La SF selon L. Sprague de Camp

Posté le Jeudi 7 janvier 2010

sprague.jpg 

L. Sprague de Camp :

 » Tel que je l’emploie, le terme de fiction imaginative comprend le groupe de récits qui, dans la littérature occidentale contemporaine, sont non réalistes, imaginatifs, fondés sur des suppositions contraires à l’expérience quotidienne, souvent franchement fantastiques, et fréquemment situés dans un cadre éloigné – dans le temps et dans l’espace – de celui de la vie courante. La fiction imaginative peut, à son tour, être divisée en fantastique, lequel comprend les récits fondés sur des hypothèses surnaturelles (esprits, magie, vie après la mort, etc.) et science-fiction, cette dernière groupant les récits qui se basent sur des suppositions scientifiques ou pseudo-scientifiques (voyages à travers l’espace ou le temps, vies extraterrestres, robots, etc.). Il existe des récits qui se classeraient entre ces deux groupes, ou qui combinent des attributs de l’un avec ceux de l’autre ; considéré dans sa totalité, le genre n’a pas de séparation très nette avec certaines oeuvres historiques (satires, utopies, etc.). »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyon_Sprague_de_Camp

morbius @ 11:53
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
Robby, le robot

Posté le Mercredi 6 janvier 2010

Robby, le robot dans Fifties SF 13061309574815263611288444

robbytherobot1.jpg 

Robby le robot est l’ancêtre des robots du cinéma de science-fiction d’aujourd’hui ! Respectable « droïde » des « temps anciens », apparu pour la première fois en 1956 dans le grand classique du cinéma de SF Planète Interdite (Forbidden Planet), il précède de plus d’un demi siècle tous les C3-PO, R2-D2, Cylons, Wall-E… de notre époque. Il est indéniablement, de par son apparence si particulière, une icône des films de science-fiction des années 1950 !

Robby a été conçu pour le film de la MGM Planète Interdite. Dans cette histoire, il est une invention du professeur Morbius (oui, oui, c’est moi, merci) destinée à remplir différentes tâches : faire la cuisine ou le ménage, soulever des poids lourds, synthétiser des robes (pour la fille de Morbius) ou des pierres précieuses… Il sait parler 187 langues (y compris leurs divers dialectes et idiomes) et ne peut en aucun cas porter préjudice à un être humain.

rob.jpg

Robby fut conçu par Robert Kinoshita, il aurait coûté plus de 125 000 dollars. Entièrement en Royalite (un plastique qui servait à l’époque pour fabriquer des valises), mesurant 2,18 m et pesant seulement 45 kg, il fut joué par un acteur glissé dans sa « coque ». Plus de 800 m de câble électrique furent utilisés pour faire fonctionner sa tête où de multiples systèmes internes et lumières clignotantes fonctionnent sans cesse, alimentés par des batteries intégrées. Son apparition dans Planète Interdite obtint un tel succès auprès du public que Robby eut droit, telle une vedette, à un second film intitulé Le Cerveau Infernal (The Invisible Boy / 1957).

rob2.jpg

Depuis, Robby fait régulièrement des apparitions dans des séries ou films à la demande des réalisateurs. Ainsi, on a pu le voir dans des épisodes de La Quatrième Dimension, Columbo, Perdus dans l’Espace (Lost in Space), La Famille Addams, La Croisière s’amuse, Hollywood Boulevard, mais aussi dans des films comme Gremlins (de Joe Dante)…

Robby de Planète Interdite fut acheté par un musée en 1971 (Movie World de Buena Park en Californie) et ensuite vendu à un collectionneur privé (ce n’est pas moi !) lors de sa fermeture en 1980. Deux répliques de Robby furent conçues en 1972 pour ses apparitions dans divers films et séries. Depuis 1997, il peut être reproduit grandeur nature, à la demande, par une société californienne qui en a obtenu la license. On en fabrique également des jouets de toutes tailles facilement disponibles chez les boutiques spécialisées.

rob4.jpg

Enfin, il faut savoir que lors de la sortie du film Planète Interdite en France, Robby remonta les Champs Elysées et fut interviewé à la télévision par la journaliste France Roche.

