Catégorie

Archive pour la catégorie « Série TV »

VAMPIRE DIARIES

VAMPIRE DIARIES dans Fantastique 13010707072915263610736669

Quatre mois après le tragique accident de voiture qui a tué leurs parents, Elena Gilbert, 17 ans, et son frère Jeremy, 15 ans, essaient encore de s’adapter à cette nouvelle réalité. Belle et populaire, l’adolescente poursuit ses études au Mystic Falls High en s’efforçant de masquer son chagrin. Elena est immédiatement fascinée par Stefan et Damon Salvatore, deux frères que tout oppose. Elle ne tarde pas à découvrir qu’ils sont en fait des vampires…

13010707104915263610736670 dans Série TVJ’ai finalement découvert cette série très récemment, après l’avoir trop longtemps reléguée au placard faute de temps. 3 saisons de retard tout de même, c’est pas rien. J’ai finalement dû me la jouer version visionnage intensif, mais vu la météo… 3 jours donc pour avaler la première saison, et pour la seconde, si je n’en suis qu’à la moitié, le rythme est néanmoins élevé.

Alors, que vaut finalement cette série dont on m’a tant vanté les mérites? Déjà, ce qui frappe au premier abord, c’est l’extraordinaire ressemblance entre les protagonistes de VAMPIRE DIARIES  avec ceux des autres séries de référence de ces dernières années. Même les lieux ne sont pas épargnés. Prenez donc Mystic Falls et sa communauté de vampire, difficile de ne pas la comparer à la Bouche de l’Enfer Sunnydale. On croirait même y trouver le même lycée. Pas convaincu ? Ok, voyez donc un amour impossible entre une humaine et un vampire, ça fait très Buffy et Angel. Ajoutez un petit peu de sorcières et de loups-garous, et vous finirez convaincu. Mais d’autres séries nous reviennent inévitablement en mémoire : le Mystic Grill est le nouveau Talon, le joueur de football si cher à Smallville fait son come back, le parent flic de Roswell est de retour, et j’en passe.

Bien entendu, Elena et Stefan vous feront penser à Bella et Eward (difficile d’ailleur de ne pas repérer une ressemblance entre les deux acteurs masculins). En lisant ces première lignes, la plupart d’entre vous auront déjà sombré dans les affres les plus sombres de leur passé cinématographique et n’auront pas envie de découvrir cette série, et pourtant… Car plus que remettre en avant les énièmes clichés sur les ados américain et la société qui les entoure, cette série remet en avant certaines valeurs vampiristiques oubliées depuis longtemps.

13010707150915263610736671 dans SkarnIci, les suceurs de sang ont des sentiments, et le soleil ne fait pas peur aux plus anciens d’entre eux. Ici, élever une croix ne vous sauvera pas. Ici, les vampires vivent avec les vivants, et surtout, ici, les vampire peuvent aimer les humains, et pas uniquement pour leur qualité gustative.

Dracula  vous avez dit Dracula? Passez donc les quelques premiers épisodes mettant en place la panoplie de personnages, et vous découvrirez avec plaisir une série rappelant l’excellente version de Coppola, grâce notamment à des scènes de flashback toutes plus costumées les unes que les autres.

Ajoutez une bande son qui fait du bien là où ça fait mal, réunissant des groupes connus (Placebo, Smashing Pumpkins…), saupoudrez le tout d’acteurs plus charismatiques les uns que les autres (mention spéciale à Nina Dobrev), et vous aurez là une série très agréable.

À bon entendeur.

