Catégorie

Archive pour la catégorie « Série TV »

QUATERMASS II – QUATERMASS AND THE PIT

QUATERMASS II - QUATERMASS AND THE PIT dans Science-fiction 14012708415615263611933240

QUATERMASS II & QUATERMASS AND THE PIT

Nous présentions déjà ainsi notre héros dans le dossier BERNARD QUATERMASS ET LA FAMILLE DELAMBRE : DEUX LÉGENDES DU CINÉMA DE SCIENCE-FICTION : Le professeur Bernard QUATERMASS est un physicien créé par l’écrivain et scénariste anglais Nigel Kneale pour une mini-série TV en 6 épisodes, pour la BBC, THE QUATERMASS EXPERIMENT (1953). À la tête d’un programme spatial britannique baptisé le « British Experimental Rocket Group », on le voit régulièrement confronté à de sinistres forces extraterrestres menaçant de détruire la Terre.

Le succès fut tel, en Angleterre, que la BBC relancera en 1955 et en 1958 deux nouvelles mini-séries de 6 épisodes chacune, QUATERMASS 2 et QUATERMASS AND THE PIT. Ce sont les comédiens Reginald Tate (1953), John Robinson (1955) et André Morell (1958) qui se succèderont dans le rôle de QUATERMASS à la télévision.

N’ayant pas accès à la première série de 1953, THE QUATERMASS EXPERIMENT, j’aborderai plutôt ici les deux suivantes de 1955 et 1958, deux mini-séries d’une seule saison chacune et en noir & blanc.

QUATERMASS II (1955)

14072608523015263612411432 dans Série TV

Une série créée par Rudolph Cartier en 6 épisodes.

Nous sommes évidemment dans les années 50, et ce que Skarn reproche aux premières saisons des 60′s de DR WHO dans son article s’appliquera forcément à cette série de la BBC bien plus ancienne. Le mieux serait de comparer QUATERMASS II à une série américaine de la même décennie comme par exemple à ROCKY JONES, SPACE RANGER. Mais là où la télévision américaine proposait des rêves d’émancipations vers d’autres planètes, les aventures de Bernard Quatermass sont plutôt la conséquence d’une crainte d’invasion de l’Angleterre et d’un potentiel complot gouvernemental.

L’intrigue est archi-connue : Une pluie de météorites cache un envahisseur extraterrestre qui a comme pouvoir de transformer les hommes en des sortes de zombies physiologiquement contrôlés. Le Professeur Quatermass devra, grâce à l’aide de Vincent Broadhead, un membre influent du parlement, entrer dans une usine suspecte et arrêter l’invasion des aliens…

14072608565915263612411433 dans TrapardDonc après Reginald Tate en 1953 dans la série que je ne connais pas, John Robinson endosse le rôle de Quatermass de manière plutôt efficace. British et très sanguin dans ce rôle d’intellectuel quinquagénaire, John Robinson incarne parfaitement le personnage central de l’intrigue cherchant à démêler le vrai du faux face à un complot d’outre-espace.

À noter que le comédien Hugh Griffith (NOBLESSE OBLIGE, 1949) est aussi de la partie, incarnant le Dr Leo Pugh et même Nigel Kneale, le créateur du personnage de Bernard Quatermass, apparaît dans la série.

Pour ce qui est de la musique d’ouverture de la série, elle est due au compositeur anglais Gustav Holst Théodore, avec « Mars, the Bringer of War » extrait de sa suite orchestrale « The Planets » écrite entre 1914 et 1916. Je ne sais pas vraiment qui est à l’origine du reste des ambiances musicales durant chaque épisode de QUATERMASS II, mais certains passages ressemblent déjà fortement à ce que sera le thème très angoissant et culte développé par le compositeur américain Dominic Frontiere pour faire évoluer l’ambiance paranoïaque de la série LES ENVAHISSEURS (1967-1968, The Invaders).

Au même titre que pour THE QUATERMASS EXPERIMENT qui aura le droit a un remake pour le cinéma tourné par Val Guest pour la Hammer Films avec LE MONSTRE (1955, The Quatermass Xperiment), QUATERMASS II deviendra LA MARQUE (1957, Quatermass 2) aussi réalisé par Val Guest. Le comédien Brian Donlevy incarne le Professeur Quatermass dans ces deux versions cinématographiques.

QUATERMASS AND THE PIT (1958)

14072609021115263612411446

Une série créée par Rudolph Cartier en 6 épisodes.

Cette troisième série TV mettant en scène le Professeur Quatermass (celle de 1953 étant quasiment introuvable en version complète) est nettement de meilleure qualité que la précédente. André Morell dans le rôle-titre y est très différent, mais son personnage y est tout aussi intéressant.

L’intrigue est tout aussi connue que la précédente puisqu’elle a aussi été popularisée par un remake de 1967, LES MONSTRES DE L’ESPACE (Quatermass and the Pit) , réalisé par Roy Ward Baker pour la Hammer Films et avec Andrew Keir dans le rôle de Quatermass :

Des ossements sont découverts lors de travaux à Hobbs Lane dans Londres. L’expert anthropologue, le Docteur Roney, déclare que ces os représentent le chaînon manquant entre les animaux et l’homme. Cependant, on découvre également un dispositif ressemblant à une bombe. Il s’agit en fait d’une capsule qui contient trois extra-terrestres morts. Et pourtant, des phénomènes étranges se passent autour de la capsule qui, peu à peu, prend vie…

14072609111915263612411449Étrangement, je trouve cette série de 1958 beaucoup plus proche d’une réalisation TV que celle de 1955 qui était nettement plus rythmée, avec un montage plus vif et des cadrages et mouvements de caméras moins lents ou moins statiques sur les comédiens, un peu comme si une transition dans la réalisation télévisée anglaise se faisait ressentir entre la fin des années 50 et le début des années 60.

D’ailleurs moi qui ai toujours eu un faible pour l’histoire de QUATERMASS AND THE PIT avec ses extraterrestres préhistoriques, je trouve la première partie de la série un peu ratée à côté de celle de QUATERMASS II de 1955. M’enfin, je me rattraperais en revoyant le remake de Roy Ward Baker pour la peine. Par contre, à partir de l’épisode 4, ça reprend du rythme et QUATERMASS AND THE PIT devient même captivant jusqu’au dernier épisode.

Dans cette série, les extraterrestres en question sont considérés par le Professeur Quatermass comme une ancienne civilisation martienne télépathe qui aurait colonisé la Terre et engendré l’évolution darwinienne, et qui serait encore en connexion avec l’esprit humain. Voilà qui devrait attiser la curiosité de notre spécialiste de la culture martienne, Erwelyn.

Pour les inconditionnels du comédien Michael Ripper qui est pratiquement un caméo à lui seul puisqu’on le retrouve dans un nombre incalculable de petits rôles dans les films de la Hammer Films, dans la série QUATERMASS AND THE PIT, il est le jeune sergent de l’armée britannique.

14072609053515263612411448

L’univers paranoïaque créé par l’écrivain et scénariste anglais Nigel Kneale a malheureusement été très peu exploité au cinéma comme à la télévision par la suite. Néanmoins, le personnage de Quatermass a été remis au goût du jour en 1979 dans la très courte série en 4 épisodes, THE QUATERMASS CONCLUSION. Une mini-série inédite en France, dans laquelle John Mills incarne Bernard Quatermass.

Pour les fans de Slashers des 80′s qui, comme moi, se sont retrouvés très étonnés à l’époque en découvrant HALLOWEEN 3, LE SANG DU SORCIER (1982, Halloween III: Season of the Witch), un film très étrange et très loin des préoccupations de Michael Myers dans les deux opus précédents. Cette collaboration scénaristique entre le réalisateur Tommy Lee Wallace et Nigel Kneale est sûrement l’une des dernières exploitations à l’écran de l’univers paranoïaque de Kneale, HALLOWEEN 3, LE SANG DU SORCIER étant bien plus proche de la science-fiction horrifique à la Quatermass que du simple Slasher, malgré ses nombreuses scènes gores.

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 /Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Captain Video and his Video Rangers / Rocky Jones, Space Ranger / Les Aventures de Superboy

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LES AVENTURES DE SUPERBOY (1961)

LES AVENTURES DE SUPERBOY (1961) dans Science-fiction 14012708415615263611933240

LES AVENTURES DE SUPERBOY (1961) de Whitney Ellsworth

14070508361315263612365994 dans Série TVEn 1951, la Lippert Pictures proposait pour l’exploitation en salles, une série B devenue culte, SUPERMAN AND THE MOLE-MEN, mettant en scène notre héros de comics américains, et interprété par George Reeves (mais qui n’était pas le père de Christopher) et par Phyllis Coates. Le succès de ce film incita le producteur Whitney Ellsworth a créer LES AVENTURES DE SUPERMAN (1951-1958, The Adventures of Superman) pour la télévision. Une série TV parrainée par les céréales Kellogs, dont vous trouverez un très grand nombre d’épisodes des 6 saisons sur cette chaîne de YouTube.

