EXORCISMO (1975)

Posté le Vendredi 3 février 2017

EXORCISMO (1975) dans Cinéma bis 17020308232415263614821333

EXORCISMO (1975) de Juan Bosch

L’intrigue : Après avoir participé à une cérémonie satanique en Afrique, Leila n’est plus la même. La jeune femme insulte tout le monde et ne semble plus être elle-même. Lorsque des membres de sa famille sont retrouvés morts, le prêtre du village suspecte qu’une entité démoniaque se sert du corps de Leila pour accomplir des meurtres. En entreprenant un exorcisme, le Père Adrian Dunning réveille la colère de l’entité et la révèle au grand jour…

17020308244115263614821334 dans Fantastique

Réalisé en 1975, EXORCISMO est un des nombreux succédanés (succès damnés?) de L’EXORCISTE (1974, The Exorcist) de William Friedkin. Paul Naschy a co-produit EXORCISMO a partir d’un de ses scénarios de longue date, à ses dires, s’octroyant même le rôle du prêtre.

Le film raconte ni plus ni moins l’histoire de L’EXORCISTE, mais sous cette enveloppe européenne du début des seventies qui mêle des intrigues d’horreur à d’interminables scènes très teenagers : un compromis du cinéma anglais, italien et espagnol pour attirer les nouvelles générations post-soixante-huitardes vers un cinéma de genre plutôt classique.

17020308261515263614821336 dans Trapard

Cette production est sûrement la plus mal-aimée de la filmographie de Paul Naschy, y compris par ses actuels fans. Mais, à sa sortie, elle a bénéficié d’un réel succès commercial et lucratif pour Naschy tout en étant son œuvre la moins personnelle et la plus opportuniste. De plus, EXORCISMO s’étend en de longs bavardages (et à la rigueur, heureusement dans ce sens que les jeunes comédiennes soient plutôt jolies…). Et les manifestations maléfiques sont très rares et très espacées, elles sont finalement confinées durant les vingt dernières minutes du film. Subsiste néanmoins une ambiance très étrange tout le long du film, celle-ci accentuée par la musique d’Alberto Argudo bercée par un chœur féminin plutôt inquiétant.

Par certains égards, certaines scènes rappellent beaucoup plus LA MALÉDICTION (1975, The Omen) que L’EXORCISTE. Le scénario du film de Friedkin servant surtout d’articulation pour celui de Juan Bosch, exceptée la fin du film évidemment, qui reprend un bon nombre des artifices du film de Friedkin, mais avec les moyens techniques et spectaculaires en moins….

- Trapard -

morbius @ 18:06
Enregistré dans Cinéma bis, Fantastique, Trapard
PAROLES D’ALTAÏRIEN – 16

Posté le Mercredi 1 février 2017

PAROLES D'ALTAÏRIEN - 16 dans Paroles d'Altaïrien 16101809283715263614563469

Il est de coutume de vouloir toujours interviewer les « spécialistes » ou ceux que l’on considère, à tort ou à raison, comme les « Gardiens du Temple de l’Imaginaire ». Pour une fois, laissons-les de côté, oublions-les en leur passant la muselière de circonstance et donnons enfin la parole aux fans, aux geeks, aux fantasticophiles de tous âges et de toutes espèces qui font vivre l’Imaginaire chaque jour ! Pour cela, le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV est un vivier ! « Paroles d’Altaïrien » laissera donc désormais la parole à un(e) Altaïrien(ne), le temps de quelques questions sur sa passion pour l’Imaginaire, ses souvenirs, ses goûts, ses manies…

16101809365515263614563484 dans Paroles d'Altaïrien

Philippe Koenig

16101809365515263614563484

En matière d’Imaginaire, Philippe a plutôt bon goût : il a eu une enfance bercée par Tolkien, son film de chevet est PLANÈTE INTERDITE (Philippe, tu seras toujours le bienvenue sur Altaïr IV), il est fan de Big John et s’avère un spectateur assidu du festival de Gérardmer auquel il a encore assisté tout récemment. Que dire ?… Eh bien laissons-lui la parole, tout simplement !

« Je travaille ma culture, élargis mes horizons avec toutes les sources qu’offrent les techniques modernes d’aujourd’hui. »

L’Imaginaire, tu es tombé dedans vers quel âge ?

