Catégorie

Archive pour la catégorie « Série TV »

L’AFFICHE : GALACTICA, LA BATAILLE DE L’ESPACE

Une affiche de film est supposée refléter à la fois l’histoire et l’esprit d’un film. Autrefois réalisées avec amour et passion, parfois volontairement exubérantes ou mensongères, les affiches étaient souvent très proches d’une œuvre d’art. Le cinéma Fantastique et de Science-Fiction en possède une extraordinaire collection que nous vous invitons à découvrir pour le plaisir.

L'AFFICHE : GALACTICA, LA BATAILLE DE L'ESPACE dans Cinéma jNYvIb-galactica7

GALACTICA, LA BATAILLE DE L’ESPACE est le titre français de la version cinématographique de l’épisode pilote diffusé, quant à lui, en trois parties à la télévision américaine, en 1978, sous le titre BATTLESTAR GALACTICA : SAGA OF A STAR WORLD. Sa durée totale véritable (car il existe des versions raccourcies) est de 135 minutes. S’en suivront 21 épisodes d’une série de space opera devenue culte aujourd’hui malgré son côté kitsch. C’est ce qui en fait son charme, dirons-nous !

Ce monstrueux pilote, puisque c’est lui qui nous intéresse ici, à la dimension cinématographique (d’où sa projection en salles un peu partout dans le monde) possédait une certaine envergure starwarsienne, ce qui lui valut d’ailleurs un procès de la part de la Fox. En effet, Ralph McQuarrie, concepteur de nombreux vaisseaux et engins de STAR WARS, de même que John Dykstra, lui-même concepteur des effets spéciaux sur le film de George Lucas, participèrent tous deux à ce méga-pilote créé par Glenn A. Larson et réalisé par Richard A. Colla.

Pour sa distribution internationale, BATTLESTAR GALACTICA bénéficia des talents de plusieurs artistes dans la réalisation de ses affiches. Nous voyons tout d’abord, ci-dessous, une ébauche réalisée par Ralph McQuarrie.

eNYvIb-galactica4 dans L'Affiche

On peut constater, étrangement, que les ennemis ne sont pas ici les Cylons mais les Ovions (créatures inserctoïdes qui font une courte apparition dans le film). Pour le reste, Boxey (l’enfant) et son chien robotisé, de même que les principaux personnages, sont déjà présents mais peu ressemblant à leur version définitive puisque les acteurs seront choisis par la suite.

La version définitive de l’affiche américaine (ci-dessous), superbement réalisée par Solie, reprend le brouillon de McQuarrie pour, cette fois, représenter les vrais personnages du pilote avec leurs vrais ennemis : les Cylons !

eNYvIb-galactica3 dans Science-fiction

Mais ma version préférée de l’affiche de GALACTICA, LA BATAILLE DE L’ESPACE demeure bien celle que l’on voit ci-dessous…

cNYvIb-galactica dans Série TV

Cette affiche magnifique est l’œuvre de Robert Tanenbaum. On y voit les colons pourchassés par les Cylons tandis que des soldats du Galactica tentent de les protéger. Dans le ciel, deux Cylon Raider tirent sur un Colonial Viper

Ci-dessous, une autre version de l’affiche avec cette fois la mention « Sensurround », « un type d’effets spéciaux sonores, exploité dans les salles de cinéma, durant les années 1970. Il consiste à synchroniser à l’action, la diffusion de puissantes vibrations sonores de très basse fréquence dans la salle. Ces vibrations et ces ondes sonores se propagent et sont censées procurer au spectateur, certaines sensations en rapport avec le film projeté. Principalement exploité lors de la sortie de quelques productions à grand spectacle, ce système d’effets spéciaux n’a été exploité que quelques années au cinéma ainsi que dans des parcs d’attraction. » (Wikipédia)

hNYvIb-galactica5

Ci-dessous, la version Jack Gaughan de l’affiche, très inspirée du design Ralph McQuarrie, laquelle servira d’ailleurs à la distribution Blu-ray du film en France.

cNYvIb-galactica2

Enfin, ci-dessous, une très jolie version japonaise de l’affiche qui mêle à la fois le style Ralph McQuarrie et la version de Robert Tanenbaum…

iNYvIb-galactica6

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Autres articles présents dans la catégorie L’Affiche :

Le Sixième Continent / Rencontres du Troisième Type / Bob Peak / Les 7 Cités d’Atlantis / Godzilla s’affiche / Starcrash / Mad Max Fury Road et Pan / John Berkey, King Kong et Star Wars / Valérian et la Cité des Mille Planètes / Valérian : les affiches / Blade Runner 2049 / Godzilla, King of the Monsters

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

ne8tIb-weg19



TIMBRÉ

TIMBRÉ  dans Antipathes 14012708415615263611933240

19060107504715263616258132 dans Fantastique

Est-il vraiment utile de présenter Terry Pratchett ? Écrivain britannique né le 28/04/1948 à Beaconsfield (Buckinghamshire) et mort le 12/03/2015 à Broad Chalke (Wiltshire). Passionné d’astronomie et de science-fiction (il lira H.G. Wells et Sir Arthur Conan Doyle entre beaucoup d’autres). Il commencera à publier en 1971 son premier roman mais c’est en 1983 qu’il rencontrera le succès avec Les 19060107530015263616258135 dans Série TVAnnales du Disque Monde (Discworld). Pour l’anecdote, il est anobli par la reine le 31 décembre 2008 et devient Knight Bachelor.

