Catégorie

Archive pour la catégorie « Trapard »

ROBOT-COOL (53) : C.H.O.M.P.S.

ROBOT-COOL (53) : C.H.O.M.P.S. dans Robot-cool 13061309574815263611288444

19031508202815263616159703 dans Trapard

J’ai longuement hésité à choisir la catégorie robotique pour situer ce chien-robot. En effet, C.H.O.M.P.S. est plutôt cool comme robot si on le replace dans son contexte de la fin des années 70. Mais cette petite co-production de l’A.I.P. et d’Hanna-Barbera Productions réalisée par Don Chaffey (JASON ET LES ARGONAUTES, UN MILLION D’ANNÉES AVANT J.C ., PETER ET ELLIOTT LE DRAGON) est destinée à un public extrêmement jeune, ce qui rend l’ensemble assez balourd.

19031508224415263616159704L’intrigue : La petite ville de Hamilton est la proie d’une bande de cambrioleurs qui multiplient les mauvais coups. La police est d’autant plus impuissante que les malfaiteurs semblent capables de défier les systèmes de sécurité les plus sophistiqués. Brian Foster, un jeune ingénieur travaillant pour la firme de sécurité Norton, a mis au point un nouveau système ultra-perfectionné. Hélas, les essais ne sont guère concluants, au grand désespoir de Brian et de Cassey, la fille de Norton, qui entretient une relation sentimentale avec le technicien. La société Norton se trouve ainsi en grande difficulté, à la grande satisfaction de Gibbs, son principal concurrent. En désespoir de cause, Brian ressort son projet secret « C.H.O.M.P.S. », un robot de protection, créé à l’image de Canaille, le petit chien de compagnie du jeune homme…

19031508234615263616159705« C.H.O.M.P.S. » autrement dit « Canine HOMe Protection System » est un chien-robot de garde qui répond à des ordres codés et numériques. Il possède une ouïe très puissante, poursuit les voleurs, court aussi vite que Steve Austin, conduit des véhicules, traîne des poids de plusieurs tonnes…Bref, c’est le chien de garde parfait.

En plus de L’HOMME QUI VALAIT TROIS MILLIARDS, le film de Don Chaffey fait aussi évidemment référence au « récent » SUPERMAN (1978) de Richard Donner.

Brian Foster est interprété par le jeune acteur Wesley Eure dont la carrière a essentiellement été tournée vers la télévision, bien qu’il tienne l’un des rôles principaux dans l’excellent Slasher, LA FOREUSE SANGLANTE (1978, The Toolbox Murders).

Vous pouvez consulter C.H.O.M.P.S. en V.O. sur YouTube.

- Trapard -

19031508250815263616159706

Autres vedettes de la catégorie Robot-Cool :

 Robby / Maximilian / Hector / Gort / Twiki / Cylon / Maria / Robot (Perdus dans l’Espace) / V.I.N.CENT / Tobor / Robot de Silent Running / Androïde de MondwestC-3PO et R2-D2 / Terminator / Data / Androïdes de THX-1138 / Robocop / Steve Austin et Jaimie Sommers / Numéro 5 / Ilia / Robot-John / Nono / WALL-E / Robot Bikini / A.P.E.X. / Peepo / Chalmer / REM / Servante du Gardien / Danguard Ace /Géant de Fer / Protector 101 Killbot / Robot de Total Recall (2012) / Mechagodzilla / Zero / Inspecteur Gadget / MARK 13 / AMEE / Goldorak / Robot Sentry / Marvin / Olga / Questor / Robot de Xenogenesis / Robots de Pyrite / Evolver / Mycènes / Yoyo / Bio-droïdes / Bender / Isaac / K-Tron / Non-Linéaires

Robot « cool » ou « craignos » ?

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



SLITHIS (1978)

SLITHIS (1978) dans Cinéma bis américain 19031305281915263616156327

SLITHIS (1978)

SLITHIS (Spawn of the Slithis) est une série B indépendante imitant vaguement le thème de L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR (1954) de Jack Arnold, mais ancré dans la conscientisation écologiste des années 70, et situé entre les films d’attaques animales, les kaiju eiga japonais et les films de zombies italiens.

19031305292915263616156328 dans FantastiqueBien que peu connue, d’une certaine manière, la créature hybride nommée Slithis (aussi appelée « Slithus » dans le film) anticipe de près celles de PROPHECY, LE MONSTRE (1979), des MONSTRES DE LA MER (1980), mais surtout celles de THE BEING (1983) et de C.H.U.D. (1984). Sans oublier TOXIC AVENGER (1985), PLUTONIUM BABY (1987) et tant d’autres films des années 80 avec leurs créatures purulentes en place des mutations plus classiques du cinéma de SF des 50′s.