17020105034715263614817066Trois livres de poche, version 1972-73, j’avais peut être 10 ans, 1500 pages à raison de 200 pages par jour… Plusieurs fois. Je les ai toujours. Et à partir de là, plusieurs dizaines d’autres, écrits entre autres par un certain Jules Verne, autre auteur fétiche de mon enfance.

Dans le monde grouillant de l’Imaginaire, quel est ton genre préféré et pourquoi ?

J’ai commencé par l’heroic fantasy, avec Tolkien, qui reste mon genre de cœur. Puis une certaine SF au travers de plusieurs centaines de poche des grands classiques de la littérature anglo-saxonne. Au cinéma PLANÈTE INTERDITE, qui reste ma référence SF (cela tombe bien non ?) encore aujourd’hui et ALIEN, 1979 mon premier film fantastique vu en salle. Un joli fil rouge avec le Festival du film fantastique de Gérardmer, 20 participations sur 23, j’ai déjà réservé pour le 24ème. Aujourd’hui, de tout… Du thriller de vengeance asiatique aux films d’horreur en passant par les grands classiques. Depuis 2 ou 3 ans, mais oui, seulement, je travaille ma culture, élargis mes horizons avec toutes les sources qu’offrent les techniques modernes d’aujourd’hui.

Te considères-tu comme « geek » ?

Pour avoir une belle fille qui travaille dans la 3D en jeu vidéo, geek je ne suis pas. Je ne joue pas, n’ai pas de figurines, posters ou autres objets divers plein partout. Par contre, technophile… oui je suis !

17020105060015263614817068

« La science-fiction pourrait être la transposition des sujets, préoccupations et travers de notre société. »

Quels sont tes films et séries TV préférés ?

17020105112015263614817069THUNDERBIRDS, LA QUATRIÈME DIMENSION, COSMOS 1999, puis plus récemment Mr ROBOT, PENNY DREADFUL, GAME OF THRONES et THE STRAIN. Pour les films, les SEIGNEUR DES ANNEAUX, DARK CRISTAL, ALIEN, DUNE, une petite mention spéciale pour Sean Connery et OUTLAND, quelques pépites originales, Big John, UNE NUIT EN ENFER, BRAINDEAD…

Quels sont tes romans, BD et auteurs favoris ?

L’auteur que j’ai le plus lu est sans conteste Jack Vance. J’aime beaucoup tous ses mondes génialement imaginés, détaillés, avec plein de héros ordinaires. Mais aussi, Asimov, Clark, Lovecraft, Farmer, Merrit, Burrough, Williamson, cette liste d’auteurs dite classique est infinie … Plus récemment Dan Simmons, Chattam, Crichton, Thilliez, Dantec… J’ai peu exploré la BD, même si Valérian et quelques autres m’ont déjà fait rêver.

Quel est ton meilleur et/ou ton pire souvenir ?

Rien de vraiment pire, mais quelques bon souvenirs grâce au festival de Gérardmer, qui permet parfois d’approcher ou de rencontrer quelques maîtres, d’obtenir quelques dédicaces. Et il y a peu, John Carpenter en concert au Grand Rex !…

« Je vais au ciné pour quelques grands films et je suis l’actualité du genre. »

17020105180315263614817071

As-tu une manie en tant que fan de l’imaginaire ?

Je ne pense pas.

Comment définirais-tu la science-fiction ?

Le fantastique comprend tout ce qui fait appel à l’imaginaire. La science-fiction pourrait être la transposition des sujets, préoccupations et travers de notre société, de gens ordinaires ou non, dans des sociétés ou des mondes futurs ou parallèles à notre bon vieux monde de terrien.

Ta passion, comment la vis-tu au quotidien ?

17020105211115263614817073Depuis 23 ans, je suis un spectateur assidu du Festival du film fantastique de Gérardmer, je vais au ciné pour quelques grands films et je suis l’actualité du genre. Depuis quelques années, par l’avènement du web 2.0, Facebook et la page du site de L’Ecran Fantastique, je travaille plus sérieusement ma modeste culture, m’achète des films, mais uniquement ceux qui méritent d’être dans mon top 50, 100, 150… Choix qui n’engage que moi. Enfin, et je verrai où je m’arrêterai, mon ambition est de posséder de belles éditions de mes préférés et de quelques cultissimes et incontournables, pas d’être exhaustif.