Robby figure depuis 2004 au Robot Hall of Fame de l’université de Carnegie Mellon et possède son site qui lui est entièrement dédié : http://home.pacbell.net/thoemke1/robby-the-robot/

Sources : Wikipédia

morbius @ 16:08
Enregistré dans Fifties SF, Robot-cool
Le cryptide du jour : Le Kongamato

Posté le Mercredi 6 janvier 2010

kongamato.jpg 

LE KONGAMATO

Le Kongamato (nom africain qui signifie « briseur de bateaux ») serait un reptile volant, du genre ptérosaure, qui aurait été aperçu à plusieurs reprises dans les marécages africains, en Amérique du Nord et en Océanie. Un très sérieux explorateur de la Percy Sladen Expedition (1932-1933), Ivan T. Sanderson, employé par le British Museum, aurait rencontré par hasard le Kongamato en Afrique occidentale alors qu’il se trouvait dans les montagnes Assumbo au Cameroun. La bête aurait foncé sur lui tandis qu’il était allé dans l’eau pour récupérer une prise. Voici la description qu’il en a donnée : « … elle fonçait droit sur  moi, à moins d’un mètre de la surface de l’eau, une chose noire de la taille d’un aigle. J’eus tout juste le temps d’apercevoir sa tête, sa mâchoire inférieure ouverte déployait une rangée de dents blanches pointues. »

Le Kongamato serait réputé pour être particulièrement agressif, attaquant les hommes sur des pirogues. On pense qu’il se nourrirait de poissons (en raison de sa présence dans les marécages) et nicherait dans des falaises (il aurait également été repéré dans les montagnes). Il posséderait une envergure de 1,20 m à 2m, évaluée jusqu’à 9 m en Namibie, et aurait une queue. Son bec posséderait des dents. Ses ailes ressembleraient à celles de chauves-souris, autrement dit elles seraient en peau.

Nom : Kongamato

Taille : envergure évaluée entre 1,20 et 2 m dans la plupart des cas, jusqu’à 9 m (spécimen repéré en Namibie).

Habitat : marais Jiundu, région de Mwinilunga, Zambie (Afrique), Amérique du Nord, Océanie.

Description : semblable à une chauve-souris géante, pas de plumes, peau lisse (noire ou rouge), bec aux dents aiguisées, tête étroite ressemblant à celle des chiens à long museau.

Comportement : agressif envers les hommes.

 

Sources : Guide des Animaux Cachés : Traité de Cryptozoologie (Philippe Coudray / éd. du Mont), Les Monstres : Guide de la Cryptozoologie (Rory Storm / éd. Gramese).

Pour en savoir plus : Guide des Animaux Cachés : Traité de Cryptozoologie (Philippe Coudray / éd. du Mont), Les Monstres : Guide de la Cryptozoologie (Rory Storm / éd. Gramese).

morbius @ 15:04
Enregistré dans Cryptozoologie
La SF selon Philippe Curval

Posté le Mercredi 6 janvier 2010

curval.gif 

Philippe Curval :

 » Ce qui importe avant tout, c’est de considérer l’acte d’écrire de la science-fiction comme le réflexe spontané d’un certain nombre d’individus face à la sclérose de la culture contemporaine inapte à assimiler ses propres mutations, sans s’attarder au refus quasi généralisé d’un public peu préparé par les médias à saisir son pouvoir germinatif. Maintenant qu’une histoire du mouvement se dessine, il est facile de voir que la science-fiction évolue et se renouvelle car il est inscrit dans son destin de constituer le commentaire permanent de nos civilisations en pleine évolution. A la limite, je prétendrai même qu’il est absurde de considérer la science-fiction comme une littérature de rupture puisqu’elle ne fait qu’intégrer les données du monde actuel à son discours, à la manière de toutes les grandes littératures qui l’ont précédée. Le phénomène ostentatoire de répulsion qui accompagne son apparition, les réactions agressives à l’égard de ses alibis scientifiques tiennent plus à l’attitude conservatrice d’une élite imprégnée d’un savoir inerte qu’ à un complot antirévolutionnaire. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Curval

morbius @ 14:21
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
Cosmos 1999

