AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 5

Posté le Samedi 9 décembre 2023

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 5 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LIENS VERS LES CHAPITRES 123 & 4

6t9WQb-Capture-decran-2023-10-28-133505 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

H6MlRb-mars216 dans Science-fiction

K6MlRb-mars217

j7MlRb-mars218

j7MlRb-mars219

57MlRb-mars220

77MlRb-mars221

S7MlRb-mars222

T7MlRb-mars223

q9MlRb-mars224

g8MlRb-mars225

r8MlRb-mars226

58MlRb-mars227

WxOlRb-mars228

b9MlRb-mars229

q9MlRb-mars230

39MlRb-mars231

rAMlRb-mars232

J9MlRb-mars233

bAMlRb-mars234

rAMlRb-mars235

JCMlRb-mars236

8AMlRb-mars237

NAMlRb-mars238

bBMlRb-mars239

pBMlRb-mars240

zBMlRb-mars241

8BMlRb-mars242

HBMlRb-mars243

QBMlRb-mars244

eCMlRb-mars245

qCMlRb-mars246

0CMlRb-mars247

ACMlRb-mars248

JCMlRb-mars249

WCMlRb-mars250

TFMlRb-mars251

iDMlRb-mars252

pDMlRb-mars253

2DMlRb-mars254

FDMlRb-mars255

SDMlRb-mars256

iEMlRb-mars257

sEMlRb-mars258

5EMlRb-mars259

HEMlRb-mars260

VEMlRb-mars261

gFMlRb-mars262

tFMlRb-mars263

4FMlRb-mars264

FFMlRb-mars265

TFMlRb-mars266

EGMlRb-mars267

hGMlRb-mars268

sGMlRb-mars269

5GMlRb-mars270

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 4

Posté le Samedi 28 octobre 2023

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 4 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LIENS VERS LES CHAPITRES 1, 2 & 3

6t9WQb-Capture-decran-2023-10-28-133505 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

zG8WQb-mars162 dans Science-fiction

6G8WQb-mars163

QG8WQb-mars164

dH8WQb-mars165

iH8WQb-mars166

4H8WQb-mars167

4H8WQb-mars168

ZH8WQb-mars169

ZH8WQb-mars170

rI8WQb-mars171

zI8WQb-mars172

GI8WQb-mars173

sK8WQb-mars174

YI8WQb-mars175

iJ8WQb-mars176

uJ8WQb-mars177

8J8WQb-mars178

PJ8WQb-mars179

cK8WQb-mars180

sK8WQb-mars181

WM8WQb-mars182

4K8WQb-mars183

GK8WQb-mars184

XK8WQb-mars185

pL8WQb-mars186

7L8WQb-mars187

OL8WQb-mars188

hM8WQb-mars189

2M8WQb-mars190

GM8WQb-mars191

WM8WQb-mars192

TN8WQb-mars193

rN8WQb-mars194

BN8WQb-mars195

MN8WQb-mars196

cO8WQb-mars197

5O8WQb-mars198

sO8WQb-mars199

cS8WQb-mars200

JO8WQb-mars201

XO8WQb-mars202

mP8WQb-mars203

0P8WQb-mars204

EP8WQb-mars205

TP8WQb-mars206

lQ8WQb-mars207

wQ8WQb-mars208

AQ8WQb-mars209

SQ8WQb-mars210

eR8WQb-mars211

sR8WQb-mars212

3R8WQb-mars213

IR8WQb-mars214

cS8WQb-mars215

 

 

 

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 3

Posté le Samedi 14 octobre 2023

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 3 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LIENS VERS LES CHAPITRES 1 & 2

qFdHQb-mars1 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

7mlRQb-mars109 dans Science-fiction

ImlRQb-mars110

YmlRQb-mars111

snlRQb-mars112

8nlRQb-mars113

PnlRQb-mars114

golRQb-mars115

holRQb-mars116

9olRQb-mars117

7olRQb-mars118

qplRQb-mars119

rplRQb-mars120

XplRQb-mars121

AplRQb-mars122

YplRQb-mars123

Vg8RQb-mars123a

wqlRQb-mars124

wqlRQb-mars125

JqlRQb-mars126

KqlRQb-mars127

brlRQb-mars128

irlRQb-mars129

3rlRQb-mars130

FrlRQb-mars131

RrlRQb-mars132

oslRQb-mars133

rslRQb-mars134

WslRQb-mars135

CslRQb-mars136

WslRQb-mars137

utlRQb-mars138

utlRQb-mars139

ItlRQb-mars140

TtlRQb-mars141

iulRQb-mars142

tulRQb-mars143

DulRQb-mars144

OulRQb-mars145

evlRQb-mars146

ivlRQb-mars147

9vlRQb-mars148

7vlRQb-mars149

awlRQb-mars150

hwlRQb-mars151

zwlRQb-mars152

6wlRQb-mars153

SwlRQb-mars154

hxlRQb-mars155

lxlRQb-mars156

XxlRQb-mars157

DxlRQb-mars158

YxlRQb-mars159

2ylRQb-mars160

pylRQb-mars161

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 2

Posté le Samedi 30 septembre 2023

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 2 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

