Catégorie

Archive pour la catégorie « Science-fiction »

NEW EDEN (1994)

NEW EDEN (1994) dans Science-fiction 18012906020415263615514268

NEW EDEN (1994)

Réalisateur : Alan Metzger

Scénariste : Dan Gordon

Pays : États-Unis

Année : 1994

Interprètes : Stephen Baldwin, Lisa Bonet, Tobin Bell… 

En 2014, nous traitions du film de Martin Campbell avec Ray Liotta et Lance Henriksen, ABSOLOM 2022 (1994, No Escape ou Escape from Absolom) sur les Échos d’Altaïr dans un dossier dédié à la SF des années 90.

L’intrigue d’ABSOLOM 2022 : En 2022 donc, un ancien héros de guerre incarcéré pour assassinat arrive dans les quartiers de haute sécurité d’une prison, où règne en maître un directeur impitoyable. Le nouveau détenu lui tenant tête, il est immédiatement sanctionné : il sera banni, envoyé sur Absolom, une île-prison spécialement réservée aux récalcitrants. Cette île ne connaît qu’une seule règle : s’évader est interdit. Pour le reste, elle ne connaît pas d’autres lois que celle du plus fort…

Il se trouve que la même année, la chaîne Sci-Fi Channel produisait et diffusait NEW EDEN avec une intrigue quasi-similaire mais familiale : Deux compagnons de prison, Kyne et Adams, un renégat et un jeune ingénieur aux manières plus douces, sont envoyés sur une planète de sable nommé Terre 21-523 ou la plupart des nouveaux venus sont immédiatement tués par le peuple des sables, les survivant luttant pour leur survie. C’est jusqu’à ce qu’un nouveau prisonnier arrive avec des idées de fournir l’irrigation du désert. Mais d’abord il doit combattre le peuple des sables…

18012905532415263615514266 dans Trapard

Moins brutal qu’ABSOLOM 2022, NEW EDEN a, avant tout, été destiné à une télédiffusion dans un cadre familial. Du coup, au-delà du côté « Survival post-apocalyptique» où la barbarie règne un peu partout sur la planète, on y trouve ce message récurrent au genre, de vouloir recréer des communautés basées sur la logique du bien contre le mal, de l’engagement et du mariage, de la revitalisation du sol pour reconstruire l’humanité. Des messages auxquels tout le monde adhère, mais qu’il n’est pas forcément nécessaire d’ajouter à un cinéma de divertissement qui est censé proposer avant tout de l’aventure et de la brutalité. Mais l’affiche de NEW EDEN laissait tout de même présager un téléfilm bourré de bons sentiments avec le couple Stephen Baldwin au regard azur comme le reste de la fratrie Baldwin, et la jolie Lisa Bonet (COSBY SHOH, ANGEL HEART…). Les oreilles rondes de Mickey Mouse ne semblent pas si loin…

18012905561415263615514267

Au-delà de ça, le téléfilm est plutôt agréable et parfois drôle. Et surtout, les comédiens jouent très bien leurs personnages, ce qui fait un peu oublier les costumes assez ridicules, la caricature des dialogues et la psychologie minimaliste de certains personnages destinés à un public très jeune.

Le point fort du téléfilm, c’est sa B.O. composée à partir d’une musique électronique mi-world, mi-hip hop créée par le compositeur Blake Leyh pour augmenter l’ambiance des scènes d’action et de suspense.

En exemple, voici un extrait de la B.O. de la série THE WIRE (2002-2008) composée par Blake Leyh.

- Trapard -



THE HEROIC TRIO 1 et 2

THE HEROIC TRIO 1 et 2

THE HEROIC TRIO 1 et 2 dans Cinéma 18011904300915263615477471

THE HEROIC TRIO 1

Titre original : Dung fong saam hap

Réalisateur : Johnnie To

Scénario : Sandy Shaw

Pays : Hong-Kong

Année : 1993

Interprètes : Michelle Yeoh, Anita Mui, Maggie Cheung et Anthony Wong…

EXECUTIONERS aka THE HEROIC TRIO 2

Titre original : Xian dai hao xia zhuan

Réalisateur : Johnnie To et Ching Siu-tung

Scénario : Susanne Chan

Pays : Hong-Kong

Année : 1993

Interprètes : Michelle Yeoh, Anita Mui, Maggie Cheung et Anthony Wong…

18011904262815263615477469 dans Science-fiction

Le trio héroïque, c’est la Femme Invisible (Michelle Yeoh), Wonder Woman (Anita Mui) et Thief Catcher (Maggie Cheung).

La base des super-héros hong-kongais c’est une dose de masques et de costumes, une dose de super-pouvoirs et beaucoup de kung-fu. Et évidemment beaucoup de charme dans les mouvements des comédiens, en particulier lorsqu’il s’agit de super-héroïnes. Et qui aime les chorégraphies des années 90-2000 à base de courroies et d’élévateurs mécaniques pour déplacer dans les airs les comédiens d’un point à un autre, frappant ou déplaçant des obstacles ou leurs adversaires dans leur élan, à la seconde près… ne peut qu’apprécier le HEROIC TRIO ou autres BLACK MASK (avec Jet Li). Stephen Chow montrait justement l’envers du décor de ce genres de tournages calibrés à la seconde près, dans son KING OF COMEDY sorti en 1999.