Posté le Mardi 5 janvier 2010

Cosmos 1999 dans Science-fiction 14012708415615263611933240

cos2.jpg 

Cosmos 1999, c’est toute mon enfance…  J’avais alors dans les 10 ans. J’ai découvert la série sur ma télévision en noir et blanc au moment où elle est sortie dans les années 1970, et j’ai accroché dès le départ, que dis-je, j’en suis devenu complètement fou !  A tel point que même lorsqu’elle passait  le soir je me levais la nuit, et ce malgré l’interdiction de mes parents (école oblige !), pour regarder l’épisode en cours ! Une chance, mes parents étant indulgents, je finissais toujours par voir Cosmos, du moins un morceau d’épisode ! D’autant plus qu’eux-mêmes étaient littéralement fascinés par cette série qui ébranlait à l’époque tous les programmes TV ! Même si j’aimais déjà la SF avec des films comme Planète Interdite ou La Planète des Singes, Cosmos 1999 a achevé ma conversion au genre ! Puis ce sera Star Wars… mais ça, c’est une autre histoire !

Cosmos 1999 (Space 1999) est une série de science-fiction créée par le génial Gerry Anderson (Les Sentinelles de l’Air, UFO…). Elle raconte l’histoire de la base lunaire Alpha dérivant à travers l’espace après un incident cataclysmique qui a provoqué le départ de la Lune en 1999. Au fil des épisodes, les héros rencontrent ainsi d’étranges civilisations et cherchent sans cesse un monde qui pourrait les accueillir définitivement.

cos3.jpg

Diffusé entre 1975 et 1978, Cosmos 1999 aura connu un total de 48 épisodes de 47 minutes chacun. Martin Landau (commandant John Koenig) et Barbara Bain (Dr Helena Russell) en étaient les acteurs principaux aux côtés de Barry Morse (professeur Victor Bergman), Nick Tate (Alan Carter), Prentis Hancock (Paul Morrow) et Zienia Merton (Sandra Benes). La série remportera un succès immense au Japon et en Europe, notamment en France où elle marquera toute une génération de fans et de non fans de SF ! Les Etats-Unis la bouderont car elle sera accusée de trop ressembler à Star Trek. C’est afin de plaire aux spectateurs américains qu’une seconde saison (exécrable) de Cosmos 1999 sera tournée avec plus d’action et de monstres, détruisant ainsi du même coup tout le sérieux de la série. Bénéficiant de budgets énormes pour l’époque, Cosmos 1999 utilisera les talents de Brian Johnson (L’Empire Contre-Attaque, Alien…) pour ses extraordinaires effets spéciaux.

space1999.jpg

La série Cosmos 1999 a beau avoir plus de 30 ans aujourd’hui, refléter les seventies dans toute leur apparence kitsch, rien n’y fait : je suis et resterai à jamais fan absolu de Cosmos ! Pourquoi ? Pour des tas de raisons, pas toujours très objectives, mais c’est comme ça !J’adore la première saison de Cosmos 1999, celle qui a donné toutes ses lettres de noblesse à la série ! Ne parlons pas pas de la seconde que j’exècre par-dessus tout, du premier au dernier épisode, vrai ramassis de crétineries, d’absurdités et de niaiseries rarement atteintes à la TV. J’adore l’ambiance souvent très mystérieuse, voire assez stressante, qui règne dans nombre d’épisodes de la première saison ! Etant gosse, je regardais souvent la série en me cachant les yeux, alors inutile de dire que l’épisode m’ayant marqué à vie et qui m’a totalement terrifié est Le Domaine du Dragon (Dragon’s Domain) !  Je n’en croyais pas mes yeux le jour où je l’ai découvert pour la première fois ! J’adore le générique de la série (première saison) de Barry Gray ! Quelle musique ! J’ai longtemps cherché la B.O. et je l’ai finalement trouvée. L’enregistrement est superbe, et je ne me prive jamais de l’écouter !
La musique de Barry Gray, en dehors du générique très rythmé, contribue d’ailleurs à entretenir considérablement l’ambiance mystérieuse de beaucoup d’épisodes. Son côté « planant », « astral », je dirais très « seventies », me plaît énormément.