LE CHAPITRE 1 EST DISPONIBLE ICI

DyqHQb-mars1 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

VTuMQb-mars55 dans Science-fiction

CTuMQb-mars56

YTuMQb-mars57

UUuMQb-mars58

3UuMQb-mars59

UUuMQb-mars60

AVuMQb-mars61

uVuMQb-mars62

OVuMQb-mars63

mWuMQb-mars64

tWuMQb-mars65

LWuMQb-mars66

YWuMQb-mars67

YWuMQb-mars68

oXuMQb-mars69

fYuMQb-mars70

6XuMQb-mars71

YXuMQb-mars72

1YuMQb-mars73

2YuMQb-mars74

QYuMQb-mars75

kZuMQb-mars76

mZuMQb-mars77

JZuMQb-mars78

JZuMQb-mars79

vavMQb-mars80

vavMQb-mars81

RavMQb-mars82

RavMQb-mars83

pbvMQb-mars84

tbvMQb-mars85

TbvMQb-mars86

SbvMQb-mars87

GcvMQb-mars88

7cvMQb-mars89

QcvMQb-mars90

WfvMQb-mars91

ldvMQb-mars92

6dvMQb-mars93

OdvMQb-mars94

fevMQb-mars95

xevMQb-mars96

HevMQb-mars97

6E3MQb-mars98

lfvMQb-mars99

1fvMQb-mars100

GfvMQb-mars101

WfvMQb-mars102

lgvMQb-mars103

ygvMQb-mars104

DgvMQb-mars105

ehvMQb-mars106

chvMQb-mars107

thvMQb-mars108

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA – Chapitre 1

Posté le Samedi 16 septembre 2023

AUX CONFINS DE NOACHIS TERRA - Chapitre 1 dans Récit visuel I1qHQb-Capture-decran-2023-09-16-082523

DyqHQb-mars1 dans Récit visuel : Aux confins de Noachis Terra

qFdHQb-mars2 dans Science-fiction

LFdHQb-mars3

KFdHQb-mars4

qGdHQb-mars5

qGdHQb-mars6

FGdHQb-mars7

KGdHQb-mars8

kHdHQb-mars9

yHdHQb-mars10

GHdHQb-mars11

KHdHQb-mars12

uIdHQb-mars13

uIdHQb-mars14

NIdHQb-mars15

IyqHQb-Capture-decran-2023-09-16-082143

mJdHQb-mars17

zJdHQb-mars18

ULdHQb-mars19

MJdHQb-mars20

dKdHQb-mars21

sKdHQb-mars22

8KdHQb-mars23

RKdHQb-mars24

gLdHQb-mars25

uLdHQb-mars26

ALdHQb-mars27

ULdHQb-mars28

nPdHQb-mars29

nMdHQb-mars30

6MdHQb-mars31

QMdHQb-mars32

lNdHQb-mars33

4NdHQb-mars34

MNdHQb-mars35

bOdHQb-mars36

wOdHQb-mars37

GOdHQb-mars38

bPdHQb-mars39

uPdHQb-mars40

VPdHQb-mars41

CPdHQb-mars42

BSdHQb-mars43

jQdHQb-mars44

zQdHQb-mars45

JQdHQb-mars46

YQdHQb-mars47

qRdHQb-mars48

3RdHQb-mars49

JRdHQb-mars50

bSdHQb-mars51

pSdHQb-mars52

5SdHQb-mars53

7ByHQb-Capture-decran-2023-09-16-170800

L’IMAGINAIRE DÉBRIDÉ DE JASPER FFORDE

Posté le Jeudi 18 mai 2023

L'IMAGINAIRE DÉBRIDÉ DE JASPER FFORDE dans Fantastique 14072703494415263612413227

L’imaginaire débridé de Jasper Fforde :

les aventures de Thursday Next

- par Sonia Faessel -

LH7ZPb-livre4 dans Littérature

Jasper Fforde est un écrivain britannique, d’abord spécialisé dans le cinéma (mise au point de la caméra), puis enfin publié après 76 refus en 2001 chez Penguin Books pour The Jane Eyre Affair, première aventure de son héroïne Thursday Next. Suivront 6 romans, répartis en deux saisons. La première se situe en 1985/86, Thursday Next a 38 ans et l’on suit ses enquêtes dans Délivrez-moi, Le Puits des histoires perdues, et Sauvez Hamlet, traduits au Fleuve Noir puis chez 10/18 et écrits de 2001 à 2004.