18011904325215263615477474 dans TrapardTHE HEROIC TRIO raconte l’histoire de trois de ces super-nanas, qui n’ont dès le départ aucune affinité entre elles et rien pour s’entendre, car trop individualistes. Et qui finalement, finissent par s’associer pour affronter un étrange kidnappeur d’enfants…

Et EXECUTIONERS réunit les trois super-nanas dans un futur apocalyptique, après une guerre nucléaire. Dans une ville isolée, où l’eau est devenue la ressource la plus rare, les trois héroïnes mènent maintenant des vies indépendantes. Tung (Wonder Woman) est devenue mère d’une petite fille ; Ching (la Femme Invisible) est maintenant au service du bien avec le bossu masqué, Kau ; et Chat est toujours chasseuse de primes. Des circonstances tragiques les contraignent à reformer leur association pour le salut de la ville…

EXECUTIONERS est entrecoupé d’intermèdes chantés comme beaucoup de films asiatiques comme par exemple le film post-apocalyptique taïwanais THE HOLE (1999, Dong), qui est connu en France car il a eu droit à une petite édition en DVD. Par contre, EXECUTIONERS n’a pas eu cet honneur et il a été exclusivement destiné à un public chinois et n’a pas été distribué en salles en Europe. Je pense qu’au début des années 90, l’effet Bollywood ne fonctionnait pas encore sur le public français, du coup le reste du cinéma asiatique « chanté » ne s’exportait pas encore. Mais on peut trouver EXECUTIONERS sur Internet, avec des sous-titres français créés par des fans.

18011904345515263615477476

Pour en revenir à nos trois super-héroïnes, la carrière Michelle Yeoh a surtout explosé hors d’Asie au début des années 2000, avec TIGRE ET DRAGON de Ang Lee. Depuis, on croise de temps à autres son joli minois dans des films américains, en geisha dans MÉMOIRE D’UNE GEISHA (2005) ou en nonne post-apocalyptique dans BABYLONE A.D. (2008).

18011904370915263615477479Anita Mui a concentré sa carrière à Hong-Kong en tournant pour les plus grands réalisateurs hong-kongais et chinois, de Jackie Chan à Johnny To, en passant par Sammo Hung, Tsui Hark, décédant d’un cancer avant la fin du tournage du SECRET DES POIGNARDS VOLANTS de Zhang Yimou en 2003.

Ma petite préférée, qui n’est pas forcément la plus jolie des trois, mais qui en tout cas est la plus fascinante et la plus aventureuse, c’est Maggie Cheung. Alternant films de pure exploitation (comme POLICE STORY 1, 2 et 3 de Jackie Chan, L’AUBERGE DU DRAGON de Tsui Hark, ou HERO de Zhang Yimou), ou cinéma d’auteur (avec l’excellent CENTER STAGE de Stanley Kwan, ou encore NOS ANNÉES SAUVAGES, LES CENDRES DU TEMPS, IN THE MOOD FOR LOVE et 2046 de Wong Kar-wai), elle a aussi tourné quelques films costumés cultes comme GREEN SNAKE  ou les HEROIC TRIO. Et bien que je ne sois pas spécialement fasciné par le cinéma d’auteur du Français Olivier Assayas, j’ai néanmoins regardé son film français (IRMA VEP en 1996) et son film américain (CLEAN en 2004) qui ont servi de 18011904401415263615477482passerelle internationale à Maggie Cheung. Je trouve CLEAN plus captivant qu’IRMA VEP, mais ce dernier a le mérite de nous montrer Maggie Cheung dans son propre rôle, passant des entretiens devant un producteur avec des extraits des HEROIC TRIO et faisant des bouts d’essai pour le rôle d’Irma Vep, l’héroïne physique et masquée, pour un remake des VAMPIRES de Louis Feuillade.

Néanmoins, elle est excellente avec ses deux comparses, en justicière masquée dans le diptyque du HEROIC TRIO : action, combat, humour et sensualité assurés.

Elles sont aussi accompagnées dans les deux films des acteurs Damien Lee (belle gueule du cinéma hong-kongais) et Anthony Wong que j’adore autant en flic (la trilogie des INFERNAL AFFAIRS), qu’en gangster (VENGEANCE) ou en tueur psychopathe (THE UNTOLD STORY et EBOLA SYNDROME).

- Trapard -

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



VALÉRIAN : LES 3 RAISONS DE L’ÉCHEC AUX USA

Voici une vidéo intéressante d’un youtubeur analysant les trois raisons principales du malheureux échec de VALÉRIAN ET LA CITÉ DES MILLE PLANÈTES aux États-Unis car, une chance, en France ce fut un joli succès. Luc Besson pourrait malgré tout réaliser une suite (trois films étaient prévus au départ). En attendant Europacorp a connu tout récemment quelques licenciements et changements de direction…

Image de prévisualisation YouTube



FRAKTAAL

FRAKTAAL  dans Science-fiction 18011204251615263615444976

Pour un pur moment de bonheur visuel, envolez-vous grâce à FRAKTAAL, (très) court-métrage SF de Julius Horsthuis.

FRAKTAAL a été bien sûr conçu grâce à un logiciel 3D, mais Julius Horsthuis qui se dit « paresseux » s’est donc appuyé sur des modèles fractaux mathématiques complexes pour générer automatiquement les mondes extraterrestres et les villes visités dans son film. Le résultat est là, splendide, visuellement étonnant, sur une musique planante… Bon voyage aux confins de l’univers de la Science-Fiction.



LA SF À YOM – Interstellar

Yom a une passion : la science-fiction, SA science-fiction ! Films, séries télévisées, dessins animés, comics, serials… sur sa page Facebook, tout y passe, « juste pour le plaisir » nous dit-il. Et pour notre plaisir, Yom nous permet de publier ici certaines de ses critiques, de ses réflexions, de ses opinions, de ses pensées ou de ses interrogations. Aujourd’hui :

LA SF À YOM - Interstellar dans Cinéma 18010407554915263615435899

INTERSTELLAR

(de Christopher Nolan, 2014)

INTERSTELLAR, ou ce qu’on pourrait appeler « L’odyssée de l’espace pour les nuls ». Rien de péjoratif là dedans. C’est un bon film. Ce que je veux dire par là, c’est que c’est un film dans le style de 2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE, mais beaucoup plus accessible pour le spectateur moyen.