L’intrigue : Dans la ville de Venice en Californie, une fuite de centrale nucléaire engendre un monstre marin mutant surnommé « Slithis », qui s’en prend d’abord aux animaux domestiques, puis à des SDF alcoolisés et à des hippies qui traînent la nuit…

19031305310015263616156329 dans Trapard

Moins spectaculaire que les films cités plus haut et qui lui ont succédé, SLITHIS reste un bon divertissement à petit budget, avec son lot de personnages typiques des années 70 : les bourgeois vaguement bohèmes, les loubards.

19031305321815263616156330Les attaques de la créature sont souvent filmées dans l’ombre ou de nuit, ce qui ne permet pas vraiment de se faire une idée précise de son aspect physique. Mais les scientifiques précisent dans le film qu’elle est née d’une nappe de pétrole qui est devenue un véritable organisme vivant suite à des rejets de produits toxiques. Et un peu à la manière du « Blob » ou plutôt de « La Chose », cette mixture toxique vivante absorbe d’autres êtres dont elle digère l’apparence afin de pouvoir la reproduire, et donc, de pouvoir passer inaperçue afin de traquer de nouvelles proies. Mais dans une certaine généralité, c’est la créature que vous pouvez voir sur les photos qui apparaît dans ce film de Stephen Traxler oublié des blogs francophones.

Vous pouvez le regarder entier en V.O. sur YouTube.

- Trapard -

Image de prévisualisation YouTube

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



ROBOT-COOL (52) : LES NON-LINÉAIRES

ROBOT-COOL (52) : LES NON-LINÉAIRES  dans Robot-cool 13061309574815263611288444

19030208130615263616142021 dans Science-fiction

Comme leur nom l’indique, les « Non-Linéaires » sont différents, et dans le cas de la co-production polonaise, estonienne et ukrainienne, L’ENQUÊTE DU PILOTE PIRX (1978), ils sont différents des humains. Différents, mais pourtant parfaitement identiques physiquement, d’où leur côté cool. Mais ce serait présomptueux de ma part de les considérer comme cools parce qu’ils ressemblent aux humains. Mais c’est justement parce que les humains ne peuvent pas les dissocier que les « non-linéaires » sont parfaits.

19030208160415263616142022 dans Trapard

L’intrigue du film : Le commandant Pirx est sollicité pour prendre le commandement d’un vol spatial à destination de Saturne. La mission officielle consiste à mettre en orbite deux satellites autour de la planète en évitant les anneaux. Mais en réalité le but de la mission consiste à tester la fiabilité d’un nouveau produit électronique : des androïdes parfaitement identiques à des être humains mais dotés d’une force physique et d’un pouvoir de cognition bien supérieurs. Le commandant du vaisseau spatial et les membres de l’équipage devront ignorer qui est un « non-linéaire » et qui est un humain. Le commandant Pirx d’abord réticent, accepte finalement la mission lorsqu’il est victime d’une tentative de meurtre…

19030208172815263616142023

Donc un an avant que l’androïde Ash sème la paranoïa dans le vaisseau Nostromo, L’ENQUÊTE DU PILOTE PIRX animait déjà le même sentiment mais avec plusieurs androïdes indissociables des passagers humains au sein du vaisseau Goliath que vous pouvez apercevoir ici https://pics.imcdb.org/0is227/statek7dg8.8394.jpg et ici https://pics.imcdb.org/0is227/statek9ub2.5230.jpg . L’enquête du commandant Pirx, parallèlement à sa mission, consiste donc malgré lui à les démasquer. À moins qu’ils ne se démasquent eux-mêmes. Leur but étant de réussir leur mission en faisant preuve d’une sociabilité sans faille pour pouvoir participer à des missions plus importantes, quitte à montrer leur dévouement à Pirx. Mais alors que les passagers du Goliath constatent le sabotage du système, Pirx découvre un enregistrement anonyme réalisé par un non-linéaire » qui dévoile ses véritables intentions : éliminer les humains en faisant croire à un accident et ramener seul l’appareil sur Terre afin de démontrer l’importance des siens…

19030208194115263616142024

Ainsi, il règne dans le film un peu de cette paranoïa en huis-clos qui était déjà présente dans les adaptations de SOLARIS de Stanisław Lem. L’ENQUÊTE DU PILOTE PIRX étant adapté de la nouvelle « Rozprawa » (L’audience) du même Stanisław Lem, par le réalisateur Marek Piestrak.

