Catégorie

Archive pour la catégorie « Flynn »

LE CODE DU CHASSEUR DE PRIMES

LE CODE DU CHASSEUR DE PRIMES dans Flynn 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14102709383915263612647861 dans LittératureAprès son Manuel du Jedi et son Livre des Sith, Daniel Wallace (pas celui de Big Fish) remet ça avec Le Code du Chasseur de Primes ! Je vous avais déjà parlé de cet objet il y a un bon moment maintenant, puisque l’article dans lequel il était évoqué (NDLR : évoqué sur le blog de Flynn) remonte désormais au 26 juillet 2013 (!), autant vous dire qu’un an s’est écoulé entre hier et aujourd’hui. Il s’agissait alors d’un petit descriptif et d’une image de ce à quoi allait ressembler l’édition de luxe américaine de l’ouvrage (qui, comme pour les deux livres précédents, ne fera pas son apparition en France…).

Un an s’est aussi écoulé entre la sortie US et la sortie française du Code du Chasseur de Primes. C’est donc de la VF que je vais vous parler, et sachez que je ne connais malheureusement pas la VO. C’est donc une critique qui porte uniquement sur la VF, rien en lien avec la traduction, la mise en page, etc.

On retrouve ici le design des deux précédents livres, ainsi que le même objectif : présenter l’univers de STAR WARS en se basant sur les intérêts et les modes de fonctionnement des groupes constituants la saga, les Jedi, les Sith, les Chasseurs de Primes, etc. En gros, d’un point de vue disons… ethnologique. Il n’y a donc ici rien de particulièrement surprenant par rapport aux précédents écrits. Cela dit, l’ouvrage reste extrêmement passionnant pour quiconque s’intéresse à STAR WARS et pour ceux qui sont dingues de Boba Fett et autres Chasseurs de Primes. Forcément, l’ouvrage se concentre sur eux, les Chasseurs de Primes, c’est donc l’occasion de découvrir tout un tas d’anecdotes sur ces gens mystérieux, leurs techniques, leurs armes, leurs faits d’armes, leurs idées, leurs manières d’agir, de penser, de faire, etc. Autant vous dire que vous allez être gâtés ! Bien évidemment, on retrouve aussi les nombreuses notes de légendaires Chasseurs, Bossk, Boba, Greedo, etc, à qui a appartenu le guide. Sans oublier les superbes illustrations toutes magnifiques.

De quoi ravir énormément de fans, nombreux au demeurant, et passionnés par la même occasion !

- Flynn -

(Le Code du Chasseur de Primes est édité chez Larousse)

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Agent des Ordres / Le Dieu était dans la Lune / Arthaé

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



ARTAHÉ

ARTAHÉ dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14100610483715263612587296 dans Flynn

Artahé est un roman fantastique écrit par Philippe Ward et publié une première fois en 1997. Cette fois-ci, Philippe Ward revient avec une édition revue et corrigée d’Artahé, publiée chez Rivière Blanche en 2013.

« Ce n’est qu’un rêve, murmura-t-il, et pourtant la tête qui le fixait était bien réelle. Alors, il comprit, tout était si évident. La terreur disparut aussitôt ; il se sentit détendu. Deux bras puissants se refermèrent sur lui, il se sentit enveloppé par une fourrure douce et soyeuse qui réchauffa son corps. Sa dernière pensée fut pour le simple mot que venait de prononcer l’ombre, un mot qu’il n’avait jamais entendu et pourtant qu’il connaissait : Artahe.

Après dix ans passés à Paris, Arnaud revient vivre à Raynat, village pyrénéen moribond. Il retrouve avec émotion Berthe Galy, une vieille femme malade qui a aidé sa grand-mère à l’élever après la mort de ses parents et Cathy, une amie d’enfance qu’un accident a rendu aveugle. Son retour coïncide avec l’apparition d’un mystérieux ours qui ne se contente bientôt plus de massacrer des moutons et s’attaque aux hommes. Ce roman est l’histoire d’un ours, mais un peu particulier, car il s’agit d’ARTAHE, le Dieu-ours! »

On nous plonge dans un petit village pyrénéen, du doux nom de Raynat. Arnaud y retrouve, après avoir passé tant d’année à Paris, son village natal, l’ancienne maison dans laquelle il a grandi. Arnaud rend visite à la femme qu’il a considéré comme sa mère, Berthe. On en apprend plus sur la vie d’Arnaud, sa jeunesse, ses parents, sa grand-mère, Berthe, etc. Mais alors qu’il se trouve tranquillement chez lui, il se prend à dessiner un ours, puis un tremblement de terre a lieu. Ces deux événements le perturbent. Mais ce n’est que le début…

Dès le début, Philippe Ward met en place une ambiance assez mystérieuse, teintée de terreur caractéristique au roman fantastique. On se retrouve rapidement dans le vif du sujet avec une histoire captivante, très prenante. Le récit est rempli de rebondissements tous plus inattendus les uns que les autres. Malgré quelques répétitions, Artahé est bien écrit.