Et c’est une de ses œuvres qui va nous intéresser : Timbré (Going Postal) est le trentième tome de cette saga magistrale de Terry Pratchett, Les Annales du Disque Monde. Vous savez, ce monde merveilleux et absurde, sous forme de disque, posé sur le dos de quatre éléphants (subséquemment nommés : Bérilia, Tubul, Ti-Phon l’Immense et Jérakine), eux-mêmes reposant sur la carapace de la Tortue Monde A’Tuin. L’œuvre originale sera publiée en 2004 et il faudra attendre 2008 pour qu’elle soit publiée en France aux éditions de l’Atalante. Étant par ailleurs un nouveau cycle, il aura droit à une suite : Monnayé.

19060107580215263616258141

Mais… minute Rincevent, ce n’est pas du livre dont il sera question ici, mais du téléfilm. Le téléfilm, ou plutôt les téléfilms (il y en a deux) reposent sur le livre ci-dessus.

Réalisé par Jon Jones, TIMBRÉ (Going Postal) est une mini-série de deux épisodes basée sur le livre du même nom de Terry Pratchett, sur le scénario de Richard Kurti et Bev Doyle. C’est aussi la troisième interprétation télévisuelle ou cinématographique d’une œuvre de Pratchett après Hogfather et La Huitième Couleur. Elle a été diffusée au Royaume-Uni en mai 2010, puis en France le 17/12/2010 sur Orangecinéhappy et sur Gulli entre le 21 et le 28 novembre 2011. Récompensée d’ailleurs par la Royal Television Society 2010 pour sa photographie et sa musique.

Distribution :

Richard Coyle (VF : Philippe Allard) : Moite von Lipwig (Moist von Lipwig)
David Suchet : Jeanlon Sylvère (Reacher Gilt)
Charles Dance (VF : Daniel Nicodème) : le patricien d’Ankh-Morpork Havelock Vétérini
Claire Foy (VF : Maia Baran) : Adora Belle Chercœur (Adora Belle Dearheart)
Marnix Van Den Broeke : Lapompe 19 (mister Pump)
Steve Pemberton : Tambourinoeud (Drumknott)
Andrew Sachs : Tollivier Liard (Tolliver Groat)
Tamsin Greig (VF : Catherine Conet) : mademoiselle Cripsloquet (miss Cripslock)
Ingrid Bolsø Berdal : le sergent Angua
Adrian Schiller : monsieur Graille (mister Gryle)
Ian Bonar : Yves Hertellier (Stanley Howler)
Madhav Sharma : Crépin Hippobisque (Horsefry)
Timothy West : Mustrum Ridcule
Terry Pratchett : un facteur

19060108002115263616258146L’histoire se passe dans la célèbre capitale d’Ankh-Morpork et nous suivons les aventures d’un escroc hors-pair, passé maître dans l’art de la manipulation, dans l’usage de faux et dans l’extorsion : Moite von Lipwig. Lorsque ce dernier sera attrapé et condamné à la peine capitale, le Patricien Havelock Vétérini, lui proposera cependant une seconde chance. En effet, Vétérini n’apprécie pas vraiment le monopole des télécommunications détenu par la Compagnie des Clacs et de son propriétaire, le terrible Jeanlon Sylvère. En échange de la vie, Moite von Lipwig devra réhabilité l’ancien Bureau de Poste tombé à l’abandon depuis quatre ans face à la cruelle concurrence des Clacs. Une forme de liberté conditionnelle qui se fera sous la surveillance rapprochée du Golem LaPompe 19. Pour ce faire, il sera accompagné de l’équipe du Bureau de poste, soit le vieux Préposé Novice Tollivier Liard, du jeune Yves Hertellier, collectionneur invétéré d’épingles et de la belle Adora Belle Chercœur, propriétaire des Golems. Le Bureau de poste souffre cependant d’une malédiction, en effet, tous les receveurs précédents sont morts dans des circonstances mystérieuses. Notre héro devra donc mettre tout en œuvre pour assurer sa fonction, faire face aux fantômes de son passé et surtout, résoudre le mystère qui pèse sur le Bureau de Poste et la mort de ses prédécesseurs.

19060108031815263616258147

Un téléfilm que j’ai regardé avec beaucoup de plaisir, qui manie avec brio humour déjanté et drame. Les acteurs sont tous formidables. Des images et une ambiance magique réussies. Bref, l’immersion Résultat de recherche d'images pour "going postal gif"dans l’univers est totale. Pour les fans de la saga le film est à découvrir et pour ceux qui ne la connaissent pas également, vous n’avez en fait pas besoin de connaître l’univers pour apprécier le film car il n’y a pas de références obscures à l’univers du Disque-Monde. Juste l’apparition de Pratchett himself dans le film. D’ailleurs les distinctions qu’ont pu recevoir ce film tournent autour de la photographie, de l’image et de la musique. Distinctions qui ne sont pas volées.