- Trapard -

Autres vedettes de la catégorie Robot-Cool :

 Robby / Maximilian / Hector / Gort / Twiki / Cylon / Maria / Robot (Perdus dans l’Espace) / V.I.N.CENT / Tobor / Robot de Silent Running / Androïde de MondwestC-3PO et R2-D2 / Terminator / Data / Androïdes de THX-1138 / Robocop / Steve Austin et Jaimie Sommers / Numéro 5 / Ilia / Robot-John / Nono / WALL-E / Robot Bikini / A.P.E.X. / Peepo / Chalmer / REM / Servante du Gardien / Danguard Ace /Géant de Fer / Protector 101 Killbot / Robot de Total Recall (2012) / Mechagodzilla / Zero / Inspecteur Gadget / MARK 13 / AMEE / Goldorak / Robot Sentry / Marvin / Olga / Questor / Robot de Xenogenesis / Robots de Pyrite / Evolver / Mycènes / Yoyo / Bio-droïdes / Bender / Isaac / K-Tron

Robot « cool » ou « craignos » ?

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



MONSTRES SACRÉS : PAZUZU

MONSTRES SACRÉS : PAZUZU dans Cinéma 14050303003115263612199975

19022207524015263616129919 dans Fantastique

PAZUZU

Comme s’exclamerait un bambin imitant sa mère qui lui conseille de ne pas faire joujou avec le feu : « Pazuzu »… est un démon malfaisant. Wikipédia nous indique que « Pazuzu est une divinité secondaire de la Mésopotamie du Ier millénaire av. J.-C., le roi des démons du vent. Il peut avoir un rôle malfaisant, mais est surtout connu par son aspect de divinité protectrice, servant à combattre diverses maladies, en particulier celles touchant les femmes enceintes qu’apporte la démone Lamashtu. Plusieurs représentations de ce démon sont connues, ainsi que diverses inscriptions mettant en exergue son rôle protecteur, dont des incantations. »

Au cinéma, il est le personnage invisible mais pourtant implacablement central du film de William Fredkin, L’EXORCISTE (1973) adapté du roman de William Peter Blatty édité en 1971. Le livre et le film racontent l’histoire de la jeune Regan, âgée de 12 ans, qui se trouve être envoûtée par l’esprit de Pazuzu, à la manière d’une infection virale suite à l’exhumation d’une statuette lors de fouilles archéologiques menées en Irak.

19022207524015263616129918 dans Monstres sacrés

Le film de Friedkin ne s’étale pas vraiment sur la provenance ni sur les pouvoir de Pazuzu, préférant laisser planer une ambiguïté toute biblique autour de son démon pour rendre le film encore plus effrayant. Et comme souvent, en dépit de leurs qualités, ce sont les suites des films à succès qui apportent un surplus de détails sur nos tueurs, nos monstres ou nos démons préférés (voir LE TUEUR DU VENDREDI, FREDDY 3, ainsi que la longue saga des HALLOWEEN). Et L’EXORCISTE 2, L’HÉRÉTIQUE (1977) de John Boorman est aussi peu effrayant que nettement plus explicite au sujet de Pazuzu que son prédécesseur. Boorman nous offre d’ailleurs, au travers des séances d’hypnose, une vraie galerie d’images sur cette Assyrie antique et berceau du règne de Pazuzu, et c’est donc lui qui met vraiment à la lumière du jour le thème central qui sera développé dans les autres suites : croyances païennes contre normalisation chrétienne.

19022207523815263616129917 dans TrapardPar la suite, d’autres films ont tenté de rebondir sur le succès de L’EXORCISTE 1 ET 2, mais sans vraiment aller au-delà du stade de l’idole païenne maléfique. Quelques titres en exemples : LA POUPÉE DE LA TERREUR (1975), CRASH (1977) de Charles Band, et LA FORCE (1984) sur les pouvoirs amérindiens, et KADAICHA (1988) sur ceux issus de la culture aborigène. Et je dois en oublier beaucoup d’autres, tant les cultures amérindiennes ont hanté les Américains jusque dans les films fantastiques. Et l’Ozploitation a aussi surfé sur cette veine, et je pense qu’un film comme LA DERNIÈRE VAGUE (1977) de Peter Weir n’est finalement pas si éloigné que ça de L’EXORCISTE.

À noter aussi que le roman de Michael Crichton, Le Royaume de Rothgar qui servit à l’adaptation du TREIZIÈME GUERRIER (1999) parut en 1976, et développe plus encore le thème des cultures païennes invisibles liées à la fertilité. Mais ne citer que quelques films et romans des années 70, ce serait faire injure à toutes les publications aujourd’hui oubliées de la grande époque de la « New Age ». Mais le fait que Pazuzu ai un lien étroit avec la fertilité, cela explique 19022207555515263616129920certaines scènes violentes de mutilations dans L’EXORCISTE. Et le film laisse aussi planer un voile d’ambiguïté concernant les rites anciens et modernes du passage du stade de l’Enfance à celui de Femme. Si l’on considère la « possession » du corps et de l’esprit comme un viol, tout bon film qu’il est, L’EMPRISE (1981) de Sidney J. Furie, avec son entité violeuse, ne semble plus être qu’une version caricaturale et bisseuse de L’EXORCISTE. Mais ça, c’est « l’effet années 80 » !