Fort de son succès aux Etats Unis, où L’Affaire Jane Eyre est devenu immédiatement un livre culte, Fforde continue la série avec trois romans : Le Début de la fin, Le Mystère du hareng saur et Petit enfer dans la bibliothèque (2007-2012). Cette seconde saison se situe 20 ans plus tard, et Thursday Next a bien du mal à mener une vie familiale cohérente. Le dernier roman de la série : Petit enfer dans la bibliothèque (The Woman Who Died a Lot) est introuvable à l’heure actuelle, épuisé dans la traduction française de 2014, sauf à le payer une fortune sur le marché de l’occasion.  Avis aux anglicistes !

J’ai donc dévoré les 6 romans de la série, et je vous recommande cette plongée dans un imaginaire particulièrement riche et parfaitement déjanté. Fforde concocte une tambouille tout à fait réussie avec le policier et la SF, ce qui est rare pour un mélange des genres.

dK7ZPb-livre1 dans Science-fiction

Nous sommes en 1985, dans une Angleterre républicaine, et dans un monde qui mêle la technologie futuriste et un passé victorien, sans être du steam punk néanmoins. Le parti Whig (XIXe siècle) existe toujours, le Tsar aussi, la guerre de Crimée dure depuis 30 ans. Mais on peut aller de Londres à Sydney en 40 minutes en empruntant le gravitube, qui passe par le noyau terrestre pour vous déposer de l’autre côté du globe. Swindon, la ville natale de Thursday Next, ressemble à une bourgade des années soixante, mais l’île de Man, siège de la multinationale Goliath la bien nommée est futuriste, alignant des immeubles dignes de la tour Califat et une technologie semblable à Coruscant. Le décor hétéroclite est agrémenté de créations génétiques d’espèces disparues : un dodo est le compagnon de Thursday, animal parfaitement idiot, des mammouths très encombrants ravagent routes et jardins,  des hommes de Neandertal  servent de manœuvres et sont la propriété de leur créateur Goliath. Ils sont considérés comme non humains et parviendront finalement à un statut plus juste, sans avoir néanmoins accès à la citoyenneté. Leur particularité : ils détectent immédiatement le mensonge par l’observation du langage corporel, leur moyen de communication privilégié. Leur tribu n’a guère d’admiration pour l’homo sapiens qui passe son temps à se mentir et à mentir aux autres.

Voilà pour l’aspect « folklorique » du monde de Fforde. La vraie réussite est ailleurs. Fforde mène une réflexion sur le statut de la littérature et du lecteur en utilisant un imaginaire extrêmement riche et c’est ce qui rend la lecture passionnante : le monde réel et le monde fictif de la littérature ne sont pas étanches, on peut passer de l’un à l’autre. Fforde part de l’expérience de tout lecteur : il crée un imaginaire à partir des mots qu’il lit et part en dehors du réel le temps de sa lecture. Imaginons que cette expérience soit prise au pied de la lettre : alors, le lecteur peut aller dans le monde du livre et rencontrer les personnages. C’est ce qui arrive à Thursday Next, enquêtrice dans la section 27 des Opspecs, dédiée à la littérature, lorsqu’Achéron Hadès, personnage capable de passer du monde de la fiction au monde réel et vice versa, enlève Jane Eyre contre rançon phénoménale : et pour cause, si Jane Eyre n’est pas rendue, le livre disparaît. Grâce au portail de la prose, mis au point par son oncle Mycroft (il se réfugiera comme par hasard dans Sherlock Holmes lorsque Goliath voudra lui voler ses inventions), Thursday entre dans le livre et réussira à vaincre Hadès. Elle sera obligée de changer la fin de l’histoire, ce qui affolera les clubs brontiens, car la littérature est soutenue par d’innombrables fans, regroupés en clubs, les plus nombreux étant ceux de Shakespeare, à tel point qu’il existe des Shakesparleur à tous les coins de rue, robots qui vous débitent une tirade moyennant l’introduction d’une pièce dans le mécanisme.

