STAR TREK DISCOVERY : SECONDE BANDE-ANNONCE

Posté le Jeudi 18 mai 2017

On peut légitimement s’inquiéter en voyant les premières images de la nouvelle série STAR TREK qui sera prochainement diffusée sur Netflix. Les aventures du Discovery se situant malheureusement dix ans avant celles de Kirk, on se demande bien pourquoi tant de modernisme et de haute technologie à bord du vaisseau de Starfleet ? Pourquoi des Klingons qui ne ressemblent en rien à des Klingons et pourquoi un chanteur à la c… pour accompagner la bande-annonce ? Ah oui, sans doute pour plaire aux nouvelles générations, pour faire « in » plutôt que « out » tout en voulant retrouver un côté JJ Abrams pour l’ensemble. Certes, les images sont très belles. Certes, je ne manquerai pas de découvrir les épisodes de STAR TREK DISCOVERY, mais…

Image de prévisualisation YouTube

morbius @ 17:22
Enregistré dans Star Trek
ALIEN COVENANT : LA CRITIQUE

Posté le Samedi 13 mai 2017

ALIEN COVENANT : LA CRITIQUE dans Cinéma 17051306114115263615038539

Réalisateur : Ridley Scott

Acteurs : Michael Fassbender, Katherine Waterston, Danny McBride…

17051306354715263615038550 dans Di VinzL’une de mes sagas favorites revient et continue avec ce 6ème film, 2ème opus du prequel initié par PROMETHEUS en 2012. Malgré ses défauts, on retrouve dans PROMETHEUS l’inspiration de Ridley Scott, qui eut l’audace de proposer autre chose que du ALIEN traditionnel. Il promettait une autre histoire, posait d’autres enjeux en imaginant une possible explication sur les origines de l’humain ; il innovait en instaurant une nouvelle direction, tant artistique qu’en terme de « genre », il laissait entrevoir tout autre chose que ce à quoi on s’attendait… Mais je vous le dis, nous avons tous été floués par le réalisateur visionnaire. Ne vous y trompez surtout pas, la trame des Ingénieurs ne représente qu’une toile de fond et la nouvelle direction prise par Ridley Scott n’était qu’un prétexte pour nous ramener doucement à ses premières amours… Oui, nous sommes bel et bien dans ALIEN !

17051306170215263615038540 dans Science-fiction

Visuellement magnifique, ALIEN COVENANT est servi par une direction artistique sans faille. Le film est beau à regarder, parfois très beau. Il y a cette propreté de l’image, cette netteté, un effet amplifié par des cadrages fixes, des balayages qui ne vous brusquent pas, un montage assez alangui sans en devenir flemmard pour autant. La plupart des plans sont en effet très soignés et l’ensemble du film est graphiquement doux et agréable. Même lors des – trop – rares scènes mouvementées, dont une particulièrement épique, les enchaînements sont très fluides et servent la beauté de l’action de façon magistrale. On sentira juste une petite faiblesse lors du final, comme si Ridley avait traité cette scène sans prendre le moindre risque de réalisation.

17051306225815263615038543

Vient ensuite le scénario. On se retrouve dix ans après les événements de PROMETHEUS : le vaisseau Covenant et ses quelques 2000 passagers en stase est en partance pour une planète habitable afin d’y établir une colonie (ce qui n’est pas sans rappeler le pitch du dernier Mass Effect). Ils ont quelques soucis en chemin et l’équipage reçoit une transmission venant d’une autre planète potentiellement 17051306334215263615038549habitable elle aussi. Intrigué par la transmission, l’équipage dévie de sa direction initiale et met le cap sur ce nouveau monde où ils trouveront bien des surprises.

Alors oui, la première partie du film a un air de déjà vu : on nous présente l’équipage, ils mettent pied à terre sur une planète hostile et il leur arrive des petits problèmes de rien du tout, comme par exemple une infection par un agent mutagène potentiellement très mortel. Assez classique dans sa construction, cette première partie n’est pas sans rappeler l’atmosphère du début du HUITIÈME PASSAGER à son époque, ce qui est bien entendu un beau compliment, mais ce qui peut aussi être un reproche si l’on considère l’absence d’innovation, de nouveauté, qui avait fait le sel de l’épisode précédent. Peut demeurer un sentiment de redondance, j’ai pour ma part retrouvé cette atmosphère avec grand plaisir.

17051306231515263615038544

La seconde partie rejoint clairement les intentions du premier opus en articulant son propos autour de David, seul rescapé du Prometheus, qui devra composer avec l’équipage du Covenant dont Walter, un androïde de modèle dernière génération aux capacités techniquement supérieures à celles David mais plus bridé au niveau des émotions. Dans aucun film ALIEN les androïdes de Weyland n’avaient été aussi bien traités, ce qui est un double point positif car jamais un androïde n’a eu un rôle aussi important. Walter et David nous offrent un duo inédit : le premier est attachant, le second devient 17051306472315263615038552accessoirement l’un des plus vils antagonistes de toute la saga. Quoi qu’il en soit, la continuité avec PROMETHEUS est assurée et l’enchaînement des deux films est cohérent. Ridley Scott nous fait prendre conscience que le premier n’était pas si mystérieux, que nous sommes passés à côté du sujet. Oubliez vos questions sur l’origine de l’humanité, on est dans ALIEN ! Je ne saurais affirmer avec certitude que Ridley Scott ne mijote pas autre chose mais il me semble que le rapport entre les Ingénieurs et les humains n’est pas et n’a même jamais été un enjeu. C’est une toile de fond, certes très intrigante, mais qui reste au service des aliens.