Quel est ton vœu le plus cher ?

Continuer longtemps comme cela, faire de belles rencontres dans le genre et avec d’autres fans comme moi, continuer à partager certains avec ma chère et tendre, qui me suis régulièrement.

Merci Philippe ! Que la Force soit avec toi et Longue vie et prospérité !

15011505515715263612876237

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 15:04
Enregistré dans Paroles d'Altaïrien
PAPERTOY : STRANGER THINGS

Posté le Mardi 31 janvier 2017

PAPERTOY : STRANGER THINGS dans Papertoy 13092910271215263611593935

17013108295415263614815699 dans Papertoy

Onze, Mike, Dustin, Lucas et même le Demogorgon sont prêts à rejoindre votre dimension grâce à votre imprimante ! La série TV phénomène de l’année 2016, véritable révélation nous ramenant aux glorieuses années 80, n’a pas fini de faire parler d’elle, même en papertoys ! Vous trouverez tous vos héros réunis ICI.

- Morbius -

morbius @ 18:10
Enregistré dans Papertoy
LE CÔTÉ OBSCUR A ENVAHI LES ÉTATS-UNIS DEPUIS PEU…

Posté le Lundi 30 janvier 2017

LE CÔTÉ OBSCUR A ENVAHI LES ÉTATS-UNIS DEPUIS PEU... dans Humeur 17013007570215263614812786

morbius @ 17:38
Enregistré dans Humeur
LE MASSACRE DES MORTS VIVANTS (1974)

Posté le Lundi 30 janvier 2017

LE MASSACRE DES MORTS VIVANTS (1974) dans Cinéma bis 17013006540015263614812778

LE MASSACRE DES MORTS-VIVANTS (1974)

LE MASSACRE DES MORTS-VIVANTS aka NON SI DEVE PROFANARE IL SONNO DEI MORTI aka LET SLEEPING CORPSES LIE aka THE LIVING DEAD AT THE MANCHESTER MORGUE. Le film de Jorge Grau est nettement plus connu sous ce titre anglo-saxon.

L’intrigue : George, un jeune homme écologiste, fait la rencontre d’Edna alors qu’il vient passer un week-end à la campagne. Ensemble, ils se retrouvent en moins de vingt-quatre heures menacés par une bande de morts-vivants qu’un appareil conçu pour affoler les systèmes nerveux des insectes a ramené à la vie…

17013007003315263614812779 dans Fantastique

Tourné en plein courant fort de l’écologie dans les 70′s, un mouvement qui se répercutait jusque dans le cinéma d’horreur avec des films qui se faisaient prédicateurs d’une nature en mutation et en rébellion, LE MASSACRE DES MORTS-VIVANTS annonce aussi la future grande vague des films de zombies des années 80, ressuscités par des débordements chimiques, bactériologiques ou atomiques.

17013007015815263614812780 dans Trapard

Très européen (avec une production répartie entre l’Espagne, l’Angleterre et l’Italie et un tournage en Grande-Bretagne), le film de Jorge Grau possède une esthétique et une ambiance nouvelle qui existait peu avant lui dans le genre du « film de morts-vivants », à part peut-être dans le film espagnol, LE MARAIS AUX CORBEAUX (1974, El pantano de los cuervos) de Manuel Caño. Ce nouveau style est forcément le point d’orgue de l’influence des futurs classiques du genre tournés par Lucio Fulci. (Les zombies italiens sont ICI)

Petite note : à éviter le doublage français du film dont le manque de sérieux décrédibilise le sujet. Choisir plutôt la version anglo-saxonne sous-titrée.