GL7ZPb-livre2 dans Sonia Faessel

A partir du second volume de la série, nous entrons dans le monde des livres que découvre Thursday Next en tant qu’apprentie auprès de Miss Havisham, l’héroïne des Grandes Espérances de Dickens, pour devenir un agent de la jurifiction, car la police existe aussi dans le monde des livres. Ses agents veillent au maintien de la continuité narrative dans tous les livres existants et sont aidés par le service des renseignements du Grand Central du Texte. Il leur faut également veiller à concilier le projet initial de l’auteur avec les attentes des lecteurs, et c’est un défi permanent car les personnages ne sont pas dociles du tout : il faut courir après le Minotaure qui envahit les livres, déjouer les plans des Martiens prêts à envahir pour la énième fois Barnaby Rudge ou convaincre un personnage trop timide pour jouer son rôle de sortir des toilettes. Le total délire est présent à chaque instant et l’insolite devient monnaie courante. Tous les livres existants sont répartis dans la grande bibliothèque,  un bâtiment dont on ne voit jamais la fin, sur 26 étages et 300 km de long ; et ce n’est que pour la littérature anglaise, chaque langue a la sienne. Le chat du Cheshire est l’archiviste et connaît l’emplacement de chacun des livres, il est un allié indispensable lorsqu’il faut récupérer un personnage qui se ballade d’un livre à l’autre,  une évidence dans le monde des livres, une épreuve pour l’être réel qu’est Thurday, même si elle est douée : une lecture à voix haute et la force de son imagination lui permet d’entrer dans le décor du livre qu’elle lit.

Que se passe-t-il lorsqu’un livre n’est plus lu ou qu’il n’est pas publié ? Ce sont alors les pauvres hères des 26 étages en sous-sol de la bibliothèque qui peuplent le puits des histoires perdues : personnages sans emploi, ils cherchent de petits rôles ou deviennent polyvalents pour remplacer un personnage qui a envie de prendre une pause. Thursday, occupée par ses enquêtes dans le monde des livres, y aura recours pour les rares lecteurs qui liront encore ses histoires dans la seconde saison de la série. Lorsque le livre est définitivement oublié ou impubliable, il échoue dans la gigantesque mer de textes, noyé dans les vagues de mots qui la constituent.

Il arrive encore qu’un personnage fictif réussisse à passer dans le monde réel et à s’y installer : c’est le cas du politicien Yorrick Kaine que combattra Thursday. Grâce à l’ovinateur, invention de Mycroft qui permet de contrôler les esprits par un système d’ondes, il menace de prendre le pouvoir et de faire de l’Angleterre une dictature. La punition est infligée par la fée bleue, seule capable de rendre réel un personnage de fiction, en lui donnant une consistance physique qui l’empêchera de retourner dans le monde de la fiction ; il connaîtra alors le sort des mortels.

FN7ZPb-livre5

La chrono-garde, le service le plus mystérieux des opspecs, peut jouer des tours pendables : Landen, le mari de Thursday, est éradiqué du monde réel, tué à l’âge de 2 ans, et il disparaît pour tous, sauf pour Thursday ; c’est la punition de Goliath envers celle que la multinationale considère avec raison comme son ennemie la plus redoutable. Le père de Thursday, désobéissant aux consignes de la chrono-garde, n’existe que pour de courtes visites dans le monde réel, pourchassé constamment et conséquemment en cavale perpétuelle. Ce sont encore les déplacements dans l’espace temps qui permettent à St Zvlkx, un saint du XIIIe siècle de dicter des révélations qui se réalisent toutes, et pour cause, il a vu ce qui doit se passer.

Thursday devient elle-même un personnage lorsque ses aventures sont publiées et elle devra affronter son double, créé pour l’occasion et beaucoup plus vendeur qu’elle, une Thursday violente et très portée sur le sexe ; inversement un autre double d’elle sera créé dans une fiction supervisée par Thursday pour contrer cette image qu’elle n’aime pas et qui lui a été volée par des éditeurs soucieux de succès commerciaux avant tout. C’est cette autre Thursday qui lui sauvera la vie dans le 5e volume de la série, Le Mystère du hareng saur.

