Catégorie

Archive pour la catégorie « Ray Harryhausen »

DRIVE-IN : LE MONSTRE VIENT DE LA MER (1955)

DRIVE-IN : LE MONSTRE VIENT DE LA MER (1955) dans Cinéma bis 13051809153815263611200263

13122106285015263611833578 dans Drive-in

LE MONSTRE VIENT DE LA MER (IT CAME FROM BENEATH THE SEA)
Année : 1955
Réalisateur : Robert Gordon
Scénario : Hal Smith & George Worthing Yates
Production : Charles H. Schneer (Clover Productions)
Musique : Mischa Bakeleinikoff
Pays : USA
Durée : 79 min
Interprètes : Kenneth Tobey, Faith Domergue, Donald Curtis, Ian Keith, Dean Maddox Jr…

C’est lui ! Le fameux poulpe géant attaquant le Golden Gate Bridge de San Francisco, au même titre que le Roi Godzilla part à l’assaut de Tokyo.

Produit par les deux routards de la série B, Sam Katzman et Charles H. Schneer, LE MONSTRE VIENT DE LA MER (It Came from Beneath the Sea) est leur première collaboration avec le célèbre créateur de monstres évoluant en stop-motion, Ray Harryhausen. Mais qui dit série B, dit : peu de moyens, et à la vue du faible budget qui lui fut accordé, Ray Harryhausen construisit un poulpe avec seulement six tentacules au lieu de huit. Ce dernier est montré à l’écran de telle sorte que le subterfuge n’est pas visible, les huit tentacules ne sortant jamais de l’eau en même temps.

13122106302215263611833579 dans Fantastique

D’autres anecdotes rigolotes de tournage sont à noter comme le fait que l’autorisation de tournage sur le Golden Gate Bridge de San Francisco, pour la célèbre scène finale du film, n’ayant pu être validée, les membres de l’équipe de tournage ont dû faire des aller-retours rapides en voiture sur le pont pour tourner certaines prises de vues sans être arrêtés, une partie du pont dans le film est donc reconstitué sous forme de transparences et de maquettes créées par Ray Harryhausen pour l’attaque de la pieuvre géante.

Mais bien qu’il s’agisse d’un film à petit budget, LE MONSTRE VIENT DE LA MER n’en reste pas moins un grand classique du « film de monstres » pour Drive-in, des Fifties. On y retrouve la jolie Faith Domergue et son regard étrange, en scientifique de l’armée, le Professeur Lesleyl Joyce. Juste avant LE MONSTRE VIENT DE LA MER, elle enchaînait déjà le tournage de deux excellentes séries B de notre genre favori, avec LES SURVIVANTS DE L’INFINI (This Island Earth) et LE CULTE DU COBRA (Cult of the Cobra) que nous vous présentions déjà sur le blog.

13122106315615263611833580 dans Fifties fantastique

Plus qu’un classique, LE MONSTRE VIENT DE LA MER est même un petit film culte au même titre que TARANTULA ou L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR (Creature from the Black Lagoon), sortis la même année, et donc un film de choix pour notre rubrique du samedi soir.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Drive-in :

L’Oasis des Tempêtes / It Conquered the World / The Giant Claw / Bataille Au-Delà des Étoiles / Attack of the Fifty Foot Woman / Cat-Women of the Moon / Le Fantôme de l’Espace / Mesa of Lost Women / Gorilla at Large / The Amazing Colossal Man / The Beast with a Million Eyes / The Astounding She-Monster / The Deadly Mantis / La Fiancée du Monstre / Not of this Earth / The Night the World Exploded ! / Viking Women and the Sea Serpent / Curse of the Faceless Man / Le Peuple de l’Enfer / Rodan / Supersonic Saucer / World Without End / La Fille du Docteur Jekyll / The Monster that Challenged the World / Baran, le Monstre Géant / Frankenstein’s Daughter / Giant from the Unknown / I married a Monster from Outer Space / How to make a Monster / J’enterre les Vivants / The Manster /King Dinosaur / Les Envahisseurs de la Planète Rouge / Ring of Terror / This is not a Test

