Catégorie

Archive pour la catégorie « Série TV »

The Event sur Canal+

( Série TV )

 The Event sur Canal+ dans Série TV eventju

THE EVENT sera-t-elle une série événement ? Le premier épisode sera diffusé la semaine prochaine sur Canal+. On nous annonce une série qui se situe entre LOST et 24H CHRONO, mêlant mystère, thriller et science-fiction. Si les créateurs de THE EVENT ne savent pas dès le départ où ils vont, on peut malheureusement craindre une fin aussi médiocre que celle de LOST. Conspiration, complot, loi du silence et annonce fracassante seront les ingrédients de THE EVENT. En attendant, l’impressionnante bande-annonce de plus de 4 minutes est plutôt alléchante.

Image de prévisualisation YouTube



Le Jour des Triffides

Le Jour des Triffides dans Science-fiction triffides

Canal+ diffusera demain samedi 6 août à 20h, pour la Nouvelle-Calédonie, la mini série en deux épisodes de 90 minutes : LE JOUR DES TRIFFIDES. Réalisée en 2009 par Nick Copus, cette mini série de la BBC produite par la Grande-Bretagne et le Canada s’inspire du roman paru en 1951, THE DAY OF THE TRIFFIDS de John Wyndham, et la réactualise en ce XXIe siècle pollué et au bord du chaos. Ainsi, des scientifiques exploitant un carburant végétal extrait d’huile de Triffides, une plante carnivore extrêmement vorace, voient ce végétal se rebeller contre eux et semer la terreur sur la Terre. En outre, une éruption solaire rend la majorité des habitants de la planète complètement aveugle. Les quelques survivants qui ont conservé la vue vont devoir livrer une bataille sans merci contre les Triffides pour sauver l’humanité du désastre.

THE DAY OF THE TRIFFIDS a déjà eu droit à sa version cinéma en 1962 avec le film de Steve Sekely, LA REVOLTE DES TRIFFIDES.

Image de prévisualisation YouTube

Sources : Télé-Loisirs.fr / Orange.fr



The Starlost

The Starlost dans Science-fiction 14012708415615263611933240

16061008235515263614298245 dans Série TV

THE STARLOST s’annonçait au début des années 1970 comme ce qui allait être la plus ambitieuse série télévisée de science-fiction jamais tournée. Créée par l’écrivain Harlan Ellison, elle devait confier l’écriture de ses épisodes aux plus grands auteurs de SF et ses effets spéciaux à Douglas Trumbull, le plus grand spécialiste de l’époque. Le sort en décida autrement : THE STARLOST s’effondra au bout de quatorze épisodes seulement…

16061008241515263614298247

THE STARLOST, c’est l’histoire d’un vaisseau spatial terrien d’une taille monstrueuse, l’Arche (Ark, ressemblant étrangement au Valley Forge de SILENT RUNNING…), voguant hors de contrôle à travers l’espace en l’an 2790 et transportant à son bord les derniers survivants de l’espèce humaine. Ses membres d’équipage ont été tués cinq cents ans plus tôt, et désormais le mécanisme permettant de relier les différents dômes du vaisseau ne fonctionne plus. Les communautés vivant sur l’Arche ont oublié qu’elles se trouvent à bord d’un gigantesque vaisseau spatial, tout comme elles ne se souviennent plus que leur monde agonise à des millions d’années lumière de distance. Elles ont grandi en ayant seulement pour ciel la coque métallique de l’Arche. Mais sans aucun membre d’équipage à ses commandes, l’Arche poursuit inexorablement sa course folle à travers l’univers, une course qui pourrait prochainement entraîner sa collision avec une étoile…

16061008234515263614298244

Harlan Ellison avait vu grand dans son projet de série télévisée, n’hésitant pas à utiliser Ben Bova en tant que consultant scientifique sur THE STARLOST. Mais, plus que tout, il avait contacté les plus prestigieux auteurs de la littérature de science-fiction. Ainsi A. E. Van Vogt, Frank Herbert, Phillip K. Dick, Ursula K. Le Guin, Thomas M. Dish, Joanna Russ et Alexei Panshin devaient écrire les épisodes de la série événement produite par Twentieth Century Fox Television ! Imaginez ce que cela aurait pu donner !

