l’Union Soviétique ont maintenant vaincu l’ennemi nazi et se retrouvent face à face. Capitalisme Vs Communisme ! Et les deux ne s’aiment pas beaucoup ! Bref… Churchill a déjà baissé le rideau de fer, Berlin a connu son embargo et Marshall a lancé son plan depuis 1947. Les Russes commencent à bouder sévère et ont créé le Kominform. En même temps, Ils pédalent comme des malades pour obtenir l’arme nucléaire car, allez savoir pourquoi ils se sont sentis visés par Nagasaki et Hiroshima. Staline a 17120507414615263615402060 dans Science-fictionaussi demandé à ce que les partis communistes prennent le pouvoir partout où ils le peuvent… La CIA commence du coup ses opérations extérieures et met le bazar. C’est la Guerre Froide et tout le monde flippe qu’elle puisse se transformer un jour en un nouveau conflit global et « nucléaire ».

George Orwell sur le coup semble manquer d’humour. Il n’aime pas trop le capitalisme mais déteste le totalitarisme. Il se dit merde, si ça tourne mal voilà ce qui pourrait se passer. Énorme, magnifique, magistral travail d’ingénierie social et politique.

Le régime décrit est implacable, sans faille, il maîtrise tout : les gens, ce qu’ils pensent, ce qu’ils apprennent. George n’a d’ailleurs dans l’absolu rien inventé, il a juste eu à piocher dans le nazisme et le stalinisme… Je lui décernerai malgré tout une médaille d’or pour la théorie sur la pensée et le langage. Il a poussé toutes ces logiques à fond et en a retiré toute faiblesse! Tadaaaaa ! 1984 est né.

17120507474915263615402062Aujourd’hui ce livre refait surface et j’avoue me demander un peu pourquoi. Le monde décrit par Orwell est à un système solaire de distance de ce que l’on vit dans nos vertes ou moins vertes contrées. Prenons les fake news de Trump… 5 min après leur sortie 80% des gens voient bien que Trump dit n’importe quoi et est un pingouin. C’est tout le contraire de ce qui est décrit dans le livre où l’information est manipulée dans le but d’en faire une vérité acceptée de tous. Trump lui s’en fout des 80% qui ne le croient pas, ils visent juste les 20% qui le croient. Il ne veut pas établir une nouvelle vérité, il veut juste beurrer la tartine de son électorat… Alors faire le parallèle avec la stratégie de manipulation globale et minutieuse de 1984, c’est, je crois, lui faire beaucoup d’honneur.

Une fake news existe précisément parce que l’on peut l’identifier comme telle. Notre époque a pour spécificité que justement l’information n’a jamais été aussi disponible… Le défi n’est pas qu’elle soit verrouillée, il est au contraire que tout le monde peut dire tout et n’importe quoi, vrai et faux et le diffuser. À partir de ce moment-là, la difficulté est plutôt de savoir comment la traiter, la filtrer et l’appréhender.

17120507451615263615402061

Passons à Big Brother. Honnêtement, savoir si le gouvernement lit mes emails ou écoute mon tel… formidable mais je m’en fous un peu car pour moi le danger ne vient pas de là. Le danger vient justement du fait que les gouvernements sont de nos jours totalement dépassés dans ce domaine… Tous autant que nous sommes, nous balançons nos vies sur les réseaux sociaux et l’Internet : ce que nous mangeons, buvons, quand nous dormons, ce que nous achetons, pensons… où nous allons, qui sont nos amis, etc. Imaginons un truc. Vous activez votre géolocalisation sur Facebook et vous allez au 17120507500115263615402063McDo 3 fois par semaine… Cette information finit donc sur le net. Ben un jour peut-être votre assurance santé vous réclamera de payer plus cher car votre « hygiène de vie » a été établie comme n’étant pas saine (selon ses propres critères). Si bien que dans quelques années, nous demanderons à ces mêmes gouvernements de prendre des lois pour nous protéger de ces pratiques… aux antipodes de 1984. Aucun État au monde hormis peut-être la Corée du Nord n’a les moyens de réunir autant d’informations sur un individu. Big Brother a été terrassé par le Big Data.

Je ne vais pas vous ventiler avec mes réflexions, mais un livre aussi brillant soit-il n’en fait pas systématiquement un objet pertinent. Une livre de SF est la traduction d’une angoisse, 1984 traduisant celle de la fin des années 40. Sur notre époque, je trouve La Zone du Dehors de Damasio beaucoup plus juste car il traite d’une angoisse elle-même plus contemporaine.

*J’aime bien les vidéos d’Ana D. et je conseille !

- TheSFavenger -

Visitez la page de TheSFavenger sur Facebook :

La SF contre-attaque

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



DEMAIN LES CHIENS

DEMAIN LES CHIENS dans Littérature 14072703494415263612413227

Un article écrit par TheSFavenger de La SF contre-attaque. Merci à lui de le partager sur Les Échos d’Altaïr.

17112307141615263615382350 dans PublifanOui, Demain Les Chiens fleure bon le vintage et est délicieusement old fashion. Et si la science-fiction bucolique de sieur Simak est agréable à lire, elle n’en reste pas moins affreusement pessimiste, ce livre ne racontant pas moins que la disparition de l’Homme. Alors, il le fait par le biais de récits légendaires contés par des chiens qui ont atteint la sapiens. Le tout tourne d’ailleurs un peu débat philosophico-théologique… Il y a sans doute une critique de la religion derrière mais ce n’est pas l’aspect qui m’intéresse le plus.