Mais pour en revenir à Pazuzu, il a aussi fait un petit séjour sous la plume de Jacques Tardi, dessinateur des Aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, dans le volume Le Démon de la Tour Eiffel édité en 1976 et qui, à mon goût, est le meilleur de la série.

Pour conclure sur les représentations de Pazuzu, voici ce qu’indique Wikipédia :

« L’apparence de Pazuzu est connue par plusieurs représentations artistiques sur lesquelles son nom est inscrit, ne laissant pas de doute sur son identité. C’est un être hybride comme cela était courant pour les divinités démoniaques de la Mésopotamie antique. Son aspect peut légèrement varier suivant la représentation. Sa tête est en gros de forme humaine, avec un nez et une bouche de forme animale, de type canin ou félin avec de grandes dents, et des yeux globuleux. Son corps, de forme généralement humaine mais avec un tronc semblable à celui d’un chien, est généralement recouvert d’écailles. Ses mains ressemblent à des pattes d’un animal terminées par des griffes, et ses pieds sont des serres de rapace. Il est souvent représenté avec un pénis en érection qui se termine par une tête de serpent, et sa queue est celle d’un scorpion. Il dispose souvent de quatre ailes, ce qui est courant pour les génies de l’ancienne Assyrie. Son aspect est souvent menaçant : bouche montrant ses crocs ou sa langue, main droite levée en préparation d’un coup. »

- Trapard -

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper / Ginger et Brigitte, les sœurs lycanthropes / Tarantula / Intelligence Martienne / She-Creature / Gorgo / La princesse Asa Vajda / Ed Gein, le boucher de Plainfield / Quetzalcoatl / Le fétiche du guerrier Zuni / Octaman / Lady Frankenstein / Les rongeurs de l’apocalypse / Le baron Vitelius d’Estera / Les Tropis / Sssnake le cobra

18031309271915263615610534 dans Trapard

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

 



SEYTAN (1974)

SEYTAN (1974) dans Cinéma bis 19020604093815263616109261

SEYTAN (1974)

SEYTAN est le « Turkish Exorcist », autrement dit le remake turc du film de Friedkin tourné dans la foulée de l’original. Au moins, avec ce type de remake, inutile de chercher les points communs plagiés au film d’origine que l’on retrouve dans tous les dérivés de L’EXORCISTE, de l’ANTÉCHRIST à EXORCISMO puisqu’ici, la trame est quasi-identique.

L’intrigue : Une jeune fille de 12 ans qui habite avec sa mère dans un quartier bourgeois est possédée par le démon…

19020604111315263616109262 dans Cinéma bis turc

Même la fillette turque, incarnée par Canan Perver, a de faux airs de Linda Blair. L’intro avec l’archéologue dans les ruines, le grand appartement à deux étages, les rats dans le grenier, la fillette somnambule qui urine devant une assemblée ou qui est projetée sur son lit, l’immense escalier, la scène de vomissures et l’excision (non pas avec un crucifix mais avec une statuette coupante) et 19020604123915263616109263 dans Fantastiquel’exorcisme final… Tout y est. Même le morceau de Mike Oldfield est réutilisé régulièrement de manière obsessionnelle. Seule la foi chrétienne du prêtre exorciste est remplacée par un l’érudition d’un archéologue et un policier qui enquêtent sur les croyances de démonologies locales. Le Seytan du film étant évidemment le démon coranique.

L’intérêt de SEYTAN, en plus d’être plus agréable à regarder que la moyenne des remakes turcs, vient de cette tentative du réalisateur Metin Erksan de vouloir jongler entre deux options : la jeune Gül est-elle atteinte d’une maladie psychique ou d’une possession démoniaque ? Ce dualisme sera beaucoup plus présent dans L’EXORCISTE 2 : L’HÉRÉTIQUE de John Boorman, en 1977. Et plus présent encore, dans L’EMPRISE (1981) de Sidney J. Furie. Du coup, Gül se voit contrainte de répondre à des exigences médicales souvent ridicules, et parfois visuellement et involontairement cocasses, comme la scène des électro-chocs. Mais à part quelques touches d’humour, l’ensemble se veut très sérieux

Vous pouvez regarder le film avec des sous-titres anglais ici.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 



LE MAÎTRE DU TEMPS (1970)

LE MAÎTRE DU TEMPS (1970) dans Cinéma bis 19013108121915263616100328

LE MAÎTRE DU TEMPS (1970)