18010408130015263615435901 dans Science-fiction

Pour ma part, j’ai trouvé que 2001 avait fait pas mal de mal à la Science-Fiction grand public, car trop intellectualisé, bourré de non-dits, et se terminant un peu en eau de boudin en laissant le spectateur sur sa faim. Eh bien avec INTERSTELLAR, ce n’est pas le cas (même si, il faut l’avouer, ce n’est pas passé loin par moments).

INTERSTELLAR est un film de science-fiction qui commence comme un film d’anticipation et se termine en space opera, en passant par ce que les pointilleux appellent la Hard Science (ou plus simplement la science fiction réaliste). C’est un peu comme si SOLEIL VERT (1973) croisait LA CONQUÊTE DE L’ESPACE (1955) en passant par 2001 (1968), ou plus modestement par DESTINATION LUNE (1950). On passe donc par tout un tas d’ambiances, d’émotions, de suspens, d’action et même des scènes qui ont fait sursauter tout le monde dans la salle. Un plutôt bon mélange.

18010408143715263615435902 dans YomSi vous ne l’avez pas vu, je vous conseille donc de régler cela car finalement les presque trois heures de film passent plutôt vite, malgré quelques longueurs au début qui trouvent leurs explications vers la fin. Si vous l’avez vu, vous pouvez continuer à lire, car la suite contient plein de SPOILERS!

Bon, maintenant je vais éplucher un tout petit peu plus le film (mais malgré ce qui suit, cela reste un bon film) : tout est bien fait, aussi crédible que possible, et malgré tout il y a quelques failles (mais je ne doute pas que ce soit pour ne pas perdre le spectateur en route). Déjà, mais c’est également 18010408173215263615435905le cas dans beaucoup de films de science fiction, les héros ont des questions auxquelles ils devraient être capables de répondre eux-mêmes (sur le trou de ver par exemple, et c’est le co-équipier qui explique le pourquoi du comment). Je comprends que c’est pour l’expliquer au spectateur, mais c’est toujours un peu hors sujet à mes yeux (il y en a aussi de belles dans le film LA CONQUÊTE DE L’ESPACE dont je parlais plus haut, à se demander s’ils envoient vraiment des astronautes dans l’espace dans certains films, et pas des passants lambda qui passaient par là…).

Ceci mis à part, le vrai gros hic à mes yeux (et j’espère que vous avez vu le film parce que là je vais dévoiler la chute…), c’est que, d’après le héros en tout cas, c’est l’humanité du futur qui le sauve dans le trou noir… Ça ne vous pose pas un problème de paradoxe ? J’explique : Cooper va dans l’espace, il finit dans un pseudo trou noir ou l’humanité du futur lui permet de prévenir sa fille de comment fuir la planète 18010408191815263615435907pour sauver l’humanité, cette même humanité qui va évoluer et sauver son père, pour se sauver elle même donc… Mais comment peut elle exister tant qu’elle n’est pas sauvée de l’extinction sur Terre ? C’est bon, vous avez les neurones qui chauffent ?

Bon, ce n’est pas si grave. Peut être que finalement ce n’est pas l’humanité du futur mais une autre espèce… Bien que la famille Cooper ait le don de deviner qui est qui (comment sa fille devine que c’est Cooper qui est son fantôme ? Mystère et boule de gomme).

Ah oui, dernier point un peu gnan-gnan, le discours sur l’Amour qui permet de trouver le bon chemin… Très américain dans le style, mais dispensable dans le film.

Comme je le disais avant tous ces spoilers, le film reste bon, et j’ai vraiment beaucoup aimé les robots qui sortent vraiment de l’ordinaire et amènent une vraie touche de SF-Humour-Action. Un vrai plus sans lequel le film n’aurait peut être été aussi sympathique. En tout cas, j’en veux bien un à la maison.

- Yom -

Résultat de recherche d'images pour "interstellar gif"

Autres articles publiés dans la catégorie La SF à Yom :

Planète Interdite / Dragon Ball / Bataille Au-delà des Étoiles / Les Quatre Fantastiques / La Planète des Vampires / Les serials / Le rétrofuturisme / Godzilla / La science-fiction de notre enfance

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



SPÉCIAL FRANK HERBERT

SPÉCIAL FRANK HERBERT dans Antipathes 14072703494415263612413227

ET L’HOMME CRÉA UN DIEU

suivi de

LA BARRIÈRE DE SANTAROGA

Connaissez-vous Frank Herbert ?

OK, je réalise que ma question paraît amplement stupide alors je la réitère.

Connaissez-vous les œuvres de Frank Herbert ?

Les lecteurs me répondront : « Oui, bien sûr, Dune ». Et en effet, il est bien question de l’auteur de cette saga fantastique en sept volumes. Saga poursuivie par son fils Brian Herbert, sur les notes laissées par son père, coécrit avec Kevin J Anderson, auteur de romans dans les univers de STAR WARS, X-FILES, entre autres, mais aussi de la saga originale La Saga des Sept Soleils.

17122009132415263615420001 dans LittératureEt mordicus, je reviens sur la question : « Qui est Frank Herbert ? »

Frank Herbert, né Frank Patrick Herbert Jr, est né le 08/10/1920 à Tacoma, Washington.

Frank Herbert aura très tôt la passion de l’écriture et en 1939, il ment sur son âge pour être embauché dans le Glendale Star. Mais sa carrière est interrompue par la guerre. Il part alors six mois dans l’US Navy comme photographe. À son retour, à l’Université de Washington, il suivra des cours d’écriture mais n’obtiendra pas de diplôme, ne s’intéressant qu’aux matières qui le passionnent. Ensuite, il ira dans le journalisme. Et c’est dans le Seattle Star, l’Oregon Statesman et le San Francisco Examiner’s California Living Magazine qu’il écrira ses articles. Durant la même période, il rencontrera en 1946 Beverly, sa femme, avec qui il aura deux fils, Brian en 1947 et Bruce, en 1951.