cosmos18.jpg

J’adore les effets spéciaux de Cosmos ! Encore aujourd’hui je les trouve franchement épatants. Le décollage ou l’atterrissage des Aigles : quel régal ! J’étais sidéré, étant gamin, par ces images que je croyais tournées pour de vrai dans l’espace, sur la Lune ! Etrangement, j’ai été beaucoup plus impressionné par les effets spéciaux de Cosmos 1999 que par ceux de Star Wars IV quand le film est sorti à la même époque…J’adore les Aigles ! Ces vaisseaux sont magnifiques, si crédibles en apparence. J’étais traumatisé à chaque fois que l’un d’entre eux était détruit dans un épisode et je me demandais aussitôt combien il devait en rester encore opérationnels ! Finalement, plus d’Aigles étaient détruits, plus il en restait !…

aigle.jpg

J’adore les décors des épisodes, qu’il s’agisse de ceux de la base Alpha tout comme ceux des mondes extraterrestres visités au fil des épisodes. Même s’ils ne sont pas toujours très convaincants sur bien des aspects (surtout sur le côté fonctionnel de la base Alpha…), ils sont souvent d’une réelle beauté et possèdent un certain charme désuet.J’adore les acteurs principaux, Barbara Bain, Martin Landau et Barry Morse. Les autres ont aussi leur place dans mon coeur ! Mais pas les p’tits nouveaux de la seconde saison, nan !

cos4.jpg

J’adore les histoires de Cosmos (toujours et uniquement celles de la première saison !), où l’Etrange est toujours présent, où l’on panique pour un rien, où l’on tire avant de réfléchir et où l’on provoque parfois des catastrophes sans le vouloir !J’adore les costumes pyjamas, les combinaisons spatiales, la cabine de pilotage de l’Aigle, la Lune et ses paysages morts, les ordinateurs de la base qui crachent leurs petits papiers, les stunguns, les comlocks, la coiffure de la belle et douce Helena Russell, les colères de Koenig, la sagesse de Bergman, la gentillesse de Sandra, l’impétuosité de Carter, et tellement, tellement d’autres choses encore…

Le célèbre et incomparable générique de la série :

Image de prévisualisation YouTube

Pour en savoir plus sur Cosmos 1999 :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cosmos_1999

http://www.space1999.net/~catacombs/

Et un forum incontournable pour discuter de Cosmos 1999 :

http://aigle24.xooit.com/index.php

 

morbius @ 16:20
Enregistré dans Science-fiction, Série TV
La SF selon Norman Spinrad

Posté le Mardi 5 janvier 2010

norman.jpg 

Norman Spinrad :

 » Il n’existe qu’une seule définition de la science-fiction qui me paraisse utilisable et sensée :  » La science-fiction, c’est tout ce qui est publié sous le nom de science-fiction. » « 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Norman_Spinrad

morbius @ 11:50
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
Supernatural, une série à suivre !

Posté le Lundi 4 janvier 2010

Supernatural, une série à suivre ! dans Fantastique 14012708415615263611933240

supernaturallj.jpg

SUPERNATURAL est une série américaine qui a débuté en 2005 et qui compte aujourd’hui cinq saisons (la cinquième vient d’être diffusée aux USA). Elle raconte l’histoire des deux frères Winchester, Dean et Sam, qui parcourent les Etats-Unis à bord de leur vieille Chevrolet pour éliminer les démons, créatures et autres entités maléfiques. Ce sont des « chasseurs », tout comme leur mère l’était avant d’avoir été tuée par un démon.

Alors que je ne m’attendais pas du tout à être un accroc de cette série, pensant tout simplement qu’elle n’en serait qu’une de plus à jeter à la poubelle des monstres démoniaques, j’avoue y prendre mon pied régulièrement avec sa diffusion sur TF6 (également sur M6) ! Si au départ on pouvait craindre que SUPERNATURAL se mette à tourner en rond au bout d’une saison, après avoir épuisé tout son stock de vampires, loups-garous, spectres et compagnie, pas du tout ! L’histoire des frères Winchester va bien au-delà, faisant intervenir toutes sortes de personnages clé, bons ou mauvais, sans compter les origines et le destin de nos héros peu à peu dévoilés.

