Dictionnaire altaïrien : K comme… King Kong !

Posté le Mardi 26 janvier 2010

kingkong.jpg

lettrek.gifKing Stephen… Klein Gérard… Klaatu… Kirk James T… King Kong, la 8e Merveille du Monde ! Quel acteur d’envergure ! Un peu trop poilu, plutôt grand… très grand même… avec des manières assez brusques. Peu bavard, il apprécie les jeunes femmes en quête de célébrité. Il les rendra d’ailleurs célèbres sans le vouloir.

King Kong est apparu en 1933 dans le film d’Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper devenu aujourd’hui un classique, que dis-je, un monument du cinéma fantastique. King Kong a depuis tourné dans une dizaine de films, du Fils de King Kong à King Kong contre Godzilla en passant par deux remakes, l’un de John Guillermin en 1976 et l’autre plus récent signé Peter Jackson, en 2005. Kong n’a pas pris une ride. Les poils, ça conserve. Son meilleur rôle demeure pour moi dans le remake tant critiqué de John Guillermin. Je n’ai jamais autant pleuré étant gosse pour la mort du gorille géant… On pourra dire tout ce que l’on voudra, Fay Wray est glaciale tout au long du King Kong de 1933 et n’exprime aucun sentiment envers Kong. Alors que la version de 1976, avec Jessica Lange, est beaucoup plus humaine, par moments « bestiale » il est vrai aussi, mais là au moins on sait que la Belle aime la Bête. Certes, dans cette version, King Kong semble parfois atteint de graves rhumatismes. Raide comme une statue, il est tout juste capable de lever un bras et de le baisser, même pas cap de tourner la tête. Le docteur Carlo Rambaldi est décidément un piètre docteur… Mais dans les séquences où Rick Baker l’incarne, Kong est des plus impressionnants lorsqu’il frappe sur sa poitrine ou lorsqu’il hurle à pleins poumons, et son visage est des plus expressifs, on peut y lire l’étonnement, la colère, l’amusement ou encore l’amour.

Dans le film de Peter Jackson, Kong est encore plus crédible que jamais malgré ses poils presque grisonnants. C’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la grimace : ses impressionnants combats contre des T-Rex le prouvent. Et les sentiments passent mieux, encore une fois, que dans la version de 1933…

Mais la plus belle mort de Kong est celle tournée par John Guillermin en 1976 où, abattu par les tirs des hélicoptères, Kong s’écrase au pied du World Trade Center. Sous les flashes des photographes, il agonise. Son coeur bat lentement, de plus en plus lentement, jusqu’à s’arrêter… Dwan (Jessica Lange) pleure, je pleure, et plus encore lorsque la musique de John Barry entame son émouvant générique de fin…

kong3.jpg

morbius @ 17:17
Enregistré dans Cinéma, Dictionnaire altaïrien, Fantastique, Monstres sacrés
1923 : un grand Serpent-de-mer repéré en Nouvelle-Calédonie (1)

Posté le Mardi 26 janvier 2010

serpentmer2.jpg

Actuellement en train de lire Monstres aquatiques de Jean-Paul Ronecker (éd. Pardès / 2000), quelle ne fut pas ma surprise de découvrir à la page 39 la phrase suivante : « Le 30 septembre 1923, près de Nouméa, des témoins assistèrent au combat entre un calmar géant et un Serpent-de-mer à l’ample crinière. » ! Heureux possesseur du superbe ouvrage « Le Grand Serpent-de-Mer » (éd. Plon / 1975) de l’éminent cryptozoologue Bernard Heuvelmans, je décidais d’en savoir plus, et j’ai trouvé ! Presque trois pages sont consacrées à l’événement avec force et détails, un événement que je me devais de présenter ici-même de toute urgence car en rapport direct avec mon île !

 

serpentmer.jpg 

serp2.jpg

C’est lors de la séance du 27 novembre 1923 de la Société Zoologique de France que furent évoqués les serpents-de-mer océaniens. On y a relaté que le « grand serpent-de-mer » a été signalé deux fois au cours de l’année 1923 :

- le 19 juin, à 16 heures, entre les îles Loyauté et la Nouvelle-Calédonie par le capitaine et l’équipage du S.S. Pacifique, des Messageries Maritimes. L’animal émergea subitement à 60 mètres du bord.