Nous sommes en 1973, aux sortirs de 2001 : L’ODYSSEE DE L’ESPACE (1968), et Harlan Hellison souhaitait visiblement conférer à sa série un sérieux scientifique et une qualité scénaristique irréprochables. En outre, Keir Dullea, l’acteur ayant incarné David Bowman dans 2001, faisait parti du casting. Il jouera dans les quatorze épisodes de THE STARLOST le rôle de Devon, un orphelin moustachu rêveur et naïf qui a perdu ses parents fermiers dans un incendie. Enfin, Douglas Trumbull, également connu pour avoir conçu les effets spéciaux de 2001, aurait permis à THE STARLOST d’atteindre un degré de perfection encore jamais vu à la télévision en utilisant son Magicam System.

16061008240615263614298246

Mais que s’est-il donc passé pour que THE STARLOST ne parvienne pas à son objectif ? Prévue au départ pour bénéficier d’un gros budget, la série se retrouva très vite avec des moyens financiers largement insuffisants. Avec la science-fiction, il faut tout créer : intérieurs de vaisseau, vues spatiales, surfaces de planètes… et cela revient forcément très cher. THE STARLOST perdit également Douglas Trumbull dès les premiers tours de manivelle.

Harlan Ellison se contentera dès lors de demeurer en tant que créateur de la série, conservant Douglas Trumbull seulement en tant que producteur exécutif. Ursula K. Le Guin participera à un seul épisode, « The Goddess Calabra », le reste des épisodes étant écrits par des scénaristes canadiens. Walter Koenig (Chekov dans STAR TREK) fera plusieurs apparitions, et John Meredith Lucas, auteur de scénarios pour STAR TREK, écrira le dernier épisode intitulé « God That Died. »

L’histoire de la télévision a sans doute raté une belle occasion de faire de THE STARLOST l’une des plus grandes séries de science-fiction, si ce n’est LA plus grande…

16061008233015263614298243

Image de prévisualisation YouTube

Sources : Wikipédia, Starlog TV Episode Guides, devildead.com



Galactica pour les collectionneurs

Galactica pour les collectionneurs dans Science-fiction galactica3

Pour les geeks, les collectionneurs ou les éternels nostalgiques, le site Battlestar Galactica Memorabilia est une perle : un collectionneur américain y a rassemblé tout, absolument tout ce qu’il a pu dénicher au fil du temps sur la bonne vieille série kitch de 1978, BATTLESTAR GALACTICA. On y trouve les figurines, les Starlog, les jeux vidéo, l’attraction de la Universal (aujourd’hui disparue, bien sûr), les disques, les vêtements, etc. C’est un plaisir de voyager ainsi à travers le temps et de replonger dans ce GALACTICA, LA BATAILLE DE L’ESPACE, ainsi intitulé en France. Merci à Starkiller pour ce lien précieux !



De vieilles séries télévisées de SF inédites

Voici, pour vos yeux écarquillés, les génériques de quelques séries télévisées de science-fiction américaines ou britanniques des années 1970-1980 totalement inédites en France : BLAKE’S 7, JASON OF STAR COMMAND et THE STARLOST. La plupart n’ont pas dépassé le stade d’une ou deux saisons pour diverses raisons : manque d’audience, budget fauché, problèmes de tournage… A voir certains de ces génériques, on comprend aisément pourquoi aussi ! Les Echos d’Altaïr reviendront prochainement sur chacune d’entre elles.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube



Kolchak et ses dossiers brûlants

Kolchak et ses dossiers brûlants dans Fantastique 15012609102715263612906597

KOLCHAK, THE NIGHT STALKER (DOSSIERS BRÛLANTS en français…) est reconnu comme étant la première série télévisée d’épouvante de toute l’histoire de la télévision. Créée par Jeff Rice et diffusée de 1972 à 1975 sur ABC, elle présentait loups-garous, zombies, spectres, vampires, sorciers et tant d’autres créatures infernales ou personnages inquiétants dans des épisodes de 50 minutes qui connurent un immense succès.