En 1952 il devient psychanalyste jungien et publie sa toute première nouvelle de science-fiction :  Looking for Something dans Astounding. D’ailleurs, ses études en psychologie, et plus précisément  la psychologie dans les profondeurs, lui inspireront Dragon sous la Mer publié en 1956.

Mais c’est en 1956, alors que l’Oregon l’envoie écrire un article sur l’avancée des dunes de sable et les moyens scientifiques mis en place pour les arrêter qu’une étincelle s’allume. Et même si à son retour il ne publiera jamais l’article, l’auteur se sera passionné pour le sujet. Après six années d’écriture, il accouche de son œuvre phare, Dune, en 1965 (volume de science-fiction qui sera le plus vendu au monde avec plus de 12 millions d’exemplaires). Une œuvre qui remportera le prix Nebula en 1965 et le Prix Hugo en 1966.

17122009153715263615420003 dans Science-fictionEn 1972, il s’arrête d’écrire des articles et s’adonne entièrement à l’écriture de ses romans. Et c’est en 1985 qu’il publie La Maison des Mères, dernier volume du Cycle de Dune qu’il dédiera à sa femme, Beverly, morte en 1984.

Il décédera le 11/02/1986 à Madison, Wisconsin laissant derrière lui quelques sagas inachevées.

Dune

  • Dune(Dune *)
  • Dune ** (Dune **)
  • Le Messie de Dune (Dune Messiah )
  • Les Enfants de Dune (Children of Dune)
  • L’Empereur Dieu de Dune (God Emperor of Dune)
  • Les Hérétiques de Dune (Heretics of Dune)
  • La Maison des Mères (Chapterhouse Dune)

Six volumes ou sept, si vous considérez les deux premiers en un seul volume ou en deux.

L’univers sera complété de Dune, la Genèse, Dune, les Origines, Avant Dune et Après Dune. (Un sacré coup de cœur pour la Genèse et les Origines tout de même).

Moins connue hélas, mais il est aussi l’auteur d’une seconde saga qui n’a rien à envier à la première :

Le Cycle de Programme Conscience. Le premier tome a été ré-écrit afin de l’intégrer dans la sage coécrite avec Bill Ransom (cette saga fera peut-être l’objet d’un article à part entière) :

  • Destination Vide
  • L’incident Jésus
  • L’Effet Lazare
  • Le Facteur Ascension 

Maintenant que le rêve vous a été vendu, oubliez tout ça, je n’ai ni l’intention de vous présenter un article concernant Dune, ni le Programme Conscience (même si je dois vous l’avouer, j’en ai vachement envie). 

Mais qu’a-t-il fait d’autre ?

À cette question je dirais que la réponse est vaste. Aussi, vais-je vous en présenter deux, deux plutôt courts :

  • Et l’homme créa un Dieu, Prélude à Dune
  • La Barrière de Santaroga

Deux parce que d’une part c’est Noël et que d’autre part c’est le weekend (ndlr : au moment où Antipathes écrit ces lignes, bien sûr).

17122009182615263615420005

ET L’HOMME CRÉA UN DIEU

(THE GODMAKERS)

Publié en 1972 sous le titre original de The Godmakers puis en France en 1988 chez Pocket, il regroupe successivement quatre nouvelles précédemment éditées 

You Take the High Road, publié en mai 1958,

Missing Link, publié en février 1959,

Operation Haystack, publié en mai 1959,

The Priests of Psi (Les Prêtres du psi), paru en 1960.

Bien que la dernière nouvelle, Les Prêtres du Psi, soit intégrée, la version du livre diffère de beaucoup avec la version originale.

17122009203215263615420006Nous suivons les aventures de Lewis Orne (surnommé Lew), fraîchement diplômé de l’École de Paix de Marak. Il est originaire de Chargon de Gemma, planète à forte pesanteur. Cette spécificité transparaît dans le physique de notre héro qui est trapu, fortement musclé, au visage carré parfois comparé à celui du bulldog. Quant à ses cheveux roux ils sont coupés en brosse. Son diplôme en poche, il rejoint le service du R.R. (Redécouverte et Rééducation). Cependant, c’est sur la planète Hamal, en mission, que sa vie va basculer. Cette mission consiste à enquêter sur les velléités belliqueuses que pourraient déceler la planète. C’est là le rôle du R.R, redécouvrir les planètes isolées afin de les rassembler au sein de l’Empire Galactique mais en évinçant toute possibilité d’une nouvelle guerre. Car cette galaxie sort tout droit d’un conflit qui fut dévastateur : La Guerre des Marches (La Guerre des Bords dans Les Prêtres du Psi) qui démantela l’empire en divers morceaux éparses.

Cette guerre opposa les Marakians et les Nathians, ces derniers étaient un peuple nomade dont l’organisation ne fut jamais vraiment démantelée.

Retour en mission donc, le Premier-Contact du R.R. va entraîner la mission de Lewis Orne, et l’incompétence totale et absolue de ce premier va mettre notre agent dans une situation compliquée.

17122009215815263615420007Car, si cette planète paraît au premier abord parfaitement paisible, un pressentiment met Orne mal à l’aise. Quelque chose ne va pas. Quelque chose ne colle pas (pas de rire, pas de jeux, pas d’émotions). C’est alors qu’il décide d’appuyer sur le bouton « Panique » (et non, nous ne sommes pas dans H2G2, merci) du boîtier vert qu’il porte sur lui. Cette action aux apparences anodines va faire changer l’avenir de la planète mais aussi celui de Lewis Orne.

C’est alors qu’intervient le second protagoniste, Umbo Stetson, agent de l’I.N. (Investigation-Normalisation). Ce dernier prendra note du rapport de l’agent du R.R.. et bien que les deux services ne soient pas en bon terme (en fait il ne peuvent pas se sentir), ils vont travailler ensemble à déterminer l’avenir de Hamal et des Hamalites. Et l’agent Stetson va très vitre mettre en avant ce qui cloche dans ce petit monde parfait. Car là est le rôle de l’I.N. mettre au pas les populations belliqueuses et les ramener de force si nécessaire à une vie pacifique.