L’intrigue tourne autour du culte du dieu-ours, du nom d’Artahé. Culte présent depuis la préhistoire dans le petit village qu’est Raynat. Les dialogues nous forcent à nous questionner sur le déroulement de l’action et un suspens, assez fort et intense, est présent tout au long du récit, nous obnubilant totalement. Une certaine tension se trouve à travers les pages du roman et Ward ne cesse de nous offrir encore plus de mystère et une intrigue qui nous tient de plus en plus en haleine.

Attention, le dieu-ours s’est réveillé, vous avez intérêt à faire attention à votre peau si vous ne voulez pas vous faire dévorer, lisez ce roman ou Artahé viendra vous chercher…

Artahé est un très bon roman fantastique, une bonne lecture, une histoire palpitante qui mérite d’être découverte.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Agent des Ordres / Le Dieu était dans la Lune

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE DIEU ÉTAIT DANS LA LUNE

LE DIEU ÉTAIT DANS LA LUNE dans Flynn 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

dieuLe Dieu était dans la Lune est un roman de science-fiction écrit par Hervé Thiellement et publié aux éditions Rivière Blanche en 2011.

« Dieu existe et elle est mégalomane. Elle n’a pas mauvais fond mais un peu d’adoration ne saurait nuire à son statut, alors elle entreprend d’asservir la galaxie à petites touches de destruction massive. C’est un peu long au début car elle est loin de tout, comme cette Terre d’où sont partis les Adventistes du Dernier Recours pour fonder la Nouvelle Alliance de l’Est Mortifère et qui feront d’excellents fidèles pour accomplir son Grand-Œuvre. Mais Labette veille et LE DIEU ETAIT DANS LA LUNE…. »

Le Space Opera est mon genre de SF préféré, ou du moins, il fait partie de ceux que je préfère. STAR TREK, STAR WARS, les vaisseaux spatiaux, etc, depuis que je suis tout petit ce sont des choses qui m’attirent, et pour ma part, j’ai découvert la SF avec le Space Opera et STAR WARS (et TERMINATOR aussi, mais ça c’est une autre histoire) ! Bon, en plus de ça, il suffit de lire le résumé pour comprendre que ça va être assez comique voire même déjanté, que demander de plus, de l’humour et de la SF, c’est génial !

Dès les premières lignes de lecture, on affirme le fait que l’histoire soit comique, il y a de l’humour et dès le début on rit. Hervé Thiellement nous plonge rapidement dans son univers, un univers qui plus est, très intéressant. Il présente les différents personnages, décrit les différents lieux et les différentes espèces (comme les humanos ou les anibulles) que l’on peut rencontrer, ou encore la technologie comme les camgeks, petite bestiole faisant office de compagnon, mais aussi de boucle d’oreille permettant de communiquer avec les autres à distance, ou encore, les vaisseaux spatiaux.

Très vite on s’attache aux protagonistes de l’histoire, en effet, ceux-ci sont très différents les uns des autres et disposent de leurs propres caractéristiques ainsi que de leurs propres histoires, permettant de leur donner une personnalité bien trempée, de les rendre plus vrais et plus vivants. On appréciera tout particulièrement l’ambiance qui est mise en place et la relation qui existe entre les différents personnages, une relation d’amitié qui pourrait en toucher plus d’un. Par ailleurs tous les personnages sont utiles et l’auteur les met tous en avant d’une manière ou d’une autre, à un moment ou à un autre, permettant ainsi d’expliquer leur présence et de comprendre leur rôle dans l’histoire.

J’aime beaucoup le style de Hervé Thiellement, qui mène parfaitement bien son intrigue du début à la fin en nous offrant un humour qui est omniprésent tout au long du récit, de surcroît, très bien dosé et, cela accompagné par de l’action bien placé et bien raconté, tout en nous faisant découvrir l’univers à travers les différents lieux où se déroule l’action. L’intrigue est menée sur deux fronts, le premier, l’histoire des personnages que l’on suit et qui constitue la grande partie du roman, et le second, constitué de quelques chapitres à propos de « La Lune de Boue » renforçant le suspens du récit (et pas exempt d’humour pour un sou). Plusieurs allusions croustillantes ornent les pages tout au long du roman et nous offrent bien des rires, des sourires et des délires.