La série devait se prolonger en 1959, mais la mort subite de George Reeves en Juin 1959 lui mit un terme définitif, bien que les producteurs avaient pensé un moment la poursuivre en utilisant une doublure pour les scènes d’action, ainsi qu’un sosie, et des inserts de George Reeves. Mais l’idée fut rejetée car considérée de trop mauvais goût (alors que la « Bruceploitation » a utilisé ce principe à outrance à Hong-Kong sur presque dix années).

Finalement Whitney Ellsworth mit un chantier LES AVENTURES DE SUPERBOY (The Adventures of Superboy) avec le jeune Johnny Rockwell incarnant Clark Kent dans sa jeunesse, et avec un costume similaire à celui que porte George Reeves dans LES AVENTURES DE SUPERMAN. Un épisode pilote des AVENTURES DE SUPERBOY intitulé « Ransom of Rajah » fut tourné en 1961, et douze autres ont été écrits, mais le projet fut finalement annulé en cours de préparation. Néanmoins, cet épisode permettra la création et influencera indirectement les futures séries que sont LES AVENTURES DE SUPERBOY (1966-1969 sur de nouveaux scénarios de Whitney Ellsworth), LES AVENTURES DE SUPERBOY (1988-1992) et SMALLVILLE (2001-2011)…

Pour conclure, voici le fameux pilote des AVENTURES DE SUPERBOY de 1961 en V.O.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 /Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Captain Video and his Video Rangers / Rocky Jones, Space Ranger

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

 



ROCKY JONES, SPACE RANGER (1954-1955)

ROCKY JONES, SPACE RANGER (1954-1955) dans Fifties SF 14012708415615263611933240

ROCKY JONES, SPACE RANGER (1954-1955)

14062808174715263612350313 dans Science-fictionPour faire suite à CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS, voici un autre show télévisé américain des années 50, mais de meilleure qualité, avec ROCKY JONES, SPACE RANGER. C’était un show de science-fiction créé par Roland D. Reed et qui n’a duré que deux courtes saisons de février 1954 à janvier 1955 avec 39 épisodes au total. Contrairement à des shows télévisés de space-opéra comme TOM CORBETT, SPACE CADET et CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS, la série ROCKY JONES, SPACE RANGER (notez les nuances de ces trois titres, au passage) gagne en postérité puisqu’elle n’était pas diffusée en direct mais elle était pré-filmée et pré-montée, comme toutes les séries TV actuelles (et même comme la plupart des émissions TV). En plus de lui faciliter une meilleure conservation face au temps, ce format a également permis à la série de développer des effets spéciaux plus élaborés, des tournages en extérieures, et évidemment de multiplier les prises.

L’intrigue de ROCKY JONES, SPACE RANGER : Elle est basée sur les exploits de Rocky Jones, le plus connu des Rangers de l’espace. Ceux-ci sont les policiers de l’espace, patrouillant depuis la Terre jusqu’aux différents mondes du système solaire, et ceci dans un avenir pas trop lointain. Rocky et son équipage voyageaient à bord d’une fusée verticale à réaction chimique, un peu similaire au missile V-2 (plus tard, il piloteront une sorte de Silver Moon XV-3), lors de missions vers la Lune et autres astéroïdes…

14062808191915263612350314 dans Série TV

Rocky Jones est incarné par le jeune comédien Richard Crane qui fera par la suite de nombreuses apparitions dans des programmes télévisés populaires de science-fiction ou autres, comme COMMANDO CODY : SKY MARSHAL OF THE UNIVERSE, LONE RANGER ou LASSIE.

Les trente-neuf épisodes de la série ROCKY JONES, SPACE RANGER ne durent chacun que 30 minutes et vous pourrez en consulter aisément un certain nombre sur YouTube. Vous en trouverez aussi des versions remontées, nettement plus longues, au format du long-métrage classique, puisque certains épisodes étaient parfois constitués de trois parties à suivre. Voici des titres d’épisodes qui nous laisseront rêveurs : « Beyond The Curtain Of Space » – « Rocky’s Odyssey » – « Escape Into Space » – « The Pirates Of Prah » – « The Forbidden Moon » – « Vena And The Darnamo » – « Inferno In Space » – « Crash Of Moons » – « Out Of This World » – « The Trial Of Rocky Jones »…

Image de prévisualisation YouTube

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 /Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Captain Video and his Video Rangers

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS (1949-1955)

CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS (1949-1955) dans Science-fiction 14012708415615263611933240

CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS

14062107585215263612333227 dans Série TVNous abordions déjà les vieux shows télévisés américains de science-fiction préfigurant les séries TV actuelles, au sujet de TOM CORBETT, SPACE CADET dont les comédiens intégraient les sponsors des programmes dans leurs dialogues, dans la seconde partie de notre article dédié aux RADIO HORROR SHOWS. CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS (1949-1955) fut son concurrent direct.

L’intrigue : Située dans un avenir lointain, la série suivait les aventures d’un groupe de combattants luttant pour la vérité et la justice (trompettes !) : les Video Rangers, dirigés par le Capitaine Vidéo. Dans leurs uniformes issus des surplus de l’armée américaine avec des éclairs cousues dessus, les Rangers scrutaient l’espace (avec la main au-dessus des yeux) et à partir d’une base secrète sur le sommet d’une montagne. Le capitaine Vidéo recevait ses ordres du commissaire de la Sécurité publique, dont les responsabilités comprenaient l’ensemble du système solaire ainsi que des colonies humaines sur les planètes gravitant autour d’autres étoiles.

14062108011215263612333229 dans TrapardCapitaine Vidéo a été le premier héros science-fictionnel conçu par Larry Menkin pour la télévision. Le frère jumeau de Robby, j’ai nommé Tobor le Grand, était aussi un des personnages réguliers du programme, et il représente, par la même occasion, la première apparition d’un robot en direct dans un show télévisé de science-fiction, bien que son nom dans la série fut modifié en un simple « Robot » au lieu de son inversion phonétiquement célèbre de « Tobor ».

Un grand nombre d’épisodes ont été tournés, d’une durée de 10 à parfois 30 minutes chacun, et comme pour TOM CORBETT, SPACE CADET, les producteurs utilisaient des sponsors, pour un public plutôt jeune comme c’était le cas avec les friandises « Power House ». La majorité des épisodes ont été perdus exceptés quelques uns dont une version longue que vous pourrez visionner à la fn de cet article.

Les premiers épisodes étaient assez pauvres scénaristiquement parlant, mais à partir de 1952 cela s’est amélioré grâce à l’intervention de grandes plumes de la science-fiction actives à cette époque, comme Jack Vance ou Arthur C. Clarke. D’autres auteurs bien connus ont aussi participé de temps à autre aux scénarios du programme comme Isaac Asimov ou Robert Sheckley. Un des écrivains les plus prolifiques pour le show fut Maurice C. Brachhausen, qui écrivait sous le pseudonyme de MC Brock.

14062108003015263612333228

Suite au succès de la série, un spin-off fut lancé en 1951 pour le cinéma sous la forme d’un serial réalisé par Spencer Gordon Bennet et Wallance Grissell et produit par Sam Katzman : CAPTAIN VIDEO : MASTER OF THE STRATOSPHERE. Vous trouverez ici le premier épisode du serial (ainsi que les liens des épisodes suivant dans la barre de consultation à droite de la vidéo).

Enfin, pour conclure, voici une version remontée d’environ 57 minutes du show télévisé, CAPTAIN VIDEO AND HIS VIDEO RANGERS.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 /Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG

 



ALMOST HUMAN : SAISON 1

ALMOST HUMAN : SAISON 1 dans Science-fiction 14012708415615263611933240

14032605012215263612098063 dans Série TV

Synopsis 

Dans un futur proche, la police de Los Angeles emploie des androïdes à la plastique semblable aux humains. John Kennex perd un de ses collègues et sa jambe lors d’une mission-piège tendue par la mystérieuse organisation, le Syndicat. Après 17 mois de coma, le policier s’efforce de rassembler ces souvenirs dans l’espoir de pouvoir venger son ami et retrouver sa bien-aimée disparue. Entretemps, il lui faut reprendre du service. Son retour est d’autant plus difficile qu’il lui faut faire équipe avec un de ces robots très attachés au règlement. Lui est alors exceptionnellement assigné un ancien modèle, retiré du marché suite à quelques défaillances…

J.J. Abrams et son équipe de production Bad Robot sur une nouvelle série de science-fiction, déjà, ça accroche son public. Si en plus on ajoute Karl Urban en tête d’affiche, là ça fait frémir plus d’un cerveau. On l’avait annoncé comme LA série à ne pas rater en cette année 2013/2014, maintenant qu’elle s’est terminée, était-ce vraiment le cas ? C’est ce que nous allons découvrir ensemble.