Cette mission sera un succès et l’agent Stetson (surnommé Stet) va prendre Lewis Orne sous son aile, impressionné par la perspicacité de cet agent du R.R.. Lewis Orne repartira en missions non plus sous les ordres du R.R. mais de l’I.N. donc. Missions qui seront d’ailleurs couronnées de succès. 

Changement de décor :

« Les dieux sont fabriqués, pas engendrés ».

Nous allons faire maintenant escale sur Amel.

17122009244115263615420009En secret, les prêtres d’Amel, foyer de toutes les religions du monde connus, ou comme le prétendent certains, du monde inconnu, sont à la tâche. Cette planète a mis en place la trêve œcuménique afin qu’aucune religion ne se décident de prendre le dessus sur l’autre et entraîne une nouvelle guerre (pour faire court, pour pas qu’ils se tapent sur la margoulette). Sauf que… Cette planète est accusé de fomenter une guerre. Mais, parce qu’il y a un mais, car sans mais, pas d’histoire, il est impossible de prendre cette planète d’assaut. En effet, celle-ci est vénérée par ses adeptes et comme elle est source de toute religion, pas un soldat, croyants comme ils sont, n’osera y fouler le sol. C’est donc Orne qui y sera affecté, et c’est là que commence « Les prêtres du Psi ».

Qui est Orne pour les prêtres d’Amel, quelle est la force psi ?

Nous avons là un des petits chefs-d’œuvre de Frank Herbert. Car s’il est sous-titré Prélude à Dune, il n’a cependant aucun rapport avec ce dernier (ni dans l’histoire, ni dans la chronologie d’ailleurs). Par contre il y regroupe les thématiques appréciées par son auteur. Société matriarcale influente et discrète, mysticisme, religion, glorification d’un homme levé au rang divin… Mais aussi l’engrenage politique et militaire. Toutes ces idées se retrouvent dans la saga de Dune. L’histoire est courte, permet une immersion, et si elle n’a aucun rapport avec Dune, elle en donne les clés. Il y a peu d’action et donne la part belle aux questions existentielles, religieuses, mystiques et intellectuelles. Et surtout, des questionnements sur la violence, le soulèvement et in fine à la guerre en tant que telle (religieuse ou politique).

Je pense aussi (et c’est personnel) que ce livre ne dispense pas forcément de découvrir Les Prêtres du Psi. Je ne vous y oblige en rien cela dit. 

17122009280615263615420010

LA BARRIÈRE DE SANTAROGA

(THE SANTAROGA BARRIER)

Publié pour la première fois en 1967 sous le titre de The Santaroga Barrier puis en France en 1979 aux édition J-C LATTÈS.

Bon, cette fois nous redescendons sur Terre, et plus précisément aux États-Unies d’Amérique. Nous suivons Gilbert Dasein qui s’apprête à emprunter la route qui le mènera à la Vallée de Santaroga.

17122009301015263615420015Déjà plusieurs personnes étaient mortes durant ce projet, morts d’accidents naturels.

Ce projet ? S’intégrer au sein de Santaroga, vallée située près de Berkeley en Californie, et effectuer une étude sur la psychologie des habitants. Étude financée par les industries. En effet, ces habitants ne consomment rien de ce qui est produit à l’extérieur et les seuls ventes enregistrées sont celles des personnes étrangères à Santaroga qui ne sont que de passage. Alors quelle est donc cette barrière autour de Santaroga qui fait qu’aucun des habitants ne veut commercer avec l’étranger, qu’aucune industrie ne se pérennise et qu’est-ce qui fait qu’ils sont si fermés à toute campagne publicitaire nationale ? Comportement jugé comme étant non-américain. Voici une série de questions auxquelles il va devoir apporter une réponse. Et c’est à son chef de département, Dr Chemi Selador qu’il devra faire part de ses avancées.

Aussi, Gilbert Dasein est dépêché sur place pour effectuer ses études, mais ce dernier à un avantage conséquent sur les autres, il a déjà un pied à Santaroga. Je m’explique donc, à l’Université il a rencontré une fille, Jenny Sorge, originaire de Santaroga, avec laquelle il a été très proche, bien que cela fasse un moment déjà. Bien sûr, à la fin de son cursus, Jenny était repartie vivre à Santaroga (aucun habitant de Santaroga ne part vivre ailleurs), cependant, ce séjour va être difficile, car même s’il est considéré comme 17122009323715263615420028étant « l’ami de Jenny » il va essuyer des accidents mystérieux liés à de la « négligence » ? Aussi, il devra essuyer une attitude austère de la part de la population locale qui voit d’un mauvais œil ce ressortissant étranger. Il y a clairement dans leur attitude une hostilité non dissimulée.

Et surtout, le Jaspé. Quelle est cette drogue omniprésente dans le régime alimentaires des Santarogans. Ce champignon se retrouve partout, dans le fromage local, dans la bière local. Elle a pour effet d’étendre la perception et d’ouvrir la conscience à quelque chose. Notre héro se fera-t-il engloutir par Santaroga ?

Un roman thriller qui peut-être déplaira aux fans de SF pure, mais qui apporte une touche de fantastique et des questionnements propre à son auteur. D’ailleurs on est toujours dans une limite floue entre réalité et imaginaire. Un bon roman qui tend davantage du policier donc que de la SF mais qui se laisse lire et apprécier. Là encore on y retrouve ce qui fera plus tard, le succès de la saga de Dune.

Donc voilà, un article, qui j’espère vous aura plu. Article d’ailleurs évoquant Dune sans avoir à pérorer sur un seul des volumes de la saga.