17051306231615263615038545

Niveau Xénomorphes justement, on est plutôt servi. Ils sont carrément violents et l’hémoglobine n’est pas rare ! On retiendra une scène de décollage absolument dantesque et de belles morts dans la tradition de la saga. Le casting n’est pas exceptionnel mais fait le boulot : Fassbender fait face à lui-même de façon malfaisante en jouant deux androïdes différents, plutôt une bonne performance dans la lignée de ce qu’il sait faire. Danny McBride se démarque en nous livrant une interprétation à l’opposé de son jeu habituel ce qui est assez surprenant.

17051306504715263615038553Dans l’ensemble ALIEN COVENANT est donc une réussite de mon point de vue, de part son classicisme maîtrisé, cependant le film n’est pas exempt de défauts. En premier lieu vient l’absence du côté horrifique originel, qu’on retrouvera plus dans le jeu Alien Isolation que dans ce ALIEN COVENANT. Si du HUITIÈME PASSAGER COVENANT emprunte beaucoup à la première partie, la seconde n’a que peu à voir. Le final me semble complètement bâclé. Quand l’hommage aux prédécesseurs se transforme en une scène trop prévisible (cf. : LE RÉVEIL DE LA FORCE), c’est que le réalisateur reste dans une zone de confort par manque d’inspiration ou par facilité. Mais si c’est pour faire moins bien, autant s’abstenir. J’ai en effet trouvé cette scène à des années lumière des scènes finales des premiers films. Ce petit manque d’intensité à la fin, c’est sûrement là où pêche Ridley Scott dans PROMETHEUS et dans COVENANT. Le premier rôle féminin n’y est pas étranger : Katherine Waterston n’est pas à la hauteur de Noomi Rapace dans PROMETHEUS, elle-même loin d’égaler Sigourney Weaver en son temps. C’est tout de même assez regrettable quand on connait le personnage qu’est Ripley et à quel point il a marqué cette saga de ne pas avoir un personnage et une interprétation féminine de même acabit. Un personnage féminin fort renverrait à Ripley et représenterait indubitablement un plus. Les autres personnages quand à eux manquent de profondeur puisque tout ou presque concerne David, ils ne sont donc là que pour mourir un par un sans même qu’on se rappelle leur nom.

17051306231615263615038546

En résulte un film qui peut paraître trop classique (dans le sens péjoratif du terme cette fois), alternant entre action et dialogue sans jamais vraiment emballer son propos, ceci afin de, je pense, continuer à assurer une continuité avec le prochain volet qui s’annonce quand même pas mal. Bien que j’ai été tenu en haleine tout du long, on peut reconnaître que le dosage est assez irrégulier et que ça manque de substance. On rejoint ici ce sentiment de déception, d’inachevé qu’avait laissé PROMETHEUS. De même, il y a de légères incohérences et facilités qui m’ont titillées, comme ce fut le cas dans 17051306545315263615038554PROMETHEUS bien que cette fois-ci elles relèvent plus du détail (les capsules de stase qui se trimbalent dans tous les sens, elles sont accrochées à des cintres ou quoi ? Il y a des gens là-dedans ! Un vaisseau ça tremble ! Surtout si on le précipite dans une tempête atmosphérique ! Fixez-moi ces capsules de stase bon sang ! Puis il y a celle qui enferme sa pote et qui fait tout péter en tirant partout, ou l’autre là, ouiiii c’est ça, regarde dans l’œuf, c’est une très bonne idée ! Il y a un gros truc visqueux qui bouge mais ne t’inquiète pas ça te fera rien c’est très gentil ! C’est pas comme si vous veniez de vous faire attaquer par deux Aliens y a même pas une heure, ou que tu me connaissais pas du tout, ou que j’avais pas l’air d’un gros psychopathe sorti tout droit d’un film de Shyamalan ! Hé pour un Commandant tu m’as l’air bien con toi dis-donc ! Le Commandant: « Bon les gars, on est sur une lointaine planète inconnue, donc regardez où vous mettez les pieds et surtout, surtout ne sniffez pas les plantes ! Parce-que la dernière fois, le sergent a sniffé une plante, on a eu des problèmes! »). Non vraiment ce sont de menus détails…

17051306231815263615038547

Malgré les premiers retours négatifs que j’ai pu lire, rien ne saurait gâcher mon plaisir ! ALIEN COVENANT fait mieux que PROMETHEUS à tous les niveaux, il propose un retour aux origines à travers la continuité de cette nouvelle trilogie ! Le traitement de David en tant qu’androïde de Weyland Industries est plus profond que tout ce qu’on a pu voir dans ALIEN, les Xénomorphes sont bien foutus, le visuel est tueur et on suit les mésaventures de ce nouvel équipage avec intérêt. Je conçois ses défauts mais il n’effacent pas le travail de Ridley Scott qui du haut de ses 80 ans sait encore faire de bons films. Faites-vous votre propre avis et laissez un commentaire !