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



RAY HARRYHAUSEN A DIT…

RAY HARRYHAUSEN A DIT... dans Cinéma 13092509391715263611581991

Ray Harryhausen a déclaré à propos des musiques de films : « J’aimerais insister pour dire à quel point la musique est importante. Sans l’imagination et la créativité de merveilleux musiciens comme Miklos Rosza, Bernard Herrmann ou Jérôme Moross, nos petites pantomimes n’auraient pas eu autant d’ampleur. »



ADIEU RAY HARRYHAUSEN

ADIEU RAY HARRYHAUSEN dans Cinéma 13050809141515263611165401

C‘est avec une grande tristesse que Les Échos d’Altaïr ont appris aujourd’hui le décès, à l’âge de 92 ans, du magicien de l’animation image par image : Ray Harryhausen. Ce géant de la stop motion, que tout fantasticophile connaît, est à l’origine de scènes d’anthologie et de quelques-uns des chefs-d’œuvre du cinéma Fantastique et de Science-Fiction avec JASON ET LES ARGONAUTES, LE SEPTIÈME VOYAGE DE SINBAD, LE VOYAGE FANTASTIQUE DE SINBAD, SINBAD ET L’ŒIL DU TIGRE, LE CHOC DES TITANS (1981), À DES MILLIONS DE KILOMETRES DE LA TERRE, LES PREMIERS HOMMES DANS LA LUNE, LA VALLÉE DE GWANGI, EARTH Vs THE FLYING SAUCERS…

Les Échos d’Altaïr possédaient même une catégorie à son nom et j’avais déjà présenté ici l’œuvre de cet homme fabuleux, véritable artiste du 7e Art, dont les films accompagnent les plus beaux souvenirs de mon enfance.

Merci à vous, M. Ray Harryhausen, de m’avoir offert tant de moments inoubliables dans les contrées du rêve. Je vous serai à jamais reconnaissant.

- Morbius -



Les créatures fantastiques au cinéma : le Cyclope

Les créatures fantastiques au cinéma : le Cyclope dans Cinéma 120701073011810372

Ce que nous dit Wikipédia…

« Les cyclopes forment une espèce de créatures fantastiques dans la mythologie grecque. Ce sont des géants n’ayant qu’un œil au milieu du front. Leur nom vient du grec ancien κύκλωψ / kýklôps, formé de κύκλος / kýklos (« roue », « cercle ») et de ὤψ / ốps (« œil »), que l’on pourrait traduire par « œil rond ». Selon Hellanicos, ils tirent leur nom de leur père, Cyclope, fils d’Ouranos. Les légendes qui les concernent sont contradictoires : il ne faut pas les confondre avec les Géants, nés du sang d’Ouranos et tués lors de la gigantomachie ; il faut aussi veiller à distinguer plusieurs races successives : ouraniens, forgerons, bâtisseurs et pasteurs (seuls les cyclopes ouraniens et pasteurs sont mentionnés par Homère). »

Le Cyclope au cinéma…

Comme à l’accoutumée dans cette catégorie des Créatures fantastiques au cinéma, nous ne nous intéresserons ici qu’à quelques titres de films ou de téléfilms où le Cyclope apparaît dans sa version mythologique, c’est-à-dire tel qu’on le décrit dans les légendes grecques (même si son image est souvent « égratignée » à travers les productions hollywoodiennes), et non dans des versions SF où son apparence est tellement détournée que tout ce qui reste de lui demeure son œil unique… Il est donc hors de question de répertorier dans cet article TOUTES les apparitions de notre célèbre créature fantastique au cinéma, étant donné que ce travail est déjà disponible dans un admirable dossier paru dans la revue Métaluna (et disponible ici).

15112308563015263613771750 dans Créatures fantastiques au cinéma

Commençons en 1955, dans le film ULYSSE (de Mario Camerini) qui met en vedette Kirk Douglas dans le rôle du héros légendaire. Nous rencontrons dans sa grotte le célèbre Cyclope de L’Odyssée, Polyphème, et il faut avouer que pour un film des années 50 la réussite est au rendez-vous. Filmé par d’habiles effets visuels destinés à lui conférer toute sa taille impressionnante face aux compagnons d’Ulysse, Polyphème est le Cyclope décrit dans la légende grecque : effrayant, cruel et surtout… idiot ! Après avoir dévoré quelques hommes et bu son vin, il s’effondrera ivre, permettant à Ulysse de lui crever son œil unique.