Ce livre est surtout une réaction au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale et Clifford n’est pas confiant en l’Homme…

Mettons les choses dans leur contexte : la première nouvelle date de 1944 alors que le conflit n’est pas fini. Et à y repenser, voilà déjà 30 ans de pure folie qui se sont écoulées… Il est difficile de dissocier la Première de la Seconde Guerre tant elles sont liées… et il faut avouer que la Deuxième a donné de quoi flipper.

17112307191415263615382351 dans Science-fictionClifford dans sa description de la disparition des villes met le doigt sur un point important : les civils y ont pris plus (bien plus) dans la tronche que les militaires. WWII a en effet marqué une évolution, les civils sont devenus une cible, un levier pour faire tomber les résistances. Ce changement avait juste commencé à prendre forme pendant la Grande Guerre mais fut élevé au niveau de doctrine pour la Seconde… Aussi comprend-on pourquoi Clifford imagine la fin des concentrations urbaines qui ont constituées des cibles de choix pendant le conflit (le titre original du livre est « City »). Au passage, les premières nouvelles datent d’ailleurs d’avant Nagasaki et Hiroshima, mais aussi du bombardement de Dresde pour ne citer qu’eux.

Ces 30 années ont aussi bien évidemment été marquées par le nazisme et autre douceurs fascisantes mais c’était surtout la manifestation d’un phénomène plus profond… L’entre-deux-guerres a été le théâtre d’un recul des démocraties et du sentiment démocratique jamais vu depuis. Recomptons : Allemagne, Russie, Italie, Espagne… partout des dictatures se sont mises en place et en Europe, il n’y a vraiment que la France et le Royaume Uni qui n’ont pas basculé (encore qu’en France, les choses ont chancelé un peu).

17112307221215263615382358La Grande Dépression a bien sûr également aidé à secouer les certitudes économiques et politiques. Mêlez tout ça et vous comprendrez pourquoi Clifford imagine les Hommes vivant seuls et isolés les uns des autres… En vivant ensemble, l’Homme ne sait que se détruire. En bon Américain, il décrit d’ailleurs un monde où les gouvernements ont presque disparu et n’ont pour ainsi dire pas d’influence sur la vie des gens (Clifford était-il républicain ?).

Enfin l’auteur comprend bien que la technologie transformera nos sociétés et pas toujours pour le meilleur. Il donne une large place à la robotisation et a son impact sur le travail (reprendre le programme de la présidentielle de Hamon ou Kosciusko-Morizet)… Plus globalement, on ressent bien que Clifford n’est pas un progressiste au sens ou toute avancée technologique ne signifie pas forcément progrès pour l’Homme (à méditer).

Il y aurait encore énormément de chose à dire mais voilà en gros, certaines des raisons qui font de ce livre une grande œuvre de science-fiction… même si l’ensemble vieillit un peu dans le style.

- TheSFavenger -

Visitez la page de TheSFavenger sur Facebook :

La SF contre-attaque

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



LES DICTIONNAIRES DE JEAN TULARD

LES DICTIONNAIRES DE JEAN TULARD dans Littérature 14072703494415263612413227

J’ai soudainement envie de faire comme Morbius et de présenter sur les Échos d’Altaïr, un élément que j’affection de ma bibliothèque. Ou ce qu’il en reste, puisque je ne suis pas un cinéphile très soigneux, et j’ai tendance à gribouiller des notes sur mes bouquins.

17110507282115263615355535 dans Trapard

Et c’est le cas avec les dictionnaires du cinéma de Jean Tulard, dont j’ai acheté le premier tome dédié aux réalisateurs, en 1997. À cette époque, j’aimais beaucoup les classifications par ordre alphabétique pour trouver des infos sur un film ou sur un réalisateur, et je n’avais que le dictionnaire Larousse du cinéma et quelques encyclopédies liées au cinéma expérimental, de science-fiction et d’horreur. En 1997, je ne savais rien d’internet, et ni Wikipedia, ni IMDB ne devaientt alors exister, et je n’avais pas non plus acheté les Craignos Monsters de Jean-Pierre Putters. Du coup, le dictionnaire du cinéma de Jean Tulard a été une très belle découverte, dans le sens où cet ancien prof de la Sorbonne proposait déjà un répertoire pour les réalisateurs du cinéma bis, mêlé à ceux du cinéma indépendant, du cinéma porno ou du simple blockbuster.

17110507262415263615355534

Les livres sur le cinéma bis n’existaient évidemment pas à cette époque. En tout cas, de Nouméa on n’avait pas accès à grand chose sur le sujet et il m’a fallu voyager jusqu’à Paris pour acheter les trois premiers tomes des Craignos Monsters. En attendant, les dictionnaires de Jean Tulard m’ont énormément servi entre 1998 ou 2000, pour écumer les vidéoclubs, pour en décortiquer chaque jaquette de VHS et faire le tri entre intox et infos réelles. Je me souviens par exemple avoir découvert LE BOSSU DE LA MORGUE (1973) avec Paul Naschy, caché derrière une jaquette incompréhensible. Disons que ce dictionnaire me servait à faire des choix de location extrêmement précis sans avoir à dépenser mon argent inutilement. Comme il était édité dans la collection « Bouquins » en format de Poche, je l’emmenais avec moi dans les vidéoclubs et je décortiquais un par un chaque rayon, en comptant que les vendeurs n’étaient pas des cinéphiles et qu’ils classaient un peu tout n’importe comment et dans n’importe quel rayon. Je me faisais souvent un peu remarquer avec mon dictionnaire dans une main, et un petit carnet et un stylo dans l’autre. Une vendeuse de « Jumbo Vidéo » un peu craintive est même venue me voir un jour, me demandant si j’étais un inspecteur des droits d’auteur…

17110507304115263615355536

J’ai utilisé ce dictionnaire pendant quelques bonnes années, allant jusqu’à acheter le second tome dédié aux acteurs au début des années 2000, mais je l’ai toujours trouvé moins intéressant celui-ci. C’est sûrement pour ça qu’il est toujours propre en 2017, alors que celui sur les réalisateurs est marron de crasse. Mais comme j’aimais beaucoup la collection « Bouquins », j’avais aussi acheté le double dictionnaire du rock proposé par Michka Assayas qui, comme Tulard, explorait aussi beaucoup la face non-commerciale de cet art.