Pay or die…

- Antipathes -

Bande-annonce de la série :

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles d’Antipathes :

Robot-cool (40) : Marvin / Nous Autres / Martiens, go Home ! / La Planète des Singes / Dirk Gently, le détective holistique / Bender / Spécial Frank Herbert / Le Cycle du Programme Conscience : Destination Vide / Le Cycle du Programme Conscience : L’Incident Jésus / Le Cycle du Programme Conscience : L’Effet Lazare / Le Cycle du Programme Conscience : Le Facteur Ascension / Le Cycle du Programme Conscience : Le Bestiaire de pandore / Ikigami : Préavis de Mort

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1 / S.O.S. Terre / Tales of Frankenstein / Ark II / Class : For Tonight We Might Die / The Walking Dead : Signs / Genesis II / Les Compagnons d’Eleusis / Super héros de séries TV brésiliennes inédites en France / Brisco County / Le Voyage Extraordinaire / Behind the Scenes of Battlestar Galactica (1978) / The Orville / Star Trek Discovery : point de vue / Le Lost in Space d’hier et d’aujourd’hui / Blake’s 7

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



THE DARK CRYSTAL : AGE OF RESISTANCE – Bande-annone

Sublime bande-annonce de la série Netflix THE DARK CRYSTAL : AGE OF RESISTANCE. On renoue totalement avec l’univers, si riche et magnifique, du film de Jim Henson sorti en 1982. Vivement le mois d’août !

Image de prévisualisation YouTube



FIRESTORM : L’ÉPISODE PILOTE

FIRESTORM : L'ÉPISODE PILOTE dans Science-fiction 18102801281115263615966605

Si vous êtes fan des séries télévisées de Gerry Anderson (THUNDERBIRDS, CAPTAIN SCARLET, COSMOS 1999, UFO…), nul doute que ce premier minisode de la web série (série TV ?…) FIRESTORM va vous plaire avec ce retour aux marionnettes et décors à la James Bond !

C’est en 2014 que la société de Gerry Anderson, Anderson Entertainment, a lancé une campagne de financement participatif pour sa nouvelle série intitulée FIRESTORM. Il faut tout de même signaler que FIRESTORM avait déjà fait l’objet d’une série TV de 26 épisodes diffusés en 2003 et réalisés uniquement pour la télévision japonaise (TV Tokyo). Ce fut cependant un échec qui interrompit brutalement le show.

18102801311015263615966607 dans Série TVLe FIRESTORM de 2018, sorte de remake, à moins qu’il ne s’agisse d’un reboot, se base sur les documents originaux de feu Gerry Anderson. L’action se déroule en 2202 et l’on retrouve les personnages principaux de la série de 2003 : Sam Scott, Nagisa Kisaragi et Drew McAllister. L’histoire est la suivante :

Après des années sombres suivies d’une période de paix et de prospérité, l’humanité voit resurgir le spectre du terrorisme sur plusieurs continents. Au départ timide et peu coordonnée, la lutte contre ce fléau qui menace la paix dans le monde se voit bientôt doté d’une organisation conçue spécialement pour l’éradiquer : la Storm Force. Celle-ci lance alors son opération Firestorm avec les moyens technologiques les plus avancés. Son but est d’éliminer le groupe terroriste Black Orchid…

FIRESTORM 2018 est tourné en Ultramarionation, c’est-à-dire que le show utilise à la fois les marionnettes chères aux formidables séries de Gerry Anderson, des décors réels et des effets CGI. Mais attention, plus que tout, les marionnettes dorénavant utilisées sont animés par des techniciens « gommés » par ordinateur au moment du montage de l’épisode. Cela permet quelques mouvements nouveaux, parfois plus fluides et réalistes, notamment lorsque les personnages courent. En outre, il n’y a plus de ficelles visibles ! On retrouve dans l’équipe des effets spéciaux Steve Begg et Bill Pearson, qui ont travaillé sur quelques-uns des derniers James Bond (CASINO ROYAL) et aussi sur la nouvelle série DOCTOR WHO.

Il est temps pour vous de découvrir à présent le passionnant premier minisode (9 min) de FIRESTORM disponible depuis seulement hier sur YouTube ! Un délicieux retour aux sources  !

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir l’épisode.

Image de prévisualisation YouTube



UNE FLOPÉE DE BANDES-ANNONCES !

