Dictionnaire altaïrien : A comme… Alien !

Posté le Mardi 12 janvier 2010

lettrea.gifJ’ouvre aujourd’hui le petit dictionnaire altaïrien qui va s’étaler, vous vous en douter, sur vingt-six jours ! Pour chaque lettre de l’alphabet, une créature, un film, un livre, un personnage, un événement, un objet, une série, un auteur, un réalisateur, un artiste… peu importe, du moment que c’est lié à l’Imaginaire, de près ou de loin, et que cela m’inspire !

alien10.jpg

Altaïr ?… Arctarus ?… Albator ?… Alderaan ?… Alpha ?… non, Alien bien sûr ! Impossible de ne pas en parler ! Alien le chef-d’oeuvre réalisé en 1979 par le talentueux Ridley Scott, Alien l’incomparable créature conçue par l’étonnant Giger, artiste de l’Etrange à l’origine de ce monstre qui fera frémir les salles comme jamais aucun autre avant lui. Je me demande vraiment à quoi aurait pu ressembler l’Alien sans Giger ?… A voir les premières ébauches de la créature par d’autres artistes, et même si certaines peuvent paraître quelque peu intéressantes, aucune, absolument aucune ne possèdera jamais cette apparence aussi aussi dérangeante car tellement crédible et si éloignée de tout ce que l’on aurait pu s’attendre à voir ! L’Alien porte bien son nom, « alien », traduction quasi impossible en français, « étranger » s’y rapprochant à peine, « alien » aujourd’hui employé presque couramment, même en français, pour désigner n’importe quel extraterrestre.

Pour incarner cette noble créature, il fallait un acteur suffisamment grand et maigre ! Il sera trouvé en la personne de Bolaji Badejo. « Membre de la tribu africaine des Masai et étudiant en arts graphiques en Angleterre, il décida que ça ne le dérangerait pas de faire une apparition dans un film, même s’il devait être totalement méconnaissable ». Il mesurait, paraît-il, deux mètres quarante ! Et bien sûr ce sera à Giger de lui conférer toute son incroyable apparence : « Comme d’habitude dans tout ce que je fais, j’ai donné une apparence biomécanique à ma créature », dit-il. « En partant du moule de plâtre, je me suis servi de Plasticine, de caoutchouc, de tuyaux nervurés, et de plusieurs trucs mécaniques comme du fil électrique. Le costume est entièrement translucide ; la tête est en fibre de verre. Il fallait aussi une grande souplesse parce que l’Alien adopte diverses attitudes et doit parfois bondir très vite, comme un insecte. »

Le résultat est aujourd’hui celui que l’on connaît, incomparable et, bien sûr, complètement inégalé depuis. Désolé pour le Prédator, même si c’est une belle bête celui-là aussi !

Sources : Métal Hurlant Hors Série Alien

Pour en savoir davantage sur les oeuvres de Giger : http://monratsappelledagon.unblog.fr/tag/peintre/

Et un site entièrement dédié à la saga des Aliens : http://www.planete-alien.net/

morbius @ 23:33
Enregistré dans Cinéma, Dictionnaire altaïrien, Monstres sacrés, Science-fiction
La SF selon Hugo Gernsback

Posté le Mardi 12 janvier 2010

hugogernsback.jpg 

Hugo Gernsback :

« La scientifiction, c’est une histoire romanesque attrayante à laquelle se mêlent des éléments scientifiques et une vision prophétique. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugo_Gernsback

morbius @ 11:52
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
A la gloire de la SF : les pulps !