Inutile de raconter les aventures de Thursday Next, elles sont suffisamment passionnantes pour vous tenir en haleine tout au long de la série. Le jeu entre réalité et fiction, la mise en abyme du statut d’auteur et du lecteur sont les vraies aventures de cette lecture. Saviez-vous, cher lecteur,  que lorsque vous avez un coup de fatigue, c’est provoqué par le monde des livres lorsque le personnage qui doit jouer son rôle est tragiquement absent ? Et vous, cher auteur, vous pensez avoir de l’imagination, mais heureusement que les tuyauteries à haut débit de l’imaginaire du monde des livres fonctionnent plein pot pour vous suggérer les bonnes idées et les bonnes images…

A bon entendeur, salut !

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 18:12
Enregistré dans Fantastique, Littérature, Science-fiction, Sonia Faessel
JOHN CARPENTER A DIT…

Posté le Samedi 18 février 2023

JOHN CARPENTER A DIT... dans Paroles c8s3Pb-John-CarpenterDurant son enfance, John Carpenter a découvert le film PLANÈTE INTERDITE et voici ce qu’il en dit :

« Je me souviens par exemple que PLANÈTE INTERDITE fut un choc immense : c’était la première fois qu’il m’était donné d’apprécier la majesté d’un cadre en Scope. Ce film déployait une telle imagerie… À l’époque, je ne me doutais absolument pas que c’était une adaptation libre de La Tempête de Shakespeare, et ce film fut un tournant décisif dans ma cinéphilie. »

(Mad Movies Hors Série 50 ans)

morbius @ 18:49
Enregistré dans Paroles, Science-fiction
FEUILLETS D’HYPNOS – Richard Matheson – 2

Posté le Mercredi 25 janvier 2023

FEUILLETS D'HYPNOS - Richard Matheson - 2 dans Fantastique 14072703494415263612413227

RICHARD MATHESON

ou les itinéraires de l’Angoisse

- deuxième partie -

La première partie est disponible ICI.

(Texte écrit par Mandragore au début des années 90)

G27uPb-mat1 dans Feuillets d'Hypnos

Voici donc Matheson scénariste. Après le succès considérable du film « L’Homme qui rétrécit », on fait de plus en plus appel à lui. Matheson délaisse alors un peu sa carrière d’écrivain. Il écrit cependant pour « Playboy », magazine highclass, « The Splendid Source » (« Le Haut Lieu »), nouvelle dans laquelle il imagine comment se forment et se transmettent toutes les histoires drôles. Ici, les blagues s’avèrent être non le fait d’un folklore impersonnel mais bien l’œuvre consciente d’un groupe particulier.

Il sacrifie peu à peu les pirouettes intellectuelles et les procédés spectaculaires au profit d’un fantastique plus intime, intériorisé, où les forces qu’affronte l’homme sont issues du fond même de son inconscient. Il en résulte un notable changement de ton. Richard Matheson ne cherche plus à briller, ni à secouer son lecteur par un traitement de choc. Littérature et cinéma deviennent pour lui deux façons de traduire toutes les facettes d’un même univers, deux manières de dire l’angoisse et la solitude, deux chemins conduisant à la peur. Il adapte à l’écran certaines de ses histoires, nous offrant ainsi deux versions tout aussi efficaces. C’est ce qui se passa en particulier lorsqu’il travailla, de 1959 à 1964, pour la célèbre série télévisée de Rod Serling « The Twilight Zone » (NDLR : série La Quatrième Dimension). Il semble que Matheson se soit senti particulièrement à l’aise dans cette saga R77uPb-mat2 dans Littératurecomposée pour la plus grande part d’épisodes d’une demi-heure où il fallait raconter une histoire courte se terminant par une chute inattendue. Il écrivit donc une quinzaine de scénarii : « Third from the Sun », « Little Girl Lost », « The Mute », « The Death Ship », « Nightmare at 20 000 Feet », « Night Call » ou « Once Upon a Time » qui eut pour interprète Buster Keaton.

Parallèlement à « The Twilight Zone », Richard Matheson participa, à partir de 1960, à la série « Poe » de Roger Corman. Il y signa quatre adaptations : « House of Usher », « Pit and the Pendulum », « Tales of Terror » et « The Raven ».