Les chapitres se trouvent être assez courts, évitant ainsi les passages et descriptions à rallonge et permettant en outre de faire des pauses entre chaque chapitre (enfin, on fait des pauses quand on n’est pas obnubilé par ce qu’il se passe, et autant vous dire que c’est vraiment rare).

Hervé Thiellement nous offre un roman de science-fiction captivant, un Space Opera avec une intrigue passionnante, parsemé d’action et de suspens, mélangé à l’humour frais de l’auteur, dans lequel il n’y a pas de longueur. Tous les héros de l’histoire sont attachants et on n’a pas envie de les perdre, cela contribue au fait que l’on accroche rapidement avec l’histoire et qu’on la dévore. Ce roman est un bon exemple du fait qu’humour et SF ne sont pas incompatibles ! Il est à lire absolument, pour les fans de Space Opera et pour les plus réticents et les non-initiés.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles / Agent des Ordres

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



AGENT DES ORDRES

AGENT DES ORDRES dans Flynn 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

agent

Agent des Ordres est un roman de Science-fiction écrit par Antoine Robert et édité par Rivière Blanche en 2013.

« Aventurier de l’espace, Andrew Nosfentor bourlingue sur les frontières, commerçant, mercenaire, corsaire à ses heures. Parti retrouver un vieil ami sur une station spatiale, il se retrouve confronté à un piège mortel dont il échappe à grand peine.

Sa curiosité mise en éveil, Andrew découvre un vrai panier de crabes: des psi renégats le pourchassent, une guerre interstellaire est sur le point d’éclater et il est accusé de crimes qu’il n’a pas commis. Ses ennemis ont néanmoins commis une erreur: se croire confrontés à un aventurier, quand en réalité ils ont attiré l’attention d’un AGENT DES ORDRES… »

C’est en cherchant sur le catalogue de Rivière Blanche que je suis tombé sur ce roman. Quelques recherches sur l’ouvrage et la lecture du quatrième de couvertures plus tard, je me suis dit, « Ok, c’est pour moi ça ! ». Il s’agit du premier roman publié par Antoine Robert et donc, pour moi, d’une nouvelle découverte, et je suis assez ravi par cela. Premier bon point, c’est du Space Opera et vous savez que j’aime le Space Opera !

Plongée directe dans l’action, l’histoire commence de manière très vive et prenante, les premiers pans et les bases de l’intrigue sont rapidement mis en place. L’univers, le background, est posé à travers maintes descriptions des protagonistes, de leurs origines, les relations qui les unissent, etc. L’univers est bien maitrisé par l’auteur, et est assez complet, de surcroît, celui-ci est très captivant. L’auteur nous fait aussi découvrir les races, les lieux, et l’une des choses qui m’a bien plu, l’arsenal, un armement qui est aussi très complet, très détaillé et dont on se doute de l’inspiration rôliste pour l’auteur. L’une des autres choses qui s’inspire du jeu de rôle est la narration qui est, je trouve, assez scénaristique et l’auteur sait où est-ce qu’il va nous mener.

Attention, je ne dis en aucun cas que l’intrigue est prévisible, simplement que l’auteur sait ce qu’il fait, qu’il maîtrise ce qu’il dit.

Tout au long du roman, on continue de découvrir l’univers d’Andrew Nosfentor, on en apprend encore sur la technologie, sur l’époque, les vaisseaux, la politique…

Les petites définitions des différents éléments de l’histoire (lieux, races, etc.) en début de chapitres permettent d’en apprendre encore plus sur le monde dans lequel nous emmène Antoine Robert, en outre, le fait que l’ambiance nous soit constamment décrite permet donc elle aussi de renforcer l’effet de transposition de notre esprit dans le roman.

Il n’y a pas de longueur dans Agent des Ordres, et l’action et/ou le suspens sont toujours présents. L’action se trouve être dynamique en plus d’être fluide. Cependant, elle est peut-être un peu trop chargée par moment et on finit par s’y perdre même si on arrive finalement à reprendre le fil de l’histoire. Les batailles qui ont lieu, que ce soit au sol ou dans l’espace, à mains nues ou armées, sont très bien écrites, l’auteur met en valeur chaque élément permettant ainsi une immersion totale et bien qu’il s’agisse d’un Space Opera, celui-ci se déroule entre phase d’action pure et dure, un peu bourrine avec des combats et des batailles, comme dans tout récit de Space Opera, et des phases plus calmes où les personnages cherchent à comprendre ce qu’il se passe, et mènent leur enquête pour résoudre ce « vrai panier de crabe ».