Accrochez-vous bien à votre déjeuner, c’est parti !

14032605023315263612098064 dans Skarn

ALMOST HUMAN, une création originale

C’est plutôt rare pour être souligné : ALMOST HUMAN vient tout droit du cerveau torturé de son créateur J.H. Wyman et n’est donc pas basé sur un roman ou un film existant. Wyman n’est pas un petit nouveau dans le domaine puisqu’on lui doit entre autre quelques épisodes de FRINGE. Au moins on ne pourra pas lui reprocher d’avoir sali une œuvre littéraire ou cinématographique. À la barre de la production, un petit newbiz : J.J. Abrams. Déjà connu des sériephiles pour son travail sur FELICITY, ALIAS ou LOST, mais également au cinéma pour ces ovnis CLOVERFIELD, SUPER 8 ou les nouvelles adaptations de STAR TREK. En tête d’affiche, Karl Urban (LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, RIDDICK, STAR TREK) incarne John Kennex, un flic blessé lors d’une intervention qui va tout faire pour comprendre les circonstances du traquenard dans lequel il est tombé. Il est accompagné pour cela de Dorian, un androïde retiré du marché suite à un disfonctionnement et interprété ici par Michael Ealy (UNDERWORLD : NOUVELLE ÈRE, CALIFORNICATION). Autour d’eux gravitent leurs autres collègues : Rudy, Mackenzie Crook (PIRATES DES CARAÏBES, GAME OF THRONES), Lili Taylor aka Maldonado (NÉ UN 4 JUILLET, HANTISE) ou encore la très jolie Minka Kelly, Valerie Stahl à l’écran (LE MAJORDOME, FRIDAY NIGHT LIGHTS).

Vous l’aurez compris, la Fox à misé gros en plaçant un casting de choix sur cette série. À ce niveau là, on commence plutôt bien.

14032605033715263612098065

La Science-Fiction à son plus haut niveau…

L’univers d’ALMOST HUMAN est propre. L’univers d’ALMOST HUMAN est beau. L’univers d’ALMOST HUMAN est coloré. Tout va pour le mieux dans l’univers d’ALMOST HUMAN. Du moins, en apparence… Si la ville de Vancouver est ici habillement mise en valeur par des couleurs chatoyantes et des néons, il n’en est pas de même pour les bas quartiers. On y trouvera facilement ses bars louches et ses ruelles dangereuses. Bref, une mégapole somme toute très logique dans laquelle vont évoluer les personnages de la série. Là encore, on n’échappe pas aux clichés habituels : les riches sont surprotégés, et les pauvres côtoient les malfrats au milieu de la crasse. C’est là d’ailleurs que nos enquêteurs trouveront la plupart des réponses à leurs intrigues, aidés par des indics de tout genre.

14032605044215263612098066

Mais tellement convenue…

Dès les premiers épisodes, les technologies futuristes sont mises en avant dans les crimes commis. On appréciera donc les sprays permettant de masquer son visage des écrans de surveillance, les bombes d’ADN qui permettent de tromper les résultats des tests ou encore les très jolies androïdes qui se promènent le long des rues avec leur sac à main. Heureusement, la police possède également une batterie de possibilités technologiques leur permettant de mener leurs enquêtes à bien. Parmi celles-ci, on trouvera les androïdes, bien entendu, mais également quelques collaborateurs génétiquement modifiés pour appartenir à l’élite. Tout cela mis bout à bout, les enquêtes de nos joyeux héros seront donc du meilleur goût.

14032605054315263612098067

Et tellement vide !

Quand on voit les moyens développés par la Fox pour mettre en avant cette série, on pourrait se dire qu’on va avoir droit à une saison d’exception. Et pourtant, c’est loin d’être le cas. Passés quelques épisodes où l’on présente les technologies futuristes de l’univers d’ALMOST HUMAN, il ne reste que des enquêtes convenues, voire même quelque peu plagiées. On aura donc droit à l’enquête sur les Sex Bot (tiens donc), au trafic de drogue (ben voyons), à la prise d’otages dans un immeuble clos (DIE HARD, man !) et même au jeu mortel avec collier piégé (le Jigsaw en rit encore). Bon, je vous l’accorde, tout ceci pourrait être pas mal si les épisodes étaient liés entre eux par une ligne conductrice, ce qui n’est pas le cas ici. La recherche de la vérité sur la compagne de Kennex disparait dès les premiers épisodes pour revenir vers la fin de la saison. Une esquisse de liaison entre Sthal et lui ne restera qu’une esquisse, et on voit parfois des personnages apparaître et disparaître derrière un hypothétique mur qui abrite… on ne sait quoi. C’est bien simple, on ne comprend rien à l’histoire, et ce n’est pas le final season qui tient en haleine.

14032605064915263612098068

Quelques bonnes raisons d’apprécier ALMOST HUMAN, saison 1

  • Vancouver : très jolie représentation de la ville.
  • Les technologies : les bombes ADN, les prothèses ou encore les androïdes du type de Dorian.
  • Karl Urban : il fera le bonheur de ces dames.
  • Minka Kelly : elle des hommes. L’inverse est également possible.
  • Et puis c’est tout : et c’est là le problème…

14032605075315263612098069

Conclusion personnelle

ALMOST HUMAN avait tout pour plaire… sur le papier. Bons acteurs, bonnes idées, bons décors, et même bons scénarii. Oui mais voilà, rien de tout cela n’est cohérent. Les épisodes se suivent sans queue ni tête, on a même parfois l’impression qu’ils sont diffusés dans le désordre. Il n’y a aucune suite logique à la relation qu’entretiennent les personnages (et pourtant il y avait matière à travailler le sujet entre Kennex et Dorian, ou Kennex et Stahl). Au final, cela se ressent dans le jeu d’acteur, même eux n’ont pas l’air d’y croire.

Une grosse déception donc.

NotaSkarn : 08/20

- Skarn -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 /Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



LOST GIRL : SAISON 4

LOST GIRL : SAISON 4 dans Fantastique 14012708415615263611933240

14031906160415263612078154 dans Série TV

Synopsis

Depuis trop longtemps, Bo est un succube qui s’ignore, aspirant l’énergie sexuelle de ses proies pour restaurer ses propres forces. Quand elle découvre sa vraie nature et l’existence d’une communauté secrète dont elle est issue, la jeune femme préfère garder son indépendance, refusant de se plier aux règles de ce monde composé de deux clans rivaux. Alors qu’elle apprend encore à maîtriser ses instincts meurtriers, Bo peut compter sur son amie Kenzi pour l’aider à s’adapter au mode de vie des humains. Ensemble, elles tentent de voler au secours de la veuve et de l’orphelin. Bo ne perd pas pour autant de vue son objectif : découvrir le secret de ses origines.

Après trois saisons hautes en surprises, rebondissements et autres bons moments, voici venir la quatrième saison de la série canadienne à succès qui enfreint toutes les règles. Réserve-t-elle encore autant de surprises ? Les années vont-elles altérer le charme de ses actrices et acteurs ? Fera-t-il beau demain ? Vous le découvrirez à la fin de l’article.

Partants pour découvrir avec moi les aventures sexy des Faes ? Oui ? Accrochez-vous bien à votre déjeuner, c’est parti !

14031906171715263612078157 dans Skarn

LOST GIRL, la série qui ose

Avant d’attaquer la saison 4, il est bon de faire un rapide rappel des saisons précédentes et de ce qu’est LOST GIRL.

La série présente pléthore de chimères : du succube à la goule, du lycanthrope au vampire, rien ne vous sera épargné. Ses monstres se divisent en deux clans : les Fées de l’Ombre et celles de la Lumière. Seule Bo ne se soumet pas aux règles de cet univers et préfère garder son indépendance. Ce petit monde est soumis à des lois et des hiérarchies dignes, dirigé par le Frêne pour la Lumière et la Maurrigan pour leur adversaire. Ses membres évoluent au beau milieu des humains sans que ceux-ci ne s’en aperçoivent grâce à une organisation plutôt habile des Fées. Bien évidemment, il arrive parfois que ce mécanisme bien huilé déraille, pour notre plus grand plaisir. Bo et Kenzi évoluent en tant qu’enquêteurs privés spécialisés dans les enquêtes impliquant les fées, et sont épaulées par un lycan et une sirène flics placés là pour masquer les affaires aux yeux des humains.