Bien avant Mulder et Scully de X-FILES, Carl Kolchak (interprété par Darren McGavin) enquêtait sur les affaires étranges liées au paranormal et au surnaturel. Sympathique journaliste de Chicago, arborant sans cesse un chapeau de paille et sifflotant gaiement dans le générique de la série, notre homme s’avèrait un redoutable chasseur en dehors de ses heures de travail, en particulier la nuit.

KOLCHAK, THE NIGHT STALKER compte deux épisodes pilotes de 75 et 90 minutes diffusés en 1972 et 1973 dont le succès entraîna la mise en chantier de la série. C’est ainsi que furent réalisés 20 épisodes pour une seule et unique saison car l’acteur principal ne souhaitait pas renouveler son contrat pour une seconde. KOLCHAK fut diffusé en France à deux reprises et quelques épisodes se glissent parfois encore dans certains programmes. Néanmoins la série ne fut pas entièrement traduite et les DVD français ne sont toujours pas édités.

15012609132015263612906601 dans Série TV

KOLCHAK connut non seulement un succès public mais aussi un succès critique, cependant ABC regrettait sa violence qui lui causait bien des soucis. Darren McGavin, l’acteur principal, coproduisit lui-même la série avec sa propre compagnie, Francy Productions. L’épisode de chaque semaine présentait un monstre que devait affronter Kolchak et les scènes étaient tournées dans les studios Universal. A noter que KOLCHAK a connu récemment un remake d’une platitude extrême comme la plupart des séries réactualisées, lequel s’est effondré au bout de quelques épisodes soporifiques.

Pour vous donner une idée de KOLCHAK, THE NIGHT STALKER, rien de mieux qu’un épisode. Voici Demon In Lace en quatre parties YouTube (d’autres sont disponibles sur place)…

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Sources : Wikipédia, Fantastic Television (Gary Gerani & Paul H. Schulman / Titan Books)

Rejoignez Les Echos d’Altaïr IV sur Facebook !



Terra Nova : la survie est dans la préhistoire

La méga série télévisée de SF de Steven Spielberg, TERRA NOVA, sort bientôt sur les petits écrans américains. La Terre du futur est surpeuplée, polluée et mourante. Il n’y a plus aucun espoir pour la race humaine. Seul moyen de permettre à la civilisation de survivre : le voyage dans le temps. Des familles entières sont expédiées en plein monde préhistorique, sous l’ère des dinosaures. Ce que certains pensaient être un paradis va s’avérer un enfer. Une nouvelle lutte pour la survie va commencer…

Image de prévisualisation YouTube



Night Gallery, l’autre série de Rod Serling

Night Gallery, l'autre série de Rod Serling dans Fantastique 14122109492615263612811248

Après LA QUATRIEME DIMENSION (THE TWILIGHT ZONE), Rod Serling est également à l’origine d’une série malheureusement moins connue en France, NIGHT GALLERY, où le macabre et le morbide se côtoient à travers des épisodes qui se répartissent sur trois saisons, de 1970 à 1973. Plus sombre et plus inquiétant que LA QUATRIEME DIMENSION, NIGHT GALLERY a adapté des histoires de prestigieux auteurs de la littérature fantastique et a connu les premiers pas de réalisateurs aujourd’hui célèbres. Visite guidée d’une galerie qui mérite que l’on s’y attarde…

NIGHT GALLERY fait partie de ces vieilles séries télévisées dont on se demande pourquoi aucune chaîne française ne daigne rediffuser le moindre épisode ni pourquoi aucun éditeur français ne consent à nous offrir le moindre DVD. Les histoires de NIGHT GALLERY n’auraient-elles pas été traduites dans la langue de Molière ? Pourtant, il y a environ un an, Syfy France a programmé deux épisodes en français de la série culte. Hélas,  notre chaîne de l’Imaginaire ne s’est pas aventurée plus loin dans cette immense galerie, peut-être craignait-elle que nos âmes ne s’y perdent !