Voici une flopée de bandes-annonces en provenance de la Comic-Con de San Diego ! Qu’il s’agisse du cinéma comme de la télévision, les prochains mois s’annoncent formidables avec le retour de STAR TREK : DISCOVERY, THE CLONE WARS, THE ORVILLE, et avec, entre autres, des films comme GODZILLA, KING OF THE MONSTERS ! Régalez-vous !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube



BLAKE’S 7

BLAKE'S 7 dans Science-fiction 14012708415615263611933240

Totalement inédite en France, la série télévisée BLAKE’S 7 fut programmée à la télévision britannique de 1978 à 1981, sur la BBC. Créée par Terry Nation, elle raconte les aventures d’une bande de rebelles voyageant à bord du vaisseau Liberator et luttant contre des forces totalitaires. On n’est pas loin de STAR WARS, mais toute comparaison s’arrête là…

18061606530015263615764329 dans Série TV

Nous sommes en pleine furie de space operas. Le succès phénoménal de STAR WARS, un an plus tôt, va jusqu’à dépasser les salles obscures pour atteindre le petit écran. Terry Nation, le papa des 18061607002715263615764337célèbres Daleks de DOCTOR WHO, crée alors BLAKE’S 7. La série comptera 52 épisodes de 50 minutes répartis sur 4 saisons. Son histoire est la suivante :

« Situé au « troisième siècle du second calendrier », Roj Blake, un révolutionnaire, dirige une bande de rebelles dans sa lutte contre les forces totalitaires de la « fédération Terran », qui règne sur la Terre et sur de nombreuses autres planètes grâce à la surveillance, au lavage de cerveau et à l’utilisation de drogues. »

BLAKE’S 7 prend ses sources dans des légendes, romans, films ou séries comme Robin des BoisLe Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley, STAR TREK, PASSAGE À MARSEILLE (de Michael Curtiz, 1944), mais aussi à travers des conflits politiques de l’époque qui se déroulent en Amérique du Sud et en Israël. La série se veut donc sombre, plus adulte que DOCTOR WHO, avec des sujets graves.

18061607033615263615764338

Le budget de la série est, comme pour DOCTOR WHO à ses débuts, catastrophique. Les décors, les costumes et les effets spéciaux en pâtissent forcément, mais cela n’empêche pas BLAKE’S 7 de devenir très vite populaire et de rassembler plus de dix millions de téléspectateurs britanniques lors de ses diffusions ! La critique est alors divisée entre ceux qui apprécient son thème de la dystopie, sa moralité 18061607071515263615764339ambiguë et son sens de l’humour et ceux qui lui reprochent sa production chaotique, ses dialogues interminables et son manque d’originalité.

BLAKE’S 7 comptera néanmoins de nombreux fans qui auront droit à un merchandising adéquat destiné à satisfaire leur appétit : livres, magazines, publications annuelles, jouets, musique et effets sonores de la série seront édités.

Bien après la diffusion de son dernier épisode, BLAKE’S 7 est maintes fois revenu sous forme d’enregistrements audio rassemblant les acteurs. Mais en 2013, on annonçait enfin le grand retour de BLAKE’S 7 à la télévision dans un reboot financé par la chaîne Syfy. Rien depuis…

18061607094215263615764341

Les personnages principaux

Roj Blake (Gareth Thomas) : Blake est un dissident politique. Il est le commandant du vaisseau Liberator qu’il utilise pour mener des attaques contre la Fédération.

Kerr Avon (Paul Darrow) : expert en électronique et en informatique. 

Vila Restal (Michael Keating) : voleur expert, expert serrurier et prestidigitateur.

Jenna Stanis (Sally Knyvette) : pilote expérimentée.

Cally (Jan Chappell) : combattante extraterrestre télépathe de la planète Auron. 

Dayna Mellanby (Josette Simon) : fille de l’ancien dissident Hal Mellanby. Experte en technologie d’armement. 

Del Tarrant (Steven Pacey) : pilote expert qui s’est entraîné avec la Fédération avant de commencer des activités illégales.

18061607125215263615764342

Le vaisseau Liberator

Vaisseau extraterrestre abandonné aux environs de Cygnus Alpha, le Liberator sera récupéré et aménagé par Roj Blake et ses compagnons de fortune afin de lutter contre la Fédération terrienne corrompue.

Équipé d’un puissant armement, d’un champ de protection et d’ordinateurs de combat, le Liberator est entièrement contrôlé par un ordinateur répondant au nom de Zen. Les membres d’équipage utilisent la téléportation lorsqu’ils doivent se rendre sur une planète car le vaisseau est incapable de se poser.

Résultat de recherche d'images pour "blake's 7 gif"

Le Liberator est équipé de trois puissants canons à neutron et de missiles. Son système de sécurité est assuré télépathiquement et l’antimatière lui assure l’énergie nécessaire pour se mouvoir dans l’espace. En outre, le vaisseau est capable de s’autoréparer.

Le Liberator dispose de hangars, de capsules de secours et d’une fortune estimée à 300 millions de crédits de la Fédération.

Résultat de recherche d'images pour "blake's 7 gif"

L’épisode pilote de BLAKE’S 7

Découvrez l’épisode pilote de la série BLAKE’S 7 en cliquant sur l’image ci-dessous.