6B7uPb-mat3 dans Science-fiction

Si sa production littéraire baisse en quantité, la qualité, elle, est au rendez-vous. Témoin ce « Deus ex Machina », récit très « dickien » sur un robot découvrant peu à peu sa véritable nature dans un monde sur-mécanisé. « I am Legend » est adapté à l’écran en 1964 par Sidney Salkow sous le titre « The Last Man on Earth », avec Vincent Price dans le rôle principal. Ce fut un tel massacre que Richard Matheson préféra signer d’un pseudonyme : Logan Swanson. Une seconde adaptation vit le jour en 1971, sous le titre « The Omega Man », avec Charlton Heston, et réalisé par Boris Sagal.

iE7uPb-mat4L’année suivante, il collabore à « Star Trek » avec un épisode intitulé « The Enemy Within ». En 1971, il écrit pour un tout jeune réalisateur… Steven Spielberg, un scénario d’une de ses nouvelles parue dans « Playboy » : « Duel ». Cette histoire d’un automobiliste luttant contre un camion fou et… inhabité, contribua sans aucun doute à faire connaître Spielberg qui en serait peut-être resté là sans lui ! La même année Richard Matheson revient au roman avec « Hell House » (« La Maison des Damnés »), classique histoire de maison hantée. En 1972, il rencontre Dan Curtis. Naîtront alors deux téléfilms grandioses : « The Night Stalker » (« Le Chasseur Nocturne » qui met en scène un détective de l’Étrange du nom de Carl Kolchak. Ce dernier intrigué par la découverte périodique de cadavres de jeunes femmes dans les ruelles sombres de Las Vegas, finit par acquérir la certitude que le tueur n’est pas un être humain. Seul face à l’incrédulité publique, il se lance à la poursuite d’un vampire millénaire doué d’une force colossale. Puis, c’est « The Night Strangler » où Kolchak affronte dans une prodigieuse ville souterraine un alchimiste immortel. Il adapte en 1974 le « Dracula » de Bram Stoker. Nonobstant le titre français idiot : « Dracula et ses femmes vampires », c’est une œuvre originale qui dépasse les clichés d’antan. Le saigneur n’est plus le monstre froid de Fisher ou l’aristocrate pervers de Browning. C’est un « étranger en terre étrangère », vulnérable et passionné, non plus inhumain mais surhumain.

eK7uPb-mat5

Il donne en 1978 « Bid Time Return » (« Le Jeune Homme, la Mort et le Temps »), superbe roman de SF : un homme de 36 ans confronté à la mort, tombe amoureux d’une actrice du XIXème siècle. Le héros voit approcher son propre anéantissement mais il trouve dans un univers apparemment révolu une issue précaire, mais combien romantique, à la mort. Adapté au cinéma, ce livre est devenu « Somewhere in Time » (NDLR : Quelque part dans le temps, voir le film ICI) de Jeannot Szwarc. Après « What Dreams may come » en 1978, Richard Matheson avoue dans « Ce que je crois » qu’il n’a plus envie d’écrire de romans ni de nouvelles. Qu’il vivra d’adaptations cinématographiques commerciales et que seul le théâtre le tente encore.

Même si Matheson ne ressuscite plus jamais à la manière d’un Silverberg, du moins a-t-il créé une œuvre fascinante au style hitchcockien, économe, étonnante de rigueur et d’efficacité. Il a exploré pour nous, lanterne haute, toutes les facettes de l’angoisse, de la solitude et de la peur. Il en a ri et nous en a fait rire. Il en a frémi et nous en a fait frémir. Mais aujourd’hui parce que cette grande voix s’est tue, il nous faut bien reconnaître, par-delà la cohérence de ses constructions parfois indécentes de subtilité, la présence d’une qualité indéfinissable, indicible et intransmissible : le génie !

- Mandragore -

TQ7uPb-richard-matheson

18031309271915263615610534 dans Trapard

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 15:22
Enregistré dans Fantastique, Feuillets d'Hypnos, Littérature, Science-fiction
FEUILLETS D’HYPNOS – Richard Matheson – 1

Posté le Samedi 21 janvier 2023

FEUILLETS D'HYPNOS - Richard Matheson - 1 dans Fantastique 14072703494415263612413227

RICHARD MATHESON

ou les itinéraires de l’Angoisse 

- première partie -

(Texte écrit par Mandragore au début des années 90)

qsgtPb-mat1 dans Feuillets d'Hypnos

Ni écrivain de SF au sens propre, ni « maître de l’horreur » spécialisé dans les effets sanglants, ni super-pro, ni scénariste-tâcheron de la Mecque du Cinéma, Matheson fait partie du plus pur courant de la « fantasy » anglo-saxonne. Ce mot, plus riche en connotations que la simple référence française au Fantastique, s’articule autour d’un certain nombre de préoccupations d’ordre métaphysique : l’angoisse, réaction fondamentale, révulsion face à notre néant ; la solitude, l’incommunicabilité ; mais aussi, la hantise du déterminisme, le sentiment que tout est joué d’avance, que l’être vulnérable n’est qu’une marionnette suspendue aux fils du Destin.