Posté le Lundi 11 janvier 2010

pulp15.bmp 

Les pulps étaient des magazines américains bon marché qui ont publié durant les années 1920 à 1940 des nouvelles de science-fiction, ou des romans divisés en plusieurs chapitres. Ils ont permis à des auteurs aujourd’hui célèbres tels que Ray Bradbury, Isaac Asimov et tant d’autres de se faire connaître et ont contribué à créer le fandom. On peut encore en trouver chez certains bouquinistes, en particulier aux Etats-Unis, leur terre de prédilection, mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande où j’ai déniché des Amazing Stories, Weird Tales, Fantastic Adventures et compagnie ! Les feuilleter vous fait voyager à travers le temps, à une époque que l’on appellera plus tard l’Âge d’Or de la science-fiction. Tout au long de cet article, n’oubliez pas de cliquer sur les couvertures en miniatures pour pouvoir admirer tous leurs attraits !

« Pulp » est le nom donné à ces magazines en raison de leur fabrication à base de pulpe de bois, un papier de piètre qualité qui permet un coût moindre. Le premier pulp, The Argosy, paraît en 1896. Alors qu’il débute à neuf mille exemplaires mensuels, il atteindra bientôt un tirage de cinq cent mille numéros ! Dans les années 1920, on dénombre alors pas moins de 120 titres publiés chaque mois pour dix millions de lecteurs et dans tous les genres littéraires(SF, western, policier…). C’est au début du XXe siècle que trois pulps, Argosy, The Cavalier et All-Story Magazine entreprennent de faire paraître ce que l’on appelle à cette époque des scientific romances, que l’on nommera plus tard des histoires de science-fiction. Le célèbre Amazing Stories, The Magazine of Scientifiction est créé quant à lui par Hugo Gernsback en avril 1926. Le magazine est très prisé des adolescents et de la jeune classe moyenne, lectorat qui apprécie par-dessus tout les distractions et les jeux autour des sciences et des techniques. En 1940, on compte désormais près d’une trentaine de mensuels de science-fiction pour environ 45 000 lecteurs.

pulp5.jpg pulp3.jpg pulp7.jpg pulp13.jpg

Les pulps affichent toujours de belles couvertures très colorées, aux mises en scène extraordinaires et naïves, où des héros souvent affublés de tenues d’astronautes affrontent de dangereux extraterrestres, où de belles jeunes femmes en détresse, et assez dévêtues, sont menacées par des créatures hideuses et où des vaisseaux spatiaux volent à toute vitesse à travers l’univers. Le space opera est par essence le genre omniprésent. Souvent dynamiques, parfois érotiques, les couvertures se veulent racoleuses au possible, elles reprennent généralement une scène d’une histoire publiée dans le pulp. En moyenne, quatre ou cinq histoires sont publiées par numéro. Des auteurs et des illustrateurs se spécialisent peu à peu dans les pulps, ils en font même leur métier.

pulp.jpg

Que de noms étonnants à l’époque pour nommer tous ces pulps ! Ainsi, quelques exemples : Amazing Stories, Fantastic adventures, Weird Tales, Thrilling Wonder Stories, Captain Future, Planet Stories, Modern Electrics, Astounding Stories, Wonder Stories, Famous Fantastic Mysteries, Air Wonder Stories, Analog, Dynamic Science-Fiction, Startling Stories… Un large éventail de leurs histoires a été recueilli dans une anthologie qui leur est entièrement dédiée et appelée Les Meilleurs Récits de…, collection dirigée par Jacques Sadoul aux éditions J’ai Lu, anthologie malheureusement aujourd’hui épuisée.

pulp10.jpg pulp9.jpg pulp2.jpg pulp6.jpg

La qualité littéraire des récits de science-fiction publiés dans les pulps n’était pas toujours au rendez-vous, loin de là, néanmoins ces petits magazines bon marché ont permis à la SF de s’épanouir et d’obtenir progressivement ses lettres de noblesse. On peut considérer qu’ils furent une étape indispensable pour en arriver à ce que nous connaissons aujourd’hui, même si la qualité n’est pas forcément toujours au rendez-vous aussi à notre époque !