En choisissant un succube en tant que personnage principal, les auteurs ont pris le parti de jouer sur la carte sexy du personnage. Bo se nourrit d’énergie sexuelle, c’est un besoin vital pour elle. Et pour cela, elle joue de ces charmes, exhibant des tenues plus affriolantes les unes que les autres, et traquant ses proies sans retenue aucune, qu’elles soient masculines ou féminines. Car oui, c’est là toute l’ambiguïté d’un succube. Si celui-ci ne peut se passer de sexe pour vivre, il n’est pas moins doté de sentiments. Et en ce qui la concerne, Bo est tiraillée entre son amour pour Dyson le lycan et Lauren l’humaine. Triangle amoureux et quiproquos sont de rigueur donc, mais ajoutez à cela la nécessité du succube de se nourrir alors que ses deux amours sont loin, et vous comprendrez aisément la situation délicate dans laquelle il peut se trouver parfois.

Les sentiments gay sont donc très présents (peu sont capables de résister aux charmes du succube), et si les scènes de « repas » sont présentes, on est très loin ici des scènes de nu que l’on peut trouver dans certaines séries. Ici les tableaux sont plus érogènes qu’érotiques. Pas l’ombre d’un téton, même dans les rapports lesbiens. Pas un poil qui dépasse quand l’homme se fait loup. Tout est filmé habilement et délicatement, de manière à attiser nos sens sans les gaver. Bref, ça charme.

Chaque saison est habilement menée sur une trame principale : recherche familiale pour Bo, combat contre un démon majeur… Tous les personnages y jouent un rôle important et sont très présents car peu nombreux.

14031906181915263612078158

Un casting sexy

Autant vous le dire tout de suite, quelque soit votre sexe et votre attirance sexuelle, vous ne pourrez pas rester de marbre devant un tel casting. Dans le rôle principal : Anna Silk, vue dans quelques épisodes de séries de seconde zone. Une plantureuse brune, sexy au possible, qui incarne Bo le succube. Déjà, ça en impose : avec elle on tombe directement sous le charme. Ses collègues ne dérogent pas à la règle : Kristen Holden-Ried le loup (K-19, LES TUDORS, UNDERWORLD), charismatique à souhait, fera chavirer le cœur de la gent féminine. Ksenia « Je me noie dans tes yeux » Solo incarne habilement Kenzi l’humaine amusante et (pas si) stupide. Zoie Palmer sacrée meilleur interprète de personnage Lesbien/Bi à Rick Howland, acteur de petite taille mais au talent immense. Car si les moyens financiers ont été limités au début du tournage, cela a forcé les acteurs à donner le meilleur d’eux-mêmes, et sur le coup LOST GIRL est un véritable concentré de talent. Chaque personnage y est incarné avec finesse et conviction, des principaux aux secondaires. Tous évoluent de manière naturelle dans le monde créé pour leurs soins.

14031906192215263612078159

La saison du renouveau

Avec cette nouvelle saison de LOST GIRL, il faut s’attendre à pas mal de changement. Toute l’organisation des Faes à en effet été mise à mal lors de la saison précédente. Finies donc les guéguerres entre le Frêne et la Maurrigan. Si les personnages existent toujours, ils ne gardent leur titre que pour le principe. Ce sont en effet les Una Mens qui dictent à présent leurs lois, et ils ne font pas dans la dentelle (et question dentelle, je ne risque pas de Calais… Hum, ok je sors !). Le spectateur aura donc tout le loisir de découvrir ou redécouvrir des nouveaux personnages hauts en couleur, et pas des moindres.

Et oui, LOST GIRL est devenue une série professionnelle à succès, et à ce titre elle peut se permettre d’inviter des acteurs connus (c’était déjà le cas avec la saison 3, mais de manière très marginale). Revoici donc pour votre plus grand plaisir Acacia incarnée par Linda Hamilton (dois-je encore la présenter ?), mais également Clio, Mia Krishner que l’on a vu dans DEFIANCE ou VAMPIRE DIARIES. Ce n’est pas terminé, Kyle Schmid l’ancien vampire de BLOOD TIES et surtout George Takei (dois-je vraiment le présenter), s’offrent le luxe d’y apparaitre.

LOST GIRL, avec cette saison, prend un nouveau départ avant même d’avoir lassé ses fans. Et rien que ça, c’est un gage de qualité.

14031906202415263612078160

Une originalité qui n’est plus à démontrer

Une dimension en forme de train à vapeur, un indic planté dans le sol ? N’en jetez plus, vous êtes dans l’univers de LOST GIRL. Et pour cette saison, les téléspectateurs vont encore être surpris tout au long de la saison. Du côté bestiaire, on ne sera pas en reste puisqu’on aura l’occasion de croiser des jumpers, des sirènes et autres réjouissance. Chaque fois ce sera l’occasion de confrontations qui sortent de l’ordinaire (combat de break dance, 50m nage libre…) dans des dimensions toutes plus barges les unes que les autres. Mention spéciale pour la fabrique de bonbons…

14031906212915263612078161

I’m sexy et I know it !

LOST GIRL est également restée sexy, très sexy. Si les premières apparitions de Bo trahissent encore la grossesse récente de son interprète, cela ne durera pas. Et ses conquêtes n’en sont que plus appréciables encore tout au long de cette saison, Tamsin elle-même aura bien du mal à résister au charme du succube.

14031906223015263612078162

Quelques bonnes raisons d’apprécier LOST GIRL saison 4

  • Les acteurs : ils sont tous bons. Pas une seule fausse note au cours de la saison.
  • L’originalité : l’univers de LOST GIRL est vaste, varié, voir même parfois totalement barré.
  • Les invités : ils sont nombreux et connus. Pour un épisode ou plusieurs, ils apportent un peu de fraîcheur.
  • Les yeux de Ksenia Solo : bah regardez la photo, vous serez convaincus.
  • Et ceux d’Anna Silk : même si on a parfois du mal à la regarder dans les yeux.

14031906233115263612078165

Conclusion personnelle

Encore une très bonne saison de LOST GIRL même si sur la fin, un épisode un peu fouillis gâche un peu le tableau. Le reste est magistral.

NotaSkarn : 17/20

- Skarn -

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 /Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DOCTOR WHO (2005) : SAISON 4

DOCTOR WHO (2005) : SAISON 4 dans Science-fiction 14012708415615263611933240

14031205165315263612057528 dans Série TV

Synopsis

Extraterrestre de 900 ans, le Docteur est un aventurier qui voyage à travers le temps et l’espace à l’aide de son vaisseau, le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space), qui, pour mieux s’adapter à l’environnement, a l’apparence d’une cabine téléphonique. Le Docteur voyage en compagnie d’une jeune fille. Ensemble, ils font de nombreuses rencontres sur les diverses planètes qu’ils explorent…

Après trois saison aussi bonnes les unes que les autres, je ne pouvais pas abandonner les aventures du Docteur. L’épisode Spécial Noël qui ouvre le bal est d’ailleurs une perle à lui tout seul, d’autant qu’il comporte une Guest Star digne de ce nom : Kilie Minogue elle-même. Et force est de constater que la bougresse n’a pas que des talents de chanteuse (oui, ok, on oubliera très vite Street Fighter). Le reste de la saison sera-t-il à la hauteur de cet épisode spécial ? Les nouveaux acteurs seront-ils aussi bons que dans les saisons précédentes? Mais surtout, les frites sont-elles meilleures avec ou sans mayo?

Êtes-vous prêts à explorer l’Univers du Docteur Who avec moi ? Oui ? Accrochez-vous bien à votre déjeuner, c’est parti !

14031205182615263612057529 dans Skarn

Nouvelle saison, nouvelle compagne

Et oui, Martha n’aura fait qu’un bref passage en tant que compagne du Docteur, mais elle l’aura fait avec brio. Pour cette saison, voici venir Dona Noble. Ou plutôt : voici revenir, puisqu’elle était déjà créditée au générique de l’épisode Spécial Noël de la saison précédente. Dona Noble, donc, est incarnée à l’écran par Catherine Tate, une actrice, scénariste et humoriste britannique surtout connue pour animer un show sur la chaine BBC outre Manche. Elle rejoint le casting de DOCTOR WHO en tant qu’invitée lors de l’épisode spécial de la saison 3 et devient la compagne officielle du Docteur pour cette saison. On l’a vue également dans différentes productions TV ou cinéma, dans LOVE (et ses petits désastres) ou Les VOYAGES DE GULLIVER par exemple. Autant être honnête, si Catherine Tate est connue au pays du brouillard permanent, il n’en est pas de même chez nous.