L’histoire nous absorbe, et l’auteur nous plonge dans son univers qu’il a su rendre cohérent en proposant une diversité dans les événements qui se déroulent. Antoine Robert, grâce à son style d’écriture et avec les multiples descriptions tout au long du récit, qui sont très bien écrites, réussit à faire que l’on s’imagine visuellement le récit, on vit ce qu’il se passe. L’action est bien rythmée et nous tient en haleine, avec une petite touche d’humour bien placée. Un intérêt qui ne cesse de croître tout au long de l’histoire. L’auteur nous présente un Space Opera parsemé de clins d’œil aux classiques de la SF tout en leur faisant du pied, et Agent des Ordres n’a rien à envier à ces grands noms. J’espère qu’il s’agit de la première histoire qui donnera naissance à une superbe saga de Space Opera comme on n’en voit plus.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le souffle d’Aoles

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



ÉCOSYSTÉMATIQUE DE FIN DE MONDE

ÉCOSYSTÉMATIQUE DE FIN DE MONDE dans Flynn 14072703494415263612413227

14090811113215263612507852 dans Littérature

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

Écosystématique de fin du monde est un recueil composé de 21 nouvelles écrites par Anthony Boulanger et publié aux Éditions Voy’[el] en 2011.

Anthony Boulanger (prix Merlin 2010) nous offre un voyage entre science-fiction et fantasy, à travers une série de nouvelles où magie, golems et licornes côtoient vaisseaux spatiaux et planètes étranges. Ce recueil offre ainsi de merveilleux plaidoyers sur l’homme et son avenir, à cent mille lieux des visions pessimistes que l’on reproche souvent à la science-fiction.

Il s’agit là, encore une fois, d’une découverte pour moi et d’une bonne découverte. Je ne vais pas m’étendre là-dessus, mais je tiens à féliciter l’illustratrice, Celine Simoni pour la superbe couverture, qui est je trouve, vraiment jolie.

Alors, autant vous dire que faire la chronique d’un recueil de nouvelles n’est jamais vraiment facile, on ne sait pas vraiment de quelle manière s’y prendre, s’il faut procéder nouvelle par nouvelle ou bien donner un avis global… J’ai décidé d’opter pour la seconde option qui est je pense la meilleure façon. Faire une chronique de chaque nouvelle se révèlerait assez vite laborieux.

La première nouvelle nous donne directement le ton du recueil, assez noir, mais avec parfois de la poésie et une once de philosophie. Science-fiction, fantasy, fantastique, tous les genres de l’imaginaire s’y trouve et ce, pour le plus grand bonheur des lecteurs. Toutes les nouvelles sont intéressantes, bien évidemment, certaines sont moins bonnes que d’autres et en fonction du lecteur, les préférences diffèrent mais au final, tout le monde s’y retrouve. Parmi les 21 nouvelles du recueil, une nouvelle m’a un peu déçu, la seconde, « La Dernière Fée et La Mort ». Celle-ci dispose d’une chute trop peu recherchée malgré un sujet intéressant et un début prenant. En revanche, j’ai adoré la nouvelle « Alpha Omega Alpha » qui est d’une telle poésie qu’on en oublie que l’on parle de Quarks et de science.

Malgré le côté souvent noir des histoires, Anthony Boulanger parvient à leur donner de la beauté, de la poésie. Chaque petite histoire est bien trouvée. Revisitant des mythes tels que les fées, les dragons, etc, tout en les transposant dans des contextes différents de ceux que l’on connait habituellement pour ces mythes. On se retrouve souvent à une époque moderne mais dans le futur, parfois bercée par la magie et d’autrefois ravagée par l’Homme. Ce recueil en plus de présenter des nouvelles SFFF, appartient aussi au genre de l’anticipation. En effet, beaucoup de ces nouvelles s’interroge sur le futur de l’Homme, de notre monde actuel, de la fin de celui-ci, etc.

La plupart des nouvelles se basent sur des faits scientifiques et historiques avec une alternance entre SF et Fantasy, donnant une critique de la société, la fin du monde, l’importance de l’écologie, les dangers du virtuel, avec des thèmes récurrents tels que la mort, la destruction du monde par l’Homme, un détournement de la révolution industrielle, etc.