Pour découvrir de magnifiques reproductions de ces fabuleuses couvertures de pulps, un livre : 1926-1954 : L’Art de la Science-Fiction (Lester Del Rey / éd. Chêne).

Sources : La Science-Fiction : Aux Frontières de l’Homme (Stéphane Mantrédo / Découverte Gallimard Littérature / éd. Gallimard), La Science-Fiction (Lorris Murail / Guide Totem / éd. Larousse).

pulp16.jpg

morbius @ 17:55
Enregistré dans Dossier, Littérature, Science-fiction
Le cryptide du jour : le Mégalodon

Posté le Lundi 11 janvier 2010

mgalodon.gif

LE MEGALODON

Le Mégalodon est un requin géant (jusqu’à 40 m de long !) qui a vécu à l’époque de la préhistoire. On pourrait presque le comparer à une sorte de requin blanc énorme. Apparu sur terre il y a 25 millions d’années, il aurait disparu il y a 1,6 millions d’années. Se pourrait-il que certains mégalodons aient survécu jusqu’à aujourd’hui ?… Cela paraît franchement plus qu’improbable ! Et pourtant…

En 1954, un bateau aurait été mordu au sud de l’Australie, près d’Adélaïde. On nous dit que le demi-cercle de l’impact de la mâchoire de l’animal mesurait 2 m de diamètre, avec des dents plantées de 10 cm de long sur 8 cm de large à la base. On aurait alors évalué la taille du requin à 24 m ! Plus près de notre époque, en 1980, un requin d’une longueur d’environ 27 m aurait été aperçu au large des côtes australiennes du Queensland et de la Nouvelle Galle du Sud… D’autre part, un requin géant, sans doute un requin blanc de 20 m (taille tout de même exceptionnelle pour un requin blanc !) serait célèbre pour évoluer dans les eaux de la False Bay en Afrique du Sud. Enfin, on aurait déjà trouvé des baleines dont les blessures pourraient être dûes à de gigantesques requins blancs…

Voilà ce Wikipédia affirme à propos du mégalodon : Quelques cryptozoologistes  ont suggéré que le requin aurait bien pu disparaître plus récemment, voire être encore vivant. Alors qu’il est censé s’être éteint il y a 1,6 million d’années, des dents vieilles de seulement 14 000 ans ou même 10 000 ans voire 5 000 ans ont été retrouvées et non fossilisées.

Les éléments suivants sont avancés comme autant de preuves :

  • À la fin du XIXe siècle, le navire océanographique Challenger découvrit au fond du Pacifique des dents actuelles de requin blanc mais longues de 12,5 cm, ce qui est nettement supérieur aux 7,5 cm en moyenne chez les requins blancs que nous connaissons. Certaines de ces dents sont vieilles seulement de 10 000 ans et ne sont pas fossilisées.

  • Pierre Clostermann rapporte dans son livre Des poissons si grands (1969) un incident survenu 15 ans auparavant au large de Timor (Indonésie), et attribué à un gigantesque requin blanc : « [...] en mars 1954, le cotre australien Rachel Cohen passait en cale sèche à Adélaïde pour un carénage. 17 dents de Carcharodon carcharias ayant en moyenne 8 cm à la base et 10 cm du collet à la pointe, furent extraites de la quille en bois, juste à l’aplomb de l’arbre d’hélice tordu. Le demi-cercle décrit par l’implantation des dents et des traces avait pratiquement un mètre de rayon ! » « Le capitaine Rachel Cohen se souvenait d’un choc nocturne violent lors d’une tempête au large de Timor et avait conclu à une collision avec un des nombreux troncs d’arbre flottant dans cette mer. » « Les ichtyologues australiens ont attribué environ 24 m de long au possesseur d’une telle denture, attiré probablement, comme cela est très fréquent, par les reflets de l’hélice. »

L’estimation faite sur la taille du spécimen reste relative aux connaissances de l’époque.