- Antipathes -

Autres articles d’Antipathes :

Robot-cool (40) : Marvin / Nous Autres / Martiens, go Home ! / La Planète des Singes / Dirk Gently, le détective holistique / Bender

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



1984 de George Orwell

1984 de George Orwell dans Littérature 14072703494415263612413227

1984 de George Orwell. Ce livre est-il pertinent aujourd’hui ?

Cet avis est le fruit de mon vécu, de mon expérience et de mes croyances, je suis ouvert à toute contre argumentation et je déclare ne pas posséder la vérité vraie, c’est dit !

J’ai regardé récemment une vidéo de La Luciole Du Trantor* traitant de 1984 et si je suis d’accord avec l’analyse littéraire du livre, je le suis moins avec la fin et le parallèle fait avec Trump.

17120507400215263615402059 dans Publifan1984 est un excellent livre à tout point de vue et je ne vais pas répéter encore une fois ce qui l’a déjà été mille fois. George Orwell y décrit tout simplement le régime totalitaire ultime. Prendre en compte le contexte historique qui a accompagné son écriture est très important pour bien le comprendre et donc se le remettre en tête est indispensable. Alors, publié en 1949, que peut-on dire de l’époque ?

La guerre est finie (sans dec), l’Europe et le Monde se reconstruisent. Mais y ‘a un hic, alliés pendant le conflit, Les États Unis et l’Union Soviétique ont maintenant vaincu l’ennemi nazi et se retrouvent face à face. Capitalisme Vs Communisme ! Et les deux ne s’aiment pas beaucoup ! Bref… Churchill a déjà baissé le rideau de fer, Berlin a connu son embargo et Marshall a lancé son plan depuis 1947. Les Russes commencent à bouder sévère et ont créé le Kominform. En même temps, Ils pédalent comme des malades pour obtenir l’arme nucléaire car, allez savoir pourquoi ils se sont sentis visés par Nagasaki et Hiroshima. Staline a 17120507414615263615402060 dans Science-fictionaussi demandé à ce que les partis communistes prennent le pouvoir partout où ils le peuvent… La CIA commence du coup ses opérations extérieures et met le bazar. C’est la Guerre Froide et tout le monde flippe qu’elle puisse se transformer un jour en un nouveau conflit global et « nucléaire ».

George Orwell sur le coup semble manquer d’humour. Il n’aime pas trop le capitalisme mais déteste le totalitarisme. Il se dit merde, si ça tourne mal voilà ce qui pourrait se passer. Énorme, magnifique, magistral travail d’ingénierie social et politique.

Le régime décrit est implacable, sans faille, il maîtrise tout : les gens, ce qu’ils pensent, ce qu’ils apprennent. George n’a d’ailleurs dans l’absolu rien inventé, il a juste eu à piocher dans le nazisme et le stalinisme… Je lui décernerai malgré tout une médaille d’or pour la théorie sur la pensée et le langage. Il a poussé toutes ces logiques à fond et en a retiré toute faiblesse! Tadaaaaa ! 1984 est né.

17120507474915263615402062Aujourd’hui ce livre refait surface et j’avoue me demander un peu pourquoi. Le monde décrit par Orwell est à un système solaire de distance de ce que l’on vit dans nos vertes ou moins vertes contrées. Prenons les fake news de Trump… 5 min après leur sortie 80% des gens voient bien que Trump dit n’importe quoi et est un pingouin. C’est tout le contraire de ce qui est décrit dans le livre où l’information est manipulée dans le but d’en faire une vérité acceptée de tous. Trump lui s’en fout des 80% qui ne le croient pas, ils visent juste les 20% qui le croient. Il ne veut pas établir une nouvelle vérité, il veut juste beurrer la tartine de son électorat… Alors faire le parallèle avec la stratégie de manipulation globale et minutieuse de 1984, c’est, je crois, lui faire beaucoup d’honneur.

Une fake news existe précisément parce que l’on peut l’identifier comme telle. Notre époque a pour spécificité que justement l’information n’a jamais été aussi disponible… Le défi n’est pas qu’elle soit verrouillée, il est au contraire que tout le monde peut dire tout et n’importe quoi, vrai et faux et le diffuser. À partir de ce moment-là, la difficulté est plutôt de savoir comment la traiter, la filtrer et l’appréhender.

17120507451615263615402061

Passons à Big Brother. Honnêtement, savoir si le gouvernement lit mes emails ou écoute mon tel… formidable mais je m’en fous un peu car pour moi le danger ne vient pas de là. Le danger vient justement du fait que les gouvernements sont de nos jours totalement dépassés dans ce domaine… Tous autant que nous sommes, nous balançons nos vies sur les réseaux sociaux et l’Internet : ce que nous mangeons, buvons, quand nous dormons, ce que nous achetons, pensons… où nous allons, qui sont nos amis, etc. Imaginons un truc. Vous activez votre géolocalisation sur Facebook et vous allez au 17120507500115263615402063McDo 3 fois par semaine… Cette information finit donc sur le net. Ben un jour peut-être votre assurance santé vous réclamera de payer plus cher car votre « hygiène de vie » a été établie comme n’étant pas saine (selon ses propres critères). Si bien que dans quelques années, nous demanderons à ces mêmes gouvernements de prendre des lois pour nous protéger de ces pratiques… aux antipodes de 1984. Aucun État au monde hormis peut-être la Corée du Nord n’a les moyens de réunir autant d’informations sur un individu. Big Brother a été terrassé par le Big Data.

Je ne vais pas vous ventiler avec mes réflexions, mais un livre aussi brillant soit-il n’en fait pas systématiquement un objet pertinent. Une livre de SF est la traduction d’une angoisse, 1984 traduisant celle de la fin des années 40. Sur notre époque, je trouve La Zone du Dehors de Damasio beaucoup plus juste car il traite d’une angoisse elle-même plus contemporaine.

*J’aime bien les vidéos d’Ana D. et je conseille !