Je ne me suis abonné à Internet qu’au début de l’année 2005, et les années passant depuis 1997, je complétais moi-même le dictionnaire de Tulard au crayon de papier, avec mes propres découvertes pour éviter d’acheter les rééditions. Il faut dire qu’en ouvrant la voie vers le cinéma bis, le dictionnaire de Tulard devenait si passionnant que ses lacunes se faisaient aussi très vite ressentir.

17110507325015263615355537

Puis vers juillet 2005, suite à la proposition d’un ami, j’ai créé le blog Le Caillou Magique, pour pouvoir continuer à répertorier mes découvertes en matière de cinéma de genre et de cinéma bis. Ensuite à partir de 2006, j’avais aussi commencé un long répertoire calédonien du rock et du cinéma éparpillé sur les blogs Zic & Zicos, Le Cri du Cagou, puis pour un gros projet d’archivage avec la Province Sud. Mais sans Jean Tulard, je pense que j’aurais exploré cette facette un peu cachée du cinéma que beaucoup plus tard, d’où ce petit hommage que je rends aujourd’hui à son dictionnaire.

- Trapard -



VALÉRIAN – De nouveaux livres

VALÉRIAN - De nouveaux livres dans Littérature 14072703494415263612413227

17072206485515263615162197 dans Science-fiction

Avec la sortie du film événement de Luc Besson, VALÉRIAN ET LA CITE DES MILLE PLANÈTES, les éditeurs Dargaud, Fleurus et Huginn & Muninn sortent le grand jeu : un livre d’art sur le film, un guide des mille planètes, un roman de Pierre Christin et la résurrection inattendue du journal Pilote le temps d’un numéro !

17072206222215263615162075Commençons par le livre d’art d’Huginn & Muninn, tout frais, tout beau ! Intitulé Tout l’Art du Film Valérian et la Cité des Mille Planètes, c’est un livre de plus de 190 pages que nous offre cet éditeur tant apprécié par les geeks et fantasticophiles de tout poil. Et comme tous les livres d’art consacrés aux films de SF, nous découvrons au fil des pages la conception du projet cinématographique, ses magnifiques décors, ses incroyables costumes et bien sûr ses étonnantes créatures. Écrit par Mark Salisbury, le livre nous présente les dessins, croquis préparatoires et autres peintures extraordinaires de Patrice Garcia, Alain Brion, Ben Mauro, Marc Simonetti, Feng Zhu, Sylvain Desprez… Il s’agit d’un travail monumental, où seule l’Imagination est reine et s’accorde toutes les possibilités sans aucune restriction. On se rend compte de la richesse purement SF de ce film gigantesque que certains qualifient déjà d’expérience visuelle unique.

La quatrième de couverture :

« Valérian, la bande dessinée créée par Pierre Christin et Jean-Claude Mézières, n’est pas seulement un classique du 9e art et un chef d’œuvre de la science-fiction, c’est aussi une saga légendaire qui a influencé pour toujours des générations de lecteurs, d’auteurs et d’artistes.

Après LE CINQUIÈME ÉLÉMENT, le grand Luc Besson revient à la SF et signe enfin l’adaptation sur grand écran que Valérian méritait. Dans ce livre officiel, c’est toutes les coulisses du long-métrage tant attendu que vous allez découvrir en exclusivité : les dessins qui ont donné vie à toutes les races d’extraterrestres, les designs des costumes, robots et vaisseaux, tous les effets spéciaux, etc. Un livre événement pour célébrer un film déjà culte. »

17072206233015263615162076Poursuivons avec Valérian : Le Guide des Mille Planètes édité chez Dargaud. C’est Christophe Quillien qui se charge des 300 entrées de ce petit dictionnaire de plus de 360 pages où sont rassemblés dans l’ordre alphabétique, abécédaire oblige, toutes sortes de mots, de titres, d’auteurs, de dessinateurs… ayant rapport de près ou de loin avec la série de BD Valérian. Nous avons donc droit à une mine d’informations, aux anecdotes, aux influences de l’œuvre, à ses dérivés, à sa philosophie, ses messages, ses clichés, ses hauts et ses bas, mais surtout ce qui fait d’elle une série unique, avec une âme grande comme le monde. Très plaisant à lire, il s’agit bien là d’un guide absolument indispensable pour tout fan de Valérian !

« Quel chanteur français a inspiré Valérian ? Quelle est la boisson favorite des Shingouz ? Pourquoi le transmuteur grognon de Bluxte est-il grognon ? Qui sont les mystérieux Connaisseurs ? Xombul est-il un vrai méchant ? Quel est le plat préféré de Monsieur Albert ? Y a-t-il quelque chose dans le Grand Rien ? Quel est le rôle de Point Central ? Que signifie l’expression « Surchauffer le réel ? »

Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur Valérian se trouvent dans ce Guide des Mille Planètes, un livre indispensable pour découvrir l’univers de cette saga mythique. Créée en 1967 par le scénariste Pierre Christin et le dessinateur Jean-Claude Mézières, elle a révolutionné la bande dessinée de science-fiction. »

17072206250215263615162080Au lieu de nous sortir un nouvel album, Pierre Christin préfère nous offrir un roman-pavé de 400 pages intitulé Valérian : Paradizac, la Ville Cachée (éd. Fleurus). Il s’agit bien là d’une histoire inédite par l’auteur de la BD lui-même et qui raconte l’histoire suivante :

« Fauchés, Valérian et Laureline arrivent à Point Central, le centre politique du cosmos, à la recherche d’une nouvelle occupation. Les deux complices vont pouvoir reprendre du service : le bi-prince Linilil a été enlevé à la veille de l’ouverture d’une session du ConSec, des révoltes et divers incidents menacent l’équilibre du pouvoir.