  • On aurait retrouvé une vertèbre d’une soixantaine de centimètres de diamètre et datant de 20 000 ans (datation au carbone 14) lors de fouilles archéologiques au Mée-sur-Seine, France.

  • Des dents de mégalodon vieilles d`environ 5 000 ans ont été trouvées au large de la côte Victoria il y a quelques années.

  • Le biologiste marin en:David George Stead a mentionné plusieurs observations de requins blancs de grande taille dans les eaux australiennes : « En mai 1939, au cours de discussions dans la presse de Sydney au sujet de la taille des requins, le capitaine J. S. Elkington du Queensland m’écrivit pour me parler d’une observation qu’il fit en 1894 d’un grand requin au large de Townsville Breakwater. (Je puis mentionner que le capitaine Elkington a passé une partie considérable de sa vie au service de la mer, et a toujours été un observateur avisé de la nature.) Il disait que pendant que la chaloupe de 35 pieds [10,5 m] dans laquelle il était se trouvait à l’arrêt durant une demi-heure, ce requin resta à dix pieds [3 m] de la chaloupe, lui donnant l’ample occasion de l’observer. « Ce n’était pas un requin pèlerin, écrivait-il, mais un vrai de type blanc ou jaunâtre, qui se projetait de quelques pieds au moins au-delà de chaque côté de la chaloupe. Cet observateur connaissait le requin pèlerin et il était sûr que celui qu’il avait vu était le grand requin blanc. »

A une époque où les profondeurs des océans de la planète demeurent encore inexplorés, donc inconnus, où l’on sait aujourd’hui que le calmar géant, longtemps pris pour une légende, existe bel et bien, se pourrait-il que quelques rares survivants de l’espèce des mégalodons hantent encore nos eaux ? Je me souviens qu’au mois de décembre 2009 est parue dans notre quotidien local, Les Nouvelles Calédoniennes, la photo d’une morsure bien nette d’environ deux mètres de large sur une baleine, au large de l’Australie. Les scientifiques n’ont pu déterminer l’origine de l’animal ayant infligé cette terrible blessure au cétacé, mais ils en ont conclu qu’il devait être énorme…

Nom : Mégalodon

Taille : jusqu’à 40 m de long.

Habitat : les océans de la planète, en particulier les eaux chaudes du Pacifique.

Description : ressemble à un requin blanc géant.

mgalodon2.jpg

Sources : Guide des Animaux Cachés : Traité de Cryptozoologie (Philippe Coudray / éd. du Mont)

Pour en savoir plus : Guide des Animaux Cachés : Traité de Cryptozoologie (Philippe Coudray / éd. du Mont), http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9galodon, http://pagesperso-orange.fr/cryptozoo/2nd_role/megalodon.htm

morbius @ 15:17
Enregistré dans Cryptozoologie
La SF selon Samuel Delany

Posté le Lundi 11 janvier 2010

samuelrdelany.gif 

Samuel Delany :

« J’ai toujours trouvé curieux qu’on continue de me demander sans cesse : « Quelle est votre définition de la science-fiction ? » alors que plus personne ne demande jamais sérieusement à quiconque de définir le roman ou la poésie. L’une des raisons en est que son nom sous-entend qu’elle doit être plus ou moins scientifique et mener en conséquence à une définition. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Delany

morbius @ 14:14
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
Vaisseaux et Véhicules STAR WARS des éditions Atlas

Posté le Dimanche 10 janvier 2010

atlas2.jpg        atlas.jpg 

Débutée il y a environ deux ans, Vaisseaux et Véhicules Star Wars des éditions Atlas est une collection qui regroupe, comme son nom l’indique, tous les vaisseaux, véhicules et engins de la saga de George Lucas en miniatures. Vendue par abonnement, en librairie ou sur commande, il s’agit d’une collection pour adulte qui s’adresse véritablement aux fans purs et durs ! 