- TheSFavenger -

Visitez la page de TheSFavenger sur Facebook :

La SF contre-attaque

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



DEMAIN LES CHIENS

DEMAIN LES CHIENS dans Littérature 14072703494415263612413227

Un article écrit par TheSFavenger de La SF contre-attaque. Merci à lui de le partager sur Les Échos d’Altaïr.

17112307141615263615382350 dans PublifanOui, Demain Les Chiens fleure bon le vintage et est délicieusement old fashion. Et si la science-fiction bucolique de sieur Simak est agréable à lire, elle n’en reste pas moins affreusement pessimiste, ce livre ne racontant pas moins que la disparition de l’Homme. Alors, il le fait par le biais de récits légendaires contés par des chiens qui ont atteint la sapiens. Le tout tourne d’ailleurs un peu débat philosophico-théologique… Il y a sans doute une critique de la religion derrière mais ce n’est pas l’aspect qui m’intéresse le plus.

Ce livre est surtout une réaction au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale et Clifford n’est pas confiant en l’Homme…

Mettons les choses dans leur contexte : la première nouvelle date de 1944 alors que le conflit n’est pas fini. Et à y repenser, voilà déjà 30 ans de pure folie qui se sont écoulées… Il est difficile de dissocier la Première de la Seconde Guerre tant elles sont liées… et il faut avouer que la Deuxième a donné de quoi flipper.

17112307191415263615382351 dans Science-fictionClifford dans sa description de la disparition des villes met le doigt sur un point important : les civils y ont pris plus (bien plus) dans la tronche que les militaires. WWII a en effet marqué une évolution, les civils sont devenus une cible, un levier pour faire tomber les résistances. Ce changement avait juste commencé à prendre forme pendant la Grande Guerre mais fut élevé au niveau de doctrine pour la Seconde… Aussi comprend-on pourquoi Clifford imagine la fin des concentrations urbaines qui ont constituées des cibles de choix pendant le conflit (le titre original du livre est « City »). Au passage, les premières nouvelles datent d’ailleurs d’avant Nagasaki et Hiroshima, mais aussi du bombardement de Dresde pour ne citer qu’eux.

Ces 30 années ont aussi bien évidemment été marquées par le nazisme et autre douceurs fascisantes mais c’était surtout la manifestation d’un phénomène plus profond… L’entre-deux-guerres a été le théâtre d’un recul des démocraties et du sentiment démocratique jamais vu depuis. Recomptons : Allemagne, Russie, Italie, Espagne… partout des dictatures se sont mises en place et en Europe, il n’y a vraiment que la France et le Royaume Uni qui n’ont pas basculé (encore qu’en France, les choses ont chancelé un peu).

17112307221215263615382358La Grande Dépression a bien sûr également aidé à secouer les certitudes économiques et politiques. Mêlez tout ça et vous comprendrez pourquoi Clifford imagine les Hommes vivant seuls et isolés les uns des autres… En vivant ensemble, l’Homme ne sait que se détruire. En bon Américain, il décrit d’ailleurs un monde où les gouvernements ont presque disparu et n’ont pour ainsi dire pas d’influence sur la vie des gens (Clifford était-il républicain ?).

Enfin l’auteur comprend bien que la technologie transformera nos sociétés et pas toujours pour le meilleur. Il donne une large place à la robotisation et a son impact sur le travail (reprendre le programme de la présidentielle de Hamon ou Kosciusko-Morizet)… Plus globalement, on ressent bien que Clifford n’est pas un progressiste au sens ou toute avancée technologique ne signifie pas forcément progrès pour l’Homme (à méditer).

Il y aurait encore énormément de chose à dire mais voilà en gros, certaines des raisons qui font de ce livre une grande œuvre de science-fiction… même si l’ensemble vieillit un peu dans le style.

- TheSFavenger -

Visitez la page de TheSFavenger sur Facebook :

La SF contre-attaque

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



KILLDOZER ! (1974)

KILLDOZER ! (1974) dans Science-fiction 17102608551515263615339862

KILLDOZER ! (1974)

Réalisation : Jerry London

Scénario : Ed MacKillop, d’après le roman de Theodore Sturgeon

Production : Herbert F. Solow pour Universal Television et ABC

Musique : Gil Mellé

Pays : États-Unis. Février 1974

Interprètes : Clint Walker, James Wainwright, Carl Betz, Neville Brand, James A. Watson, Jr., Robert Urich…

17102608563515263615339863 dans TrapardKILLDOZER est un téléfilm de science-fiction horrifique diffusé le 2 février 1974 sur les réseaux de Universal Television aux USA. Il est adapté d’un court roman de Theodore Sturgeon qui parut en 1944 dans le magazine « Astounding Stories », et traduit en France en 1971 au moment de la sortie en salles du téléfilm de Steven Spielberg, DUEL. La différence entre le téléfilm de Spielberg et celui de Jerry London se fait au niveau des origines des dysfonctions des deux bolides : dans KILLDOZER, le bulldozer est contrôlé par une force extraterrestre inconnue, tandis que le camion de DUEL et son pilote restent une énigme de bout en bout.

Il se trouve qu’en juin 1973, Stephen King fait publier dans le magazine « Cavalier » (un journal pour adultes dans le style de « Playboy »), sa nouvelle « Trucks » (ou « Poids 17102609003315263615339864Lourds » en français, paru en 1980 en France dans le recueil « Danse Macabre ») qui décrit la peur des machines qui se rebellent contre les humains, et notamment les engins électriques, jusqu’aux camions, et même un bulldozer. Même si la nouvelle « Trucks » annonce un peu à l’avance, la philosophie des TERMINATOR, sans vraiment faire référence à une quelconque entité extraterrestre, Stephen King semble évidemment s’être inspiré du roman de Theodore Sturgeon. De toute façon, ce n’est pas une nouveauté que King se soit régulièrement inspiré des écrits et des thématiques des grands auteurs de pulps des années 40 et 50. Il a d’ailleurs adapté lui-même sa nouvelle avec MAXIMUM OVERDRIVE, qui semble un peu fade à côté de l’autre événement similaire de l’année 1986, PHANTOM (The Wraith) avec son bolide futuriste d’origine inconnue.