Comment découvrir alors ses trésors ? Il vous faudra vous procurer les DVD zone 1 des trois saisons (sans VF ni VOST…) disponibles depuis quelques années sur les sites de ventes par correspondance. Personnellement, j’ai acquis la première saison que je savoure actuellement avec plaisir, et je compte bien commander les deux autres, croyez-moi !

13040905311115263611065238 dans Série TV

Rod Serling… rien que ce nom est un gage de qualité. En effet, et je ne vous apprendrai rien si vous aimez la SF et le fantastique, Rod Serling est le créateur de l’incomparable anthologie télévisuelle LA QUATRIEME DIMENSION et c’est aussi le scénariste du chef-d’oeuvre de Franklin J. Schaffner, LA PLANETE DES SINGES (1968), adaptation cinématographique du roman de Pierre Boulle.

Cette fois, avec NIGHT GALLERY, Serling se démarque de l’aspect souvent doucereux de LA QUATRIEME DIMENSION pour une série plus noire, où les cimetières, les revenants, les rêves étranges, les folies et les hantises nous entraînent dans des histoires à donner parfois la chair de poule. Rien d’étonnant à cela lorsque l’on sait que ces histoires sont, pour certaines, inspirées de nouvelles de H.P. Lovecraft, Fritz Leiber, Richard Matheson, André Maurois, A. E. Van Vogt, Algernon Blackwood… A noter que, comme pour LA QUATRIEME DIMENSION, Rod Serling écrira de nombreux scénarios pour NIGHT GALLERY.

En outre, des réalisateurs aujourd’hui célèbres assurent les tournages : Steven Spielberg y débute dans l’excellent The Eyes et poursuit dans le faiblard Make Me Laugh, Jeannot Szwarc réalise plus d’une dizaine d’épisodes, John Badham tourne The Boy Who Predicted Earthquakes… Enfin, NIGHT GALLERY est également bien servi du côté des acteurs car on y trouve Joan Crawford, Vincent Price, Roddy McDowall, Yaphet Kotto, Burgess Meredith et Leonard Nimoy pour ne citer qu’eux.

13040905291515263611065237

Au début de chaque épisode, Rod Serling nous accueille dans sa grande galerie de nuit. Il déambule tranquillement entre les peintures souvent tourmentées qui illustrent l’histoire que l’on va découvrir. A la façon de LA QUATRIEME DIMENSION, Serling nous présente l’épisode que l’on va suivre. Un programme de NIGHT GALLERY, tourné en couleur, regroupe deux à trois épisodes pour un total d’environ 60 minutes pour les deux premières saisons. La troisième saison présente une histoire sur 30 minutes.

NIGHT GALLERY fut nommé pour un Emmy Award avec l’épisode They’re Tearing Down Tim Riley’s Bar et reçut une nomination pour Pickman’s Model. Cependant la série connut une fin aussi tourmentée que la plupart de ses épisodes avec une critique acharnée et une mise à l’écart de la production de la NBC qui préférait alors une autre série, MANNIX… Rod Serling mourra deux ans plus tard, en 1975, à l’âge de 50 ans.

Sources : Fantastic Television (Gary Gerani & Paul H. Schulman / Titan Books), Wikipedia.

Pour voir des épisodes de NIGHT GALLERY : Night Gallery

Pour connaître tous les épisodes de NIGHT GALLERY : Wikipedia

Rejoignez Les Echos d’Altaïr IV sur Facebook !



Au Coeur du Temps enfin en DVD !