15112308583715263613771751 dans Merveilleux

En 1958, Ray Harryhausen nous propose SA version du Cyclope dans LE 7e VOYAGE DE SINBAD (THE 7th VOYAGE OF SINBAD, de Nathan Juran). Le Maître de l’animation image par image a conçu un surprenant et magnifique Cyclope hybride, mélange entre une sorte de gargouille et un bouc ! Incapable de parler (il ne fait que hurler), il affrontera Sinbad et son équipage de marins sur une île mystérieuse où d’autres de ses compères réserveront également des surprises à nos héros. En outre, notre Cyclope, superbement animé grâce à la magie Harryhausen, combattra un dragon. Lequel l’emportera ? Je vous laisse le découvrir dans ce chef-d’œuvre de la stop-motion.

120701070521137064 dans Ray Harryhausen

Dans MACISTE CONTRE LE CYCLOPE (MACISTE NELLA TERRA DEI CICLOPI, 1961, d’Antonio Leonviola), un Cyclope descendant de Polyphème, et fidèle à l’imagerie grecque, traque sans merci les descendants d’Ulysse pour les massacrer et ainsi se venger. Mais Maciste aura vite fait de régler le problème à sa façon… Ce qui ne l’empêchera pas de devoir affronter un nouveau Cyclope dans MACISTE EN ENFER (MACISTE ALL’INFERNO, 1962, de Riccardo Freda). Nouveau ? Pas vraiment. Il s’agit en fait du même Cyclope que celui de MACISTE CONTRE LE CYCLOPE, puisque la production réutilise sans vergogne les séquences du film d’Antonio Leonviola…

15112309000515263613771753

Ray Harryhausen contre-attaque en 1974 dans LE VOYAGE FANTASTIQUE DE SINBAD (THE GOLDEN VOYAGE OF SINBAD, de Gordon Hessler) en nous présentant sa dernière version du Cyclope ! Cette fois, il ne s’agit plus d’une gargouille à pattes de bouc mais d’un Centaure Cyclope, ou d’un Cyclope Centaure, selon votre convenance… L’étrange créature menace la belle Caroline Munro en brandissant une massue avant d’affronter un griffon dans un combat cruel. Là encore, je vous laisse découvrir le film afin de savoir qui l’emportera.

14011611233215263611905527

En 1983, on aperçoit un Cyclope parmi la bande de rebelles du film de space fantasy KRULL (Peter Yates). La belle princesse Lyssa a été enlevée par une terrible créature, la Bête. Nos héros, dont notre Cyclope, affronteront mille dangers pour tenter de la délivrer.

15112309021615263613771756

En 1997, l’excellent téléfilm de 180 minutes, L’ODYSSÉE (THE ODYSSEY, produit par Coppola et réalisé par Andrei Konchalovsky) reprend la célèbre aventure d’Ulysse (incarné par Armand Assante) et nous présente un Cyclope Polyphème plutôt réussi, malgré une certaine laideur bien prononcée et une calvitie rare chez la créature… Néanmoins les Cyclopes deviendront tous chauves à partir de cette date, pour preuve LE MONDE DE NARNIA, CHAPITRE 1 (d’Andrew Adamson, 2005) où des Cyclopes imberbes et de taille raisonnable (mais de carrure conséquente) participent à de gigantesques batailles.

15112309033815263613771757

En 2008, CYCLOPS, téléfilm produit par Roger Corman et réalisé par James Mangold, nous présente un horrible Cyclope capturé par un soldat romain. La créature, entièrement conçue en images de synthèse, deviendra finalement l’allié du Romain dans une lutte contre la tyrannie. Enfin, dans LA COLÈRE DES TITANS (WRATH OF THE TITANS, de Jonathan Liebesman, 2012), les Cyclopes sont toujours aussi méchants, aussi bêtes et aussi grands, mais ils reprennent un peu du poil de la bête au niveau du crâne…

14011701015615263611905618

Dans PERCY JACKSON : LA MER DES MONSTRES (Thor Freudenthal, 2013), on a droit à deux Cyclopes à l’apparence totalement opposée, seules les dreadlocks les rassemblent… D’abord le demi-frère de Percy, Luke Castellan, jeune Cyclope un peu gauche mais au cœur d’or et à la bravoure sans égale, que seul un œil au milieu du front dénote des êtres humains. Il le cachera d’ailleurs derrière des lunettes de soleil.