- le 22 septembre, à 17 heures, dans la grand-rade de Nouméa, par des pêcheurs de l’îlot Freycinet.

Il fut ainsi rapporté que : « Les deux témoignages s’accordent sur les points suivants : le grand Serpent-de-mer mesurerait de 30 à 40 mètres de longueur ; il projetterait de l’eau avec bruit ; sa tête rappellerait celle d’un cheval, mais porterait une sorte de crête ; sa couleur serait d’un brun acajou très sombre. Ces détails sont extraits d’une lettre d’un délégué de la Ligue maritime et coloniale à Nouméa, en date du 8 octobre 1923. »

Le quotidien local La France Australe envoya un journaliste, A. Fraysse, recueillir le témoignage de l’officier chargé de la T.S.F. à bord du Pacifique, M. Martin, lequel, en compagnie de ses matelots, avait aperçu l’animal. Voici son témoignage tel qu’il fut rapporté au journaliste : « Le 19 juin, nous avions quitté Port-Vila (Nouvelles-Hébrides) [ndlr : aujourd'hui Vanuatu] pour Nouméa et venions de doubler le cap des Pins, au sud de l’île Lifou. Il était environ 4 heures de l’après-midi et le temps était magnifique. A environ 300 mètres du navire par 30° de l’avant environ, sur tribord, il se produisit un déplacement formidable de la mer. Je vis un animal étrange sortir la tête, le cou et la naissance du corps hors de l’eau et s’ériger tout droit comme un serpent qui se dresse, puis retomber en s’abattant dans la mer, soulevant une grosse gerbe d’eau. Cela dura l’espace d’un éclair. Près de moi travaillaient à peindre une embarcation les matelots Picot, Cardot, Cointreau, Viale. Aviez-vous vu cet animal ? leur demandai-je. Au même instant, il émergeait une deuxième fois, et nous le vîmes alors tous les cinq très distinctement, mais cette fois il plongea non plus en s’abattant mais en coulant par enfoncement. »

L’animal fut décrit comme ayant un corps « énorme et allongé » de « couleur claire », avec une tête d’aspect cônique.

serpentdemer.jpg

Le journaliste A. Fraysse recueillit également le témoignage d’une femme kanak dénommée Fels qui, le 22 septembre, aperçut en compagnie d’une amie, à 17 heures, un étrange animal alors qu’elle revenait de Gadji dans une embarcation à vivier. Toutes deux se trouvaient non loin de la pointe Abel quand elles entendirent derrière elles une détonation semblable à un coup de fusil. Elles furent horrifiées de découvrir alors un animal étrange, à une soixantaine de mètres, qui poussa un sifflement prolongé et jeta verticalement vers le ciel un jet de fumée, puis une gerbe d’eau. D’après le témoignage, l’animal, d’une couleur presque noirâtre, émergeait la tête d’une dizaine de mètres ; il ressemblait à un cheval marin « avec une crête se prolongeant assez bas sur le dos. » La créature, décrie comme rapide, s’agitait bruyamment dans l’eau en ondulant, en provoquant des remous et en s’érigeant haut. Elle émergea cinq fois. Les deux femmes kanak apeurées virent l’animal se diriger vers la rade de Nouméa alors qu’elles tentaient de rejoindre l’îlot Freycinet.

Source : Le Grand Serpent-de-mer (Bernard Heuvelmans / éd. Plon / 1975)

morbius @ 11:43
Enregistré dans Cryptozoologie, Nouvelle-Calédonie
Jules Verne a dit…

Posté le Lundi 25 janvier 2010

verne2.jpg

Jules Verne a déclaré à propos de la comparaison entre son oeuvre et celle de H.G. Wells : « Je ne puis apercevoir de point de comparaison entre son oeuvre et la mienne. Nos procédés sont tout à fait différents. Il m’apparaît que ses histoires ne reposent pas sur des bases bien scientifiques. Non, il n’y a aucun rapport entre son oeuvre et la mienne. Moi, j’utilise la physique. Lui, il invente. Je vais à la Lune dans un boulet que projette un canon. Il n’y a rien d’inventé là-dedans. Lui s’en va vers Mars dans un aéronef construit en un métal qui supprime la loi de la gravitation. Ca, c’est très joli, mais qu’on me montre le métal. Qu’on le sorte donc ! »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Verne

morbius @ 15:12
Enregistré dans Littérature, Science-fiction
L’Age de Cristal

Posté le Lundi 25 janvier 2010

cristal11.jpg 

L’AGE DE CRISTAL (LOGAN’S RUN)