Envoyés en mission par le président du ConSec, Valérian et Laureline doivent déjouer le complot qui menace l’équilibre de l’univers et retrouver le bi-prince. Cette mission les conduira jusqu’à Paradizac, la cité interdite des ultrariches, et à la rencontre de toutes sortes d’aliens qui les aideront ou les plomberont dans leur quête de la paix. »

Pas encore lu, mais prometteur, j’en suis sûr !

17072206263115263615162090Terminons enfin avec Pilote, le magazine BD qui nous revient d’entre les morts le temps d’une version album cartonné Pilote : Spécial Valérian ! « Cinquante ans plus tard, à la veille de la sortie du film VALÉRIAN ET LA CITE DES MILLE PLANÈTES de Luc Besson, ce numéro hors-série rend hommage à la saga et à ses auteurs. » Ont donc été conviés pour l’événement tout une flopée de dessinateurs, scénaristes et autres BDphiles qui s’amusent à balancer Valérian et Laureline dans de nouvelles histoires plus ou moins délirantes. Interview des auteurs Christin et Mézières, le mot du regretté Stan Barets (décédé hier…) et plein, plein, plein d’autres choses passionnantes, je vous l’assure ! Et, cerise sur le gâteau, on a même droit à une aventure INÉDITE de nos héros Valérian et Laureline par Christin et Mézières eux-mêmes ! JOIE IMMENSE !

- Morbius -

17072101185915263615159960



DIRK GENTLY, LE DÉTECTIVE HOLISTIQUE

DIRK GENTLY, LE DÉTECTIVE HOLISTIQUE dans Antipathes 14072703494415263612413227

17071508373715263615149409 dans Fantastique

Douglas Adams à l’honneur aujourd’hui, avec sa saga Dirk Gently, le Détective Holistique.

On ne présente plus Douglas Adams, même si j’ai bien l’intention de le faire quand même. Il est l’auteur du Guide du Voyageur Galactique (H2G2 : The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy), space opera totalement loufoque et délirant.

17071508405515263615149410 dans LittératureAuteur britannique né le 11/03/1952 à Cambridge et mort d’une crise cardiaque le 11/05/2001 à Santa Barbara, Douglas Adams a pratiqué un grand nombre de métiers : brancardier, charpentier, vendeur de poulaillers, etc… Il entre à Cambridge et tente d’intégrer les « Footlights », club d’art dramatique à Cambridge College, troupe dont sont issus les Monty Python.

Et c’est bien dans l’écriture qu’il brille le plus. Il écrit tout d’abord des sketches pour les Monty Python (Flying Circus) avec lesquels il gardera des liens solides. À 25 ans il présentera à la radio sa série radiophonique maintenant bien connue sous le nom de H2G2 qui sera diffusée à partir de 1978, puis il écrit entre 1979 et 1992 la même saga en livre. Pour l’anecdote, à partir de 1978, Douglas Adams participe à l’écriture de « Pirate Planet » (Episode 99 saison 16), de « City Of Death » (épisode 105 saison 17) de la fameuse série DOCTOR WHO.

Dirk Gently donc (par ce qu’on digresse un peu là dis donc… donc) est une saga littéraire policier/fantastique/science-fiction/humour parue en trois tomes (en fait deux tomes et demi) publiés dans leur version originale subséquemment en 1987, en 1988 et en 2001.

17071508433015263615149411 dans Science-fiction

En français, aux éditions Stock puis chez Folio SF avec trois titres :

  • Dirk Gently : Un cheval dans la Salle de Bain (Dirk Gently’s Holistc Detective Agency)
  • Dirk Gently : Beau comme un Aéroport (The Long Dark Tea-Time of the Soul)
  • Dirk Gently : Fonds de Tiroir (précédemment : Le Saumon du Doute / The Salmon of Doubt)

Le troisième tome est une édition inachevée récupérant l’histoire laissée en suspend et divers autres textes de l’auteur.

Pour les adaptations en séries nous avons :

Entre 2010 et 2012 : Dirk Gently de Howard Overman sur BBC Four qui fut finalement annulée après un épisode pilote et quatre épisodes. Avec dans les rôles principaux :

  • Stephen Mangam : Dirk Gently
  • Darren Boyd : Richard, l’assistant de Dirk
  • Helen Baxendale : Susan, la compagne de Richard

17071508520815263615149414

Puis une nouvelle adaptation en 2016 en une saison de 8 épisodes, Dirk Gently, Détective Holistique (Dirk Gently’s Holistic Detective Agency) de Max Landis diffusée sur la BBC America. Avec dans les rôles principaux :

  • Samuel Barnett : Dirk Gently
  • Elijah Wood : Todd Brotzman, l’assistant de Dirk
  • Hannah Marks : Amanda, la sœur de Todd

Il semblerait d’ailleurs qu’une saison 2 soit à venir.