Oui je sais que le titre va immédiatement vous faire penser aux MAÎTRES DU TEMPS (1982) de René Laloux, mais il s’agit d’un tout autre film de science-fiction. Là, vous veniez de cliquer machinalement sur « j’aime » sans avoir ouvert cet article, puis vous vous êtes révisés en regardant l’affiche de plus prêt, en approchant votre nez vers l’écran. Mince, ce n’est pas le film que vous aimez et vous avez « liké ». Que faire ? Enlever votre « Like » ni vu, ni connu ? Pendant que vous réfléchissez sur ce grand dilemme existentiel, laissez-moi vous présenter le film du jour…

19013108132015263616100329 dans Film des 70's

LE MAÎTRE DU TEMPS est une co-production franco-brésilienne réalisée par Jean-Daniel Pollet qui traite de l’errance terrienne d’un extraterrestre arrivé là par erreur. Ce qui est plutôt étonnant de la part de ce réalisateur qui a plutôt tendance à ancrer les histoires de ses films dans une sorte de naturalisme implacable, mais toujours très fin (POURVU QU’ON AIT L’IVRESSE, GALA, L’ACROBATE). Le début du film est identique à celui de PROMETHEUS (2012) de Ridley Scott. Ou l’inverse… Mais en guise de cet Architecte géant et bleuté de l’univers d’ALIEN, c’est notre Jean-Pierre Kalfon national tout peint en bleu qui est projeté dans l’océan et qui semble sans cesse retomber à la mer et être ramené vers le rivage d’un nouveau présent. Il évolue ainsi, tout le long du film, vers un continuel futur et traverse l’Histoire du Brésil au grès des flots. L’idée du va-et-vient par le biais de l’océan est un artifice science-fictionnel assez connu, notamment dans la littérature de SF. Et même dans la musique. Vous pourrez d’ailleurs retrouver ce genre de boucle dans le clip du morceau  « Falling for You »  du jeune rockeur calédonien, Paul Cramet, sorte d’hommage à 2001, L’ODYSSÉE DE L’ESPACE et à EYE WIDE SHUT de Stanley Kubrick. Vous m’y verrez d’ailleurs très brièvement, affalé et gloutonnant du raisin à 1’37.

19013108132415263616100330 dans Science-fiction

Derrière cet univers de science-fiction, le film de Jean-Daniel Pollet semble démarrer avec le syndrome de « l’Indien dans la ville », notre extraterrestre semblant découvrir le monde sauvage d’un côté, et civilisé de l’autre, se posant parfois même en médiateur. La suite du film évoluant finalement vers une quête initiatique humaine. Et disons-le franchement : une quête initiatique hippie.

L’intrigue : Un extra-terrestre, qui a la faculté de voyager dans le temps, visite notre planète à différentes époques….

Le début des années 70 était, en effet, le temps du cinéma hippie (pipe hourra ?) : QU’IL ÉTAIT BON MON PETIT FRANÇAIS (1971) de Nelson Pereira dos Santos, pour le Brésil. EL TOPO (1970) et LA MONTAGNE SACRÉE (1973) d’Alejandro Jodorowsky pour le Chili. Et il ne faut évidemment pas confondre SF hippie des années 70, et SF gnian-gnian de Coline Serreau et de LA BELLE VERTE (1996).

19013108132615263616100331 dans Trapard

À cette époque-là, Jean-Pierre Kalfon était aussi l’un des personnages centraux de l’un des plus grands films hippies de tous les temps, d’ailleurs tourné vers chez nous (en Papouasie-Nouvelle-Guinée) : LA VALLÉE (1972) de Barbet Schroeder, sur la musique culte des Pink Floyd. La musique du film de Jean-Daniel Pollet est d’ailleurs très sympa et aussi « haschement » psychédélique. Elle a été composée par le contrebassiste français, Guy Pedersen, dont voici deux de ses compositions,  ici et  . Mais il est surtout connu pour être à l’origine de la musique du générique de l’émission THALASSA, ce qui n’est vraiment pas ce qu’il a fait de mieux.

Et au début des années 70, le « Cinema Novo » (cette nouvelle vague du cinéma brésilien) battait son plein, avec des réalisateurs cultes comme Glauber Rocha (LE DIEU NOIR ET LE DIABLE BLOND, ANTONIO DAS MORTES) ou Ruy Guerra. Ce dernier jouant même l’un des rôles principaux du MAÎTRE DU TEMPS, ainsi que dans cet autre film oublié (mais surtout incompris) de la SF initiatique à la française : LES SOLEILS DE L’ÎLE DE PÂQUES (1972) que Pierre Kast a tourné aux quatre coins du monde. Kast qui travaillait alors au Brésil depuis les années 60, a d’ailleurs co-écrit LE MAÎTRE DU TEMPS avec Jean-Daniel Pollet. Mais contrairement à ses SOLEILS, il semble avoir misé sur la simplicité pour ce film-ci, ce qui le rend très agréable à regarder.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 



THE THIRSTY DEAD (1974)

THE THIRSTY DEAD (1974) dans Cinéma bis 19012907014515263616097059

THE THIRSTY DEAD (1974)

Voilà un bien étrange film, kitsch à souhait, mais pas inintéressant. C’est une co-production américaine avec les Philippines et réalisée par l’acteur de télévision Terry Becker. THE THIRSTY DEAD est aussi sorti en VHS sous le titre BLOOD HUNT. Mais pas en France, semble-t-il. On pourrait aussi le confondre avec un autre film philippin beaucoup plus connu, traitant aussi de vampirisme, mais de manière plus thrash : BLOOD THIRST (1971) de Newt Arnold.