Année : 1976
Réalisation : Michael Anderson
Scénario : David Zelag Goodman, d’après le roman « Le jour où ton cristal mourra » de William F. Nolan et George Clayton Johnson
Production : Saul David
Musique : Jerry Goldsmith
Effets spéciaux : L.B. Abbott
Pays : U.S.A
Durée : 118 min
Interprètes : Michael York, Richard Jordan, Jenny Agutter, Roscoe Lee Browne, Farrah Fawcett-Majors, Michael Anderson Jr, Peter Ustinov…

cristal12.jpg

L’HISTOIRE :
En l’an 2274, aux Etats-Unis, les populations survivantes d’un monde pollué vivent sous de gigantesques dômes. Les problèmes de surpopulation et de rationnement alimentaire ont été résolus en limitant la vie des individus à l’âge de trente ans. Parvenu à cet âge, le cristal qu’ils portent greffé dans leur main devient rouge, ils sontalors invités à se joindre à une grande cérémonie publique, le carrousel, où leurs corps sont désintégrés afin d’atteindre la « renaissance ». Mais bientôt Logan, un limier, sorte de policier chargé d’éliminer tout réfractaire, va découvrir la terrible vérité. Aidé par Jessica, une dissidente, ainsi que ceux que l’on surnomme les fugitifs, il va tenter de fuir les dômes et de parvenir à l’extérieur…

cristal10.jpg

L’AGE DE CRISTAL a été réalisé par Michael Anderson (LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS / 1956) et produit par la MGM. Le scénario, basé sur le roman « Le jour où ton cristal mourra » de William F. Nolan et George Clayton Johnson, introduit les dômes qui sont absents du livre. De même, dans l’oeuvre littéraire les personnages meurent à vingt-et-un an et non à trente. Cependant, comme dans le roman, ce sont des ordinateurs qui dirigent cette société du futur basé uniquement sur le plaisir (sexe, drogue, changements d’identités et de corps), afin d’oublier la réalité quotidienne. Ecrit en trois livres (Logan’sRun, Logan’s World et Logan’s Search), il était prévu au départ une trilogie cinématographique qui ne se fera finalement jamais. Néanmoins, le succès du film (égal à celui du roman) entraînera en 1977 une série télévisée avec les mêmes personnages mais non les mêmes acteurs.

cristal5.jpg

Dès le générique d’ouverture, nous sommes plongés dans le futur, un futur tel qu’on le concevait à l’époque des seventies où le film est né : décors et costumes en aluminium, néons, omniprésence du plastique… On découvre dans un large plan d’ensemble la splendide maquette nous dévoilant la grande cité s’étalant sous les dômes géants, le tout accompagné d’une musique électronique de Jerry Goldsmith, musique que l’on pourrait qualifier de « techno » aujourd’hui (Golsmith avant-gardiste !). Logan 5, incarné par l’excellent Michael York, est un limier qui ne se pose pas de question. Il exécute en compagnie de son ami Francis 7 (Richard Jordan), lui-même limier, les missions qu’on lui confie afin d’éliminer les fugitifs ou autres dissidents de cette société artificiel, jusqu’au jour où il découvre les vérités dérangeantes qui vont ébranler ses convictions. Il tentera alors de convaincre son ami Francis 7 mais sera à son tour pourchassé comme un simple fugitif. Avec Jessica 6 à ses côtés(Jenny Agutter), il va devoir affronter bien des périples pour sortir des dômes, ne cessant de fuir, d’où le titre qui se traduit littéralement par La Fuite de Logan (Logan’s Run).