- Skarn -

Autres séries télévisées présentées dans Les Échos d’Altaïr :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor / La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles / Spectreman

(Les Echos d’Altaïr ne sont en aucun cas responsables des liens publicitaires présents dans les textes)



LA FAMILLE TRACY EST EN DEUIL

LA FAMILLE TRACY EST EN DEUIL dans Science-fiction 12122707392115263610699989Gerry Anderson vient de nous quitter à l’âge de 83 ans… Ce génie de la télévision britannique est à l’origine des séries télévisées de science-fiction les plus célèbres de tous les temps, qu’elles soient destinées aux adultes comme aux enfants : LES SENTINELLES DE L’AIR (THUNDERBIRDS), COSMOS 1999, UFO : ALERTE DANS L’ESPACE, mais aussi STINGRAY, CAPTAIN SCARLET AND THE MYSTERONS, JOE 90, SUPERCAR, FIREBALL XL5… Il était le grand spécialiste des marionnettes grand spectacle (supermarionation !), et je lui dois les plus beaux moments de mon enfance télévisuelle avec LES SENTINELLES DE L’AIR. Je suivais alors avec passion les exploits de la famille Tracy à bord de ses engins délirants : fusée, station orbitale, sous-marin, cargo volant… et encore aujourd’hui je me délecte devant cette série culte !  C’est un pilier de la télévision des années 60-70 qui disparaît. Merci à lui de nous avoir offert tant de formidables instants.

(Les Echos d’Altaïr ne sont en aucun cas responsables des liens publicitaires présents dans les textes) 



VOYAGE AU FOND DES MERS : LA BETE DES PROFONDEURS

Explorons ensemble, à raison d’un épisode de temps à autre, le volume 2 de la seconde saison de VOYAGE AU FOND DES MERS (VOYAGE TO THE BOTTOM OF THE SEA) dans cette nouvelle catégorie spécialement créée pour la célèbre série télévisée d’Irwin Allen. Embarquement immédiat à bord du Neptune…

VOYAGE AU FOND DES MERS : LA BÊTE DES PROFONDEURS (DEADLY CREATURE BELOW / saison 2 : 1965-1966 / épisode 16 / Réalisation : Sobey Martin)

L’histoire : « Alors que deux prisonniers évadés tentent de s’emparer du sous-marin volant, l’engin dans lequel travaillent Nelson et Sharkey est attaqué par une créature aquatique gigantesque… »

VOYAGE AU FOND DES MERS : LA BETE DES PROFONDEURS dans Science-fiction 12102709090615263610482580La vedette de cet épisode, vous vous en doutez, c’est le monstre : aussi grand qu’une montagne, couvert de poils (ou d’algues semblables à des filaments… difficile de savoir…) et possédant des yeux de crabe… Je crois qu’il a eu droit aux honneurs des « Craignos Monsters » de Jean-Pierre Putters, à juste titre. Grognant et remuant sur place, il n’est à aucun moment aperçu par le hublot du bathysphère dans lequel travaillent Nelson et Sharkey, un bathysphère qui le frôlera pourtant à deux reprises. Ce n’est que lorsque la créature s’en prendra au Neptune que l’équipage tout entier se rendra compte de sa présence. Quelques tirs de laser bien placés auront tôt fait de la calmer.

Pendant ce temps nos deux prisonniers évadés tenteront en vain de s’emparer du Neptune tout en utilisant, devinez quoi, les bouches d’aération du sous-marin.

Pour en savoir plus sur l’épisode et découvrir ses photos, rendez-vous sur le site officiel américain : La Bête des Profondeurs



12 min DE BATTLESTAR GALACTICA BLOOD AND CHROME !

La chaîne MachinimaPrime sur YouTube propose les deux premiers épisodes du pilote de la série BATTLESTAR GALACTICA BLOOD AND CHROME, réjouissons-nous et profitons-en ! On sait désormais que cette nouvelle série GALACTICA, narrant les aventures du jeune Adama, ne dépassera pas le stade de l’épisode pilote de deux heures (lequel sortira en DVD très bientôt). En effet, Syfy a préféré abandonner son projet fabuleux, ne jugeant plus la SF genre space opera au goût du jour… Étonnant pour « la chaîne de la Science-Fiction », et vraiment dommage pour nous. L’épisode pilote est donc tronçonné en petits épisodes de 10 à 13 minutes, comme ici, pour sa diffusion récemment débutée sur le Net en websérie. 