Sam et Dean sont respectivement incarnés par Jared Padalecki et Jensen Ackles, deux acteurs à qui le rôle va comme un gant et qui semblent réellement de vrais frangins dans la vie ! Leur chasse continuelle, parfois stressante et franchement gore, est souvent dédramatisée par un humour bienvenu. Quelques épisodes sont d’ailleurs soit des parodies de la série elle-même ou des hommages à des réalisateurs ou à des classiques tels que DRACULA, LE LOUP-GAROU, LA MOMIE… En outre, on a droit à énormément de références et de clins d’oeil à STAR WARS, X-FILES et d’autres séries ou films connus. C’est vraiment l’une des très rares séries que j’apprécie énormément actuellement avec LOST, BATTLESTAR GALACTICA et DOCTOR WHO. On y passe de très bons moments à se faire quelques frayeurs !

Visiblement, même le créateur de la série, Eric Kripke, ne s’attendait pas à un tel succès, ayant prévu d’arrêter SUPERNATURAL à sa cinquième saison. Finalement l’aventure devrait continuer avec une sixième saison mais sans lui cette fois (est-ce rassurant ?…).

Des liens pour en savoir plus sur SUPERNATURAL (mais attention aux spoilers !) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Supernatural

http://supernatural.hypnoweb.net/

http://www.unificationfrance.com/spip.php?rubrique50

Les coffrets DVD des saisons 1 à 4 sont disponibles en zone 2.

supernatural2.jpg

morbius @ 21:59
Enregistré dans Fantastique, Série TV
La SF selon Frederik Pohl

Posté le Lundi 4 janvier 2010

frederikpohl.jpg 

Frederik Pohl :

« C’est cette chose que les gens qui savent ce qu’est la science-fiction désignent en disant : « C’est de la science-fiction. » « 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Frederik_Pohl

morbius @ 14:33
Enregistré dans La SF selon..., Science-fiction
Le Choc des Titans (1981)

Posté le Dimanche 3 janvier 2010

choc2.jpg 

LE CHOC DES TITANS (CLASH OF THE TITANS)

Année : 1981
Réalisation : Desmond Davis
Scénario : Beverly Cross
Production : Charles H. Schneer, Ray Harryhausen, John Palmer
Musique : Laurence Rosenthal
Effets spéciaux : Ray Harryhausen
Pays : Royaume Uni
Durée : 118 min
Interprètes : Harry Hamlin, Judi Bowker, Burgess Meredith, Maggie Smith, Ursula Andress, Claire Bloom, Laurence Olivier…

L’HISTOIRE :
Persée, fils de Zeus et de la mortelle Danaé, s’éprend de la princesse Andromède. Mais leur amour est contrarié par une malédiction que fait peser sur elle son ancien prétendant, Calibos, rendu laid et difforme par Zeus. Tous ceux qui vondront épouser Andromède devront d’abord, sous peine de mort, être capables de répondre à une énigme élaborée par Calibos : jusqu’ici, personne n’a su relever ce défi morbide… (Chapitre.com)

choc.jpg

CREATURES :
Pégase, Méduse, Kraken, scorpions géants, le chien des enfers Dioskilos …

LE CHOC DES TITANS est tombé comme un pavé dans la mare en 1981, en pleine période où la science-fiction était reine, où STAR WARS venait d’imposer le space-opera comme le nouveau genre à succès. Complètement décalé par rapport à son époque, véritable OVNI cinématographique où les dieux, les déesses, les héros et les créatures fantastiques de la mythologie grecque revenaient soudain en force alors qu’on les avait oubliés depuis des années, le film de Desmond Davis a néanmoins obtenu un certain succès, à la fois critique et public. Tourné pour un budget de 16 millions de dollars, il en rapporta 41 millions au box-office rien que dans son pays d’origine (au niveau des recettes, il se classa même en onzième position pour l’année 1981).