cristal8.jpg

Les décors de L’AGE DE CRISTAL s’avèrent très réussis, même s’ils ont mal vieilli et sont devenus kitch à souhait avec le temps. On ne trouverait pas autant d’aluminium aujourd’hui ! La plupart des scènes où l’on voit circuler la population des dômes dans de grands halls et sur des balcons ont été tournées dans un immense centre commercial, les autres ont été réalisées dans les studios de la MGM. Le décor du carrousel servant à l’impressionnante cérémonie de la « renaissance », mais aussi les extérieurs des dômes avec la ville de Washington en ruine noyée sous la jungle et sa statue de Lincoln recouverte de lianes, ou encore le sanctuaire de Robox (Roscoe Lee Browne) plongé dans la glace, comptent parmi les belles réussites du film.

cristal4.jpg

Parmi les acteurs, on trouve également le grand Peter Ustinov dans le rôle d’un vieillard sénile vivant seul avec ses chats dans les ruines de Washington. Sa présence apportera quelques merveilleuses séquences chargées d’émotion et d’originalité, nos héros découvrant pour la première fois la vieillesse, les cheveux blancs, les rides, eux qui ne peuvent vivre au-delà de trente ans. De son côté, Roscoe Lee Browne incarne un dangereux robot appelé Robox détenteur de terrifiants secrets dans son immense chambre froide qu’il garde jalousement. Enfin, Farrah Fawcett-Majors (célèbre pour son rôle dans la série TV Les Drôles de Dames) fait ici ses premiers pas au cinéma dans le rôle d’une godiche assistante d’un esthéticien.

cristal6.jpg

Les effets spéciaux de L’AGE DE CRISTAL furent récompensés par un Oscar. Il faut savoir que le film employa pour la première fois le procédé du « Laser photography » pour ses effets d’hologrammes.

L’AGE DE CRISTAL demeure encore aujourd’hui un très bon divertissement de science-fiction. Un remake est en cours depuis 2004, mais de nombreuses complications bloquent le bon déroulement du projet. D’abord prévu en tant que réalisateur, Brian Singer (X-MEN, SUPERMAN RETURNS…) a finalement abandonné sa place à Joseph Kosinski (TRON LEGACY). Cependant, aux dernières nouvelles, Singer pourrait reprendre le projet en main…

Bande-annonce du film en américain :

Image de prévisualisation YouTube

Un site français est entièrement dédié à L’AGE DE CRISTAL le film et sa série TV : http://universagedecristal.mercyland.info/

Sources : Wikipédia, 80 Grands Succès de la Science-Fiction (Pierre Tchernia / éd. Casterman), L’Univers de l’Age de Cristal

- Morbius -

morbius @ 15:00
Enregistré dans Cinéma, Fiche film, Science-fiction
Dictionnaire altaïrien : J comme… Jones Indiana !

Posté le Lundi 25 janvier 2010

indianajones.jpg 

lettrej.gifJackson Peter… Jodorowsky Alexandro… Judge Dredd… Jurassic park… Juran Nathan… Jones Indiana, le célèbre aventurier archéologue ! En 1981, Spielberg a brillamment remis l’aventure au goût du jour avec Les Aventuriers de l’Arche Perdue, premier film d’une formidable série où l’on découvrira un nouveau héros qui deviendra très vite aussi célèbre que James Bond : Indiana Jones ! Campé par Harrison Ford (dire qu’on a failli avoir Jacques Dutronc dans le rôle, on y a échappé belle !), l’archéologue expert qui porte le prénom du chien de George Lucas, son créateur, nous fera vivre des aventures comme jamais on n’en avait connu jusqu’alors ! Indiana Jones, l’homme au chapeau et au fouet, trouvera ainsi l’arche d’alliance et le saint Graal, affrontera les nazis et des sorciers déchaînés, explorera des temples maudits et des jungles hostiles, croisera nombre de femmes qui tomberont sous son charme et rencontrera même les extraterrestres ! Mêlant constamment à la fois aventure et fantastique, voire même science-fiction dans Le Royaume du Crâne de Cristal, la série des Indiana Jones est un must du cinéma hollywoodien grand spectacle, la réussite totale (sauf peut-être pour le dernier film de la série…) de la rencontre de deux géants : Lucas et Spielberg. Et qui d’autre que Harrison Ford aurait pu aussi bien interpréter le personnage si sympathique de cet archéologue que l’on n’oubliera jamais, car l’heure de la retraite a malheureusement sonné pour lui, même si un nouveau film est annoncé. Et ce n’est pas le p’tit jeunot Shia LaBeouf qui assurera la relève avec brillot, non, ça c’est sûr !

