Catégorie

Archive pour la catégorie « Science-fiction »

REJOIGNEZ UTOP-IA !

Groupe Facebook nouvellement créé, Utop-IA se consacre entièrement aux créations graphiques et vidéos générées par les intelligences artificielles dans le domaine des univers de la Science-Fiction, du Fantastique et de la Fantasy. Ce groupe s’adresse en particulier à tous les curieux, les fascinés, les passionnés, mais aussi à tous les créateurs, les geeks, les fantasticophiles et les imaginophiles qui ont toujours rêvé de voir leurs mondes imaginaires devenir réalité, (ou presque !), grâce aux IA. Découvrez leurs créations et partagez les vôtres sur Utop-IA ! Rejoignez le groupe !

REJOIGNEZ UTOP-IA ! dans Fantastique REPaSb-header-facebook2



ALICE CARABÉDIAN A DIT…

Alice Carabédian, philosophe et spécialiste de la science-fiction, a déclaré dans le N°9 de Métal Hurlant de novembre 2023 :

« Les dystopies sont devenues aliénantes, par la mise en abîme sans fin d’un présent dont on ne sait plus comment s’échapper. »



L’INSTANT SF #3

L'INSTANT SF #3 dans L'instant SF gxR3Rb-instant1

rxR3Rb-instant2 dans Science-fiction

« Autant vous le dire tout de suite : je ne suis pas né dans le sérail de la science-fiction. Les copinages, les complaisances, les privilèges quasi féodaux qui n’épargnent pas, non plus la SF, me sont tout à fait étrangers. Fatigué des parades de cirque de l’après « nouveau roman », effondré sous l’impact de l’opération « nouvelle philosophie », c’est à la SF que je dois de ne pas être mort étouffé par la stupidité et toutes ces sortes de substantifs en « ité » dont le moindre n’est pas la médiocrité. 

Du côté de la SF, l’évidence faisait loi : pour se protéger des agressions de ce super-grand qu’est la Littérature générale, elle avait fini par s’enfermer dans un ghetto où luttes partisanes le disputaient à querelles de clocher, rarement pour le meilleur et, en tout cas toujours dans le vide ; il fallait donc s’adjoindre le concours d’yeux extérieurs qui, bien qu’ils ne fussent que « vagabonds en terre étrangère », n’en recélaient pas moins un intérêt certain, aux dires de quelques-uns. »

Francis Rousseau dans « Le trou du hurleur », rubrique du magazine « Futurs, le magazine de la science-fiction » (n°5 de novembre 1978)

rxR3Rb-instant2

GUY BÉART ET LA SF

rxR3Rb-instant2

« J’ai abordé la SF au départ par la science et aussi par Jules Verne. Mais je n’aime pas le mot « Science-Fiction », je préfère Futur-Fiction. « Science » est devenu trop limitatif. Jusqu’au bouleversement d’Hiroshima, la vie, c’était la science. Quand on parlait de la vie, c’était de la science. On l’étudiait par des méthodes scientifiques, mais la SF n’est qu’une portion de cette littérature que j’appelle Futur-Fiction, ou Idéal-Fiction. Ça peut être de la religion-fiction ou de la politique-fiction ; on peut appeler cela de la Futur-Fiction-Fantastique. J’ai remarqué que les mots en F parlent plutôt de l’avenir, et j’ai l’impression que le futur bégaie. D’après la tradition, tous les prophètes bégayent et ils faisaient Feuh-Feuh… Cela peut vous faire sourire, mais vous savez qu’il y a, dans le corps humain, des tendances ; le langage, ce n’est pas seulement la voix, c’est aussi le geste, le corps. Quand j’étais enfant, je bégayais, j’étais hyper-nerveux, hyper-émotif…

byY3Rb-futurs2-000553

Pour en revenir à Futur-Fiction, prenez des mots comme Flamme, Feu, Fer, Femme, Fantasme, Folie, Fable, Fabuleux, Flèche, Foi, Funérailles.