Anthony Boulanger nous offre un recueil de bonne qualité, traitant de science, d’histoire ou de mythologie sous couvert de Science-Fiction, de Fantasy et de Fantastique. L’auteur fait preuve d’une véritable originalité à travers ses récits, enrichie par du mystère, des bouleversements et des retournements qui surprennent le lecteur. Vous retrouvez quelques clins d’œil, Lovecraft et Tolkien sont les plus flagrants. 21 nouvelles qui vous permettront de passer un agréable moment, que ce soit en une vingtaine de pages ou quatre-cinq pages, le plaisir sera le même.  Écosystématique de fin du monde est à faire découvrir à vos amis, votre famille, vos proches en général !

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1 / Le Cycle d’Ardalia : Le Souffle d’Aoeles

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE CYCLE D’ARDALIA : LE SOUFFLE D’AOLES

LE CYCLE D'ARDALIA : LE SOUFFLE D'AOLES dans Flynn 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14090110323515263612492221 dans Littérature

Le Souffle d’Aoles est le premier tome du Cycle d’Ardalia, cycle de Fantasy écrit par Alan Spade et publié aux Éditions Emmanuel Guillot, en 2010, et illustré par Thibaut Desio.

« Pelmen doit beaucoup à la famille Boisencroix. Jusqu’à sa rencontre avec Teleg, le fils, il avait pour seule perspective la découpe de peaux de bêtes à l’aide d’un silex à la tannerie nauséabonde de son village. C’est ce nouvel ami qui lui a fait découvrir le travail du bois. Mieux encore, Galn, le père de Teleg, l’a initié au tir à l’arc, et Pelmen s’est révélé tellement doué pour cet art qu’il a réussi à infléchir la course de son destin en devenant archer. Mais un jour, de mystérieux individus entrent en contact avec Teleg dans une taverne. En lui proposant un fragment d’ambreroche, minerai précieux entre tous, et en lui promettant la richesse, les inconnus parviennent à le convaincre de s’exiler pour travailler dans une mine… »

C’est vraiment par hasard que je suis tombé sur le Cycle d’Ardalia d’Alan Spade. En effet, c’est en cherchant des romans de Fantasy que j’ai découvert celui-ci, que je me suis empressé de découvrir.

C’est à travers l’histoire de Pelmen que l’auteur pose les premières bribes de son univers. Univers qui se montre complexe, je veux dire par là qu’Alan Spade fait preuve de minutie en faisant attention au moindre détail pour rendre celui-ci cohérent. Les premiers chapitres posent le contexte de l’histoire, on découvre donc Pelmen, ce jeune tanneur qui ne supporte plus sa vie de dur labeur. On découvre son but, devenir un traqueur, puis ses amis, sa famille, etc. Cependant, sur le point de réaliser son rêve, son père, Zenel, s’oppose à tout cela et lui tend un guet-apens le forçant ainsi à fuir. Les événements qui suivent s’enchainent avec fluidité, tout en gardant le lecteur en haleine. Alan Spade nous propose, dès le début du récit, une intrigue prenante donnant au récit sa force. Un peu d’action illustre l’histoire, avec quelques scènes de combat ou de fuite. Le tout est agrémenté de magie, et l’intrigue prend forme au fil de l’histoire.

L’histoire se déroule dans un monde nouveau et totalement imaginaire, Ardalia, autour duquel se trouve deux lunes, peuplé par des races encore inconnues. Les Hevelens, des humanoïdes vivant dans une société gérée par des sortes de guildes, celle des menuisiers, des marchands, etc, vénérant Aoles, divinité du vent. Mais aussi les Krongos, des créatures faites de pierre capables de se fondre dans la roche, les Malians, un peuple terrestre-aquatique utilisant la magie de l’eau ou encore des shamans pyromanes, suppôt de Valsshyk. On retrouve dans cet univers une prédominance des quatre éléments, l’air, la terre, l’eau et le feu. L’auteur a développé aussi une faune et une flore qui est propre à son monde bien que calqué sur les animaux et végétaux que nous connaissons. Nous pouvons cependant lui reprocher un monde vaste mais trop peu peuplé, souvent désertique, celui-ci, en dehors des villes, se trouve peu propice aux rencontres.

En plus des animaux et autres peuples, Alan nous présente différents personnages, principaux ou secondaires, disposant de leur propre personnalité, d’un rôle, etc, et ceci contribue à rendre vrai chacun d’eux, nous forçant à oublier le synthétisme de leur existence, et permettant à son tour de donner de la cohérence au monde créé par Alan Spade. Malheureusement, certains personnages se trouvent être inutiles, du moins pas suffisamment exploités alors qu’ils auraient pu participer à l’aventure où à une partie de leurs péripéties. Cependant, c’est une chose qui ne fût faite et c’est bien dommage car cela aurait donné plus de piment au récit, l’aurait rendu encore plus intéressant.