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Image de prévisualisation YouTube

18031309271915263615610534

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1 / S.O.S. Terre / Tales of Frankenstein / Ark II / Class : For Tonight We Might Die / The Walking Dead : Signs / Genesis II / Les Compagnons d’Eleusis / Super héros de séries TV brésiliennes inédites en France / Brisco County / Le Voyage Extraordinaire / Behind the Scenes of Battlestar Galactica (1978) / The Orville / Star Trek Discovery : point de vue / Le Lost in Space d’hier et d’aujourd’hui

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



LE « LOST IN SPACE » D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

LE

C’est le 13 avril prochain que Netflix lancera le très attendu reboot de la célèbre série télévisée des sixties : LOST IN SPACE (PERDUS DANS L’ESPACE). Les Échos d’Altaïr vous proposent un retour sur les origines de la série, ses projets avortés, son long métrage et bien sûr une présentation de sa nouvelle version…

18030709260515263615599554 dans Science-fiction

DES ROBINSON DANS L’ESPACE

Aux origines, il y avait une gentille petite série télévisée de science-fiction très kitsch des années 1960, aux histoires d’une naïveté touchante et aux costumes et décors très colorés : LOST IN SPACE, ou PERDUS DANS L’ESPACE en français.

Résultat de recherche d'images pour "lost in space 1965 gif"

Le feuilleton, créé par Irwin Allen, alors grand spécialiste de programmes TV familiaux (VOYAGE AU FOND DES MERS, AU CŒUR DU TEMPS, AU PAYS DES GÉANTS…) et plus tard réalisateur de LA TOUR INFERNALE, L’INÉVITABLE CATASTROPHE, LE DERNIER SECRET DU POSÉIDON… s’inspire d’une BD intitulée The Space Family Robinson (publiée en 1962 par Gold Key Comics) et du roman Le Robinson Suisse (de Johann David Wyss, publié en 1812). CBS et la 20th Century Fox vont négocier un accord avec Gold Key Comics afin d’utiliser le nom Robinson et de proposer des histoires sans aucun rapport avec celles publiées par la BD.

18040802472315263615656512 dans Série TV

Mais que raconte la série ?… PERDUS DANS L’ESPACE narre les aventures de la famille Robinson qui a été choisie, en 1997, pour se rendre dans le système Alpha du Centaure afin d’y fonder une colonie. Saboté par le Dr Smith (Jonathan Harris), le vaisseau qui les accueille, le Jupiter 2, est dévié de sa trajectoire et son équipage se retrouve définitivement perdu dans l’espace… Échoués sur une planète 18040802495615263615656513extraterrestre visiblement déserte, nos héros vivent des aventures étranges où des aliens issus de tout l’Univers viennent leur rendre visite plus ou moins volontairement…

LOST IN SPACE compte 83 épisodes (28 en noir et blanc) de 49 minutes répartis sur 3 saisons programmées de 1965 à 1968. La série fut diffusée en France en 1991 (!) sur la très regrettée La Cinq.

Guy Williams, célèbre pour son rôle de Zorro dans la série éponyme, incarne le bon père de famille John Robinson aux côtés de June Lockhart dans le rôle de Maureen Robinson, la mère. Dans les enfants on trouve Will Robinson (joué par Bill Mummy, célèbre bien des années plus tard pour son rôle de Lennier dans l’excellente série BABYLON 5) aux côtés de Judy Robinson (Marta Kristen) et Penny Robinson (Angela Cartwright, sœur de Veronica Cartwright qui jouera dans ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER en 1979). Enfin, un robot conçu par Robert Kinoshita (le papa de Robby le Robot) et réalisé par Bob May accompagne la famille Robinson tout au long des épisodes. Il deviendra presque aussi célèbre que Robby, le robot du chef-d’œuvre PLANÈTE INTERDITE (1956), film que vous connaissez bien sur ce blog !

Résultat de recherche d'images pour "lost in space 1965 gif"

PERDUS DANS L’ESPACE s’adresse volontairement à un public très jeune et sa diffusion a lieu dans les programmes familiaux. Lisses, propres et sans défauts, les personnages sont des stéréotypes vivant du modèle familial américain tel qu’on le conçoit dans les années 50 et 60. Seul le professeur Smith se révèle être le plus sournois d’entre tous, même si ses pièges et autres exactions s’avèrent plus risibles qu’autre chose. La série possède d’ailleurs un ton humoristique très marqué, volontaire et parfois même involontaire, avec l’apparition de créatures extraterrestres à l’allure grotesque. Elle apparaît 18040802531015263615656515aujourd’hui aux yeux des fans de SF comme un produit de piètre qualité, voire très médiocre. Mais LOST IN SPACE n’a jamais eu l’intention d’atteindre le niveau d’un STAR TREK, autre série SF diffusée alors à la même époque. N’oublions pas qu’il s’agit d’un divertissement pour enfant, n’allez surtout pas chercher plus loin.

C’est John Williams lui-même (oui, le compositeur des B.O.F. de STAR WARS, LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE, E.T., JURASSIC PARK…), appelé alors Johnny Williams, qui compose le délirant générique de la série !