Au Coeur du Temps enfin en DVD ! dans Science-fiction timetunnel

L’une des plus célèbres séries d’Irwin Allen, si ce n’est LA plus célèbre, AU COEUR DU TEMPS (THE TIME TUNNEL / 1966), sortira enfin en DVD zone 2 français le 28 juin. « Enfin », oui, car AU COEUR DU TEMPS, qui a marqué l’enfance de certains d’entre nous, était attendu depuis une éternité par ses fans !

Je me souviens encore, étant gosse, ces fabuleux épisodes que je regardais avec un silence religieux, fasciné, emporté dans le temps par ce long tunnel, et curieux de découvrir l’époque et les personnages extraordinaires que rencontreraient nos héros tout au long de leur nouvelle aventure. Je ne manquais jamais un seul épisode d’AU COEUR DU TEMPS, et son générique me trottait longtemps dans la tête. La série a aujourd’hui mon âge, 45 ans, tout comme STAR TREK d’ailleurs. Si les épisodes d’antan me passionnaient, les revoir aujourd’hui (je possèdais déjà le coffret zone 1 en VF) me prouve combien AU COEUR DU TEMPS reflète une époque, celle des sixties, où le rythme et les incohérences scientifiques, voire scénaristiques, n’avaient pas beaucoup d’importance. Ce n’est plus le cas maintenant. Un épisode de THE TIME TUNNEL semble durer deux heures alors qu’il n’en représente même pas une… c’est dire combien la série a mal vieilli… et moi aussi peut-être… Enfin bref, ce n’est pas Morbius qui va se plaindre de cette magnifique sortie DVD, et je ne manquerai pas d’acheter toutes les saisons ! En attendant, petit copier-coller d’un article paru sur ce blog à propos des séries d’Irwin Allen et où je m’attarde un instant sur AU COEUR DU TEMPS :

allen9 dans Série TV

AU COEUR DU TEMPS compte 30 épisodes de 50 minutes répartis sur une seule saison programmée de 1966 à 1967. La série fut diffusée en France en 1967. Elle s’inspire au départ d’un roman (Twist in Time) de l’écrivain de SF Murray Leinster. Les deux acteurs principaux de la série furent James Darren dans le rôle de Tony Newman (James Darren sera également Vic Fontaine dans la série STAR TREK : DEEP SPACE NINE) et Robert Colbert dans le rôle de Douglas Phillips.

Bill Abbott, spécialiste des effets spéciaux sur la série, fut à nouveau récompensé après VOYAGE AU FOND DES MERS (VOYAGE TO THE BOTTOM OF THE SEA, autre série d’Irwin Allen) pour sa création remarquable du fameux tunnel vedette d’AU COEUR DU TEMPS. A signaler que ce fut John Williams qui composa le générique.

allen8

Aujourd’hui, et ce malgré toutes ses qualités, AU COEUR DU TEMPS a incontestablement pris un sacré coup de vieux. L’extrême lenteur des épisodes liée aux incohérences flagrantes pénalisent quelque peu la série d’Irwin Allen. Comment nos héros peuvent-ils constamment comprendre toutes les langues de tous les personnages qu’ils rencontrent dans différents pays de différentes époques ? Comment peuvent-ils être constamment filmés dans leurs moindres faits et gestes pour apparaître sur les écrans de contrôle du centre qui les a perdus ? Une caméra invisible les suit ?… Ces petites scories expliquent peut-être le fait que la série n’obtint jamais aux USA le même succès que les autres produites par Allen. Mais cela n’empêche pas pour autant AU COEUR DU TEMPS de demeurer dans nos… coeurs.

Documentaire en anglais sur la série AU COEUR DU TEMPS.

Image de prévisualisation YouTube



Falling Skies

FALLING SKIES sort en juin de cette année aux States. La série semble prometteuse même s’il s’agit d’une énième invasion de la Terre par des extraterrestres. Voyez plutôt la bande-annonce assez impressionnante…

Image de prévisualisation YouTube



1...89101112...15