17071508543415263615149415Cette dernière adaptation est un véritable coup de cœur. Mais je m’éloigne un peu du livre.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je crois important de définir un peu ce qu’est l’holisme (synonyme de holistique), ou pour utiliser les mots de notre héros : « C’est l’interconnexion fondamentale de toutes choses. »

Petite description du personnage principal :

Svlad Cjelli, alias Dirk Gently originaire de Transylvanie du côté de sa mère selon ses dires. Il a étudié au Collège de Saint Cedd de Cambridge (Collège fictif inspiré des souvenirs que l’auteur a gardé du Collège Saint John de Cambridge) avant de s’y faire renvoyer et accessoirement conduire en prison. Étudiant paresseux et rondouillard, sujet de spéculations nombreuses autour de ses soi-disant dons de prémonition, il bénéficie d’une notoriété bien particulière et est le centre d’événements étranges. Plus tard, Dirk Gently lance son agence de détective holistique, agence aux méthodes absconses spécialisée dans la disparition des chats perdus et des divorces difficiles. Il travaille avec sa secrétaire Janice Smith en constante démission, qu’il ne paie pas, exigeant pour ses services une rémunération excessive à ses client(e)s qui 17071508583115263615149417ne paient pas non plus. Il poursuit ses enquêtes avec la conviction profonde que tout est interconnecté, c’est la méthode holistique. C’est un homme enveloppé, accro à la cigarette et amateur de pizzas. Il porte un costume en gros tissu beige clair usé et tâché, une chemise à carreaux rouges, une cravate à rayures vertes et d’épaisses lunettes à montures métalliques. Description valable pour la première rencontre avec le personnage mais très représentative de ses goûts vestimentaires complètement dépareillés, dont chaque vêtement est en guerre ouverte avec l’autre. Il justifie ses notes de frais extravagants auprès de sa clientèle par ses méthodes d’investigations, ou plutôt embobine sa clientèle avec de longues tirades sur la mécanique quantique, la théorie du chat de Schrödinger, l’inter-connectivité de toute chose, etc… Il n’hésitera pas à faire passer un séjour aux Bahamas pour de l’investigation dont les liens avec l’enquête échappent bien sûr aux yeux des profanes (les clients).

17071508562315263615149416

Résumons sans spoiler :

Un meurtre paranormal, un esprit vengeur, un aéroport qui explose de manière totalement spontanée… Ses méthodes d’investigation l’amèneront toujours en devant des ennuis et dans des situations hors du commun des mortels. Oubliez les indices minutieux, les déductions brillantes et les relevés d’empreintes (oubliez Sherlock Holmes et autre Philip Marlowe), Dirk Gently est un détective plutôt tourné 17071509022215263615149418vers la physique quantique et le paranormal. Il suit ses pistes avec une méthode holistique, totalement instinctive en navigation zen (c’est-à-dire, pour se rendre quelque part, il suit une voiture qui a l’air de savoir où elle va), ce qui donnera assez souvent des résultats plutôt improbables. Il y côtoiera des meurtres, des fantômes, des monstres, des extraterrestres, des vaisseaux spatiaux, des voyages dans le temps et autres créatures fantastiques et folkloriques.

Dirk Gently est aussi et surtout un excellent roman d’humour, très agréable à lire. Le rythme y est constamment maintenu, pas d’ennui, vous aurez l’impression que tout se suit sans interruption. La saga n’a jamais été achevée mais elle a su imposer dans le paysage son personnage atypique. Son œuvre mélange avec brio Fantastique, Science-Fiction, Policier, et tout ça agrémenté d’un humour absurde et délirant dans la même veine que H2G2.
Pour l’anecdote, Douglas Adams prévoyait d’intégrer Dirk Gently dans l’univers étendu de H2G2, mais ce projet ne vit jamais le jour.

Je vous recommande les livres mais aussi son adaptation dans la série de 2016 qui est vraiment une perle à part entière, même dans son propre genre qui serait de toute façon difficile à cerner. Cependant, si la série reprend beaucoup d’éléments de l’œuvre originale, elle propose quelque chose de tout à fait différent. Ne vous attendez pas forcément à voir ce que vous avez lu.

Bref, un coup de cœur.

- Antipathes -

Résultats de recherche d'images pour « dirk gently animated gif »

Autres articles d’Antipathes :

Robot-cool (40) : Marvin / Nous Autres / Martiens, go Home ! / La Planète des Singes

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



LA PLANÈTE DES SINGES (roman)

LA PLANÈTE DES SINGES (roman) dans Antipathes 14072703494415263612413227

La Planète des Singes est un roman de science-fiction écrit par Pierre Boulle et publié en 1963.17060506372015263615076410 dans Littérature

Pierre Boulle est né en 1912 à Avignon et mort à Paris le 31 janvier 1994. Pour la petite biographie, il obtient son diplôme d’ingénieur à l’École supérieure d’électricité. Il part vivre ensuite en Extrême-Orient et devient planteur de caoutchouc en Malaisie de 1936 à 1939 pour finir par s’installer en Indochine. En 1941 il s’engage dans les Forces françaises libres et combat les troupes japonaises en Chine, en Birmanie et dans la péninsule Indochinoise. Il est fait prisonnier mais réussit à s’évader en 1944 et regagne la France.

Aussi connu pour ses romans comme Le Pont de la rivière Kwaï inspiré par son expérience militaire en Asie, publié en 1951, il obtient le prix Saint-Beuve en 1952 (prix annuel qui récompense un écrivain dans les catégories roman, poésie, essai et critique), il est aussi adapté au cinéma en 1957 par David Lean (The Bridge on the River Kwai), Les Contes de l’Absurde récompensé par le prix de la Nouvelle en 1953, Le Bourreau publié en 1954 et bien d’autres.