- Di Vinz -

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles de Di Vinz :

Critiques express / Oblivion / Upside Down / Cloud Atlas / Iron Man 3 / After Earth /Star Trek Into Darkness / Man of Steel / World War Z / Pacific Rim – Wolverine, le Combat de l’Immortel – R.I.P.D. Brigade Fantôme / Elysium / Thor, le Monde des Ténèbres / Le Hobbit : La Désolation de Smaug / Snowpiercer, le Transperceneige / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné / X-Men Days of Future Past / Critiques express DVD, Blu-ray et ciné (2) / Critiques express : Robocop & 47 Ronin / Lucy / Ninja Turtles / Edge of Tomorrow / Hercule / Jupiter, le Destin de l’Univers / Test : Alien Isolation / Jurassic World / Star Wars : Le Réveil de la Force / Deadpool / Batman V Superman / Midnight Special / Le Livre de la Jungle / Conjuring 2 / Warcraft : le Commencement / Captain America : Civil War / X-Men : Apocalypse / Logan

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 15:37
Enregistré dans Cinéma, Di Vinz, Science-fiction
PLANKTON (1994)

Posté le Vendredi 12 mai 2017

PLANKTON (1994) dans Cinéma bis 17051208375315263615035416

PLANKTON (1994)

Titre original : La Creatura Degli Abissi

Réalisation : Massimiliano Cerchi

Scénario : Richard Baumann

Musique : Elikonia Group

Pays : Italie.

Interprètes : Clay Rogers (Mike), Michael Bon (Bobby), Sharon Twomey (Margareth), Laura di Palma (Dorothy) et Ann Wolf (Julie).

17051208393715263615035418 dans FantastiqueApparemment, le film ne serait sorti que le 8 janvier 2000 dans le reste du monde sous le titre CREATURES OF THE ABYSS. C’est sûrement suite aux succès du remake télévisé de PIRANHAS diffusé en 1995 ou du remake des MONSTRES DE LA MER aka HUMANOÏDS FROM THE DEEP sorti en DTV en 1996. Bien qu’on pense rapidement à la vue de ce sympathique nanar italien, à M.A.L., MUTANT AQUATIQUE EN LIBERTÉ (1989) ou encore à LEVIATHAN (1989).

En tout cas, le film présente un vrai mélange d’hybridations inconnues entre le piranha préhistorique et le cœlacanthe mutant des deux films cités précédemment. Ces poissons mutants, dont l’un d’eux est gigantesque (et même un peu bavard !) se voudraient issus d’une variété de poissons éteinte : les crostéliges. Bon, j’ai cherché sur Internet les différents noms scientifiques énoncés dans le film et tous semblent complètement bidons. Avec ce PLANKTON, nous sommes dans du pur JURASSIC BIS de haute voltige.

17051208413815263615035419 dans Trapard

L’intrigue : Cinq jeunes adolescents décident de faire une virée sur l’océan à l’aide d’un bateau pneumatique à rames. Ils arrivent finalement près d’un yacht abandonné avec à son bord un mystérieux laboratoire biologique… Bob et Julie décident de faire l’amour sur le bateau mais ils vont être infectés par du plancton radioactif échappé du laboratoire. Bob va alors dévorer Julie et des monstres vont commencer à ramper sur le pont…

17051208440915263615035420Bon déjà, on se demande pourquoi cinq jeunes partent en virée au milieu de l’océan sans nourriture, ni eau, à bord d’un zodiaque légèrement trop petit pour eux. Mais sans ce début d’histoire, il n’y aurait pas de suite… Donc, dans PLANKTON, le jeu des comédiens et la crédibilité de l’histoire n’ont pas grand intérêt. Et en dehors des interminables scènes où les trois comédiennes vont et viennent en bikini ou en top-less, seule l’ambiance très kitsch et les éclairages bleutés sur des décors assez fascinants d’un immense yacht, arrivent à captiver le regard. Surtout que le réalisateur insiste sur énormément de plans rythmés, filmés au grand angle et en caméra subjective qui annoncent pendant plus d’une demi-heure de métrage qu’il va se passer quelque chose. Le reste du film peut donc enfin se permettre une orgie d’attaques de poissons mutants carnivores hors de l’eau, qu’on pense immédiatement à PIRANHA 2, LES TUEURS VOLANTS (1981). Et il faut bien reconnaître que malgré son aspect ridicule, parfois filmé en animatronique, parfois en stop-motion en accéléré, le crostélige géant reste le clou du spectacle.

Vous pouvez regarder PLANKTON en version complète mais en anglais ici.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

17051208355615263615035415

morbius @ 17:22
Enregistré dans Cinéma bis, Fantastique, Trapard
WHOVIAN’S WHO ! – L’Académie des Time Lords

Posté le Mercredi 10 mai 2017

WHOVIAN'S WHO ! - L'Académie des Time Lords dans Whovian's Who 17040608411815263614966947

Le Whovian’s Who, pour tout savoir sur l’univers étonnant de la série DOCTOR WHO grâce à Carine, infatigable fan experte qui voyage à travers l’espace et le temps pour extraire la moindre information sur les personnages, les créatures, les créateurs et les aliens de la série culte ! Pour tous les fans du Docteur, retrouvez le Whovian’s Who sur les Échos d’Altaïr ! Aujourd’hui :

17051006454515263615029826 dans Whovian's Who

L’ACADÉMIE DES TIME LORDS

Connue également sous le nom de Time Academy, l’Académie des Time Lords était située sur la montagne de Gallifrey. C’est dans cette ville autonome annexée au Capitole que les jeunes Time Lords poursuivaient leurs études.