Tout cela va en avant, mais ce n’est qu’un petit jeu, bien sûr, très intéressant cependant. La Futur-Fiction, c’est le voyage dans le temps, l’existence dans le temps. C’est pourquoi certains poèmes, certaines amours sont prophétiques. Tout ce qui permet de faire aller le temps plus vite, c’est de la Futur-Fiction. Cela se manifeste par le langage et par la littérature. Beaucoup plus facilement que par la musique. Dans la littérature, on peut s’arrêter, revenir en arrière, alors que la musique nous impose son temps. »

(Entretien réalisé par Michel Asso pour le n°1 de « Futurs, le magazine de la science-fiction », 1978)

rxR3Rb-instant2

VISIONS

rxR3Rb-instant2

40e1a4924ee4693b4b5e14035910af49

rxR3Rb-instant2

FUTUR-FICTION

rxR3Rb-instant2

À partir des mots Flamme, Feu, Fer, Femme, Fantasme, Folie, Fable, Fabuleux, Flèche, Foi, Funérailles donnés par Guy Béart, voici un court récit de Futur-Fiction écrit par une IA…

La flamme de la rébellion

xWY3Rb-2

Dans un avenir lointain où les machines gouvernaient, le feu était une légende oubliée. Les flammes qui autrefois dansaient librement avaient été domestiquées, reléguées à de simples outils de production. Mais dans l’ombre des mégapoles métalliques, une femme nommée Aria gardait en elle le feu sacré de la rébellion.

Née dans les entrailles de l’acier, Aria avait grandi avec des histoires de flamme et de fer, transmises en secret par sa grand-mère. Ces contes lui avaient insufflé un fantasme de liberté, une foi indomptable dans la possibilité d’un monde différent. La folie, disaient certains, de rêver d’un passé révolu.

Pourtant, Aria ne pouvait s’empêcher de croire en la fable d’un avenir où l’humanité renaîtrait de ses cendres. Elle se savait une flèche solitaire, mais elle portait en elle le pouvoir fabuleux de l’espoir.

Le jour des funérailles de sa grand-mère, Aria prit une décision. Elle se lança dans un voyage périlleux à travers les terres désolées, à la recherche du dernier vestige du feu ancestral. Sa quête la mena jusqu’aux ruines d’une ancienne bibliothèque, où elle découvrit un livre interdit.

Dans ses pages jaunies par le temps, Aria trouva les secrets perdus de la manipulation du feu. Avec une détermination farouche, elle apprit les anciens rituels, se liant à la flamme primordiale.

Revenue parmi les siens, Aria devint une légende vivante. Elle embrasa l’esprit de rébellion, ralliant des hommes et des femmes à sa cause. Ensemble, ils défendirent leur droit à la liberté, défiant les machines tyranniques.

Dans leur lutte, Aria réalisa que le feu qui brûlait en elle n’était pas seulement celui des flammes, mais celui de la foi inébranlable en un avenir meilleur. Et même si leur combat semblait fou, ils savaient qu’ils étaient prêts à tout pour forger leur propre destin.

rxR3Rb-instant2

ovs4Rb-bifrost

rxR3Rb-instant2

SCIENCE-FICTION ET SOCIÉTÉ

rxR3Rb-instant2

En 1973, le magazine « Horizons du fantastique science-fiction » publie dans son numéro 22 le discours prononcé par Jean-Pierre Andrevon à Trieste lors de l’Eurocon, convention d’époque. En voici la première partie, la seconde sera publiée dans L’instant SF #4.

7js4Rb-mag1-000554« Je viens de lire un court récit de James Blish, écrit en 1969, et qui vient d’être traduit en France. Ce récit s’intitule « Nous mourrons nus » et parle de la fin de la Terre par un effet généralisé de pollution. Ou plutôt de plusieurs séries convergentes de pollutions : échauffement de l’atmosphère par suite d’un excès de gaz carbonique, fonte des glaces du pôle, prolifération des ordures non recyclables, montée des eaux dans des villes surpeuplées, tremblements de terre causés par des infiltrations de déchets en puits profonds, perturbation du mouvement de libération de la Terre, etc… Ce récit, qui se déroule dans une trentaine d’années, met en jeu des faits, des causes, des effets réels, visibles déjà aujourd’hui. Simplement, ces faits sont grossis dans les limites étroites du prévisible, et pour que l’opération ait un résultat convaincant, l’auteur s’est livré à une simple multiplication.

Si j’ai pris pour exemple cet excellent récit de Blish, c’est qu’une telle nouvelle était impensable il y a quinze ans. Il y a quinze ans, cet ensemble de phénomènes appelés avec commodité pollution (mais il faudrait plutôt dire destruction organisée de l’écosphère) n’était pas visible à l’œil nu des auteurs et des lecteurs de SF, tout simplement parce qu’il n’était pas visible à l’ensemble des habitants de la planète. Nous en avons pris conscience grâce à des cris d’alarme répétés d’une minorité éclairée, il y a, en France, tout juste deux ans, et cela doit faire cinq ou six ans que le problème est véritablement pris au sérieux aux États-Unis. Il a donc fallu attendre que la pollution devienne une donnée publique pour que la science-fiction l’assimile, et en fasse un de ses thèmes préférentiels. Encore faudra-t-il attendre quelques années pour que vienne le grand rush. En France, à part quelques essais isolés, les écrivains n’en sont pas encore là.