- Trapard -

morbius @ 16:44
Enregistré dans Cinéma bis, Fantastique, Trapard
SF FRANÇAISE : AMASIA ORIGINS et TERRAFORM

Posté le Samedi 28 janvier 2017

Samedi altaïrien à la découverte de deux (très) courts métrages français de science-fiction pessimiste aux accents américains : AMASIA ORIGINS et TERRAFORM. Quand les cinéastes amateurs français se mettent à la SF, c’est toujours intéressant à regarder, ne serait-ce que par curiosité…

SF FRANÇAISE : AMASIA ORIGINS et TERRAFORM dans Science-fiction 17012807540715263614807284

AMASIA ORIGINS, qui nous vient d’ArtFx : l’école des effets spéciaux et du cinéma d’animation 3D, a été réalisé par Guillaume Renier, Adrien Bisiou, Gaëlle Séguillon et Fabien Kretschmer. L’histoire est la suivante : 

Une éruption solaire entraîne sur Terre des changements climatiques majeurs.Ces bouleversements ne seront pas sans conséquence pour l’humanité…

Aucun dialogue, de belles images et une fin surprenante… Pour en savoir plus sur AMASIA, cliquez ICI.

Image de prévisualisation YouTube

TERRAFORM, également produit par ArtFx, pourrait presque être la suite d’AMASIA ORIGINS. Réalisé et écrit par Arthur Bayard, Guillaume Dadaglio, Félicien Daros, Vincent Glaize et Thomas Nivet, ce court métrage nous présente l’histoire suivante :

Au 21e siècle, la transformation de la planète Mars aux conditions d’une vie de type terrestre fut la plus grande aventure de l’humanité et son plus grand défi.

On ne sait pour quelles raisons l’homme a entrepris ce long voyage vers Mars dans le but de s’y installer. Catastrophe naturelle ? Pollution atmosphérique ? Ou tout simplement colonisation parasite ?… L’histoire qui nous est présentée est narrée par une maman à sa petite fille.

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius -

morbius @ 17:36
Enregistré dans Science-fiction
ROBOT-COOL (43) : ROBOT NETTOYEUR DE XENOGENESIS

Posté le Vendredi 27 janvier 2017

ROBOT-COOL (43) : ROBOT NETTOYEUR DE XENOGENESIS dans Cinéma 13061309574815263611288444

17012707252615263614803552 dans Robot-cool

On pourrait presque penser à un des robots-soldats-tanks du futur tel que James Cameron le présente dans plusieurs flash-forwards de TERMINATOR (1984). Mais ce robot-nettoyeur (Robot-cleaner) est issu du même cerveau, puisqu’il s’agit du premier court-métrage de Cameron alors qu’il débutait dans la réalisation.

17012707262715263614803553 dans Science-fictionÀ l’inverse, l’histoire de ce court film de 12 minutes pourrait laisser à penser qu’elle se situe tout à la fin du cycle de la saga TERMINATOR. Un peu comme une dernière genèse suite à une guerre destructrice d’où les machines seraient sorties vainqueurs.

L’intrigue : Laurie et Raj (un jeune androïde fertile) ont quitté la Terre à bord d’un vaisseau spatial. Lors d’une mission de reconnaissance dans les couloirs du vaisseau, Raj est attaqué par une robot-nettoyeur géant…

L’idée est excellente puisque le film laisse à imaginer que dans un futur où la machine a complètement numérisé l’humanité, le moindre humain survivant n’est plus qu’un simple virus a supprimer. Et c’est aussi le cas de Raj qui, pourtant, est un androïde, ce qui indique que ‘humanité a déjà majoritairement été nettoyée.

La suite et la fin du court-métrage se terminent un peu à la manière des « Mecha » japonais, ou même d’ALIENS (1986) : Laurie pilotant un immense robot-araignée de l’intérieur pour combattre le robot-nettoyeur.

17012707275615263614803554 dans Trapard

L’ensemble est filmé en stop-motion, le robot nettoyeur semble être un assemblage d’aluminium ou de fer mou pliable. Mais franchement, pour les tous débuts de James Cameron, même si la qualité du court reste à désirer, c’est plutôt bon.

À noter que Randall Frakes, le co-réalisateur du film, est un ami de longue date de James Cameron. Il a travaillé sur plusieurs effets visuels pour NEW-YORK 1997 (1981), LA GALAXIE DE LA TERREUR (1981) et même pour ALIENS (1986). Il est aussi l’un des co-scénaristes des deux premiers TERMINATOR tournés par Cameron, tout comme William H. Wisher Jr. qui interprète Raj dans XENOGENESIS.