14011611250115263611905530

Ensuite le légendaire Polyphème, d’une taille impressionnante, qui vit en ermite sur une île totalement aménagée pour lui. Brutal, indifférent aux bonnes manières et plutôt dangereux, Polyphème a le visage tatoué façon Maori et s’avère une belle réussite sur le plan des effets spéciaux.

14011611263415263611905531

Après les Cyclopes chauves, la série des PERCY JACKSON a lancé la mode des Cyclopes aux dreadlocks ! Et que nous offrira ensuite le cinéma ?…

Autres créatures de la catégorie Les Créatures Fantastiques au Cinéma :

Talos / Licorne / Centaure / Sirène / Méduse / Pégase / Kraken / Griffon et HippogriffeMinotaure / Harpie / Elfe / Oiseau Roc / Phénix



Jason et les Argonautes en papertoy !

Jason et les Argonautes en papertoy ! dans Merveilleux paperks

Voici un magnifique diorama reproduisant parfaitement la scène d’anthologie du film JASON ET LES ARGONAUTES (1963) : l’attaque finale des squelettes ! Le site proposant le décor et les personnages a beau être japonais, les nombreuses photos accompagnant le montage parlent d’elles-mêmes et permettent ainsi d’être guidées. Vous trouverez votre diorama ici. Bonne réalisation !



Les créatures fantastiques au cinéma : l’Oiseau Roc

Les créatures fantastiques au cinéma : l'Oiseau Roc dans Cinéma 15060701242615263613338196

Ce que nous dit Wikipédia…

« Le Rokh, Rock ou Roc des contes arabes est apparenté au Simurgh (de l’akkadien sūmurukū signifiant monture rougeoyante), présent dans les mythologies perses bien antérieures (le simurgh est par exemple très présent dans le Shah Nameh de Ferdowsi). Oiseau de feu accompagnant l’orage, on rencontre des animaux mythologiques un peu similaires en tant que funeste présage d’une mort imminente surgissant comme la foudre, symbole de renouveau et d’immortalité et surtout gardien millénaire de l’arbre de la connaissance. Mais aussi dans maints contes populaires, notamment sous l’appellation de Rokh dans des passages des Mille et Une Nuits, dans l’Histoire de Sindbad le marin : « …un oiseau énorme aux ailes formidables… …répandant l’obscurité sur l’île. » « …oiseau de grosseur extraordinaire… …dans une île fort éloignée, et qui pouvait soulever un éléphant. » »

15060701243115263613338197 dans Créatures fantastiques au cinéma

L’Oiseau Roc au cinéma…

L’Oiseau Roc n’est pas un habitué du grand écran, encore moins de la télévision. A ma connaissance, on ne le trouve que dans le film LE SEPTIEME VOYAGE DE SINBAD (THE SEVENTH VOYAGE OF SINBAD / Nathan Juran / 1958), animé grâce aux mains expertes de Ray Harryhausen. Etrangement, et sans doute pour le rendre plus impressionnant encore, Harryhausen lui a donné deux têtes alors que la légende ne parle que d’une. Notre Sinbad et son équipage découvriront le nid du monstre et son oeuf géant qu’ils briseront afin de manger le poussin. Mais l’Oiseau Roc, sans doute une maman déchaînée, arrivera bien vite afin de venger son petit. Le battement de ses ailes géantes soulèvera poussière et angoisse dans un affrontement où la bête sera forcément vaincue.