La Planète des Singes a été repris au cinéma successivement :

  • En 1968 par Franklin J. Schaffner avec Charlton Heston dans le rôle principal, LA PLANÉTE DES SINGES (Planet of the Apes)
  • En 1970 par Ted Post, LE SECRET DE LA PLANÈTE DES SINGES (Beneath the Planet of the Apes)
  • En 1971 par Don Taylor, LES ÉVADÉS DE LA PLANÈTE DES SINGES (Escape from the Planet of the Apes)
  • En 1972 par J. Lee Thompson, LA CONQUÊTE DE LA PLANÈTE DES SINGES (Conquest of the Planet of the Apes)
  • En 1973 par J. Lee Thompson, LA BATAILLE DE LA PLANÈTE DES SINGES (Battle for the Planet of the Apes)
  • En 2001 par Tim Burton, LA PLANÈTE DES SINGES (Planet of the Apes)
  • En 2011 par Rupert Wyatt, LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES (Rise of the Planet of the Apes)
  • En 2014 par Matt Reeves, LA PLANÈTE DES SINGES : L’AFFRONTEMENT (Dawn of the Planet of the Apes)
  • En 2017 par Matt Reeves, LA PLANÈTE DES SINGES : SUPRÉMATIE (War for the Planet of the Apes)
  • Et en série TV en 1974 par Anthony Wilson, LA PLANÈTE DES SINGES (Planet of the Apes)
  • 17060506392515263615076411 dans Science-fiction

Palmarès impressionnant surtout lorsque l’on sait que les scénaristes ont pris énormément de liberté quant à l’œuvre originale. Les producteurs ont eu un parti pris très différent du livre quant à l’origine des singes. Sans doute la raison évoquée dans le livre ne leur plaisait pas. (simple interprétation de ma part) :

SPOILER [Pierre Boulle ne cherche en réalité aucune excuse extérieure (expérience génétique qui aurait mal tournée par exemple) à la dégénérescence de l’humanité. Celle-ci s’est encrassée d’elle-même dans sa propre apathie et à son renoncement à toute activité intellectuelle.] FIN DU SPOILER

17060506420015263615076412Plaçons le décor : Un couple de « riches oisifs » en vacances dans l’espace, Jinn et Phyllis, s’il faut les nommer, découvrent une bouteille jetée dans l’espace. À l’intérieur de cette dernière, des feuillets manuscrits rédigés dans un langage de la Terre. Ces manuscrits racontent l’histoire que va vous conter ce roman.

Nous sommes en l’an 2500, l’humanité a fait des prouesses en matière de voyage dans l’espace. Trois personnages : le savant professeur Antelle, son disciple le jeune physicien Arthur Levain et le héros de l’histoire Ulysse Mérou, journaliste. Tous les trois sont en partance pour une expédition scientifique dans le système de Bételgeuse (Alpha Orionis, pour les intimes) dans la constellation d’Orion. Quelle fut d’ailleurs leur surprise lorsqu’ils découvrirent, apparemment si loin de la Terre, une planète habitable et peuplée qui plus est.

C’est donc sur la planète, qu’ils baptiseront Soror, la deuxième en partant de l’étoile du système, que vit une seconde race intelligente dans l’univers, composée de…

Suspense ?

17060506432715263615076413De singes ! (Félicitations ! Vous venez de gagner un four à micro-ondes !)

De peur de vous spoiler, je passerai sur les détails du résumé. Alors pour faire court, voici les grandes lignes du début de l’intrigue : Lorsque l’équipe d’exploration, Arthur, Antelle et Ulysse survole Soror, elle découvre pour la première fois, hors de la Terre, des installations de ce qui semble être une ville. Afin de vérifier tout ça de plus près, elle décide de se déposer non loin de là en pleine forêt à l’aide d’une navette détachée du vaisseau principal. Là, les membres d’équipage font la rencontre avec cette « créature » humaine qu’ils appelleront Nova et avec sa tribu humaine-animale, sauvage, qui semble avoir beaucoup d’animosité envers tout ce qui est signe de civilisation (technologie, vêtements, attitudes…). Ensuite, tout s’enchaîne très vite. Nos héros sont pris en chasse dans une battue violente organisée par la race dominante de la planète contre les hommes, et c’est à la suite de ça qu’Ulysse est fait prisonnier et ses compagnons portés disparus. S’ensuit les expériences pavloviennes menées sur Ulysse et Nova, tous deux enfermés en cage. Captivité qui durera des jours durant lesquelles les hommes seront sous observation scientifique. Et c’est dans ce laboratoire qu’Ulysse rencontrera la chimpanzé Zira qui aura beaucoup d’affection pour lui et qui lui sera d’une aide très précieuse, ainsi que son fiancé Cornélius. Il rencontrera aussi cet orang-outan borné, Zaïus qui ne voit en cet humain qu’un animal imitateur, une sorte de bête de foire sans grand attrait.

17060506455315263615076415Si je passe vite sur le résumé, c’est aussi parce qu’une approche sociologique de cette société simienne s’impose. Alors on va se l’imposer.

La société simienne se divise en trois familles distinctes : les Orangs-outans, les Gorilles et les Chimpanzés. 

Les Orangs-outans sont l’élite intellectuelle, les représentants de la science officielle. Ils sont responsables du savoir scientifique, des dogmes, de la transmission du savoir auprès des jeunes et notamment de la rédaction des livres scolaires. Ils tirent leur science des livres qu’ils lisent grâce à leur stupéfiante mémoire.