Qui dit nouvelle compagne, dit nouvelle famille de compagne. On aura donc le plaisir de croiser la route de Bernard Cribbins déjà apparu dans DOCTOR WHO Classic, mais aussi dans CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR, et même dans CASINO ROYALE version 1967. Il incarne ici le grand-père de Dona. Jacqueline King fait également plusieurs apparitions tout au long de la saison, elle y interprète la mère de Dona. On l’a déjà croisée dans I LOVE YOU PHILLIP MORRIS ou 55 DEGRÉS NORD.

Mais au rayon des acteurs récurrents, nous aurons la joie de revoir certains personnages des saisons précédentes : Billie Piper et Freema Agyeman croiseront régulièrement la route du Docteur et de Dona, pour le plus grand plaisir des fans.

14031205193315263612057530

Les jours se suivent…

On avait vu une cassure lors de la saison précédente. La série avait atteint sa maturité visuelle en passant à un niveau plus professionnel. Rassurez-vous, c’est encore le cas tout au long de cette quatrième année, voire même plus encore. Le niveau des effets spéciaux est en effet encore accru, et l’on a parfois l’impression de se trouver devant une production cinématographique hollywoodienne. L’épisode « Le Chant des Oods » en est un très bon exemple avec ses montagnes et pics enneigés d’une grande beauté. « La Bibliothèque des Ombres » est également d’une beauté architecturale à couper le souffle.

Cette explosion visuelle est également vraie pour les effets spéciaux composants les aliens. On est vraiment passé à quelque chose qui n’a pas à rougir de ce qu’on trouve au cinéma. Seul l’épisode 7 « Agatha Christie mène l’enquête » est un peu en deçà, mais il se rattrape grâce à un scénario sans faille.

14031205205115263612057531

… Et ne se ressemblent pas

On avait pris l’habitude de voyager avec le Docteur et sa compagne entre le passé et leur rencontre avec des personnages historiques et les épisodes contemporains et futuriste un peu plus « science-fiction ». Sachez que cette oscillation entre les histoires n’est pas conservée pour cette saison. Ou presque, car seul l’épisode « La Chute de Pompéi » garde un côté véritablement historique. Ce sera d’ailleurs l’occasion de croiser deux personnages qui prendront un rôle important dans la suite de la série, je vous laisse le soin de les découvrir. Au rayon voyage dans le passé, le Docteur fera visiter à Dona les plaines anglaise des années vingt et fera la connaissance d’Agatha Christie avec qui ils mèneront une enquête hors norme.

Le reste de la série se passera souvent dans le présent, surtout pour la trame principale, mais également parfois dans le futur pour garder une trame de science-fiction et découvrir des personnages hauts en couleur.

14031205220415263612057532

Des épisodes d’une qualité hors norme

Tout est dit dans le chapeau, ai-je besoin de développer ? Bon d’accord, je m’y colle. Tous les épisodes de cette saison, j’ai bien dit tous, frôlent la perfection que ce soit pour leur côté humoristique, la musique qui accompagne nos héros, ou le scénario qui compose l’épisode.

Ainsi, qu’on apprécie ou pas les acteurs qui forment le casting de cette saison, on ne restera pas de marbre devant l’humour d’un épisode comme « Le Retour de Dona Noble ». Sa retrouvaille avec le Docteur, tout en mime, est à hurler de rire. Les mélomanes seront ravis d’entendre « Le Chant des Oods », triste et captivant à la fois. Coté scénarii, on retiendra A.T.M.O.S ou l’excellent double épisode final bien torturé.

Mais cette saison sera également l’occasion pour le Docteur de croiser des personnages qui prendront une place particulière dans ses cœurs. On ne restera pas insensible à sa rencontre avec sa fille dans l’épisode « La Fille du Docteur », très émouvant. On cherchera à comprendre qui est la mystérieuse Professeur River Song que le docteur croisera dans « La Bibliothèque des Ombres » et qui semble en connaitre beaucoup sur lui.

14031205230915263612057533

Bon alors, c’est une série sans faille ?

Eh bien toujours pas. Et c’est seulement dû à une chose : Catherine Tate. On a beau essayer, pas moyen de s’attacher à son personnage. D’ailleurs les showrunners ont dû s’en rendre compte puisqu’ils font régulièrement appel à Rose et Martha tout au long de la saison pour donner aux spectateurs des vraies compagnes dignes d’intérêt. Car il faut l’avouer, Dona n’a pour elle que son côté humoristique et rien d’autre, là ou les anciennes compagnes ne se sont pas cantonnées à des rôles de potiches. Et cette saison les verra d’ailleurs encore monter d’un cran dans leur importance dans la série.

Au rang des regrets, il manque également un épisode effrayant tels qu’on a pu le voir dans la saison 1 avec le Blitz ou dans la saison 3 avec les Anges. La Bibliothèque et ses fantômes essayent de nous faire frissonner, mais il faut avouer que ça ne prend pas.

Dommage donc, il ne manquait vraiment pas grand-chose pour que cette saison devienne la perfection.

14031205241515263612057534

Quelques bonnes raisons d’apprécier DOCTOR WHO saison 4

  • La diversité des thèmes toujours : un peu de passé, beaucoup de présent et d’avenir, on voyage dans le temps comme d’habitude.
  • La Fille du Docteur : non seulement elle est magnifique, mais en plus elle joue très bien. Pour l’anecdote, il s’agit de la femme de David Tennant. 
  • Freema Agyeman et Billie Piper : elles sont toujours aussi bonnes… actrices. Entre les deux votre cœur va balancer.
  • Le niveau des épisodes : difficile de faire un choix cette saison tant la qualité des épisodes est au rendez-vous à chaque fois.
  • L’épisode « La Terre volée » : puisqu’il faut en choisir un, celui-ci est peut-être un poil plus émouvant que les autres.

14031205251415263612057535

Conclusion personnelle 

N’étant pas fan du personnage de Dona depuis l’épisode Spécial Noël, mais surtout ayant beaucoup apprécié Martha, j’ai eu peur que pour cette quatrième saison la mayonnaise ait beaucoup de mal à prendre. Fort heureusement, grâce aux nombreux épisodes forts en émotion (grâce au retour des anciens, mais également du fait de scénarii très forts), j’ai apprécié cette saison du début à la fin sans aucun temps mort. Celle-ci offre les épisodes les plus prenants que la série ait proposée à ses fans, pour le moment du moins.

NotaSkarn : 17/20

- Skarn -

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 /Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DOCTOR WHO CLASSIC : SAISON 2

DOCTOR WHO CLASSIC : SAISON 2 dans Science-fiction 14012708415615263611933240

14021904522115263611996256 dans Série TV

Synopsis

Le Docteur, un extraterrestre de la race des Seigneurs du Temps (Time Lords) originaire de la planète Gallifrey, voyage à bord d’un TARDIS (Time And Relative Dimension In Space, Temps À Relativité Dimensionnelle Inter Spatiale en français), une machine pouvant voyager dans l’espace et dans le temps. Particulièrement attaché à la Terre, il est régulièrement accompagné dans ses voyages par des compagnons, pour la plupart humains et féminins.

Poursuivant ma quête à travers le Temps et l’Espace, j’ai suivi le Docteur pour la suite de ses aventures épiques. Après une première saison à découvrir par curiosité, j’ai donc embrayé sur la seconde, sans à-priori, mais également sans grande conviction. DOCTOR WHO Classic perd-t-elle son coté théâtral ? Le casting tient-il encore la route ? Mais surtout, poulet ou rosbeef ce midi ? Bref, cette saison fera-t-elle mieux que sa grande sœur ? Réponse en bas de la chronique.

14021904532915263611996257 dans Skarn

Un casting similaire

Passer de la première à la seconde saison de DOCTOR WHO Classic, c’est un peu comme passer de la cuisine au salon. On change de pièce, mais on reste dans la même maison. La série n’ayant pas véritablement amorcé de trame principale lors de sa première année d’existence, on ne sera pas surpris par sa continuité. Ce n’est qu’un peu plus tard dans la saison que de nouveaux personnages récurrents vont faire leur apparition. Une nouvelle compagne va rejoindre la petite troupe en la personne de Vicki. Celle-ci est magistralement incarnée par Maureen O’Brien, une jeune actrice de 21 ans qui n’a pas encore brillé à l’écran avant ce rôle, et ne brillera plus ensuite. On aura également l’occasion de faire la connaissance avec Steven, dont l’interprète Peter Purves ne fera pas mieux que sa consœur.

Quelques nouvelles têtes apparaîtront donc à l’écran, une fois encore le choix du casting pour ces nouveaux personnage est judicieux, on ne notera pas d’erreurs d’interprétation le long des épisodes qui compose cette deuxième année d’aventure du Docteur.