Autres créatures  de la catégorie Les Créatures Fantastiques au Cinéma :

Talos / Licorne / Centaure / Sirène / Méduse / Pégase / Kraken / Griffon et HippogriffeMinotaure / Harpie / Elfe / Phénix / Cyclope



Monstres sacrés : Ymir

Monstres sacrés : Ymir dans Cinéma 14050303003115263612199975

ymir.jpg

Ymir, c’est d’abord une créature fantastique, un géant, issue de la mythologie nordique (voir Wikipédia). Mais en ce qui nous concerne, il s’agit ici du monstre vénusien du film A DES MILLIONS DE KILOMETRES DE LA TERRE (20 MILLION MILES TO EARTH / Nathan Juran / 1957) : une fusée de retour sur Terre s’écrase dans la mer après une mission vénusienne. Les survivants sont récupérés par des pêcheurs siciliens. Non loin, sur le rivage, un cylindre étrange est trouvé par un enfant. Il contient une sorte de cocon gélatineux, en fait un embryon de créature vénusienne : Ymir. La créature va rapidement se développer et croître à une telle vitesse qu’elle deviendra bientôt géante. Se sentant menacée par les hommes, elle se défendra et fera quelques victimes. Finalement capturé, Ymir sera transporté à Rome pour être étudié mais il parviendra à s’échapper dans la ville et à semer la panique. Le monstre vénusien sera abattu au-dessus du Colisée.

ymir4.jpg

Ymir possède l’aspect d ‘un dinosaure, et ce n’est pas un hasard si sa tête rappelle quelque peu celle du légendaire Kraken du CHOC DES TITANS de 1981 puisque c’est le grand Ray Harryhausen lui-même qui l’a conçu. Magnifiquement réalisé et animé, Ymir compte parmi les plus belles créations du magicien de l’animation image par image, ou « stop motion », technique très répandue dans les années 1950 et 1960. Notre géant vénusien pousse des cris assourdissants, s’agite, s’énerve, fracasse, frappe, arrache et affronte même un éléphant (lui-même animé image par image). Ymir sera forcément vainqueur, jusqu’à cette scène qui n’est pas sans rappeler celle de KING KONG où, mitraillée et bombardée par l’armée, la créature vénusienne juchée tout en haut du Colisée finira par succomber aux tirs répétés. Mais ici point de belle s’attendrissant sur son sort. Ymir est une victime de plus de la violence des hommes.

ymir2.jpg

L’avis des spécialistes :

« En tout cas, le film de Nathan Juran, pour primaire qu’il soit au niveau des intentions et de la mise en scène, est un des rares exemples d’oeuvre cinématographique qui montrent la croissance entière d’un monstre, de l’oeuf à l’âge adulte ; comme la créature du docteur Frankenstein, notre « dinosaure vénusien », au départ innocent, ne devient méchant que parce qu’il se heurte à la méchanceté des hommes, qui le rouent de coups de bâtons et l’enferment dans une cage alors qu’il est bébé, puis le traquent et lui tirent dessus alors que, devenu grand, il va se promener dans Rome. » (Jean-Pierre Andrevon & Alain Schlockoff / Cent monstres du cinéma fantastique / éd. Jacques Glénat)

« Expressivité des gestes et du visage, naturel des postures et des mouvements, crédibilité des déplacements et de l’anatomie : autant de facteurs décisifs que Ray Harryhausen maîtrise à la perfection, créant ainsi une créature authentiquement fantastique, mais aussi authentiquement vivante. Il faut bien le dire : elle est plus attachante que les acteurs en bois qu’elle croise au cours de ses pérégrinations. » (devildead.com)