L’histoire nous est racontée au travers de Pelmen qui, au cours du récit, évolue, en apprend plus sur ses talents, à manier son arc, etc. Il se forge un caractère, s’adapte à son environnement et à sa nouvelle vie, découvre la chasse, l’art de la lutte ou le marchandage. Les autres personnages évoluent aussi, mais c’est plus d’un point de vue du lecteur, ils évoluent dans le récit en nous dévoilant leurs secrets, leur vie, etc, mais leur vie est déjà faite, en soit, les autres personnages ne se découvrent pas de nouveaux talents ou autre.

Le Souffle d’Aoles est un très bon roman de Fantasy, l’histoire est classique, avec la quête initiatique du héros principal, mais le côté aventure est bien développée et se déroule naturellement, peuplé par les maintes péripéties de Pelmen et son oncle, Xuven. L’histoire est prenante et bien écrite. Je pense cependant qu’il s’agit là plus d’un tome mettant en place, à travers une première quête, l’univers et l’intrigue principale, le contexte dans lequel va se dérouler la suite du cycle, en somme, le pourquoi du comment. Il n’en perd pas pour autant son intérêt ! Alan Spade nous fait découvrir la menace qui règne sur le monde de Pelmen, le grand Valshhyk l’Immolé et ses shamans pourpresLe roman n’est pas une révolution du genre de la Fantasy, mais s’inscrit tout de même comme quelque chose de nouveau. En effet, l’auteur partage avec nous son univers composé de nouvelles espèces, de nouveaux lieux. C’est un monde inexploré des lecteurs, et c’est pour cela que l’on veut lire le second tome, pour en découvrir plus sur ce nouvel univers, afin de résoudre ce mystère encore entier.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft / Cagaster – tome 1

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



CAGASTER – tome 1

( B.D., Flynn )

CAGASTER - tome 1 dans B.D. 15050108480515263613222884

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14082501014615263612476754 dans FlynnÀ la fin du XXIe siècle, une maladie baptisée « Cagaster » a vu le jour. Au fur et à mesure du temps, l’humanité s’est laissée contaminer par ce Cagaster, transformant les hommes en insectes géants et décimant alors les deux tiers de la population. Impossible de vivre sur les trois quarts de la planète à cause des nombreux nids d’insectes géants appelés des cages. En parallèle, une nouvelle profession s’est créée, celle d’exterminateur, des gens qui sont là pour lutter contre les insectes. En 2125, Kidow, un jeune exterminateur de 17 ans extrêmement talentueux sauve une jeune fille, Ilie. Cette dernière va alors devoir apprendre à vivre dans le monde des Cagasters…

Voici donc le pitch du tout premier manga écrit et dessiné par la talentueuse mangaka Kachou Hashimoto. Celle-ci nous offre un shônen plutôt original puisqu’il s’agit là d’une nouvelle vision du mythe du zombie, et ça, c’est vraiment génial à faire. Mélanger des sortes de Kaiju avec des zombies. En gros, on se retrouve avec des Kaiju qui peuvent contaminer leur victime en les griffant ou les mordant afin qu’elles-mêmes se transforment, et je trouve ça très cool. Surtout que ça se déroule dans un univers post-apocalyptique dont les bases sont déjà bien posées, bien développées et qui ne demandent qu’à continuer de s’étoffer. Avec ça, on a droit à des personnages assez attachants, dont un personnage principal, Kidow, bien badass avec son sabre et ses armes à feu. Le script est passionnant, et la lecture se fait avec beaucoup de plaisir, mêlant violence, grosses bébêtes et un peu d’humour.

En plus, le style de Kachou Hashimoto est assez plaisant malgré son côté un peu minimaliste dans les détails et les décors. Cela dit, ça passe très bien et le design des personnages et des Cagasters est classe, parfois même impressionnant. C’est dynamique et intuitif, ça se lit avec beaucoup de facilité, le seul souci reste que le découpage n’est pas toujours intéressant. Mais le graphisme, basique, est réussi, la mise en page et la mise en scène sont soignées.

Cagaster est pour moi un véritable coup de cœur. J’attends avec impatience la suite qui devrait pointer son nez le 3 septembre 2014. On verra bien si l’auteur parvient à maintenir l’intention du lecteur ! En tout cas, c’est un très bon début de série qui se clora à l’issue de six tomes.