indianajonesharrisonford1.jpg

morbius @ 10:29
Enregistré dans Cinéma, Dictionnaire altaïrien, Fantastique
H.G. Wells a dit…

Posté le Dimanche 24 janvier 2010

hgwellsphoto.jpg 

H.G. Wells : « J’ai été accidentellement un prophète choyé par le public, j’ai trouvé amusant et profitable d’écrire des histoires, mais à part quelques passages purement occasionnels, j’ai rarement pris la peine d’écrire. Je reste entièrement en dehors de la hiérarchie des écrivains conscients et réfléchis. Je suis l’antithèses absolue de M. James Joyce. H.G. Wells « Jules Verne anglais », tel est mon principal titre de gloire. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/H._G._Wells

morbius @ 17:29
Enregistré dans Littérature, Science-fiction
Merci !

Posté le Samedi 23 janvier 2010

morbius.jpgLes Echos d’Altaïr viennent de dépasser les 2000 visites… En quelques jours, le blog a battu des records a bien des niveaux pour la plus grande joie de Morbius ! Un petit bilan s’impose.

Faisons le point : en quelques jours seulement, depuis le 14 janvier précisément, soit un mois après leur naissance, Les Echos d’Altaïr ont fait un bond gigantesque en ce qui concerne le nombre de visites. En moyenne, deux cents ont lieu chaque jour (au lieu des vingt du début), la plupart grâce à Google, « morbius.unblog.fr » étant désormais clairement référencé pour des tas de sujets, du Sci-Fi Club en passant par les fonds d’écran et la Nouvelle-Calédonie. Merci Google ! Et surtout merci à toutes celles et tous ceux qui viennent ici, en espérant qu’ils y trouvent ce qu’ils cherchent.

J’ai pu constater au niveau des hits que les tags « Nouvelle-Calédonie », « Merveilleux » et  »Imaginart » se situaient en très bonnes places, de même Le Choc des Titans (1981) et « Fonds d’écran plein d’imagination », pour ne citer qu’eux, obtiennent de très bons scores ! Par contre, il est bien dommage de trouver si peu de commentaires. Mis à part notre fidèle Dagon, que je remercie au passage pour sa participation dynamique, et deux ou trois autres, il y a très peu d’échanges entre vous et moi. Je suppose que la plupart des internautes viennent rapidement chercher ici ce qu’il leur faut sans prendre le temps de laisser un commentaire, à moins que les sujets traités ne soient pas assez riches, ou de qualité, pour leur donner envie de réagir… Comment le savoir si rien n’est dit ? Néanmoins, voir mon blog atteindre aussi vite plus de 2000 visites et près de 7000 hits en un mois et demi me satisfait déjà pleinement, je ne vais pas me plaindre ! Mais n’oubliez pas aussi que quelques commentaires sont toujours très appréciés sur un blog !

morbius @ 23:41
Enregistré dans Blog
George Lucas a dit…

Posté le Samedi 23 janvier 2010

lucas.jpg 

George Lucas a déclaré à l’époque à propos de son film THX 1138 : « THX 1138 est un film sur aujourd’hui, une parabole sur l’état du monde en 1970. Je n’ai rien exagéré, j’ai simplement donné une légère déformation à la vision que j’avais de l’Amérique de l’époque. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Lucas

morbius @ 15:32
Enregistré dans Cinéma, Science-fiction
Dictionnaire altaïrien : I comme… Independence Day !