THE THIRSTY DEAD est plutôt un film fourre-tout qui mélange les genres : policier, WIP (films de femmes prisonnières), film de sectes, exotisme et horreur.

19012907051915263616097070 dans Fantastique

L’intrigue : En l’espace d’un mois, sept jeunes femmes sont enlevées à Manille par des membres d’un culte de la mort qui a besoin de leur sang pour rester immortels. Il s’avère que les femmes sont transportées dans une forêt lointaine, afin d’y être sacrifiées pour leur sang afin que les membres de la secte puissent maintenir leur jeunesse éternelle…

Un scénario qui ressemblerait presque à celui de LA SECTE DES CANNIBALES (1981) d’Umberto Lenzi. Mais même si THE THIRSTY DEAD n’est pas un très bon film, il innove un peu en reprenant ce thème du vampirisme exotique présent dans  THE WOMAN EATER (1958) avec ses vierges offertes en sacrifice dans le but de reconquérir ou d’inverser la vie éternelle. Cette déviance du vampirisme (proche du cannibalisme) a aussi été très bien exploitée en France par Alain Jessua dans TRAITEMENT DE CHOC (1973) ou par Raphaël Delpard avec LA NUIT DE LA MORT (1981), ainsi qu’en Australie avec SOIF DE SANG (1979, Thirst) de Rod Hardy.

19012907052315263616097071 dans Film des 70's

Mais dans THE THIRSTY DEAD, le suspense est plutôt plat et les bavardages sont légions. L’intérêt réside dans la présence de jolies comédiennes piégées au milieu d’une secte aux fringues ultra-kitschs vivant au milieu de nulle part.

L’ex-maquilleuse et réalisatrice d’effets spéciaux, Cecile Braun, a réussi quelques effets gores ou de vieillissement. Sa carrière semble s’être limitée à de petites productions philippines ainsi qu’à quelques films à succès sur la guerre du Vietnam comme PLATOON (1986) et HAMBURGER HILL (1987).

En attendant mieux, vous pouvez regarder THE THIRSTY DEAD en V.O. sur YouTube.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 



MONSTRES SACRÉS : SSSNAKE LE COBRA

MONSTRES SACRÉS : SSSNAKE LE COBRA dans Cinéma bis 14050303003115263612199975

19012207065215263616086764 dans Fantastique

SSSNAKE LE COBRA

SSSNAKE LE COBRA c’est l’homme-serpent du film éponyme de Bernard L. Kowalski (NIGHT OF THE BLOOD BEAST, L’ATTAQUE DES SANGSUES GEANTES). D’ailleurs, il s’agit sûrement de son meilleur film. Entre LA MONSTRUEUSE PARADE, L’ÎLE DU DOCTEUR MOREAU et le film d’attaques animales, SSSNAKE LE COBRA (1973, SSSSSSS) est un vrai petit bijou des Seventies. Et il est loin d’être une rareté puisqu’il est autant sorti en France, en VHS qu’en DVD.

L’intrigue : Scientifique autant qu’ermite, le Docteur Carl Stoner consacre son existence à l’étude des serpents et à la collecte de leur venin. C’est du moins ce que l’homme laisse transparaître car en réalité, ses expériences vont bien au-delà de la simple observation. Rendu fou par son admiration du monde reptilien, Stoner entend ainsi créer une nouvelle race. Une espèce alliant à merveille la puissance, l’intelligence et l’agilité. Pour cela, notre scientifique concocte une substance miracle qu’il inocule sans sourciller à son jeune cobaye…

19012207065115263616086763 dans Monstres sacrés

Les maquillages de l’homme-serpent (j’ai envie de vous dire qu’il n’est pas unique, mais ce serait trop vous en dire) ont été créés par Daniel C. Striepeke (la saga de LA PLANÈTE DES SINGES), assisté de John Chambers (L’ÎLE DU DOCTEUR MOREAU et SUPERBEAST). Peaux boursouflées et latex finement découpé sont à l’honneur dans le film de Kowalski.

Puis cet homme-cobra en latex me permet aussi de rebondir sur le récent article de Cosmofiction sur DREAMSCAPE (1984) puisque dans une scène de cauchemar, l’acteur David Patrick Kelly se transforme aussi en cobra géant, mais avec un effet de superposition plutôt raté.