Alors que PERDUS DANS L’ESPACE connaît encore un certain succès en 1968, la série est brutalement annulée au bout de ses 83 épisodes. Et c’est tout simplement par le journal Variety que les membres de la distribution apprennent la mauvaise nouvelle… Mais LOST IN SPACE a désormais atteint un niveau suffisamment populaire pour lui permettre de revenir, cinq ans plus tard, en 1973, sous la forme d’un dessin animé…

Découvrez un épisode complet de PERDUS DANS L’ESPACE en V.F. : ICI.

LOST IN SPACE : LE DESSIN ANIMÉ

ABC s’associe au studio Hanna-Barbera en 1973 pour produire le pilote de l’adaptation en dessin animé de LOST IN SPACE. D’une durée de 44 minutes, ce premier épisode est réalisé par Charles A. Nichols et reprend les célèbres personnages de la série TV. Mais le projet est aussitôt abandonné… Voici l’épisode en question (en V.O.) :

Image de prévisualisation YouTube

LOST IN SPACE : LE BLOCKBUSTER

En 1998, soit 30 ans après la fin de la série, c’est le grand retour de LOST IN SPACE… au cinéma et non à la télévision ! Réalisé par Stephen Hopkins (FREDDY 5 : L’ENFANT DU CAUCHEMAR, PREDATOR 2…), PERDUS DANS L’ESPACE est un blockbuster doté d’un budget de 80 millions de dollars (joli pour l’époque), produit par New Line Cinema, et qui doit 18040803024915263615656517lancer une nouvelle franchise cinématographique ! L’histoire est la suivante : 

« En 2058, l’Humanité est proche de sa fin, par manque de ressources. La famille Robinson est donc envoyée dans l’espace, dans le vaisseau Jupiter 2, pour procéder à la construction d’un anneau orbital à proximité de la planète Alpha Prime afin de lancer la colonisation de celle-ci. Mais le Dr Smith, membre d’un groupe insurrectionnel appelé « la Sédition » qui veut faire échouer le projet, a réussi à pénétrer dans le vaisseau avant son départ et à saboter le robot responsable de la sécurité de la famille. Ce sabotage conduit le vaisseau à s’écarter de sa trajectoire et celui-ci se perd dans un espace et un temps inconnus, le saut non contrôlé en hyperespace ayant propulsé Jupiter 2 dans le futur. L’intelligence et l’ingéniosité du plus jeune de la famille lui permettront de construire une machine à voyager dans le temps qui rétablira en partie la situation initialement souhaitée. »

18040803003315263615656516

Bien que très souvent critiqué (il faut avouer que son histoire s’avère un peu tordue…), PERDUS DANS L’ESPACE n’en demeure pas moins un bon divertissement cinématographique aux images souvent très belles et aux effets spéciaux très réussis. Notons aussi un formidable travail concernant le design, qu’il s’agisse des costumes comme des décors high tech.

18040803075815263615656519Malgré sa mauvaise réputation, le film a cependant reçu des nominations aux prix des meilleurs costumes (Vin Burnham, Robert Bell et Gilly Hebden), meilleurs maquillages (Peter Robb-King), meilleur jeune espoir masculin (Jack Johnson), meilleur film de science-fiction, meilleurs effets spéciaux (Angus Bickerton) et meilleur second rôle masculin (Gary Oldman) lors de l’Académie des Films de Science-Fiction, Fantastique et Horreur, en 1999.

Il a cependant également été nominé au prix du plus mauvais remake lors des Razzie Awards, en 1999…

Dans les rôles principaux, nous trouvons un joli casting composé de : William Hurt (John Robinson), Mimi Rogers (Maureen Robinson), Matt LeBlanc (Don West), l’excellent Gary Oldman (Dr Zachary Smith), Jack Johnson (Will Robinson) et Heather Graham (Judy Robinson). À noter que certains acteurs de la série d’origine (Angela Cartwright, Marta Kristen, Mark Goddard et June Lockhart.) font une courte apparition.

PERDUS DANS L’ESPACE obtient 136 millions de dollars au box office international, résultats insuffisants pour couvrir les frais de publicité et de marketing développés autour du film. La franchise cinématographique qui devait naître est donc annulée. Retour à la télévision…

La bande-annonce du film en V.F. :

Image de prévisualisation YouTube

LOST IN SPACE : LE PREMIER RETOUR TV

Fin 2003 : WB Television Network s’empare de LOST IN SPACE et prépare une nouvelle série télévisée. Le pilote est réalisé par John Woo (MISSION IMPOSSIBLE 2, PAYCHECK…). L’histoire est quelque peu revue et corrigée : plus de Dr Smith et on trouve un nouvel enfant Robinson appelé David, alors que Penny Robinson n’est plus qu’un bébé.