Le 10e Docteur nous apprend que les jeunes enfants y étaient emmenés par leur famille à l’âge de 8 ans pour y commencer leur instruction. Une des étapes de leur initiation consistait à regarder dans le schisme métamorphique (sorte de vortex temporel). 

Lors de leur cérémonie d’admission, les jeunes Time Lords devaient prononcer ces mots : « Je jure de protéger l’ancienne loi de Gallifrey avec toutes mes forces et mes cerveaux. Je terminerai mes jours avec justice, et avec humeur mes actions et mes pensées. »

Les matières enseignées étaient la botanique, la thermodynamique, les véhicules anciens (dont le Type 40), et les battements d’ailes Gallifreyens ainsi que des matières artistiques comme le dessin (liste non exhaustive).

Le sport n’était pas oublié non plus, avec des épreuves de course, et ils montaient également des Vortisaures, sortes de ptérodactyles vivant dans le vortex du temps. 

17051006484215263615029827

Lorsqu’ils obtenaient le rang de Time Lord Junior, les étudiants recevaient leurs noyaux symbiotiques (dispositifs leur donnant accès au voyage dans le temps). Il fallait obtenir 51 % (note obtenue par le Docteur) pour recevoir son diplôme. Romana, élève bien plus brillante, a obtenu la note de « Triple First ». Ils pouvaient bien entendu passer le test plusieurs fois et le résultat était confidentiel. 

Il y avait 6 Clans (ou Chapitres) au sein de l’Académie : les Prydonian (celui du Docteur), les Arcal, les Patrex, les Cerulean, les Dromeian et les Scendeles. Chaque clan disposait d’un Cardinal qui le représentait devant le Haut Conseil et qui était responsable de son Clan. La classe du Docteur était composée de 26 membres. 

Un groupe d’étudiants appelé Déca était composé de Theta Sigma (le Docteur), Koschei (le Maître), Mortimus (le Moine), Ushas (le Rani) et Magnus (le Chef de Guerre). N’en déduisez pas qu’il s’agit du nom du Docteur, ce n’est pas le cas. 

Et comme je ne trouve pas d’illustration de cette Académie (si ce n’est les images de Gallifrey et son dôme que vous connaissez tous), je vous laisse un cour d’Histoire Gallifreyenne en illustration.

- Carine - (Les Enfants du Temps)

Image de prévisualisation YouTube

Autres articles du Whovian’s Who :

Les Voords / Le Studio D de Lime Grove / Les Tritovores

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 15:30
Enregistré dans Whovian's Who
BLADE RUNNER 2049 : LA BANDE-ANNONCE OFFICIELLE

Posté le Mardi 9 mai 2017

Magnifique bande-annonce de BLADE RUNNER 2049, suite du chef-d’œuvre de Ridley Scott réalisé en 1982. Ce sera dur, très dur de rivaliser avec l’original, mais est-ce la volonté de Denis Villeneuve ? En tout cas Ridley affirme que le film du réalisateur canadien sera meilleur que le sien. C’est gentil, mais j’ai du mal à y croire, sincèrement, même si je ne remets aucunement en question les qualités de Denis. En attendant on retrouve beaucoup de belles images qui faisaient de BLADE RUNNER un film unique, et une musique synthé qui reprend le thème de Vangelis en le retravaillant quelque peu. C’est beau. C’est prometteur tout ça…

Image de prévisualisation YouTube

morbius @ 17:18
Enregistré dans Cinéma, Science-fiction
RIDLEY SCOTT A DIT…

Posté le Mardi 9 mai 2017

RIDLEY SCOTT A DIT... dans Mystère 17050908280015263615027765Lors d’une interview réalisée pour le numéro spécial ALIEN du magazine Ciné Saga (ALIEN, la Bible du Passionné), Ridley Scott a déclaré à propos de l’espèce humaine : « Nous ne sommes pas un simple accident biologique dû au hasard. Être là par accident, ce serait le résultat de milliards de bonnes décisions prises au hasard par la nature, ce qui est évidemment impossible. Je pense qu’il y a une sorte de décision supérieure qui a été prise. Je crois en une force supérieure. Si on veut l’appeler Dieu, alors c’est Dieu. »

morbius @ 17:05
Enregistré dans Mystère
ROBOT-COOL (44) : ROBOTS DE PYRITE

Posté le Dimanche 7 mai 2017

ROBOT-COOL (44) : ROBOTS DE PYRITE dans Cinéma 13061309574815263611288444

17050708401515263615023834 dans Robot-cool

Les robots de Pyrite Defense Company ont une apparence plutôt menaçante, mais leurs apparitions sont extrêmement brèves et nocturnes. C’est sûrement ce qui leur donne cet aspect cool et énigmatique. Il n’apparaissent que lors de batailles spatiales, le bas du torse inexistant, un peu comme les Cylons de GALACTICA. Mais là où les créateurs de la fameuse série de SF des années 80 jouaient sur les reflets luisants de l’armure chromée des Cylon, Roland Emmerich préférait enfoncer les robots-pilotes de son MOON 44 (1990) dans une certaine pénombre.