choc10.jpg

LE CHOC DES TITANS représente un projet d’envergure. Les décors sont souvent somptueux (l’Olympe, les villes grecques…), le casting est impressionnant (Laurence Olivier en Zeus est superbe, Ursula Andress en Aphrodite convient parfaitement au rôle !) et l’histoire de Persée, revue et corrigée, n’en demeure pas moins passionnante. On pourra regretter la présence de la chouette mécanique (uniquement présente pour séduire un public plus jeune, elle n’est pas sans rappeler d’ailleurs les pitreries de R2-D2 dans STAR WARS…) et peut-être le choix de l’acteur qui incarne Persée, Harry Hamlin. Mis à part ces petits détails, l’ensemble des interprètes incarne à merveille les personnages de cette histoire de la mythologie, le tout accompagné par une très bonne musique, au thème bien marqué, composée par Laurence Rosenthal.

choc11.jpg

Le grand Ray Harryhausen signe une fois de plus les effets spéciaux visuels du film. Ce sera d’ailleurs sa dernière participation cinématographique avant une retraite bien méritée. On sent parfois quelques légers « ratés » en matière d’image par image, cependant les séquences du Kraken demeurent très impressionnante et, surtout, Harryhausen signera l’une des plus belles scènes d’anthologie du cinéma fantastique avec la rencontre entre Persée et Méduse, effrayante Méduse magnifiquement représentée avec un corps de serpent ! Dans un décor rougeoyant éclairé seulement par des flammes et plongé dans un silence pesant, des colonnes et des corps pétrifiés se dressent, c’est l’antre de Méduse où Persée, utilisant son bouclier comme un miroir, avance prudemment tandis que la Gorgone, armée de son arc, cherche le héros. La tension est vive, le suspense est à son comble !

choc4.jpg

LE CHOC DES TITANS n’est ni plus ni moins qu’un merveilleux divertissement de premier choix, à une époque où les films fantastiques possédaient encore des histoires à raconter, et je peux affirmer en parfaite connaissance de cause qu’il garde toujours son impact sur les nouvelles générations d’enfants ! Devenu aujourd’hui un classique (n’en déplaise à Sam Worthington), il  a reçu le prix du meilleur film fantastique lors des Young Artist Awards en 1982. Burgess Meredith, ce sympathique acteur qui incarne Ammon dans le film, a quant à lui reçu le prix du meilleur second rôle masculin.

choc12.jpg

Le remake du CHOC DES TITANS sortira en mars 2010. Réalisé par le Français Louis Leterrier (L’INCROYABLE HULK), avec Sam Worthington dans le rôle de Persée et Liam Neeson dans celui de Zeus, le film sera, d’après son réalisateur, un grand hommage à Ray Harryhausen même si les effets spéciaux ont été tournés, bien sûr, en numérique. Un grand hommage ? Espérons-le !

 LE CHOC DES TITANS est disponible en DVD et il est régulièrement rediffusé à la télévision.

Bande-annonce américaine du film :

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius –

morbius @ 18:53
Enregistré dans Cinéma, Fiche film, Merveilleux, Ray Harryhausen
Musiques de films

Posté le Dimanche 3 janvier 2010

bo2.jpg  bo.jpg

Pour tous les collectionneurs, comme moi, de musiques de films fantastiques et de science-fiction, il s’avère souvent très difficile de trouver des titres anciens car ils ont soit carrément disparu de la distribution ou soit ils sont disponibles en très petite quantité, mais où ? Pour vous faciliter la tâche, voilà une excellente adresse américaine de vente en ligne, Buysoundtrax, où l’on trouve de véritables pièces de collection très rares, rééditées spécialement (en tirages limités), tels que, par exemple, Star Crash (1978), King Kong (1976), Le Choc des Titans (1980), Le Jour où la Terre s’arrêta (1951), Cosmos 1999 (1975)… Un vrai bonheur pour tous les fous de B.O. ! Le service est sérieux, les délais sont corrects et les CD sont protégés dans des enveloppes spéciales. Que demander de plus ?

L’adresse : http://www.buysoundtrax.com/index.html

bo3.jpg  bo4.jpg

morbius @ 17:04
Enregistré dans B.O., Fantastique, Merveilleux, Science-fiction
1...270271272273274...280