Découvrez de toute urgence ces 12 minutes incroyables de BATTLESTAR GALACTICA BLOOD AND CHROME, ça vous changera des insipides TERRA NOVA et FALLING SKIES ! Pour voir le second épisode déjà disponible, rendez-vous sur la chaîne MachinimaPrime.

Image de prévisualisation YouTube



VOYAGE AU FOND DES MERS : LES TUEURS DES ABIMES

Explorons ensemble, à raison d’un épisode de temps à autre, le volume 2 de la seconde saison de VOYAGE AU FOND DES MERS (VOYAGE TO THE BOTTOM OF THE SEA) dans cette nouvelle catégorie spécialement créée pour la célèbre série télévisée d’Irwin Allen. Embarquement immédiat à bord du Neptune…

VOYAGE AU FOND DES MERS : LES TUEURS DES ABIMES (KILLERS OF THE DEEP / saison 2 : 1965-1966 / épisode 15 / Réalisation : Harry Harris)

L’histoire : « Nelson et Crane sont chargés par le gouvernement de découvrir quelle puissance hostile se cache derrière le vol de missiles nucléaires américains. »

VOYAGE AU FOND DES MERS : LES TUEURS DES ABIMES dans Science-fiction 12102709090615263610482580Après notre île aux dinosaures de l’épisode précédent, nous retrouvons, malheureusement, une histoire de plus où il ne se passe rien, ou si peu…

Le sous-marin volant du Neptune est atteint par le missile d’un sous-marin inconnu qu’il était en train d’espionner. L’engin s’abîme en mer. Nelson est alors récupéré par un navire américain tandis que Crane est fait prisonnier par les membres du sous-marin ennemi dont on ne connaîtra jamais l’origine, mais dont le capitaine au nom d’origine latine (Ruiz) est incarné par Michael Ansara. Il s’ensuit un jeu de bataille navale, du genre « touché-coulé », qui va durer pendant les 50 minutes de l’épisode. Serait-ce un prétexte pour nous prouver la bravoure de Crane ? En effet, par trois fois celui-ci parvient à se libérer du joug des soldats ennemis ! Quand il finit au cachot, c’est pour mieux se libérer en utilisant une bouche d’aération. Ah, les bouches d’aération : si les scénaristes américains n’en mettaient pas dans toutes leurs séries, ils seraient vraiment à court d’imagination !

Pendant que Crane tente le tout pour le tout, Nelson dirige les manœuvres du navire américain. On charge les missiles, on tire, ça explose. Et on recommence ainsi inlassablement pendant que le sous-marin ennemi tire également ses torpilles contre le navire. Bien que les deux bâtiments soient bientôt atteints, Nelson et Crane s’en sortiront (vous ne vous en doutiez pas, n’est-ce pas ?) et les méchants finiront noyés. Na !

Pour en savoir plus sur l’épisode et découvrir ses photos, rendez-vous sur le site officiel américain : Les Tueurs des Abîmes



VOYAGE AU FOND DES MERS : L’ILE DES DINOSAURES

Explorons ensemble, à raison d’un épisode de temps à autre, le volume 2 de la seconde saison de VOYAGE AU FOND DES MERS (VOYAGE TO THE BOTTOM OF THE SEA) dans cette nouvelle catégorie spécialement créée pour la célèbre série télévisée d’Irwin Allen. Embarquement immédiat à bord du Neptune…

Les Échos d’Altaïr consacreront désormais des catégories entièrement dédiées à des séries télévisées fantastiques et de science-fiction récentes ou anciennes. Au fil de mes découvertes ou re-découvertes, je me ferai un plaisir de vous confier mes impressions sur leurs épisodes, sans prétention aucune de ma part, et avec l’espoir de connaître les vôtres. Cette idée me trottait dans la tête depuis la parution des coffrets DVD de LA QUATRIÈME DIMENSION, et je regrette aujourd’hui de ne pas m’y être attelé beaucoup plus tôt. M’étant récemment procuré le second volume de la saison 2 de VOYAGE AU FOND DES MERS, je me lance à l’eau (c’est le cas de le dire) avec les épisodes de cette série dont j’ai déjà parlé ici. Attention, je préfère avertir que quelques spoilers seront inévitables, aussi ne vous aventurez pas plus loin si vous ne souhaitez pas connaître la moindre bribe de l’histoire !