 - Trapard -

LE COURT-MÉTRAGE COMPLET EN VERSION ORIGINALE :

Image de prévisualisation YouTube

Autres vedettes de la catégorie Robot-Cool :

 Robby / Maximilian / Hector / Gort / Twiki / Cylon / Maria / Robot (Perdus dans l’Espace) / V.I.N.CENT / Tobor / Robot de Silent Running / Androïde de MondwestC-3PO et R2-D2 / Terminator / Data / Androïdes de THX-1138 / Robocop / Steve Austin et Jaimie Sommers / Numéro 5 / Ilia / Robot-John / Nono / WALL-E / Robot Bikini / A.P.E.X. / Peepo / Chalmer / REM / Servante du Gardien / Danguard Ace /Géant de Fer / Protector 101 Killbot / Robot de Total Recall (2012) / Mechagodzilla / Zero / Inspecteur Gadget / MARK 13 / AMEE / Goldorak / Robot Sentry / Marvin / Olga / Questor

Robot « cool » ou « craignos » ?

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 17:13
Enregistré dans Cinéma, Robot-cool, Science-fiction, Trapard
SAGESSE GEEK : LES ENSEIGNEMENTS SACRÉS

Posté le Jeudi 26 janvier 2017

SAGESSE GEEK : LES ENSEIGNEMENTS SACRÉS  dans Littérature 14072703494415263612413227

Vous êtes geek ou pensez l’être ? Voici un petit livre qui pourrait vous intéresser : Sagesse Geek, les Enseignements Sacrés

17012607311715263614801774 dans Littérature

« Les geeks savent des choses sur la vie, l’univers et le reste que le commun des mortels ignore. Sagesse Geek est un recueil de citations extraites de films, séries TV, romans, jeux, Internet… et de bien d’autres sources. Une équipe de nerds purs et durs, venus d’horizons variés, s’est livrée à une exégèse de ces perles de la culture populaire, en poussant à fond les curseurs de leur imagination. Rédigé 17012608280415263614801781par des geeks, le présent ouvrage traite des geeks et s’adresse à eux, mais les pensées et paroles qu’il recèle sont d’une profondeur si stupéfiante que le reste du monde serait bien crétin de ne pas le lire. « So say we all »

Écrit par Stephen H. Segal (lauréat du Prix Hugo, éditeur en chef et contributeur au magazine Weird Tales), avec la collaboration de Zaki Hasan (professeur en sciences de la communication et des médias), N.K. Jemisin (auteure de fantasy et de science-fiction nommée aux prix Hugo et Nebula), Eric San Juan (auteur de textes d’anthologies de comics) et Geneviève Valentine (chroniqueuse spécialiste de la culture populaire), Sagesse Geek, les Enseignements Sacrés, publié en 2014 aux éditions Bragelonne, est un petit bouquin de plus de 200 pages plutôt plaisant à lire.

Présente en haut de chaque page, une citation geek, du genre « La vérité est ailleurs », « Fais-le ou ne le fais pas, il n’y a pas d’essai », « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », « La route ? Là où on va , on n’a pas besoin de route », « Longue vie et prospérité »… S’en suit alors une courte explication de texte, un enseignement plein de sagesse geek, une petite morale ou une courte leçon de philosophie. Cochez la case…

17012608300115263614801782

Par exemple, page 73, mon côté trekker vous signale la citation suivante prononcée par Spock dans STAR TREK II : LA COLÈRE DE KHAN (1982) juste avant sa mort. Il s’adresse à Kirk et lui dit :

« J’ai toujours été, et ne cesserai jamais d’être votre ami. » 

L’auteur nous précise que ces dernières paroles de notre ami vulcain sont naturellement devenues une citation utilisée par les geeks pour manifester un sentiment de camaraderie. Encore faudrait-il préciser utilisée par les geeks américains, hein, parce que je ne connais pas beaucoup de geeks de mon entourage français les ayant prononcées au moins une fois… Mais bon, passons. L’auteur soulève ensuite une question à propos de nos deux héros de STAR TREK, Kirk et Spock : « Pourquoi ces types là sont-ils autant amis ? » Et après une petite analyse trekkienne il en arrive à son message de conclusion :

17012608312615263614801783« Nous devrions tous avoir des amis suffisamment semblables à nous pour que nous puissions nous entendre avec eux, mais suffisamment différents pour nous contester, et qui respectent nos pensées et nos opinions, même quand ils nous disent que nous avons tort. » 