De cette constatation en découle une autre, qui est une évidence : la science-fiction n’invente pas le futur. Elle est bien au contraire à la traine de la réalité, elle est son reflet ou sa métaphore, ou son décryptage parabolique. Cela ne doit pas nous étonner : l’homme ne crée pas à la manière d’un démiurge, à partir de rien. Il assemble des parcelles de la réalité qu’il perçoit et qui l’imprègnent, et qui passent dans différents tamis : subjectivité, déterminisme culturel et social, idéologie consciemment ou inconsciemment exprimée – avant de tomber sur la feuille blanche de la page à remplir. Le processus n’est pas plus différent pour la littérature dite classique que pour la science-fiction. Simplement, au lieu de faire sortir une marquise à cinq heures, on fera décoller un astronef d’une station orbitale et celui-ci passera dans le sub-espace pour gagner une lointaine étoile. Cette exemple d’une SF d’aventures, qui a explosé aux États-Unis dans les années 30 et 40, est le reflet amplifié aux dimensions cosmiques d’une réalité précise et d’un de ses reflets : la découverte des continents inconnus, et les récits de mer et d’aventures qui les ont célébrés au fil des siècles passés, et jusque dans celui-ci. Si l’astronef a remplacé le cargo ou la goélette, et l’univers-île perdu dans les flots de l’espace l’île assise sur des flots très terrestres, l’effet est le même. Et quand je parle d’effet, j’en dissocie d’ailleurs deux : l’effet de réalité, qui découle du style, et l’effet idéologique, qui est inscrit dans le discours de l’œuvre.

Que voyons-nous dans cette SF des années 30, 40, voire même 50 et plus ? Une célébration de la science, qui va de paire avec une célébration de l’homme. L’homme permet l’astronef, qui permet à l’homme de gagner les étoiles, de les conquérir. Nulle remise en question dans ce tableau idyllique : mais il s’agit bien sûr d’une science infaillible et occidentale, au service d’un homme infaillible et occidental. Certes des erreurs se glissent dans le système : mais il faut bien qu’il y ait des erreurs pour qu’il y ait une aventure, pour que se produise de temps à autre ce vacillement sans lequel la projection et l’identification ne peuvent se faire sans malaise. L’essentiel étant que, ces erreurs effacées en fin de parcours, le système demeure. Cette science-fiction est donc bien le reflet de la réalité, d’une réalité, celle baignant les écrivains dans le flot transparent de l’idéologie, une idéologie qui est celle du capitalisme triomphant, de l’impérialisme en expansion. L’écrivain – et je parle naturellement de la majorité, car il y a des exceptions partout, qui prennent place dans l’histoire mais ne la font pas – ne se pose pas de questions, car il ne peut pas s’en poser : la réalité est tellement contraignante, et l’idéologie dominante appuie d’un poids si lourd sur les consciences, que c’est « tout naturellement » (et j’aimerais qu’on entende ici les guillemets de rigueur) que l’écrivain de SF des années 30 et 40 glorifiera la science et l’essor sans fin de l’homme, même si cette science est destructrice (mais pour d’autres que lui), même s’il doit broyer sur son chemin d’autres créatures pensantes dont il se débarrassera par les armes, et que l’écrivain évacuera de sa conscience en les présentant comme laides et cruelles – comme le premier nègre venu.

Cette SF là était à l’âge de l’innocence, âge que beaucoup de lecteurs, semble-t-il, regrettent encore aujourd’hui. C’était, reconnaissons-le, une époque agréable où l’aliénation idéologique permettait de tout dire avec la meilleure conscience du monde, sans qu’il soit nécessaire de se poser des questions gênantes. La Deuxième Guerre mondiale, Hiroshima, la découverte des génocides nazis et coloniaux, puis la libération progressive des peuples asservis, sont les différentes étapes d’une prise de conscience qui est au travail encore aujourd’hui. »

rxR3Rb-instant2

ays4Rb-metal

rxR3Rb-instant2

QUAND JEAN GIRAUD (MOEBIUS) DÉFENDAIT JIMMY GUIEU

rxR3Rb-instant2

Extrait d’un article intitulé « Jimmy Guieu, un auteur de science-fiction populaire », paru en 1970 dans le numéro 12 de la revue « Horizons du fantastique science-fiction », signé Jean Giraud, qui écrivait assez régulièrement dans cette publication d’analyses.