17050708412315263615023881 dans Science-fictionL’intrigue : En 2038, les ressources naturelles de la Terre sont quasiment épuisées et la lutte est âpre pour s’approprier les dernières portions minérales disponibles sur les autres planètes. Des corporations se créent. Lorsque l’une d’elle voit disparaître ses robots, elle fait appel à des prisonniers pour la défendre. Au sein de l’équipe, la tension monte…

C’est le créateur de SF/X allemand, Volker Engel, qui est à l’origine des effets visuels et des robots de MOON 44. C’est d’ailleurs sa première participation à un long-métrage. Et même si certains limitent le film d’Emmerich à un simple mélange sans originalité d’OUTLAND et de BLADE RUNNER, c’est peut-être cette comparaison qui fait honneur au travail de Volker Engel. Surtout pour un film ouest-allemand du tout début des années 90. Par la suite, Engel accompagnera d’ailleurs Emmerich sur la plupart de ses projets de science-fiction hollywoodiens jusqu’à GODZILLA.

- Trapard -

Autres vedettes de la catégorie Robot-Cool :

 Robby / Maximilian / Hector / Gort / Twiki / Cylon / Maria / Robot (Perdus dans l’Espace) / V.I.N.CENT / Tobor / Robot de Silent Running / Androïde de MondwestC-3PO et R2-D2 / Terminator / Data / Androïdes de THX-1138 / Robocop / Steve Austin et Jaimie Sommers / Numéro 5 / Ilia / Robot-John / Nono / WALL-E / Robot Bikini / A.P.E.X. / Peepo / Chalmer / REM / Servante du Gardien / Danguard Ace /Géant de Fer / Protector 101 Killbot / Robot de Total Recall (2012) / Mechagodzilla / Zero / Inspecteur Gadget / MARK 13 / AMEE / Goldorak / Robot Sentry / Marvin / Olga / Questor / Robot de Xenogenesis

Robot « cool » ou « craignos » ?

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 17:21
Enregistré dans Cinéma, Robot-cool, Science-fiction, Trapard
VAISSEAUX SF : LE TRANSPORCHERIE

Posté le Vendredi 5 mai 2017

VAISSEAUX SF : LE TRANSPORCHERIE dans Science-fiction 13061310034815263611288456

17050509495815263615021071 dans Vaisseaux SF

TRANSPORCHERIE

Le légendaire Transporcherie accueille à son bord un équipage de porcs constitués du Commandant Jean Bondyork, du professeur Enrico Chonaille (l’énigmatique professeur latino-sinoslave) et de la sulfureuse Peggy au caractère de cochon.

17050510154415263615021104

Traversant l’espace d’un bout à l’autre de l’univers, nos héros vivent de folles aventures à bord du Transporcherie, tout en prenant soin de ne jamais laisser aucune cochonnerie sur les rares mondes 17050510205515263615021109visités. Malgré leur tempérament bien trempé, ils évitent de justesse bien des accidents et autres catastrophes stellaires. Ils rencontreront même un jour Luke Skywalker, Jedi en devenir, dans une galaxie lointaine, très lointaine.

Du vaisseau Transporcherie on ne sait que peu de choses en dehors du fait qu’il s’agit véritablement d’un vaisseau de gros cochons dans l’espaaaaaaaace !

- Morbius -

Image de prévisualisation YouTube

Autres vaisseaux présentés dans la catégorie Vaisseaux SF :

Croiseur C-57D / Valley Forge / Discovery One / Fusée du Choc des Mondes /Astroforteresse Galactica / Aigle / Nostromo / Andromeda Ascendant / Serenity /Jupiter 2 / Moya / Vaisseau de Les Premiers Hommes dans la Lune / Lexx / USS Enterprise NCC-1701-D / Destinée / USS Cygnus / Soucoupe de Klaatu / Tardis /Starfury / Liberator / Viper / Thunderbird 3 / Excalibur / Starbug / Vaisseaux des Visiteurs / Sulaco / Event Horizon / BTA Fighter / Odysseus / Moonbase Interceptor /Thunder Fighter / Vaisseau martien /Prometheus / Vaisseau du film Le Guerrier de l’Espace / Nell / Vaisseau du film Explorers / Vaisseau-mère de Rencontres du Troisième Type / Vaisseau du capitaine Yop Solo / Vaisseau de Flesh Gordon / Gunstar / Rodger Young /Liberty 1 (Icarus) / Vaisseau des Maîtres du Temps / NSA Protector / Vaisseau darien / Vaisseau de Saturn 3 /Valkyrie / Ajax / Orion III / Vaisseau d’E.T. / Vaisseau de The Thing / Avalon

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 19:03
Enregistré dans Science-fiction, Vaisseaux SF
BRISCO COUNTY

Posté le Jeudi 4 mai 2017

BRISCO COUNTY dans Fantastique 14012708415615263611933240

Rares sont les séries télévisées de western cultes comme RAWHIDE (1959-1965) avec Clint Eastwood ou AU NOM DE LA LOI (1958-1961) avec Steve McQueen. Mais encore plus rares encore sont les séries de western steampunk du niveau des MYSTÈRES DE L’OUEST (1965-1969). BRISCO COUNTY (The Adventures of Brisco County Jr), créée par Carlton Cuse et Jeffrey Boam, fait partie de ces paris réussis.