VOYAGE AU FOND DES MERS : L'ILE DES DINOSAURES dans Science-fiction 12102709090615263610482580Autant l’annoncer d’emblée, et ce malgré tout le respect que je dois au talent d’Irwin Allen, mais il faut bien avouer que ses séries télévisées, AU CŒUR DU TEMPS, PERDUS DANS L’ESPACE et donc VOYAGE AU FOND DES MERS (je ne me permettrai pas de parler de SUR LA TERRE DES GÉANTS que je n’ai pas encore découvert) ont mal traversé le temps. Certains diront qu’elles ont « mal vieilli ». Elles ont vieilli, forcément, puisque 50 ans les séparent de notre époque. Cependant, il semble évident que certaines séries vieillissent mieux que d’autres comme LA QUATRIÈME DIMENSION ou LES ENVAHISSEURS, pour ne citer qu’elles. Je ne parle même pas des histoires, des effets spéciaux, des décors ou des costumes, mais tout simplement du rythme. C’est incroyable comme 10 minutes sur un épisode d’une série d’Irwin Allen peuvent vous paraître durer le double… Chaque histoire, d’environ 50 minutes, aurait très bien pu s’accommoder de 30 minutes seulement. En outre, les versions originales sous-titrées des épisodes étant inexistantes sur les coffrets, les doublages français d’époque, d’un amateurisme parfois effrayant, n’arrangent rien. Mais bon, fermons cette longue parenthèse et venons-en à notre épisode du jour : L’ÎLE DES DINOSAURES…

VOYAGE AU FOND DES MERS : L’ÎLE DES DINOSAURES (TERROR ON DINOSAUR ISLAND / saison 2 : 1965-1966 / épisode 14)

L’histoire : « Alors qu’ils observent une éruption volcanique depuis leur sous-marin volant, l’Amiral Nelson et le chef Sharkey sont contraints de s’éjecter sur une île jusque là inconnue… »

Avec cette histoire, VOYAGE AU FOND DES MERS entre de plain-pied dans le fantastique, même si le dernier épisode du précédent coffret (Le Monstre de l’Au-Delà) s’ancrait déjà dans le genre. Fini les sempiternelles histoires d’espionnage ou de guéguerres bon enfant, dorénavant le virage opéré par Irwin Allen va se confirmer au fil de nombreux autres épisodes de cette seconde partie de saison. Mais notre homme est avant tout un merveilleux débrouillard digne de rejoindre l’école de Roger Corman : il va utiliser de multiples stock-shots de son film LE MONDE PERDU (THE LOST WORLD, 1960, avec Michael Rennie) ! Ainsi, les pseudos dinosaures que nous apercevons sur cette île ne sont autres que de gros lézards et de petits crocodiles maquillés en monstres du Jurassique. Des séquences entières parsèment l’épisode, dont une, mémorable, où Irwin Allen n’a même pas pris le soin d’effacer le cri d’une femme (les cordes vocales de l’actrice Jill St John) lors de l’attaque des créatures préhistoriques… alors qu’aucune femme n’est présente sur les lieux ! Et là où l’Amiral Nelson reconnaît un stégosaure, nous ne voyons qu’un crocodile à cornes…

Mais L’Île des Dinosaures est surtout un épisode qui, pour une fois, oublie un peu les personnages principaux de la série pour s’attarder sur les personnages secondaires. Ici, un membre de l’équipage du Neptune, Benson, tente par tous les moyens de tuer le second de l’Amiral, le Capitaine Ted Crane, responsable de la mort de son ami après l’attaque d’un reptile marin géant contre le sous-marin. En effet, le Capitaine, afin de sauver l’équipage du Neptune, a dû sacrifier un homme alors que l’appareil risquait de couler. Benson, animé d’une vengeance sans limite, mourra cependant lors d’un cataclysme sur l’île avant même d’avoir pu parvenir à ses fins.