Posté le Vendredi 22 janvier 2010

independenceday.jpg 

lettrei.gifPas grand chose du côté de la lettre « i »… Industrial Light and Magic… Inseminoïd… tiens, Independence Day que j’ai aimé, question provoc car j’adore la provoc ! Eh oui, j’ai aimé Independence Day, de toute façon vous le verrez souvent à travers ce blog, j’aime aller à contre-courant ! Voilà la critique « scandaleuse » que j’avais écrite à l’époque :

« On a pratiquement tout entendu sur Independence Day, ou plutôt nous n’avons entendu que ceux qui s’égosillaient contre le film de Roland Emmerich. La critique française a fait preuve, dans sa grande majorité, d’un anti-américanisme primaire auquel nous sommes habitués depuis Jurassic Park de Spielberg. Seuls quelques rares magazines, tel L’Ecran Fantastique, de plus par l’intermédiaire de la plume de Jean-Pierre Andrevon, ont pris la défense d’ID4. Bien sûr, Roland Emmerich ne s’appelle pas Luc Besson (ouf !) et son film ne nous présente pas de cantatrices bleues sur fond étoilée, de Tahitiens intergalactiques ni de grands méchants tout en cape avec col redressé… grande déception, je l’imagine, pour tous les adeptes du fadasse Cinquième Elément, car enfin qu’attendait-on d’Independence Day si ce n’est un pur divertissement ! Non, désolé pour tous ceux qui espéraient y trouver une grande réflexion philosophique sur la rencontre au sommet entre la race humaine et une civilisation extraterrestre, ID4 détient seulement la puissance extraordinaire d’un film absolument spectaculaire dont l’unique but (avoué d’ailleurs par son réalisateur) est de garantir au spectateur deux heures vingt de scènes percutantes et de séquences encore jamais vues ! Independence Day se veut à sa façon un grand hommage au cinéma de science-fiction, toutes époques confondues. Bourré de clins d’oeil à Star Wars, Alien, 2001, V, Star Trek, Le Jour où la Terre s’arrêta, Rencontres du Troisième Type, X-Files, il demeure aussi et surtout, on le sait, un formidable « remake » de La Guerre des Mondes avec tous les moyens actuels dont bénéficient les films de SF. Ainsi, Roland Emmerich nous sert sur un plateau d’argent une véritable compilation (que certains ont confondu avec « pillage ») des scènes d’anthologies provenant des oeuvres citées précédemment. En bon fan de science-fiction, il sait ce qui plaît, ce qui provoque les frissons, ce qui fait applaudir la salle et vibrer les antennes des amoureux du genre, rien ne lui échappe !  Il sait également que les spectateurs ne sont pas dupes, même si certains aimeraient le faire croire, car s’ils ont classé son film en tête des box-offices mondiaux, c’est la preuve formelle  que pour eux le cinéma a le droit, et le devoir, d’être un formidable moyen de distraction. Alors, dans ces conditions, peu importe l’extrême légèreté du scénario (et la niaiserie de certaines scènes…), les incroyables situations dont se sortent toujours nos héros (une vraie BD…) ou encore le délire absolu (piloter un vaisseau extraterrestre comme s’il s’agissait d’un U.L.M. ou détruire l’indestructible grâce à de bons vieux virus informatiques bien d’chez nous…), Star Wars n’est-il  pas d’ailleurs le précurseur dans ce domaine ?… Quant au patriotisme assurément présent dans ID4 et si décrié par nous, Français, pourquoi en éprouver de l’agacement alors que le film entier repose sur la fête nationale américaine du 4 juillet ! N’est-ce pas là le titre même ? Le plus étonnant aurait été de ne pas en trouver du tout ! »

independenceday560x330msdindafe014h.jpg

morbius @ 22:56
Enregistré dans Cinéma, Dictionnaire altaïrien, Science-fiction
Et chez toi, c’est comment ?…

Posté le Vendredi 22 janvier 2010

Quelques photos de mes collections en vidéothèques et bibliothèques SF, fantastique, Star Wars, Star Trek et compagnie !

 

Une partie des vidéothèques en salle vidéo…

dsc00842.jpg

dsc00861.jpg

dsc00852.jpg

 

Quelques rayons des bibliothèques Star Wars, Star Trek, SF, fantastique…

dsc00853.jpg

dsc00855.jpg

 

Une toute petite partie de ma collection Star Wars…

dsc00857.jpg

dsc00858.jpg

dsc00859.jpg

Suite au prochain épisode !

morbius @ 16:44
Enregistré dans Cinéma, Fantastique, Littérature, Science-fiction, Star Trek, Star Wars
1...253254255256257...268