17050401185215263615019073 dans Série TV

L’intrigue : Le chasseur de primes, Brisco County Jr., est bien décidé à venger son père, un célèbre marshall de l’Ouest américain, assassiné par une bande de criminels à la solde de John Bly…

17050401200315263615019074 dans TrapardDiffusée aux États-Unis entre août 1993 et mai 1994, la série BRISCO COUNTY est passée en France sur M6 au cours de l’année 1995. Personnellement, j’étais en Métropole cette année-là mais je n’en ai pas du tout entendu parler bien que Wikipedia indique que « Tous les jours, 1.4 million de téléspectateurs étaient au rendez-vous à 18 heures sur M6 ». Je me souviens nettement plus de XENA LA GUERRIÈRE produite par Sam Raimi et diffusée en 1996. Et le point commun entre ces deux séries cultes, bien qu’inégales à mon goût, c’est la présence de Bruce Campbell qui fait un excellent Brisco County Junior, chasseur de primes aux faux airs de Lucky Luke. D’ailleurs je préfère mille fois un Bruce Campbell en Brisco qu’un Jean Dujardin en Lucky Luke, tellement les créateurs de la série ont développé de facettes à ce chasseur de primes parfois gaffeur, souvent subtil et précis, et toujours séduisant. Un rôle qui va comme un gant à Bruce Campbell dont la série fait quelques allusions à son personnage dans le troisième volet des EVIL DEAD : L’ARMÉE DES MORTS (1994). À moins que ce soit l’inverse… BRISCO COUNTY nous plongeant autant dans un univers de Far-West d’après-guerre de Sécession, à la reconstitution historique méticuleuse et dont les anachronismes sont sujets à de nombreux gags.

17050401211915263615019076La partie science-fictionnelle et steampunk de la série est l’adaptation des évolutions scientifiques d’une Grande-Bretagne victorienne à un nouveau monde fait de pionniers et de cowboys. Zeppelins immenses, chars d’assaut, fusées et scaphandriers alimentent le côté steampunk. Tandis que les vieilles demeures hantées à multiples passages secrets, les pirates des mers échoués dans l’Ouest américain, les clans maffieux italo-américains new-yorkais, les combats de boxe truqués, les agents gouvernementaux aux doubles jeux et les scientifiques régénérant des cadavres, font dévier la série vers d’autres univers du cinéma de genre. Et sans trop en dire, mais pour donner envie à ceux qui ne connaîtraient pas du tout cette série : le vrai sujet du film qui se voudrait en apparence une histoire de vengeance, est surtout une course poursuite après une sorte de porte tri-dimensionnelle et temporelle qui est très convoitée par le gouvernement des États-Unis…

17050401234215263615019077Même les changements réguliers de décors entre les grandes villes en développement industriel et les grands espaces de l’Ouest font ressembler BRISCO COUNTY à un mélange de western à l’ancienne et à une ambiance à la GANGS OF NEW-YORK (2002) de Martin Scorsese.

Autre point fort de la série, en plus de son humour constant : sa panoplie de personnages récurrents et toujours attachants et surprenants. Le chasseur de primes afro-américain, Lord Bowler, compagnon fidèle de Brisco, est sûrement l’un des meilleurs personnages de la série. Suivi du drôle et touchant avocat, Socrate Poole, du farfelu professeur Albert Wickwire qui rappelle souvent le futur Walter Bishop de FRINGE (2008-2013) de J.J. Abrams. Et c’est sans oublier la danseuse de cabaret, Dixie Cousins, personnage souvent double et pourtant si fidèle à Brisco County Junior.

Au final, ce sont 26 épisodes de 40 minutes et un pilote d’une heure et demi que j’ai regardé d’un trait sans jamais me lasser.

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Série TV :

Supernatural / Cosmos 1999 / Legend of the Seeker / Star Trek remasterisé / Le Prisonnier, nouvelle série / Les séries d’Irwin Allen / Trois épisodes de Cosmos 1999 / Les Envahisseurs / Ce que la nouvelle série Battlestar Galactica aurait dû être… / Enterprise / Stargate Universe / Night Gallery / Dossiers Brûlants (Kolchak, the Night Stalker) / The Starlost / Scream Show / Voyage au Fond des Mers / Star Maidens ou Les Filles du Ciel / Space Command / Space Academy / Belphégor /La Brigade des Maléfices / Jason of Star Command / Métal Hurlant Chronicles /Spectreman / Vampire Diaries / The Robinsons : Lost in Space / Hex : la Malédiction / Lost Girl / MS3K ou Mystery Science Theater 3000 / Defiance : saison 1 / The Secret Circle : saison 1 / Under the Dome : Saison 1 / Siberia : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 1 / The Walking Dead : saison 1 / Les Aventures du Docteur Fu Manchu / Doctor Who (2005) : saison 2 / Sleepy Hollow : saison 1 / Doctor Who (2005) : saison 3 / Dracula : saison 1 / Doctor Who Classic : saison 2 / Doctor Who (2005) : saison 4 / Lost Girl : saison 4 / Almost Human : saison 1 / Doctor Who : saison 8 / Ascension : saison 1 / S.O.S. Terre / Tales of Frankenstein / Ark II / Class : For Tonight We Might Die / The Walking Dead : Signs / Genesis II / Les Compagnons d’Eleusis / Super héros de séries TV brésiliennes inédites en France

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 22:07
Enregistré dans Fantastique, Série TV, Trapard
LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION – éd.9

Posté le Dimanche 30 avril 2017

LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION - éd.9 dans Club des entités 15072601010915263613469238