CvgtPb-journal-dun-monstre-4929497-264-432 dans LittératurePour exprimer ces thèmes majeurs, Matheson recourt le plus souvent à la nouvelle, minimaliste, étonnamment économe, ce qui pose parfois des problèmes de sens pour le lecteur non aguerri. En 1950, son premier texte : « Born of Man and Woman » (« Journal d’un Monstre ») (NDLR : à lire ICI), paraît dans « The Magazine of Fantasy and Science Fiction ». Dès lors, Richard Matheson, frêle jeune homme de vingt-trois ans, est considéré comme faisant partie du gotha. Quatre pages squelettiques lui auront suffi pour entrer en Littérature par la Grande Porte.

Mais qui est cet écrivain mystérieux pour lequel toute l’Amérique soudain s’enflamme par ce bel été de l’an de grâce 1950 ? Richard Matheson est né dans le New Jersey le 20 février 1926. Il fréquente le « Brooklyn Technical Highschool » jusqu’en 1943, puis, effectue un service militaire plus que mouvementé en Europe entre 1944 et 1945. De retour au pays, le petit GI devient écrivain. Il eût très bien pu devenir musicien, comédien ou journaliste (il avait été formé pour cela à l’Université du Missouri) sans ce phénoménal premier succès.

Après avoir fait pénétrer le lecteur dans l’univers mental d’un mutant haï et pitoyable, Richard Matheson produit deux textes qui ne brillent pas par leur originalité : « Third from the Sun » (NDLR : qui a donné l’épisode de LA QUATRIÈME DIMENSION « Troisième à partir du Soleil » à voir ICI) et « When the Waker sleeps ». Visions et moralités y évoquent davantage Wells que les courants contemporains. Peu lui chaut ! Ce qui l’intéresse, c’est l’homme, l’individu projeté dans un monde auquel il ne comprend rien et dans lequel, souvent, il n’a pas sa place. Le devoir de déchiffrer à l’aide de la Science ! C’est ce qui différencie Matheson des autres écrivains de SF qui avaient, ont besoin d’un Étalon, d’un Ordre, d’une Loi. Seuls Dick ou Leiber sont allés aussi loin, chacun à leur manière dans la voie de l’incertitude.

KygtPb-pp5110 dans Science-fiction

Une œuvre révélatrice à cet égard : « The Thing » (« La Chose », 1951) à ne pas confondre avec la nouvelle de Campbell. Ici, l’auteur prend la SF à son propre piège en consacrant la victoire de la fiction sur la logique, de l’irrationnel sur le rationnel. « La Chose » est un pied de nez à la Physique, un défi aux Mathématiques (une société totalitaire cache un artefact, une machine au mouvement perpétuel qui nie tous ses postulats). De même, chez Matheson, la guerre future passe par la sorcellerie (« Witch War »), les objets prétendument inanimés sont doués d’une vie vorace (« Clothes make the Man »), les monstres ne sont pas toujours ceux que l’homme désigne comme tels. La perspective bascule, les règles se détraquent, la raison s’éparpille. On retrouve également ce souverain et insouciant mépris de la Loi dans « I am Legend » (1954).

61gtPb-41tyvtAdxbLAprès quarante textes envoûtants où Richard Matheson explore explosif tous les grands thèmes du genre, survient Le Roman. Un de ces livres rares qui constituent la synthèse parfaite d’un créateur, une sorte de manifeste aux prolongements ineffables, une superbe histoire dont on n’a jamais fini de faire le tour. Techniquement, c’est une gageure. Un livre qui met en scène un seul personnage (ou presque). Pourtant aucune monotonie. Cette œuvre nocturne évoque un monde d’après l’apocalypse : un seul humain survivant parmi des hordes de goules mutantes. Mais le vampirisme n’est ici qu’un prétexte. Le thème central ? La solitude de Robert Neville, l’angoisse existentielle face au néant qui engloutira, à la fin du roman, l’humanité tout entière en sa personne. Les buveurs de sang calfeutrés dans des donjons d’un autre âge déferlent soudain sur les technopoles et assiègent le dernier représentant d’une espèce naguère dominatrice. Ce fantastique renversement de situation confère à l’œuvre une portée universelle, niveau rarement atteint par la gent ténébreuse. (NDLR : adapté au cinéma en 1971 dans le film de Boris Sagal THE OMEGA MAN, en français LE SURVIVANT, à voir ICI).