Paraissant à un rythme d’un numéro tous les quinze jours, l’objet de collection est vendu dans un boitier plastique transparent d’exposition avec un décor de fond, il est posé sur un socle et accompagné d’un petit fascicule en couleur, format A5, d’une trentaine de pages, lequel présente l’histoire du vaisseau ou du véhicule, ses caractéristiques, etc. Chaque miniature, en métal, est superbement détaillée et peinte. Rares sont les pièces de cette immense collection qui m’ont déçu. On y trouve des merveilles comme le Tantive 4, le chasseur Tie de Vador, le Wheel Bike de Grievous, le V-Wing, la capsule de sauvetage de C3-PO et R2-D2, le T-16 Skyhopper de Luke, la barge à voiles de Jabba, l’esquif des sables… Un grand soin est apporté aux finitions. Malheureusement, le prix est quelque peu prohibitif (14,99 €…). La collection, qui se sera étalée sur l’ensemble des six films de la saga, devrait s’achever dans les semaines qui viennent après une soixantaine de numéros. Je tiens à préciser qu’aucun vaisseau ou véhicule de l’univers étendu n’est disponible. Deux adresses utiles :

- celle des éditions Atlas qui présentent la collection : http://www.editionsatlas.fr/uploads/fr/minisites/6606%20-%20Star%20Wars%20V2/spot.html

- celle d’un site de vente de journaux par correspondance où l’on trouve encore toute la collection disponible : http://www.journaux.fr/

atlas3.jpg

morbius @ 18:54
Enregistré dans Science-fiction, Star Wars
La SF selon Jean-François Revel

Posté le Dimanche 10 janvier 2010

revel.jpg 

Jean-François Revel (1924-2006) fut un philosophe, journaliste et écrivain français.

Jean-François Revel :

« La haine profonde que les hommes de notre époque vouent à la connaissance scientifique, dans la mesure où elle affaiblit la peur des dieux dont Epicure avait déjà dit le lien avec le refus du plaisir, a sécrété entre autres choses ce germe culturel intensément inepte et grossier : la science-fiction. Rien n’est fait pour dégoûter de la connaissance objective et de ses prolongements pratiques comme ces tueries intergalaxiques, où d’ahurissants primates élèvent à la hauteur d’un principe cosmique les habitudes présidant aux règlements de comptes entre gens du milieu. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Revel

morbius @ 12:08
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
La Galaxie de la Terreur

Posté le Samedi 9 janvier 2010

gal4.jpg

LA GALAXIE DE LA TERREUR (GALAXY OF TERROR)

Année : 1981
Réalisation : Bruce D. Clark
Scénario : Bruce D. Clark et Marc Siegler
Production : Roger Corman et Mary Ann Fisher
Musique : Barry Schrader
Pays : Etats-Unis
Durée : 81 min
Interprètes : Edward Albert, Erin Moran, Ray Walston, Bernard Behrens, Zalman King, Robert Englund, Taaffe O’Connell, Sid Haig, Grace Zabriskie, Jack Blessing, Mary Ellen O’Neill

gal3.jpg

L’HISTOIRE :
« Quelque part aux confins d’une galaxie, une planète stérile : Morganthus. Celle-ci est aux mains du Maître, un être impitoyable au pouvoir immense. Attiré par un champ de force, le vaisseau spatial Rebus s’écrase sur la surface de Morganthus… Sur Xercès, on s’inquiète de la disparition du vaisseau Rebus et la décision est prise d’envoyer une équipe de sauvetage à la recherche de survivants éventuels. En arrivant en vue de Morganthus, le vaisseau sauveteur  est attiré à la surface de la planète par un champ magnétique puissant… L’équipage comprend comment leurs camarades ont été obligés de se poser, et la découverte de leurs cadavres atrocement mutilés leur font comprendre qu’à leur tour, ils sont en danger. Pour repartir et vaincre ce champ magnétique, un seul moyen : venir à bout du Maître de Morganthus… De dures épreuves attendent les membres d’équipage, ils devront affronter mille dangers dont une machiavélique machine à matérialiser les peurs et les fantasmes… »