Quand à SSSNAKE LE COBRA, il est interprété au naturel par le très jeune et méconnaissable Dirk Benedict presque six ans avant de devenir le lieutenant Starbuck de la série GALACTICA.

- Trapard -

Résultat de recherche d'images pour "SSSSSSS 1973 gif"

Autres Monstres Sacrés présentés sur Les Échos d’Altaïr :

Alien / King Kong / Predator / Créature du Lac Noir / Mutant de Métaluna / Ymir /Molasar / Gremlins / Chose / Triffides / Darkness / Morlock / Créature de « It ! The Terror from Beyond Space«   / Blob / Mouche / Créature de Frankenstein / Visiteurs /Martien de La Guerre des Mondes (1953) / E.T. / Pinhead / Michael Myers / Fu Manchu / Leatherface / Jason Voorhees / Tall Man / Damien Thorn / Toxic Avenger / Bruce : le grand requin blanc / La Momie / Le Loup-Garou / Dr Jekyll et Mr Hyde / Golem / Dracula / Orlac / La Bête / Les Krells / Les Pairans / Le Cavalier sans Tête / Le Hollandais Volant / Body Snatchers / Freddy Krueger / L’Homme au masque de cire / Godzilla / Zoltan / Les fourmis géantes de « Them ! » / Les Demoni / Shocker / Green Snake / It, le Vénusien / Bourreau de Xerxès / The Creeper / Ginger et Brigitte, les sœurs lycanthropes / Tarantula / Intelligence Martienne / She-Creature / Gorgo / La princesse Asa Vajda / Ed Gein, le boucher de Plainfield / Quetzalcoatl / Le fétiche du guerrier Zuni / Octaman / Lady Frankenstein / Les rongeurs de l’apocalypse / Le baron Vitelius d’Estera / Les Tropis

18031309271915263615610534 dans Trapard

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (1973)

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (1973) dans Cinéma bis 19011706552315263616079596

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (1973)

Le film de Luigi Batzella est une variation gothique tardive du roman de Bram Stoker et de l’histoire de la comtesse Bathory. Je m’amuse à parler du « gothique tardif » des années 70, mais si l’on comptabilisait le nombre de films gothiques sortis dans les années 70, je pense qu’on obtiendrait un chiffre beaucoup plus conséquent que celui des années glorieuses du genre (fin des années 50 jusqu’au 19011706571015263616079598 dans Fantastiquemilieu des années 60). Mais ce gothique des Seventies a toujours son petit cachet bis en plus, et LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE (Il plenilunio delle vergini) n’échappe pas aux règles de la Sexploitation si vendeuse ces années-là.

L’intrigue : Lors de ses recherches sur l’anneau des Nibelungen, Karl Schiller est amené à se rendre dans les Carpates, car il est persuadé que l’artefact se trouve dans le château du comte Dracula. Mais il est devancé par son frère Franz qui, arrivé au château, rencontre une domestique, Lara, qui se propose de l’accueillir en attendant le retour de sa maîtresse, la comtesse De Vries, veuve du comte Dracula…

La superbe Rosalba Neri (LADY FRANKENSTEIN) n’échappe pas non plus aux joies de l’érotisme, évoluant souvent nue et recouverte d’un flot de sang se répandant sur ses formes généreuses, là où Kim Basinger préférait plutôt le petit lait dans 9 SEMAINES ET DEMI (1986). D’ailleurs, bien que les dialogues et l’ambiance des VIERGES DE LA PLEINE LUNE soient légèrement indigestes, les scènes de nudités sont finalement comme un courant d’air rafraîchissant. Et je m’amuse souvent à penser à cette légèreté décomplexée des comédiennes dans les années 70 qui n’hésitaient pas à jouer nues, en comparaison, par exemple à Julia Roberts qui avait une doublure pour une simple scène vaguement dénudée pour L’EXPÉRIENCE INTERDITE (1990). Ou à l’extrême opposée, à Pamela Anderson et Paris Hilton qui se la jouent effarouchées en commercialisant leurs sex-tapes soit-disant piratées. D’où l’intérêt posthume, aujourd’hui, de cette Sexploitation naïve, sans tabou et rarement hypocrite.

19011706590915263616079601 dans Film des 70's

LES VIERGES DE LA PLEINE LUNE, qui porte bien son titre, reprend tous les artifices du cinéma gothique de vampires : comtesse sanglante, goules suceuses de sang, vampire chauve et brutal jaillissant d’un cercueil caché dans une sombre crypte, château maudit effrayant les villageois du coin, chauve-souris criardes et sectes encagoulées…

En plus de Rosalba Neri, Mark Damon (et non pas, Matt Damon), Enza Sbordone (qui a surtout joué dans des adaptations érotiques de Boccace), et la Brésilienne Esmeralda Barros se partagent les autres rôles principaux.