Assistez au réveil du monstre…

Image de prévisualisation YouTube



Les créatures fantastiques au cinéma : les Harpies

harpie.jpg

Ce que nous dit Wikipédia…

« Dans la mythologie grecque ou romaine, les Harpies ou Harpyes (en grec ancien , Hárpuiai, de même sens) sont les filles de Thaumas et de l’océanide Électre alors que certaines traditions en font plutôt les filles de Typhon. Elles sont trois (ou plus selon les traditions) : Aello (Bourrasque) est parfois nommée Nicothoé (Pieds rapides), Ocypète (Vole-vite) et Podarge (Pieds légers) qui est parfois nommée Céléno (Obscure). Ce sont des divinités de la dévastation et de la vengeance divine. Plus rapides que le vent, invulnérables, caquetantes, elles dévorent tout sur leur passage, ne laissant que leurs excréments. Selon Hésiode, elles ont un corps ailé d’oiseau et une tête de femme. Virgile leur donne des visages de fillettes et des serres d’oiseau de proie. Homère en fait aussi des déesses des tempêtes, semblables à des cavales sauvages, par opposition avec les vents plus doux, qui sont assimilés à des chevaux dociles. « Chiennes de Zeus », elles volent les âmes et les enfants : c’est ainsi que les Pandarides furent données comme esclaves aux Érinyes. Elles habitaient les îles Strophades, dans la mer d’Ionie, sur la côte du Péloponnèse. Plus tard, Virgile les situera à l’entrée des Enfers avec les autres monstres. On raconte aussi que Zéphyr s’unit à une des Harpyes, Podargé, qui avait pris la forme d’une jument et de cette union naquit les célèbres chevaux immortels Xanthe et Balios qui seront offerts à Achille ainsi que Phlogéos et Harpagos, les chevaux des Dioscures. »

Les Harpies au cinéma…

Il faut les chercher pour les trouver ! Et pourtant, elles sont bien présentes, en tout cas au moins dans deux films, l’un ancien, l’autre récent. Ainsi on les découvre dès 1963 dans JASON ET LES ARGONAUTES (JASON AND THE ARGONAUTS) réalisé par Don Chaffey. Animées par le grand spécialiste, Ray Harryhausen, nos Harpies attaquent régulièrement un pauvre aveugle puni par Zeus il y a fort longtemps. Chaque jour elles viennent en criant voler la nourriture du vieil homme avant de repartir le ventre plein. Jason résoudra le problème en les capturant dans un grand filet. Ainsi l’aveugle aidera-t-il notre héros dans sa quête de la toison d’or. Très fidèles à la description faite plus haut par Wikipédia (cris stridents, serres griffants les pierres et corps de femme), elles possèdent par contre des ailes de chauve-souris, ce qui n’est pas plus mal, sinon nous risquerions peut-être de les confondre avec les sirènes ailées de la mythologie grecque ! Enfin, plus récemment, PERCY JACKSON : LE VOLEUR DE FOUDRE (PERCY JACKSON AND THE LIGHTNING THIEF / 2009 / Chris Columbus) nous propose une vieille prof se métamorphosant en Harpie. Il est vrai que de nos jours, inutile d’aller au cinéma pour croiser une Harpie. Vous en connaissez certainement autour de vous…

Autres créatures de la catégorie Les Créatures Fantastiques au Cinéma :

Talos / Licorne / Centaure / Sirène / Méduse / Pégase / Kraken / Griffon et HippogriffeMinotaure / Elfe / Oiseau Roc / Phénix / Cyclope



Les créatures fantastiques au cinéma : le Minotaure

minotaure2.jpg

Ce que nous dit Wikipédia…

« Le Minotaure est, dans la mythologie grecque, un monstre fabuleux possédant le corps d’un homme et la tête d’un taureau ou mi-homme et mi-taureau. Né des amours de Pasiphaé et d’un taureau envoyé par Poséidon, il fut enfermé par le roi Minos dans le labyrinthe, situé au centre de la Crète, qui fut construit spécialement par Dédale, afin qu’il ne puisse s’en échapper et que nul ne découvre son existence. Dans les textes anciens, le minotaure porte aussi le nom d’Astérios, ou Astérion, du nom du roi de Crète à qui Zeus avait confié Minos, fruit de son union avec Europe. Le Minotaure a finalement été tué par Thésée, le fils d’Egée, avec l’aide d’Ariane. »