O4gtPb-71BqsYpQrkL

Richard Matheson est désormais durablement affublé de l’étiquette SF. Mais , après tout, puisque celle-ci se vend, pourquoi ne pas faire semblant d’en écrire ? Suivant quelques histoires qui reposent sur une idée de départ « incroyablement frappante ». Ainsi, « The Man who made the World » (« L’Homme qui fit le Monde ») : le monde a cinq ans et a été créé par un démiurge-enfant ; « Being » (« L’Être », traduit en français sous le titre « Le Zoo ») : un pompiste est engagé par un E.T. naufragé pour lui procurer de la nourriture, soit un homme tous les deux jours ; « Dance with the Dead » (« Danse Macabre ») : des zombis, appelés « néozons », capables d’exécuter des girations spasmodiques sous l’action d’un agent microbien, animent des spectacles pour un public pervers et blasé ; « The Funeral » (« Funérailles ») : un vampire s’adresse à une célèbre maison de pompes funèbres pour organiser un somptueux simulacre d’enterrement auquel il convie tout le gratin de la thaumaturgie.

bLgtPb-arton33694Deux ans et demi après « I am Legend », Richard Matheson force les portes d’Hollywood avec « The Shrinking Man » (« L’Homme qui rétrécit ») (NDLR : film à voir ICI), roman qui s’inscrivait dans une vaste stratégie consistant à allécher les producteurs avec un bon sujet puis à le leur vendre à l’unique condition d’en tirer lui-même le scénario pour une adaptation cinématographique. Cela marcha parfaitement. Un, par ce que le sujet était superbe et très visuel à une époque où le cinéma fantastique américain manquait cruellement d’idées originales ; deux, parce que Matheson s’avère être un scénariste-né. Éreintée par Damon Knight, cette œuvre illustre une fois de plus l’épopée solitaire d’un héros vulnérable qui sombre dans l’inconnu. En France, se développa rapidement une polémique : Richard Matheson n’était-il finalement qu’un affreux plagiaire ? On releva, en effet, 21 similitudes entre son livre et celui écrit en 1928 par l’écrivain français Maurice Renard, « Un Homme chez les Microbes ». Mais ces soupçons non fondés se dissipent. Même Cocteau déclare que l’objet du délit est un fabuleux roman poétique.

UQgtPb-Incredible-Shrinking-Man

Fin de la première partie.

18031309271915263615610534 dans Trapard

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

morbius @ 16:41
Enregistré dans Fantastique, Feuillets d'Hypnos, Littérature, Science-fiction
LA QUATRIÈME DIMENSION, LE LIVRE GUIDE

Posté le Jeudi 5 janvier 2023

LA QUATRIÈME DIMENSION, LE LIVRE GUIDE dans Fantastique 14072703494415263612413227

obnnPb-twilight-zone4 dans Littérature

Les éditions Omaké Books, qui publient déjà l’excellent mook Rétro Lazer, sont à l’origine de ce petit livre de plus de 250 pages, paru discrètement en septembre  2022, et intitulé : « La Quatrième Dimension, la Série TV : La Morale au Service du Fantastique ».

Dans cet ouvrage écrit par Philippe Poitiers, enseignant en université, « l’auteur analyse la genèse, les mécanismes narratifs, les thématiques et les sources d’inspiration littéraires et cinématographiques de La Quatrième Dimension. Il décrypte également l’intégralité des épisodes mais aussi sa diffusion en France, la vie de Rod Serling (créateur de la série) ainsi que les multiples objets dérivés. »

Tous les épisodes des différentes saisons de LA QUATRIÈME DIMENSION sont présentés à l’aide d’une fiche technique, d’un résumé, d’une brève critique et d’informations sur le réalisateur et les principaux acteurs. On pourra juste regretter l’absence de renseignements sur le tournage de chaque épisode de THE TWILIGHT ZONE, à l’inverse de son équivalent américain « The Twilight Zone Companion » de Marc Scott Zicree, paru en 1989. Cependant, cette absence est vite oubliée car le livre de Philippe Poitiers peut se targuer d’être, à ma connaissance, le seul et unique ouvrage français entièrement consacré à ce chef-d’œuvre télévisuel qu’est l’incomparable série LA QUATRIÈME DIMENSION. Alors profitons-en !

- Morbius – (morbius501@gmail.com)

morbius @ 9:43
Enregistré dans Fantastique, Littérature, Science-fiction
12345...300