Savants fous, créatures étranges, objets inconnus, robots colorés, insectes géants, astronefs incontrôlables, aliens menaçants, héros sans scrupules, affiches loufoques, artistes déments, dangereuses visions : rien ne vous sera épargné. Bienvenue dans le Club des Entités de la 13e Dimension, le CE13D…

AVERTISSEMENT

Le temps ne nous séparera jamais, et malgré les distances entre votre dimension et la nôtre nous sommes toujours là, invisibles, omnipotents, prêts à contrôler votre vision et votre compréhension, à atténuer vos sens ou à les perturber. À partir de l’instant où vous lisez ces lignes, vous nous appartenez. Nos images psychédéliques ou fantasmagoriques sont là pour vous envoûter, vous détourner de la réalité et vous hypnotiser. Laissez-vous guider dans les méandres de notre 13e dimension en compagnie de ses entités. N’oubliez jamais que vous leur appartenez.

17043001244015263615008509 dans Club des entités

////////////////////////////////////////////////////////

CONNEXION AU CLUB DES ENTITÉS

Pour vivre pleinement les sensations de la 13e dimension, et tout comme dans notre édition précédente, il vous est fortement recommandé de lancer ce fond sonore intitulé Dark Ambient Space – Abandoned Space Station. Réglé à un volume raisonnable, il vous accompagnera tout au long de votre lecture de cette neuvième édition, dans les sombres recoins d’un univers inconnu et mystérieux…

Image de prévisualisation YouTube

////////////////////////////////////////////////////////

« EN DEDANS »

17043002303915263615008517« La maison était un puzzle fait de nombreux rêves. Elle n’aurait pu exister dans la réalité, et la jeune fille en avait vaguement conscience. Chaque jour, pourtant, au gré de sa fantaisie nonchalante, elle parcourait ses halls et ses couloirs changeants. Au cours des six mois qu’elle avait vécu ici, la maison s’était rapidement agrandie, projetant des greniers, des sous-sols et des alcôves à la curieuse géométrie, garnie de rideaux blancs translucides qui ne bougeaient jamais. »

(Carol Carr, « En Dedans »)

////////////////////////////////////////////////////////

17043002372115263615008521

////////////////////////////////////////////////////////

17043002460515263615008523

////////////////////////////////////////////////////////

AU CŒUR DU TEMPS

17043003033515263615008524Traversez les siècles et partez pour une extraordinaire aventure avec deux savants américains qui se sont égarés au cœur du temps, dans un labyrinthe des époques passées et futures au cours d’un essai ultrasecret d’un prodigieux dispositif : le Chronogyre. Tony Newman et Doug Philips sont lancés dans une aventure fantastique quelque part dans le domaine mystérieux du temps. Victimes de leur propre projet Tic-Toc, les deux héros démarrent leur périple à bord du Titanic. De Pearl Harbor à la guerre de Troie en passant par la lutte contre les extraterrestres, les docteurs Newman et Philips sont confrontés à des situations toujours plus extraordinaires. Face au Chronogyre, une équipe de scientifiques est témoin de leurs aventures.

http://www.dailymotion.com/video/x2j2aai

Le CE13D vous propose aujourd’hui l’épisode en français « Ceux qui viennent des Étoiles ». L’histoire : « Doug et Tony repèrent un vaisseau spatial et tombent entre les mains de deux extraterrestres, qui parcourent l’univers à la recherche de nourriture depuis que les ressources de leur planète se sont épuisées. »

////////////////////////////////////////////////////////

17043003062615263615008525

////////////////////////////////////////////////////////

LECTURES TOXIQUES

Saviez-vous que le simple fait de lire un livre sur Deylkin VI peut s’avérer extrêmement dangereux pour n’importe quel organisme vivant prétendument intelligent ? En effet, peu de voyageurs galactiques sont au courant du pouvoir toxique des mots que renferment les pages des célèbres ouvrages deylkiniens, ouvrages rédigés il y a des siècles par les prêtres de la cité d’Arthopâle. 

17043003472815263615008528

Il faut savoir que le simple fait de ne lire que quelques extraits, ou même de seulement parcourir les pages de ces livres sacrés, peut engendrer des effets irréversibles sur la santé mentale du lecteur. Ces mots placés les uns à la suite des autres dans un ordre aléatoire peuvent non seulement provoquer des hallucinations, des accès de folie ou des crises d’épilepsie, mais aussi de graves lésions de la rétine ou du cerveau chez certains individus.

Afin de se protéger, le lecteur doit obligatoirement revêtir un casque Lectoplus-Alpha muni de lunettes à lentilles Rétinax-Delta (comme on peut le voir ici sur la photo). Celles-ci ont le pouvoir d’extraire les mots du texte pour annuler leur redoutable toxicité et de les replacer dans un ordre chronologique, permettant de la sorte une lecture des ouvrages sacrés en toute sécurité.

Pour votre prochain voyage sur Deylkin VI, prévoyez donc ce nécessaire indispensable. Le Club des Entités de la 13e Dimension vous aura prévenu.