- Trapard -

18031309271915263615610534

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com 



UTOPIC FASHION : CAPTAIN KRONOS, JERRY CORNÉLIUS ET LA FIN DU SWINGING LONDON

UTOPIC FASHION : CAPTAIN KRONOS, JERRY CORNÉLIUS ET LA FIN DU SWINGING LONDON dans Trapard 13061310015515263611288448

Et si on s’attardait parfois sur les vêtements à travers les films et les séries de science-fiction ? Et si on explorait les tendances ou les fantasmes exprimés à travers les designs les plus fous, les plus kitchs ou les plus provocants de la SF, mais aussi à travers les plus austères, les plus sérieux ou les plus envisageables dans un avenir plus ou moins éloigné ? Place à Utopic Fashion !

19011505280615263616077196 dans Utopic fashion

Pour définir le « Swinging London », il faut revenir sur les mouvements artistiques qui brisèrent quelques clichés dans le Londres des années 60, où se mélangeaient bourgeois bohèmes et prolétaires embourgeoisés grâce à leurs succès artistiques.

La série produite par Brian Clemens, CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR est caractéristique du Swinging London : Steed représente la classe supérieure décadente et Miss Peel est la femme libérée, un peu artiste et d’une origine sociale plus populaire.

C’est la grande époque des écoles d’art londoniennes, et ses boutiques, clubs et galeries d’art. Les magasins deviennent des lieux de rencontre et sont aménagés pour accueillir et faire rester les clients, et non plus seulement pour vendre.

19011505280615263616077197

C’est aux alentours de 1973-1974 que le Swinging London touche à sa fin. Et c’est justement à cette époque que sortent deux films qui en sont encore un peu dérivés : LES DÉCIMALES DU FUTUR et CAPITAINE KRONOS, TUEUR DE VAMPIRES.

Le même Brian Clemens, producteur de CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR est passé à la réalisation en 1974, avec CAPITAINE KRONOS, TUEUR DE VAMPIRES (Captain Kronos – Vampire Hunter), avec son chasseur de vampire dandy.

L’intrigue : Fin du XIXe siècle en Europe centrale. Grenadier de la Garde Impériale, Kronos arrive dans un village où il a été appelé par le Docteur Marcus, à la suite des décès suspects de plusieurs jeunes femmes. Aidé d’une jeune moribonde mise au pilori par les villageois, il comprend qu’il a affaire à un cas de vampirisme…

19011505302915263616077199

Dans le film de Clemens, le capitaine Kronos, incarné par l’Allemand Horst Janson, est un militaire légèrement dandy qui côtoie pour sa traque aux vampires, un vieux médecin au look décadent (John Carson) et une jeune paysanne émancipée (Caroline Munro). Ce trio forcément incompatible forme pourtant une sorte d’homogénéité agréable et efficace. Le capitane Kronos, presque anachronique, porte des chemises amples et il se déhanche et fume la pipe comme un dandy. Tandis que le Jerry Cornélius des DÉCIMALES DU FUTUR (1973, The Final Programme) est un habitué de la chemise à jabot dans un monde aux allures post-apocalyptiques inspiré de l’œuvre de Michael Moorcock.

L’intrigue : Un ordinateur mis au point par une poignée de scientifiques crée un monstre hermaphrodite, nouveau messie d’une société en mal d’icône…

- Trapard -

Autres articles publiés dans la catégorie Utopic Fashion :

Les femmes de la Lune / Stella et son bikini spatial / Glamour Altaïra / Le futur sera à poils / Tenue des sables / Le X sera soft ! / Cuir moulant et satin kitsch /Paillettes cosmiques / Walkyrie spatiale / Les bouclettes de Zarth Arn / Ah la la, l’alu ! / Conquérantes de l’Univers / Logiquement vulcain / Les couleurs de l’espace / Blouson spatial anti-vampire / L’avenir des pyjamas du futur / Tenue décontractée pour la Lune / Uniformes galactiques / Les coquets de la haute technologie spatiale / Des tenues sobres pour l’Orion / Un XXIIIe siècle plutôt sexy / Clodettes intergalactiques / Bleu de travail spatial / À la mode de Terra / La classe en toutes circonstances / La fleur de l’espace / Agents spatio-temporels / Du mauve pour la Résistance / Les sauterelles motardes

18031309271915263615610534 dans Utopic fashion

Cliquez ici pour rejoindre Le Groupe d’Altaïr IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter les tableaux des Échos d’Altaïr sur Pinterest !

Cliquez ici pour visiter la chaîne YouTube des Échos d’Altaïr !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook publique des Échos d’Altaïr !

INDEX DU BLOG / GUIDE ALTAÏRIEN / CARNET GEEK NC

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com



12345...51