Le Minotaure au cinéma et à la télévision…

Le Minotaure présenté dans SINBAD ET L’OEIL DU TIGRE (SINBAD AND THE EYE OF THE TIGER / 1977 / Sam Wanamaker), et qui porte le nom de Minoton, n’est autre qu’une création mécanique issue de l’esprit machiavélique de la dangereuse sorcière du film. Animé comme il se doit par le talentueux Ray Harryhausen, Minoton se déplace lentement pour accomplir ses horribles forfaits sur de pauvres malheureux. Son corps robuste a été moulé dans un métal doré, ce qui explique sans doute les horribles grincements liés à ses déplacements…

 minotaure3.jpg

En dehors de cette carcasse métallique, on trouve un autre Minotaure, mais cette fois-ci en chair et en os (façon de parler) dans la mini-série télévisée LES LEGENDES GRECQUES DE JIM HENSON (JIM HENSON’S THE STORYTELLER GREEK MYTHS / 1990) que j’ai déjà évoquée à l’occasion d’un article sur Méduse. Le résultat est plutôt assez convaincant.

 minotaure.jpg

De même, notre Minotaure de légende apparaît dans un téléfilm de 87 minutes issu de la célèbre série TV HERCULE et intitulé IN THE MAZE OF THE MINOTAUR (1994 / Josh Becker). Mais c’est une fois de plus la série cinématographique NARNIA qui nous offre une quantité de Minotaures impressionnants, lesquels participent à plusieurs reprises à de grandes scènes de bataille. Enfin, dernièrement, PERCY JACKSON, LE VOLEUR DE FOUDRE (PERCY JACKSON AND THE OLYMPIANS : THE LIGHTNING THIEF / 2010) nous a quant à lui proposé un courte scène avec un Minotaure géant d’une force colossale, il va de soit.

Autres créatures de la catégorie Les Créatures Fantastiques au Cinéma :

Talos / Licorne / Centaure / Sirène / Méduse / Pégase / Kraken / Griffon et Hippogriffe / Harpie / Elfe / Oiseau Roc / Phénix / Cyclope



Les créatures fantastiques au cinéma : le griffon et l’hippogriffe

griffon3.jpg

Ce que nous dit Wikipédia…

Le griffon : « Le griffon ou grype est une créature légendaire présente dans plusieurs cultures anciennes. Il est imaginé et représenté avec le corps d’un aigle (tête, ailes et serres) greffé sur l’arrière d’un lion (abdomen, pattes et queue), et muni d’oreilles de cheval. »

L’hippogriffe : « Un hippogriffe, parfois orthographié hippogryph et hippogryphe, est une créature imaginaire volante. Mi-cheval et mi-aigle, il est décrit comme le fils d’une jument et d’un griffon et ressemble à un cheval ailé avec la tête et les membres antérieurs d’un aigle. »

hippogriffe.jpg

Le griffon et l’hippogriffe au cinéma…

Un griffon très bruyant, animé par Ray Harryhausen, fait une courte apparition dans LE VOYAGE FANTASTIQUE DE SINBAD (THE GOLDEN VOYAGE OF SINBAD / 1974 / Gordon Hessler) où il affronte courageusement un horrible centaure avant d’être vaincu par celui-ci. Ce n’est que des années plus tard que nous le retrouverons en compagnie de nombreux autres compères de son espèce, dans la série des NARNIA (THE NARNIA CHRONICLES). Ces griffons version numérique, fort réussis, participent alors à d’impressionnantes batailles en transportant dans leurs serres d’énormes rochers qu’ils lâchent sur les troupes ennemis. Ils aideront ainsi nos héros à remporter de belles victoires. En ce qui concerne l’hippogriffe, nous pouvons admirer un superbe spécimen, dénommé Buck, dans la série des HARRY POTTER, plus précisément dans le chapitre intitulé LE PRISONNIER D’AZKABAN (HARRY POTTER AND THE PRISONNER OF AZKABAN / 2004 / Alfonso Cuaron). On apprend sur Wikipédia, dans la partie consacrée aux Créatures fantastiques dans l’univers de Harry Potter, que « Poudlard dispose d’au moins une douzaine d’hippogriffes pour les cours de soin aux créatures magiques ».

Les créatures fantastiques au cinéma : le griffon et l'hippogriffe dans Cinéma 14011712461115263611905609

Autres créatures de la catégorie Les Créatures Fantastiques au Cinéma :

Talos / Licorne / Centaure / Sirène / Méduse / Pégase / Kraken / Minotaure / Harpie / Elfe / Oiseau Roc / Phénix / Cyclope



123