14021904542815263611996258

Similitudes et classicisme

À l’instar de sa grande sœur, cette seconde saison fait varier l’intrigue de ses épisodes entre plusieurs étapes historiques et d’autres plus axées sur la science fiction. Notre petit groupe de héro croisera donc la route de Néron ou Richard Cœur de Lion, mais également celle des Daleks ou des Zarbi lors d’aventures hautes en couleur.

Pourquoi changer une recette qui fonctionne puisqu’elle fonctionne ? DOCTOR WHO Classic saison 2 ne fait pas dans l’originalité puisqu’elle reprend intégralement les codes de sa grande sœur en ajoutant ou changeant toutefois quelques nouveaux personnages, pour la plus grande joie des fans.

On reste également dans le découpage de la saison précédente : plusieurs épisodes d’une vingtaine de minutes regroupés en Arc, un Arc variant de deux à six épisodes. Encore une fois, rien de nouveau donc.

14021904553415263611996259

Le théâtre sur petit écran

On l’avait vu avec la première saison, c’est encore vrai avec celle-ci : le jeu d’acteur du Docteur et de ses compagnons est plus proche du théâtre que de des séries télévisuelles comme on peut en voir de nos jours. Là encore on conserve un rythme assez lent, des effets spéciaux très limités et des passages parfois un peu surjoués, mais vu qu’il était de rigueur à l’époque de mettre en avant ce genre de pratique afin d’attirer l’attention vers les acteurs eux-mêmes.

Cette saison est donc conforme aux standards de l’époque, tout comme la première l’était.

14021904563715263611996260

DOCTOR WHO Classic saison 1.5

On ne va pas tourner autour du pot très longtemps, cette saison pourrait être incluse dans la première, ou même y être intercalée sans que le spectateur néophyte ne s’en rende compte. Ne cherchez pas de trame principale à la série, il n’y en a pas. On revoit juste quelques aliens connus qui font leurs apparitions de temps en temps, mais pas d’histoire qui tienne en haleine le long de la saison. L’avantage, c’est qu’on peut arrêter et reprendre à loisir la diffusion de la série.

14021904574215263611996261

Quelques bonnes raisons d’apprécier DOCTOR WHO Classic saison 2

  • Le Tardis : le concept du Tardis en lui-même est une véritable bonne idée : les scénaristes peuvent faire évoluer les mêmes personnages à travers le temps et l’espace : une source de possibilités infinie.
  • Les Daleks : lors de leur première rencontre avec le Docteur, ils sont cruels, mais maladroits (certainement car très difficiles à diriger). Il est parfois amusant de les voir peiner à appliquer leur ventouse au bon endroit.
  • Maureen O’Brien : charmante dès sa première apparition. Vicki est également moins « potiche » que Suzan.
  • La nostalgie : pour tous ceux qui aiment la Science-Fiction à l’ancienne, difficile de résister à la découverte de cette série.
  • La curiosité : tout simplement. Une longévité comme celle de DOCTOR WHO, ça force le respect. Du coup, on a envie de découvrir pourquoi elle a eu autant de succès.

14021904584215263611996264

Conclusion personnelle

On affaire là à une saison très inégale, tant dans la qualité technique que dans celle des scénarii. On oscille en effet entre le très bon (l’Arc sur les Dalek par exemple), et le franchement mauvais (« The Web Planet »). Ce n’est pas le changement de compagnon du Docteur qui va relever la donne, même si Vicki est beaucoup moins potiche que Susan.

Cela dit, on ne peut pas demander à une grand-mère de courir un marathon, c’est donc plus par curiosité que l’on suivre cette saison.

NotaSkarn : 10/20

- Skarn -

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 /Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DRACULA : SAISON 1

DRACULA : SAISON 1 dans Fantastique 14012708415615263611933240

14021207023615263611976205 dans Série TV

Synopsis

Dracula arrive dans le Londres de l’époque Victorienne, affirmant pouvoir y apporter la science moderne. En réalité, le célèbre vampire y est venu se venger de ce peuple qui a ruiné sa vie quelques siècles auparavant. Mais son sombre dessein est contrarié par… une jeune femme, dont il s’éprend éperdument et qui semble être la réincarnation de sa défunte épouse.

Grand fan du Vampire depuis de nombreuses années, j’ai tout de suite été emballé à l’idée d’une adaptation en série télé. Les trailers alléchants et un acteur très charismatique n’avaient fait qu’attiser mon envie. On avait en effet rien vu depuis la version magistrale de Francis Ford Coppola de 1992 (déjà), ou en tout cas rien de véritablement transcendant.

Alors, ce DRACULA version 2013 tient-il la comparaison avec son grand frère cinématographique ? Les acteurs choisis réussiront-ils à nous faire oublier les grands noms de la dernière adaptation ? Mais surtout, dois-je repeindre mon salon ou remettre du papier ?

Réponse, à la fin de cette critique.

14021207035815263611976206 dans Skarn

Cent ans d’histoire

Dracula, tout le monde connait. Mais puisqu’il est bon de faire une petite piqûre de rappel parfois, ne résistons pas au plaisir de réviser nos classiques. Dracula est né sous la plume de Bram Stoker en 1897. Dans ce roman épistolaire (genre littéraire dans lequel le récit se compose de la correspondance fictive ou non d’un ou de plusieurs personnages), l’auteur raconte l’histoire de Jonathan Harker, jeune clerc de notaire travaillant pour le compte de Mr Hawkins. Il est fiancé à Wilhelmina « Mina » Murray et doit se rendre en Transylvanie auprès du comte Dracula pour affaires. Il est loin d’imaginer que le comte est en fait un vampire rusé, dissimulant sa véritable nature, et souhaitant acheter une maison à Londres à Jonathan Harker.

Difficile de parler de Dracula en passant sous silence les deux cents adaptations cinématographiques qui ont suivi le succès du roman. Sans rentrer dans les détails (on pourrait écrire un livre complet sur le sujet), retenons tout de même la première version pellicule : DRAKULA HALÁLA de Károly Lajthay en 1921, très vite effacée par NOSFERATU LE VAMPIRE de Friedrich Murnau en 1922, véritable plagiat du roman car reprenant la trame mais en renommant les personnages pour éviter de payer les droits d’auteur. On pourra également citer le DRACULA version Bela Lugosi sorti en 1931, mais surtout le très connu LE CAUCHEMAR DE DRACULA avec Christopher Lee, en 1958.

Pour son adaptation la plus récente mais également la plus fidèle, c’est Francis Ford Coppola qui s’y colle avec un parterre d’acteur à vous couper le souffle : Gary Oldman, Winona Ryder, Anthony Hopkins, Keanu Reeves et bien d’autres. Coppola ne reprend pas le côté épistolaire du roman et se permet même quelques liberté, mais ce film remportera tout de même l’avis favorable du public, et quelques récompenses dont trois Oscars et cinq Saturn Awards.

Avec près de deux adaptation par an depuis sa sortie, on peut dire que Dracula est un véritable succès sur grand écran, reste à voir s’il en sera de même pour la série.

14021207053115263611976207

Un casting alléchant

S’il est bien une chose qu’on ne pourra pas reprocher à la chaîne NBC, c’est son investissement sur le casting de la série. Pour incarner Dracula, la production à choisi Jonathan Rhys-Meyers. L’acteur irlandais a déjà eu l’occasion de montrer son joli minois sur les petits et grands écrans dans MICHAEL COLLINS, MISSION IMPOSSIBLE 3 ou LES TUDORS par exemple. À ses côtés, l’élégante mais novice Jessica De Gouw est Mina Murray. On l’a vu apparaitre brièvement au casting de Arrows et Underbelly. Son amie Lucy est interprétée par la ravissante Katie McGrath (EDEN, MERLIN ou les TUDORS), alors que c’est Oliver Jackson-Cohen (UN MONDE SANS FIN) qui prête ses traits à son fiancé Jonathan Harker .

On ne peut parler de Dracula sans aborder le personnage d’Abraham Van Helsing, c’est Thomas Kretschmann qui endosse ce rôle cette fois. On aura eu auparavant l’occasion de croiser le regard de cet acteur allemand dans de nombreux films, LA REINE MARGOT, LE PIANISTE, KING KONG ou DRACULA 3D dans lequel il interprète… le comte  Dracula himself. Reinfield apparaît également sous les traits impressionnants de Nonso Anozie (NANNY McPHEE ET LE BIG BANG, CONAN, GAME OF THRONES) alors qu’un personnage ne faisant pas partie ni du roman ni des films est présent : Lady Jayne Wetherby, Victoria Smurfit dans la vraie vie ( IVANOHÉ, LA PLAGE, SCOTLAND YARD, CRIMES SUR LA TAMISE).