gal.jpg

Produit par le célèbre Roger Corman (celui qui, à partir de rien, peut tout faire), LA GALAXIE DE LA TERREUR est un film de science-fiction horrifique très recherché par les collectionneurs. Introuvable en DVD zone 2, disponible en zone 1 puis désormais épuisé, rares sont ceux qui ont la chance de posséder cette petite merveille de série B dans leur vidéothèque, sauf s’ils ont la VHS, comme moi, ou s’ils sont passés par des moyens détournés (chasseurs de primes, espions Bothans, commandos spéciaux…). Mais pourquoi un petit film aussi génialissime que celui-là demeure encore aujourd’hui absolument introuvable en France ? Qui pourra m’expliquer pourquoi il n’est JAMAIS diffusé à la télévision ? Encore un mystère à élucider…

gal2.jpg

Car LA GALAXIE DE LA TERREUR mérite absolument d’être connu ! En effet, surfant sur la vague d’ALIEN sortit en 1979, Roger Corman (celui qui, à partir des gros succès, peut pondre une bonne surprise) a produit un étonnant film de SF horrifique au suspense haletant (ça n’atteint pas le niveau d’ALIEN, mais tout de même !), aux trouvailles ingénieuses (la pyramide géante extraterrestre où se déroulent les épreuves), aux décors réussis (les intérieurs du vaisseau, l’extérieur de la pyramide et ses tunnels intérieurs), aux effets gores bien crades (les morts sont plus horribles les unes que les autres !) et à la musique assez stressante (du synthé-morbide). Mettez-y quelques acteurs plutôt corrects, voire bons (Robert Englund-Freddy est de la partie !), des créatures repoussantes (monstres indescriptibles), secouez-moi tout ça, et vous obtenez un délicieux cocktail d’hémoglobine assez épicé et fort en ketchup !

gal8.jpg

gal6.jpg

Parmi les scènes les plus marquantes de LA GALAXIE DE LA TERREUR, on pourra sans conteste retenir le viol de l’une des femmes de l’équipage par un énorme ver baveux et gluant (non, non, il ne s’agit aucunement de Jabba). La scène, dégoûtante au possible, révèlerait-elle en fait un fantasme refoulé du réalisateur… ou du producteur ?… Seul le Dr Freud pourrait nous répondre… Une autre scène particulièrement « douloureuse » s’avère celle où Cos, sorte de guerrier solitaire et muet de l’équipage, voit son arme muée par une sorte d’intelligence se retourner contre lui. Celle-ci (qui ressemble à une étoile de cristal à trois branches, voir l’extrait vidéo plus bas) lui transperce le bras. Cos, tentant de la retirer, casse malencontreusement la lame enfoncée dans sa chair, mais elle poursuit alors sa progression dans son bras, se mouvant lentement sous sa peau… On pourrait également citer la scène où un autre membre d’équipage finit enlacé et broyé par des sortes de lianes organiques dans un étroit tunnel (voir l’extrait vidéo plus bas)… Quelles trouvailles ! Ces épreuves, plus effrayantes les unes que les autres, représentent la matérialisation des fantasmes des différents protagonistes, « fantasmes qui se retournent contre leurs auteurs en prouvant que le danger ne vient pas tant de l’intérieur que du tréfonds même des êtres » (Les Nouvelles Calédoniennes). La révélation finale du film éclaircit bien des interrogations…

gal7.jpg

LA GALAXIE DE LA TERREUR fut entièrement tourné à Los Angeles. Dans son générique, on y retrouve un certain James Cameron, alors à ses débuts en tant que réalisateur de seconde équipe. Le film réutilisa beaucoup de matériel, de décors d’intérieurs de vaisseaux et de bruitages issus d’un autre film produit par Corman, LES MERCENAIRES DE L’ESPACE (BATTLE BEYOND THE STARS / 1980) qui bénéficia quant à lui d’un buget conséquent. Avec peu de moyens, LA GALAXIE DE LA TERREUR est une réussite du genre, une vraie perle rare que l’on apprécie de revoir et qui n’a pas trop vieilli.