Intitulé The Robinsons : Lost in Space, le pilote est produit par Synthesis Entertainment, Irwin Allen Productions, Télévision Twentieth Century Fox et Regency Television. L’histoire est la suivante :

18040803133015263615656520

« John Robinson est un héros de guerre sortant d’une invasion extraterrestre et a décidé d’emmener sa famille dans une autre colonie ailleurs dans l’espace. Cependant le vaisseau est attaqué par les extraterrestres, David est perdu au milieu de tout cela, et les Robinson, avec Don, sont forcés de s’échapper dans le petit « Space Pod » du Jupiter 2 du vaisseau-mère. « 

Mais le projet tombe aux oubliettes pour on ne sait quelles raisons obscures alors que le pilote a été réalisé. On peut le voir dans cette vidéo (en V.O.) qui vous présente sa première partie :

Image de prévisualisation YouTube

LOST IN SPACE : NETFLIX CONTRE-ATTAQUE

Et ce sera finalement Netflix qui reprendra le flambeau avec le grand retour de LOST IN SPACE sous forme de série. Annoncé pour le 13 avril 2018, l’événement à de quoi mettre l’eau à la bouche des fans de SF, et plus particulièrement des fans de space opera ! Le projet était en développement depuis 2014. 

18040803174715263615656522Produit par Legendary Television, Synthesis Entertainment et Applebox, ce LOST IN SPACE 2018 a été conçu par Matt Sazama et Burk Sharpless (DRACULA UNTOLD, GODS OF EGYPT…) et se composera de 10 épisodes. L’ensemble s’annonce soigné et très ambitieux. L’histoire :

« En l’an 2046, la famille Robinson et le vaisseau spatial Jupiter 2 sont victimes d’un incident perturbant l’espace-temps. Ils s’écrasent sur une planète inconnue. À des années-lumière de leur destination prévue, les Robinson, et d’autres colons eux-mêmes échoués sur place, luttent contre un environnement étranger et leurs propres démons personnels alors qu’ils tentent de quitter la planète. »

18040803210915263615656523Le professeur Smith est désormais remplacé par une femme (incarnée par Parker Posey), effet de mode lassant et très artificiel uniquement destiné à satisfaire les féministes rageuses. Dans les autres rôles, nous trouvons Toby Stephens (John Robinson), Molly Parker (Maureen Robinson), Ignacio Serrichio (Don West), Taylor Russell (Judy Robinson), Mina Sundwall (Penny Robinson) et Maxwell Jenkins (Will Robinson). Demeure l’énigme autour du robot, qui semble un être artificiel plus ou moins biomécanique découvert sur la planète, d’après les extraits… À vérifier.

Il ne nous reste plus maintenant qu’à découvrir le résultat final, en espérant qu’il soit à la hauteur de nos espérances !

En attendant, regardez cette vidéo complète qui vous présente le récapitulatif des bandes annonces de la nouvelle série et aussi son très beau générique :

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



NETFLIX : LOST IN SPACE

NETFLIX : LOST IN SPACE dans Science-fiction 18030709260515263615599554

Une superbe et fascinante nouvelle bande-annonce de la série Netflix LOST IN SPACE prévue pour avril a été dévoilée. La voici…

Image de prévisualisation YouTube



LOST IN SPACE NEXT GENERATION

Première bande-annonce pour le reboot attendu de la série LOST IN SPACE (Perdus dans l’Espace) qui sera diffusée par Netflix en avril de cette année.

Image de prévisualisation YouTube



STAR TREK : DISCOVERY – Point de vue

STAR TREK : DISCOVERY - Point de vue dans Série TV 14012708415615263611933240

Après 12 ans d’absence de la télévision, STAR TREK revient enfin avec la toute nouvelle série événement diffusée exclusivement sur Netflix : STAR TREK : DISCOVERY. Les deux premiers épisodes du week-end dernier nous ont plongé dans son univers situé chronologiquement dix ans avant les aventures du capitaine James T. Kirk et de son équipage. Et que dire, si ce n’est que ce démarrage s’avère une totale réussite, annonçant un space opera télévisuel grandiose et intelligent, mais forcément ancré dans son époque tourmentée en proposant un STAR TREK plus sombre et peut-être même… plus adulte. Nous sommes en 2017 et non plus en 1966…

17093006585015263615294887 dans Star Trek

LE VISUEL

C’est d’abord là que STAR TREK : DISCOVERY impressionne le plus. Visuellement, l’ensemble est incontestablement de toute beauté. Nous n’avons pas encore mis les pieds à bord de l’USS Discovery mais sommes montés à bord de l’USS Shenzhou pour quelques scènes mémorables, en particulier dans le deuxième épisode. Et l’on peut déjà constater combien les décors intérieurs du vaisseau sont soignés car aucun détail n’est négligé. La passerelle possède un écran panoramique qui nous plonge au cœur de l’action. Quelques lens flair qui n’auraient pas déplu à JJ Abrams se glissent ici et là, tel un écrin mettant en valeur la froide beauté technologique du Shenzhou.

17093007020515263615294888

N’oublions pas également la beauté des décors des vaisseaux klingons, de même que les costumes de nos fiers guerriers. Leur apparence physique pourra quant à elle prêter à discussion, tout comme leur élocution…

17093007104215263615294889Les nouveaux uniformes d’un Starfleet de dix ans avant l’ère de Kirk s’avèrent à la fois sobres et élégants. D’un joli bleu profond et garnis de striures dorées, ils constituent un ensemble très classe et forcément très éloigné de ce qu’ils deviendront dix ans plus tard !