Cagaster tome 1, Kachou Hashimoto (dessinateur et scénariste), éd. Glénat, p.208, 6€90.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014 / Le Piège de Lovecraft

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LE PIÈGE DE LOVECRAFT

LE PIÈGE DE LOVECRAFT dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14080408351215263612430747 dans FlynnLe Piège de Lovecraft raconte l’histoire de David, un étudiant à l’Université de Laval au Québec qui, suite à sa rencontre avec le Cercle de Cthulhu et quelques événements en lien avec ça, a décidé de consacrer sa thèse à la littérature fantastique et plus particulièrement, aux manuscrits et livres maudits. Cependant, David se voit rapidement piégé par ces livres maudits, en particulier le Necronomicon de Lovecraft. Peu à peu, il bascule dans la folie et malheureusement pour lui, la descente va être longue…

Du début à la fin, de la première page à la 368ème, le roman est un véritable plaisir à lire. Arnaud Delalande est très talentueux, il possède une plume très agréable à lire, mais aussi très agile pour raconter des histoires claires et sans fioritures. La narration du Piège de Lovecraft est sans failles, sa construction est parfaite, l’intrigue est bien ficelée et rondement menée, et enfin, le rythme y est magnifiquement bien géré. Pas le temps de s’ennuyer, les pages se tournent d’elles-mêmes, les mots, les phrases, les paragraphes et les chapitres s’enchaînent dans une très belle harmonie. En plus de ça, le suspense et les rebondissements sont présents tout au long du récit, pas à un seul instant on ne s’attend à ce qu’il va arriver à David et aux autres personnages, on avance de révélation en révélation toutes plus surprenantes les unes que les autres. C’est tout simplement génial de voir à quel point la simplicité peut être efficace. Arnaud Delalande a beau utiliser quelques facilités pour dérouler son récit, cela n’empêche pas que l’on est pris aux tripes et qu’on se laisse embarquer dans tout et n’importe quoi : c’est gros, c’est inimaginable, mais ça fonctionne mag(nif)iquement bien !

L’ouvrage est vraiment plaisant à lire. Arnaud Delalande surfe un peu sur la vague que l’on pourrait appeler « geek » (mais c’est une appellation fausse) sans toutefois jouer dans l’excès. Disons qu’il fait de nombreuses références à la culture populaire, et pour s’en rendre compte, il suffit d’aller voir la bibliographie proposée à la fin du livre qui est très documentée et qui balaye tous les pans de la culture fantastique, de la littérature aux jeux de rôle. Mais bien sûr, c’est avant tout un bel hommage au grand Lovecraft. À mon sens, Le piège de Lovecraft, est à la fois une œuvre fictionnelle et à la fois un essai sur Lovecraft et le Necronomicon. En effet, par moment, on sort de l’aspect fictionnel pour rentrer dans celui de l’essai, Arnaud passant parfois quelques lignes ou pages à détailler des points d’un récit, à en expliquer d’autres concernant Lovecraft ou le fantastique. Je dirai donc qu’il s’agit là d’un essai fictionnel passionnant.

Au final, Arnaud Delalande nous livre avec Le piège de Lovecraft un excellent thriller fantastique et ésotérique passionnant et efficace de bout en bout, magnifiquement bien écrit, et à l’histoire mystérieuse et moderne. Sans conteste l’une des meilleures parutions du mois d’avril, je ne peux que vous conseiller d’aller le lire.

Le piège de Lovecraft, Arnaud Delalande, éd. Grasset, p.368, 19€.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon /Ghouls of Nineveh / Ténèbres 2014

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



TÉNÈBRES 2014

TÉNÈBRES 2014 dans Fantastique 14072703494415263612413227

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14072808323715263612415549 dans FlynnExistant depuis 2007, l’anthologie Ténèbres dédiée au genre du fantastique et de l’horreur revient pour sa 7ème édition en regroupant pas moins de 14 auteurs, Thomas Baronheid, Alan Guilloux, Anne Escaffit, Hélène Meignin, Corinne Philippe, William Meikle, Jennifer Flajolet-Toubas, Jean Pézennec, Jeff Strand, Raphaël Rousseau, Yves-Daniel Crouzet, Nathalie Serval, Bonnie Jo Stufflebeam et James Cooper, réunis tous ensemble pour nous offrir 14 nouvelles excellentes.

Les nouvelles qui nous sont proposées sont assez étonnantes, en plus d’être efficaces et particulièrement prenantes. Difficile de décrocher au milieu d’une histoire tant elles prennent des directions inattendues et pour le moins surprenantes. C’est assez hallucinant de voir à quel point tout peut être parfaitement bien orchestré sans oublier l’originalité. Alors comme toujours, une ou deux nouvelles sont en deçà du niveau global de l’anthologie, mais elles restent toutes réellement passionnantes de bout en bout et c’est très intéressant de voir toutes ces visions d’auteurs concernant l’horreur et le fantastique.