////////////////////////////////////////////////////////

17043004011715263615008529

////////////////////////////////////////////////////////

17043004051015263615008530

////////////////////////////////////////////////////////

SOCIÉTÉS EN DÉCOMPOSITION

17043008392415263615008598À l’heure où des relents nationalistes, fascistes et xénophobes sont de retour, où les dictatures et dirigeants totalitaires fleurissent à tous les coins du monde, menaçant les démocraties, et où le peuple s’abandonne à une orgie nauséabonde, séduit par un faux meilleur des mondes, la SF est là pour nous rappeler les erreurs à ne pas commettre. Mais l’être humain est si faible et si influençable, finalement si manipulable et sans jugeote, que le piège risque de se refermer sur lui, inexorablement. En effet, la Science-Fiction avait tout prédit. Et alors que le monde paraît s’effondrer autour de nous, ce cauchemar de la dystopie semble devenir au fil du temps une réalité…

Les bonnes intentions sont parfois la cause de nos échecs, nous dit Stan Barets dans son tome 2 du Science-Fictionnaire (éd. Denoël – 1994) : « Dans la première moitié de ce siècle, des auteurs comme Zamiatine, Huxley ou Orwell, décrivirent des systèmes totalitaires où, à force de bonnes intentions, les hommes avaient créé un enfer. Ce fut l’époque des utopies pessimistes, ou dystopies, de ces mondes qui s’assombrirent encore avec quelques auteurs plus proche de la prospective comme John Brunner. »

17043008445315263615008599

L’aliénation de l’individu, grande cause de la dystopie, nous dit Ugo Bellagamba dans Sciences & Science-Fiction (éd. de La Martinière – 2010) : « S’appuyant sur des personnages en rupture de ban, la science-fiction dénonce l’aliénation de l’individu sous toutes ses formes et invente la contre-utopie, ou « dystopie », qui confère la notoriété à George Orwell pour 1984, Aldous Huxley pour Le Meilleur des Mondes, Ray Bradbury pour Fahrenheit 451. La caravelle qui pointait vers l’idéal se débat désormais dans les bourrasques idéologiques et scientifiques de la tempête du siècle, cherchant son chemin à la faveur des éclairs, plutôt que des éclaircies. »

17043008503715263615008600Et aux États-Unis ? « Aux États-Unis, on trouve toujours le dernier avatar : le stéréotype d’une société tyrannique présentée comme le meilleur des mondes, où les opposants sont rejetés dans les ténèbres extérieures. Le héros, entraîné par une jeune fille, et généralement fils ou neveu du P.D.G., en vient à douter de la bonté de la société démocratique de l’underground. Et finalement, il œuvre en vue de la reconquête, assurant le bonheur de l’humanité. En filigrane apparaît ici cette idée : « Tout cela est impossible chez nous… » (Jacques Van Herp dans Panorama de la Science-Fiction, éd. Lefrancq, 1996)

Laissons à L’Encyclopédie de la Science-Fiction (éd. CIL Beaux Livres) le mot de la fin avec la naïveté de Douglas Hill en train d’écrire ces lignes en 1980 : « Et dans ce domaine de la politique, un nombre étonnant d’écrivains de tous bords se sont bornés à suivre la voie ouverte par Orwell et avant lui par l’écrivain russe Eugène Zamiatine, auteur de My (1920) et de Nous Autres (1925). Et si une partie de la SF a emboîté le pas à ces œuvres pessimistes, c’est bien sûr parce que le monde lui apparaît ainsi fait. Mais elle ne prouve pas que l’avenir politique du monde soit dans un totalitarisme inévitable. L’ombre de Big Brother représente une possibilité, pas une certitude. La SF après tout ne fait qu’évoquer des « possibles » à venir. »

Et pourtant, la SF ne semble-t-elle pas devenir réalité aujourd’hui en 2017 ?…

////////////////////////////////////////////////////////

17043008560115263615008601

////////////////////////////////////////////////////////

SCI-FI MOVIE MACHINE

Mondes inconnus, vaisseaux spatiaux, aliens menaçants, savants fous, machines extraordinaires, tout devient possible avec le Sci-Fi Movie Machine, les seuls limites sont celles de votre imagination.

Image de prévisualisation YouTube

Créez, détournez, plagiez, l’univers de la SF s’offre à vous comme jamais il ne s’offrira à d’autres. Soyez un privilégié, accédez au pouvoir de contrôler la machine !

////////////////////////////////////////////////////////

17043009042515263615008603

////////////////////////////////////////////////////////

À LA PROCHAINE DIMENSION

Nous libérons à présent votre esprit. Le Club des Entités de la 13e Dimension ne supportant pas une exposition prolongée à votre regard incrédule reviendra malgré tout, très vite, hanter vos semaines bien tranquilles avec de nouveaux spécimens, de nouvelles images, de nouveaux extraits littéraires, de nouveaux rêves et cauchemars issus des différents coins de l’univers. Pour l’heure, il vous quitte en vous laissant méditer cette citation :

17043009264315263615008615

« Dans la brillante immensité de billions de billions d’étoiles, la totale solitude lorsqu’elle est voulue peut-être exaltante et n’a rien de commun avec la solitude dont l’homme souffre sur Terre. Perdu dans la multitude des mondes, l’homme ne fait plus qu’un avec l’espace et le temps. » (épisode « L’Homme qui n’est jamais né », série AU-DELÀ DU RÉEL)

- CE13D -

15072601010915263613469238

Les précédents rendez-vous du Club des Entités de la 13e Dimension :

Première édition – Deuxième édition – Troisième édition – Quatrième édition - Cinquième édition - Sixième édition - Septième édition - Huitième édition

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 18:13
Enregistré dans Club des entités
123456...247