Le film ayant été INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS à sa sortie en France, les deux extraits qui suivent sont vivement déconseillés aux âmes sensibles !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius -

morbius @ 17:55
Enregistré dans Cinéma, Fiche film, Science-fiction
La SF selon Damon Knight

Posté le Samedi 9 janvier 2010

damonknight.jpg 

Damon Knight :

« La science-fiction est mal nommée et la seule chose que puissent gagner deux fans essayant de s’accorder sur une définition de ce terme, c’est des jointures sanglantes. De meilleures dénominations ont été proposées (et celle suggérée par Heinlein, « spéculative fiction », me semble la plus judicieuse), mais il nous faut nous contenter de celle-là ; et cela ne nous fera pas grand mal si nous nous souvenons que, comme quand nous disons The Saturday Evening Post, elle signifie ce que nous désignons au moment où nous en parlons. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Damon_Knight

morbius @ 11:08
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
Star Trek remasterisé

Posté le Vendredi 8 janvier 2010

Star Trek remasterisé dans Science-fiction 14012708415615263611933240

trek5.jpg

Il n’y a pas que V et Le Prisonnier qui ont droit à leurs « liftings », il y a aussi Star Trek ! Sauf que dans ce cas précis, il ne s’agit pas d’un remake mais seulement de retouches par-ci par-là, et uniquement au niveau des effets spéciaux ! Ouf !

La plus grande série TV de SF a eu droit à un ravalement de façade avec de tous nouveaux effets spéciaux numériques ! Finies les séquences avec un Enterprise arthritique, les planètes avec des nuages en coton ou les villes en peintures sur verre, désormais les mouvements du célèbre vaisseau de Starfleet sont limpides, amples, majestueux. Les planètes n’ont jamais paru aussi vraies, avec des atmosphères si crédibles qu’on croirait des photos prises par la NASA. Les villes sont presque aussi impressionnantes que des Coruscant ou des Cités des Nuages de Bespin. Pour bien faire, il aurait fallu aussi, et surtout, effacer digitalement quelques créatures dignes des « craignos-monsters », style le Gorn, les chiens E.T., et tant d’autres, et les remplacer par des personnages en images de synthèse, mais bon… je vais me faire massacrer par les puristes et les trekkies en tenant de tels propos ! Pourtant je suis trekker ! Mais il est vrai que les trekkers et les trekkies, ce n’est pas la même chose ! Si les effets spéciaux (fauchés) de l’époque des années 1960 possédaient leur charme, il faut bien admettre que les nouveaux, numériques, ne dénaturent en rien les épisodes de Star Trek. Et ils ne font même pas « tache » malgré le look très kitch de la cultissime série de Gene Roddenberry ! Star Trek 2009, le film, nous avait préparé à ça !

trek.jpg

Ce sont donc les trois saisons, au total 79 épisodes, de la série Star Trek Classique, celle des années 1960, qui ont bénéficié de cet apport numérique, et, je le répète, uniquement au niveau des effets spéciaux. Les DVD Star Trek, The Original Series sont disponibles depuis un moment déjà alors que les Blu-ray viennent de sortir il y a seulement quelque temps. Ce rafraîchissement est appréciable, mais tout fan se doit de posséder les deux versions : non numérique et numérique !

Pour un petit aperçu d’ensemble, voilà une belle compilation des effets numériques opérés sur la série. Jugez par vous-même :

Image de prévisualisation YouTube

morbius @ 22:59
Enregistré dans Science-fiction, Série TV, Star Trek
1...253254255256257...264