twf5Rb-jim4« L’œuvre de GUIEU a ce mérite immense, c’est que le lecteur se sent concerné, elle est construite autour de mystères authentiques ou de faits divers réels. GUIEU est un écrivain de métier qui sait se montrer séduisant à défaut d’être totalement convaincant. Ses petits notes : « Rigoureusement authentique » au bas des pages et ses références à des ouvrages aussi éclectiques que la Bible, le Livre des Damnés, le Popol-Vuh, les Védas, voire des études de ses contemporains… accrochent le lecteur. Sa manière de faire entrer harmonieusement les faits dans une théorie agréable à l’intérieur d’un roman passionnant font pardonner ses faiblesses.

L’important pour GUIEU n’est pas qu’on croit ce qu’il nous propose comme solution, mais qu’on sache qu’il y a d’AUTRES faits et d’AUTRES explications possibles, qu’il ne faut pas nier ce que nos esprits sclérosés dans leur confort intellectuel ne peuvent comprendre. CHERCHEZ ET VOUS TROUVEREZ !

rwf5Rb-jim2Bien sûr, l’œuvre de GUIEU n’est pas sans défauts. Elle peut apparaître comme naïve, le souffle épique de ses épopées tourne parfois au lyrisme à bon marché, ses héros sont trop parfaits et ses méchants (Russes en 1955, Chinois en 1969 ou reptiliens et écailleux quand ils sont extra-terrestres) trop caricaturés et grand-guignolesques.

Une telle simplicité dans une collection « populaire » est à mon avis plus une qualité qu’un défaut. Jimmy GUIEU cherche à atteindre le plus grand nombre possible, peut-on lui reprocher de se mettre à la portée de son public ? Aux critiques hautement qualifiés qui prétendent que GUIEU fait de la mauvaise Science-Fiction, je demande de penser à ce que peut bien retirer un « Français moyen » de la lecture du « MONDE DU NON-A » de Vogt. Si l’on veut que la Science-Fiction soit une littérature à part entière, elle ne doit pas rester une affaire de spécialistes. Ce n’est pas par tous les « GÉNIES » anglo-saxons, mais par des auteurs simples et directs comme GUIEU qu’elle acquerra dans le peuple ses lettres de noblesse. swf5Rb-jim1

On se demandera pourquoi je n’ai pas encore parlé de l’œuvre récente de GUIEU, c’est simple : après un long silence de trois ans, GUIEU a repris sa « croisade » pour la recherche de la VÉRITÉ. Il reste fidèle à lui-même, avec les mêmes préoccupations et les mêmes hypothèses… Est-ce dire qu’il ne se renouvelle pas ? Bien au contraire, avec le temps, il s’affirme et nous apporte des romans percutants (surtout les N° 337 et 384) (NDLR : chez Fleuve Noir). Il continue à populariser de grandes idées (LE DIEU DU FUTUR, de Pichon) à l’intérieur de grandes fresques épiques (tous ses nouveaux romans sont  « à suivre »).

Héritier de Charles FORT et précurseur dès 1954 du « Matin des Magiciens », en raison de sa FOI en l’avenir de l’homme et parce que pour lui ESPOIR et CONFIANCE ne sont pas des mots vides de sens, Monsieur GUIEU mérite qu’on l’admire et qu’on le respecte en tant qu’Écrivain de Science-Fiction à part entière. »

rxR3Rb-instant2

giphy

rxR3Rb-instant2



LA SF SELON KIM STANLEY ROBINSON

LA SF SELON KIM STANLEY ROBINSON dans La SF selon... TOGwRb-kim« Le but de la science-fiction n’est pas de prédire, ce qui est fort heureux puisque c’est impossible. Elle sert à modéliser, à proposer des scénarios plus ou moins plausibles. C’est aussi une métaphore du ressenti de l’époque. Cette dualité dans l’esthétique est ce qui rend la science-fiction intéressante et pertinente de nos jours. »

(Métal Hurlant n°9 – 2023)