Les Gorilles sont d’anciens seigneurs. Autoritaires, ils aiment diriger et chasser. Les plus pauvres servent aux besognes, comme bras armés, des responsables de la sécurité, du maintien de l’ordre au sein de la société. Bien que leur influence soit beaucoup plus insidieuse que ça. Il n’est pas rare d’ailleurs qu’un Orang-outan travaille pour un Gorille.

Les Chimpanzés sont les chercheurs, en bas de l’échelle, c’est par eux que se font les découvertes scientifiques. Ils sont aussi travailleurs et créatifs.

17060506472715263615076416Quant aux humains, ce sont des bêtes, ils sont le bétail de la société simienne, mais aussi des cobayes de laboratoire. Leur anatomie proche du singe est une aubaine pour la recherche scientifique notamment dans le domaine neurologique et génétique. Bien que l’Homme étant d’essence inférieur aux singes, certaines découvertes sur Soror… Bref.

SPOILER [Cependant, si les singes sont aussi intelligents que les humains puissent l’être dans le monde d’origine d’Ulysse, leur évolution est malgré tout en pleine stagnation depuis, disons, un certain nombre de millénaires. Imaginez une société où les responsables de la transmission du savoir se contenteraient de recopier simplement ses prédécesseurs et où les successeurs en feraient autant.FIN DU SPOILER

Je vous conseille vivement de lire La Planète des Singes, et si vous l’avez déjà lu il y a longtemps de le relire, c’est toujours un plaisir à découvrir et à redécouvrir. Pierre Boulle a un véritable talent de conteur qui n’est plus à démontrer. La Planète des Singes se présente comme un témoignage légué aux générations suivantes, aux successeurs, sur des feuilles de papiers enfermées dans une bouteille en verre abandonnée dans l’espace, une forme de mise en garde peut-être.

Tiens justement, mesdames, messieurs, lorsque vos maîtres vous promèneront, merci de ne pas mordre les enfants qui viendraient vous caresser, ça ne se fait pas.

- Antipathes -

17060506514715263615076417

Autres articles d’Antipathes :

Robot-cool (40) : Marvin / Nous Autres / Martiens, go Home !

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



LE FILM FANTASTIQUE

LE FILM FANTASTIQUE dans Cinéma 14072703494415263612413227

Le Film Fantastique est le titre du dernier ouvrage de référence paru sur le cinéma Fantastique pur, englobant à la fois l’Épouvante et l’Horreur. Exit la SF, la Fantasy et les autres, ici on parle des classiques de la Hammer, de la Universal, mais aussi de nombreux films de série B anciens ou récents issus de différents pays, notamment la France. Publié en 2016 aux éditions Le Courrier du Livre, paru dans la collection Ciné Vintage, écrit par Christophe Champclaux et Linda Tahir-Meriau, Le Film Fantastique est un beau livre un peu maigrichon (176 pages), mais servi avec un DVD de ce que d’aucuns considèrent comme un grand film incontournable du genre : LA NUIT DES MORTS-VIVANTS de Romero…

17052606505215263615060928 dans Fantastique

Encore un livre sur le cinéma fantastique, me direz-vous ! Et pourquoi pas ? On n’en sait jamais assez sur le genre, et chaque livre de référence offre à sa façon une approche différente du sujet. Contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là, notamment dans la rubrique littéraire de L’Ecran Fantastique où Jean-Pierre Andrevon manifestait sa lassitude devant tant de livres qui, soi-disant, n’apportent rien de plus que ce que l’on sait déjà, je vois, en ce qui me concerne, un ouvrage qui devrait satisfaire le néophyte tout comme le fantasticophile qui se croit trop facilement « expert » en la matière. N’oublions pas que, même s’il s’agit d’un formidable bouquin de référence, 100 Ans et Plus de Cinéma Fantastique et de Science-Fiction (de Jean-Pierre Andrevon lui-même) n’est ni plus ni moins qu’une suite ininterrompue de critiques de films au lieu d’être ce que l’on attendait véritablement : une mine d’informations sur les tournages de centaines d’œuvres du cinéma de l’Imaginaire…

Préfacé par Gérard Lenne, expert en la matière, Le Film Fantastique annonce en quatrième de couverture :

« La troublante beauté de Barbara Steele, la morgue fascinante de Christopher Lee, la fausse fragilité de Peter Cushing, les subtiles nuances de la voix de Vincent Price… Le cinéma fantastique, c’est évidemment ces immenses vedettes, emblématiques du second âge d’or du genre. Mais c’est aussi des milliers d’images hypnotiques, sublimes ou repoussantes nées dans l’aube grise de la littérature gothique européenne, corrigées par l’expressionnisme allemand, s’épanouissant dans les chefs-d’œuvre des studios Universal et RKO, des productions Hammer et leurs variations italiennes… Le cinéma fantastique s’impose désormais comme le genre dominant du XXIe siècle. »

Voilà qui est dit, et bien dit ! Et pour se montrer à la hauteur de ses ambitions, Le Film Fantastique a pris soin de sélectionner parmi les plus belles photos noir et blanc ou couleur des films fantastiques traités dans ses pages au travers des différents chapitres que sont La politique des horreurs, Tim Burton au royaume des contes, Rencontre avec George Romero, Christophe Gans : entre chien et loup et Images cultes du film fantastique. En parallèle, et tout au long du livre, côté droit en pleine page, nous pouvons suivre la biographie d’un réalisateur : Tim Burton.

Enfin, pour revenir sur le DVD accompagnant le livre, on trouvera également en bonus le peu passionnant car très technique Lumière sur LA BELLE ET LA BÊTE (52 min), le trop court Les Zombies de Romero (8 min) et l’intéressant Le Musée des Horreurs de Dario Argento (12 min) avec Luigi Cozzi (STAR CRASH !) et Dario Argento lui-même.