La promenade spatiale du Lieutenant Commander Michael Burnham près d’une étoile binaire nous offre aussi un spectacle merveilleux, hommage évident au voyage de Spock à travers V’ger dans STAR TREK : LE FILM (1979). Quant à l’impressionnante bataille spatiale qui parsème essentiellement le second épisode, affrontement mortel entre la Fédération naissante et les Klingons, elle fait de nous des spectateurs ravis et rassurés face à la qualité des effets spéciaux déployés.

17093007152615263615294890Évidemment, tout paraît bien plus sophistiqué et moderne que ce que l’époque de Kirk proposera à la civilisation terrienne une dizaine d’années plus tard ! Mais comment recréer le passé en voulant faire plus kitsch que le STAR TREK classique ? En 2017, cela semblerait totalement aberrant. Alors oui, il faut accepter l’inacceptable, il faut faire fi de la logique et se montrer tolérant même si cela va à l’encontre du raisonnement…

En tout cas, c’est avec une énorme impatience que l’on attend de découvrir enfin l’USS Discovery promis dans le troisième épisode !

LES PERSONNAGES ET LES ACTEURS

Rien à redire non plus sur la qualité de l’interprétation des principaux personnages. Et quel plaisir de retrouver Michelle Yeoh dans le rôle de Georgiou, capitaine de l’USS Shenzhou ! Comme nous aurions voulu la garder éternellement… Mais Sonequa Martin-Green, échappée de l’enfer des zombies de THE WALKING DEAD, incarne aussi à la perfection notre « Number One », notre Lieutenant Commandeur élevée sur Vulcain par un certain Sarek… D’abord froide et distante, Vulcain oblige, elle deviendra progressivement l’amie de Georgiou qu’elle considérera presque comme sa mère au fil du temps.

17093007214215263615294891Doug Jones au physique bien particulier ne pouvait qu’interpréter le longiligne alien de la passerelle, Saru, lequel apporte à sa façon un peu d’humour bien placé.

En parlant d’aliens, on peut brièvement en distinguer un autre sur le pont du Shenzhou, de même qu’une espèce d’androïde ou de je ne sais quoi exactement ! Nous en saurons forcément plus au fil des épisodes, et surtout grâce aux futurs livres de référence qui devraient paraître assez rapidement !

LA MUSIQUE

Les génériques de toutes les séries STAR TREK, de même que ceux des films d’ailleurs, ont toujours bénéficié de soins particuliers. Qu’il s’agisse d’Alexander Courage, de Jerry Goldsmith, de Dennis McCarthy et de tant d’autres, les thèmes composés s’attachaient toujours à préserver un ton épique. Il n’en est rien ici. Pour STAR TREK : DISCOVERY, Jeff Russo a en effet choisi un aspect plus sombre qui s’inscrit visiblement dans l’air du temps… Et même si l’on retrouve, discret, le célèbre thème de STAR TREK, nous sommes à des années lumière de tout ce qui a été fait jusqu’à présent par ses illustres prédécesseurs. À l’inverse, la musique accompagnant les épisodes semble bien plus intéressante, voire même de très bonne facture.

17093007305415263615294892

L’ESPRIT

L’esprit STAR TREK, n’en déplaise à certains, est bien présent à travers DISCOVERY. Certes, il s’est assombri avec le temps. Nous sommes aujourd’hui bien loin de l’optimisme exacerbé du STAR TREK des 60′s ou de STAR TREK : THE NEXT GENERATION. Et même si le ciel commençait déjà à se couvrir légèrement avec STAR TREK : DEEP SPACE NINE, STAR TREK : VOYAGER ou 17093007322515263615294893STAR TREK : ENTERPRISE, il se montre dorénavant un peu plus orageux ! Nous vivons en 2017 une époque tourmentée, qui se cherche, et où malheureusement l’espoir laisse plus souvent la place au désespoir. On nous rappelait encore, il y a peu, que STAR TREK avait toujours été et sera toujours le reflet de son temps. Alors nous y sommes…

Il est, bien sûr, encore beaucoup trop tôt pour pouvoir juger clairement STAR TREK : DISCOVERY. Attendons patiemment d’avoir vu l’ensemble des épisodes de cette première saison, en espérant que celle-ci ne devienne pas son lit de mort comme pour tant d’autres aujourd’hui… On ne peut que lui souhaiter longue vie et prospérité, au vu de l’excellence de son démarrage d’une dimension cinématographique, et qui nous a laissé plein d’étoiles dans les yeux.

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1 / S.O.S. Terre / Tales of Frankenstein / Ark II / Class : For Tonight We Might Die / The Walking Dead : Signs / Genesis II / Les Compagnons d’Eleusis / Super héros de séries TV brésiliennes inédites en France / Brisco County / Le Voyage Extraordinaire / Behind the Scenes of Battlestar Galactica (1978) / The Orville

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC



12345...14