Sur l’île, l’Amiral Nelson et Sharkey tentent de survivre à la nature hostile et étrangement silencieuse. Oui, aucun son, aucun bruit, même lorsque Nelson observe la lave d’un volcan. Seuls les dinos grognent et les cuivres de l’orchestre se déchaînent ! Il faut dire que cette île est réputée pour apparaître et disparaître mystérieusement dans l’océan, sans plus d’explications de la part de nos scénaristes… Diantre ! Seules des volutes de fumées se dégagent continuellement de sa surface, et la séquence où Nelson fait un feu afin d’attirer l’équipage du Neptune grâce à sa fumée prête largement à sourire… Qu’importe ! Nous sommes dans les sixties, et à cette époque seul le divertissement prévaut dans ces feuilletons destinés avant tout à un large public, et surtout aux familles américaines. Irwin Allen le sait, et le reste n’a aucune importance à ses yeux, c’est parfaitement clair.

Pour en savoir plus sur l’épisode et découvrir ses photos, rendez-vous sur le site officiel américain : L’Île des Dinosaures.



SPECTREMAN

SPECTREMAN dans Science-fiction 12101408284715263610431779SPECTREMAN (スペクトルマン, Supekutoruman) est une série télévisée japonaise créée par Ushio Shoji qui fut diffusée au Japon à partir de 1971. Personnellement, je me souviens en avoir suivi plusieurs épisodes sur RFO-Calédonie en 1982. Aujourd’hui, je trouve qu’elle a un peu mal vieilli avec ses effets spéciaux ringards. Mais à l’époque elle était bien dans l’air du temps puisqu’elle était le prolongement des rééditions en VHS des Kaijû eiga avec Godzilla, Gamera, Mothra, Rodan, Guidorah, Ebirah, Yonggary et même King Kong, et leurs effets visuels minimalistes et saccadés.

SPECTREMAN reprend aussi le même principe de comédiens costumés en monstres mais avec, cette fois-ci, en plus, un héros se transformant (ou Henshin comme San Ku Kaï) et devenant invincible grâce à une armure métallique (ou Metal Heros comme X-Or). Le tout saupoudré de maquettes ringardes de décors futuristes et extraterrestres, d’effets de brumes, de soucoupes volantes suspendues au bout d’un fil de nylon, et de zoom en veux-tu en voilà… Des effets de zoom, d’ailleurs, que les humoristes français, Les Inconnus en avaient parodié, en 1989, les effets abusifs dans Bioman, une autre série japonaise de super-héros costumés mais très colorés (appelés Super sentai).

12101408340015263610431784 dans Série TVSPECTREMAN était passionnant pour les gosses, dans mes souvenirs, mais ce genre de séries bourrées d’effets spéciaux, nommées Tokusatsu au Japon, sont distribuées dans l’archipel nippon comme étant des shōnen mangas, donc des programmes destinés à un public de jeunes adolescents (à l’inverse des Shōjo manga, étant destinés aux jeunes filles). Mais je crois me souvenir que la Télévision Française et surtout celle de  Nouvelle-Calédonie ont été très lentes à classifier leurs émissions en fonction du public visé et de l’âge de l’audience, et j’ai en souvenirs toutes les critiques formulées en ce sens, à la fin des années 80 et au début des années 90.

Pour en revenir à SPECTREMAN, il est une sorte de robot extraterrestre pouvant prendre une identité humaine, et envoyé sur Terre pour combattre les projets machiavéliques d’un homme-singe qui cherche à s’emparer du pouvoir en créant des créatures monstrueuses et préhistoriques à partir de la pollution générée par les humains. Un avertissement écologiste du début des années 70 donc, dans ce programme loufoque destiné à un public jeune et en devenir. Et un message plus direct et militant que celui des Kaijû eiga et destiné à un Japon moderne.