Si le casting réunit des visages connus et plus marginaux, on ne pourra toutefois pas relever de fausse notes dans l’interprétation des ces personnages attachants.

14021207064415263611976208

Un univers revisité

Dracula, celui du roman, est un vampire sévissant en Transylvanie à la fin du XIXème siècle. Il achète l’abbaye de Carfax à Londres en usant de ses pouvoir sur R.M. Renfield tout d’abord, puis sur Jonathan Harker. À Londres, il tombera sous le charme de Wilhelmina Murray, une jeune institutrice et fiancée de Harker, qu’il mordra à plusieurs reprises pour lui transmettre sa malédiction et faire d’elle un vampire. Arès son évasion du château du comte, Harker prendra la tête d’un petit groupe composé, entre autres, de Mina, de Van Helsing, un docteur néerlandais voué jusqu’à la mort à sa lutte contre le mal et préalablement venu tenter de sauver Lucy. Son but : tuer le comte vampire pour éviter un sort funeste à sa dulcinée.

À quelques détails près, l’histoire est la même avec l’adaptation cinématographique de Coppola, le scénariste s’étant juste permis la liberté d’ajouter une relation amoureuse entre Mina et Dracula pour dramatiser un peu plus la situation. Pour la série, oubliez tout ce que vous avez vu ou lu jusque là. Harker est devenu journaliste et Dracula, sorte de Tony Stark victorien, est déjà à Londres et l’embauche dans son entreprise. Sa fiancée Mina poursuit des études de médecine auprès de Van Helsing qui est lui-même employé par le comte pour lui fournir la possibilité de supporter le Soleil. Reinfield est l’homme de main du comte et protège ses frasques avec Lady Jayne Wetherby qui fait partie d’un ordre secret visant à détruire les vampires. Seul le personnage de Lucy est fidèle à l’original, une blonde écervelée qui se laissera manipuler à outrance.

On le voit, les libertés prises par rapport à l’œuvre de Stoker sont surprenantes, et offrent un souffle nouveau au mythe de Dracula.

14021207080015263611976209

Très éloigné du Mythe

On est plutôt habitué avec Dracula à avoir une version très différente de celle d’origine tant les films sont divers, mais la plupart du temps il s‘agit d’histoire parallèles ou de suite plus ou moins anarchiques voire peu probable (Dracula maire d’une petite ville de vampire, ou Dracula dans l’espace par exemple). Ici, c’est véritablement l’histoire du roman qui est rebootée (ou remakée, j’ai du mal à suivre avec tous ces nouveaux termes «cinématographicorepompés»). Exit donc, Van Helsing combattant Dracula (quoi que…), oubliez les liens entre les personnages que vous aviez en tête, ne comptez pas non plus visiter la Transylvanie. Tout ici est à réassimiler à réinterpréter et à réapprécier. Reste tout de même le Londres Victorien, riche en couleur et tout en costume parcouru par ses chevaux et calèches. En cherchant bien, on en arriverait presque à croiser Sherlock Holmes au coin de la rue.
Ce côté visuel constituera un atout non négligeable pour les fans de l’époque car bien retranscrit avec ces fiacres, ses hommes sandwichs et ses montres goussets.

14021207091715263611976210

Une adaptation risquée

En prenant le parti de sortir totalement des codes de l’histoire originale, la NBC a pris un gros risque : celui de s’attirer les foudres des fans de la première heure. On aura en effet beaucoup de mal à accepter le fait que Van Helsing soit de mèche avec Dracula. C’est un peu comme si Sherlock Holmes s’alliait avec Moriarty ou si Napoléon se mettait à fricoter avec la reine d’Angleterre : quoi qu’on en dise, ça casse le mythe et ça change totalement l’histoire. Ajouter une société secrète influençant les bases même du monde à l’histoire apporte également un élément surprenant à l’univers de Dracula, un sentiment de manipulations constantes, de faux semblants courants et de guerres cachées exaspérantes. La Fox a décidé de garder l’attirance entre Dracula et Mina Murray, celle-ci est bien présente tout au long de la saison au grand dam de Lucy et Jonathan, mais c’est ici plus subtil que dans le film de Coppola, et c’est à force de manipulation que Mina tombera sous le charme du vampire.

DRACULA la série télé, c’est aussi du sang, beaucoup de sang. Et si les combats et les meurtres sont rares, ils sont violents, très violents, parfois trop violents, s’apparentant plus à une boucherie qu’à une chasse. Certains en seront rebutés.

Cette adaptation est donc très différente de ce que les spectateurs ont connu jusqu’à présent, c’est une donnée à ne surtout pas oublier avant de se lancer dans cette série.

14021207102315263611976211

Quelques bonnes raisons d’apprécier DRACULA, saison 1

  • Jonathan Rhys-Meyers : il a tout pour interpréter un bon Dracula : charisme, jeu d’acteur et physique sympa.
  • Le Londres victorien : magnifique époque, décors et costumes splendides, on a envie de traverser l’écran pour arpenter les rues de la ville. 
  • Katie McGrath : l’interprète de Lucy ne démérite pas. Belle, sexy et attirante, elle saura charmer le public.
  • Le casting : impeccable dans son ensemble, aucune fausse note à déplorer de la part des acteurs, connus ou non.
  • Nonso Anozie : un mastodonte qui fait penser à Michel Clark Duncan par sa carrure et sa prestance.

14021207113115263611976212

Conclusion personnelle

DRACULA commence mal, très mal. En choisissant de rebooter l’histoire, la NBC perd le spectateur. Celui-ci peine à s’y retrouver dans les nouvelles informations qu’il lui faut assimiler. Les premiers épisodes sont fades, inutiles et ne lancent par de trame pour la saison. C’est seulement dans ses derniers épisodes que l’on va enfin trouver quelques intérêts à suivre la série, le début étant bien trop inégal pour qu’on puisse en apprécier la saveur. Les acteurs sont très bons, mais on sent qu’il leur manque à eux aussi la passion de tourner, on a l’impression qu’ils se demandent parfois ce qu’ils font là.

Une saison très moyenne donc, dont seule la fin pourra relever le niveau.

NotaSkarn : 10/20

- Skarn -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 /Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



DOCTOR WHO (2005) : SAISON 3

DOCTOR WHO (2005) : SAISON 3 dans Science-fiction 14012708415615263611933240

14020505275315263611957582 dans Série TV

Synopsis

Le Docteur est en apparence un homme dynamique, courageux et drôle. Un homme tout à fait ordinaire, à ce détail près qu’il parcourt l’espace et le temps à bord de son vaisseau, le TARDIS, réglant toutes sortes de problèmes, combattant des monstres tous plus hideux et machiavéliques les uns que les autres, et sauvant au passage la Terre à plusieurs reprises. C’est cet énigmatique Docteur, seul rescapé de la destruction de la planète Gallifrey, dernier Seigneur du Temps, que Rose, vendeuse de lingerie fine dans un grand magasin londonien, décide de suivre dans ses missions périlleuses. Après une brève hésitation, elle accepte de partir avec le Docteur pour de nouvelles aventures, toujours aussi surprenantes, qui se déroulent hier, aujourd’hui, demain, ici, là-bas, ailleurs… Quelque part dans l’univers…

On continue d’explorer l’Espace-temps avec le Docteur pour une troisième année pleine d’aventures et de découvertes. Si j’ai été très enthousiasmé par les deux saisons précédentes, les modifications de casting auront-elles une influence sur ma perception ? Serais-je toujours autant mordu des aventures du Docteur et de sa compagne ? Mais surtout, est-il vraiment raisonnable de nos jours de livrer des croissants en scooter ?

Êtes vous prêts à explorer l’Univers du Docteur Who avec moi ? Oui ?

Accrochez-vous bien à votre déjeuner, c’est parti !

14020505290215263611957583 dans Skarn

1, 2, 3, changez de partenaire

Cette nouvelle saison permet d’introduire Martha Jones (sans mauvais jeu de mots), une nouvelle compagne pour le Docteur. La BBC a choisi, pour interpréter cette jolie demoiselle, une actrice que l’on a pu voir auparavant dans la série, dans un second rôle, pour l’épisode « L’Armée des ombres » : Freema Agyeman. Outre son apparition dans DOCTOR WHO, on la connait également pour avoir interprété un rôle dans la série britannique AFFAIRE NON CLASSÉE. Martha est non seulement une nouvelle compagne, mais c’est également la première assistante appartenant à une minorité ethnique à partager l’écran avec le Seigneur du Temps. Comme pour la précédente compagne du Docteur, Rose, la famille de Martha sera mise en avant tout au long de la saison, certains de ses membres en ayant parfois même un rôle clef. On trouvera donc aux côtés de la compagne, son père Clive (Trevor Laird qu’on a pu voir dans BABYLON), sa mère Francine (Adjoa Andosh, actrice d’origine ghanéenne vu dans INVICTUS), son frère Léo inconnu au bataillon mais surtout sa sœur Tish (Gugu Mbatha-Raw, à vos souhaits, vu dans TOUCH par exemple). On aura également l’occasion de croiser la route de Special Guest Stars bien connues comme Christina Cole (voir critique de HEX sur ce même blog), Miranda Raison [MI-5], Derek Jacobi (GLADIATOR, À LA CROISÉE DES MONDES, ou OTHELLO) ou encore Carey Mulligan (DRIVE, ORGUEIL ET PRÉJUGÉS). On aura également l’occasion de revoir certains personnages des saisons précédentes comme John Barrowman dans le rôle du Capitaine Jack Harkness qui fait une petite infidélité à TORCHWOOD pour faire un petit coucou au Docteur.