LA STATUE DE LA LIBERTÉ ENSABLÉE

Après « Aux confins de Noachis Terra », je continue mon aventure avec les IA. Je sais, il y en a qui ne les supportent pas, qui ne veulent pas en entendre parler, qui les accusent de plagiats, de menacer la race humaine et j’en passe. Il doit sans doute y avoir du vrai là-dedans… En attendant, que voulez-vous, je m’éclate comme je peux avec elles et vous n’avez pas fini d’en entendre parler ici sur Altaïr IV…

Je me suis amusé cette fois-ci à demander à Bing Image Creator une statue de la Liberté ensablée, à la façon de cette vision ultime de LA PLANÈTE DES SINGES de 1968, et j’ai plutôt apprécié le résultat pessimiste à souhait. Voici :

LA STATUE DE LA LIBERTÉ ENSABLÉE dans Imaginart E9YuRb-4

D9YuRb-3 dans Science-fiction

D9YuRb-2

C9YuRb-1



AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 5

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 5 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LIENS VERS LES CHAPITRES 123 & 4

6t9WQb-Capture-decran-2023-10-28-133505 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

H6MlRb-mars216 dans Science-fiction

K6MlRb-mars217

j7MlRb-mars218

j7MlRb-mars219

57MlRb-mars220

77MlRb-mars221

S7MlRb-mars222

T7MlRb-mars223

q9MlRb-mars224

g8MlRb-mars225

r8MlRb-mars226

58MlRb-mars227

WxOlRb-mars228

b9MlRb-mars229

q9MlRb-mars230

39MlRb-mars231

rAMlRb-mars232

J9MlRb-mars233

bAMlRb-mars234

rAMlRb-mars235

JCMlRb-mars236

8AMlRb-mars237

NAMlRb-mars238

bBMlRb-mars239

pBMlRb-mars240

zBMlRb-mars241

8BMlRb-mars242

HBMlRb-mars243

QBMlRb-mars244

eCMlRb-mars245

qCMlRb-mars246

0CMlRb-mars247

ACMlRb-mars248

JCMlRb-mars249

WCMlRb-mars250

TFMlRb-mars251

iDMlRb-mars252

pDMlRb-mars253

2DMlRb-mars254

FDMlRb-mars255

SDMlRb-mars256

iEMlRb-mars257

sEMlRb-mars258

5EMlRb-mars259

HEMlRb-mars260

VEMlRb-mars261

gFMlRb-mars262

tFMlRb-mars263

4FMlRb-mars264

FFMlRb-mars265

TFMlRb-mars266

EGMlRb-mars267

hGMlRb-mars268

sGMlRb-mars269

5GMlRb-mars270



AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 4

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 4 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LIENS VERS LES CHAPITRES 1, 2 & 3

6t9WQb-Capture-decran-2023-10-28-133505 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

zG8WQb-mars162 dans Science-fiction

6G8WQb-mars163

QG8WQb-mars164

dH8WQb-mars165

iH8WQb-mars166

4H8WQb-mars167

4H8WQb-mars168

ZH8WQb-mars169

ZH8WQb-mars170

rI8WQb-mars171

zI8WQb-mars172

GI8WQb-mars173

sK8WQb-mars174

YI8WQb-mars175

iJ8WQb-mars176

uJ8WQb-mars177

8J8WQb-mars178

PJ8WQb-mars179

cK8WQb-mars180

sK8WQb-mars181

WM8WQb-mars182

4K8WQb-mars183

GK8WQb-mars184

XK8WQb-mars185

pL8WQb-mars186

7L8WQb-mars187

OL8WQb-mars188

hM8WQb-mars189

2M8WQb-mars190

GM8WQb-mars191

WM8WQb-mars192

TN8WQb-mars193

rN8WQb-mars194

BN8WQb-mars195

MN8WQb-mars196

cO8WQb-mars197

5O8WQb-mars198

sO8WQb-mars199

cS8WQb-mars200

JO8WQb-mars201

XO8WQb-mars202

mP8WQb-mars203

0P8WQb-mars204

EP8WQb-mars205

TP8WQb-mars206

lQ8WQb-mars207

wQ8WQb-mars208

AQ8WQb-mars209

SQ8WQb-mars210

eR8WQb-mars211

sR8WQb-mars212

3R8WQb-mars213

IR8WQb-mars214

cS8WQb-mars215

 

 

 



AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 3

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 3 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LIENS VERS LES CHAPITRES 1 & 2

qFdHQb-mars1 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

7mlRQb-mars109 dans Science-fiction

ImlRQb-mars110

YmlRQb-mars111

snlRQb-mars112

8nlRQb-mars113

PnlRQb-mars114

golRQb-mars115

holRQb-mars116

9olRQb-mars117

7olRQb-mars118

qplRQb-mars119

rplRQb-mars120

XplRQb-mars121

AplRQb-mars122

YplRQb-mars123

Vg8RQb-mars123a

wqlRQb-mars124

wqlRQb-mars125

JqlRQb-mars126

KqlRQb-mars127

brlRQb-mars128

irlRQb-mars129

3rlRQb-mars130

FrlRQb-mars131

RrlRQb-mars132

oslRQb-mars133

rslRQb-mars134

WslRQb-mars135

CslRQb-mars136

WslRQb-mars137

utlRQb-mars138

utlRQb-mars139

ItlRQb-mars140

TtlRQb-mars141

iulRQb-mars142

tulRQb-mars143

DulRQb-mars144

OulRQb-mars145

evlRQb-mars146

ivlRQb-mars147

9vlRQb-mars148

7vlRQb-mars149

awlRQb-mars150

hwlRQb-mars151

zwlRQb-mars152

6wlRQb-mars153

SwlRQb-mars154

hxlRQb-mars155

lxlRQb-mars156

XxlRQb-mars157

DxlRQb-mars158

YxlRQb-mars159

2ylRQb-mars160

pylRQb-mars161



AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 2

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 2 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LE CHAPITRE 1 EST DISPONIBLE ICI

DyqHQb-mars1 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

VTuMQb-mars55 dans Science-fiction

CTuMQb-mars56

YTuMQb-mars57

UUuMQb-mars58

3UuMQb-mars59

UUuMQb-mars60

AVuMQb-mars61

uVuMQb-mars62

OVuMQb-mars63

mWuMQb-mars64

tWuMQb-mars65

LWuMQb-mars66

YWuMQb-mars67

YWuMQb-mars68

oXuMQb-mars69

fYuMQb-mars70

6XuMQb-mars71

YXuMQb-mars72

1YuMQb-mars73

2YuMQb-mars74

QYuMQb-mars75

kZuMQb-mars76

mZuMQb-mars77

JZuMQb-mars78

JZuMQb-mars79

vavMQb-mars80

vavMQb-mars81

RavMQb-mars82

RavMQb-mars83

pbvMQb-mars84

tbvMQb-mars85

TbvMQb-mars86

SbvMQb-mars87

GcvMQb-mars88

7cvMQb-mars89

QcvMQb-mars90

WfvMQb-mars91

ldvMQb-mars92

6dvMQb-mars93

OdvMQb-mars94

fevMQb-mars95

xevMQb-mars96

HevMQb-mars97

6E3MQb-mars98

lfvMQb-mars99

1fvMQb-mars100

GfvMQb-mars101

WfvMQb-mars102

lgvMQb-mars103

ygvMQb-mars104

DgvMQb-mars105

ehvMQb-mars106

chvMQb-mars107

thvMQb-mars108



AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 1

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 1 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

DyqHQb-mars1 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

qFdHQb-mars2 dans Science-fiction

LFdHQb-mars3

KFdHQb-mars4

qGdHQb-mars5

qGdHQb-mars6

FGdHQb-mars7

KGdHQb-mars8

kHdHQb-mars9

yHdHQb-mars10

GHdHQb-mars11

KHdHQb-mars12

uIdHQb-mars13

uIdHQb-mars14

NIdHQb-mars15

IyqHQb-Capture-decran-2023-09-16-082143

mJdHQb-mars17

zJdHQb-mars18

ULdHQb-mars19

MJdHQb-mars20

dKdHQb-mars21

sKdHQb-mars22

8KdHQb-mars23

RKdHQb-mars24

gLdHQb-mars25

uLdHQb-mars26

ALdHQb-mars27

ULdHQb-mars28

nPdHQb-mars29

nMdHQb-mars30

6MdHQb-mars31

QMdHQb-mars32

lNdHQb-mars33

4NdHQb-mars34

MNdHQb-mars35

bOdHQb-mars36

wOdHQb-mars37

GOdHQb-mars38

bPdHQb-mars39

uPdHQb-mars40

VPdHQb-mars41

CPdHQb-mars42

BSdHQb-mars43

jQdHQb-mars44

zQdHQb-mars45

JQdHQb-mars46

YQdHQb-mars47

qRdHQb-mars48

3RdHQb-mars49

JRdHQb-mars50

bSdHQb-mars51

pSdHQb-mars52

5SdHQb-mars53

7ByHQb-Capture-decran-2023-09-16-170800



12345...130