12101408401315263610431793 dans TrapardEt pour conclure sur la manière dont a été réalisée techniquement cette série, et outre les effets spéciaux un peu bâclés, je la trouve encore fascinante aujourd’hui et très loin de se démoder. Beaucoup de réalisateurs japonais actuels, entre cinéma trash ou fantastique, comme Sion Sono, Shinya Tsukamoto ou encore Takashi Miike, filment toujours de cette manière violente et saccadée, et ceci bien avant qu’Hollywood lance cette même mode. Et les cultures ciné et télévisée japonaises sont encore aujourd’hui comme un puits sans fond de sources d’influences pour une génération de cinéastes et de vidéastes japonais qui se régénère en puisant dans le passé audiovisuel du pays.

- Trapard -

12072308255715263610133977



METAL HURLANT CHRONICLES, LA SERIE TV SF FRENCHIE !

METAL HURLANT CHRONICLES, LA SERIE TV SF FRENCHIE ! dans Science-fiction 12100703043115263610405295

Incroyable : une série télévisée de science-fiction française ! La preuve qu’impossible n’est pas français ! Ce sera donc METAL HURLANT CHRONICLES, en 6 épisodes de 26 minutes, diffusé sur France 4 dès le 27 octobre. Réussite ou futur flop ?…

C’est évident : la SF et la France n’ont jamais fait bon ménage, encore moins à la télévision. Pouvez-vous me citer quelques séries TV SF françaises ?… vous avez du mal ?… moi aussi… Au cinéma, ce n’est pas vraiment mieux. Et pourtant, les Frenchies ont du talent en science-fiction, mais ils l’expriment davantage à travers la littérature ou… la BD. Et en BD, un nom émerge du lot : Métal Hurlant, la célèbre revue culte des années 70-80 ! Créé par Jean-Pierre Dionnet (du regretté Cinéma de Quartier…) et publié par Les Humanoïdes Associés, Métal Hurlant connaîtra les plus grands noms de la galaxie de l’Imaginaire : Moebius, Druillet, Enki Bilal, Caza, Alexandro Jodorowsky et tant d’autres. Le magazine fera la part belle à la SF, mais aussi à d’autres genres tel que l’heroic fantasy, et il sera même publié aux States sous le nom de Heavy Metal, cependant avec une équipe rédactionnelle différente. Deux films sortiront au cinéma : MÉTAL HURLANT (HEAVY METAL, 1981) et HEAVY METAL 2000 (1999). Et voici aujourd’hui que parvient sur nos ondes du Métal Hurlant télévisuel !

12100703191015263610405322 dans Série TV

C’est à Guillaume Lubrano que nous devons l’idée de faire de Métal Hurlant une mini série TV en 6 épisodes. Visiblement amoureux fou de la revue culte, Guillaume Lubrano se lance dans le projet dès 2009, cela après avoir créé sa société WE Prod. en 2002. Et l’homme a déjà réussi l’exploit de vendre cette première saison à une trentaine de pays ! Est-ce parce que METAL HURLANT CHRONICLES, titre officiel de la série, compte des comédiens tels que Rutger Hauer (BLADE RUNNER), Kelly Brooke (BRAQUAGE À L’ITALIENNE), James Marsters (Spike dans BUFFY CONTRE LES VAMPIRES), Dominique Pinon (acteur fétiche de Jean-Pierre Jeunet, vu entre autre dans ALIEN, LA RÉSURRECTION) ? En tout cas il est sûr que METAL HURLANT CHRONICLES ne peut au bas mot qu’intriguer, au pire inquiéter… car l’humoriste Anthony Kavanagh y apparaîtra… et la bande-annonce, malgré quelques très belles images (le vaisseau, la cité futuriste), focalise trop sur un combat de gladiateurs digne d’une série B fauchée, le tout supervisé par un robot dont je me ferai une joie de vous parler un jour dans la catégorie « craignos »… Mais soyons beau joueur et attendons de voir le résultat final.