Écrit avec humour (on sourit souvent à sa lecture), parfois aussi avec ironie ou cynisme, jamais méchant, et toujours très respectueux de la culture geek, Sagesse Geek, les Enseignements Sacrés aurait tendance à placer le geek sur un piédestal, à le considérer comme un être exceptionnel, voire intellectuel… Sérieux les auteurs ? C’est vrai que ce sont des geeks… Serait-ce la revanche de la culture geek, ou « contre-culture », sur celle de « l’élite » ? Flatteur en tout cas si on prend ce raisonnement au premier degré, bien sûr…

- Morbius -

morbius @ 18:16
Enregistré dans Littérature
PAROLES D’ALTAÏRIEN – 15

Posté le Mercredi 25 janvier 2017

PAROLES D'ALTAÏRIEN - 15 dans Paroles d'Altaïrien 16101809283715263614563469

Il est de coutume de vouloir toujours interviewer les « spécialistes » ou ceux que l’on considère, à tort ou à raison, comme les « Gardiens du Temple de l’Imaginaire ». Pour une fois, laissons-les de côté, oublions-les en leur passant la muselière de circonstance et donnons enfin la parole aux fans, aux geeks, aux fantasticophiles de tous âges et de toutes espèces qui font vivre l’Imaginaire chaque jour ! Pour cela, le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV est un vivier ! « Paroles d’Altaïrien » laissera donc désormais la parole à un(e) Altaïrien(ne), le temps de quelques questions sur sa passion pour l’Imaginaire, ses souvenirs, ses goûts, ses manies…

16101809365515263614563484 dans Paroles d'Altaïrien

Gaulois Labeaume

16101809365515263614563484

Gaulois est arrivé sur Altaïr IV avec des fleurs et un sourire radieux : « Chouette article et plus généralement : chouette blog ! Tu viens de gagner un lecteur, fan de SF de toutes époques et ayant une affinité avec Mechagodzilla ! », laissait-il en commentaire à la suite de sa lecture de l’article sur Mechagodzilla (Robot-cool 33). Et depuis, il n’a jamais quitté la planète ! Altaïrien bien actif (il a également participé à notre Histoire sans Fin intitulée Arc-Boutage), c’est un geek qui vit passionnément l’Imaginaire en lisant, en écrivant, en regardant des films et en allant même jusqu’à composer des musiques sur son synthé (on attend tes extraits dans le groupe Facebook, Gaulois !). Allez, il est temps de lui laisser la parole…

« J’adore les mondes imaginaires composées de villes tentaculaires, de ruelles sombres, de technologies bricolées à la va-vite. » 

17012507181515263614799085L’Imaginaire, tu es tombé dedans vers quel âge ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours baigné dedans… J’ai découvert des films comme STAR WARS, (enfin… LA GUERRE DES ÉTOILES, à l’époque), DARK CRYSTAL, ENEMY MINE (qui me faisait flipper quand je voyais l’extraterrestre, mais qui me fascinait en même temps) alors que j’avais entre 5 et 8 ans. À la même époque je regardais DRAGON BALL (dont j’ai toujours trouvé la première partie, lorsqu’il est enfant, bien plus passionnante que la suite de combats longue et chiante qui constitue la quasi totalité du reste de l’œuvre), ULYSSE 31 et autres du Club Dorothée, quoi.

Dans le monde grouillant de l’Imaginaire, quel est ton genre préféré et pourquoi ?

17012507212215263614799086Je suis un grand fan de science-fiction. Surtout la science-fiction « noire », comme dans BLADE RUNNER, ou ALIEN, qui est une de mes sagas préférées. J’adore les mondes imaginaires composées de villes tentaculaires, de ruelles sombres, de technologies bricolées à la va-vite, contrairement à la science fiction toute proprette, parfaite.
J’adore également la fantasy, pour le côté aventure pure et dure qu’il véhicule, même si je suis beaucoup plus difficile avec ce genre (les héros millénaires qui vont combattre des dragons, ça va bien cinq minutes !).
En cinéma, j’adore aussi le film d’horreur. De toute façon, je ne pars jamais avec des à priori. Un genre que je n’aime pas plus qu’un autre peut être un film/série/jeux que j’adore malgré tout. Mais dès que c’est imaginaire, forcément ça m’attire.