Pour en revenir à KILLDOZER, voici son intrigue : Une météorite s’écrase sur la surface de la Terre sur une île au large des côtes de 17102609021215263615339866l’Afrique. De nombreuses années plus tard, après que les forces de la nature l’aient ensevelie, des foreurs viennent construire une piste d’atterrissage pour une compagnie pétrolière sur ce site devenu une île inhabitée. Le contremaître Kelly et le conducteur du bulldozer Mack déterrent la météorite et celle-ci émet alors un son étrange. Lorsque le bulldozer (un Caterpillar D9 dans le film, un Caterpillar D7 dans le roman) est utilisé pour tenter de déplacer la météorite, celle-ci émet une lumière bleue aveuglante qui semble créer une grosse dysfonction inconnue au bulldozer. Mack, qui se trouve à proximité, tombe malade et meurt quelques heures plus tard, alors que Chub, le mécanicien de l’équipe, ne trouve rien d’anormal concernant le bulldozer inopérant, mais peut entendre le son étrange de la lame. Le contremaître Kelly ordonne que le bulldozer ne soit plus utilisé, mais l’ouvrier Beltran ignore l’interdiction. Le bulldozer, malveillant commence à se déchaîner et détruit la seule radio bidirectionnelle du camp et entreprend de tuer les ouvriers un par un…

17102609021215263615339865

17102609055015263615339869KILLDOZER, malgré son scénario minimaliste, est un très bon téléfilm de « bolides assassins ». Au niveau des années 70, on aurait un peu tendance à l’oublier de la liste des bons films du genre comme DUEL ou ENFER MÉCANIQUE (1977, The Car), du fait qu’il soit inédit en France. Deux mois après sa diffusion sur les ondes américaines, le téléfilm engendra une adaptation en bande dessinée dans Marvel Comics « Worlds Unknown # 6 », en avril 1974. Il est d’ailleurs culte aux États-Unis au point qu’un groupe de punk hardcore, mais aussi un groupe lyonnais se fassent appeler KILLDOZER. Même Robert Rodriguez y fait référence dans PLANET TERROR (2007) pour une vieille dépanneuse incassable nommée «The Killdozer».

- Trapard -

LE TÉLÉFILM EN ENTIER ET EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube



RÉTROACTION (1997)

RÉTROACTION (1997) dans Cinéma bis 17101908463415263615328238

RÉTROACTION (1997)

Titre original : Retroactive

Réalisation : Louis Morneau

Scénario : Michael Hamilton-Wright, Robert Strauss, Philip Badger.

Musique : Tim Truman

Production : Cohiba Pictures. Pays : Étays-Unis.

Interprètes : James Belushi, Kylie Travis, Shannon Whirry, Rayanne, Frank Whaley, Jesse Borrego, M. Emmet Walsh…

17101908495115263615328239 dans Science-fiction

Je ne sais pas du tout quel a été le sort réservé à ce film à sa sortie et s’il a été distribué à sa juste valeur à la fin des années 90, mais je l’ai trouvé en DVD en Zone 2 en langues anglaise et espagnole, et avec des sous-titres français. Cependant certains blogs indiquent qu’il existe une version française. Mais la version originale m’a assez plu, surtout pour le jeu et l’accent de James Belushi.

17101908524715263615328240 dans TrapardEn dehors de quelques belles têtes d’affiches comme Belushi, M. Emmet Walsh ou Frank Whaley, j’ai tout de même longtemps hésité à regarder le film de peur d’être déçu. Il faut dire que Louis Morneau à la réalisation, ce n’est pas une valeur ajoutée pour une bonne série B. De cet ancien réalisateur des « écuries de Roger Corman », j’avais découvert il y a une quinzaine d’années à la télévision, sa NUIT DES CHAUVE-SOURIS, qui n’est pas mauvais mais qui n’apporte pas grand chose au genre. Puis par la suite, j’ai aussi découvert ses nanars en DVD (CARNOSAUR 2, HITCHER 2, UNE NUIT EN ENFER 2). Bref, rien de très motivant d’autant que dès les premières minutes de RÉTROACTION, le manque de budget se fait déjà ressentir. Mais une fois l’intrigue installée, je me suis pris au jeu, pensant d’abord suivre un thriller avec une légère touche de SF. Puis le film bascule soudainement dans de la SF pure et dure, sur le thème du voyage dans le temps et avec un jeu incessant de boucles temporelles.

L’intrigue : Autour d’une route paumée en plein désert du Texas, 2 femmes et 4 hommes vivent et revivent différemment la même histoire grâce à une machine à remonter dans le temps. Leurs destins vont se croiser, à répétition, sans que personne n’échappe vraiment à son sort…

17101908542015263615328241

Disons que ces histoires de courses-poursuites à travers les boucles temporelles n’ont rien de très originales et sont le lot d’un grand nombre de films et de téléfilms de SF. Généralement, au fur et à mesure de ces films, ça devient même souvent agaçant et répétitif. Mais RÉTROACTION a les qualités d’un film qui surprend sans cesse, les boucles temporelles s’accumulant tellement qu’on finit par en oublier quel personnage a conscience de quoi lors de ces retours incessants. Un peu comme ce jeu où l’on cache une pièce de monnaie sous un verre identique à deux autres et qu’on les mélange jusqu’à perdre de vue le verre qui cache la pièce. Et au final, même si RÉTROACTION n’a rien de très original comme sujet, ce jeu incessant de fausses vérités et de vrais mensonges finit par rendre le film passionnant.

- Trapard -

LA BANDE-ANNONCE EN V.O. :

Image de prévisualisation YouTube



12345...119