Les 6 épisodes de 26 minutes, où se mêleront SF, heroic fantasy, horreur, action et aventure, offriront chacun une histoire indépendante, sauf un épisode tourné en deux parties. Chaque intrigue sera liée par une météorite qui parcourt inlassablement l’espace et le temps tout en changeant le destin des êtres qu’elle croise : le Métal Hurlant. METAL HURLANT CHRONICLES sera diffusé à partir du 27 octobre sur France 4, alors que les coffrets DVD et Blu-ray seront disponibles à la vente dès le 2 novembre. Il ne nous reste plus qu’à espérer découvrir une série de science-fiction pleine de qualités et qui, pourquoi pas, fera date dans l’histoire de la télévision française ! Wait and see !

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles publiés dans la catégorie « Série TV » :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor / La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command

Rejoignez Les Echos d’Altaïr IV sur Facebook !



« FALLING SKIES » SUR TF6

La première saison de FALLING SKIES sera diffusée sur TF6 à partir du 4 septembre pour la France et du 5 septembre pour la Nouvelle-Calédonie. Il s’agit d’une nouvelle série télévisée de science-fiction à gros budget basée sur le thème de l’invasion extraterrestre et produite par Dreamworks, la firme de Steven Spielberg.

Steven Spielberg ? Mais n’est-ce pas déjà lui qui nous a livré récemment le (très) décevant TERRA NOVA ? Si… Espérons que FALLING SKIES, qui est entré dans sa deuxième saison aux États-Unis, ne sera pas du même calibre et ne se focalisera pas essentiellement sur les éternelles histoires familiales, du genre de celles qui ont plombé allègrement TERRA NOVA, car c’est bien de l’histoire de survivants, hommes, femmes et enfants, dont il va s’agir dans cette nouvelle série.

Tout se déroule à notre époque. La Terre est rapidement envahie par de méchants extraterrestres qui réduisent bientôt à néant notre civilisation toute entière. La résistance s’organise alors chez les survivants, bien déterminés à ne pas se laisser faire. Un zeste de V dans FALLING SKIES ? Pas loin. Mais dans V l’action était omniprésente, sera-ce le cas dans FALLING SKIES ?…

FALLING SKIES a été créé par Robert Rodat, scénariste du film IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN, actuellement occupé à la lourde tâche de l’adaptation cinématographique de la série littéraire Fondation d’Isaac Asimov. Côté acteurs, on retrouve dans FALLING SKIES Noah Wyle qui incarnait le Dr Carter de la série URGENCE. Celui-ci déclare à propos des survivants dans FALLING SKIES : « Ils cherchent essentiellement à reconstruire la société une fois de plus. Il n’y a pas de règles, pas de lois. Les survivants doivent s’adapter, comprendre les choses, car les extraterrestres ne ressemblent à rien de ce qu’ils ont connu. Ils sont isolés et n’ont aucune idée de l’existence éventuelle d’autres groupes, ils ont juste entendu des rumeurs sur d’autres poches de résistance. Mais ce n’est pas V, cela ne ressemble pas aux autres séries de SF que j’ai vues. Si la série peut être sombre, elle n’est pas déprimante pour autant. C’est plus proche des FILS DE L’HOMME. Le feuilleton tourne autour de la notion de résistance et montre comment des gens qui ont survécu surmontent leurs réticences pour trouver la force de se battre. » Comme c’est beau ! Il ne nous reste plus qu’à espérer que FALLING SKIES soit une formidable série de SF. Mais ça, c’est une autre histoire avec Spielberg…

Image de prévisualisation YouTube



Space Command : la bande-annonce de la Comic-Con

SPACE COMMAND, dont Les Échos d’Altaïr ont déjà parlé ici, poursuit son petit bout de chemin avec plus de 220 000 dollars récoltés ! Voici la toute dernière bande-annonce, splendide, de ce magnifique projet de série de space opera à l’ancienne.

 Image de prévisualisation YouTube



1...56789...15