Non, Le Film Fantastique n’est pas un simple ouvrage de plus mais bel et bien un livre complémentaire qui pourra aisément rejoindre ceux que vous possédez déjà sur le cinéma de l’Imaginaire.

- Morbius -



CITATION CÉLÈBRE : LA PLANÈTE DES SINGES

CITATION CÉLÈBRE : LA PLANÈTE DES SINGES dans Citation célèbre 17041012594715263614974110« Ce qui nous arrive était prévisible. Une paresse cérébrale s’est emparée de nous. Plus de livres : les romans policiers sont même devenus une fatigue intellectuelle trop grande. Plus de jeux ; des réussites, à la rigueur. Même le cinéma enfantin ne nous tente plus. Pendant ce temps, les singes méditent en silence. Leur cerveau se développe dans la réflexion solitaire… et ils parlent. »

(La Planète des Singes / 1963 / Pierre Boulle)



LES MAÎTRES DE L’ÉTRANGE

LES MAÎTRES DE L’ÉTRANGE  dans Bibliothèque altaïrienne 16030108253515263614018267

La bibliothèque altaïrienne est constituée de la collection personnelle de Morbius. On y trouve des livres de référence anciens ou récents sur la SF et le Fantastique dans les domaines du cinéma, des séries télévisées, de la littérature, des plus grands auteurs, de quelques artistes de renom et de tant d’autres choses appartenant aux contrées de l’Imaginaire. Explorons ses rayons, choisissons un livre, feuilletons ses pages…

17040305393615263614961118 dans Littérature

« Goethe, Perrault, Rabelais, Dumas, Nodier, Gogol, Aymé, Tolstoï, Garcia Márquez, Doyle, Buzzati… Quel point commun uni ces écrivains qui diffèrent pourtant par leur langue, leur style, leur époque ? Science-fiction, fantastique, merveilleux : tous se sont essayés à la littérature du surnaturel, de l’onirique, du mystère. LES MAÎTRES DE L’ÉTRANGE vous feront découvrir l’autre personnalité de ces grands auteurs et mieux connaître tous ceux – Andersen, Orwell, Asimov, Verne… – qui ont donné ses lettres de noblesse à la « littérature du 3e type »

Ainsi parlait la quatrième de couverture de ce beau livre de plus de 240 pages, Les Maîtres de l’Étrange, publié aux éditions Atlas en 1985. J’ai eu la chance de le dénicher à la librairie 4Zarts (pour les Calédoniens qui s’en souviennent encore) alors que j’étais un jeune ado en quête d’en apprendre toujours plus sur l’univers du Fantastique et de la SF, et qui cherchait d’abord et avant tout à combler ses lacunes dans le domaine littéraire car le pauvre bougre était déjà bien atteint par la cinéphilie, maladie dangereuse qui fait de vous un adepte des images mouvantes. Et ce livre, qui se lit avec beaucoup d’intérêt, m’a dressé un formidable panorama de la littérature de l’Imaginaire et m’a appris, de manière simple et efficace, bien des choses sur nos écrivains, non seulement sur leur œuvre et leur style mais aussi sur leur vie, leurs goûts, leurs qualités et leurs défauts.

17040305393915263614961119

Les Maîtres de l’Étrange, écrit par un collectif d’auteurs inconnus (on ne les cite nulle part, un comble !), est préfacé par un certain Kenneth McDonan (de, accrochez-vous bien, Lochgilphead, en Écosse). Celui-ci nous parle des hommes qui « ont un penchant naturel pour le fantastique. Les récits touchants au merveilleux, à la science-fiction, à l’épouvante même, aident à rompre avec la cohérence du quotidien. » Et notre Écossais de nous préciser plus loin, en conclusion : « Cet ouvrage constitue un fabuleux document. Pour la première fois, en effet, sont rassemblés en un seul volume les auteurs qui ont donné à la littérature fantastique ses lettres de noblesse. De François Rabelais à Norman Spinrad, plus de quatre siècles de littérature fantastique s’offrent à nous. »

17040305394115263614961120

Nul doute, Les Maîtres de l’Étrange est un formidable ouvrage de référence, même si bien d’autres sont parus depuis sur les grands écrivains de l’univers de la SF et du Fantastique, club qui ne cesse de s’agrandir. L’ouvrage se découpe en trois grandes parties où sont rassemblés les auteurs de l’Imaginaire. Ainsi Les poètes de l’imaginaire (avec François Rabelais, Charles Perrault, Honoré de Balzac, Alexandre Dumas, Edgar Allan Poe, Nicolas Gogol et tant d’autres), Les conteurs fantastiques (avec Lewis Carroll, Robert Louis Stevenson, Maurice Renard, H.P. Lovecraft, Robert Bloch, Arthur Conan Doyle…) et enfin Les maîtres de la science-fiction (avec Jules Verne, Aldous Huxley, George Orwell, René Barjavel, Frank Herbert, Richard Matheson, Isaac asimov…). En tout, ce sont 108 biographies détaillées, un index des oeuvres citées et un autre des héros et des personnages cités.

Les Maîtres de l’Étrange servit souvent aux Feuillets d’Hypnos, section littéraire du Sci-Fi Club, et l’on comprend pourquoi.

- Morbius -

17040306470115263614961127

Autres livres présentés dans la catégorie Bibliothèque Altaïrienne :

Encyclopédie de la Science-Fiction / Histoires du Cinéma Fantastique / Encyclopédie de l’Utopie et de la Science-Fiction / Starlog Photo Guidebook

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



12345...34