17011805261015263614780684Te considères-tu comme « geek » ?

Oui, je me considère comme tel, même si je ne suis pas un de ces clichés qu’on peut voir dans les films américains… La culture de l’Imaginaire, les jeux vidéo, les nouvelles technologies, le cinéma, la lecture… Tout cela constitue une bonne partie de ma vie, et j’aime en parler passionnément avec des passionnés. Donc oui, je ne sais pas comment tout un chacun définit le terme, mais pour ma part, je suis geek et fier de l’être.

« Des centaines d’heures que je passais devant ma console plutôt qu’ailleurs, mais pas un seul regret. J’étais dans d’autres mondes, et j’étais bien. »

17012507265415263614799087

Quels sont tes films et séries TV préférés ?

En vrac : BLADE RUNNER, les ALIEN, STAR WARS (la prélogie exceptée), une bonne partie des films de SF des 80′s, la trilogie EVIL DEAD (et la série est bien cool aussi !). En séries, GAME OF THRONES est une tuerie, mais faut bien dire que je regarde beaucoup moins de séries. Bref, comme ça à froid, difficile à dire.

Quels sont tes romans, BD et auteurs favoris ?

17012507334415263614799090Alors là, pas dur. En matière de SF, mon auteur préféré est Français : René Barjavel, qui m’a filé la claque de ma vie avec La Nuit des Temps. C’est un livre que j’avais commencé à lire pour une fiche de lecture au lycée. Commencé le dimanche soir vers 23h, fini le lundi matin vers 6h. Je vous explique pas la tête au lycée. Mais j’ai eu 20/20 à ma fiche, c’est dire si j’ai aimé. Et toute son œuvre est incroyable.
Sinon, il y a aussi Asimov avec Fondation qui est géant. Dan Simmons et le cycle Les Cantons D’Hypérion, et récemment, j’ai trouvé absolument incroyable le Cycle d’Ender de Orson Scott Card. Incroyable d’imagination, d’idées et de réflexions.

En fantasy, mon plus gros coup de cœur est L’Assassin Royal de Robin Hobb. Rarement j’aurai été aussi attaché à des persos que dans ce livre… Je suis d’ailleurs sur la fin d’un autre cycle de cette auteure, Les Aventuriers de la Mer, qui est absolument fantastique, également.

Et sinon, en vrac, j’adore Jean Pierre Andrevon, Terry Pratchett, et bien d’autres.

17012507305115263614799088

Quel est ton meilleur et/ou ton pire souvenir ?

Hum, voyons voir… Si on reste dans le domaine du cinéma, mon meilleur souvenir est la découverte, en salle, de JURASSIC PARK. La claque, alors que j’avais juste 10 ans… Je me souviens m’être 17012507384815263614799095imaginé, à l’arrière de la voiture en rentrant, que le T-Rex nous poursuivait ! Ah, j’aime ce souvenir…
Sinon, pendant mon adolescence, où j’étais un joueur de Playstation invétéré, je me souviens avoir fini tous ces jeux de rôles japonais comme Final Fantasy, Suikoden, Xenogears et j’en passe. Des centaines d’heures que je passais devant ma console plutôt qu’ailleurs, mais pas un seul regret. J’étais dans d’autres mondes, et j’étais bien. Je regrette même parfois, aujourd’hui, de n’avoir plus trop le temps. Mais j’essaie de le prendre, malgré tout.

« La vraie SF, c’est celle qui exploite les dérives de notre société, via en général des technologies nouvelles et mal exploitées, mais pas seulement. »

As-tu une manie en tant que fan de l’imaginaire ?

Pas particulièrement. Je sais qu’au boulot, quand je dois former quelqu’un, j’utilise le terme padawan. Mais c’est tellement venu dans le langage courant que certains l’utilisent sans vraiment savoir d’ou ça vient!… À part ça, faut avouer que je n’ai pas vraiment d’habitudes calquées sur un personnage.

Comment définirais-tu la science-fiction ?