On le voit, le succès de DOCTOR WHO permet à la BBC de se payer quelques folies au niveau du casting.

14020505302015263611957584

L’histoire continue

Dans l’univers du Docteur, on avait l’habitude de voir une continuité plutôt agréable entre les épisodes et les saisons. Ce sera encore le cas cette fois, cependant on ne retrouvera plus cette impression de foutoir ou de bordel qu’on avait pu voir dans les deux premières saisons. Finies les rues sales et pleines de papiers, finis les couloirs encombrés : à de rares exceptions prêts, on est cette fois arrivé dans des décors propres et rangés, sauf quand le scénario oblige le contraire. Les filtres sont appliqués de manière systématique rendant l’image plus nette, plus lumineuse, rendant le tout à l’écran bien plus formaté encore que la saison précédente.

L’exception majeure à cet état de fait est l’épisode «L’Embouteillage sans fin » qui se passe dans un futur pollué et dont les bas fonds sont totalement abandonnés à ses habitants. On retrouvera donc les papiers volants, les déchets et détritus qui jonchent le sol, mais également la fumée de la pollution atmosphérique qui entoure les véhicules. Ce sera également dans cet épisode l’occasion de revoir quelques salles truffées de câbles électriques, mais tout ceci est dû au scénario de l’épisode et non à l’habitude de la série.

Heureusement, Martha et le Docteur continuent d’évoluer dans des environnements très divers, du passé au futur, et cette fois encore ils auront l’occasion de croiser des personnages célèbres des différentes époques. Si la diversité visuelle est donc moindre, celle des situations, elle, n’a pas changé.

14020505312515263611957585

Diversité et classicisme

Les deux premières saisons de DOCTOR WHO basaient leur force sur l’originalité des situations rencontrées par le Docteur et Rose. Une fois encore, nous aurons la joie de retrouver ceci tout au long de la saison. La série se permet même un petit jeu sympathique en emportant un hôpital terrien dans un cratère de la Lune pour les besoins d’un épisode. On retrouvera donc dans cette saison les indispensables rencontres entre le Docteur et sa compagne et diverses races aliens comme les Judoons, les nones chats et bien entendu les ennemis de toujours du docteur : les Daleks. Mais nous aurons également à faire cette fois avec des sorcières, des mutations génétiques, et même une conscience solaire lors de l’excellent épisode « Brûle avec moi ».

On retrouvera également les voyages historiques dans lesquels Martha aura la joie de croiser William Shakespeare lors d’un combat contre des sorcières, mais elle aura également l’occasion de visiter les États-Unis juste après le crash de 1929 où elle aura le loisir d’affronter les ennemis jurés du Docteur : les Daleks. Citons aussi l’excellent double épisode « La famille de sang » et « Smith, la montre et le Docteur » se déroulant en 1913.

Cette fois encore, nos héros auront donc la chance d’explorer diverses époques, mais pourront également arpenter les rues contemporaines de Londres.

14020505323515263611957586

Quand les frissons surviennent

La seconde saison du Docteur était certes intéressante, mais il lui manquait une histoire effrayante au programme. C’est chose rectifiée avec cette troisième saison dans laquelle Martha et le Docteur devront combattre les Anges Pleureurs. La BBC a confié l’écriture du scénario de cet épisode à Steven Moffat, déjà à l’origine du double épisode de la saison 1 « Drôle de mort » / « Le Docteur danse » et l’excellent « La Cheminée des Temps » de la saison deux. Cette fois, nos héros passent même au second plan de l’histoire et c’est Carey Mulligan qui vole la vedette des héros et hérite du rôle principal de l’épisode, ceux-ci étant coincés dans le passé sans possibilité de retour. Un pari osé donc, mais qui permettra à cette histoire de remporter le prix Hugo du meilleur épisode de série de 2008 (à noter que cet épisode comporte quelques notes d’une partition célèbre d’une autre saga temporelle, mais à je vous laisse le soin de les retrouver).

Cet épisode ne sera pas la seule occasion pour les téléspectateurs de frissonner. Lors du double épisode « La famille de sang » et « Smith, la montre et le Docteur », ils feront la connaissance de Jeremy Baines, magistralement interprété par Harry Lloyd (prochainement Viserys Targaryen, et accessoirement descendant de Charles Dickens). Pour son interprétation, l’acteur y affiche constamment un rictus à vous glacer le sang.

14020505334515263611957587

Docteur Who, enfin la référence ?

Oui, mais non ! On relève encore quelques imperfections ici ou là, et c’est tant mieux. On l’a vu, la qualité des images est encore en progression par rapport à la saison précédente. Les images de synthèse s’intègrent parfaitement et les costumes sont devenus réalistes. Comparez-donc les Judoons de cette année avec les Slitheens Raxacoricofallapatoriens de la première saison, et vous serez convaincus de l’avancée de géant de la série. Le casting gomme cette fois les petites imperfections laissées par les seconds rôles puisque Camille Coduri ainsi que Noel Clarke ont pris leur envol vers d’autres horizons, et l’on a cette fois affaire à un festival de bons seconds couteaux. Personne ne déroge à cette règle.

En effet, on ne peut pas dire cette fois qu’on a affaire à des acteurs de seconde zone. On croise en effet pléthore de grands noms capable d’assurer à tous les niveaux. Seul l’épisode Spécial Noël laissera un arrière goût amère de mauvaise interprétation, mais heureusement son casting ne sera pas gardé pour la saison. Freema Agyeman réussit le tour de force de nous faire oublier Billie Piper grâce à son interprétation toujours juste et son charme naturel et David Tennant parait encore plus à l’aise tout au long de cette saison.

Ce qui gène en fait, c’est cette impression de déjà vu. On a droit en effet à 13 épisodes dont deux doubles et un triple cette saison. C’est peut être ce découpage qui donne une impression de lassitude qu’on ne retrouvait pas les années précédentes. Peut-être également est-ce dû à l’effet de surprise perdu. Malgré tout, on passera de bons moments en compagnie du Docteur et de Martha.

14020505345215263611957588

Quelques bonnes raisons d’apprécier DOCTOR WHO saison 3

  • La diversité des thèmes encore : c’est devenu une habitude avec DOCTOR WHO, ce n’est pas la que l’on s’ennuiera.
  • Le final : un épisode triple, c’est une première pour le reboot de la franchise. Et chaque personnage y trouve aisément sa place.
  • Freema Agyeman : pari réussi, elle parvient à nous charmer et à nous faire oublier Rose.
  • Le casting sans faille : de Christina Cole à Derek Jacobi en passant par Harry Lloyd, il n’y en a pas un pour faire baisser le niveau.
  • L’épisode « Les Anges pleureurs » : pari risqué pour cet épisode, mais ça en valait la peine puisqu’il a reçu les honneurs.

14020505361415263611957589

Conclusion personnelle 

Ayant fortement apprécié les deux saisons précédentes, j’ai enchaîné rapidement avec la troisième, et pour celle-ci, j’avais également peur, suite au départ de Rose, de ne pas pouvoir me replonger aussi facilement dans l’histoire. J’avais tort. Si l’épisode Spécial Noël ne m’a pas particulièrement plu surtout à cause du personnage de Donna Noble, les autres m’ont scotché à l’écran. J’ai tout de même senti une petite lassitude lors de « L’Expérience Lazarus », j’ai également regretté l’absence d’un épisode franchement comique comme pouvait l’être « LINDA », mais rien de rédhibitoire finalement. Une bonne continuité donc.

NotaSkarn : 17/20

- Skarn -

Autres articles de Skarn :

Autre Monde cycle 2 : Entropia Final Fantasy XIII-2 : Final Test / Eragon : L’Héritage / Vampire Diaries / Stephen King : 22/11/63 / Hex : La Malédiction / Lost Girl / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : saison 1 /Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu ManchuDoctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1

Rejoignez le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

INDEX DU BLOG



123456...14