Puis cela permet de faire de bonnes petites découvertes, des auteurs que l’on ne connait pas forcément, ou d’autres que l’on n’a pas l’occasion de lire souvent. Je vous invite donc à venir découvrir cette anthologie, bien écrite, bien présentée et de tout de même 246 pages.

Ténèbres 2014, Collectif d’auteurs, éd. Dreampress, p. 246, 15€.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon / Ghouls of Nineveh

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



GHOULS OF NINEVEH

( B.D., Flynn )

GHOULS OF NINEVEH dans B.D. 15050108480515263613222884

Le blog Flynn SFFF vous présente une parution littéraire de la SF, du Fantastique ou de la Fantasy en roman ou BD. Flynn, éternel dévoreur d’ouvrages, vous décortique son bouquin du jour…

14072108515715263612400748 dans Flynn

Écrite et dessinée par Fabrice Gagos, Ghouls of Nineveh est une BD qui raconte l’histoire d’Adam, un gars qui bosse dans une boutique de DVD d’occasions en plus d’être fan et musicien dans un groupe de death metal. Alors qu’il n’a pas revu sa famille depuis de longues années, il se retrouve invité à l’enterrement de son beau-père à la demande de sa sœur. Bien évidemment, son arrivée est mal vue par le reste de la famille. Mais alors qu’il sort fumer une cigarette dehors, il fait la rencontre d’une jeune fille et… d’une armada de morts-vivants…

Bon, premier bon point, le personnage principal, Adam, tient une boutique de DVD. Ça, déjà, c’est la grande classe. Ensuite, même si ce n’est qu’une bande dessinée, on sent à plein nez l’influence rock, metal, horreur et zombie. Et ça, c’est que du bon ! Ensuite, Fabrice Gagos n’est pas un inconnu de la BD. Cela fait un moment qu’il bosse dans la BD, sous le nom de Svart, notamment sur son blog. Avec Ghouls of Nineveh, il signe sa première production, son premier album de BD, et autant vous dire qu’il a su trouver le bon pitch pour convaincre le lecteur. Partir sur une histoire de zombie dans laquelle il rend hommage au cinéma d’horreur, au cinéma de Romero, de Peter Jackson ou encore de Sam Raimi, sans oublier Lucio Fulci et d’autres grands noms du genre, est une excellente idée. Surtout qu’il maîtrise avec beaucoup de talent le genre, son scénario tient parfaitement la route, le personnage d’Adam est très convaincant, et Gagos parvient à mixer humour et horreur sans pour autant que l’histoire en devienne une banale comédie. On est dans une histoire faite par un fan pour les fans, et ça ne peut que fonctionner. On retrouve ici tous les codes du genre, tous les petits clichés utilisés et usés.

En plus de cela, il possède un excellent coup de crayon et un super style graphique. Fabrice Gagos est un gars encore une fois vraiment talentueux, il le montre ici. D’ailleurs, Fabrice Gagos possède un côté Ben Templesmith très prononcé mais aussi très maitrisé. Enfin, plein de clins d’œil aux zombies et à la culture horrifique, Ghouls of Nineveh est une production ultra drôle, vraiment plaisante à lire et super passionnante ! Ne passez pas à côté.

Ghouls of Nineveh, Fabrice Gagos (dessinateur et scénariste), éd. Sombrebizarre Productions, p.68, 13€.

- Flynn -

Autres livres présentés par Flynn :

Dangereuses visions : le Necronomicon en BD / Agharta : le Temps des Selkies / Le Dernier Roi des Elfes / Le Niwaâd / Moi, Cthulhu / Docteur Sleep / Saigneur de Guerre / Le Démon aux Mille Visages / Le Gardien de la Source / Universal War Two (T1) : Le Temps du Désert / Blake et Mortimer : L’Onde Septimus / Culture Geek / Attention aux Morts / Out There – volume 1 /L’Encyclopédie du Hobbit / Quantex (T1) : Le Songe des Immortels / Quantex (T2) : La Révolte des Ombres / Chroniques des Ombres / Le très grand Nettoyage / Les Pantins Cosmiques / Cornes / Le Miroir des Templiers (T1) : New Paris / Nosfera2 / Soutenez le financement de l’ouvrage « Gore – Dissection d’une Collection » / Taupe / Le Monde de Fernando / Moi, Lucifer / LŒuf de Dragon

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



1234567