17012507543015263614799102Pour faire simple, je dirais que la SF explore le présent. La vraie SF, c’est celle qui exploite les dérives de notre société, via en général des technologies nouvelles et mal exploitées, mais pas seulement. Ça peut être un courant social ou politique, ou autres. Bref, c’est pour ça que je fais partie de ceux qui disent que STAR WARS, par exemple, malgré son emballage « lasers-droïdes-vaisseaux spatiaux », n’est pas de la SF. Juste de la fantasy déguisée. Et soyons honnêtes, c’est ce qui en fait un univers si particulier.
Je pourrais écrire cent pages sur ce sujet, mais je vais m’arrêter là !

Ta passion, comment la vis-tu au quotidien ?

Cette passion, je la vis en lisant, regardant des films, jouant à des jeux, et beaucoup dans ma tête. La meilleure façon que j’ai trouvée pour l’exprimer, c’est en écrivant. 17012507570115263614799103J’aime, j’adore écrire ! Et j’ai déjà quelques nouvelles à mon actif, quelques idées de romans, etc. Malheureusement, c’est du temps, et avec un enfant de 4 ans, une vie de famille c’est pas évident. Mais j’essaie de toujours écrire un peu, que ce soit dans le domaine de l’Imaginaire (majoritairement), ou autre. J’adore aussi faire des films. Je n’en ai jamais vraiment fait, mais avec des potes on a tourné quelques vidéos, et la réalisation et le montage sont des passions. Malheureusement bien plus compliqué à mettre en oeuvre qu’une nouvelle.
Je fais également de la musique, dans mon coin, avec mon synthé et des logiciels sur PC. Grandement inspirée de musiques de films. D’ailleurs j’y pense : peut-être y-a-t-il du public dans ce groupe qui trouverait mon travail sympathique ? Qui sait ? Il faudra que je partage tout ça.

Quel est ton vœu le plus cher ?

Mon vœu le plus cher est directement lié à la question précédente. Réaliser un film, même un court-métrage, mais sérieusement. Prendre le temps de tourner, de choisir le décor, bien faire le truc pour avoir un résultat final qui ne sonne pas amateur.
Finir mes idées de romans, sinon, les soumettre à des éditeurs et les voir en librairie.
Ah oui, et vivre très vieux après la retraire pour pouvoir profiter à fond de tout ça !

Merci Gaulois ! Que la Force soit avec toi et Longue vie et prospérité !

15011505515715263612876237

Cliquez ici pour rejoindre le groupe des Échos d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

morbius @ 17:40
Enregistré dans Paroles d'Altaïrien
LA ORGIA NOCTURNA DE LOS VAMPIROS (1974)

Posté le Mardi 24 janvier 2017

LA ORGIA NOCTURNA DE LOS VAMPIROS (1974) dans Cinéma bis 17012404255815263614794845

LA ORGIA NOCTURNA DE LOS VAMPIROS (1974)

Aka THE VAMPIRES NIGHT ORGY, aka GRAVE DESIRES, aka L’ORGIA NOTTURNA DEI VAMPIRI.

17012404272015263614794846 dans FantastiqueL’intrigue : Un groupe de travailleurs se rend en bus dans la ville de Bojoni afin d’y honorer un contrat, mais pendant le voyage le chauffeur est foudroyé par une crise cardiaque. Le groupe tente de trouver refuge dans un village très décrépi et qui semble complètement désert. Mais au petit matin, des habitants finissent par se montrer alors que l’autobus subit une panne mystérieuse qui empêche le groupe de reprendre la route. Il va rapidement s’avérer que le village est peuplé de vampires…

Un film de Leon Klimovsky sans Paul Naschy est forcément une curiosité. D’autant plus que l’intrigue de LA ORGIA NOCTURNA DE LOS VAMPIROS a de très intéressants faux airs de SALEM’S LOT.

Au final ce n’est pas un grand film mais il distille une ambiance assez inquiétante, très nocturne. Et nous sommes à mille lieues du cinéma gothique de vampires, le sujet étant traité de manière moderne et rurale dans les ruelles pentues et inquiétantes d’un petit village espagnol.

Le film de Klimovsky possède aussi un petit quelque chose du cinéma d’Amando de Ossorio (réalisateur de la tétralogie des Templiers-Zombies) avec ses brouillards et ses ralentis. 

- Trapard -

morbius @ 14:08
Enregistré dans Cinéma bis, Fantastique, Trapard
1...34567...243